21 novembre 1915

21 novembre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

Je crois t’avoir parlé autrefois [1] de cet homme si curieux qui s’appelle Jean Finot et qui dirige La Revue, ancienne Revue des Revues. Il est venu me trouver ce matin après m’avoir demandé un rendez-vous d’une demi-heure pendant laquelle on ne serait pas dérangé. Voici quelles sont les propositions qu’il m’a faites après m’avoir vanté son habileté à conduire un journal à la gloire et à la fortune, ce qui est assez vrai, et son parfait désintéressement, ce qui l’est beaucoup moins.

L’Angleterre, me dit-il, ne connaît pas l’Italie, celle-ci en est peinée, il faut pour l’avenir arriver à cimenter l’alliance actuelle. Il a exposé son idée au directeur de l’Atheneum qui fut enthousiaste, à Poincaré [2] qui a éventuellement adopté l’idée de la présidence d’honneur avec le roi d’Italie et celui d’Angleterre. Pour réaliser cette entente destinée à faire pénétrer les trois peuples intellectuellement, ce sont les Débats qu’il a choisis. Tittoni [3], dont il m’a montré la lettre, lui a indiqué les vingt personnes très éclectiquement choisies en Italie pour former le comité italien. En Angleterre, Edmund Gosse [4], Francy se chargent de le composer, et ici, en France, un comité avait pour secrétaire général de Monzie [5] ! Ce nom m’a fait tiquer. N’est-il pas trop marqué, demandé-je. Peut-être, me fut-il répondu, mais vous le savez, c’est un arriviste, il a épousé une femme extrêmement riche [6] et les opinions ne comptent pas beaucoup pour lui. Il sait très bien l’italien et connaît l’Italie, ce serait donc parfait. Si les Débats nous donnent leur appui, ils iront à la gloire.

Je n’ai pas été aussi convaincu que cela. Si les Débats sont à la tête, c’est à eux à faire le comité, et non pas à Finot. D’autre part, tu vois avec quel soin la Russie est écartée. Pourquoi ? C’est toujours le même plan, développer l’Italie contre le slavisme. Ajoute à cela que Finot s’appelle Finkenhausen, Juif polonais, et qu’il a d’autres histoires que je ne puis écrire. Je juge qu’il doit avoir partie liée avec la finance italienne. Je t’écris cela car tu y verras comment parfois naissent certains mouvements.

Sais-tu ce que Doumer [7] va faire en Russie : Demander que la Russie envoie un corps expéditionnaire en France pour réchauffer l’enthousiasme ! Il l’a expliqué lui-même à l’un de mes amis.

À toi.

Et

 

[1] Cf. lettre du 2 octobre 1915.

[2] Raymond Poincaré (1860-1934). Président de la République de 1913 à 1920.

[3] Tommaso Tittoni (1855-1931). Italien. Homme politique. Ministre des Affaires étrangères (1903-1905). Sénateur. Diplomate. Ambassadeur d’Italie à Paris d’avril 1910 à novembre 1916.

[4] Edmund Gosse (1849-1928). Anglais. Écrivain, il est le bibliothécaire de la Chambre des lords depuis 1904, où il exerce une influence considérable.

[5] Anatole de Monzie (1876-1947). Avocat. Homme politique. Député républicain socialiste du Lot (1909-1919).

[6] Gabrielle Colaco-Osorio (1882-1961), épouse Anatole de Monzie le 28 décembre 1904 à Paris, VIIIe.

[7] Paul Doumer (1857-1932). Homme politique. Ministre des Finances (1895-1896). Député radical de l’Aisne et de l’Yonne (1888-1895 ; 1902-1910). Sénateur de la Corse (1912-1931). Gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Au début de la guerre, il fait le lien entre le gouvernement installé à Bordeaux et l’état-major. Paul Painlevé le nommera ministre d’État, membre du comité de guerre, le 12 septembre 1917.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Odile Gaultier Voituriez (21 novembre 2015). 21 novembre 1915. La 1ère Guerre vue de Paris. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rq3h


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.