31 août 1917

31 août 1917

 

Mon cher Pierre. J’espère que la petite réunion d’aujourd’hui n’a pas été pour toi complètement dépourvue d’intérêt. J’avoue que j’en ai trouvé beaucoup.

Après vous avoir quittés, j’ai trouvé, en rentrant à la boîte, Milewski installé au secrétariat dans mon fauteuil. Il m’attendait pour que je lui communique le discours de Kornilov dont je t’ai envoyé les épreuves hier.

Je ne sais si tu as noté au passage, au cours de notre déjeuner, une réflexion que j’ai adressée à de Caix. Je lui avais dit que j’avais reçu une protestation du Comité tchèque contre le compte rendu publié par nous des deux grands articles de Milewski dans Le Correspondant. Je pensais bien, du reste, que cela n’irait pas sans soulever quelques cris. J’ai soumis à notre ami cette lettre, très confuse et très obscure du reste. « Le monsieur qui vous a écrit cela, me dit Milewski, est tout à fait bamboula, il ne veut pas admettre les intrigues de la Russie dans les pays slaves, mais vous savez ce qu’elle y a fait et comment elle a exploité contre l’Autriche les sentiments nationaux. Le représentant des Tchèques semble croire que j’ai voulu insinuer que les mouvements nationaux tchécoslovaques et yougoslaves étaient artificiels, ce n’est cependant pas dire cela que de parler de la façon dont la Russie en a joué.

Du reste, a-t-il ajouté, je vais quelquefois à leur parlotte du boulevard Saint-Germain et je crains qu’il n’y ait là beaucoup d’éléments suspects. Je ne suis pas du tout assuré que les Tchèques de Paris soient tout à fait en communion avec les Tchèques restés dans le pays. Ceux qui sont ici sont très ardemment patriotes, mais ils brûlent du désir de jouer un rôle, tandis que ceux qui sont demeurés en Bohême veulent surtout vivre. Que feront-ils, complètement indépendants. Ils joueront le rôle d’une Suisse ne pouvant sortir d’aucun côté, à la merci d’une fermeture de frontière. Entre ceux de Paris et ceux de là-bas il doit y avoir de faux-frères. Aussi, je vais aux réunions, j’écoute, mais ne parle jamais. »

Je n’ai, à l’heure où je t’écris, aucun détail sur l’affaire Malvy. Tout ce que je sais, c’est que le ministre de l’Intérieur et son état-major sont restés une partie de la nuit place Beauvau [1] pour faire le testament, dit-on. Tu sais ce que veut dire faire son testament pour un ministre, c’est distribuer des places à tous les collaborateurs de son cabinet. C’est grâce à ce système que nous voyons tant d’incompétences notoires placées à la tête des services qui exigeraient savoir, expérience, tact et distinction. La faveur d’avoir, pendant quelques semaines ou quelques mois, servi les opérations louches d’un membre du gouvernement, suffit pour faire d’un minus habens le chef de fonctionnaires qui ont servi leur administration avec dévouement pendant des années et acquis les connaissances nécessaires. Voilà ce que c’est qu’un testament de ministre.

Je te parlais tout à l’heure de Merrheim de la CGT. De tous côtés, on prétend qu’il a participé aux distributions de la manne helvéto-boche qu’Abbas Hilmi fait pleuvoir sur nos bons révolutionnaires. Mais comment prendre Merrheim autrement que la main dans le sac. En attendant, celui-ci introduit des soviets dans les usines. Il paraît que Renaud et Thomas, dans le cabinet de ce dernier, ont réglé le fonctionnement des délégués réclamés par Merrheim. Il est bien difficile de parler de cela. Les industriels eux-mêmes demandent de n’en rien faire pour le moment.

Ton vieil

Et

[1] Siège du ministère de l’Intérieur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.