29 août 1917

29 août 1917

 

J’avais écrit à Gauvain que, sur bien des points, je partageais les idées exprimées dans la lettre de Zurich que je t’ai soumise hier. En me renvoyant cette correspondance, Gauvain m’écrivait notamment ceci : « Je suis aussi, en gros, de son avis. Nous ne sommes pas les seuls. Mais il se trompe quand il croit l’Allemagne prête aux concessions qu’il dit. Elle le sera plus tard, tout bien pesé et soupesé. Pour le moment, elle en reste à son travail de désagrégation diplomatique. À mon retour, au jour opportun, je mettrai les choses au point. De Caix est resté dans la note. Je ne vois aucun avantage à causer en ce moment. Dans le privé comme dans le journal, nous n’avons qu’un langage à tenir à l’égard de l’Allemagne et consorts : « Quand vous nous présenterez, directement ou indirectement, mais d’une manière qui vous engage, un ensemble de propositions fermes pouvant être signé sans références à des garanties, clauses explicatives, etc. devant remettre en question la réalité des articles patents, nous serons disposés à l’examiner immédiatement. » Jusque là, pas de causeries

« Notre ami se trompe au sujet de l’obstination des militaires. Vous savez assez le contraire. Je ressens peu de tendresse pour eux. Mais je leur reprocherais plutôt de trop compter sur la diplomatie. Ce n’est pas de leur côté qu’on rencontrera, le moment venu, les plus fortes résistances… »

J’ai pensé que cet exposé de la politique à suivre, très net dans sa concision, t’intéresserait. Il y répondait en même temps à une lettre privée que j’avais reçue du correspondant qui s’illusionnait passablement.

Bidou est rentré ce matin du front anglais où il a passé quatre ou cinq jours. J’ai eu une assez longue conversation avec lui. Il rapporte une très bonne impression du travail anglais, mais la conclusion est que les défenses allemandes sont formidables et que le commandement allié croit que maintenant il faudra laisser se passer plusieurs semaines avant que l’on ait pu réduire deux groupes surtout d’une puissance particulière. Le premier à l’est d’Ypres et le second qui paraît établi dans Lens même. Les Anglais entourent en effet presque complètement Lens. Ils sont même dedans en un certain point. Dans ces conditions, l’ennemi a établi une ligne à l’intérieur de Lens même. Ils ont même, en abattant des maisons, ouvert une brèche dans laquelle ils avaient espéré que les Canadiens passeraient pour venir s’écraser sous des mitrailleuses dont étaient bourrées les maisons faisant toile de fond. L’artillerie anglaise, du reste, détruit consciencieusement Lens.

Bidou dit que les Anglais cherchent surtout à tuer le plus d’Allemands possible. Leur arrosage est formidable et d’une supériorité incontestable à celui des Allemands. Je ne t’écris pas la proportion que Bidou m’a indiquée, mais c’est énorme. Notre ami m’a donné une foule de détails sur Ypres, sur les divisions anglaises qui sont à Nieuport dans un secteur assez petit où la proportion des hommes est très dense mais où les moyens sont plus restreints. On devait, là, aller en avant, mais l’opération n’a pas eu lieu, on croit généralement qu’on attend un mouvement du corps d’armée français qui est plus au sud. Je ne me lance pas trop dans ces explications car je te dirai sans doute quelque énorme gaffe.

Chez nos Alliés, on croit que la guerre finira cet hiver. À Londres, les paris sont ouverts. On donne la paix à Noël à cinq contre un, mais, dans l’armée, on la donne pour la même date à égalité seulement. On croit généralement que l’Allemagne fera des propositions à l’entrée de l’hiver. On voudrait bien savoir dans quelles dispositions cette initiative sera accueillie par l’Amérique. Celle-ci consentira-t-elle à s’arrêter ou, après l’effort qu’elle est en train d’accomplir, ne voudra-t-elle pas continuer et pousser les choses jusqu’au but proposé par Wilson. Dans l’hypothèse que je citais plus haut, il est certain que l’opinion américaine serait d’un grand poids.

Le discours de Kornilov à Moscou est arrivé à Paris. La censure a confisqué les dépêches et ne laisse rien passer. Je ne sais pas trop pourquoi, ni ce que l’on craint. Du reste, cette censure continue à être stupide. Elle nous interdit toujours de publier des comptes rendus des troubles de Turin, mais, en revanche, la presse italienne peut librement parler de la mort d’Almereyda et de tous les scandales que celle-ci soulève. On pourrait au moins demander la réciprocité.

Hier, à deux heures, est arrivé à la préfecture de police un individu muni d’une lettre de recommandation de M. Dubarry, rédacteur en chef du Pays, demandant pour ce quidam un passeport… Le secrétaire du préfet a flairé une fugue en sol majeur du nommé Dubarry et s’est empressé d’aviser son patron. J’espère qu’on va surveiller ses allées et venues à moins qu’on ne les… encourage.

Te rappelles-tu qu’il y a quelque temps [1] je te parlais de certaines impressions de Belgique recueillies par Wilmotte et une sorte d’accoutumance à la domination germanique de la part des Flamingants. Cette impression vient de m’être confirmée par un aumônier de Tournai qui me dit que, même dans les environs de cette ville, par conséquent loin des Flamingants, beaucoup de gens ne se plaignent plus. Les collèges se sont rouverts, les habitudes ont été reprises dans les villages et qu’on est beaucoup moins malheureux et affamé que le disent les chroniques.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 11 août 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *