28 août 1917

28 août 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

J’espère tout de même que tu n’auras pas trop regretté ta fugue et que la conversation du nommé Henri [1] t’aura rappelé une foule de bons souvenirs accompagnant ceux du cassoulet.

Tu as causé avec le bon Bégouen. Je vais tâcher d’arranger notre petite réunion pour vendredi midi 1/4 au même endroit. Cela te va-t-il ? Pernot y sera.

Je t’envoie cette lettre de Zurich tout à fait dans nos idées mais dont la publication serait, je crois, intempestive. Je te dirai le commentaire de  quand tu l’auras lue. J’ai du reste eu la satisfaction de voir que j’étais, dans le fond, d’accord avec mon collaborateur, sinon dans les modalités. Renvoie-moi ce document dès qu’il aura cessé de t’être utile.

Voici un ordre du jour du général commandant les chasseurs. Tu en goûteras la saveur.

17 août 1917

Le général recommande aux militaires de la division de ne pas se laisser monter le cou par les commis voyageurs en pacifisme envoyés en France et payés par les Boches. Ces gens-là doivent être reçus à coups de pied dans le cul.

Permissionnaires, méfiez-vous, taisez-vous, les espions boches vous écoutent et notent tous vos propos.

Quand vous vous retrouverez au sein de votre famille, auprès de vos amis, vous vous abstiendrez soigneusement de toute appréciation et commentaire d’une fantaisie pessimiste et décourageante ; vous les réconforterez, au contraire, vous leur raconterez vos succès, vous leur ferez partager votre foi dans la victoire, vous leur ferez bien comprendre pourquoi la France se bat et doit se battre jusqu’au renversement définitif du militarisme prussien.

Ne buvez pas d’alcool, n’abusez pas du vin. Ne vous livrez pas à l’amour lorsque vous avez un peu trop bu ; les enfants engendrés dans un moment d’ivresse sont généralement mal foutus et tournent mal.

Ne faites pas les voyous. Restez toujours beaux chasseurs, la tête bien levée, boutonnés, une petite badine à la main.

Il est rappelé que les militaires de tous grades ne doivent pas assister aux meetings pacifistes.

Le général commandant la 66e division

(signé) Brissaud [2]

[1] Non identifié.

[2] Georges Brissaud (1869-1948). Général commandant le 28e bataillon de chasseurs alpins, puis la 12e division d’infanterie et la 66e division de chasseurs alpins.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *