27 août 1917

27 août 1917

 

Je n’ai pas pu achever mon pensum hier au soir et j’ai été obligé de laisser mes feuillets en plan. Je reprends donc le cours de mes intéressants récits.

J’ai vu hier matin le secrétaire général de la Fédération qui me dit combien de scandales latents se trouvent dans l’affaire Almereyda. On aurait trouvé dans les archives du Bonnet rouge la souscription de Viviani à la fondation du journal. Le ministre aurait souscrit vingt mille francs, et, dans ce fait, on trouve l’explication des applaudissements qu’ouvertement le garde des Sceaux donnait à son collègue Malvy à la séance de la Chambre. On aurait aussi la preuve qu’Almereyda émargeait aux fonds secrets pour une somme de dix mille francs par mois.

Les minoritaires socialistes, entre autres Brizon, Raffin-Dugens, auraient vu tomber dans leur escarcelle la manne suisso-allemande. C’était bien probable, mais les preuves sont généralement difficiles à établir, il paraît qu’on les aurait tout à fait éclatantes.

Va-t-on livrer tout cela au public ou cela se terminera-t-il en eau de boudin.

Je t’ai déjà parlé de plaintes américaines au sujet de beaucoup de petites choses, mais, aujourd’hui, le gouvernement se trouve en face de récriminations très sérieuses, non seulement des Américains mais aussi des Anglais. Nos Alliés font des remontrances à la France pour son extrême prodigalité. À cette heure, disent-ils, les Américains et les Anglais s’imposent des restrictions énormes, les Français, au contraire, n’admettent aucune gêne dans leurs habitudes. Sitôt qu’on veut leur rappeler qu’il faudrait tout de même se priver, les syndicats interviennent, et si on ne veut pas obtempérer ils menacent tout de suite de la révolution, et le gouvernement cède. Nos Alliés affirment que c’est un état de choses qui ne saurait durer, et le gouvernement français doit se montrer plus ferme et imposer à la nation les restrictions supportées par les Alliés.

[manque p.2]

 

Connaissais-tu ces effets des gaz allemands ? On évacue en ce moment quantité de nos malheureux troupiers qui, ayant satisfait à la nature sur des terrains contaminés, sont affreusement brûlés dans les parties exposées.

J’ai su qu’à Saint-Quentin, nous avons tenté quelque chose qui a raté. On a fait une émission de gaz extrêmement forte. On avait même escompté un résultat considérable mais l’attaque ne s’est pas déclenchée à temps et nos troupes sont arrivées après l’effet produit par les gaz. J’avais bien cru surprendre quelque histoire comme cela par le libellé du communiqué. Et je ne m’étais pas trompé.

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *