26 août 1917

26 août 1917

 

As-tu vu, mon cher Pierre, de quelle façon on cherche maintenant, dans les milieux bien pensants, à faire tourner l’offensive Nivelle en une affaire de parti. Hier, Le Temps a fait un article assez curieux à ce point de vue-là. Sous le prétexte de ne pas faire d’injustice, il a signalé les rôles de gens que l’on était étonné de voir à pareil honneur dans cet organe malgré leurs mérites (comme Castelnau), mais il a glissé Nivelle.

Tu vas voir si l’intrigue gagne, car tu te rappelles certainement de ce que me disait Cochin [1] ne voulant pas accepter la responsabilité d’une nouvelle affaire Dreyfus parce que l’on avait arrêté par raison politique l’offensive victorieuse, et qu’un jour ou l’autre l’opinion mise au courant condamnerait, flétrirait les gouvernants alors que certains d’entre eux comme Cochin étaient tenus systématiquement à l’écart. Xavier Charmes, au conseil de vendredi, nous a tenu les mêmes propos. Il connaît Nivelle. Il a surtout, je crois, des parents qui ont pour lui des sentiments d’admiration. Mais, autrefois, il se contentait de contrer l’opinion de ses parents, aujourd’hui il tient les propos que je te citais ci-dessus. Cela devient donc dangereux, surtout si l’on rapproche ces propos de ceux de Cochin. Ce dernier est vraiment bien gâteux. Lorsque mon collaborateur Pernot me fut demandé par lui-même pour aller en Orient, il lui demanda, après l’exposition de son programme de route, s’il ne pourrait pas commencer par la Mésopotamie. Tu vois ce début de voyage par le centre d’une circonférence…

[1] Cf. lettre du 28 juillet 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.