25 août 1917

25 août 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Le bruit court que le ministère se disloque et que cette dislocation se fera la semaine prochaine. Il y a des tiraillements partout, intérieurement et extérieurement la situation est des plus difficiles.

Je t’ai parlé de l’affaire Bréal hier. Tout est très exact, mais Bréal est relâché sous la surveillance de la police et tenu à répondre à tout appel. Il a passé quelques jours à bord de l’Alphonse XIII dans une chambre de sûreté où il a eu chaud. Ici, on s’est trouvé en face d’une note espagnole déclarant qu’un des chefs de la propagande française avait conspiré avec les révolutionnaires de Bilbao, qu’on l’avait arrêté et que les preuves avaient été découvertes. À Bilbao, il y avait eu trois cent personnes tuées environ. En conséquence, le gouvernement français était invité ou à désavouer son agent, lequel en ce cas serait fusillé, ou à ne pas le désavouer, c’était alors la rupture diplomatique immédiate. Tu comprends combien le gouvernement français était empoisonné. Il a cherché à démontrer qu’il ne fallait pas tenir rigueur à un agent qui avait en Espagne des relations un peu dans tous les partis, que si on avait trouvé la preuve de ces fréquentations elles n’avaient aucun but révolutionnaire. Enfin, on est arrivé à sauver la tête du bonhomme, à laquelle, du reste, je crois que le gouvernement espagnol ne tenait guère, mais il avait voulu marquer le coup et donner à notre gouvernement une bonne leçon.

En Italie, les choses ne vont pas très bien non plus. Tu verras un grand blanc dans notre dernière heure. C’est une dépêche du correspondant de Turin. Hier, des émeutes ont éclaté dans la ville et ce fut très violent. La cause en était la distribution des vivres qui ne s’était pas faite, et l’agitation dégénéra en un mouvement très violent.

J’ai eu ce soir une entrevue avec Ribot. Il m’a paru moins misérable que la semaine dernière [1]. J’ai su au moment où nous arrivions, car j’étais avec Dupuy, Berthoulat et H. Simond, que le président était en conférence avec Renaudel. Il était sûrement question de la conférence de Londres où le directeur de L’Humanité se rend avec Thomas, je crois, et quelques autres.

En attendant le président du Conseil, Berthoulat et Simond nous ont raconté tous les méfaits du Bonnet rouge. Dans les choses qu’ils racontaient, il y en avait quelques-unes que je connaissais, ils les exagéraient fortement. C’était surtout Sarrail compromis qui faisait le fond. Renseignements concernant l’intérêt national communiqués à Duval et vendus à l’Allemagne. Une lettre de Sarrail, dit Simond, a même été publiée dans un journal allemand. Dans cette lettre, il déclarait ne pas pouvoir prendre l’offensive pour telles ou telles raisons. Je ne crois pas que Simond ait vu la lettre, pas plus que le journal, car, je te le répète, il n’y aurait pas de lettres de Sarrail mais des lettres d’un capitaine Mathieu de l’état-major de Salonique.

Quant à Duval, Berthoulat affirme qu’il était allé quinze fois en Suisse soi-disant pour toucher de l’argent de San Stefano et toujours filé par la police militaire, mais muni de passeports délivrés par Leymarie. Ce n’est qu’au septième ou huitième voyage que Leymarie aurait commencé à s’inquiéter et aurait refusé les passeports. Une démarche de Landau et d’Almereyda l’aurait vite remis à la raison.

En sortant de chez Ribot, j’ai causé assez longtemps avec Kammerer [2] et Jean Herbette. Kammerer est fort inquiet de la conférence de Londres qu’on ne peut refuser puisque ce sont les socialistes alliés. L’attitude des Italiens est très mauvaise. On se demande ce qui va sortir de cette réunion.

En Russie, on ne peut pas encore très bien se rendre compte des choses. Kerenski va être très attaqué par les extrémistes et par la droite. On espère que les cadets le soutiendront. Du reste, a dit Jean Herbette, il semble que le parti de l’ordre reprenne le dessus, si on en juge par un article de La Gazette de Cologne. – Oui, a repris Kammerer, mais il ne faut pas trop ajouter créance à cela car les journaux allemands ont tellement peur de voir cette politique se dessiner qu’ils en parlent comme si c’était fait.

Mabilleau, qui était venu voir Kammerer, voulait justement lui signaler une affaire qui s’était passée dans la mer Noire où les Russes avaient flanqué à la porte les directeurs d’une entreprise française pour se l’approprier et y mettre des gens à eux. Il y a du reste de nombreux cas de cette xénophobie.

Savais-tu que Briand continuait à filer la parfaite amitié avec la princesse Marie dont on a fait filer le mari comme tu l’as vu. Vendredi dernier, le couple est venu pêcher et passer la journée à l’étang de Saint-Cyr près de la propriété de mon ami qui est venu me le répéter tout de suite.

Il y a là un petit groupe dont font partie la princesse, Mme de Noailles, quelques dames Ganay, etc., qui continue à faire de Briand son Dieu et attend le moment où la fortune ou la roue législative le ramènera au pouvoir.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 14 août 1917.

[2] Albert Kammerer (1875-1951). Diplomate. Consul général. Chef adjoint du cabinet du ministre des Affaires étrangères.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *