24 août 1917

24 août 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je voulais, mardi dernier, te parler d’un bruit qui courait mais au sujet duquel aucune confirmation n’était arrivée, puis, au fil de la plume, le sujet m’avait échappé. Ce bruit s’est répandu d’une façon extraordinaire et donne lieu à une série de versions qu’il ne faut accueillir qu’avec réserve, mais dont le fond est certainement né de choses véridiques.

Le chef de la propagande française, le sous-ambassadeur envoyé par la Rue François-Ier, aurait été arrêté et serait encore à l’heure actuelle à bord d’un croiseur. On aurait trouvé sur lui les papiers les plus compromettants montrant sa complicité avec les révolutionnaires, complicité qui aurait eu lieu suivant les instructions de Paris à cet agent. Ce dernier est Bréal [1], fils de Michel Bréal. Il était, par la grâce de Berthelot, directeur du service à la Rue François-Ier. Lorsque Berthelot est tombé avec Briand, on a remplacé ce garçon par Steeg, frère du ministre [2], et comme les choses d’Espagne étaient sa spécialité, on a compensé la perte de son emploi par une mission dans la péninsule. Tu vois comme ce chef de service était fort dans sa spécialité. Il croyait dur comme fer à la révolution, ce qui était une opinion vraisemblable, mais il a surtout cherché à y aider et, dans ce but, il s’est lié surtout avec le fameux Leroux. Ce dernier fait profession de francophilie, mais d’aucuns prétendent qu’en bon révolutionnaire il touche des deux mains et fait surtout les affaires de l’Allemagne en cherchant à nous compromettre. Si cela est, il y a bien réussi !

Je ne sais pas si Bréal est à bord d’un croiseur, mais il a été certainement inquiété et cela nous met dans la plus fâcheuse position. Ordre de la censure de ne pas laisser passer un mot de cette histoire. Nous commençons à récolter les fruits de l’institution du génial Berthelot.

Ce soir, nous apprenons la démission de Leymarie [3]. Ribot, et peut-être te l’avais-je raconté, m’avait, dans une conversation, parlé des difficultés qu’il avait eues à faire marcher l’instruction sur le chèque Duval. C’était donc Leymarie et non pas les pouvoirs judiciaires qui faisaient de l’obstruction. Du reste, il y a un homme qui prétend en savoir très long, c’est [4]. Grâce à lui, on est arrivé à mettre la main sur les indésirables qui fomentaient les grèves il y a quelques semaines. Le bon père Laurent, en fonctionnaire modèle, avait interdit qu’on recherchât les étrangers en affirmant, d’après les instructions de la Sûreté générale, qu’il n’y avait pas d’étrangers suspects à Paris. Mais Chanot, qui voyait les choses de près, persuadé du contraire, se résolut à agir tout seul. Un jour, place de l’Opéra, il s’approche d’un homme qui lui paraît être un chef d’émeute et lui demande ses papiers. Il découvre en les examinant que cet homme, excitateur de grèves, est un Grec. Malgré les ordres, il le met en état d’arrestation. Après cette première exécution, il en avise un second, c’était, d’après les papiers, un Turc muni d’une autorisation. Il le colle néanmoins au bloc et prescrit instantanément une enquête sur ces individus. C’étaient un Allemand et un Autrichien munis de faux papiers et d’autorisations en règle avec lesdits papiers. Chanot conserva sans rien dire ces individus en prison puis lança ses agents sur une foule de pistes et arrêta trois cent quarante à trois cent cinquante véritables espions.

Sur ces entrefaites, le gouvernement prit peur à la suite de la fameuse séance de la Chambre. Malvy donna l’ordre à Laurent d’arrêter trois ou quatre meneurs étrangers. Il commençait seulement, pour le gouvernement, à y avoir des étrangers à Paris. Laurent fit appeler Chanot et lui dit : Il paraît bien qu’il y aurait à Paris cinq ou six étrangers suspects, il faut les appréhender. Chanot répondit : Mais c’est déjà fait, M. le préfet, j’en ai trois cent cinquante environ à vous offrir. Tête de ce pauvre Laurent à qui toutes ces histoires coûtèrent sa fonction, ce qui est un désastre pour ce malheureux qui n’a presque pas de fortune.

On demanda alors à Chanot ce qu’il y avait d’exact dans les attaques de L’Action française : Je fais exception pour les tendances et les exagérations de ce journal, mais le fond de presque toutes les attaques est vrai. L’Action française est documentée par des employés soit de la préfecture soit du Parquet, lesquels, par pure indignation ou par patriotisme, ramassent tous les documents qu’ils peuvent et portent cela soit au journal royaliste soit à L’Homme enchaîné.

Pendant que je t’écrivais, les événements se précipitaient. À la suite d’un conseil orageux et interminable, Leymarie a donné sa démission. Tu te souviens qu’à une époque, je t’avais dit que c’était ce fonctionnaire qui était cause de l’arrêt de l’instruction. Mon renseignement était donc bon.

Un de mes collaborateurs a vu Leymarie dans la soirée et m’a téléphoné son entretien. Il a trouvé le directeur de la Sûreté rayonnant, tandis que son patron est effondré : Que voulez-vous, a-t-il dit, j’étais guetté et je devais fatalement faire la gaffe. Cette gaffe, je l’ai faite et, ma foi, me voici débarrassé de tout ce souci.

– Oui, reprend mon homme, c’est vrai, vous dites que vous avez fait la gaffe de ne pas aviser votre patron, mais dans tous les milieux journalistiques que j’ai vus, personne ne croit à cette gaffe. Ami intime de M. Malvy, l’ayant suivi dans toute sa carrière, vous avez fait votre devoir et voulu sauver votre patron, mais personne n’est dupe et on est tout à fait certain que vous en avez référé et que c’est suivant ses ordres que vous avez agi.

Leymarie n’a pas répondu.

Tout cela est ignoble !

[pas de signature]

[1] Auguste Bréal (1869-1941) a d’ailleurs publié un Philippe Berthelot, NRF, Gallimard, 1937. Philippe Berthelot le nomme en avril 1916 directeur des services annexes du ministère des Affaires étrangères à la Maison de la Presse (services de propagande).

[2] Louis Steeg (1854-1924) est directeur des services de propagande à l’étranger au ministère des Affaires étrangères de mars 1917 à juin 1918.

[3] Jean Victor Leymarie (1868-1919). Directeur de la Sûreté générale, ancien chef de cabinet de Louis Malvy, il est relevé de ses fonctions à cause de l’affaire du Bonnet rouge.

[4] Jean-Baptiste Chanot (1855-1920). Avocat. Homme politique. Député radical des Bouches-du-Rhône (1910-1914).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.