22-23 août 1917

22-23 août 1917

 

Je t’ai regretté au dîner d’hier qui a été agréable. Nous n’étions que dix-sept, ce qui est, c’est vrai, déjà important pour la saison mais c’est un nombre agréable pour causer. J’ai été assez copieusement attrapé par François de Wendel et le père Heurteau qui m’ont accusé d’être flasque. C’est l’article de Dietz [1] sur Malvy qui ne leur a pas plu. Je continue à trouver, moi, que l’article était bien.

Causé avec Humbert de Wendel qui revient de Londres pour quelques jours. L’effet produit chez les Alliés par l’affaire Almereyda est détestable. Caillaux était très impopulaire en Angleterre mais son impopularité serait dépassée aujourd’hui par celle de Malvy.

L’intérêt de ma conversation avec Humbert a surtout été dans ses appréciations sur les projets économiques de la Grande-Bretagne. J’ai pu constater une fois de plus que c’était notre c… de Liesse [2] qui avait raison quand il criait qu’il fallait résister aux tentatives protectionnistes anglaises, qu’il était nécessaire de se défendre et non pas de plier l’échine comme le faisait notre gouvernement, qu’il y avait en Angleterre, dans la Cité, des courants de liberté qui ne se laisseraient pas détourner et que, déjà, la Chambre de Manchester commençait à se repentir de son vote.

À ces clameurs de Liesse on me répondait : Chut ! pas d’histoire, tâchons de nous tirer d’affaire le mieux possible, mais il faut faire des concessions. L’Angleterre est obligée d’en venir au protectionnisme. Ne nous opposons pas au mouvement, tâchons d’en profiter de notre mieux. Au demeurant, on accordait aux Anglais tout ce qu’ils voulaient et notre commerce était en péril.

Humbert de Wendel m’a affirmé hier que les tendances anglaises s’étaient beaucoup modifiées et le libéralisme semblait revenir à l’ordre du jour. Mais, ajoutait-il, ce ne sont pas les raisons de Liesse qui en sont cause, c’est l’entrée de l’Amérique dans le jeu et surtout la défection de la Russie, au relèvement économique de laquelle on ne croit guère à Londres. En ce qui concerne la métallurgie principalement, Humbert de Wendel fut appelé par lord Balfour de Burleigh qu’il ne connaissait pas, et ce dernier lui fit tout un discours pour lui démontrer qu’il était tout disposé à tenir compte de ses intérêts, etc., etc. Évidemment, c’est l’avis d’un homme et non d’un gouvernement, mais combien significatif.

Lechartier est venu me voir ce matin, il est sur le point de regagner son poste à Washington. Il m’apporte une lettre qu’il vient de recevoir d’un de ses amis de là-bas et qui donne raison aux craintes qu’il m’exprimait en arrivant et que je t’ai répétées en leur temps [3]. Cette lettre est écrite en anglais, je vais t’en donner quelques passages :

« Il est difficile d’écrire sur la situation actuelle. Les choses sont lentes à se mouvoir ici, mais cela, nous nous y attendions et je n’en suis pas inquiet. Je sens cependant qu’il est important pour nos gens de ne pas attendre trop et trop vite. Il se passera beaucoup de temps avant que les nouvelles armées soient équipées et prêtes pour le front. Encore devraient-elles, au cours du prochain été, nous donner une aide utile. Le changement du Shipping board est excellent………

« Il y a en ce moment beaucoup d’excitation over the draft riots (émeutes pour la conscription). Si vous vous en souvenez, je vous ai toujours dit qu’elles auraient lieu maintenant. Il n’y a pas de doute que l’influence allemande y soit pour beaucoup, mais peut-être cela engendrera-t-il une salutaire réaction. La vérité est que ce pays ne s’est pas encore éveillé à la guerre et aux dangers qu’elle peut apporter à travers l’Atlantique si nous ne sommes pas victorieux tout de suite. This may affect the financial situation as it is fairly clear that if we are to get the money that we need to carry on our purchases here to say nothing of our domestic wants the treasury will have to go to Congress for another loan. Will that loan be granted and raised ? I think it will myself but there is a certain amount of nervousness about the outlook[4] .

« Les Allemands essaient de persuader aux Américains qu’il est inutile de préparer la guerre car les Anglais et les Français sont fatigués et n’affronteront pas un quatrième hiver. Tout ce que nous pourrons faire pour combattre cette propagande sera très utile. We also need to give clearer information as to the war as a whole. One is constantly told here that it is unreasonable to expert Americans to make the best possible efforts if they are fighting in ignorance as to whether we are really making the best use of their help. It is for this reason that it is to be hoped that we shall quickly set up the interallied council in Paris, thought I doubt whether we shall be able to do all in that respect that the Americans want. But people here are not unreasonable. They only want to be sure that we are doing our best to satisfy them. » [5]

Tu vois que ça ne va pas tout seul et note que cette lettre est d’un homme qui est pour ainsi dire français.

André Hallays est passé rue des Prêtres [6], nous avons longuement causé. Tu sais qu’il est au centre des informations et qu’il a des vues sur l’autre côté. Il me dit qu’aujourd’hui c’est la puissance militaire seule qui règne. Jusqu’à Bethman, on tenait compte encore des desiderata civils, aujourd’hui, plus du tout. L’état-major est souverain et ne se donne même plus la peine de répondre aux autorités civiles. Pour le moment, me dit-il, cela donne une force énorme.

Je fais observer à notre ami qu’à la longue ce pouvoir absolu militaire peut diminuer la force morale du pays et qu’à un moment cela peut devenir un élément de faiblesse. – Dans l’avenir, peut-être, mais pour le moment, cela fait la cohésion. D’après lui, militairement les Allemands sont extrêmement puissants, bien qu’il envisage avec un certain scepticisme les immenses projets que d’autres leur prêtent. Il croit que leurs projets orientaux seraient la reprise de Bagdad. Quant aux projets occidentaux, il n’y a qu’une chose qui leur tient à cœur, c’est la possession d’Ostende et de Zeebrugge. Il leur faut ces deux points pour, dans quelques années, réaliser leur projet avorté. Ils ne se résoudront que par la force à abandonner la Belgique. D’autre part, les Anglais ne lâcheront pas la lutte qu’ils n’aient coupé le chemin de fer de Gand à Ostende. La question d’Alsace-Lorraine est accessoire à côté de cette question primordiale. Du reste, quand on lit le texte de la circulaire papale dans l‘Osservatore Romano, il n’y est question que de l’indépendance politique et économique de la Belgique. Le mot militaire ne se trouve que dans les textes publiés chez nous. (Cette observation fut faite par l’onctueux Pierre de Quirielle).

D’après Hallays, si le pape a fait cette circulaire, c’est qu’il est mal renseigné sur la France. Le parti giolittien qui l’a documenté lui a montré les opinions socialistes comme le fond de l’opinion française. Il est assez piquant de voir ce jeu pontifical rapprochant le Saint-Siège du Pays et des journaux caillautistes. Hallays me dit aussi qu’en Suisse il y a des intrigues effroyables, et quand on suit les pistes on arrive toujours au même groupe ici.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Julez Dietz (1847-1928). Beau-frère de Maurice Paléologue. Avocat. Professeur. Journaliste. Collaborateur du Journal des Débats pendant quarante ans.

[2] André Liesse alors est rédacteur en chef, éditorialiste et chroniqueur à l’Économiste français. Collaborateur du Journal des Débats.

[3] Cf. lettre du 6 juillet 1917.

[4] « Cela peut affecter la situation financière car il est très clair que si nous devons obtenir l’argent dont nous avons besoin pour poursuivre nos achats ici, sans parler de nos besoins domestiques, la trésorerie devra s’adresser au Congrès pour un autre prêt. Ce prêt sera-t-il octroyé ou émis ? Je pense qu’il le sera, mais il y a une certaine nervosité quant aux perspectives. »

[5] « Nous avons aussi besoin de donner des informations plus claires concernant l’ensemble de la guerre. Ici, on nous dit constamment qu’il est déraisonnable d’espérer des Américains qu’ils fassent de leur mieux s’ils combattent sans savoir si nous utilisons au mieux leur aide. C’est pour cette raison qu’il est à espérer que nous mettions rapidement en place le Conseil interallié à Paris, bien que je ne sache pas si nous serons capables de tout faire dans le respect de la volonté des Américains. Mais les gens, ici, ne sont pas déraisonnables. Ils veulent seulement être sûrs que nous fassions de notre mieux pour les satisfaire. »

[6] Il s’agit du 17, rue des Prêtres-Saint-Germain, Paris, Ier, siège du Journal des Débats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.