21 août 1917

21 août 1917

 

Je n’ai hélas encore aujourd’hui rien à te raconter. Ma journée a été prise par la manutention de mes petits pains et une tournée au Père-Lachaise où j’ai dû déverser sur une tombe un filet d’éloquence. C’est du reste charmant, le Père-Lachaise avec le beau temps. Chacun avait l’air de s’y promener avec bonheur en admirant les façades des petites villas qui bordent les avenues. Il y en a de charmantes.

Cependant, que je te raconte une histoire qui vient de m’être dite par l’intéressée elle-même qui appartient du reste à la meilleure société. Tu verras que la santé militaire est tout à fait égale aux institutions pareillement dirigées par nos services militaires.

Cette dame, en villégiature dans les environs de Paris avec sa fille, avait fait la connaissance du major à n galons, chef de tout le service de Santé. La jeune personne tombe subitement malade et souffre abominablement du bas-ventre. Le major prodigue ses soins, ausculte et prend la mère à part. « Votre fille est enceinte, il n’y a pas l’ombre d’un doute. » – Vous êtes fou, enceinte ! ma fille ne me quitte pas, de plus son institutrice ne la quitte jamais, c’est impossible. – Il n’y a pas l’ombre d’un doute, vous dis-je. Et si vous n’aviez pas été là, je l’eusse interrogée et elle m’eût certainement avoué. – Matériellement, c’est impossible. Eh ! Eh ! vous savez, Madame, les jeunes filles s’amusent. Sait-on jamais.

La pauvre femme, affolée, a fini par tout dire à sa fille qui a éclaté de rire en constatant l’ânerie peut-être sadique du major à cinq galons.

On a vu alors des médecins sérieux, la petite a un léger kyste mal placé qu’on va lui enlever.

Your’s.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.