13 août 1917

13 août 1917

 

J’avais omis hier, dans les trois mots que je t’avais envoyés pour maintenir la date dans mes feuillets, que Poincaré était parti samedi pour l’Italie en grand mystère. Il était accompagné de Léon Bourgeois et de William Martin Je ne le savais pas encore lorsque nous avions P. [1] sous la main, et c’est dommage, nous aurions eu sans doute quelques éclaircissements. J’ai essayé de téléphoner à droite ou à gauche pour connaître le véritable but du voyage mais je n’ai rien obtenu de très clair. Je saurai cela plus au juste demain. En tout cas, la censure continue à sévir car voici la dépêche dont on m’a interdit la publication ce soir. Elle me vient du correspondant de Modane :

« On était informé depuis deux jours que le président de la République s’apprêtait à rendre visite au roi d’Italie [2]. Aujourd’hui, à 18 heures, le train présidentiel arriva dans la gare de Modane. M. Poincaré voyageant incognito, et très peu de monde étant au courant de ce voyage, le passage du train présidentiel passa presque inaperçu.

« M. Poincaré est accompagné de M. Léon Bourgeois, de l’ambassadeur M. Barrère, des généraux Hache [3] et de Gondrecourt [4], chef de la mission militaire française en Italie, et de deux officiers supérieurs de sa maison militaire.

« Une mission militaire italienne composée du contre-amiral Notarbartolo [5] et d’un colonel avait été envoyée à Modane à la rencontre du président, etc., etc.

« M. Poincaré sera l’hôte du roi dans la villa que ce dernier habite dans les environs immédiats d’Udine. M. Poincaré, en compagnie du roi et des généraux Cadorna et Porro, visitera le front et le groupement de grosse artillerie française qui se trouve à Cormous (?).

« On parle avec insistance de la possibilité de la rencontre au Grand Quartier général italien du roi d’Italie et de M. Poincaré avec le roi d’Angleterre qui devrait arriver incessamment.

« Le train présidentiel…, etc., etc.

Que veut dire ce meeting de rois ? D’après ce que j’ai pu saisir, le sujet des conversations serait moins gros qu’on ne pourrait le supposer. Je sais d’autre part que M. Pachitch s’est rendu lui aussi en Italie. Évidemment, on doit y parler des accords serbes-yougoslaves-italiens ébauchés à Londres. Il doit néanmoins y avoir autre chose.

Je reçois un mot de Gauvain à qui j’avais fait part de mes inquiétudes roumaines. Notre ami me répond : « L’affaire roumaine est grave, en effet. Si les Allemands prennent la Bessarabie, ils pourront l’offrir aux Roumains pour la faire rentrer dans leur système. Ils pourraient ainsi satisfaire les Bulgares avec la Dobroudja, tout en réservant pour la Mittel-Europa les bouches du Danube réorganisées suivant un système austro-boche. La tentation serait grande pour beaucoup de Roumains. Notre horizon ne s’éclaircira que lorsque nous aurons nettoyé le ciel de la Manche au lac de Constance. C’est sur ce travail qu’il faut se concentrer. Je l’avais dit à Ribot il y a longtemps. Beaucoup d’autres ont eu cette idée, et les Américains se préparent énergiquement à la réaliser… La guerre céleste sera bien plus terrible pour l’Austro-bochie que la guerre sous-marine pour nous. Seulement, il faudrait moins en parler et travailler davantage.

Gauvain a tout à fait raison mais il ne se rend pas compte que, dans cette voie comme dans beaucoup d’autres, nous marchons à reculons.

Je crois que le gouvernement va se trouver dans une bien mauvaise passe avec Stockholm. Il me revient de l’entourage de Thomas que ce dernier se prononcera pour la remise des passeports et que le cabinet est empoisonné par cette affaire.

De la préfecture de police, on me dit que les Russes sont en pleine mutinerie au camp de La Courtine [6] qui est cerné par nos troupes. Que va-t-on faire encore de ces gaillards ?

Je viens de recevoir la visite d’André Beaunier qui m’est envoyé par Mme de Ségur [7]. Il m’apporte une petite note de trois lignes me demandant, de la part de la veuve de l’académicien, que cette note brève passe à l’exclusion de toute autre car, me dit-il, il y a eu à sa mort des incidents assez pénibles. Il était brouillé avec son fils [8] et, dans les notes qu’on remettra aux journaux, il se pourrait qu’il y ait des perfidies, dissimulées pour l’ensemble du public, mais tout à fait visibles pour ceux qui savent.

Malheureusement, Beaunier est arrivé trop tard pour le numéro d’aujourd’hui, et les journaux paraîtront demain matin, peut-être avec lesdites perfidies.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Non identifié.

[2] Victor-Emmanuel III (1869-1947). Roi d’Italie de 1900 à 1946.

[3] Émile Victor Hache (1850-1931). Général. Nommé commandant du 3e corps d’armée le 25 août 1914, il contribue au succès de la bataille de la Marne. Il est engagé ensuite dans la 1ère bataille de l’Aisne (13-17 septembre 1914), puis en Artois (mai 1915). Placé dans la section de réserve le 5 septembre 1915 mais garde son commandement. Il est nommé à la tête de la 21e région militaire.

[4] Henri de Gondrecourt (1867-1956). Militaire. Général. Attaché militaire à l’ambassade de France à Rome (1911-1915). Chef de la mission militaire française auprès du GQG italien.

[5] Giuseppe Notarbartolo (1869-1946). Italien. Contre-amiral.

[6] Base arrière de l’armée, le camp de La Courtine (Creuse) est en centre important d’instruction et de préparation pour le front. En 1917, deux brigades russes séjournent à La Courtine et se révoltent contre leurs officiers.

[7] La marquise de Ségur, née Thérèse Hély d’Oissel (18-1935), est veuve de l’académicien décédé le 12 août 1916. Cf. lettres des 30 juillet et 14 août 1916.

[8] Gaston de Ségur (1878-1918). Fils de Pierre (1853-1916), marquis de Ségur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *