30 juin 1917

30 juin 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Tu as vu chez moi Mgr Baudrillart, il était venu me voir et causer un peu avant son départ pour Rome. Les articles de Weiller lui avaient mis la puce à l’oreille et il voulait me demander s’il y avait quelque chose derrière cette manifestation. Gasparri, m’a-t-il dit, ne mettra pas 48 heures à me demander ce qu’il en est. Vos articles ont dû faire un plaisir énorme au Vatican. En les lisant, j’aurais pu croire que M. Lazare Weiller avait vu le cardinal. J’ai répondu à Mgr Baudrillart que je ne croyais pas qu’il y eût autre chose que les idées de Weiller à ce sujet-là, idées dont il s’était convaincu en voyageant, et que c’était une politique dont il voulait être le centre. Lui seul, comme Juif ou demi-Juif, pouvait dire des choses semblables sans être accusé d’avoir été à Canossa.

J’ai demandé à Baudrillart s’il était allé au Quai d’Orsay demander des instructions, ou tout au moins des impressions. Baudrillart avait vu Cochin, Margerie, Cambon. Je te donne en mille ce que lui a dit notre ami Denys. Ah ! Monseigneur, dites au Saint-Père qu’il fasse de suite, au plus tôt une encyclique pour la paix la plus prochaine. Vous entendez, la paix, la paix. Nous sommes au bout, l’Angleterre aussi et elle sera bien heureuse de trouver cette occasion. La France, si cela dure, va être affamée et l’Angleterre ruinée.

Baudrillart fut un peu interloqué, comme tu le penses, mais il alla voir Margerie, beaucoup moins pessimiste, qui analysa les différentes chances heureuses que nous avons encore, mais au point de vue Vatican, il ne voyait pas grande chance de reprise de relations.

Après Margerie, ce fut à Cambon qu’il rendit visite.

[manque la suite]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.