29 juin 1917

29 juin 1917

 

Je t’avais dit hier, mon vieux Pierre, qu’un petit conflit était né entre les autorités américaines et françaises. Les premières désiraient que les choses se passassent simplement, il paraîtrait qu’à Saint-Nazaire on a exagéré la simplicité. Personne pour recevoir l’état-major sauf quelques vagues fonctionnaires. Le général commandant la région avait délégué un capitaine qui, après quelques paroles de bienvenue, a quitté ses hôtes. Ceux-ci ont dîné à l’hôtel sans aucun apparat et suivant leurs propres moyens. Dans la soirée, le général a voulu téléphoner à Pershing. On lui a répondu : très volontiers mais vous serez obligé d’attendre assez longtemps car il y a dix-sept personnes avant vous ! Tout cela est gracieux et montre combien notre organisation est magnifiquement établie.

La censure nous contraint toujours au silence relativement aux arrivages américains. On se demande pourquoi. Les correspondants des journaux anglais ont pu envoyer des récits à leurs rédactions, et déjà des articles ont paru ce matin.

Un hazard m’a mis au courant de certains projets imminents. Il est question de s’allier avec les commerçants d’Outre-Manche pour contrebalancer les autres commerces. Et cette entente produirait ses effets sans tarder. Le savais-tu ? On attend grand profit de cette coopération au moyen de laquelle on espère faire reculer l’avance économique de la concurrence.

Je ne crois pas que le manifeste du général Pétain obtienne les résultats escomptés. Il aurait voulu, paraît-il, que ce récit fait pour le soldat n’ait pu atteindre que ce dernier seul. On a expliqué au général qu’un article paraissant ainsi dans le Bulletin des Armées pouvait difficilement être soustrait à la presse du pays. Je ne crois pas que dans ses conséquences cette initiative soit très heureuse. Renaudel, dans L’Humanité, a fait sur le sujet un article qui est le bon sens même. On dit aussi que Pétain a été enlisé dans l’état-major et qu’aujourd’hui il commence à voir avec les lunettes de ses prédécesseurs. Espérons qu’il n’en est rien. Sa situation est affreusement difficile et il a pris l’armée en bien mauvais état. La pente est donc à remonter.

Un courant s’est dessiné assez vif dans la Chambre pour protester contre les invitations à dîner lancées par les généraux à des dames du grand monde. Je viens d’assister, en déjeunant, à une petite scène suggestive : – Croyez-vous, dit un officier de liaison de mes amis à un officier du ministère, que le général puisse inviter le prince et la princesse Jacques de Broglie ? – Il vaut mieux pas, a répondu l’autre, ces dîners sont très mal vus et l’on se préoccupe au Parlement de ces allées et venues constantes de dames dans les quartiers généraux. Il est question de supprimer les permis aux femmes. Il me semble qu’on aura raison, et les généraux devraient au moins paraître s’occuper de la guerre et non pas de relations mondaines. On est même étonné qu’ils n’aient pas le tact de comprendre cela d’eux-mêmes. Ah ! l’installation dans la guerre !

Les affaires du front paraissent un peu se calmer, mais j’ai su qu’avant-hier il y avait eu encore deux cas de mutinerie à Verdun. Ce qui prouve que l’effervescence dure toujours.

On dit que deux des bateaux américains manqueraient, j’avais oublié de te le mentionner.

Quant à Sarrail, son retour paraît de plus en plus probable. Il paraît que s’il vient, il parlera de la paix dont il est résolument partisan, et dans les milieux de politiciens on le considère déjà comme le futur président de la République. Mais tout cela… Bien malin qui peut prédire quoi que ce soit.

Ton vieil

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.