28 juin 1917

28 juin 1917

 

Nous parlions hier du rôle des femmes du monde depuis la guerre. Étais-tu au courant de la façon géniale dont Berthelot et Briand ont voulu les mobiliser au début de la magnifique institution François-Ier il y a quinze mois ? Cela m’a été raconté par un témoin.

Or donc, Berthelot et Briand eurent l’idée d’envoyer dans toutes les capitales des femmes qui représenteraient la grâce et le charme français et, partant, sauraient rallier toutes les sympathies. Tu vois d’ici qui devait symboliser la grâce française, la demi-douzaine de vieilles toquées qui ont le prurit de la politique [1]. Toujours est-il que l’on décida de faire une réunion à laquelle serait délégué notre ami Thierry qui passe dans les milieux gouvernementaux pour être irrésistible. La réunion eut lieu chez Mme de Pomereu, rue de Lille [2], et l’excellent Thierry, au nom de Briand, exposa les buts de guerre. En un instant on se partagea l’Europe suivant ses goûts, ses alliances ou tout au moins ses imbécillités. Sais-tu ce qu’il advint de ces engagements, c’est qu’une seule femme partit. Elle s’en alla à Rome, et ce fut Colette Willy ! Mais cela coûta cher.

Il y a encore à Rome une dame qui s’appelle Havard de La Montagne [3] et qui depuis deux ans est largement subventionnée, ayant persuadé à nos gouvernants qu’elle pouvait recevoir la société romaine, donner des thés, etc., et en conséquence étendre notre influence dans les milieux les plus relevés de la Ville éternelle. Tu vois cela d’ici.

On bavarde beaucoup en ce moment, on raconte que le président Wilson, avant l’hiver, fera sommation aux Allemands de signer la paix, les menaçant, au cas où ils n’accepteraient pas, de la guerre la plus implacable. Bien que ce ne soit que des paroles, ce serait assez dans la manière de Wilson. D’autre part, notre collaborateur Franklin a eu une conversation avec un Américain qui a fait tout le voyage sur le bateau amiral. Il lui a dit avec beaucoup de flegme que quinze mille hommes étaient arrivés, qu’il en arriverait une quantité à peu près égale chaque mois et qu’en mai on aurait ainsi une armée assez forte mais que ce ne serait que dans dix-huit mois que l’Amérique donnerait véritablement son complet effort. Quelles jolies perspectives.

À propos de cette arrivée des Américains, la censure nous interdit encore d’en parler. Les transports, néanmoins, sont arrivés dans tous les ports de l’Océan. Ils sont venus, marchant tous ensemble, escortés par une énorme quantité de contre-torpilleurs. Le bateau amiral a été visé par deux torpilles qui l’ont manqué. On prétend que le navire avait un procédé d’aimantation destiné à faire dévier les engins ? Toujours est-il qu’un sous-marin fut coulé à l’entrée du port de Saint-Nazaire et que la flotte américaine n’eut à déplorer aucun accident.

Je voulais te parler hier dans ma lettre de la Ligue républicaine. Les journaux hésitaient à donner l’information, mais ils se sont brusquement décidés ce matin à rompre le silence, et Le Figaro donne une note assez complète. Il faut noter que Le Pays, depuis deux ou trois jours, a fait légèrement marche en arrière.

Un petit conflit s’est élevé entre les autorités militaires américaines et le gouvernement français. On voulait donner un grand éclat à l’arrivée des troupes. Pavoisement des villes, musiques, etc., mais Pershing s’y est opposé, il désire que cela se passe dans la plus grande simplicité. Je sais qu’on désirait organiser un défilé pour le 14 juillet, les Américains encadrés par des troupes du front. La question n’a pas encore été envisagée et on se demande si cela pourra avoir lieu. Toujours est-il que Pershing, invité aujourd’hui à l’Institut, n’était pas dans l’hémicycle et sa venue annoncée hier à la matinée de l’Opéra n’a pas eu lieu. Évidemment, cet homme se dérobe aux manifestations spontanées.

Longue, la lettre de Bardoux [4] qui est au front anglais. Il se plaint que l’on n’ait pas imité les Alliés qui ont soigné le côté moral chez leurs hommes, ne les laissant jamais dans le désœuvrement, organisant des sports, des réunions, des spectacles, tout cela dans le même but. Ils ont voulu des loisirs pour le soldat, conférences d’ouvriers patriotes, fêtes sportives et concours régimentaires. Chez nous, dit-il, on n’a pensé qu’à entretenir le moral du civil par des mensonges systématiques. Aujourd’hui, dit-il, l’armée anglaise pourra soutenir une grande bataille par mois. L’armée et le pays subiront sans fléchir ce formidable effort. Et nos grands tacticiens feront bien d’économiser leurs conseils et de tirer leurs chapeaux.

Your’s

Et

 

Notre informateur me donne le renseignement suivant qu’il tient d’un député assez au courant des dessous du journal Le Pays. Le capital en aurait été fait par trois personnalités bien honorables ainsi que tu vas le voir. Peut-être y en a-t-il d’autres mais celles-ci sont déjà bien.

Marquet [5], l’homme des jeux, qui aurait donné un million cinq cent mille francs.

Wertheimer [6], citoyen américain ? (Il y a quelques jours, je ne sais pourquoi, on me demandait des tuyaux sur lui).

Bolo [7], dont l’historique est reluisant. Il est le frère de Mgr Bolo [8]. Il était coiffeur à Bordeaux. Il frisait ou défrisait une petite grue devenue la maîtresse d’un Américain richissime. Ce dernier meurt laissant tout à sa maîtresse. Elle a des ennuis avec la famille. Bolo lui démontre qu’elle n’arrivera à rien et qu’il vaut mieux prendre tout de suite une situation socialement correcte, et lui offre de l’épouser. On se marie et il part pour l’Amérique où il transige avec la famille, gardant un certain nombre de millions. De là, il va en Égypte où il est comblé de faveurs, fait pacha et arrondit encore son magot. Il passe pour germanophile à cause d’intérêts engagés.

[1] Nalèche fait allusion à Mme de Béarn, Mme de Ganay, etc. Cf. lettres des 21 mai 1916, 8 octobre 1916, 19 février 1917 et 27 avril 1918.

[2] 67, rue de Lille, Paris, VIIe.

[3] Née Madeleine Arthaud (1875-19). Traductrice. Elle épouse en 1903 Robert Havard de La Montagne (1877-1963), journaliste à l’Action française.

[4] Jacques Bardoux (1874-1959). Avocat. Docteur ès lettres en littérature anglaise. Rédacteur de politique étrangère au Journal des Débats depuis 1901, puis à L’Opinion. Réformé, il s’engage cependant en 1914 et est affecté au groupe de liaison franco-britannique.

[5] Georges Marquet. Financier.

[6] Pierre et Paul Wertheimer. Deux frères d’une famille juive alsacienne. Ils créent un parfum dans un empire du luxe, Chanel. Ils sont de gros commanditaires du Pays.

[7] Paul Bolo (1867-1918). L’aventurier Bolo avait rendu des services au khédive d’Égypte Abbas Hilmi qui lui donna le titre de « pacha ». Fusillé à Vincennes le 17 avril 1918.

[8] Mgr Henry Bolo (1858-1921). Frère de Paul Bolo. Prêtre du diocèse de Blois. Protonotaire apostolique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.