27 juin 1917

27 juin 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Très mystérieusement, un de mes collaborateurs est venu me trouver ce matin et me demander : N’avez-vous pas entendu parler d’un scandale qui serait sur le point d’éclater ? – Non, quel scandale ? – Au sujet de Barthou. – Absolument pas. De quoi s’agit-t-il ? – Eh bien, la carrière politique de Barthou peut être considérée comme terminée. Je tiens de X. (ici un nom qui n’est pas le premier venu) qui tient lui-même d’un magistrat d’ordre élevé, que Barthou est mêlé à une affaire de mœurs. Sans doute l’affaire va être étouffée, mais vous comprenez que désormais on le tiendra avec cela et qu’il sera tout à fait paralysé. Il s’agit de petits garçons.

Je n’avais jamais entendu dire que ce pauvre Barthou avait des goûts de cette nature, je savais de longue date qu’il était en relation avec des demi-mondaines de marque chez qui il dînait invité par les amants de ces dames, juifs quelques-uns, mais j’étais loin de soupçonner une déviation pareille. Maintenant ce n’est peut-être pas vrai. On dit tant de choses, et Barthou est un de ceux que les haines politiques poursuivent avec le plus d’acharnement. Il faut bien dire aussi que ces haines s’exercent à rechercher et à découvrir les tares. Quoi qu’il en soit, nous verrons ce qui va se passer. Il est probable que les rumeurs du palais viendront jusqu’à nous.

Ce que je t’écrivais pour l’Espagne hier se trouvait dans L’Œuvre de ce matin. La situation est donc très mauvaise pour le roi [1], et les préparatifs de départ faits à tout hazard, que je te signalais, sont donc parfaitement vraisemblables.

Je viens de lire un document confidentiel remis au service de propagande catholique sur la nouvelle congrégation des affaires orientales qui vient d’être instituée au Vatican [2]. Ce rapport est beaucoup trop volumineux pour que je puisse même songer à t’en donner des extraits, mais il me paraît montrer que cette nouvelle institution vaticanesque ne sera pas bien fameuse pour la politique française. De plus, il y a toute une partie qui traite des espérances de catholicisme dans toute l’Europe et des chances de réunion à l’Église de Rome d’une série d’hérétiques. Je vais envoyer ce document à Pernot pour qu’il le lise. Comme il était justement sur le point de nous parler de cette nouvelle congrégation, il pourra compléter son instruction.

Cette congrégation des Églises orientales supprime la juridiction de toutes les autres congrégations en ce qui concerne l’Orient. C’est donc une très grosse innovation. La politique seule est réservée.

[lettre interrompue]

[1] Cf. lettre du 26 juin 1917.

[2] La Congrégation pour la propagation de la foi pour les affaires du rite oriental, détachée de la Congrégation De propaganda fide qui supervisait les activités missionnaires de l’Église catholique par le pape Pie IX en 1862, devient autonome en 1917 sous Benoît XV.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.