26 juin 1917

26 juin 1917

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai causé assez longuement avec Wedel, le ministre de Norvège. Il est indigné des procédés allemands à l’égard de son pays et nous dit que l’Allemagne envoie à Christiania comme représentant un véritable bandit. Il l’a télégraphié à son gouvernement, mais il craint que la dépêche ait mis trop de temps à arriver. Mille kilos d’explosifs par la valise [1], il n’en revient pas. Il s’étonne de trouver encore à Paris des gens qui restent sceptiques sur les canailleries allemandes.

Il me dit que, d’après ses renseignements, les Russes ne feront rien et ne peuvent rien faire. Toutes les belles paroles de Thomas ne seraient que des choses destinées à nous faire allusion. Il tient du prince Radziwill [2], revenu de Lettonie, que le soldat russe pille, vole, démolit tout ce qui reste dans le pays mais ne veut plus se battre.

Il paraît très heureux des affaires grecques et s’étend longuement sur les trahisons de la Russie sans lesquelles nous aurions depuis longtemps la victoire, et les gaffes des Alliés qui sont la cause de la prolongation de la guerre. Si Boué de Lapeyrère [3] était entré à la suite du Gœben et du Breslau, c’en était fait de la Turquie. Mais Boué a télégraphié à Delcassé pour savoir s’il devait poursuivre. Delcassé n’a pas osé lui répondre : Marchez. Il a voulu en référer à Grey. Ce dernier faisait son week’s end et pêchait à la ligne. Il a répondu quarante-huit heures après : « Rather not [4] à cause de nos populations musulmanes de l’Inde. » Delcassé télégraphia le « Rather not » à Boué.

Hélas, nous l’avons assez dit et déploré ! Mais Wedel me paraît d’autant plus outré que son pays commence à se ressentir terriblement des effets de cette guerre et se trouve menacé à son tour. On comprend son amertume contre les hommes d’État incapables qui ont dirigé nos pays. Il me répéta son admiration pour la France. « C’est elle qui aura sauvé le monde, s’écrie-t-il, et rien ne pourra effacer ceci qui est acquis pour l’histoire ou la légende : c’est que la France et Joffre auront sauvé le monde. »

Tu te souviens de Nekludov [5]. Il fut conseiller de l’ambassade de Russie avant Sevastopoulo. Il était chargé d’affaires à Stockholm lorsqu’il a été nommé ministre à Madrid. Il a passé par Paris et dîné hier avec Gauvain, ce dernier, si tu viens à notre réunion de demain, pourra te raconter sa conversation. Je n’ai pu en avoir que quelques mots. Cependant, d’après Nekludov, les Allemands seraient fort mal en point et dans l’impossibilité de franchir l’hiver. Ma formule reste donc la bonne : Faire tous ses efforts pour leur donner l’impression qu’on n’hésitera pas à tenir le temps qu’il faudra.

On m’a raconté qu’un aviateur français, parent de celui qui parlait, serait tombé dans les lignes allemandes, aurait été fait prisonnier et se serait évadé dans la même journée après être resté environ quatre heures au milieu des ennemis. Il en est revenu avec l’impression que chez eux tout était dans l’état le plus pitoyable. Je te donne cette histoire pour ce qu’elle vaut, car d’autres personnes m’ont dit que des prisonniers capturés étaient encore des hommes solides et à l’aspect bien nourri.

J’ai eu quelques renseignements d’Espagne. Mauvais. On avait pu espérer que Dato [6], qui est un homme conciliant, allait ramener les esprits. Cela ne paraît guère se produire. Les juntes d’officiers continuent à se tenir. Dans les universités, il y a de même un mouvement d’association à tendances libérales. On me dit aussi qu’il y aurait un ministère républicain tout prêt avec Melquandez Alvarez [7] et peut-être Lerroux [8].

Maura vient de rompre avec le roi et on prétend que Romanonès, qui bien que libéral était monarchiste par définition, serait sur le point de lâcher la direction du parti libéral, ce qui sera grave pour la dynastie.

Ce serait une mauvaise affaire pour nous que la révolution. L’Espagne n’y est pas prête et Dieu sait à quelles complications donnerait lieu un pareil événement.

Ton vieil

Et

[1] Il s’agit de la valise diplomatique.

[2] Léon Radziwill (1888-1927). Prince. Maire d’Ermenonville (1914).

[3] Auguste Boué de Lapeyrère (1852-1924). Commandant en chef de la première armée navale alliée en Méditerranée.

[4] En anglais : « Plutôt non ».

[5] Anatole Nekludov. Russe. Diplomate. Conseiller d’ambassade.

[6] Eduardo Dato (1856-1921). Espagnol. Avocat. Homme politique. Député conservateur aux Cortès. Ministre de la Justice. Ministre des Affaires étrangères. Président du Conseil des ministres (1912-1917).

[7] Non identifié.

[8] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.