25 juin 1917

25 juin 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Reçu la visite d’un M. Petitjean [1] qui dirige un des services de la Rue François-Ier. Dans la vie civile, c’est un grand exportateur au Brésil et en Argentine, pays qu’il connaît parfaitement, et pris à la Maison de la Presse à cause de ses connaissances. J’en étais confondu et lui ai exprimé mon étonnement d’avoir été choisi. Ce n’est pas l’usage dans cette usine, Berthelot ayant déclaré qu’il préférait envoyer dans les pays étrangers des gens qui les ignoraient complètement. Comme cela il était sûr que l’on n’avait pas de parti pris. Le raisonnement est irréfutable.

Ce monsieur croit que l’on pourrait arriver à rallier complètement le Brésil, ce qui aurait une grosse importance pour l’Allemagne. Il m’expose son plan qui est en effet assez simple. Il était allé en parler à Cambon mais ce dernier lui a répondu : Si j’étais ministre des Affaires étrangères je n’hésiterais pas une seconde, mais je ne suis pas ministre des Affaires étrangères, et vous savez, avec M. Ribot… Il répond cela à tout le monde, et son flegme naturel y trouve son compte. De plus, il ne fait pas d’amis à son patron, ce qui est important aussi dans une boîte qui a des traditions dont une des premières est le débinage. Je ne comprends guère Cambon. Il a accepté au temps de Briand cette situation effacée dans laquelle il ne s’occupait de rien et maintenant qu’il pourrait jouer un rôle prépondérant, son peu de goût pour les responsabilités le fait se mettre toujours derrière notre homme au chef flottant. À propos de Cambon au temps de Briand, connais-tu cette anecdote ? Un de nos amis va le voir au Quai d’Orsay. L’ambassadeur lui montre une grande feuille de papier blanc étalée sur son bureau. – Vous voyez cette feuille, eh bien, je me disposais à écrire au président pour lui demander de me fixer mes attributions. « Six mois après, l’ami revient, Cambon a encore devant lui la feuille de papier blanc : – « Vous voyez cette feuille, elle attend que j’écrive à Briand de bien vouloir me dire quelles sont mes attributions. »

Peut-on s’étonner de quelque chose dans notre pays ?

J’ai eu quelques échos de province par un homme que j’estime beaucoup. C’est Lafond [2], le directeur du Journal de Rouen. Tu sais que cette feuille est, parmi les journaux de province, un des plus importants. Lafond est, lui aussi, très préoccupé de la situation générale. Il connaît les deux régiments que l’on a arrêtés à Villers-Cotterêts. Ils sont composés de Normands. Le premier a fait son coup complètement à jeun, ce qui est un indice grave, et c’est un régiment qui n’a que des hommes relativement assez bien. Le second, au contraire, est composé d’une façon beaucoup moins bonne avec des apaches et des ivrognes.

Au Havre, il y a eu une affaire très grave qui ne fut mentionnée dans les journaux qu’en quelques lignes. Un des Marocains employés dans l’industrie eut une rixe avec un sergent d’infanterie qui fut tué. Alors, sans que personne ait été prévenu et sans qu’on pût s’en douter, une véritable battue aux Marocains fut commencée. Il y en eût six ou sept de tués et vingt-cinq blessés. Toujours la même raison, ce sont ces Marocains qui, prenant la place de nos hommes dans les usines et les industries, sont là uniquement pour prolonger la guerre. On envoya le colonel Hennecart [3] qui connaît les Marocains pour les avoir commandés, mais il proposa, pour rétablir l’ordre, de faire filer tous les Marocains. Les industriels poussèrent les hauts cris : – Mais c’est impossible, nous avons besoin de cette main-d’œuvre ! Enfin, tant bien que mal on put faire renaître le calme… jusqu’à la première occasion.

Lafond se demande ce que vont devenir Rouen et Le Havre après la guerre. Les Anglais achètent des terres, ils commencent à acheter également les maisons de commerce. Il me cite plusieurs noms de maisons importantes que les Alliés ont acquises. Il voudrait beaucoup que l’on fît comme en Angleterre et que l’on obligeât tout au moins les acquéreurs à se faire naturaliser. Il est persuadé que d’ici à très peu de temps c’en sera fini du caractère de la ville et même des sites qui l’environnent. Dès que les travaux de la Seine seront faits, la beauté du pays aura vécu.

Nous parlons de la guerre sous-marine. La période qui vient de s’écouler a été très mauvaise. Les sous-marins, maintenant, pour donner confiance, laissent passer des petits bateaux et font la chasse aux gros. Il a vu disparaître, moins d’un quart d’heure après sa sortie du Havre, un immense pétrolier, un des plus grands qu’il ait connu. T’ai-je dit que Pernot avait assisté à un drame en mer il y a trois ou quatre jours. Il a vu sauter un navire sur une mine dans la Manche. On n’a pu sauver personne.

Si tu lis L’Écho de Paris, tu as dû, hier je crois, y voir un blanc de la censure. Voici ce que c’était. Un propos de Mgr Ireland [4] qui avait prétendu que la paix serait signée le 15 juillet et qu’il y aurait six mois de discussions sur les conditions.

Ton vieil

Et

[1] Armand Petitjean (1884-19). Ingénieur. Chef de la section de l’Amérique du Sud de la Maison de la Presse. Au civil, il dirige plusieurs exploitations industrielles et commerciales en Amérique du sud où il a de nombreux contacts. Il maîtrise cinq langues.

[2] Joseph Lafond (1851-1921). Président de l’Association syndicale des journalistes professionnels de Normandie (1913-1914). Rédacteur en chef du Globe. Directeur du Journal de Rouen.

[3] Non identifié.

[4] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.