24 juin 1917

24 juin 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Poignée d’anecdotes sur le voyage Joffre-Viviani. Elles n’ont pas été déflorées dans les réunions solennelles de ces jours derniers. Je les dois à un officier qui accompagnait nos grands hommes dans leur tournée manginesque.

Le vieux Joffre demande à Viviani quelles sont ses intentions. Je n’en ai aucune, répond notre ministre, mais je possède une lettre autographe de Poincaré pour Wilson et j’ai le regret de ne pouvoir vous en faire part. – Cela n’a aucune importance, reprend le malin général, le président Wilson m’en a donné copie.

Viviani, dès le début du séjour, voulait entraîner la mission dans l’ouest où il pensait que son éloquence recueillerait les succès les plus brillants. – Dans l’ouest, répond Joffre, attendons un peu, je ne m’en irai d’ici que quand j’aurai mes petits cinq cents (cinq cent mille hommes.).

Joffre dit à l’homme de qui je tiens ces détails et qui faisait partie de son état-major : Un tel, à chacun de ces dîners, la cuisine est confortable, les vins sont assez bons mais l’on me place toujours entre deux dames. C’est ennuyeux, je suis obligé de faire des frais et je ne puis apprécier les choses comme elles le méritent. Désormais, je vous en donne l’ordre, vous vous mettrez à ma droite, ce sera toujours une dame en moins.

Le vieux maréchal, malin, a, tout le long du voyage, rendu les honneurs à Viviani qu’il laissait passer le premier partout. Ainsi racontait-il : – Nous arrivons. Je laisse Viviani monter avec les autorités dans la première voiture. Il est avec des uniformes. Quelques saluts. On les prend pour la police. Les bravos éclatent lorsque la seconde voiture passe…

Ton vieil

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.