21-22 juin 1917

21-22 juin 1917

 

Mon cher Pierre, le dîner d’hier chez les Lévis-Mirepoix [1] a été assez agréable. Je n’y ai pas appris grand-chose, sauf cependant que Painlevé allait se trouver en butte aux violentes attaques de l’extrême gauche contre la décision qu’il va ou vient de prendre de refuser aux condamnés du Conseil de guerre le bénéfice de l’appel. Tu te rappelles que c’est Paul Meunier [2] qui avait lancé cette affaire qui affaiblit considérablement l’autorité des tribunaux militaires. M. de Chaponay [3] m’a confirmé tout ce que Jean de Kergorlay m’avait raconté sur l’abominable désordre du service de Santé au moment de l’offensive [4]. Il était avec Jean à Fismes et ils ont passé les trois premiers jours de l’offensive dans cet hôpital où les hommes ne pouvaient pas même être accueillis et restaient quarante-huit heures dans la boue sous la pluie sans avoir pu recevoir le moindre soin. De plus, bombardés jour et nuit, les malades étaient affolés. Chaponay et Jean couchaient au milieu d’eux. Ils ont vu des amputés se jeter hors de leur lit pour se cacher dessous, et ces mêmes hommes qui avaient affronté le feu ne pouvaient maîtriser leurs nerfs sous un bombardement qui les trouvait paralysés et quasi inertes. Ce que c’est que l’action !

Aujourd’hui, déjeuner qui ne fut pas sans intérêt. J’étais invité par un aimable lord Murray of Elibank [5] avec Fontenay [6], notre ministre, Adam[7], du Times, Jacques de Gunzburg. Fontenay revient de Salonique, comme tu le sais. Il m’a confirmé le retour de Sarrail, mais c’est un retour définitif. On pense envoyer Gouraud, mais que fera-t-on du général d’Orient ? Certaines gens prétendent qu’on lui réserve le poste de Pétain, les autres disent qu’on voudrait le mettre à la place de Sarrail. On assure aussi que ses propres amis redoutent de lui voir attribuer un poste aussi important.

Fontenay dit que Sarrail n’avait pas tort dans toutes ses revendications, que le matériel qu’on lui envoyait était généralement du matériel de rebut sur lequel on écrivait les mots « Bon pour l’armée d’Orient ». Les avions, notamment, ont coûté la vie à de nombreux aviateurs tombés par suite de défectuosités de leurs appareils au cours de simples promenades.

Si Sarrail voyait juste au point de vue de la Grèce, ses relations avec les Anglais n’ont pas peu contribué à la rétivité de nos Alliés sur l’expédition de Salonique. Le général français n’avait aucun rapport avec l’anglais. Fontenay expose à Adam [8], qui du reste n’en disconvient pas, l’erreur anglaise d’avoir si mal marché à Salonique. Il démontre l’importance de l’occupation qui a sauvé l’Égypte et la maladresse de n’avoir pas voulu aller couper le chemin de fer de Constantinople.

Il nous expose la politique désastreuse italienne pour les Alliés. L’abandon de Durazzo que les Italiens ne voulaient pas occuper en commun avec les Alliés. Ils ont évacué cinq mille hommes, brûlé leurs camions, tué leurs bêtes de somme pour laisser la place à deux mille Autrichiens de façon à faire le coup de juin qu’ils méditaient depuis longtemps. Mais tout cela, nous l’avons dit et redit, et les Anglais se sont obstinés, et nous avons continué à tout donner à l’Italie.

Ce qui pour l’instant ressort assez clair, c’est que les Anglais se retirent et qu’ils nous exposent à voir le roi ramené par les troupes bulgares et allemandes. Fontenay déplore tout cela pour l’avenir et déclare que cette politique prépare la prochaine guerre. Il a bien raison.

Veux-tu toujours, à propos de Fontenay, avoir une idée de la fermeté gouvernementale et de l’admirable unité de vue avec laquelle notre politique est conduite ? Vauvineux m’avait prévenu il y a une quinzaine de jours qu’il était question d’envoyer Fontenay à Moscou et de tâcher de savoir si c’était vrai. J’ai posé la question. Il m’a répondu : « J’ai été nommé consul général. On m’avait fait appeler et on m’avait demandé si, bien que ministre, j’accepterais de m’en aller à Moscou comme consul général. Il s’agissait de faire une propagande dans les milieux panslavistes de Moscou et par là-même ma mission aurait une couleur politique. J’ai cru pouvoir dire à Margerie qu’en ce moment un agent n’avait pas le droit de donner son avis, qu’un gouvernement devait imposer sa volonté, que par conséquent j’acceptais sans même discuter. Je fus donc nommé. Quelques jours après, je vins prendre les instructions de Cambon. Ce dernier me dit : « Nous vous demandons bien pardon, vous allez vous moquer de nous, mais vous ne partez plus. Le président du Conseil envoie un socialiste, M. Bertrand [9]. »

Que dis-tu de cela ? On envoie un socialiste à Moscou, c’est tout ce que l’on a trouvé de mieux. Je pense que celui-ci fera du prosélytisme en faveur des socialistes de Pétrograd ! C’est inimaginable !

Gunzburg m’a pris dans une fenêtre et a cherché à reprendre la conversation que j’avais coupée il y a plus d’un an. Il m’a interrogé sur l’existence du journal, comment il faisait, etc., etc. Je lui ai répondu sans paraître comprendre : On s’en tire, on s’en tire avec de la prudence et de l’économie. C’est dur, mais ça va…

Que je te donne, pour finir, deux phrases d’un discours prononcé par Hanotaux hier 21 juin au Bœuf à la mode dans une réunion où il y avait le summum de la pensée :

« Je voudrais que cette plante croîssât.[10]  » Puis, parlant de Joffre d’une façon dithyrambique, « Du reste ce titre de général seul implique par lui-même les plus prodigieuses qualités : « Un général généralise comme un caporal caporalise. »

Bergson, qui écoutait, a donné les signes de l’ahurissement le plus complet.

À toi.

Et

[1] 125, rue de la Faisanderie, Paris, XVIe.

[2] Paul Meunier (1871-1922). Avocat. Homme politique. Député radical socialiste de l’Aube (1902-1919).

[3] Pierre de Chaponay (1851-1941). Marquis. Père de Nicole de Chaponay, épouse d’Antoine, duc de Lévis-Mirepoix.

[4] Cf. lettres des 25 avril 1917 et 14 mai 1917.

[5] Alexander Murray, lord Murray of Elibank (1870-1920). Anglais. Homme politique.

[6] Joseph de Fontenay (1864-1946). Diplomate. Ministre plénipotentiaire de 2e classe en Serbie.

[7] Adam. Journaliste. Correspondant du Times.

[8] Paul Adam (1862-1920). Homme de lettres. Collaborateur du Figaro, du Journal, de l’Éclair, de la Revue de Paris, de la Nouvelle Revue.

[9] Jean-Baptiste Bertrand (1887-1917). Homme politique. Diplomate. Consul général de France à Moscou. Socialiste.

[10] Au lieu de crût.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.