20 juin 1917

20 juin 1917

 

Mon cher Pierre, on m’a porté ce matin un journal de propagande allemande en Suisse qui avait placé très en vedette, dans une sorte de cadre en première page, un article signalant la lettre de notre correspondant de Zurich et reproduisant le passage mis par nous en caractères différents. La feuille allemande disait que Le Journal des Débats, le plus sérieux organe français, avait dû faire cela à bon escient. Elle insinuait que cet article ne venait pas d’un correspondant de Zurich, mais devait être l’émanation d’un groupe politique désireux de faire la paix.

Les Allemands apportent toujours la même fourberie dans leurs explications. Il omettait l’essentiel, c’était l’appel à la fermeté et à l’énergie qui obligeraient les Allemands à mettre les pouces devant la menace américaine.

J’ai signalé cet article à Gauvain, mais ce dernier, à la suite de quelques explications, m’a dit qu’une paix signée dans ces conditions-là ne pourrait être que détestable. Il s’est élevé contre mon idée de s’entendre entre Alliés pour le jour où les Allemands abattraient : Mais les Alliés ont un programme ! Il n’y a pas de nouvelle entente à faire, et si des propositions allemandes venaient, soyez sûr qu’elles seraient inacceptables. Gauvain a raison, mais je maintiens tout de même mon sentiment. Il serait bon de parler un peu des transactions possibles. Il est très à redouter que des propositions ayant un caractère de précision plus grand que celles qui nous ont été faites pourraient entraîner un courant dangereux de pacifisme aussi bien parmi les troupes que dans le pays.

J’ai eu sur ces entrefaites une conversation avec le baron de Wedel [1], ministre de Norvège. Je le crois plus sympathique à notre cause que son collègue de Suède [2]. Il m’a cité une conversation du ministre d’Allemagne à Stockholm avec le ministre des Affaires étrangères. Le représentant du Kaiser aurait déclaré que dans trois mois la paix serait faite, il lui a même offert d’en tenir le pari. Tout le monde en Allemagne, a dit Wedel, veut la paix. On a promis au peuple pour le maintenir que la guerre sous-marine allait permettre de terminer par la victoire. À l’heure actuelle, le public est découragé, il sent confusément que si la guerre sous-marine a fait beaucoup de mal aux Alliés, elle ne peut être un moyen définitif. Le coup monté de Stockholm paraît avoir échoué. Il faut promettre de nouveau quelque chose pour maintenir les espérances, et l’on n’a plus rien à faire miroiter.

Quant à la guerre sous-marine, a continué Wedel, elle pourrait cesser assez vite si vous aviez cinq cents vedettes au lieu des dix ou quatorze que vous possédez, et quand l’on voit ce que les Français peuvent faire avec le peu dont ils disposent, on reste émerveillé ! Vous faites plus avec vos faibles moyens que toute la flotte anglaise. Donc il faut avoir des vedettes. L’Amérique vous en construit, c’est vrai, mais il faut qu’elles arrivent. Wedel était revenu hier de l’île d’Yeu où il était allé porter des secours à nos marins.

Mgr Baudrillart était allé rendre visite au président de la République ces jours-ci afin de lui rendre compte de son voyage en Italie où il a séjourné un mois [3]. Comme au cours de cette entrevue on en était venu à parler des événements d’Espagne où, tu te le rappelles, Mgr Baudrillart était allé en mission, il vint à parler de Tanger. Le président lui aurait dit que la question de Tanger était réglée conformément au vœu espagnol et moyennant l’échange avec le Cap d’Eau [4]. Dans la soirée, au Cercle, le brave Hussey-Walsh [5], l’heureux époux de la duchesse de La Motte Houdancourt [6] qui ajoute à son nom de La Motte Houdancourt, et qui revient d’Espagne où il a vu tous les princes de l’Église et prélats espagnols, m’a répété la même chose, le tenant aussi de Baudrillart. Il ajoutait même quelque chose d’énorme qu’il tenait d’un grand personnage anglais dont je n’ai pas osé lui faire répéter le nom, c’est que les Anglais échangeraient Gibraltar contre Ceuta. Ceci n’est pas encore fait. On m’a dit néanmoins que l’affaire de Tanger était un peu accrochée. Les Alliés estimeraient que l’attribution de Tanger aux Espagnols serait moins dangereuse que l’internationalisation qui permettrait aux Allemands d’y devenir prépondérants.

Et voilà.

Et

[1] Frédéric de Wedel-Jarlsberg (1855-1942). Norvégien. Diplomate. Ministre plénipotentiaire de Norvège à Paris.

[2] L’ambassadeur de Suède à Paris.

[3] Mgr Baudrillart part en Italie le 2 mai et rentre à Paris le 29 mai 1917.

[4] Échange avec le Cap d’Eau. A expliquer.

[5] Valentin Hussey-Walsh (1862-1925). Fils de Walter Hussey-Walsh et d’Ellen Mary O’Connor. Anglais. Second époux d’Élisabeth de Cossé-Brissac, duchesse de La Mothe Houdancourt, grande d’Espagne, veuve en premières noces du comte de Moustier, secrétaire d’ambassade.

[6] Élisabeth de Cossé-Brissac (1861-1940). Duchesse de La Mothe Houdancourt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.