Archives mensuelles : janvier 2018

4 janvier 1918

4 janvier 1918

 

Je t’ai parlé hier d’une lettre de Londres, je vais t’en donner quelques extraits. Après avoir dit que l’année finissait pour les Anglais sur un désappointement car tout en désirant la paix ils ne sont pas pacifistes, après m’avoir dépeint les difficultés inquiétantes du ravitaillement, les longues queues dans le froid et la boue souvent pour ne rien obtenir, il prend la question politique et je suis sûr que ses réflexions t’intéresseront :

Depuis la guerre, les idées ont avancé de cinquante ans sinon davantage, et le facteur politique le plus important est le développement du parti ouvrier comme parti politique actif. Il n’y avait pas de Labour Party au XVIIIe siècle, et comme la diplomatie européenne en est encore aux traditions de cette joyeuse époque, elle n’a pas vu grandir le monstre, et, maintenant qu’il a l’âge adulte, elle ferme les yeux pour ne pas le voir. En Angleterre, le parti ouvrier a une énorme puissance économique et politique et il est maître de la situation. Quant à la menace d’une dissolution qui, la loi électorale n’étant pas votée, priverait de leurs droits électoraux les deux tiers des inscrits, il hausse les épaules, il est armé, armé d’une arme terrible contre laquelle rien ne prévaut. Si un peuple se croise les bras, que voulez-vous faire ? Que pouvez-vous faire ? Donc, depuis longtemps déjà, et surtout depuis Lloyd George qui a signé des traites en blanc en arrivant au pouvoir, le Labour Party est inexpugnable. Il n’a aucun désir d’en abuser mais il est bien décidé à en user. Ainsi, en ce moment, il faut des hommes ; on ne peut les avoir qu’en négociant avec lui envers qui il a été pris des engagements dont le gouvernement demande à être relevé. Il aura ce qu’il demandera en donnant des raisons convaincantes, mais il faudra qu’il paye.

Le Labour Party peut demander des réformes sociales pour après la guerre ; il peut demander, sinon l’adoption de ses buts de guerre, du moins l’élimination de certains buts de guerre de gouvernement comme la guerre économique, comme les buts de guerre non conformes aux déclarations Wilson, etc., etc.

Ce n’est pas sans raison que Lloyd George, le 30 décembre, n’a pas dit un mot de l’Alsace-Lorraine ni de l’Italie. Il avait depuis deux jours (ou trois) le texte des buts de guerre du Labour Party et il savait qu’il aurait à négocier le Man Power avec les trade-unions, c’est un fait qui a son importance.

La diplomatie européenne a été, dans cette affaire de l’Alsace-Lorraine, d’une cécité incroyable. Elle a voulu finasser et attendre. Le moment jugé opportun venu, on a soulevé le côté fer-charbon de l’Alsace-Lorraine. Les ouvriers ont vu immédiatement un intérêt capitaliste et cela leur a suffi : « Nous ne faisons pas la guerre pour le capitalisme, nous combattons pour la démocratie. » Alors on a mis la sourdine à la corde fer-charbon et on a parlé de 70-71. C’était moins maladroit, mais tous les articles étaient écrits par des Français, Darras (?), Millet ou autres. Autre guitare des ouvriers anglais : « La revanche, la conquête, cela ne nous intéresse pas. … On a oublié ou l’on n’a pas su qu’on obtient tout d’eux avec le sentiment.… »

En résumé, c’est toujours la même chose, on commence par finasser et dissimuler la vérité, et quand elle sort du puits ou qu’on l’en tire comme un diable d’une boîte, on risque de casser pas mal de choses. En ce moment, le parti ouvrier anglais, devenu parti politique, de parti économique qu’il était, est une force qu’aucun gouvernement ne peut, sans danger, heurter de front ou négliger ; et sa situation sera plus forte que jamais dans quelques semaines quand la loi sera votée. Sans doute il est jeune, un peu naïf, ce parti, mais il sait ce qu’il veut et il le dit, et il sait surtout ce qu’il ne veut pas. Or il ne veut pas qu’on revienne à l’état de choses d’avant la guerre et il ne veut pas davantage être laissé en dehors des affaires extérieures.

Les événements des trois dernières années lui ont servi de leçon, et ceux qui ne veulent pas le voir comptent sans leur hôte…

Cette ascension du parti ouvrier en Angleterre a son pendant ici où on ne veut pas le voir non plus. On s’apprête à un dur réveil.

Ce matin, notre discussion a recommencé aux Débats au sujet des passeports. Gauvain devait faire un article sur la Russie et il fallait faire quelque chose aussi sur la nouvelle conférence de Stockholm [1]. Celle-ci n’a aucun rapport avec le voyage à Pétrograd, et je comprends très bien que les Alliés interdisent aux leurs de s’y rendre. C’est ce que nous disons ce soir. On s’est expliqué avec énergie, et, pour qu’il ne puisse y avoir de contradiction entre Gauvain et l’auteur de l’article, il a été entendu que Gauvain se réserverait pour un autre jour.

Dietz, alors, m’annonce que son beau-frère (Paléologue) [2] lui a téléphoné hier en lui demandant ce qu’avaient les Débats et Gauvain à soutenir ainsi les socialistes. Excellent Dietz, il ne se rend pas compte que si Paléologue soutient une opinion, on a cinq chances sur six que la vérité soit le contraire. Il a montré tant de clairvoyance avec la Révolution russe ! Je ne pouvais cependant pas le faire remarquer à notre ami Dietz.

Tu savais, n’est-ce pas, que lorsqu’on avait envie de correspondre avec l’étranger, on disait toujours qu’au moyen de la valise [3] les lettres parvenaient plus rapidement et dans des conditions de sécurité relativement agréables et discrètes. Chaumeix, à son dernier voyage, m’avait laissé entendre qu’il n’était pas sûr que les correspondances fussent respectées. Je viens d’avoir la preuve que le cabinet noir fonctionne avec une admirable régularité et que le service de Delavaud se régale avec toutes les correspondances que les naïfs lui confient. Lechartier, qui est à Washington, est abordé un jour par le général [4] (?) lequel lui sort copie d’une lettre à Mme Lechartier [5] où il lui racontait je ne sais quelles blagues, bombes d’officier ou autres. Le général (?) était chargé de faire une enquête ! Je tiens tout cela de Mme Lechartier qui, désormais, confiera ses lettres tout bonnement à la poste. Au moins, lorsque la censure ordinaire décachète, elle ne s’occupe que des choses qui peuvent intéresser la sûreté et néglige le reste. De plus, on a quelque chance dans les moyens ordinaires d’échapper au coup d’œil indiscret, tandis qu’avec les diplomates on n’y coupe pas.

C’est, très confidentiellement, qu’on m’a raconté l’histoire suivante. Peut-être trouveras-tu que ce mystère n’a pas grande raison d’être. Il a néanmoins son importance dans certains milieux, et la divulgation pourrait avoir des conséquences. Tu te souviens que le père Sertillanges a fait un très beau et très courageux sermon où, ma foi, il disait au Saint-Père quelques vérités. La Propagande en fit tirer des exemplaires sous forme de brochure pour être distribuée aux catholiques [6]. Le Vatican veillait. Il a écrit deux lettres, une à Mgr Amette en le priant sans aménité d’avoir à arrêter la publication du sermon en brochure. Le brave Amette [7], pour ne pas faire trop d’histoires, a retiré la plaquette, mais déjà cinquante mille exemplaires avaient été distribués ou vendus, le sort était assuré. L’autre lettre s’adressait à Mgr Baudrillart auquel on demandait quelle mesure il avait prise contre le Père Sertillanges qui fait partie de l’Institut catholique [8]. Le recteur a répondu à Gasparri qu’il n’avait pris aucune mesure contre le père, qu’il pensait bien que, mieux éclairé, le Vatican, etc. Baudrillart fut alors informé qu’il n’eût plus à venir à Rome. Ce serait un débarquement, car il est inadmissible que le directeur d’une faculté catholique de cette importance ne pût aller prendre avis, conseil ou fournir explication dans la Ville sainte.

Les choses en sont là, on espère qu’elles s’arrangeront, mais alors, l’élection de Sertillanges à l’Institut devient une nécessité car son échec semblerait une victoire au Vatican. Si on est venu me mettre au courant de tout cela, c’est qu’on voudrait, le cas échéant, que nous défendions Baudrillart et Sertillanges.

Ton

Et

[1] Le gouvernement des Soviets propose de transférer à Stockholm les négociations de paix et déclare inacceptables les conditions des Empires centraux.

[2] Jules Dietz (1847-1928) a épousé Marizika Paléologue, sœur de Maurice Paléologue.

[3] Il s’agit de la valise diplomatique.

[4] Non identifié.

[5] Mme Georges Lechartier (1878-1968). Née Alice Barbat du Closel.

[6] Il s’agit de La paix française, discours prononcé en l’église Sainte-Madeleine, Bloud et Gay, [10] décembre 1917.

[7] Mgr Léon Amette (1850-1920) est archevêque de Paris.

[8] « Je reçois une longue lettre du cardinal Gasparri datée du 23 où il incrimine gravement le discours du Père Sertillanges comme un manque de respect au pape ; il me somme, ou à peu près, de dire quelles mesures j’ai déjà prises ou je compte prendre contre lui, pour sauver l’honneur de l’Institut catholique. », Les Carnets du cardinal, 26 décembre 1917, p. 711.

3 janvier 1918

3 janvier 1918

 

Dear old man,

 

Le pensum ne sera pas long aujourd’hui car je t’ai distillé la quintessence de mon savoir tout à l’heure. J’ai vu du reste que tu étais aussi bien sinon mieux informé que moi sur les différentes questions dont nous avons parlé. Pourvu que Clemenceau n’ait pas mis dans ses plans de nous coller Lutaud à la Seine ou dans quelque haute fonction analogue où la politique ne devrait jouer aucun rôle mais où, malheureusement, elle se fait trop sentir, et avec Lutaud c’est elle qui règnera. Il faut dire que le gouverneur actuel de l’Algérie est brutal mais intelligent. Comme préfet, il excellait à faire les élections, jouant de tous les moyens honnêtes ou crapuleux sans aucune espèce de scrupules. Je dois ajouter que ce préfet modèle sort avec la même… habileté les gouvernements successifs. Pour les adversaires, par exemple, ni droit, ni justice, tout pour les amis. Avec des principes semblables appliqués dans toute leur rigueur, on comprend que les élections soient réussies. Ce sont sans doute ces qualités que Clemenceau connaît et désire utiliser. J’ai eu plusieurs fois à te parler de Lutaud déjà [1]. J’ai bien dû te dire quelque part qu’il avait eu autrefois à Bordeaux, étant fonctionnaire, une assez vilaine histoire qui avait failli tourner en scandale. Il avait un peu trop fréquenté chez une personne qui aimait à réunir la petite jeunesse aux personnes mûres pour avancer leur expérience de la vie…

Une personne bien placée pour cela m’a porté aujourd’hui le texte d’une dépêche officielle de notre mission militaire en Roumanie adressée au ministre de la Guerre [2]. Je n’ai pas voulu, osé plutôt, en prendre copie, mais voici à peu près ce qu’elle disait : La presse française, émue des malheurs de la Roumanie, semble trop croire que ce pays n’ait plus qu’à signer la paix avec l’Allemagne, qu’elle a assez souffert pour la cause commune et qu’elle mérite, quoi qu’il arrive, la reconnaissance de l’Entente. Il faut qu’au contraire la presse insiste sur ce que le rôle de la Roumanie n’est pas terminé et que ce n’est qu’au cas où elle continuerait à se bien conduire qu’elle serait à même de récupérer tout ce qu’elle a perdu. Il se passe en ce moment en Ukraine certains faits très intéressants sur lesquels il est difficile de s’étendre mais qui sont de nature à amener les plus grandes modifications dans la situation actuelle.

Cette dépêche est curieuse et paraît indiquer une certaine réussite de ce que nous avons entrepris dans le sud de la Russie. Soyons donc un peu optimistes avec notre mission militaire et espérons qu’en Ukraine il se forme un noyau de reconstitution.

À propos de Russie, Arthur Raffalovitch [3] me téléphone pour me demander mon avis. Il a reçu la visite d’un rédacteur du Journal venu lui demander d’entrer dans un groupement des intérêts français en Russie. Ce serait un comité de défense et d’action pour sauver ce qui pourrait être sauvé. Ce rédacteur aurait voulu qu’on y intéressât le gouvernement. Raffalovitch a répondu que faire quelque chose d’officiel c’était se vouer à l’impuissance. Il fallait intéresser à la chose certaines gens susceptibles de conduire une campagne. Il me demandait si je ne croyais pas la place de Gauvain tout indiquée. Son sens diplomatique très avisé, sa profonde connaissance de tous les intérêts français en Russie et en Europe centrale rendraient ses conseils très précieux. Je ne puis qu’abonder dans son sens et Raffalovitch ira trouver Gauvain. C’est extraordinaire ce que la réputation de notre ami a grandi pendant cette guerre. Quelle différence avec tous les pantins de la presse !

À propos de pantins journalistiques, tu savais, n’est-ce pas, que le Daily News, qui a lancé le canard de la rupture germano-bolchevikiste, est tout à fait boche. Avant la guerre, c’était avec le Daily News que Bethmann travaillait. Depuis les hostilités, naturellement, il a été obligé de laisser un peu de côté ses belles campagnes d’autrefois, mais, sournoisement, il continue à faire le jeu des Centraux.

Ton

Et

[1] Cf. lettres des 7 octobre 1917, 1er-2 novembre 1917, 22 novembre 1917, 2 janvier 1918.

[2] Le ministre de la Guerre est alors Georges Clemenceau.

[3] Arthur Raffalovitch (1853-1921). Attaché commercial puis financier à l’ambassade de Russie à Paris.

2 janvier 1918

2 janvier 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Koechlin est venu me parler du Maroc [1]. Tu te rappelles que je lui avais écrit à ce sujet. Il ne croit pas que les prélèvements faits sur les troupes du Maroc l’aient été, du moins jusqu’ici, avec l’intention de pousser Lyautey dehors. Clemenceau, qui est au plus mal avec le général, ne pousserait cependant pas sa vindicte personnelle jusqu’à compromettre les intérêts du protectorat. Il faudrait pour cela qu’il fût la dernière des brutes. Lyautey a accepté les prélèvements. Il a envoyé dix bataillons qui sont en route aujourd’hui et il a même ajouté : Je puis tenir le coup. Koechlin me donne alors des précisions sur les dangers que peut courir le Maroc. Ils sont beaucoup moindres qu’ils n’étaient au printemps où vraiment la situation était grave. À l’heure actuelle, il n’y a plus que deux points à surveiller, le couloir de Taza et la frontière espagnole où l’El Malek reçoit près d’un million par mois pour faire l’agitation.

En revanche, où l’on peut craindre des soulèvements, ce serait bien plutôt dans l’Afrique du Nord, Tunisie et Algérie. La conscription des indigènes a soulevé de terribles colères et nous en avons déjà vu quelques effets à Batna. Comme, depuis, on a, malgré une entente des trois résidents qui s’étaient engagés à refuser toute nouvelle levée au gouvernement, on a continué, car Lutaud [2] a lâché pied et a donné satisfaction aux désirs de la métropole avec le doigté qu’on lui connaît et dont on a pu apprécier les résultats.

Je dis à Koechlin que Sarrail et Gérard demandent l’Afrique du Nord et Lyautey se trouverait en l’air. Il me répond que Clemenceau sait très bien combien Lyautey est nécessaire au Maroc. Il espère donc que rien ne sera changé, car si Lyautey, lorsqu’il parle de questions politiques, sociales ou autres ne dit que des choses qui vous font penser à la vieille culotte de peau, lorsqu’il parle du Maroc il est lumineux. Sorti de certains dîners à Paris où Lyautey, qui avait péroré, lui avait fait l’effet d’un gâteux militaire, il fut au Maroc frappé d’admiration devant les explications que lui donnait le général sur ses plans, ses opérations et l’œuvre entreprise. Du reste, les résultats sont là. Pour réussir au Maroc, il faut le connaître comme le connaît Lyautey, et Sarrail n’en a aucune idée. Quant à Gérard, c’est un simple imbécile. Ce serait donc folie de remplacer celui qui y est par un de ces deux hommes, et Clemenceau est assez intelligent pour le comprendre. Néanmoins, Koechlin suivra de très près les événements et verra avec l’officier chérifien s’il y a lieu de parer au grain.

Visite du petit Danois Ferlov. Il me dit être un peu désemparé pour dégager la situation politique en France. Il la trouve très embrouillée et confuse. Il croit qu’il aura de la peine à mettre debout le gros ouvrage qu’il est venu faire. Il trouve qu’il est assez difficile de causer avec les hommes à Paris. On échange des propos pendant une dizaine de minutes mais il est malaisé de creuser un peu les questions. Il a causé avec Thomas qui est resté assez fermé sur l’avenir politique mais qui lui a cependant déclaré que Caillaux était innocent et qu’on ne trouverait rien contre lui. Thomas aurait mieux fait de s’ouvrir un peu plus sur la politique et laisser Caillaux de côté, ce ne sont pas des conversations pour neutres. Ferlov est assez heureux car l’Entente commence à se rendre compte qu’il est inutile de jeter le Danemark dans les bras de l’Allemagne pour laquelle le peuple et les socialistes ont déjà assez de sympathie.

Je te parlais hier de ton Deschamps. Il paraît qu’on arrive à lui faire comprendre beaucoup de choses, qu’il a un très vif désir de mettre la main aux affaires et que, grâce à lui, on a pu obtenir de Clemenceau certaines réformes auxquelles on avait essayé d’intéresser Bénazet qui, avec la meilleure volonté du monde et par simple hannetonisme ou esprit de gaffe naturel, n’en avait jamais que compromis l’exécution.

Sais-tu pourquoi on a découvert tout à coup que les restaurants avaient à eux seuls réalisé de telles économies de pain que la carte n’avait plus pour le moment sa raison d’être et qu’on en suspendait l’application ? Eh bien, la raison n’en a rien de bien tranquillisant. C’est parce qu’on a redouté une effervescence populaire dans la plupart des grandes villes. On a senti que l’émeute gronderait et l’on a prudemment battu en retraite.

Je suis allé quelques instants au Cercle où on m’a beaucoup demandé ce que je pensais de la dépêche de L’Information sur la rupture germano-bolchevikiste. J’ai dit naturellement que, jusqu’à plus ample informé, je croyais à une blague, et cela en a bien l’air, il n’y a rien chez nous de plus canardeux que le Daily News. En tout cas, cet après-midi, la censure était aux champs et avait dû fortement recevoir sur les doigts.

Barante nous raconte qu’il a entendu dire par je ne sais qui, j’ai oublié le nom, que les Allemands n’attaqueraient probablement nulle part, comprenant que toute tentative ne pourrait aboutir, et que leur idée était de nous énerver. Mais Wedel nous dit qu’il faut craindre la poussée en Italie. – Et la neige, lui répond-on. – La neige, certainement, mais c’est justement parce que tout le monde dit que la neige empêcherait toute action qu’elle pourrait avoir lieu.

Good bye.

Et

[1] Cf. lettre du 31 décembre 1917.

[2] Charles Lutaud (1855-1921) est alors gouverneur général de l’Algérie.

1er janvier 1918

1er janvier 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Je te fais grâce de toute considération sur ce quatrième jour de l’an qu’aura vu la guerre. Sera-ce le dernier, ou l’aube de 1919 se lèvera-t-elle encore sur des hécatombes, c’est le secret de l’avenir et je reviens au présent, car, pour nous, le 1er janvier ressemble comme un frère au 31 décembre ou au 2 janvier.

Tu as vu l’affaire socialiste d’hier [1]. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais moi j’ai mon idée là-dessus, et dès l’aube j’en ai téléphoné à Gauvain que j’ai trouvé non seulement de mon avis mais peut-être encore plus vif que moi sur la maladresse commise par Clemenceau. Je m’étais entendu avec lui sur l’article à faire, j’avais même cherché le moyen de ménager au gouvernement une porte de sortie. Il était convenu que nous insisterions sur la façon malheureuse dont avait été posée la question. Les socialistes, dans leur manie de tout transformer en question de parti, ont fait une manifestation collective là où il aurait fallu tout simplement demander des passeports individuels pour des hommes désireux de se rendre dans un pays somme toute encore allié. Il ne s’agissait pas de se rendre à une conférence où on aurait à discuter avec des Allemands, mais à des membres d’un parti parlementaire se rendant à Pétrograd pour causer avec des gens du même parti dans ce pays allié. Clemenceau, en refusant net les passeports, commet une faute parlementaire. Il lui sera facile certainement de défendre le point de vue de l’interdiction devant la Chambre, sa majorité est certaine, mais le manifeste socialiste fera tache d’huile. De plus en plus on abandonne au parti Renaudel les récoltes futures. On ne veut tenir aucun compte de la lassitude populaire, je redoute les surprises. Clemenceau fut très habile en proclamant urbi et orbi que 1919 nous apporterait la victoire, c’était un coup de massue pour le moral allemand. Je sais qu’il a été ressenti, mais il fallait, tout en affirmant cette volonté de durer, donner l’impression que, si l’on continuait, ce n’était pas faute d’y avoir mis du sien. Les socialistes que je connais, comme Rouanet, prétendent que, loin de devoir être roulés, les Longuet, etc. étaient parfaitement capables de rouler les autres. Pourquoi, a priori, dire que nos socialistes sont inférieurs à leurs coreligionnaires allemands ? De plus, Clemenceau n’est-il pas en contradiction avec Noulens qui, au contraire, réclamait des gens pour causer avec les socialistes révolutionnaires ennemis des maximalistes. Les socialistes s’offraient pour faire cette besogne. Il fallait les laisser partir comme simples citoyens, quitte à les désavouer s’ils faisaient des choses déplaisantes. Tout n’aurait pas été mauvais dans leur station à Pétrograd.

Une fois dans la salle de rédaction, j’ai trouvé tout le monde contre moi. Dietz lui-même m’a dit : nous ne pouvons pas ne pas soutenir Clemenceau dans cet acte de fermeté. Il ne s’agissait pas d’attaquer le président du Conseil mais au contraire de lui fournir le moyen de sortir de ce que je considère comme une voie fâcheuse. Il m’était impossible néanmoins de me mettre en contradiction avec toute la rédaction. Ni Gauvain ni moi ne sommes infaillibles. Après échange de vues avec Gauvain, celui-ci déclara par téléphone qu’il ne tenait pas du tout à faire l’article et qu’il l’abandonnait très volontiers à Albert-Petit, car, pour rien au monde, il n’aurait voulu approuver Clemenceau. Il est bien certain que le public accueillera avec faveur l’article, très faible à mon sens, qui paraît ce soir tandis qu’il eût reçu celui que je projetais avec des pommes cuites. Cela m’eût été parfaitement égal. Et voilà comment je prends la responsabilité d’opinions qui sont fort loin des miennes.

Si je te dis tout cela, c’est que cette histoire dépasse de beaucoup la mesquine discussion de boutique à laquelle je te fais assister, mais elle est indicative de l’état actuel des esprits.

J’ai eu à téléphoner avec Maurice Pernot quelques instants après avoir pris la décision. Il a complètement approuvé mes collaborateurs contre moi et m’a ajouté ceci : Clemenceau a été averti à temps des choses que l’on préparait et il a pris sa décision énergiquement en connaissance de cause. Quand j’aurai avec vous deux minutes de conversation, et cela les vaut, je vous l’expliquerai. Je t’ai expliqué déjà que Pernot redoutait beaucoup, et avec raison, la chute de Clemenceau.

En revanche, ce soir, tout à l’heure, je suis allé à la salle de rédaction (?) où j’ai longuement causé avec un homme dont je t’ai parlé déjà [2], Van Cassel, qui, lui aussi, est très informé. C’est ce qu’il y a de mieux dans ce service. Il a eu malheureusement des chefs qui ne donnaient guère de garanties. Van Cassel, que j’interroge sans lui dire ce que je pense moi-même, donne tout à fait raison à ma théorie. Pour lui, Clemenceau a fait une faute que l’on paiera plus tard. On applaudit beaucoup aux chaque « J’ai dit » de Clemenceau et l’on ne se rend pas compte que c’est vingt-cinq voix qu’il se retire à chaque fois. Évidemment, il ne tombera pas dans la discussion parlementaire sur les passeports, mais, un beau jour, on sera tout étonné de voir que, sur une petite question, la majorité aura disparu, sera fondue.

Tout le monde semble très heureux de l’énergie avec laquelle le président du Conseil a mené l’affaire Caillaux. Ce dernier avait, avant les poursuites, une centaine de voix fidèles. Aujourd’hui, il y a bien dans la Chambre trois cents votes qui lui sont acquis. Il est à craindre que le dossier ne comporte que fort peu de choses. Ce que j’en sais, me dit Van Cassel, ne me rassure pas du tout sur l’issue de l’affaire. Alors, songez à ce qui arrivera lorsqu’on prouvera que Caillaux a été poursuivi par esprit de parti.

Van Cassel me parle des craintes que l’on a de l’offensive allemande. Il me dit que la plus grosse concentration est à Sedan, six cent mille hommes. L’empereur doit sous peu y passer une revue au cours de laquelle il « sucrera » son monde. L’ennui, me dit-il, c’est que, lorsque l’on doit faire une manifestation de ce genre, on en change constamment la date et l’heure. C’est juste une demi-heure après le départ du train impérial que la gare de X [3] a sauté, et l’auguste personnage n’aime pas beaucoup, paraît-il, ce genre de plaisanterie.

À toi.

Et

 

Sarrail va rentrer, me dit Van Cassel. Il vous étonnera, car sous l’influence de sa nouvelle famille [4], il est devenu tout à fait conservateur. Il demande l’Afrique du Nord, c’est-à-dire la place de Lyautey, mais Gérard demande la même chose. La lutte va être entre eux et ce sera curieux. Je me demande si la manigance dont je te parlais hier n’a pas cette raison comme point de départ, mais Van Cassel n’est pas au courant. Cependant, il s’exprime sans admiration pour notre proconsul d’Afrique. Il le trouve vieilli et quasi fini. Il l’a vu de près au ministère de la Guerre, et c’est ainsi qu’il s’est confirmé dans son jugement.

Van Cassel connaît très bien ton ami Deschamps [5] qui aurait tout à fait l’oreille de Clemenceau. C’est un coming sous-secrétaire d’État.

[1] Il s’agit du différend entre Clemenceau et Lyautey concernant le Maroc. Cf. lettre du 31 décembre 1917.

[2] Cf. lettres des 31 octobre 1917 et 15 novembre 1917.

[3] Non identifiée.

[4] Cf. lettre du 3 mars 1917.

[5] Louis Deschamps (1878-1925) est alors député d’Ille-et-Vilaine, membre de la commission de l’Armée et proche de Clemenceau.

2 février 191[8]

2 février 191[8]

 

Notre docteur, le docteur Farez [1] que tu connais, vient de recevoir ses deux petites nièces, filles de sa sœur restée à Lille auprès de son mari. Ces enfants, 8 et 12 ans, font un récit bien simple mais d’autant plus émouvant de leur voyage. Placée dans un convoi de rapatriés, leur mère n’a pas même eu la consolation de les accompagner à la gare. Elle a été bouclée par les autorités allemandes. Ces pauvres fillettes ont passé dix-sept jours, avec les personnes qui les accompagnaient, dans un fourgon à bestiaux. Comme hygiène, ce wagon avait été simplement lavé à grande eau et les pauvres transportés n’ont pu que séjourner dans l’humidité. Le voyage a duré un mois dans lequel les fillettes n’ont pu coucher une fois dans un lit. La plus longue étape fut en Belgique, dans une ferme. La fermière logea les enfants dans une maison abandonnée où il n’y avait ni un meuble, ni le plus simple vestige d’habitat. En revanche, il y avait des rats et des souris tellement que les pauvres petites, terrorisées toute la nuit, vinrent au matin trouver la fermière et la supplier de les prendre dans sa maison, lui affirmant qu’elles n’étaient pas méchantes et ne feraient pas de mal. La fermière apitoyée y consentit et leur permit de coucher par terre dans la ferme.

Le voyage, avec ses péripéties, dura un mois dans lequel les enfants ne couchèrent pas une fois dans un lit. Et il eût fallu voir les pauvres petites figures lorsqu’elles se sont trouvées en face de leurs couchettes : Un lit ! Un lit, disaient-elles, et c’était émotionnant, je t’assure.

Elles disent combien, en Suisse, on a été gentil pour elles, on leur a donné du chocolat. Et il faut les entendre prononcer ce mot : du chocolat, objet inouï, paradisiaque, simplement entrevu dans un rêve – du chocolat. Depuis trois ans, elles n’avaient plus connu cela, du chocolat.

On a été très gentil pour nous en Suisse et à Évian, mais en France on n’est pas gentil. – Tu sais que les buffets, hôtels, etc., touchent tant pour les convois de réfugiés. Une des petites, en retard pour le déjeuner, a été privée de son lait, c’était tant de boni pour l’entrepreneur, et pour peu que cela se reproduise quatre ou cinq cents fois, cela devient un joli bénéfice. – Non, on n’est pas gentil en France, disent les enfants !

Vois-tu quelque chose de plus poignant que cela ? Les avions, les maisons coupées en deux, tout cela c’est la guerre, mais cette férocité froide s’exerçant contre de pauvres enfants, n’est-ce pas une chose abominable et qui, plus que tout le reste, témoignera contre nos ennemis. Que dire aussi de la façon dont nos commerçants traitent mes compatriotes martyrisés pendant plus de trois ans.

Ton

Et

 

Je suis sorti de mon cadre, mais il n’y avait rien de bien intéressant.

[1] Paul Farez (1868-1940). Médecin.