Archives mensuelles : mars 2017

31 mars 1917

31 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai encore entendu parler ce matin des rapports de Nivelle et de Lyautey, et ce que nous racontait Lacrambe hier semble bien la vérité [1]. C’est du reste à cette intervention du gouvernement dans les affaires du commandement qu’il faut attribuer la phrase de la déclaration de Ribot. Comme tu te le rappelles, Ribot dit que le gouvernement aura un général en chef qui sera seul chargé des opérations.

Je disais à Koechlin venu me voir, ce que Ribot m’avait annoncé, c’est-à-dire le retour de Lyautey au Maroc. Koechlin le savait. Il en tenait la nouvelle de Lyautey lui-même avec qui il a dîné il y a quelques jours et qui lui a paru plutôt ennuyé de son coup de tête. Lyautey sent très bien que son retour au Maroc ne le rendra pas comme avant à son prestige. Autrefois il était l’homme à qui l’on accordait tout ce qu’il demandait parce qu’il n’avait qu’à parler de son départ pour que tout le monde s’incline. Aujourd’hui il n’en sera pas de même sans doute. Il est l’homme qui n’a pas réussi dans le poste que l’on a prétendu pouvoir être occupé par lui seul.

Quoi qu’il en soit et pour le moment il retourne au Maroc. En devenant ministre, il a cru qu’un homme ayant son passé et son expérience pourrait en imposer à la Chambre. Pas plus lui que Gallieni n’avaient réalisé ceci : c’est qu’un homme, quelque acquit qu’il ait amassé, quelque situation qu’il ait occupée, est par cela même un peu suspect aux élus du suffrage universel, et qu’il sera d’autant plus épluché que sa vie antérieure aura été en vue. C’est malheureux, mais c’est la caractéristique des démocraties. Là où un Lyautey ou un Gallieni inspireront de la méfiance, Tartempion, qui n’aura d’autre mérite que d’avoir été élu après un certain nombre de palinodies au suffrage d’un arrondissement sans connaissances techniques, presque sans instruction générale, trouvera l’oreille de la Chambre.

Je ne sais pas pourquoi mais la question du blocus vient subitement d’intéresser Alter ego. Comme j’avais besoin d’un filet pour aujourd’hui, j’ai accepté le sien en attendant qu’il fasse un article plus complet. S’il se réveille comme cela sur ce point spécial c’est qu’il y a sans doute une raison à cela. Pour le moment, je ne la saisis pas très bien. En relisant le petit article, j’ai trouvé qu’il faisait une part magnifique à Tardieu et une beaucoup moins belle à notre Denys [2]. J’ai même, je te l’avouerai, atténué quelques adjectifs qui me semblaient tout de même dépasser la note. L’article me mettra peut-être sur la voie. Tout ce que je sais, c’est qu’à un déjeuner auquel j’étais invité hier mais où je me suis excusé, Denys Cochin manifestait de l’inquiétude au sujet de l’interpellation. Il semblait se plaindre de ce qu’on l’interpellât après l’avoir empêché d’agir. Y aurait-il un piège ? Tu sais que Tardieu est devenu de ceux qui ne veulent pas d’action avant 1918 et qui ont dû pas mal influencer le ministre de la Guerre [3]. Lui et ses partisans semblent maintenant attacher une importance définitive à la situation économique allemande. Je crains beaucoup qu’ils ne se trompent et que les récoltes dans les immenses territoires envahis ne viennent donner raison aux gouvernants allemands qui affirment que l’on souffrira mais qu’on ne mourra pas de faim.

Le père Henri Joly [4], successeur à la ligue de Bérenger [5], est venu m’entretenir de la clientèle de certaines maisons qui, n’ayant plus d’adultes comme clientèle, débauchent la petite jeune de quinze à dix-huit ans. Il a reçu de nombreuses plaintes et voudrait insister pour que l’on prenne des mesures. Je suis harcelé également par des braves gens inquiets des progrès du mal napolitain et qui demandent une vigoureuse campagne contre le fléau. Mais ces apôtres se divisent en deux camps. Les uns veulent que l’on se préoccupe dans la lutte du côté moral et les autres du côté purement hygiène et santé publique. Il y a là entre eux un fossé profond qui les sépare et les empêche de marcher la main dans la main. Si on peut parler de main en ce cas.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

Nous tenons du célèbre Nivelon [6], huissier de Thierry, que la constitution de son cabinet a été extrêmement difficile. Il y eut bataille avant-hier. Enfin les gazettes annoncent qu’il est formé. Tout est bien.

 

[Suit un document confidentiel tapuscrit L’attaque du 21 mars 1917, 12 p.]

 

[1] Cf. lettre du 30 mars 1917.

[2] Denys Cochin, sous-secrétaire d’État au Blocus.

[3] Le ministre de la Guerre est alors Paul Painlevé.

[4] Henri Joly (1839-1925). Normalien. Doyen de la faculté des lettres. Professeur de philosophie. Il publie des travaux sur la criminologie.

[5] René Bérenger (1830-1915). Magistrat. Homme politique. Député républicain de la Drôme (1871-1875), puis sénateur inamovible (1875-1915). Catholique. Surnommé « Père La Pudeur », il fonde en 1894 la Société de protestation contre la licence des rues et présente son plan contre la pornographie et la prostitution.

[6] Nivelon. Huissier de Joseph Thierry, ministre des Finances.

30 mars 1917

30 mars 1917

 

Très intéressante visite ce matin à ce brave Ripault [1] avec lequel il est très lié, de l’intendant général Lacrambe en qui j’ai assez de confiance. C’est un esprit juste, sage et sans parti pris. Tu te rappelles que c’est lui qui fut le premier propagateur des coopératives militaires [2]. Il a dans ses attributions tout le ravitaillement de Noyon et les pays réoccupés. Il arriva donc un des premiers sur les lieux et constata l’étonnement des populations en voyant les Français en bonne santé, bien nourris, les chevaux gras et reluisants. Les Allemands étaient hâves, maigres et affamés et les chevaux étiques. Depuis bien des semaines, toujours au dire des habitants, le soldat allemand n’avait plus de viande et pour ainsi dire pas de pommes de terre, il faisait la soupe avec des raves ou des choux-raves.

Lacrambe nous dit également que le général Nivelle est hors de lui et qu’il en veut énormément au gouvernement. Depuis plus d’un mois il avait tout préparé pour bousculer le repli allemand, il avait disposé vivres, munitions pour cet objet, et ni Lyautey ni Briand n’ont voulu l’écouter et ont paralysé son initiative basée cependant sur des renseignements certains. Il serait décidé maintenant à ne plus se laisser ainsi entraver par les autorités gouvernementales.

Nos troupes auraient pendant quelque temps perdu le contact avec les arrière-gardes ennemies à cause du mauvais temps, mais c’est une division de cavalerie qui l’a rétabli. Il nous dit que notre cavalerie fut admirable. Les hommes seraient exaspérés par ce qu’ils voient des destructions allemandes, et si jamais on entrait en Allemagne il serait impossible de les retenir et de les empêcher de se livrer à de terribles représailles.

J’ai reçu aussi ce soir la visite de l’amiral Degouy .[3] Nous avons très longuement causé, presqu’une heure et demie. Te raconter sa conversation t’embêterait car tu penses combien de sujets on peut toucher en une heure et demie. Cependant, il m’a cité quelques faits qui m’ont paru prouver que l’esprit de routine et l’inertie sont aussi bien les hôtes de la rue Royale que de la rue Saint-Dominique. L’amiral a pris sa retraite deux mois avant la guerre. Avant de partir il avait laissé un travail qui lui avait coûté beaucoup de soin et de labeur. C’était, au début d’une guerre avec l’Allemagne, l’utilisation des sous-marins en se plaçant à tel point de la côte qu’il m’a désigné. La menace de guerre commence à se faire sentir à fin juillet. Il demande au cabinet du ministre si on a examiné son travail. Le chef de cabinet répond qu’il ne sait pas au juste où est le document, mais qu’il va le redemander pour en causer avec l’amiral le surlendemain. Degouy revient, c’était le jour de la mobilisation. L’amiral Pivet [4] (je crois) n’avait sûrement pas lu, et demanda une explication en se servant de la carte générale. Degouy répond qu’il a annexé à son travail une carte très complète et qu’il ne pourrait guère faire sa démonstration qu’avec cette carte-là contenant tous les détails nécessaires. Il comprit que jamais on n’examinerait son plan d’action. Il se retira.

Nous avons parlé de l’amiral Lacaze avec qui il est en bons termes. Je disais l’hostilité première du ministre contre l’aéronautique maritime. Je lui ai fait le récit de ce qui s’était passé pour les hydravions [5]. Il m’a répondu : Lacaze est l’homme qu’il faut à la Marine en ce moment car il est fin et sait se débrouiller avec les commissions, mais il a toujours montré de la répulsion pour tout ce qui est nouveau. Croiriez-vous que lorsqu’il était au cabinet de Delcassé, il nous a envoyé une circulaire par laquelle j’ai été touché comme commandant d’un cuirassé, circulaire qui défendait expressément aux sous-marins et torpilleurs de faire des essais de tir de torpilles sur des bateaux en marche. Tous les officiers, qui étaient même trop absolus en faveur des petits bateaux, furent effondrés et se demandèrent quand et comment ils pourraient s’exercer au torpillage.

Degouy croit que la guerre durera encore l’année prochaine, il ne voit aucun moyen de la terminer cette année.

On m’a téléphoné de la Chambre que les Allemands décollaient de Champagne. Trois villages seraient en feu au-dessus de Reims.

As-tu lu la lettre extraordinaire de Fels à un petit canard fait par Gohier [6] ? Je vais te la rechercher si tu ne l’as pas. C’est du haut comique.

Ton vieil

Et

[1] Eugène Ripault (1858-19). Secrétaire général du Journal des Débats.

[2] Cf. lettre du 3 mars 1917.

[3] Robert Degouy (1852-1942). Amiral. Commandant du cuirassé d’escadre Charles-Martel (1910). Major général du 4e arrondissement de marine (1911). Il a reçu deux médailles d’or pour ses travaux publiés dans la Revue maritime. Prix extraordinaire de l’Académie des sciences (1889).

[4] Louis-Joseph Pivet (1855-1924). Amiral. Commandant en chef, préfet maritime de Cherbourg (1914).

[5] Cf. lettres des 16 et 17 février 1917.

[6] Urbain Gohier (1862-1951). Urbain Degoulet-Gohier, dit Urbain Gohier. Avocat. Journaliste. Rédacteur au Cri de Paris, au Matin, à l’Intransigeant, à la Libre Parole. Collaborateur de nombreux journaux.

29 mars 1917

29 mars 1917

 

Il m’a été impossible d’écrire une ligne hier, mon vieux Pierre, ma journée a été prise tout entière tu sais par quoi au début, et la suite par une cérémonie qui m’a mené jusqu’à la gare de Lyon.

Dans la soirée, j’ai vu le célèbre Grunebaum-Ballin [1]. Tu sais qui est cet homme. Ce fut lui qui travailla avec Briand à la séparation de l’Église et de l’État. Très intelligent, Juif comme son nom l’indique, et neveu du célèbre Ballin [2], le grand armateur de la Hamburga. Personne au monde ne donna l’aspect d’une trouille plus verdâtre que ce pauvre Ballin lors de la marche des Allemands sur Paris et nul ne décampa avec plus de rapidité. Il se voyait déjà pincé, fusillé, grâce à la bonne protection de son cher oncle. Il fut depuis envoyé à Salonique, mais se sépara de Sarrail d’une façon retentissante. Je ne me rappelle pas très bien les circonstances. Il me dit qu’à un moment nous tenions complètement la Macédoine. Si nous l’avons perdue ce fut la faute du général en chef qui nomma aux fonctions de gouverneur etc., des hommes de police. Quand, un jour, on fera l’historique de la police en Grèce, je vous assure, m’a-t-il dit, qu’on pourra lire des choses curieuses et inattendues.

Pour continuer la Grèce, j’ai déjeuné ce matin chez le petit Rodocanachi [3]avec Romanos et Diomède, l’ancien ministre. Ce dernier qui ne devait passer que huit jours à Londres a fini par en rester quarante-cinq [4]. Tout est plus long qu’en France, m’a-t-il expliqué. Les Anglais ont improvisé tout. Le War Office, qui n’était autrefois qu’un petit bureau, est devenu une formidable administration. Le gouvernement anglais a réquisitionné cinq mille chambres. Mais, dit-il, tout cela ne marche pas sans bien des lenteurs et des difficultés. Je lui ai demandé s’il était satisfait de son voyage et s’il revenait avec une bonne impression. Pour la guerre, oui, m’a-t-il dit. Les Anglais iront jusqu’au bout, la question ne se pose pas. Ils auront la victoire parce qu’ils la veulent, le temps, l’argent, tout cela ne compte pas. Quant à mon point de vue, c’est autre chose, a-t-il ajouté. Du reste, je viendrai causer avec vous et avec Gauvain. J’ai la frayeur de l’Italie. – Cependant, lui ai-je dit, j’ai entendu parler (Grunebaum-Ballin) d’un changement de politique du célèbre ministre d’Italie qui maintenant serait tout à fait miel et sucre pour la cause nationale. – Je ne le crois pas et je vous le répète, j’ai la frayeur de l’Italie.

Il y avait à déjeuner également Gouin [5], le constructeur des Batignolles qui fait du 155 en ce moment. Il est bien de notre avis et ne croit pas que la guerre puisse continuer l’année prochaine. La situation économique paralysera tout.

Cependant, lui ai-je fait remarquer, il me semble que vous avez à peu près tout ce qui vous faut comme acier, etc.

– Oui, mais pour combien de temps ? À mon avis nous pourrons marcher jusqu’à l’automne, après c’est l’inconnu, financièrement et industriellement. C’est pour cela, a-t-il ajouté, qu’il faut faire quelque chose sur notre front avant cette époque-là. Nous n’avons pas besoin de plus d’artillerie que nous en avons, et celle des Anglais est formidable. Presque chaque semaine ils reçoivent une batterie de six pièces, et je suis très certain que l’Allemagne est beaucoup plus affaiblie qu’on ne le croit.

Gouin est administrateur du Nord, il croit pour l’après-guerre à une crise bien plus forte que celle qui sévit en ce moment. On ne peut plus dans le monde entier se procurer des locomotives, et tout le matériel est disloqué. Les machines ne font leurs trajets qu’avec des pannes nombreuses et les wagons commencent à être hors d’usage. La guerre finie, on croira qu’on peut reprendre le trafic et on s’apercevra que rien ne pourra fonctionner.

Un détail amusant qui m’a été raconté ce matin par un garçon qui est l’ami de Briand. Croirais-tu que l’ex-Premier continue à habiter le ministère de la Justice. Il a bien son domicile avenue Kléber, mais pour lui c’est un bureau où il va le matin. Briand est un être casanier et pour qui tout changement de visage ou d’objet est une catastrophe. Quand il vint à la Justice, il trouva là un garçon qui lui convint comme valet de chambre et dont il ne voulait pas se séparer. Devenu ministre des Affaires étrangères il voulut emmener son homme au Quai d’Orsay. Ce ne fut pas possible car chaque ministère a ses cadres. Tu peux changer le ministre mais pas les huissiers. Briand demande alors à Viviani s’il ne pouvait l’autoriser à rester à la Justice. Viviani qui habite boulevard de Courcelles l’appartement de Calmette lui dit : Reste si tu veux, cela m’est bien égal. Et voilà comment Briand continue à coucher à la Justice n’étant plus ministre et après avoir été aux Affaires étrangères.

Je dois te dire qu’il couche aussi ailleurs. Il ne doit pas plus aimer les changements de f…

À toi.

Et

[1] Paul Grunebaum-Ballin (1871-1969). Auditeur au Conseil d’État. Il a été secrétaire adjoint de la commission extraparlementaire chargée d’élaborer un projet de réglement sur la séparation de l’Église et de l’État.

[2] Albert Ballin (1857-1918). Allemand, d’origine juive. Armateur, président de la Hamburg-America Line et chef du lobby maritime allemand.

[3] 54, rue de Lisbonne, Paris, VIIIe.

[4] Cf. lettre du 24 janvier 1917.

[5] Édouard Gouin (1876-1922). Président de la Société de construction des Batignolles qui a des chantiers dans différents pays. Administrateur de plusieurs compagnies de chemins de fer et régent de la Banque de France.

27 mars 1917

27 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

As-tu su que le général Roques avait eu une conversation d’une heure et demie avec Painlevé à la suite de laquelle il aurait reçu un commandement du côté de Prades. Ce serait bien la juste récompense de tous ses méfaits.

Bailloud, hier au soir, à propos des sous-marins, me disait qu’il y avait eu quelque chose de vrai dans la nouvelle que Beyens t’avait donnée. Un sous-marin est en effet entré dans un port, mais du nord de l’Angleterre et non de Southampton, à la voile avec le drapeau blanc. Puis, une fois dans le port, la voilure avait disparu ainsi que le drapeau, le navire avait plongé, puis disparu. On en avait conclu qu’il y avait eu deux révoltes à bord. De plus, Bailloud, d’après le ministre de la Marine, ajoutait qu’un sous-marin s’était rendu en pleine mer. Ce doit être la vérité, si cette histoire a rapport au même bateau, car on vient de me téléphoner de la Chambre que le Pothnau et un autre bateau auraient été coulés et qu’un sous-marin se serait rendu. Nous attendons confirmation. Le pauvre vieux Pothnau ! je me souviens que je l’avais visité autrefois. Il avait été à Cronstadt, et ses appartements avaient été aménagés avec luxe pour le président.

Un des secrétaires de l’ambassade de Russie disait hier à un de mes collaborateurs qui exprimait quelques craintes sur l’avenir russe : « Vous ne savez pas à quoi vous avez échappé. Rien de pire ne pourrait vous arriver que ce à quoi il fallait s’attendre avec l’ancien régime. »

Au revoir, old man.

Et

26 mars 1917

26 mars 1917

Tout ceci pour toi à cause de

la nature des conversations.

 

Mon cher Pierre,

 

Hier au soir, Robert de Caix me téléphonait en me priant de demander une audience à Ribot le plus tôt possible afin de tâcher de le convaincre de donner certaines latitudes financières à des missions, dont je crois t’avoir signalé le but déjà, sur le point de partir pour la Russie. Voici l’explication :

Il est certain que si nous pouvons quelque chose au cataclysme russe, c’est en envoyant là-bas des hommes capables de faire entendre raison aux gens de gauche et de leur montrer que les Alliés doivent vaincre pour que le peuple russe puisse être libre. Il faut que l’on use de ces hommes comme intermédiaires pour aider pécuniairement les Russes de gauche à créer des organes de parti patriotes. Les journaux peuvent être le meilleur et le plus discret moyen d’acheter des consciences sous couleur de rétribuer des collaborations.

On avait décidé d’envoyer là-bas un nommé Charles Dumas [1], secrétaire de Guesde, « socialiste patriote » comme il s’intitule, et en relations avec de nombreux socialistes russes. Ribot, toujours homme de courage, n’ose pas lui allouer un viatique de peur de se compromettre. De Caix a connu la situation par un grand personnage qui est près du président du Conseil et qui lui a conseillé de me faire agir auprès de ce dernier.

J’ai donc téléphoné ce matin au cabinet de Ribot qui m’a prié de venir aujourd’hui même à 4 h 1/2. Je me suis rendu à l’heure dite au ministère où j’ai été reçu très aimablement après avoir croisé Leygues, président de la commission des Affaires extérieures, qui sortait du cabinet ministériel.

J’ai demandé quelques renseignements, tout d’abord sur ce qui se passait à Pétrograd. Cela ne va pas bien, m’a répondu Alexandre le grand, on est menacé d’une grève des chemins de fer et l’armée de Pétrograd vit dans l’anarchie. Le gouvernement provisoire est extrêmement faible (Ô Ribot !). Vous savez sans doute que l’armée de Pétrograd n’est composée que d’hommes qui ne sont jamais allés au front et ne veulent pas s’y rendre. Eh bien, le gouvernement a cédé, paraît-il, et pour obtenir la soumission aurait promis à ces troupes qu’elles ne seraient jamais envoyées au front. N’est-ce pas joli, Ribot déplorant et ne comprenant pas un cannage. J’ai entamé alors mon sujet, mettant simplement en cause les bureaux et regrettant que l’on hésite à sacrifier quelques dizaines de mille francs pour épargner des milliards. Que dis-tu de cette économie quand on risque, si la Russie flanche, d’avoir claqué cent milliards pour être tout de même vaincus par l’Allemagne !

J’ai malgré tout compris que Ribot était buté et le désir de son adjoint de faire intervenir ceux qui disposent d’une parcelle d’opinion. Je n’ai cependant pas perdu courage, je lui ai raconté ce que je savais de la caisse pangermaniste qui donnait dans la Freie Press des articles de tous nos hommes politiques depuis Tardieu jusqu’à Clemenceau en passant par Adolphe Brisson [2]. Je l’ai mis au courant de l’affaire de l’ABC de Madrid avec Maurras, affaire que je t’ai signalée en son temps car j’y ai été mêlé pour faire cesser ce scandale offert avec la plus parfaite bonne foi par Charles Maurras dont la vanité était en jeu. Enfin, j’ai fait ce que j’ai pu, sans être certain de l’avoir convaincu. Il m’a dit qu’il y avait deux missions, l’une de Moutet et l’autre de Delmas. Il y avait une telle différence dans les demandes de l’une et de l’autre qu’il avait complètement souscrit aux exigences de la première, mais rogné celles de la seconde.

En sortant, j’ai mis Arnauné au courant pour qu’il insiste s’il en a l’occasion. Il me l’a promis car il m’a fort bien compris.

Changeant de sujet, nous avons parlé de l’Orient. Ribot m’a dit : Leygues sort d’ici, j’ai été obligé de le mettre au courant d’une chose qu’il ne connaît pas et que la commission ignore aussi. C’est que dans nos accords avec l’Angleterre au sujet de l’Orient, la Palestine est internationalisée, mais nous avons la Syrie. Gardez cela pour vous et pour que vous soyez au courant. L’Angleterre vraiment tire beaucoup à elle.

J’ai aussi, continue notre Premier, une assez bonne nouvelle à vous annoncer et que je ne veux pas dire encore, c’est que j’ai causé avec Lyautey. Il est tout à fait calmé et je l’ai amené à me demander son retour au Maroc. Je le lui ai promis, mais il désire que cela ne se sache pas encore car il a l’intention de faire une cure à Vichy, et si son retour était connu il n’en aurait pas le loisir, une foule de questions restant à régler.

J’ai pris congé du grand Alexandre et suis tombé dans le salon d’attente sur le successeur à la rue de Rivoli [3]. Comme je savais dans quel état avaient été laissées les finances de la République, j’ai posé quelques questions insidieuses auxquelles il m’a été répondu par des bras au ciel. « Mes paiements ne sont pas assurés jusqu’au mois de mai. Ah ! il est parti au bon moment ! »[4]

Tout va bien, comme tu vois.

Pendant que j’attendais mon entrée chez le président, j’ai vu arriver le petit Bailloud qui, du plus loin qu’il me voit, me dit : Ah ! vous savez, vous m’avez donné un faux renseignement avec les sous-marins qui se seraient rendus. Je lui avais en effet raconté l’histoire de Beyens corroborée par une autre affirmation qui m’avait été faite tout au moins pour un sous-marin.

J’ai dit au général que je ne lui avais rien affirmé, je m’étais borné à lui répéter ce que j’avais entendu. Nous étions en train de bavarder lorsque d’Ormesson est venu recevoir et écouter le guerrier. Ils se sont mis dans un coin du salon et j’ai parfaitement entendu la conversation. Bailloud demandait à partir avec un corps expéditionnaire que l’on enverrait en Syrie. Si ce n’est que deux ou trois bataillons, disait Bailloud, cela m’est égal, j’irai parfaitement à leur tête car je connais très bien le pays. Pauvre Bailloud, il dessèche de ne rien faire. Mais ce que j’ai retenu c’est cette annonce d’envoi de troupes, et cela m’a rappelé que Jean de Kergorlay [5] m’écrivit il y a quelques jours et m’envoya un petit article sur Tripoli de Syrie en me disant que si le projet de débarquement s’exécutait, je pourrais mettre cet article-là de suite.

J’avais su d’autre part le matin même que les Anglais, numériquement très supérieurs aux Turcs, pourraient dès aujourd’hui entrer en Palestine, mais qu’ils ne veulent rien faire avant que le chemin de fer soit achevé et qu’ils aient leur ravitaillement tout à fait assuré.

Longue conversation avec Lasteyrie [6], tout à fait gentil et intelligent. Il m’a parlé de la question du blocus que l’on va rendre de plus en plus étroit dans les trois mois qui vont suivre. Il estime comme moi que si la guerre ne se termine pas cette année le temps jouera contre nous. Les Allemands ont pris leurs dispositions pour faire des récoltes en Roumanie et dans tous les pays envahis et la situation ne sera plus la même.

J’avais oublié de te noter un propos de Thierry qui revenait du Sénat, très ennuyé de l’attitude de ce dernier qui est enragé contre Thomas à propos de Roume [7].

Ribot, m’a-t-il dit, croyait et m’avait affirmé que tout était arrangé avec Aimond (le rapporteur), mais naturellement Aimond l’a trahi et rien n’est arrangé.

À toi.

Et

[1] Charles Dumas (1883-1955). Homme politique. Socialiste démocrate. Secrétaire de Jules Guesde.

[2] Adolphe Brisson (1860-1925). Journaliste. Écrivain. Critique dramatique. Directeur des Annales politiques et littéraires.

[3] Joseph Thierry devient ministre des Finances le 20 mars 1917.

[4] C’est Alexandre Ribot qui était ministre des Finances.

[5] Jean de Kergorlay se consacre à l’archéologie et aux voyages.

[6] Charles de Lasteyrie du Saillant (1877-1936). Comte. Archiviste paléographe. Homme politique. Inspecteur des Finances. Chef de cabinet de Denys Cochin (1915-1916), successivement ministre d’État, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, sous-secrétaire d’État chargé du Blocus (1916-1918). Membre de l’Union. Officier de la Légion d’honneur.

[7] Ernest Roume (1858-1941). Conseiller d’État. Administrateur colonial. Gouverneur général de l’Indochine (janvier 1915-janvier 1917).

25 mars 1917

25 mars 1917

 

Je t’avais un peu espéré ce matin, mon cher Pierre, aussi n’avais-je pas mis hier mon mot à la poste. Du reste, pour ce que j’ai à te raconter je suis vraiment un peu honteux de prendre ton temps.

Enfin, voici toujours une conversation de Barthou de ce matin. Comme tu dois le penser, le brave homme est ulcéré à un point extraordinaire. Ne pas être dans un ministère nouveau, quel terrible signe d’incapacité pour celui qui est en fonction ! Quoi qu’il en soit, c’est contre l’imbécillité des partis ministériels qu’il s’en prend. Ceux-ci n’ont pas vu que Thierry aux Finances, c’était Caillaux à ce ministère, un Caillaux adouci, ne donnant pas d’inquiétudes mais allant jusqu’au bout de ses doctrines… Eh ! Eh ! D’autre part, d’un air de mépris il nous dit que personne n’a vu la gaffe de Ribot dans son discours à la Chambre. Ribot, qui n’est pas maître de son éloquence et se laisse aller à une diatribe contre les monarchies, sentit la gaffe au cours de son discours et voulut se rattraper en faisant l’éloge du czar ! « La gaffe alors fut double, car n’ayant pas pensé que nous avions des monarques comme alliés, il les a froissés et l’éloge du czar ne pouvait que mécontenter le nouvel ordre de Russie ! »

Voilà ce que dit cette belle âme qui habite un corps de candidat ministre.

L’Agence républicaine, dont plusieurs fois déjà je t’ai parlé comme l’émanation spéciale de Caillaux, m’envoie aujourd’hui une circulaire spéciale en dehors de sa feuille habituelle. C’est un éloge du ministère Ribot, mais un éloge jésuitique. Ribot est couvert de fleurs mais… il a commis une irrégularité ou plutôt le président de la République a été irrégulier :

La démission d’un ministre est généralement la suite de débats parlementaires dans lesquels la Chambre a approuvé les adversaires du cabinet, et c’est à ces derniers que le président doit s’adresser. Ce n’est pas ainsi qu’il a agi. Loin d’appeler ceux qui avaient critiqué le cabinet, il ne les a même pas appelés à consultation. Le président de la République a semblé méconnaître ou dédaigner la volonté du Parlement. – Le ministère Ribot en souffre devant l’opinion républicaine.

Aucune importance pour le moment, mais à noter.

À toi.

Et

24 mars 1917

24 mars 1917

 

Old Peter,

 

Tu sais que ce matin, au téléphone, je te parlais des intentions que l’on prêtait au gouvernement provisoire russe d’abandonner les projets sur Constantinople. Quelques instants après, ayant rendez-vous avec Jules Cambon, je suis allé le voir au Quai d’Orsay et je lui ai posé la question : « Jamais de la vie, m’a-t-il répondu, et le nouveau gouvernement sera sur ce chapitre plus intraitable que l’ancien. »

Inutile de te dire, n’est-ce pas, que l’information qui m’avait été donnée me venait des messieurs qui sont à la censure des télégrammes ou plutôt des radios, et leur perspicacité avait découvert ces nouvelles tendances au désintéressement.

Ce que j’ai eu de plus curieux aujourd’hui, c’est une explication sur les affaires des coopératives militaires. Tu te rappelles qu’à la Chambre on avait jeté un général aux gémonies, qu’on l’avait accusé d’avoir voulu ruiner les coopératives au profit des trafiquants de Paris ou des villes d’arrondissements. Naturellement, le général accusé était celui qui avait signé la circulaire aux armées. Tu savais comme moi du reste, que l’initiative de ces mesures en revenait à certains membres du cabinet. La Chambre n’a pas cherché plus loin et Millevoye même aurait parlé de frapper ces officiers d’affaires.

J’ai là sous les yeux, et je te la montrerai quand je te verrai, que la circulaire Pellé a été envoyée sur l’ordre direct de notre Thierry. Ni ce dernier ni le ministre n’ont bronché pour prendre la défense du subordonné. Après l’algarade, ils lui ont écrit une belle lettre dans laquelle ils le dégagent de toute responsabilité, mais cette lettre n’a jamais été rendue publique tandis que les débats de la Chambre étaient universellement lus.

Comme à tout cela il faut bien une sanction, c’est Pellé qui est puni car il commande une division mais on ne le nomme pas divisionnaire, contrairement à toutes les promesses et les engagements.

Comme nous avons des caractères au pouvoir !

            Good bye.

 

Reçu la visite de Roger [1]. Je te fais grâce des discours de notre guerrier. Tu as dû les entendre déjà et tu sais de quelle couleur sont ses pensées.

[1] Roger Luzarche d’Azay.

23 mars 1917

23 mars 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Ne trouves-tu pas, en lisant tous les comptes rendus des circonstances qui environnent l’abdication du czar, de terribles analogies avec les choses qu’on entend ici dans certains milieux. Les propos de l’entourage du couple impérial ne sont-ils pas à peu de choses près ceux que l’on entend dans ce qu’il est convenu d’appeler la société. À ce propos, je me suis rappelé un dîner où j’étais invité par Joseph Cornudet et où se trouvait aussi Béarn, le prince de Béarn et Chalais. Ancien diplomate, il revint à l’activité auprès de Margerie [1]. C’était à peu près au moment de l’assassinat de Raspoutine et naturellement on parlait de la Russie. Béarn, et là tu verras les qualités spéciales de nos diplomates dont les raisonnements correspondent à la catégorie sociale, soutenait que l’impératrice était obligée de se ranger du côté des ultra-conservateurs, que c’était pour elle une nécessité absolue dans son désir de conserver le trône à son fils, que du reste elle n’avait pas de sympathies particulières pour l’Allemagne mais que, menacée par la révolution, elle prenait le seul moyen pour sauvegarder la couronne. M. de Béarn paraissait même approuver cette conduite politique qui a si bien réussi.

Je crains bien que les Russes ne fassent la grande bêtise de traduire en jugement leurs anciens souverains. Si ce que l’on dit ce matin est vrai et que l’on ait laissé filtrer la correspondance Protopopov, il se créera très rapidement un courant d’opinion irrésistible et la pauvre tzarine pourrait bien être entraînée ainsi que son mari comme responsable.

Dans nos milieux socialistes on est inquiet, on craint beaucoup que les pacifistes n’arrivent à prendre le dessus et l’on s’efforce de paralyser le mouvement. Interrogé ce matin, Renaudel nous a répondu que le parti allait travailler à empêcher cette campagne. Il a obtenu déjà que certains de nos pacifistes notoires se déclarassent ouvertement pour la continuation de la guerre contre le despotisme allemand, le despotisme russe étant d’ores et déjà vaincu. À l’instant, j’apprends qu’une délégation de deux membres du parti, dont Moutet, vont partir pour la Russie afin de s’aboucher avec les révolutionnaires de palais de Tauride. D’autre part, la commission des Affaires extérieures enverra également une délégation auprès du gouvernement provisoire.

Je crois avoir fait allusion en son temps dans mes lettres à des renseignements que m’envoyait parfois une personnalité suisse, du reste assez mystérieuse. Elle m’avait adressé à une époque, quelques mois avant que n’éclatât l’affaire du colonel de Loÿs, de telles précisions sur les menées de l’état-major fédéral que j’avais cru de mon devoir d’en informer Piccioni [2], Delcassé regnante, et Piccioni m’avait beaucoup remercié, les détails que je lui donnais recoupant certains rapports qui lui étaient parvenus.

J’ai reçu aujourd’hui de cette personnalité quatre grandes pages qui n’ont pas le même intérêt mais qui sont assez indicatives du sentiment suisse.

Elle s’élève assez vivement contre les campagnes bruyantes que nous faisons. Elle condamne les discours, les banquets, les airs guerriers de France joués à tort et à travers. Elle revient sur le banquet de cet hiver dont nous croyions les convives de vrais Suisses et qui n’étaient rien moins que cela. Elle ajoute : « Vous feriez mieux d’envoyer des gens actifs pour s’occuper un peu du commerce, pour voir que les places sont déjà prises par les Boches et pour constater qu’après la guerre, grâce à la lenteur, à la routine et à la paresse françaises, le commerce, en Suisse française, reprendra avec l’Allemagne plus fort qu’avant la guerre. »

Elle me supplie d’attirer l’attention de qui de droit sur cette question. Hélas ! Qui de droit ?…

Puis cette personnalité passe à la question des internés. Elle désirerait qu’on s’en occupe d’urgence. Je crains qu’elle n’ait que trop raison car je savais par notre ami Muret que nos internés font une noce carabinée. Voici toutefois comment la lettre résume les griefs :

– Les internés sont en train de se démoraliser et de contracter des habitudes diverses, également funestes.

– Le séjour que sous prétexte humanitaire on leur permet dans les villes est déplorable. Le très petit nombre de ceux qui étudient auraient étudié n’importe où, et les autres…

– Les travaux que fait la masse des internés sont mieux organisés que l’année dernière mais la plupart sont inutiles et ne préparent les hommes à reprendre un travail après la guerre.

– La conduite des internés est peu édifiante et fait du tort à leur pays. Toutes les femmes n’étant pas hystériques et tous les hommes n’étant pas toqués, ceux-là commencent à trouver que le bleu horizon est mieux vu de loin et prochainement on trouvera qu’on l’a trop vu.

La conclusion serait qu’on en rapatriât le plus possible. La chose serait peut-être faisable.

Au revoir, old man.

Et

[1] Henry de Béarn (1874-1947). Diplomate. Secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg en 1907, il devient secrétaire de Pierre de Margerie en 1916.

[2] Camille Piccioni (1859-1932). Diplomate. Chef adjoint du cabinet du ministre des Affaires étrangères, Théophile Delcassé (1898-1905).

22 mars 1917

22 mars 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Rien d’intéressant aujourd’hui pour le pensum. Journée très chargée de besognes ingrates et pas une minute pour griffonner les propos recueillis.

Je ne sais pas pourquoi l’on ne se décide pas à publier la perte du Danton [1] survenu sur les côtes de Sardaigne. Je crains bien qu’il n’y ait que très peu de survivants, si toutefois il y en a.

Quelqu’un a prétendu aujourd’hui connaître ce qui restait du discours de Lyautey lorsque celui-ci fut interrompu par les clameurs d’extrême gauche. Il continuait sa protestation contre le Comité secret par un blâme à l’égard des généraux qui auraient cru devoir parler dans une séance de ce genre et terminait par l’annonce de sa démission.

De toutes les lettres que je reçois de province il ressort que le pays ne goûte guère ce nouveau ministère. D’une façon générale on s’étonne de la présence immuable de Malvy, et on se demande quel est le paragraphe de la Constitution qui décrète que Malvy et Viviani feront obligatoirement partie de tout cabinet en temps de guerre. Et cependant, Malvy, qui jouit à la fois de la confiance de Poincaré et de celle de Caillaux, a joué un rôle important dans la formation du ministère. C’est dans son cabinet que beaucoup de conciliabules eurent lieu, c’est chez lui que s’élaborèrent la plupart des actes préparatoires. On admet aujourd’hui qu’il assistera aux séances du Comité de guerre. J’aime à croire que ce dernier ne sera plus que le Conseil national d’antan dans lequel se racontaient beaucoup de calembredaines mais où aucun plan sérieux n’était étudié. Sans cela la chose serait grave.

Puisque je fais allusion à Caillaux, je t’avais signalé l’apparition de cette feuille publiée et rédigée par un homme du Bonnet rouge. Elle paraît régulièrement imprimée sur très beau papier, ce qui prouve que l’argent ne manque pas dans cette officine. Chaque numéro publie le portrait tracé d’une plume bienveillante d’un homme du jour. Le premier ainsi mis en vedette fut naturellement le patron, puis ce fut Delanney, ensuite, le tour de Sarrail arriva. Ce n’est pas mauvais car nous pourrons ainsi déterminer l’état-major présent ou futur de l’ancien ministre des Finances qui s’agite en ce moment de façon désordonnée. Sent-il son moment venir ? Je le crois.

Quant à Painlevé, il a pris comme chef du cabinet civil Bonifas [2], un homme qui fut déjà au cabinet de Clemenceau. On lui prête l’intention de prendre comme chef du cabinet militaire un colonel Morin qui passe pour un homme de valeur. Liesse, qui a Painlevé au Conservatoire [3] et qui le connaît bien, nous dit qu’on ne saurait imaginer l’importance pour cet homme-là d’une bonne influence auprès de lui. Personne n’est comme lui influençable, et s’il a auprès de lui quelqu’un de bien, il peut faire des choses excellentes. Naturellement, le contraire est aussi vrai.

Croirais-tu que le célèbre défenseur de Liège, le général Leman [4], est d’origine allemande très proche. Wilmotte me disait tenir de sa bouche que son grand-père s’appelait von Lehman. Le pauvre homme s’emploie maintenant à des recherches de bibliothèques.

Au revoir, old man.

Et

[1] Le cuirassé Danton est coulé le 19 mars 1917 par un sous-marin à San Pietro.

[2] Bonifas. Chef du cabinet civil de Painlevé.

[3] Le Conservatoire national des arts et métiers où André Liesse est professeur d’économie industrielle et statistique (1894-1929) et dont Paul Painlevé est administrateur.

[4] Gérard Leman (1851-1920). Militaire. Général. Fils de Georges-Auguste Leman et de Marie Kips. Il s’illustre lors de la défense de la ville de Liège en août 1914. Il est fait prisonnier et transféré en Allemagne (1915-1917) puis libéré pour raisons de santé.

21 mars 1917

21 mars 1917

 

Le manifeste de Ribot est accueilli assez mal dans nos milieux de presse. J’étais à une réunion syndicale où je l’ai entendu juger. On s’accorde à trouver que ce sont des phrases assez bien construites mais ne voulant rien dire. Les conservateurs Écho, Figaro, etc. lui reprochent avec violence de ne parler que des paysans et ouvriers. Au cours de notre réunion, Reynaud [1], l’ancien ministre aujourd’hui directeur de L’Heure, nous dit que la déclaration a été accueillie à la Chambre par de fréquents applaudissements. Cela se peut mais ce ne fut pas le cas chez les journalistes. On ne prête à ce pauvre Ribot qu’une durée très éphémère. Les séides de Briand disent qu’il vivra quelque temps parce que l’ancien président a le désir véritable de se reposer. Les autres annoncent que Painlevé le coulera pour prendre lui-même la présidence du cabinet qui lui succédera. Je ne te signale tous ces potins qu’à titre de curiosité, mais il est certain qu’avant la séance les radicaux-socialistes étaient en colère. Ils annoncent que l’on sortira d’une façon certaine l’affaire de Roanne. C’est cette grande entreprise de produits chimiques qu’on a cherché à faire nationale, et dans le lancement de cette affaire il y eut, dit-on, matière à scandales.

Comme je suis sans nouvelles de la Chambre, il n’y a qu’à attendre.

Tu as connu une assez sale histoire qui fut racontée au Comité secret. Un colonel prit sur lui de commander mille quatre cents avions qui ne se recommandaient par rien autre que par quelques pots-de-vin, et la commande fut faite sous les yeux de Guillemin qui n’y vit goutte. Le colonel Renard est venu aux nouvelles pour se renseigner sur Daniel-Vincent [2] que je ne connais pas. Je sais seulement que c’est un gros homme, qu’il a fait des rapports, mais j’ignore s’il est qualifié pour le poste qu’il va occuper.

Un de mes collaborateurs qui est capitaine à l’armée anglaise et qui repart ce soir, nous a beaucoup intéressés par ses impressions sur le repli allemand absolument voulu sur des positions dont on possède les photographies. Il m’a cité un exemple assez comique des effets de l’artillerie anglaise. D’après le commandement, Puisieulx devait être complètement anéanti. On marche sur le village. Pas d’Allemands, mais presque rien n’était demoli. Et ce fut le sujet de plaisanteries qui durent encore dans lesquelles on félicitait les artilleurs d’avoir si admirablement tiré dans les jardins pour respecter les maisons.

Pendant quatre ou cinq jours avant l’avance, les patrouilles se repliaient parce qu’elles rencontraient des feux de mitrailleuses jusqu’à ce que la retraite ennemie, complètement effectuée, on occupait le terrain.

Mais l’armée anglaise va faire bientôt quelque chose de plus important, et ce serait même imminent.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Étienne Raynaud (1860-1927). Homme politique. Ancien ministre. Directeur de L’Heure.

[2] Charles Vincent, dit Daniel-Vincent (1874-1960). Homme politique. Sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique militaire dans le gouvernement d’Alexandre Ribot du 20 mars au 12 septembre 1917.