Archives mensuelles : février 2017

28 février 1917

28 février 1917 [1]

 

Mon vieux Pierre,

 

            Entendu pour mardi soir.

 

Rien de particulièrement intéressant à signaler au long de cette journée. Cependant, un commandant qui est arabisant et connaît très bien l’Orient nous a dit que les Anglais seraient à Bagdad d’ici à une quinzaine de jours. Il y a environ cent cinquante kilomètres, je crois, il ne faudrait pas pour cela qu’ils aient à livrer beaucoup de combats en route.

As-tu entendu dire qu’on se battait sur notre front ? On dit beaucoup qu’il y aurait une action commencée depuis 48 h, mais on ne dit pas exactement où.

Je ne sais si je t’ai parlé hier de l’envoi que l’on m’a fait de New York d’un récit très curieux publié par un journal américain. L’auteur en serait un typographe hollandais qui, pour suivre les cours de l’université de Berlin, aurait contracté un engagement avec l’imprimerie du Vouvaerts et serait resté quatorze mois en Allemagne de 1915 à 1916. Il raconte ce qu’il a vu et entendu. Tout est tellement poussé au noir que je ne le donnerai pas. Je crains que ce ne soit guère authentique. Pour lui, c’est la faim qui a poussé l’Allemagne aux offres de paix et c’est la famine qui amènera l’écroulement. Ce récit est très vivant, très pittoresque et se passe dans une classe dont on n’a jamais beaucoup dépeint la situation actuelle. Néanmoins, malgré toutes les réserves que je pourrais faire, il me paraît dangereux de publier quoi que ce soit montrant l’Allemagne à deux doigts de l’abîme. C’est un mauvais service à rendre à notre public et on ne l’a déjà que trop leurré. Le récit est intercalé de quelques lettres de protestation écrites par des Américains d’origine allemande qui réfutent les assertions du Hollandais mais surtout dans les petits détails, notamment en ce qui concerne la grossièreté des policiers ou des agents de toute sorte.

Une lettre de notre correspondant de Londres nous montre le travail accompli en Angleterre par les chamberlainistes et les protectionnistes. C’est diablement dangereux. Il faut espérer que leur campagne ne sera pas complètement victorieuse. Il faut espérer qu’on trouvera à Londres des éléments de résistance aux menées protectionnistes. On trouvera peut-être dans la Cité des maisons de banque ayant intérêt à maintenir Londres comme place mondiale des changes.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Nalèche n’évoque pas ce dîner où Pierre Lebaudy devait être présent : « Au dîner de la rédaction des Débats ce soir, Nalèche m’apprend la réintégration de Roques dans son commandement. » François de Wendel, Journal, 27 février 1917.

27 février 1917

27 février 1917

 

Ne crois-tu pas comme moi, mon vieux Pierre, que les manifestations bordelaises devant les marins de l’Orléans sont un peu exagérées ? Personne ne semble plus étonné de cette surexcitation que le capitaine lui-même. Enfin, nous ne savons jamais rien faire raisonnablement. Il faut en prendre son parti, et cent ans de guerre n’y changeront rien.

En tout cas, Wilson agit bien comme Gérard l’avait prévu, il se garantit de toute espèce de surprises vis-à-vis du congrès et jette patiemment ses coups de sonde dans le pays.

As-tu lu ce matin l’article de ce farceur de Tudesq [1] dans le Journal ? Après l’avoir lu, on pourrait se dire que la guerre est sur le point de finir, les mirifiques obus anglais se chargeant de purger le sol de tous les Allemands. Je crains bien qu’il n’en soit rien car Tudesq a tout simplement utilisé un renseignement que lui avait donné notre général colonel X [2]. Près de Beaumont-Henriette [3] on a trouvé trois mille cadavres alors que cinq mille obus anglais avaient été jetés. Évidemment c’est magnifique comme résultat, mais il ne faut pas généraliser, on pourrait s’exposer à de graves mécomptes.

Aussitôt après t’avoir écrit hier, j’ai eu la visite d’un prélat fort distingué que vous devriez bien connaître, c’est Mgr Batiffol. Les âmes charitables prétendent qu’il est voltairien. En tout cas, il fut vigoureusement pour Léon XIII [4], et tu te rappelles sans doute qu’étant recteur de la faculté de Toulouse il avait fait un livre qui fut condamné. La réprobation est du reste effacée car il retira l’édition et fit les corrections voulues. Il est très intelligent, très fin et de manières parfaites. Il a le mot piquant et juste, parfois le trait dur. Quand il dit une rosserie, il a un sourire d’une malice extraordinaire.

Il venait me parler de la propagande en Irlande et m’apportait une note sur le mandement d’un évêque obligé, pour condamner les Sinn Féiner, de prendre des détours extraordinaires. Il désirait tout de même que cette petite manifestation fût signalée et que le brave archevêque de                         vît que cela avait été remarqué. Comme il me faisait remarquer cette timidité avec laquelle un prélat était obligé de marcher pour condamner le crime, je lui ai fait observer que cela ne m’étonnait nullement. Lorsque tout notre public religieux par exemple est embarqué dans une campagne passionnée, que de ménagements ne faut-il pas pour essayer de lui glisser quelques paroles de bon sens. Je lui citais justement les événements auxquels il a été mêlé, l’affaire Dreyfus où l’on ne pouvait risquer un mot sans être traité de traître et de vendu. Comment donc s’étonner que les Irlandais qui ont souffert, qui ont été brimés et ruinés, trouvent que le crime, quand il s’exerce sur l’oppresseur, est un acte méritoire. Nous avons bien découvert à nous tout seuls le faux patriotique !

Savais-tu que le 106e de ligne s’était mutiné ? Mis au repos, il avait été abruti de manœuvres et de contre-manœuvres par un général jusqu’au moment où il a regimbé. Il est probable du reste qu’on l’aura récompensé.

Au revoir, old man.

Et

 

Le Conseil des ministres s’est occupé ce matin du cas Roques, il a rapporté la mesure qui avait frappé ce vaillant général. L’enquête aurait prouvé que la faute ne lui incombait pas complètement mais que c’était aux Russes qu’il fallait en attribuer la responsabilité.

Briand était apparu seulement à la réunion, retour de Calais où il s’était rendu avec Lyautey. Nivelle reçoit le commandement entier du front français, et c’est Micheler qui lui succède dans son commandement des troupes françaises [5].

Et

[1] André Tudesq (1883-1925). Journaliste, grand reporter du Journal en Chine, dans les Balkans, etc. Auteur de plusieurs livres.

[2] Le colonel X est Henry Bidou.

[3] Il s’agit de Sainte-Henriette, près d’Hénin-Beaumont, à côté de Lens (Pas-de-Calais).

[4] Léon XIII (1810-1903). Pape de 1878 à 1903.

[5] Le général Joseph Alfred Micheler est commandant des troupes françaises.

26 février 1917

26 février 1917

 

Vu aujourd’hui Chardon [1] du Conseil d’État . Tu te rappelles qu’il fut en 1900 l’adjoint de Picard [2]. C’est un garçon intelligent dont on peut ne pas partager toutes les idées mais qui a beaucoup de valeur. Il me remercie du sort que j’avais fait à un de ses livres. Je lui demande s’il continue son travail sur l’organisation de la République. Non, me répond-il, il est terminé et je fais maintenant des choses d’un intérêt plus pratique et plus immédiat. J’ai été il y a six semaines appelé auprès de Claveille. J’avais déjà beaucoup de sympathie pour lui, mais aujourd’hui que je le vois au travail j’ai acquis une profonde admiration pour l’homme d’affaires et, je puis dire, beaucoup d’amitié pour la personne.

Je demande à Chardon si on arrive à des améliorations. Il me répond qu’il lui apparaît qu’on ait maintenant touché le fond des difficultés et que l’on doive remonter. Mais il faut s’attendre à ce que nous fassions des suppressions de trains, ce sera absolument nécessaire. Involontairement, il me revenait à la mémoire ce mot que je t’ai cité d’un de nos fonctionnaires : Claveille est l’homme qui a su stabiliser les retards de l’État. Pour sûr, il améliorera les transports car il supprimera l’objet transporté. Par conséquent, plus de difficultés.

J’ai pensé qu’il ne serait pas de très bon goût de citer le propos à un homme aussi convaincu du génie de son patron. Aussi l’ai-je ravalé.

Chardon espère fermement qu’on terminera cette année, mais, dit-il, ce sera une paix diplomatique, que l’on ne se fasse pas d’illusions à ce sujet-là. Tout le mal fait chez nous l’a été par les illusions que l’on a entretenues avec soin et par la méconnaissance des forces allemandes aussi bien que des forces françaises.

Les plus grands journaux ont passé leur temps à parler de l’Allemagne à genoux, de la nécessité de supprimer cette puissance et ses soixante-dix millions d’habitants. Croiriez-vous, a-t-il ajouté, et gardez ceci pour vous, que lorsque je suis allé porter mon livre à M. Poincaré et que j’expliquais mes idées sur le congrès : « Mais, cher ami, m’a dit le président, il n’y aura pas de congrès. – Comment, pas de congrès ? – Il ne saurait être question de congrès, nous dicterons nos volontés à l’Allemagne. » Je suis sorti de l’Élysée désespéré, me disant : se peut-il qu’on garde des illusions pareilles ?

Voyant Berthelot que je ne connaissais pas, le lendemain, ce diplomate me déclara au mot de congrès : M. Chardon, sachez qu’il n’y aura pas de congrès, nous dicterons, etc., etc. Alors mon découragement fut complet.

Cependant, malgré toutes les fautes, j’augure bien de la fin, sauf cependant le cas où des troubles intérieurs viendraient à éclater. Rappelez-vous l’histoire : 89 et 90, parfait ; 91, moins bon ; 92, lamentable, les massacres de septembre. Nous sommes en ce moment exactement en février 1792. Il faut que nous parions aux événements de septembre de la même année.

Quelques instants après, nous parlions avec Wilmotte des États-Unis. Il me cita la conversation qu’il avait eue hier matin chez Hyde avec quelque gros bonnet américain : Pour lui, l’entrée en lice des États-Unis peut être de nature à augmenter la durée de la guerre. Ils feront ce qu’ont fait les Anglais à qui il a fallu deux années de préparation. Les Américains ne voudront pas se borner à donner un appui moral seulement ou de marchandises, ils voudront participer et venir sur le front chercher des lauriers. Alors, organisation de légions, de régiments, instruction de recrues, tout cela sera long et il faudra le subir.

Wilmotte ajoutait, et c’est tout à fait mon avis, que passé l’automne prochain le temps travaillerait contre nous. Lui qui, dit-il, connaît très bien les Allemands, ayant habité chez eux et professé en Allemagne, il est persuadé que l’échec fatal de la politique sous-marine peut terminer la guerre. Toute l’Allemagne s’est raccrochée à cet espoir, la déception sera immense et il faut que cette déception soit définitive.

J’ai eu aussi une conversation avec Yves Le Trocquer [3], l’ancien chef de cabinet d’Augagneur, beaucoup mieux que son patron du reste. Il ne m’a rien dit de saillant, il me paraît être plus à l’écart des affaires qu’on ne pourrait le supposer. Ce qui l’effraie, c’est le socialisme grandissant.

À toi, old man.

Et

[1] Henri Chardon (1861-1939). Conseiller d’État. Pendant la guerre, il est directeur du personnel au ministère des Travaux publics et des Transports. Entre 1894 et 1900, il collabore avec Alfred Picard comme secrétaire général de l’Exposition universelle de 1900 et est à l’origine de l’aménagement de la place des Invalides et du premier projet de construction du pont Alexandre III. Il publie des ouvrages sur l’administration et les fonctionnaires.

[2] Alfred Picard (1844-1913). Polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, il devient conseiller d’État en 1881. Il est commissaire général de l’Exposition universelle de 1900, puis ministre de la Marine en 1908-1909.

[3] Yves Le Trocquer (1877-1938). Ingénieur. Homme politique. Ancien chef de cabinet d’Augagneur. Député Union républicaine des Côtes-du-Nord (1919-1930).

25 février 1917

25 février 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne croyais hier dire aussi vrai pour notre commerce avec l’Angleterre. Il faut bien que l’émotion soit très grande car j’ai reçu la visite ce matin de plusieurs négociants français absolument indignés de l’attitude de nos Alliés et surtout de l’incapacité ou de la servilité dont font preuve ceux qui nous gouvernent. Tu connais les Anglais aussi bien que moi, et tu sais qu’il ne faut pas avec eux user de procédés de flatterie. Il faut qu’ils sentent en face d’eux des hommes d’affaires énergiques et résolus, disposés à tout rompre si l’on ne cède pas sur une question de première importance. Au lieu de cela, nous avons des Herriot qui se font donner des lettres de recommandation pour des lords plus ou moins influents. Comprends-tu qu’un ministre de la République ait besoin d’une recommandation !

Donc, mes négociants se voient fermer le commerce avec l’Angleterre aussitôt après qu’on le leur interdit avec la Russie (lettre du 1er janvier). Ils se demandent si vraiment la France est plus vassale de l’Angleterre que ne l’est l’Autriche en face de l’Allemagne. Nous avons fait ce soir un filet qui, somme toute, susurre ce petit reproche sans grand espoir d’être entendu. Je crois qu’à un moment donné, il faudra emboucher la grande trompette car il est bien certain qu’avec ces nouvelles prescriptions la livre atteindra trente francs ?

Comme lorsqu’une question est dans l’air, tout vient s’y rapporter. Un de nos jeunes amis, officier interprète dans l’armée anglaise, me disait tout à l’heure que la situation actuelle est très désagréable pour ceux qui sont dans la même situation que lui. Autrefois tout allait bien, mais maintenant que les Anglais sont trois ou quatre millions on ne peut plus rien en tirer. De plus, on n’est soutenu par personne et envoyé faire f… par nos chefs qui ne veulent pas d’histoire.

On me signale une attitude épatante du jeune Neuflize [1] qui a su montrer de la résistance et obtenir gain de cause. Il a du reste eu financièrement le succès que sa conduite méritait.

À toi.

Et

[1] Jacques de Neuflize (1883-1953). Banquier. Un des dirigeant de la Banque Neuflize. Régent de la Banque de France. Il effectue entre 1916 et 1919 une mission officielle aux Etats-Unis.

24 février 1917

24 février 1917

 

Confidentiel.

 

Gros tirage entre la rue de Rivoli [1] et la rue des Petits-Champs [2]. Le père Ribot, qui a déjà donné deux milliards et demi d’or aux Anglais, demande à Pallain [3] encore un milliard en or. Pallain résiste et menace de donner sa démission, laquelle aurait un effet désastreux car il faudrait expliquer pourquoi.

Tu as dû lire du reste le discours d’Aimond [4] au Sénat. Tu as donc vu les reproches que l’on fait au gouvernement français qui n’a pas su se faire servir comme les Alliés. Il a dû en effet y avoir à Londres des combats violents, car Bark [5] a menacé de tout envoyer promener si on ne lui donnait pas d’argent. Que voulez-vous que nous fassions sans argent, disait-il, il n’y a qu’à lâcher. Nous ne pouvons faire de munitions et nous sommes en face d’un parti puissant férocement partisan de la paix. Sans argent, comment voulez-vous que nous résistions ?

Bark a obtenu quatorze milliards sans garantie.

Après Bark, ce fut le tour de l’Italie qui menaça elle aussi d’abandonner la lutte. Sans charbon, que pouvons-nous faire ? Si nous n’obtenons pas de charbon il est inutile de continuer la résistance. Et l’Italie obtint son charbon. Nous, nous ne venons qu’après tout cela, encore sommes-nous obligés de donner des garanties et de payer en or.

En entendant tout cela, je me demandais si nos finances n’étaient pas passablement avariées.

As-tu su également que le général Nivelle, excédé par les embarras continuels qu’il trouve sur son chemin, les prétentions des membres ou des sous-membres du gouvernement, avait écrit une lettre très catégorique au président de la République mettant ce dernier en face de la situation et des responsabilités. Je ne sais pas encore ce qu’a fait Poincaré, mais si on lui demande de l’énergie je doute fort qu’il en mette.

Entre-temps, les adversaires du ministère ne désarment pas. Klotz [6] est à couteaux tirés avec le cabinet et voudrait bien remplacer le père Ribot. As-tu connu cette anecdote qui date d’une quinzaine environ au lendemain de la nomination du « sot en hauteur » comme président de la commission de l’Armée. Klotz, prévoyant que le ministère allait être renversé et qu’il serait sans doute remplacé par les jeunes, chercha à faire à ceux-ci quelques avances. Il chargea un de ses mameluks d’aller trouver Maginot et de lui demander si les jeunes ne pourraient pas laisser un ou deux portefeuilles à des vétérans.

Le mameluk, connaissant les goûts gastronomiques de Maginot qui est ou a la prétention d’être un fin gourmet grand connaisseur en vins, invita le président de la commission de l’Armée. Contrairement à ce qu’on attendait de lui, il resta très froid et sévère. Cependant, à la fin du repas, lorsqu’on jugea que la bonne chère avait dû adoucir ses sentiments, l’amphitryon dit : Combien les jeunes veulent-ils de portefeuilles dans la prochaine combinaison ? – Il nous les faut tous, répondit Maginot, répétant un mot fameux. – Comment, tous ? – Oui, tous. Nous en avons assez des bêtises faites par les vétérans et, à supposer que nous en fassions nous-mêmes, elles seront toujours moindres que les précédentes.

Le mameluk revint piteusement rapporter cette réponse à son maître qui est navré depuis ce jour-là. Il vient de nous faire demander le texte de nos articles échoppés.

D’Estournelles, retour du voyage parlementaire en Italie, vient d’appeler au téléphone mon collaborateur [7] du Sénat. Voici ce qui m’est rapporté sur la prière du… de la Concorde. Il me demande si je consentirais à publier une lettre d’impressions d’Italie datée de Venise et écrite par lui. Ayant vu le roi à Udine, ayant été en contact avec tous les hommes d’importance de la péninsule, il est convaincu que l’Italie fait un effort gigantesque et digne d’admiration, que sa décision est formelle d’aller jusqu’au bout, que rien ne l’arrêtera, etc., etc. Je n’ai pas vu la lettre mais je suis bien convaincu qu’on pourra lire entre les lignes que c’est l’Italie qui supporte tout le poids de la guerre. Encore un à mettre dans le même sac que Bénazet.

Je viens de lire une lettre de Russie. Apprends que l’âme de Raspoutine revient errer autour de la famille impériale et que c’est dans les yeux de Protopopov que l’impératrice l’a discernée.

Sa Majesté causant avec le ministre lui dit : Il me semble que votre regard a quelque chose de mystique que je ne lui connaissais pas. D’un air pénétré, Protopopov répondit que Raspoutine le visitait chaque nuit et lui donnait ses conseils pour le bien de la Russie. Je t’avais dit déjà que Protopopov était atteint de psychose circulaire [8], cela lui donne une incroyable facilité à l’évanouissement. Et l’autre jour, il s’est évanoui devant l’empereur. Allons, ça va bien.

Toujours est-il que nous ne recevons pas de dépêches et que depuis trois semaines les journaux ne nous parviennent plus. Cela devient inquiétant.

À toi.

Et

[1] Le ministère des Finances, 93, rue de Rivoli, Paris, Ier.

[2] La Banque de France, 48, rue Croix-des-Petits-Champs, Paris, Ier.

[3] Georges Pallain (1847-1923). Avocat. Membre du Conseil d’État. Gouverneur de la Banque de France (1897-1920).

[4] Émile Aimond (1850-1917). Homme politique. Rapporteur général de la commission des Finances. En 1914, il est en désacord avec Caillaux sur la politique financière.

[5] Non identifié.

[6] Louis-Lucien Klotz (1868-1930). Avocat. Journaliste. Homme politique. Député radical socialiste (1898-1925) puis sénateur gauche démocratique de la Somme (1925-1928). Il est ministre des Finances (1911-1913 ; 1917-1920), et lance la formule : « le Boche paiera ».

[7] Il s’agit de René Boureau.

[8] Cf. lettre du 24 janvier 1917.

23 février 1917

23 février 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Au moment même où la censure nous priait pour la seconde fois de supprimer notre article de tête, le président du Conseil me téléphonait en personne pour me prier de ne pas voir dans ces deux mesures aucune brimade spéciale contre le journal mais la nécessité où l’on se trouve, à cause des négociations en cours et des difficultés avec certains, de ménager les susceptibilités. Ce ne serait d’ailleurs qu’une affaire de quatre ou cinq jours.

Décidément nos articles font de l’effet, et si ces quatre ou cinq jours permettent d’aboutir à la prise de mesures définitives, je souscris bien volontiers à toutes les coupures de la censure, surtout si on agit en communion de volontés avec les Alliés.

Je t’ai parlé hier d’une entrevue avec un industriel optimiste, je viens d’en voir un qui, sapristi, ne l’est pas optimiste. La violence de son ton m’a montré à quel point d’exaspération il en est arrivé. Du reste, les histoires que l’ami Bidou, avec qui j’ai déjeuné, m’a racontées sont effarantes. Il a une usine qui fait trente sept mille obus par jour. Elle a été fermée faute de charbon pendant une quinzaine. Et ils avaient vingt mille kilos de charbon tout prêts à être chargés, ils avaient le bateau. Celui-ci n’a pu partir parce que le fret était supérieur à la taxe. On envoie le charbon à Glasgow parce que dans ce port la taxe du fret n’était pas obligatoire. Le charbon arrive au Havre et il est réquisitionné par qui, par Malvy ministre de l’Intérieur ! pour ses amis ou amies et envoyé à Dunkerque. Pendant ce temps-là, trente sept mille obus quotidiens ne sortaient pas.

Et les histoires intérieures auxquelles B. [1] est mêlé comme administrateur de plusieurs de nos grandes compagnies de transport, métro, Nord-Sud, Est parisien. Il y a à la Ville un ingénieur en chef qui, au moment même où l’on cherchait à économiser le chauffage le plus possible, faisait pleuvoir les contraventions sur les compagnies pour voitures non chauffées.

Loucheur fait venir les présidents des grandes compagnies et leur demande de faire d’urgence des réductions dans les services. Cela se passait un samedi. Dès le lundi, les réductions sont ordonnées. Dès le mardi aussi, les contraventions par la Ville recommencent à sévir pour non-exécution du cahier des charges. Et l’un des présidents est assigné devant le tribunal correctionnel. Cela ira, il est vrai, en Conseil d’État.

Mandé par Loucheur, l’ingénieur en chef de la Ville répond que pour son compte il ne peut que faire appliquer le cahier des charges.

Autre histoire bien édifiante racontée par Hudelo [2], directeur de la Sûreté.

Un ou deux sous-marins assiégeaient Saint-Nazaire et l’on avait la certitude qu’ils étaient ravitaillés en France. Hudelo détache un ou deux de ses meilleurs limiers. Ce ne fut pas long. Ces détectives dirent à leur directeur : Il y a à Nantes un monsieur qui possède un yacht et qui a obtenu un permis spécial de navigation de la Marine. Il sort, emmenant avec lui à bord sa maîtresse.

– Quel âge a ce monsieur ?

– Cinquante ans environ.

– Est-ce une nouvelle maîtresse ou vit-il avec cette femme depuis longtemps ?

– Quinze ans de collage environ.

Ce sont eux les coupables, dit Hudelo car, en l’état actuel de la mer, un jeune couple seul ou bien un homme ayant fait une nouvelle conquête aimerait ainsi à aller s’aimer au large. Hudelo met son chapeau et s’en va demander à la Marine de mettre à sa disposition un ou deux des torpilleurs de service de façon à pincer le yacht et peut-être le ou les sous-marins en relation avec lui.

Sais-tu ce qu’a fait la Marine ? Elle a répondu : « Jamais un torpilleur ne sera donné par nous pour faire une pareille œuvre de police ? »

Devant cette réponse, Hudelo dut agir par ses propres moyens. Un soir, à quai, on simula une bataille et un des combattants parut s’échapper, sauta sur le yacht immédiatement suivi par ses assaillants policiers comme lui. Le yacht était une citerne à benzine, mais les oiseaux avaient eu le temps de fuir. Ils ont été rattrapés avant-hier à Coutras et arrêtés. Ils filaient en Espagne.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Louis Hudelo (1868-1945). Homme politique. Préfet de police.

22 février 1917

22 février 1917

 

Reçu la visite ce matin du président d’une de nos plus grosses compagnies de métallurgie. Je lui ai demandé comment allaient les travaux. Assez pessimiste en général, il m’a paru être ce matin plutôt optimiste. Les travaux marchent très bien. Aucun ennui jusqu’ici de main-d’œuvre et même de matière. On a l’acier en abondance car l’État en a accumulé d’assez grosses avances. Néanmoins l’Amérique n’a rien envoyé depuis un certain temps, mais elle va reprendre ses exportations.

La fabrication des obus est intensive et celle des canons supérieure à ce que l’on avait escompté. Il en sort beaucoup plus qu’on ne l’aurait cru, mais l’usure des gros canons est extrêmement rapide. On essaie bien de les réparer mais cette usure est un facteur avec lequel il faut compter.

Malgré tout, je me demande quand les envois d’Amérique pourront normalement reprendre, car tu as su sans doute le nouveau méfait des sous-marins. Un transport (le Laos, je crois) des Messageries maritimes vient d’être torpillé. Il était porteur de deux mille Annamites. Mille quatre cents auraient été sauvés. Je ne pense pas qu’on laisse publier la nouvelle avant demain ou après.

D’autre part, le Brener a été coulé et l’on croit que le Deutschland est pris. La Marine attend des précisions pour donner une information complète. Notre service des primes pour le coulage des sous-marins aurait déjà payé quatorze primes. Voici donc la contrepartie. Espérons que cela durera et s’améliorera encore car le commerce entre la France et l’Algérie est quasi bloqué.

Tu verras le journal ce soir avec un blanc sérieux. Tout l’article de Gauvain a sauté, même le titre nous a spécifié le censeur. Ce dernier a oublié de mentionner le sommaire. Je n’ai pas à faire de zèle et je l’ai laissé. C’est purement grotesque. Tout ce que dit Gauvain mériterait d’être crié. Quels tas de fantoches! C’est écœurant.

Au moment où je partais, on m’a téléphoné que Roques était relevé de son commandement [1]. Voici un ancien ministre limogé. Cela ne réparera pas le mal qu’il a fait, mais cette solution vaut mieux que celle qui consistait à lui faire racheter ses bévues. Je ne crois pas que cette exécution ait une grosse répercussion à la Chambre malgré les basses concessions que Roques a faites au parti radical pendant son séjour rue Saint-Dominique.

Steed a dîné il y a quelques jours chez un de nos collaborateurs. Il a tenu là un propos à noter. « Vous devriez, a-t-il dit, profiter du moment présent pour négocier avec l’Angleterre des traités avantageux pour l’après-guerre. À l’heure actuelle, la France jouit en Angleterre d’un prestige énorme. On reconnaît dans mon pays le rôle prodigieux joué par votre armée jusqu’à ce jour, et certainement vous obtiendriez d’excellentes conditions commerciales. Plus tard, c’est-à-dire au moment du congrès de la paix, il peut arriver que l’armée anglaise, s’étant développée et fortifiée, ait joué une part plus décisive dans la dernière partie de la campagne et que naturellement ses sentiments, tout en restant les mêmes, l’inclineraient moins aux concessions très larges. »

Ne trouves-tu pas ces paroles curieuses dans la bouche d’un Anglais averti comme l’est Steed ? Il nous faudrait pour cela des négociateurs autres que nos pantins patentés. Sembat s’est fait rouler dans les grandes largeurs. Clémentel a accepté tout ce qu’on lui a proposé, et si tu as lu les interviews de Mme Reclamier, j’ai nommé Herriot, tu as vu que tout est parfait car il a été honoré des attentions de lord X., complimenté par lord Y. Comment la France ne serait-elle pas heureuse d’avoir son représentant aussi bien reçu dans la bonne société anglaise ? Elle peut bien racheter cela par des accords ruineux.

À toi, old man.

Et

[1] « Aux Débats, Nalèche me raconte que le général Roques aurait été limogé. C’est dans son secteur qu’a été enregistré l’échec de Maisons-de-Champagne. Nalèche a, d’autre part, vu Gérard, l’ambassadeur des États-Unis à Berlin à son passage – un bon Yankee – très russophobe. Il croit à la guerre avec les États-Unis. L’Allemagne serait, d’après lui, militairement encore très forte et pas aussi épuisée au point de vue économique qu’on le dit. L’intervention des États-Unis aurait, d’après lui, pour effet de prolonger la guerre. » François de Wendel, Journal, 23 février 1917.

21 février 1917

21 février 1917

 

My dear Peter,

 

Si tu as lu notre gazette hier, tu as dû voir un blanc dans la dernière heure. C’était une nouvelle assez importante que la censure nous a biffée. Elle avait été soumise au président du Conseil, nous a dit le préposé aux ciseaux, et il a désiré qu’on l’enlevât. Voici ce que c’était. Un article de Vouvaerts commentait un essai de reconstitution de l’Internationale par Legien [1] et le projet d’une réunion à cet effet en Suisse. Jouarest (?) et quelques autres membres de la CGT avaient répondu à l’appel du socialiste impérialiste. La réunion aurait pour but d’envisager les moyens de faire la paix. Tu vois quelle importance peut avoir dans ses conséquences l’adhésion de Français.

J’ai cherché à téléphoner hier au soir à Briand pour lui demander s’il ne verrait pas tout de même la nécessité d’attirer l’attention sur cette extraordinaire conduite de nos syndicalistes qui donnent dans tous les panneaux. Je n’ai pu joindre Briand qui est absent aujourd’hui. J’ai pu causer avec Tissier [2], et je viens de lui envoyer un projet d’article.

À propos de Tissier, un de mes amis le rencontre avec un gros dossier sous le bras. Sais-tu ce que c’était ? Un rapport très complet sur les sympathies, les tendances et les aspirations des parlementaires. C’est symbolique. Tout ce que l’on nous offre comme gouvernement, ce sont des gens qui savent par quel côté prendre les élus du peuple. Le reste, ça ne compte pas. Seule la majorité est importante. Tissier, comme tu le sais, est conseiller d’État et directeur du cabinet de Briand.

Milewski est venu me demander un conseil et un petit service. Le directeur londonien d’une petite revue polonaise (Polish review) lui a demandé un article soit sur la note de Wilson et la Pologne, soit sur la Lituanie. Notre ami Milewski ne veut pas faire d’article sur le premier sujet. D’après lui, c’est une question à laisser dormir, d’autant que l’intervention des États-Unis à la paix, très favorable pour la Pologne, peut l’être beaucoup moins pour les Alliés. Ils peuvent à un moment décréter que des acquisitions, cependant légitimes, ne doivent pas être faites, qu’il ne faut pas exiger plus de choses qu’il ne leur paraîtrait nécessaires, etc. Tandis que pour la Pologne, les Américains peuvent jouer un rôle décisif et obliger les puissances à consacrer ses libertés. Isvolski le sentirait tellement qu’en ce moment il jetterait feu et flamme pour prouver l’inutilité de l’entrée en scène de l’Amérique.

Quant au service que voulait me demander Konvin Milewski, c’est de tâcher de ravoir un bel album qu’il a donné à un reporter du Journal, album fait par souscription et contenant des notices sur les membres du conseil de l’Empire et qu’il avait prêté à la suite d’un interview. Le pauvre Milewski, malgré toute son intelligence, ne se doute pas encore des qualités morales de certains de nos confrères.

As-tu entendu dire qu’il y aurait peut-être à l’heure actuelle une action importante engagée ? Deux divisions qui étaient au repos du côté de Ferrières sont parties subitement. Le fils d’un de mes collaborateurs qui en fait partie disait dans sa lettre qu’il ne savait où on les envoyait, mais au bas il avait écrit St-M. [3].

Le renseignement que l’on m’a donné sur l’action, sans précision du reste, ne vient pas du même côté.

Ton vieil

Et

[1] Carl Legien (1861-1920). Allemand. Syndicaliste. Premier secrétaire de la Fédération syndicale internationale (1913).

[2] Théodore Tissier (1866-1944). Conseiller d’État, directeur de cabinet d’Aristide Briand.

[3] Il s’agit peut-être de Saint-Mihiel.

20 février 1917

20 février 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je pense que tu as eu une bonne indigestion de moi. Aussi, la présente dans le but unique de t’informer qu’aucune lettre n’est perdue.

Ton vieil

Et

 

J’espère que tu ne t’es pas ennuyé.

Je suis resté à causer de nos affaires avec le Marseillais qui est rudement intelligent. Il a regretté beaucoup, m’a-t-il dit, de n’avoir pu t’entretenir de la question sucres.

Il m’a fait quelques ouvertures au sujet desquelles je te demanderai conseil.

Ton affectionné

Et

19 février 1917

19 février 1917

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai eu le grand plaisir de dîner hier au soir avec M. et Mme Gérard. J’avais été invité il y a quinze jours déjà, et à ce moment-là on ne pouvait supposer qu’un personnage aussi intéressant serait parmi les convives. C’était chez James Hyde [1]. Je dois dire que j’ai passé une soirée prodigieusement intéressante car, malgré ma profession, Gérard a répondu le plus gentiment et le plus simplement du monde à toutes mes questions et à celles que d’autres lui posaient.

Voici la composition du dîner autant que je puisse me la rappeler. C’est toujours un peu la salade dans cette maison-là mais enfin, hier, cette salade ne se heurtait pas trop. En dehors du ménage principal, M. et Mme Bliss, Mme Jean de Ganay, Guist’hau, Roche, Guglielmo Ferrero [2], Laudet [3], Marcel Prévost [4], Tegny [5], Gavarry [6], Hudelo (Sûreté générale), notre ami Pernot, J. Galtier [7], (du Temps).

J’étais à côté de Mme de Ganay qui, en jetant un coup d’œil autour de la table, me dit : Mais c’est un dîner historique – Mon Dieu, lui répondis-je, c’est comme cela qu’on fait les légendes.

Longue conversation après le dîner avec l’ambassadeur autour duquel se sont groupés quelques-uns d’entre nous, tandis que dans le salon, Mme Gérard faisait un autre centre et Roche et Mme de Ganay un troisième. L’ambassadeur s’exprime en français, et ma foi d’une façon très suffisante malgré ce qu’on en a dit. Prévost croit être très aimable en l’assimilant à nous et lui dit : Du reste, Monsieur l’Ambassadeur, vous êtes presque Français n’est-ce pas, d’origine française ? – Oui, répond Gérard, les Français ont chassé mes aïeux qui sont venus en Écosse à la révocation de l’Édit de Nantes. – Que penses-tu de cette réponse ? J’ai senti le frisson de la gaffe. Du reste, les questions les plus saugrenues dénotant les compréhensions les plus étroites l’ont été par cet académicien.

Pendant une heure environ, l’ambassadeur nous a parlé de la vie à Berlin. Évidemment, ça n’est pas drôle. Il y a des choses qui ont totalement disparu, les œufs par exemple. Les grands restaurants comme Adelon, Bristol, etc. ne donnent qu’une infecte nourriture et l’ambassade faisait apprêter par un bon chef les denrées américaines, mais la vie est tout ce qu’il y a de plus difficile.

Je te raconterai de vive voix et au fil de la conversation tous ces détails d’existence de la population, des prisonniers, mais je noterai seulement pour toi quelques réponses à des questions que j’ai posées.

Les Allemands n’escomptaient pas du tout la rupture immédiate des États-Unis. Ils ne l’avaient pas réalisée. Ils avaient cru à de longues semaines de pourparlers, et c’est avec des larmes qu’à la nouvelle de la cessation des relations certains Allemands sont venus trouver le représentant des États-Unis.

Mais comment les Allemands ont-ils pu manquer à ce point de prévoyance ? C’est qu’ils étaient endoctrinés par des journalistes que Gérard appelle les super-ambassadeurs, et ce mot en dit long sur les difficultés que ces gens-là ont dû lui créer. Ces journalistes à la solde de l’Allemagne, dont les principaux sont Hale [8], von Viegand [9] et un troisième dont le nom ne me revient pas, criaient au gouvernement : Allez-y, rien à craindre. Le président ne marchera jamais. Aussi la réponse des États-Unis fut un désastre. On avait pensé que Wilson accoucherait d’un nouveau manifeste en faveur de la paix. Mais jamais on n’avait pu penser à une réponse catégorique et à une sorte d’ultimatum.

Si j’ai bien compris Gérard, il m’apparaît qu’il ne faut pas nous attendre à des événements immédiats. Il s’écoulera quelque temps encore (à moins de provocations allemandes) avant que les États-Unis n’aillent plus avant. Wilson voudra faire une manifestation pour le peuple américain, car quoi qu’on en dise il connaît admirablement son pays.

Quels sont en Allemagne les auteurs responsables de ce qui se passe ? Ce ne sont ni Zimmerman, ni Bethmann-Hollweg. Ceux-ci ne sont rien, c’est Ludendorff [10]qui mène tout et quand il parle tout le monde se tait. L’empereur se tient maintenant tout à fait derrière le rideau, le Kronprinz aussi car il ne faut pas que la dynastie soit compromise. L’empereur n’est jamais l’auteur de rien. Verdun, c’est Falkenhayn. La guerre, c’est Hindenburg, etc., etc.

Le peuple ne se révolte-t-il pas, et les nouvelles que périodiquement on lance ici de soi-disant émeutes ont-elles un fond de vérité ? Il y eut certainement des échauffourées, mais d’une façon générale sans gravité sauf à Hambourg où il y eut des troubles sérieux. Du reste, la police est admirablement faite, au courant de tout et sait empêcher les réunions qui pourraient être dangereuses. L’ambassadeur lui-même eut de la peine à se transporter malgré ses laissez-passer à travers les quartiers de la ville de Berlin divisée en secteurs que l’on ne peut traverser sans montrer patte blanche. Il y a donc bien peu de chance de soulèvement du peuple, d’autant que l’Allemand n’a pas du tout l’esprit révolutionnaire.

Et les causes initiales de la guerre ont-elles pris naissance dans la situation économique, dans une ambition effrénée ? Non, ces causes furent purement politiques. La guerre naquit de la menace du socialisme contre le militarisme. C’était l’aboutissement fatal.

L’Allemagne a-t-elle eu réellement des intentions de paix ? Elle a surtout cherché à diviser les Alliés. Ce fut sa ligne de conduite depuis très longtemps. Elle aurait voulu que la réunion des diplomates chargés de négocier aboutisse à des dissensions. Pour tous les Allemands sans exception, la France est à bout de souffle, complètement ruinée et désespérée et en proie aux difficultés les plus grandes. Il y a en Allemagne un mot qu’on dit presque partout et que l’on fait circuler à dessein : « Mais les Français nous aiment beaucoup. » Ils ne désespèrent pas qu’un jour nous nous mettrons d’accord avec eux pour réduire l’Angleterre. Quant à leurs buts de guerre, ils n’en ont rien retranché, toutes leurs tentatives ont pour but la division entre Alliés.

Combien d’hommes l’Allemagne a-t-elle encore sous les armes ? Douze millions environ et peut-être un peu plus, et cela en dehors des Austro-Hongrois et des Bulgares. L’armée autrichienne est assez réduite. Maintenant il faut considérer que l’Allemand au-dessus de quarante-deux ans n’est plus bon à grand-chose. Ce sont des tempéraments gâtés par la bonne chère. L’ambassadeur a particulièrement insisté sur ce correctif, ce qui, à mon avis, lui donne de l’importance. Il nous a même cité un exemple personnel pour mieux appuyer son argument.

Quelqu’un demande si les énormes pertes ne causent pas trop d’émotion. À Berlin, par ordre on ne porte pas le deuil et l’on cache les mutilés. Pour ma part, dit Gérard, je n’ai jamais vu dans la rue un amputé. Les blessés que l’on voit ont le bras en écharpe. On ne laisse sortir que ceux qui ont des blessures (et ici une expression assez amusante dans sa bouche) un peu romantiques.

J’ai pitié de toi, mon cher Pierre, et j’arrête ma conversation avec Gérard, bien qu’il m’ait dit encore des centaines de choses.

Ferrero nous a dépeint la disette en Italie. – Mais, lui ai-je objecté, cela coïncide avec une prospérité industrielle extraordinaire.

Le poisson est introuvable et hors de prix car déjà, avant la guerre, il venait en Italie de France, de Belgique et d’Angleterre.

Nous aurions pu demander à Ferrero pourquoi, malgré cette disette, les Italiens envoyaient tous leurs légumes frais en Allemagne, à tel point que les Allemands ont pris un décret supprimant l’importation. Enfin.

Un petit détail pour finir. Croirais-tu qu’il y avait comme surtout de table un groupe de Copenhague représentant une femme dodue et nue qui n’avait pour toute parure qu’une de ces immenses coiffures Louis XVI, qui embrassait à pleines lèvres un vieux faune accroupi en face d’elle. Heureusement que c’était chez un Américain. Que n’eût-on pas dit contre la licence française !

Pernot, lui, a longuement causé avec Mme Gérard et je crois qu’il a eu de son côté quelques détails intéressants. Il nous racontera cela plus tard. Je pense que tu en as bien assez pour aujourd’hui.

Comme d’habitude, je ne relis pas tout ce fatras. Tu te figureras que c’est du français.

Ton vieil

Et

[1] James Hyde (1876-1959). Américain. 18, rue Adolphe-Yvon, Paris, XVIe.

[2] Guglielmo Ferrero (1871-1942). Italien. Historien. Romancier.

[3] Fernand Laudet (1860-1933). Diplomate. Directeur de la Revue hebdomadaire.

[4] Marcel Prévost (1862-1941). Homme de lettres.

[5] Il s’agit d’Olivier Taigny (1863-1941). Diplomate.

[6] Fernand Gavarry (1856-1931). Diplomate. Ministre plénipotentiaire. Directeur des affaires administratives et techniques.

[7] Jean Galtier-Boissière (1891-1966). Journaliste. Rédacteur au Temps. Il crée Le Crapouillot (1915)

[8] Non identifié.

[9] Nalèche se trompe d’orthographe. Karl-Henry von Wiegand (1874-1961). Allemand naturalisé Américain. Journaliste. Il travaille pour l’United Press (1911-1917). En novembre 1914, il réalise la première interview du Kronrpinz par un media étranger depuis le début de la guerre.

[10] Erich von Ludendorff (1865-1937). Allemand. Chef d’état-major de Hindenburg sur le front russe (1914). Adjoint au commandement suprême (1916-1918), il dirige la stratégie allemande.