Archives mensuelles : janvier 2017

20 janvier 1917

20 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Voici quelques renseignements recueillis aujourd’hui auprès d’un Suisse dont tu connais le nom sans doute car il a écrit ici dans plusieurs revues et parfois aussi dans Le Temps bien que ses préférences soient pour nous. C’est Chapuisat [1]. Il a séjourné lui-même en Allemagne, mais surtout il voit constamment les médecins qui visitent les camps de prisonniers. Il paraît qu’il y a deux mois encore on pouvait comme nourriture se procurer à peu près ce qu’on voulait à Berlin avec de l’argent. Les pâtisseries regorgent de monde et l’on y trouve encore de bons gâteaux et du thé. Il en est de même dans certaines villes allemandes, mais l’état n’est pas le même partout. Il y a suivant les provinces de très grandes différences. Dans les unes, comme je te le disais, en payant cher on trouve presque tout, dans les autres au contraire on ne peut se procurer que de la viande caoutchoutée, et cependant ce n’est pas encore la disette. Les cartes ne sont pas le seul moyen que l’on ait de se nourrir car en-dehors d’elles on peut acheter. C’est même grâce à cela que la classe ouvrière ne souffre pas encore trop car les gros salaires qu’elle touche lui permettent de compléter son régime. Je ne sais si les choses ont changé ces derniers jours, mais voici ce qu’elles étaient il y a deux mois.

Malgré tout, et je tiens cela d’autre part, il y a des privations très grandes surtout chez l’enfance et c’est ce qui préoccupe le plus le gouvernement : le poids moyen des enfants naissants est tombé de soixante-six livres vingt-cinq, à soixante-quatre livres vingt-cinq. Ces chiffres sont officiels et ils indiquent bien que la mère a dû souffrir dans sa grossesse.

Comme au moment de toutes les crises, nous avons revu ce matin Alter ego qui exécutait, nous a-t-il dit, sa première sortie après une bronchite. Je suis bien certain qu’il avait tout de même vu quelques personnages avant de nous arriver. Je n’ai pas pu causer longuement avec lui. Il était très tard et j’étais obligé de filer. Il nous a dit que les réponses seraient faciles à faire au Comité secret et qu’il serait aisé de triompher. On n’aurait qu’à montrer la correspondance des Alliés depuis un mois, et Briand en sortirait indemne. Je lui ai objecté que les dépêches auxquelles il faisait allusion n’étaient que des résultats de la politique antérieure et que la grosse faute avait été de laisser les choses en arriver à ce point.

J’ai dit à Alter ego les raisons pour lesquelles nous n’avions pas fait d’article sur la séance d’hier question Abrami. Briand, comme tu l’as vu, n’a fait que tourner autour du pot. Si nous avions écrit quelque chose, c’eût été évidemment pour dire que des explications verbales ne pouvaient suffire et qu’il était nécessaire de soumettre les documents à la commission. Du reste, Leygues, en soutenant cette thèse, laissait au gouvernement le soin de déterminer lui-même au mieux le mode de communication. En approuvant cela, nous aurions eu l’air d’attaquer le gouvernement et de faire le jeu des Abrami, Tardieu et autres arrivistes pressés. Je ne crois pas que mon raisonnement ait beaucoup plu à notre ami.

Sais-tu ce que la Russie a d’hommes sous les armes en ce moment ? Douze millions. Sous les armes c’est une façon de parler car beaucoup n’ont aucune arme. Robert de Caix qui est venu me voir tantôt, me disait que si nous étions victorieux, la puissance russe serait immense et somme toute aurait très peu souffert de la guerre. Que s’y passe-t-il en ce moment, nul ne le sait. Depuis quelques jours les journaux russes ne nous parviennent plus. Toute la presse ici fait grand état de la nomination de Stürmer. J’ai beaucoup de peine à y croire, du moins sous la forme qu’on en donne. Je crois qu’il est d’usage de donner le titre à un ancien ministre bien qu’il ne prenne aucune part au gouvernement. Je voudrais savoir ce que pense notre ami Milewski, mais je ne l’ai pas vu depuis notre réunion. Peut-être viendra-t-il au dîner de mardi. Nous tâcherons de le faire causer.

Je vois poindre certaines inquiétudes au sujet de Lyautey. Il semble vouloir prendre plus d’intérêt aux choses du front qu’à celles de l’arrière. La nomination d’Halluin [2] qui s’installerait à Paris serait peut-être un pas fait dans cette voie. Il y aurait cependant bien des réformes à faire dans toute cette administration de la Guerre.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

Une histoire graveleuse pour finir. Tu sais que Caillaux serait très épris de la veuve de Doyen et que celle-ci voudrait le mariage [3]. Cette passion a fait l’objet déjà de plusieurs petites notes dans les Vie parisienne et autres périodiques satiriques. Or Mme Doyen serait une lesbienne enragée. Elle revenait ces jours-ci de je ne sais quelle villégiature dans la banlieue dans l’automobile de Melle Chenal. Le contact, le roulement de la voiture, tout cela suscita son ardeur et excita ses sens à tel point qu’à chaque cahot ses mains se raccrochaient à toutes les parties du corps de la belle cantatrice, et chaque fois qu’elle la pressait ainsi par mégarde elle s’écriait : Mon Deuil, mon Deuil !  ?  Peu à peu, ses gestes devinrent plus précis et Chenal dut la remettre à sa place la menaçant de la laisser sur la route. Mais Mme Doyen ne se calma pas et voulut à toute force se livrer aux « dernières… caresses ». Chenal, furieuse, fit arrêter sa voiture aux fortifications et plaqua Mme Doyen.

Et

[1] Édouard Chapuisat (1874-1955). Suisse. Journaliste. Collaborateur du Journal des Débats et du Temps. Auteur de nombreux ouvrages.

[2] Non identifié.

[3] Cf. lettre du 7 janvier 1917.

19 janvier 1917

19 janvier 1917

 

Rien de très particulier à signaler aujourd’hui, mon cher Pierre, sinon que la campagne s’accentue contre Briand et qu’on signale des complots un peu dans tous les coins. On raconte même qu’Hervé d’accord avec Coggia [1], le préfet des Hautes-Pyrénées, cherchent à raccommoder Caillaux et Barthou. Ceux qui s’agitent le plus, ce sont les gens de l’Action nationale. Jusqu’ici cette agitation ne paraît pas porter grand fruit. Je sais même par Lachaud, le radical-socialiste un peu grotesque de la Corrèze, que l’ordre du jour d’avant-hier a plutôt déplu dans le parti, car les collègues ont senti malgré la part de vérité qu’il y avait dans l’élaboration de ce papier une grande mauvaise foi et beaucoup de perfidie. On a trop bien compris l’ôte-toi de là que je m’y mette.

Lyautey, après son entrevue avec la commission de l’Armée du Sénat, a manifesté le désir de faire une petite révolution. Il a demandé à s’expliquer à la fois devant les deux commissions des Chambres réunies. Chacune d’elles pourrait délibérer à part mais elles recevraient en commun les déclarations du ministre. Économie de peine et de temps.

Castelnau, me dit-on, part ce soir pour la Russie. Doumergue devait l’accompagner. Parmi les questions qui seraient l’objet du voyage figurerait l’accord avec le Japon. Toujours les fameuses grosses pièces qui devraient arriver en Russie avec leurs servants. On les a joliment fait voyager en imagination ces grosses pièces depuis quelques mois. Finiront-elles par trouver place sur le front ? La question est de savoir ce que demandent les Japonais. Je t’avais fait part d’un bruit qui me venait du cabinet du ministre de la Guerre il y a environ une quinzaine et d’après lequel la Russie était en froid avec eux, mais je n’ai jamais pu me faire confirmer cette mauvaise disposition. Cependant, si réellement Castelnau doit s’occuper d’une négociation nipponne, c’est bien qu’il y aurait eu quelque chose d’un peu accroché.

J’ai reçu une nouvelle lettre de Pétrograd que tu pourras lire demain dans le journal. Notre correspondant a passé quelques jours aux armées, il en est revenu très content et me dit qu’il faut s’attendre à un effort russe intéressant un de ces jours.

Le pauvre Bourdel [2], qui est à la tête de la maison Plon et Nourrit, vient de perdre son fils [3] officier d’infanterie. Les anciennes méthodes ne semblent pas encore abandonnées. On a voulu leur faire faire l’essai d’une attaque par surprise sans préparation d’artillerie. On croyait que cette attaque serait inconnue des Boches et que nos soldats enlèveraient la tranchée en face en un temps. On se trompait sans doute, car, le signal donné, les trois officiers enjambent le parapet. Coup de sifflet, les mitrailleuses sont entrées en danse et les trois chefs de l’attaque ont été foudroyés. Néanmoins, les sergents ont pris le commandement et la tranchée a été enlevée en fin de compte, mais qu’est-ce que cela a pu coûter ? Pendant que l’on nous racontait cela ce matin, un père de famille ajouta qu’aucune leçon ne servait. Son fils était, il y a deux mois encore, aspirant à Saint-Cyr. Les cours étaient faits par des officiers blessés de la Marne ou d’ailleurs et tous ne parlaient que de la guerre de manœuvres. – Mais cependant, mon capitaine… Oui, oui, répondaient les professeurs, la guerre actuelle c’est un accident, mais forcément la guerre de manœuvres reprendra et c’est la tactique napoléonienne qui est encore la meilleure.

À toi.

Et

 

As-tu su comment était mort le petit Vergé ? Je te le raconterai.

[1] Antoine-Auguste-Joseph Coggia (1872-1943). Préfet des Hautes-Pyrénées de 1907 à 1909. Il ne l’est donc plus.

[2] Joseph Bourdel. Éditeur. Directeur de la maison d’édition Plon et Nourrit.

[3] Michel Bourdel (1881-1916). Capitaine au 312e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 29 décembre 1916 à Chattancourt (Meuse).

18 janvier 1917

18 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je me hâte de détruire l’abominable calomnie dont je m’étais fait l’interprète hier. La Rue François-Ier n’a pas donné de fête, elle a simplement invité les journalistes accrédités à voir défiler deux ou trois films inédits. Il n’y avait pas de femmes, et la petite cérémonie s’est déroulée au cinquième étage.

Lyautey est allé hier devant la commission de l’Armée. La première entrevue n’a pas été fameuse, paraît-il. En se voyant devant cet aréopage, le général a été un peu interloqué et ce trouble s’est parfaitement senti. Petit à petit l’assurance lui est un peu revenue, mais l’impression n’a pas été bonne. On l’a interrogé au point de vue des effectifs sur la façon (je crois) dont sont disposées les troupes. N’ayant pas été prévenu, le ministre a un peu bafouillé. On a très bien vu qu’il ne connaissait pas son ministère. Les malveillants ont fumé, les bienveillants au contraire ont expliqué cette ignorance au peu de temps qui avait pu être consacré au ministère. Après un long voyage, Lyautey est venu à son poste d’où il est parti presque aussitôt pour Rome, et, à peine de retour, il n’a pas eu le temps de se familiariser avec ses services [1].

Quoi qu’il en soit, les nuages s’amoncellent contre le cabinet et la campagne s’organise comme devant être très vigoureuse. Je ne sais si l’interpellation grecque produira de l’effet, mais Briand aurait préféré ne pas tomber là-dessus. Il serait, dit-on, très content de partir pour éviter les conséquences saloniciennes, mais il ne voudrait le faire, comme je te le disais, qu’en mettant la Chambre dans son tort.

Notre informateur politique dit que, malgré tout, il a senti percer ce matin quelques inquiétudes au sujet de la frontière suisse. On prétend que vingt-six divisions allemandes ont disparu du front français et l’on ne sait de quel côté elles ont été dirigées. Ce sont ces divisions que l’on craint avoir été dirigées sur la Suisse.

Comme tu l’as vu, on nous a caviardé une correspondance de Russie sur les conséquences politiques du meurtre de Raspoutine. Notre collaborateur disait que Protopopov [2] était actuellement la cause du conflit entre la nation et le trône de Russie. Tu sais que la situation intérieure de nos Alliés est très mauvaise et qu’il y a eu des manifestations populaires.

Dans une lettre particulière qui accompagnait la copie, C.M. [3] me dit en deux mots, et sa lettre est du 5 janvier, que c’est presque 1789. Il me cite une phrase d’une personnalité un peu pessimiste : « M. Protopopov désire peut-être une « sorte » de révolution, et après ? la paix séparée ? Évidemment, l’opinion est exagérée mais… Protopopov est toujours là. »

Mon correspondant termine sa lettre par ces mots : L’empereur que j’aime et respecte profondément est très à plaindre dans tout ceci.

Savais-tu que Protopopov s’était évanoui en apprenant la mort de Raspoutine ?

Un journaliste italien sort de chez moi. Il ne voit pas la guerre finir cette année. Il croit que le peuple allemand souffrira les dernières misères avant que de se rendre. Si l’on manque de beaucoup de choses en Allemagne, chez les Alliés on commence aussi à souffrir. Les classes moyennes, les petits rentiers, me dit-il, sont très à plaindre chez vous comme chez nous et comme chez eux. « Tout ce qu’on peut espérer, ajoute-t-il, c’est faire rentrer les Allemands chez eux cette année, mais ils ont dû organiser leur défense supérieurement et je ne crois pas beaucoup à un mouvement révolutionnaire. » Notre financier Maroni qui est, comme tu le sais, fin et intelligent et qui voit très clair, me disait tout à l’heure que nous ne pourrions faire la guerre en 1918 et qu’il fallait que la fin ait lieu en automne. Si les États-Unis restent neutres et que nous nous décidions à continuer l’année prochaine, c’est que nous aurons envisagé la faillite. De plus, ce sera la famine dans le monde entier. Les neutres souffrent autant que les belligérants. En Suède, paraît-il, on a quatre cents grammes de sucre par mois et par personne. Les sous-marins détruisent chaque jour des milliers de tonnes de marchandises et de denrées. Qui remplacera tout cela ? Que seront les récoltes de l’année prochaine ? Il est impossible que des millions d’hommes soient occupés à se battre et que l’on puisse travailler suffisamment. Moins de travail et la disparition des marchandises.

Je te parlais de la Suède, mais tout à l’heure un avocat anglais me téléphonait et me parlait d’un de ses amis qui a une affaire près de Neuchâtel. Cet homme renvoie sa famille à Londres parce que la vie devient presque impossible.

Tout cela est gai.

À toi.

Et

[1] Le général Hubert Lyautey est ministre de la Guerre depuis un mois (12 décembre 1916).

[2] Alexandre Dimitrievich Protopopov (1866-1918). Russe. Homme politique. Ministre de l’Intérieur.

[3] C.M., non identifié, est probablement un des correspondants du Journal des Débats en Russie.

16 janvier 1917 [2]

16 janvier (soir)

 

C’est encore moi, mon vieux Pierre. Tu trouveras peut-être que deux fois dans la même journée c’est beaucoup !

Mon informateur vient de me téléphoner qu’il a quitté le conseil de ce matin et a été ramené dans l’automobile de Briand. Ce dernier lui a dit être préoccupé fortement par la question de la Grèce et faire tous ses efforts pour éviter la déclaration de guerre qui nécessiterait des envois de troupes, de matériel et de forces qui ne laisseraient pas que de gêner considérablement. J’ai pensé que ce propos t’intéresserait.

Le groupe radical s’est réuni aujourd’hui et a discuté une question de véritable intérêt national : Il faudrait renforcer la loi contre la presse de calomnie. Épilogue de la lettre Caillaux que je n’ai pas reçue et je me suis abstenu d’en parler aujourd’hui.

Je te demanderai peut-être conseil demain dans une petite question un peu délicate. Assister ou ne pas assister à une réunion provoquée par Berthoulat et comprenant Capus, Grosclaude, Henri Simon. Leur politique ne me plaît guère et je ne voudrais pas me solidariser avec eux.

Ton vieil

Et

16 janvier 1917 [1]

16 janvier 1917

 

Mon vieux Pierre. J’avais à peine fermé ma lettre hier que je voyais un garçon très bien informé sur une foule de choses car collaborateur au Temps après l’avoir été chez nous. Il est aussi près d’un ministre important.

Nous avons parlé d’abord de l’affaire Tardieu et de la note parue en dernière heure. Tu as vu qu’hier Le Temps a été obligé de faire amende honorable. L’ami dont il est question est Persil qui est venu hier matin au Journal où il a fait une scène retentissante. On croit que Millerand ne poussera pas plus avant la polémique.

            Confidentiel

Mon homme m’a demandé si j’étais au courant de bruits d’offensive. Je lui ai dit ce que je pensais et ce que j’en pensais – « J’ai quelque raison de croire que l’on prépare quelque chose car j’ai vu, me dit-il, une lettre extrêmement pressante écrite à l’état-major anglais dans laquelle nous montrons à nos Alliés les préparatifs énormes faits par l’Allemagne pour engager une action contre nous et l’utilité qu’il y aurait à les devancer.

D’autre part, il faudrait profiter de l’état d’esprit actuel favorable à un mouvement en avant en raison des derniers événements et de la surexcitation causée par l’idée que la paix pourrait être signée cette année au prix d’un effort suprême. « Comme tu le vois, on fait valoir aux yeux des Anglais tous les arguments matériels et moraux pour qu’ils intensifient leur campagne. D’après cette lettre, faisait remarquer mon interlocuteur, on pourrait se demander si les Anglais n’ont pas été un peu rétifs ces temps derniers, ne le croyez-vous pas ? »

Savez-vous, me demanda-t-il, ce qui s’est passé au juste en Italie ? Je lui ai répondu ce que je croyais savoir et que j’ai dû déjà te dire. Efforts pour concilier les vues opposées de la Russie et de l’Italie et amener cette dernière à signer l’ultimatum. Si l’Italie est complètement d’accord, me répondit-il, c’est au détriment de Venizélos.

Naturellement, ai-je repris, mais rien ne nous dit encore que les choses soient très nettes, et le temps que nous passons avant de prendre des mesures sérieuses indique bien que l’accord serait plus apparent que réel. Tu sais du reste qu’au Pirée il n’y a plus qu’un seul bateau allié, et il est italien !

Comme nous continuions à parler de la diplomatie macaronique suivie par nous et que je faisais remarquer que les deux B. [1] dans ces conditions n’étaient peut-être pas simplement justiciables de l’opinion : Savez-vous, me dit-il, que c’est une chose que je commence à entendre dire…

Je lui parle de la fin du communiqué d’hier qui, je l’avoue, m’inquiétait et m’inquiète encore malgré l’article du général Verraux [2] dans L’Œuvre de ce matin. Il trouve cela très confus lui aussi et se demande si ce ne sont pas quelques divisions autrichiennes qui seraient là.

Il paraît du reste certain que des officiers allemands sont à Larissa. On me disait qu’ils étaient venus en aéroplane. J’ai reçu tantôt une dépêche de notre correspondant italien, que je n’ai pas donnée, mais qui nous informe que l’on télégraphie de Salonique au Secolo : « Selon des nouvelles de très bonne source, le général Falkenhayn [3] se trouverait à Larissa où il serait arrivé venant d’Athènes. On croit qu’il a pu accomplir le voyage en s’embarquant à Cavalla à bord d’un sous-marin qui l’aurait transporté au Pirée d’où, après un court séjour à Athènes, il aurait poursuivi pour Larissa. »

Dis-toi que le Secolo n’est pas un journal très sûr, mais c’est à noter néanmoins.

Je viens de longuement, trop longuement même, te raconter cette conversation et je ne t’ai pas dit ce que me voulait mon visiteur. Il désirait me demander si je consentirais à recevoir M. Diomède [4], l’ancien ministre grec qui du reste part demain ou après-demain.

Dans la soirée, j’ai rencontré un charmant garçon qui, bien plus âgé que moi, est malgré tout un bon camarade, Lucien Pinaud [5]. Ce dernier me dit : Vous savez qu’on exulte à l’Élysée, on y a les renseignements les plus précis et il n’y en a plus que pour très peu de temps, l’Allemagne est à bout. Ils ont l’enthousiasme facile à l’Élysée, lui ai-je répondu. Mais ma réponse ne l’a pas impressionné et il a continué à me dire que d’ici à trois mois les Allemands, qui étaient beaucoup moins bons soldats que nous, seraient battus…

En revanche, j’ai causé quelques instants avec Marcel Labbé [6], professeur agrégé, qui m’a donné des détails sur la bonne administration du service de Santé qui va… comme tout le reste. Heureusement, me dit-il, qu’au point de vue guerre le moral est encore bon chez les hommes bien que très changé. Mais au point de vue de leurs jugements sur l’arrière, sur le gouvernement, sur les officiers, c’est épouvantable. Quand ils causent entre eux et ne se croient pas entendus, ils disent couramment : Tant qu’on est habillé en soldat il n’y a rien à faire ; mais plus tard ce qu’on leur crèvera la panse. Marcel Labbé croit à la possibilité d’une révolution et accompagnée de massacres.

Sur cette perspective si consolante je te laisse, mon vieux, tu choisiras entre l’Élysée et Marcel Labbé.

Ton vieil

Et

 

Déjeuner ce matin avec deux parlementaires, mais tu n’arriveras déjà pas au bout de ce grimoire…

[1] Aristide Briand et Philippe Berthelot.

[2] Justin Verraux (1855-1939). Général de division.

[3] Erich von Falkenhayn (1861-1922). Allemand. Général d’infanterie. Chef suprême de l’armée allemande de septembre 1914 à août 1916. Il est le concepteur de l’offensive de Verdun. Disgracié après l’échec de ses plans et devant l’offensive alliée sur la Somme, il participe à la campagne de Roumanie en 1916 et 1917.

[4] Alexandre Diomidis (1875-1950). Grec. Historien. Professeur. Homme politique. Député du parti libéral (1910). Ministre des Finances (1912-1915) de Venizélos. Il est envoyé en mission à Londres et à Paris de janvier à avril 1917 puis en Suisse pour faire de la propagande venizéliste.

[5] Non identifié.

[6] Marcel Labbé (1870-19). Médecin des Hôpitaux de Paris. Professeur agrégé de médecine. Collaborateur médical du Journal des Débats.

15 janvier 1917

15 janvier 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

L’affaire Denys Cochin dont je te parlais il y a deux jours a eu son épilogue aujourd’hui. Pendant que j’étais à l’enterrement de Jean de La Rochefoucauld [1], l’éminent sous-secrétaire d’État est venu au Journal nous demander l’insertion de sa lettre échoppée avant-hier. Il était allé, nous a-t-il dit, trouver le président du Conseil, lequel l’avait autorisé à la condition que la mention officielle de sous-secrétaire d’État serait supprimée. Mais la censure n’avait pas reçu d’ordres et nous a enjoint la suppression. Nous nous sommes rebiffés et leur avons conseillé de s’arranger avec tous leurs patrons, mais que nous passions outre. Toujours à propos de la Grèce, en relisant mes épreuves hier il m’était venu à l’idée d’ajouter au compte rendu du Te Deum venizeliste rue Georges Bizet : Le prince Georges n’assistait pas à la cérémonie. C’était une simple rosserie, mais j’ai vu que ce matin Le Figaro a froidement repris notre compte rendu sans omettre la dernière mention à laquelle il a fait cependant un petit changement, il a ajouté SAR le prince, etc.

Tardieu est vraiment par trop ambitieux et pressé. J’avais été très surpris hier de voir en dernière heure du Temps une étude sur le rapport de Viollette contre les décrets, étude que Le Temps et nous avions déjà analysée. Tout cela pour amener une lettre utilisée par le rapporteur et vieille de plus d’un an écrite par Pedoya en 1915 alors qu’on attaquait Millerand par tous les moyens. Cet acte du Temps, c’est-à-dire la publication de la note d’hier au soir, constituait un acte de polémique nettement caractérisé contre le gouvernement actuel, mais constituait une sorte de mise en accusation du ministre de la Guerre précédent [2]. Bien que le nom de Tardieu fût en tête, j’hésitais à croire qu’il en fût l’auteur. Je me souvenais avoir dîné avec lui en tout petit comité chez Millerand [3] pour lequel il n’avait que flatteries. Il était alors encore habillé en capitaine de chasseur à pied et cherchait où étayer sa campagne antigouvernementale. Je ne sais pas si à ce moment-là je t’envoyais mes petites élucubrations, en ce cas j’ai dû te raconter ce dîner.

Ce matin, à la suite de la note du confrère, plusieurs journaux ont marché et refait des informations sur le rapport Viollette [4]. Nous nous sommes demandés s’il fallait faire état de la publication du Temps, nous avons jugé qu’il valait mieux la considérer comme non avenue. Qu’en penses-tu ? Entre-temps, j’ai fait une petite enquête pour savoir ce que voulait dire pareille attitude du confrère. En revenant de déjeuner, j’ai trouvé la note ci-jointe de notre informateur. C’est encore une bonne cochonnerie de la part de notre cher Tardieu.

La lettre de Pedoya parle de la question des fusils. Rouanet, il y a quelque temps, m’a parlé des préoccupations de Jaurès [5] au sujet de la fabrication. Je me rappellerai toujours, m’a dit l’ancien député, qu’un jour, dans les couloirs de la Chambre, Jaurès passant son bras

[manque la suite]

[1] Jean de La Rochefoucauld (1865-1917). Capitaine au 3e régiment chasseurs à cheval, il meurt pour la France le 12 janvier 1917. Il est le frère de Xavier de La Rochefoucauld, ami de Nalèche.

[2] Il s’agit du général Joseph Gallieni.

[3] Cf. lettre du 10 mars 1916.

[4] Maurice Viollette (1870-1960). Avocat. Homme politique. Franc-maçon. Député radical d’Eure-et-Loir (1902-1919). Ministre du Ravitaillement (mars-septembre 1917).

[5] Jean Jaurès (1859-1914). Homme politique, fondateur en 1904 de l’Humanité. Leader du socialisme français après la création de la SFIO en 1905. Il est assassiné le 31 juillet 1914 par Villain à la veille de la Première Guerre mondiale.

14 janvier 1917

14 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Nous venons de recevoir l’explication de l’extraordinaire grabuge de la réponse à Wilson. Nous avions demandé à l’homme de Brocqueville ce qui en était. Voici textuellement ce qui nous a été répondu : « L’explication du mystère est à la fois plus simple et plus bizarre que tout ce que nous avions imaginé. Il y a une nouvelle erreur dans la rectification.

« Il s’agissait simplement de remplacer de « sûres garanties » par des « sécurités et des garanties ».- Dixit Brocqueville…

« Tout le reste du paragraphe reste debout. Quelle drôle d’idée de publier un brouillon ! »

Donc, notre texte est bon et celui du Temps ne doit pas être juste. Malgré tout, c’est effroyable de penser que dans des choses pareilles il y ait de semblables omissions.

Je ne me souviens pas si je t’ai parlé de bruits qui couraient d’un voyage du duc d’Albe en Suisse où se trouvaient déjà Golukowsky [1] et Bülow [2] et où Jagow viendrait d’arriver [3]. (Bülow serait sur son départ.) Mais tous ces messieurs se livraient à une propagande de paix intensive.

J’ai vu hier un industriel qui a fait le voyage de Madrid à Paris avec le duc d’Albe il y a trois semaines. Ce grand seigneur est descendu à Saint-Sébastien et a traversé la frontière en automobile. Aussitôt descendu, il fut remplacé par deux détectives anglais qui avaient charge de surveiller ses bagages jusqu’au retour du patron. Ces détectives paraissent être préposés à la personne du duc et le suivre dans tous ses déplacements. C’est là où je me demande si j’ai bien compris le récit de mon narrateur, mais j’ai cru avoir entendu que, sachant très bien l’anglais, il avait suivi la conversation des policiers. Ces derniers se félicitaient de voyager en France et en Espagne, leur dernier voyage à Vienne ayant été plutôt pénible pour leur appétit et leur confortable. Cependant, deux Anglais en Autriche, c’est étrange. Il est vrai qu’ils faisaient partie de la suite du duc et qu’ils pouvaient voyager avec papiers espagnols. Mon monsieur a-t-il fait allusion à quelques autres personnes au service du duc et conférant avec les détectives, cela se pourrait, mais il resterait toujours l’intérêt de gens cependant destinés à être bien servis et crevant de faim dans les états de Sa Majesté l’empereur d’Autriche. À rapprocher de l’histoire de la grande maîtresse de Suède en Allemagne, racontée chez toi par Vesnitch.

Le duc d’Albe, qui s’est assez longuement entretenu avec M. R. dans le trajet, n’a fait aucune allusion à un prochain voyage en Suisse.

J’ai reçu la visite de Michelin. Je t’ai autrefois [4] mis au courant de la question des avions de bombardement auxquels le GQG, sous l’influence du colonel Barès, fait une opposition féroce malgré la commission de la Chambre et son rapporteur. Michelin m’a dit que Nivelle, tout comme Joffre, ne jurait que par Barès et que le général Lyautey allait avoir à se prononcer.

Il m’a dit des choses encore bien impressionnantes sur l’entêtement des militaires du GQG.

Les escadrilles, m’a-t-il dit, devraient être composées d’avions de même force et de même type pour que, en cas d’accident à l’un, les pièces puissent servir aux autres. Or, il m’a montré la composition actuelle d’un grand nombre d’escadrilles dans lesquelles sont mêlées tout espèces de marques et de forces depuis cent trente jusqu’à quatre-vingts.

Quant aux Bréguet Michelin, on les fait passer pour des avions assassins. Nous avons fait à l’heure actuelle cent soixante mille kilomètres, tant dans notre champ d’aviation qu’au dehors, nous avons eu juste trois morts. Je défie quelque construction que ce soit de donner pareil résultat.

On est certainement arrivé à persuader à l’élément militaire que Michelin ne poursuivait qu’un but commercial d’après-guerre, car il y a quelque temps Blanchon, qui avait vu Michelin, avait écrit à un de ses anciens camarades de Polytechnique, actuellement gros bonnet dans l’artillerie, pour lui demander quelques détails. L’ami lui a répondu par une lettre que j’ai vue et qui débute ainsi : « Il paraît bien certain que Michelin a fait ces avions dans un but commercial d’après-guerre, et peut-être aussi par patriotisme, mais je ne puis pour le moment donner aucun renseignement ne connaissant pas du tout les appareils. Je me documenterai et m’empresserai, etc.

Voilà, a priori, on condamne sans savoir.

À toi.

Et

[1] Agenor Golukowsky (1849-1921). Polonais. Comte. Diplomate. Ministre des Affaires étrangères à Vienne (1905-1906).

[2] Bernhard von Bülow (1849-1929). Prince. Allemand. Diplomate, chancelier de l’empire allemand (1900-1909). Ambassadeur d’Allemagne en Italie (1914-1915).

[3] Gottlieb von Jagow (1863-1935). Allemand. Diplomate. Ministre des Affaires étrangères (1913-1916).

[4] Cf. lettres des 26 août et 10 septembre 1916.

13 janvier 1917

13 janvier 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Je pensais à ce que tu me disais hier, en sortant du dîner, de l’état d’esprit de toute une catégorie de gens, et tu me citais notamment la façon de comprendre la note du garçon intelligent qu’est notre André Tardieu. Je me suis rappelé qu’au moment où nous faisions nos articles si énergiques contre la Bulgarie en faveur de la Serbie, il fut un de ceux qui m’ont le plus morigéné, trouvant étrange que nous soyons « aussi Serbes ». Il devait à ce moment-là exécuter avec plaisir les ordres supérieurs qui passaient au caviar la prose de Gauvain.

Toujours à propos de ce qui s’est dit hier et qui est bien significatif des difficultés que l’on aura à écrire l’histoire. Tu te souviens que Thierry nous a parlé de cet officier italien venu apporter deux cent mille hommes pour Salonique et qui aurait échoué devant l’hostilité du GQG personnifié diplomatiquement par Pellé. La seule chose dont Thierry ne s’est pas rendu compte, c’est qu’on comprend difficilement comment un officier peut être chargé d’une mission pareille alors qu’il y a un ambassadeur et que ce dernier n’est pas le premier venu, Tittoni en l’espèce. Tu as remarqué également que Thierry n’a pu nous dire quelles seraient les compensations d’une pareille assistance. Pour peu que l’on connaisse l’Italie, on devine aisément que cela ne pouvait être gratuit.

Mais ce que Thierry ne semble pas savoir du tout, c’est que Pellé avait une confiance complète en Berthelot et que tous deux ont toujours marché complètement d’accord (ce qui à mon sens du reste était une grande faiblesse de la part de Pellé).

Bompard, tu te le rappelles, m’avait demandé si on n’avait pas censuré quelques mots dans la réponse de La Belgique. Il y a eu en effet un incident qui jette un jour singulier sur la légèreté de nos diplomates. Nous ne savons pas encore à l’heure qu’il est quel est le vrai texte. À midi et demi, Corbin [1] nous a demandé quelques modifications dans la copie de la note qui nous avait été adressée. Ces modifications ont été faites, mais, à 10 h du soir, on demandait à l’Havas d’enlever l’allusion au Congo qui se trouvait dans notre exemplaire et qui avait été cependant laissée par Corbin. Comment expliquer une pareille erreur ? Est-elle simplement erreur de copie, c’est déjà énorme, mais n’existe-t-elle pas dans le texte lui-même remis aux États-Unis ?

Connaissant le personnel gouvernemental, voilà l’explication que je puis me donner à moi-même. On a montré officieusement le texte à Sharp [2], puis on l’a envoyé aux États-Unis et, 24 h après, officiellement, il fut remis à l’ambassadeur des États-Unis et communiqué aux journaux. Quelque intervention se sera produite à ce moment-là et on aurait, par le procédé habituel, modifié ce qui devait être divulgué dans le public. Alors il n’y aurait pas accord, et que fera-t-on vis-à-vis du président Wilson ? Enfin, je souhaite que tout cela s’éclaircisse le plus naturellement du monde, mais avoue que ces gens sont vraiment effrayants !

Tu verras ce soir un petit blanc dans la dernière colonne de la deuxième page. Il y avait à cette place une lettre de Cochin à Triantaphyllidès, lettre qui blâmait le roi de Grèce. La censure nous a fait attendre très longtemps sa réponse. Comme je me fâchais et que je déclarais que j’étais obligé de tirer sans leur assentiment, ils m’ont dit qu’ils avaient dû soumettre le cas au président du Conseil. Celui-ci a demandé comme service personnel l’échoppage de la lettre. La séance continue.

Ton vieil

Et

[1] Corbin (186-19). Censeur.

[2] William Sharp (1859-1922). Américain. Diplomate. Ambassadeur des États-Unis en France depuis décembre 1914.

11 janvier 1917

11 janvier 1917

 

L’informateur politique me dit ce matin que Lyautey veut absolument arriver à mettre la main sur tout, y compris les armées du front. Mais il lui faudrait un collaborateur et ce collaborateur serait Castelnau.

Le ministre aurait eu des entretiens très longs et sérieux avec Nivelle, Pétain et Castelnau, à la suite desquels il aurait établi son jugement. Castelnau serait de beaucoup supérieur aux deux autres dont l’un, Nivelle, serait aux yeux de Lyautey absolument quelconque.

La collaboration de Castelnau commencerait par le voyage en Russie où il représenterait le ministre. Je te donne cette information pour ce qu’elle vaut. Quant à Nivelle, certains petits faits, que je crois t’avoir contés naguère, ne m’ont pas beaucoup enthousiasmé pour le caractère et l’envergure du nouveau généralissime quoiqu’en dise notre excellent ami Pénelon [1].

Une question apparaît délicate, ce sera l’adjonction de Castelnau comme second du ministre. Il y aura des difficultés et du tirage.

Il paraît que notre ministre en Suède, Thiébaut [2], est ulcéré. Chaque fois qu’il envoie ici des renseignements montrant que la Suède n’est pas aussi pourrie de germanophilisme qu’on veut bien le dire et que parfois il y a dans ce pays des manifestations sympathiques pour les Alliés, on lui étouffe ses correspondances par ordre de Berthelot. Ce dernier aurait l’idée de ne donner que ce qui peut jeter un peu de zizanie entre la Suède et la Norvège dont il considérerait le rapprochement comme facteur pour l’Entente. Je t’avais livré autrefois quelques détails sur la Suède [3]. Ils sont encore vrais, et le socialiste Branting nous reste très fidèle. Je publie une petite note ce soir qui aurait dû être donnée le mois dernier si le fait n’avait pas été mis sous le boisseau.

Quelques anecdotes sur la jeunesse de Malvy. Il faisait partie au quartier latin d’un groupe d’étudiants qui se réunissaient dans un café (La Source).

Un beau jour

[manque v° de la p.2]

[1] Jean-Baptiste Pénelon (1863-1936). Natif de Bourganeuf (Creuse). Polytechnicien, lieutenant-colonel puis colonel du génie, il fait partie de la maison militaire du président de la République (1913-août 1914). Il devient agent de liaison dès le 2 août 1914 entre le général commandant les armées françaises (Grand Quartier général) et les pouvoirs publics (Présidents de la république et du Conseil et ministre de la Guerre). Il informe très bien le président de la République. Il est nommé général de brigade le 31 décembre 1916. En 1917, il rejoint la 7e armée. Ami de Nalèche, peut-être par ses réseaux creusois.

[2] Eugène Thiébaut (1856-1938). Diplomate. Ministre plénipotentiaire de France à Stockholm (1910-1918).

[3] Cf. lettres des 29 et 30 août 1916.

9 janvier 1917

9 janvier 1917

 

Reçu ce matin la visite, avec Triantaphyllidès qui me l’a présentée, de Melle Stefanopoli [1] directrice du Messager d’Athènes, un des journaux suspendus et saccagés. C’est une femme entre deux âges, maigre et brune, l’air intelligent et énergique. Elle m’a raconté les scènes d’horreur qui ont eu lieu à Athènes et auxquelles elle n’a échappé qu’à grand peine. Du reste, tu pourras lire tout cela dans le Journal car je lui ferai prendre une interview demain. Elle m’a confirmé une chose que je te disais il y a déjà bien longtemps, c’était la complicité des ministres d’Italie et de Russie. Le premier s’affichait du reste publiquement avec la maîtresse de Schenk [2].

Il y aura un bien joli livre jaune à faire avec les dépêches ayant trait à l’affaire grecque. Nos descendants seront édifiés sur la politique de notre diplomatie. Guillemin, écrivant pour mettre son gouvernement au courant du complot royal, s’attirait cette réponse sévère que les cabinets de trois puissances n’avaient pas besoin des conseils d’un simple ministre. À ce ton on reconnaît facilement l’auteur.

Il doit y avoir un Te Deum venizeliste à la chapelle de la rue Bizet dimanche. J’ai demandé si le prince Georges et sa femme y seraient. On m’a répondu qu’on les avait prévenus et que le couple ne se montrerait pas. Sans cela il se serait exposé à une conduite de Grenoble. D’autant, m’a-t-on ajouté, que l’on en veut également à la princesse qui, lors du voyage de Copenhague, a accompagné son mari à Berlin. Si la chose est vraie, c’est grave. Les Grecs prétendent qu’ils sont en train d’en réunir les preuves pour les sortir au moment voulu.

Veux-tu que je te dise comment, dans le peuple, on juge la politique grecque ? Une Danoise, femme d’un des plus grands professeurs de là-bas qui aime beaucoup la France et y fait de longs séjours, nous a raconté que, lors d’un récent voyage, son chauffeur lui expliquait les dessous de l’affaire. Il cita un propos de Briand à la princesse, propos dont il était sûr : « T’en fais pas, Marie, tu auras ta couronne. »

Mon homme de la préfecture me rapporte toujours des bruits extraordinaires qui partent de cette maison, la vraie maison aux fausses nouvelles du reste. Il paraît que depuis quelques jours on y parle beaucoup de la retraite de l’Autriche et de… la Bavière. On lie cela à la prochaine offensive annoncée de Broussilov. ? ?

À propos d’offensive, on me dit que Lyautey aurait, dès ce matin et par téléphone, répondu à une question du GQG au sujet du secteur d’attaque – « Il n’y aura plus désormais de secteur d’attaque. Le secteur d’attaque c’est tout le front. » On me donne cet ordre comme absolument certain.

À toi.

Et

[1] Jeanne Stefanopoli. Grecque. Première femme étudiante à l’université. Journaliste. Directrice, depuis 1913, du Messager d’Athènes, journal international pour l’Orient fondé par son père en 1875.

[2] Karl Schenk (1823-1895). Suisse. Homme politique. Président radical-démocratique de la confédération suisse.