Archives mensuelles : janvier 2017

31 janvier 1917

Ma lettre n’ayant pu être mise à la poste hier, je la rouvre pour te noter que les paroles d’Alter ego doivent être dues à une sorte d’appréciation des considérations d’ensemble. (fiat du Petit Parisien ) énumérées dans son dernier article sur la famine et qui a dû être fait avec le même document. Je viens de lui téléphoner. Je te dirai ce soir ce qu’il m’a rapporté à propos des notes allemandes.

 

31 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

P. [1], qui avait déjeuné avec nous, est venu au Journal pour causer avec moi. Il s’est un peu ouvert sur sa nouvelle situation et sur les gens qui l’entourent. Son impression n’est guère réjouissante. Il a trouvé là des hommes qui ne manquent ni d’intelligence ni de bonne volonté mais qui sont tous arrivistes et ignorent totalement où se trouvent la Pologne, la Prusse, l’Autriche et tout le reste. Le chef, qui voudrait bien faire, a surtout le souci de ses électeurs, de son parti et voit les choses au travers des lunettes spéciales de l’élu d’une circonscription et de représentant d’un groupe parlementaire. P. aurait beaucoup voulu lui faire répondre quelque chose pour effacer les fâcheuses conséquences du manifeste des députés socialistes au président Wilson, mais s’il a trouvé chez son patron un auditeur attentif, il n’a pas découvert l’homme courageux capable de faire passer l’intérêt général avant la crainte de déplaire aux coreligionnaires. Et Wilson qui cherche partout quelque chose à quoi se rattraper peut saisir l’occasion offerte et faire valoir l’importance de ces nouveaux alliés membres de la Chambre française.

Partout, P. constate le lâchage, le défaut d’organisation, le manque de direction, tout ce que nous déplorons depuis si longtemps et dont hélas on commence à ressentir les funestes effets. On ne trouve personne pour défendre l’intérêt public.

Il vient de faire un travail qui, dit-il, est clair comme le jour, ce sont uniquement des chiffres et dans lequel on s’aperçoit que fatalement nous allons manquer du blé nécessaire pour le pain alors que cette quantité déficitaire est employée à faire des choux à la crème et de la pâtisserie de toute nature. Mais veut-on faire quelque chose, c’est le syndicat des pâtissiers qui s’agite, qui fait parler les journaux et démolit le projet dans l’œuf. Il en est de même pour tout, et personne pour imposer sa volonté.

Tout à fait confidentiellement, il m’a parlé d’une conférence qui se tient à Londres et qui s’est ouverte hier pour discuter certains intérêts majeurs pour la France. Je t’en expliquerai de vive voix l’objet. Et après ce qu’il m’a dit, je crains que notre point de vue soit bien mal défendu, bien que ce soit Paul Cambon qui nous représente. Il a en face de lui Imperiali, et ce dernier semble très d’accord avec le gouvernement anglais.

Ici, m’a dit P., on ne veut pas voir l’entente qui existe entre les Italiens et les Anglais. Et cette entente sera néfaste pour nous. Lorsqu’on verra le chemin parcouru il sera trop tard.

Je dois te dire que P. connaît admirablement Rome, mais qu’en ce moment Berthoulat et Alter ego le traitent un peu comme un visionnaire atteint d’une manie anti-italienne. Je te dirai cela plus au long quand je te verrai car je ne voudrais pas écrire certaines choses concernant la conférence. Si j’en ai le temps ce soir, en tout cas, tu pourras voir par quelques mots pris dans une autre conversation que notre ami P. n’a pas si tort que cela et que ses visions sont peut-être hélas prophétiques.

En vous quittant, je suis donc rentré à ma boîte où j’ai trouvé quelques-uns de mes collaborateurs consternés. Celui qui fait la liaison avec la Rue François-Ier et qui avait eu une conversation avec Alter ego, racontait que ce dernier avait tenu les propos les plus extraordinaires. Pour lui (tu penses), il n’y avait pas à hésiter, il fallait faire la paix. Quelle raison crois-tu qu’il en donnait ? L’Allemagne étant à bout de souffle accorderait des conditions extraordinaires. L’empereur [2], il le savait, serait prêt à faire les plus grandes concessions. Il les tenait en réserve et ne manquerait pas de les sortir si l’occasion était favorable.

On se demandait chez nous ce que voulait dire cette invite à la paix. Tu peux être bien sûr que cela venait d’ailleurs, de ceux qui nous parlent de paix boiteuse, qu’ils nomment paix politique, depuis plus d’un an. Vois-tu l’empereur réduit pour le moment à proposer les seules conditions minima auxquelles nous pourrions traiter ? Je ne crois pas qu’il y soit encore ! Mais que dis-tu de l’état d’esprit de ceux qui ont mission de conduire la France et qui font répandre de pareils ferments de découragement ou de veulerie ? Ils se figurent peut-être qu’en ayant terrassé l’opposition du Palais-Bourbon, ils ont en même temps écrasé la ceinture de tranchées boches qui coupent la France en deux. Enfin !

Dans la soirée, j’ai eu la visite de François de Chevigné retour d’Angleterre où il a accompagné l’amiral Chocheprat qui allait porter je ne sais quel bibelot à l’amiral anglais. Tu connais ce brave François qui est un hurluberlu supérieur et qui répète ce qu’il entend dire en se l’appropriant avec une exactitude qui n’a d’égale que la diversité des opinions qu’il avance. Il m’a raconté le voyage. Il a vu le célèbre Beatty [3], tout à fait le masque de Napoléon, les attitudes de Napoléon, un peu vulgaire mais marchant droit et énergiquement, en un mot tout à fait le grand empereur (tu ne l’as pas connu, moi non plus), mais la comparaison devait être de Chocheprat, j’ai compris cela par la suite. François m’a raconté également les différentes colles qu’il avait poussées aux Anglais qui n’avaient pu répondre. Sur une observation qu’il faisait, je ne sais quel grand marin anglais aurait répondu : Alors vous voudriez que nous imitions les Allemands ? – Et vos règles de tir, aurait riposté François, ne les avez-vous pas empruntées aux Allemands depuis le Jütland ? [4] – Attrape !

Somme toute, François revient de son inspection de la flotte très satisfait. C’est superbe, les officiers sont confiants mais espèrent que cela finira cette année sans pouvoir en répondre. Il a vu la reine Alexandra qui a maintenant les cheveux tout blonds et un râtelier qui ne lui permet pas l’usage de la parole. Cependant, les quelques mots qu’elle dit sont une gaffe ou un anachronisme (je ne me rappelle pas très bien ce que mon François m’a raconté, mais c’était quelque chose comme cela).

Croirais-tu cette chose effarante, c’est qu’on envoie ce brave garçon comme attaché naval en Amérique. Il va à New York doubler celui qui est à Washington. Voilà dans quel état d’esprit il part. Écoute bien : Jusserand est un craintif et ne fiche rien, le marin qui est près de lui n’est au courant de quoi que ce soit, on est dupé par Bernstorff et il va là-bas arranger tout cela. Il ouvrira les yeux et n’hésitera devant aucun moyen pour savoir tout. On lui laisse un crédit illimité et il annihilera complètement l’action germanique, télégraphiera les départs de bateaux, les arrivées de sous-marins. Il remuera tout le monde. Faut-il que Laure [5] se soit remuée, elle, pour en être arrivée à faire choisir son fils pour une mission semblable.

De cette conversation d’agité j’ai cependant retenu un passage qui a son intérêt précisément au point de vue où je me plaçais en commençant cette lettre. Les marins auraient discuté entre eux les envois de cuirassés et, sans y mettre aucune malice ou intention, François me disait qu’on ne pouvait arriver à les décider à cause des compensations qu’ils demandaient. On avait fini cependant par se mettre d’accord, mais il ne savait pas à quel prix. Ce doit être important, a conclu mon honorable cousin.

Pardonne-moi, mon vieux, et à toi.

Et

 

[1] Il s’agit peut-être de Plan. Cf. lettre du 1er février 1917.

[2] Guillaume II.

[3] Non identifié.

[4] La bataille du Jütland a lieu les 31 mai et 1er juin 1916. Bien que la flotte allemande soit apparue comme supérieure en qualité, les Britanniques restent maîtres du champ de bataille.

[5] Laure de Sade (1859-1936), comtesse Adhéaume de Chevigné, mère de François de Chevigné.

30 janvier 1917

30 janvier 1917

 

Rien de bien intéressant à te signaler aujourd’hui, mon cher Pierre, une journée de dispersion et d’allées et venues. Le sieur Bidou est rentré cette nuit du front anglais. Je ne l’ai vu qu’une minute ce matin et n’ai pu encore recueillir ses observations. Il ne m’a cependant pas paru mécontent de ce qu’il avait vu. Il croit que le moment du gros coup de torchon approche. Et après ce sera la fin ? ai-je demandé. – C’est ce que l’on pense généralement, me répondit-il. D’autre part, on m’a dit de la Chambre aujourd’hui que les opérations préparées par nous étaient reculées, qu’avant de s’engager on voulait avoir une préparation plus complète encore.

J’ai appris également tantôt que Nivelle était parti pour l’Italie où il allait passer 48 heures avec Cadorna.

Il y a eu aujourd’hui un radio allemand qui annonce de nouveaux exploits de sous-marins assez douloureux. Voici grosso modo ce qu’il dit, pour le cas où tu n’en aurais pas eu connaissance.

Un sous-marin allemand a coulé le 19 janvier dans la Méditerranée orientale un vapeur entièrement chargé d’environ cinq mille tonnes ; le 15 janvier il avait coulé un bateau-citerne anglais, le Garfield, de trois mille huit cents tonnes allant de Malte à Port-Saïd et portant un chargement de charbon et de pétrole ; le capitaine du Garfield est prisonnier. Le même sous-marin a torpillé le 25 janvier, à environ deux mille cinq cents miles à l’est de Malte, un transport ennemi faisant route vers l’Est et convoyé par un torpilleur français. Le navire qui portait un grand nombre de soldats a été coulé en dix minutes.

Ce radio n’est pas officiel, on espère. Maigre espoir qu’il n’a été lancé que pour la propagande.

Tu te rappelles que mon neveu Brinon nous avait dit que Monastir avait été évacué [1] et qu’ici on avait démenti avec énergie. Ribot lui-même avait répondu en disant que si Monastir était évacué ce serait la fin de la campagne là-bas (ce qui est du reste exagéré). Il y avait tout de même du vrai car j’ai su aujourd’hui, par une lettre du général Leblois qui est ici mais qui écrivait à un de ses parents, que le quartier général avait été obligé de quitter Monastir à cause du bombardement et de venir s’établir à Florina. Tu sais que c’est Leblois qui avait pris et qui occupait Monastir.

La campagne antiministérielle continue à force dans les couloirs. On veut interpeller sur tout. Le sieur Anglès [2] veut interpeller sur l’affaire Guillemin, un autre parlementaire sur la question des effectifs, enfin tout doit être passé au crible du Palais-Bourbon.

J’ai reçu la visite tantôt d’un type très curieux dont j’ai eu à te parler quelquefois [3]. Je n’entreprendrai pas de te redire sa conversation car c’est le plus extraordinaire fouillis d’idées, de renseignements, d’anecdotes qui se puisse imaginer. C’est Jean Finot directeur de La Revue. Il voulait me parler d’un article que nous avions fait sur la ligue contre la calomnie et il estime cet article très courageux, car aucun journal n’avait osé en parler craignant de se compromettre avec Caillaux, bien que l’idée de la ligue datât d’avant l’incident du Times. Il paraît que lorsqu’il avait lancé l’idée, Daudet [4] s’est cru personnellement visé, tellement il se sent un professionnel de l’injure. Il le fit dire à Finot qui, immédiatement, alla parler à Madame Nationale [5], comme on l’appelle paraît-il, et maintenant la Mère de l’Armée française, car il est écrit que pas un Daudet ne doit être sous les drapeaux, ni Léon, ni son fils [6] (classe 16), ni le célèbre Lucien. Finot avait été autrefois très lié avec

[manque la suite]

[1] Cf. lettres des 26 septembre 1916, 15 décembre 1916, 17 décembre 1916.

[2] Raoul Anglès (1887-1967). Journaliste. Homme politique. Député radical socialiste des Basses-Alpes (1914-1924).

[3] Cf. lettres des 25 novembre 1915, 26 septembre 1916, 14 décembre 1916, 17 décembre 1916, 30 décembre 1916.

[4] Léon Daudet (1847-1942). Fils aîné d’Alphonse Daudet (1840-1897). Il épouse Jeanne Hugo, petite-fille de Victor Hugo. Homme politique. Royaliste, animateur de l’Action française. Député indépendant de la Seine (1914-1924).

[5] Madame Nationale est le surnom de Mme Alphonse Daudet, très nationaliste, mère de Léon Daudet.

[6] Charles Daudet (1892-1960). Fils de Léon Daudet (1867-1942) et de Jeanne Hugo (1869-1941). Bibliothécaire à l’Arsenal.

28 janvier 1917

28 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Le ministère a subi un des plus rudes assauts qu’il ait eu à affronter. Il paraît certain que la minorité a fait un effort vigoureux. Briand n’a du reste montré au Comité secret que ce qu’il a voulu, et, comme nous le disait Alter ego, il avait en mains ce qu’il fallait pour obtenir la majorité en Comité secret. Comment en est-on arrivé là, voilà ce qui aurait gagné à être élucidé. Briand s’en tire parce que toute personne sensée a l’impression que le changement serait pire que le statu quo. Je ne crois pas que l’avenir aura beaucoup d’indulgence pour les hommes qui conduisent nos affaires à l’heure actuelle.

Encore la Rue François-Ier. Veux-tu la dernière imbécillité de cette boîte extraordinaire qui date d’hier ? Ces messieurs ont envoyé aux journaux un magnifique topo sur l’aviation. Or tu sais que les Allemands invoquent contre nous un argument qu’ils considèrent comme définitif, ce serait le bombardement par avions de Nuremberg avant la déclaration de guerre. Or la Rue François-Ier annonce avec solennité que tous les avions Blériot ont été mobilisés le 31 juillet 1914.

La Rue François-Ier a téléphoné partout pour rattraper son affaire, malheureusement déjà le papier avait été imprimé par quelques journaux.

Encore une autre admirable invention, bien parisienne celle-là. L’officine vient de faire imprimer une brochure : « Comment on doit dire la vérité aux neutres. » Que dis-tu de ce professorat ? Je suis convaincu que celui qui a trouvé cela doit se trouver un homme de génie.

Je t’avais raconté l’autre jour [1] le récit du procès Manouilof paru dans le Rousskoe slovo dans lequel se trouvait un incident relatif au Temps. Comme il est dommage que nous soyons si corrects, car un autre fait mériterait d’être mis en lumière pour édifier tous ceux qui ont foi dans les informations du grand confrère. Avant-hier soir, il a paru dans les grandes colonnes de cet organe une interview des plus pessimiste prise par un journaliste russe au prince Galitzine. Très étonné qu’un Premier ministre ait parlé comme cela, j’ai fait une enquête pour savoir qui avait livré cette conversation à la publicité sans que la censure ait sévi. La censure, qui est ignorante comme une carpe, n’y a vu que du feu.

Voici ce que j’ai appris de la façon la plus directe : Cette interview date d’avant l’arrivée de Galitzine au pouvoir. Elle a été publiée pour les besoins de la cause par le Berliner Tageblatt , et c’est dans le Berliner Tageblatt que Le Temps l’a prise. Et voilà la presse sérieuse française ! !

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 25 janvier 1917.

27 janvier 1917

27 janvier 1917

 

As-tu lu les communiqués d’hier et de ce matin ? N’as-tu pas trouvé qu’ils ont eu quelque chose d’un peu ambigu et troublant au sujet de ce qui s’est passé sur la Meuse ? Comme j’y pensais hier, je me suis souvenu que j’avais vu le matin un garçon qui ne manque pas de talent et dont j’ai publié quelques nouvelles. C’est Heuzey [1], l’ancien gendre de Paul Beauregard ; je dis l’ancien car il est divorcé. Il me disait qu’il avait été à Verdun pendant les grandes attaques et qu’on était venu le chercher là il y a peu de temps pour le placer au GQG avec Bordeaux [2] et Madelin [3] afin de faire l’historique des opérations [4]. Je le questionnai justement sur Verdun. Il me répondit de lui-même. – Il n’y a plus rien du tout à Verdun, c’est absolument fini de part et d’autre. Quelques instants après, je lisais le communiqué de 2 h et les cinq cents mètres de tranchées prises.

En opérant un rapprochement, je me suis demandé si la belle tranquillité du QG n’avait pas été surprise.

À tout hazard, je te raconte grosso modo ce qui s’est passé au Comité secret. Garat, rapporteur de la commission qui avait, comme tu le sais, donné raison au gouvernement après son entrevue avec ce dernier, a parlé mais sans beaucoup de succès. Il a paru s’embrouiller dans son volumineux dossier et il a donné l’impression qu’on le lui avait préparé d’avance.

Un député de Saint-Sauveur, Deschamps, qui représente la circonscription natale de Dartige du Fournet, a sorti une dépêche ultra-confidentielle naturellement dans laquelle l’amiral parle des influences déplorables exercées sur le gouvernement par le prince Georges. Cela ne fut pas sans faire un certain effet. Mais Briand, de sa place, Briand lui fit un signe d’encouragement et lui dit : Vous pouvez continuer, je répondrai à tout cela plus tard.

Le président du Conseil commença son discours. Le début fut plutôt cahoteux et la Chambre se montra houleuse. Il parlait sur la question grecque en général mais petit à petit il ressaisit son auditoire et la séance se termina sur un emballement complet. Les gens de l’opposition eux-mêmes, comme Lafond, déclarèrent qu’il était vraiment extraordinaire.

Voilà, cela continue aujourd’hui mais je n’ai pas encore de détails.

Quirielle sort d’ici. Il était venu me voir pour me proposer un article sur une question qui intéresse le monde religieux : la division du diocèse de Lyon. Il me dit son étonnement de voir que Briand lui-même, au moment où il a tant de grosses questions à régler, s’est occupé de cette question et, comme député de Saint-Étienne, a désiré la trancher dans le sens de la division mais sans se douter que la solution était déjà donnée par Rome dans le sens contraire. Il croit que Briand avait espéré entrer en conversation avec le Vatican grâce à ce point litigieux.

Quirielle me dit aussi que la note qui a paru sur ce sujet et qui a été adoptée à Rome est si admirablement faite qu’il serait intéressant de savoir qui l’a rédigée. Les auteurs, s’ils sont français, pourraient à un moment donné nous être très utiles dans nos affaires religieuses de l’avenir.

À toi, old chap.

Et

[1] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Paul Heuzé (1878-1931). Écrivain. Journaliste. Peintre. Il épouse Henriette Beauregard dont il divorce.

[2] Henry Bordeaux (1870-1963). Avocat. Homme de lettres. Homme politique républicain (1893). Délégué à l’état-major de la 2e armée pour fournir des récits à la presse. Élu à l’Académie française en 1919.

[3] Louis Madelin (1871-1956). Historien. Homme de lettres. Membre de l’École française de Rome. Homme politique. Il sert dans l’infanterie puis au Grand Quartier général pour lequel il effectue plusieurs études sur la situation militaire.

[4] « Pauvre vérité qui paraîtra à la postérité sous les voiles décents dont l’auront habillée M. Henry Bordeaux et M. Louis Madelin – vérité pour salons académiques et sacristies distinguées -, genre Bougereau. » ,Jules Isaac, Un historien dans la Grande Guerre, lettres et carnets, 1914-1917, Armand Colin, 2004, 16 janvier 1917, p. 222.

26 janvier 1917

26 janvier 1917

 

Je crois bien, mon cher Pierre, que ce n’est pas comme lorsque tu étais aux armées et que je n’ai pas à te donner des renseignements sur le Comité secret. Tu dois être aussi bien informé que moi si ce n’est mieux. Tu as donc su qu’hier Abrami avait parlé cinq heures d’horloge et sans grand intérêt. Il a sorti une foule de choses, beaucoup trop pour que la Chambre se passionnât. Il a notamment produit les documents qu’il avait emportés avec lui de son ancienne fonction à l’état-major de Sarrail. Ceci même lui a valu une observation de Briand faite de ce ton lointain et indifférent qui lui réussit parfois : « Mais, M. Abrami, les documents que vous nous montrez là ne me gênent nullement, mais vous, ne vous gênent-ils pas un peu ? Abrami resta assez quinaud devant ce reproche d’avoir gardé dans ses poches copie des pièces confidentielles venues de son ancienne situation.

Le député n’eut qu’un moment où il fixa la Chambre, ce fut lorsqu’il reprocha à Briand d’avoir toujours été à la suite des autres, sans jamais avoir pris une initiative.

Le Comité secret est encore en train. On dit qu’il continuera probablement demain encore.

J’ai vu Vesnitch ce matin, il sortait de l’ambassade de Russie. Je l’ai interrogé sur les bruits qui circulaient. Il est bien certain que le mouvement révolutionnaire, mais il ne croit pas à la gravité que l’on s’est plu à nous représenter. Quant au radio laissant entendre que le czar avait été assassiné, il en connaît l’existence mais ne croit pas à la vérité de la nouvelle. Isvolski en tout cas ne lui en a rien dit, et ses rapports avec lui font qu’il lui aurait certainement parlé si quelque chose de cette nature avait eu lieu. Isvolski du reste vient d’être souffrant et s’apprête à partir pour se reposer pendant quelques jours.

Ces mauvais bruits s’étaient propagés ou plutôt sont en train de se propager car, hier au soir à 9h, Vauvineux m’a téléphoné pour me demander si je savais quelque chose. Il venait de recevoir une lettre de Tsarskoïe Selo où on lui dépeignait la situation comme très grave, laissant entendre qu’une révolution de palais était à craindre. Sa lettre était datée du 14 janvier. J’en avais eu une à la même heure (probablement par la même voie), mais datée du 7 janvier.

Mon correspondant m’écrit : Coup de théâtre. C’est le prince Galitzine [1] qui succède à Trepov. La situation est de plus en plus sérieuse. J’ai l’impression que l’empereur est sans un seul conseiller. L’impératrice décide. M. Dobrousky [2] fait du spiritisme et c’est une table tournante qui nomme les ministres. Le prince Galitzine est du reste un homme fort respectable mais trop à droite pour pouvoir gouverner ; cependant francophile. Comme homme d’État il n’a aucun passé. Son règne sera court si M. Protopopov reste au pouvoir. Ce dernier est la cause de la situation impossible dans laquelle nous nous trouvons. Si encore celui-ci avait du génie. Mais il est nul et prétentieux. Il est tellement détesté et méprisé que sa fin pourrait être tragique… C’est navrant !

As-tu lu dans le compte rendu du Sénat la discussion Malvy-Genouvrier [3] à propos d’une Autrichienne, Melle Kovacs, retirée d’un camp de concentration et autorisée à séjourner en France. Malvy a solennellement affirmé que jamais il n’avait demandé de permis de séjour. Or j’ai lu ce matin la copie de deux lettres adressées à Gallieni, gouverneur de Paris, par Laurent, préfet de police.

Dans la première, datée du 15 octobre 1915, le préfet répond à la question du gouverneur qui l’interroge sur la sortie du camp de Melle Kovacs et sur son permis de séjour, qu’il a cru devoir donner le permis sur la demande expresse de M. le ministre de l’Intérieur.

Dans la seconde, datée 4 novembre 1915, le préfet répond au gouverneur pour lui dire qu’il lui est impossible de retirer le permis de séjour donné à Melle Kovacs attendu que, sur l’ordre formel de M. le ministre de l’Intérieur il a dû transformer le permis de séjour provisoire en permis de séjour définitif.

C’est notre cher président qui est le grand défenseur de Malvy. Je doute que ces deux lettres puissent rester secrètes.

À l’heure où je t’écris, c’est Garat [4] qui est à la tribune. Il y a eu un discours assez venimeux d’Abel Ferry qui aurait porté par instants. Un discours de Charles Benoist. Peut-être Leygues prendra-t-il la parole après Garat. Puis Briand parlera.

[pas de signature]

[1] Nicolas Dimitrievitch Galitzine (1850-1925). Dernier président du Conseil d’État de la Russie impériale, poste ou Nicolas II le nomme en février 1917.Le prince Galitzine succède à Trepov comme Premier ministre du gouvernement provisoire de Russie du 23 mars au 21 juillet 1917.

[2] Non identifié.

[3] Non identifié.

[4] Joseph Garat (1872-1944). Avocat à Bayonne. Homme politique. Député radical des Basses-Pyrénées (1914-1919).

25 janvier 1917

25 janvier 1917

 

Tu as bien compris, je pense, mon cher Pierre, que la personne qui m’avait donné ces renseignements si pessimistes sur la Russie était Lazare Weiller. C’est lui également qui a parlé de ce radio dans lequel il était question de l’assassinat de l’empereur [1]. Hier, le bruit de la mort de Constantin avait couru toute la journée. S’est-on trompé de souverain, ou la fausse nouvelle s’est-elle tout simplement transformée ? L’avenir nous le dira, mais si l’empereur de Russie avait disparu personne n’en serait étonné. Quel gâchis funeste. L’armée russe est en très bon état, dit-on, et pleine d’entrain. On verrait peut-être se reproduire ce qui s’est passé chez nous au moment de la Révolution. La situation russe présente avec cette époque chez nous la plus grande analogie.

Une femme qui est la Callot [2] sœurs de Pétrograd et qui habille toute la cour, est à Paris en ce moment. Elle a raconté à l’un de mes collaborateurs que la cour avait pris le deuil pour six semaines à la mort de Raspoutine. Après cela, comment s’étonner de quelque chose ?

Tu liras dans le Journal demain ou après-demain le procès Manouilof [3]. Il y a dans le compte rendu un incident que nous passerons sous silence, bien que ce soit dommage. Cette affreuse fripouille de Manouilof s’était fait [fort] de faire passer un article dans Le Temps moyennant vingt-cinq mille francs grâce à ses relations avec Roels. Celui-ci, comme je te l’ai déjà dit [4], est le directeur des services étrangers chez notre confrère. C’est un Juif hollandais qui distribua ici aux journaux l’argent du docteur Leyds [5], puis, après quelques malheureuses tentatives, perdit l’énorme galette qu’il avait ramassée à ce métier et fut envoyé à Berlin comme correspondant du Temps. Là, il monta l’affaire de la N’Goko-Sangha [6] que Tardieu prit en mains. Revenu à Paris, il fut l’artisan de la transformation du Temps où il devint de plus en plus puissant. On ne rencontre que lui dans les antichambres des ministres. Je t’assure qu’il se connaît dans la manière de faire cracher les gens !

Je reçois un mot du pasteur Édouard Soulier [7] qui est envoyé en mission dans les pays scandinaves avec Rocheblave. Il me demande quelques recommandations pour les gens que je puis connaître. Ces deux-là partent comme protestants, ce qui n’est pas une mauvaise idée, mais que diable veut-on que ces hommes bien intentionnés fassent dans des pays où ils ne connaissent personne, dont ils ne savent pas la langue, qui sont sûrs de faire des gaffes, de dire à ceux-là mêmes auxquels il ne faudrait pas des choses compromettantes. Tout cela est enfantin. Quel argent et quelles forces perdus !

Et tout va comme cela.

À toi.

Et

[1] Le tsar Nicolas II et sa famille sont massacrés à Iekaterinbourg le 17 juillet 1918.

[2] Les sœurs Callot est une entreprise créée par quatre sœurs en 1895 et située 9-10, rue Matignon, Paris, VIIIe.

[3] Manouilof. Russe. Il débute en 1895 dans la police secrète et est chargé de surveiller les émigrés russes à Paris. Secrétaire privé de Stürmer après la chute de celui-ci, il est accusé de se livrer à de douteuses opérations financières.

[4] Cf. lettre du 14 mai 1916.

[5] Willem Johannes Leyds (1859-1940). Allemand. Avocat. Homme politique. Diplomate.

[6] La Compagnie de la N’Goko-Sangha est la société concessionnaire de la voie de communication la plus rapide au Congo entre Oyem et Libreville pour le ravitaillement. En novembre 1909, après une campagne menée à propos d’une indemnité allouée à la N’Goko Sangha, Briand remet la démission de son cabinet au président Fallières. Le 9 janvier 1912, a lieu au Sénat une vive altercation entre Pichon et Caillaux. Celui-ci est accusé de transactions politiques et financières en dehors des négociations officielles.

[7] Édouard Soulier (1870-1938). Pasteur à l’église luthérienne de la Rédemption à Paris.

24 janvier 1917

24 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Il est bien regrettable que tu ne sois pas venu au dîner, d’abord parce que tu étais malade, et aussi parce que tu y as perdu l’occasion d’entendre l’éloquence de ton serviteur. Quarante-cinq privilégiés environ ont pu s’offrir ce régal double. Les conversations ont été leur train tout autour de la table, mais moi, figé entre mes deux voisins naturellement pas des plus rigolos, je n’ai pu recueillir rien de bien digne de t’être signalé. J’ai cependant entendu quelque chose qui vous touche. Quelqu’un a dit que l’illustre Mabilleau [1] était persona gratissima chez un Lebaudy près de Mantes. Serait-ce Paul qui aurait adopté cet admirable saltimbanque ? Tu dois connaître les antécédents de Mabilleau, la façon dont il a, avec le Musée social, mis la main sur le père Chambrun qui lui avait laissé, à lui personnellement, une assez grosse somme dont il a été obligé de rendre une partie aux Brazza [2] et autres Chambrun déshérités. Je pense que l’on exagère l’hospitalité donnée par Paul. Si l’on n’exagère pas, je n’ai rien dit… car je ne voudrais pas le fâcher.

Je me rappelle Mabilleau il y a quelque vingt ans, venu apporter à mon prédécesseur Patinot  [3]quelques articles. Je le revois encore dansant d’un pied sur l’autre, assez bel homme, mais ayant le costume et l’aspect d’un chef d’orchestre du casino de Toulon (Var). L’âge l’a bien un peu alourdi, la fréquentation des salons parisiens lui a peut-être retiré un peu de cet aspect de pifferari, mais même si tu as quelque sympathie pour lui, avoue qu’il en reste quelque peu.

Ce matin, comme je discutais avec Gauvain dans le téléphone de l’article à faire, et que je lui offrais deux sujets, un second article sur les effets du message Wilson ou la Grèce, Gauvain me demande si j’ai pu causer au dîner avec Alter ego et si ce dernier sait ce qui se passera demain. Y aura-t-il Comité secret ou non ? J’ai répondu à l’ami Gauvain que, placé comme lui trop loin de Chaumeix je n’avais pu l’interroger. L’eussé-je fait que cela n’aurait pas servi à grand-chose, car à l’heure qu’il était il ne m’aurait fait que des réponses évasives. Représentant des gens qui suivent la politique du doigt mouillé, les vents avaient, en 48 heures, joliment le temps de faire virevolter les projets, et il ne pourrait que se lancer dans un verbiage amusant et paradoxal d’où l’on ne saurait tirer aucune conclusion précise. Ça n’a pas raté, Alter ego a eu quelques heures après à me téléphoner, je lui ai posé la question. Forse che si, Forse che no, [4]… Aujourd’hui, ceux qui paraissaient le plus ardents à soulever la question de Grèce, ne semblent plus y tenir… On ne sait pas ce que l’on fera… Il y a dans un Comité secret toutes les chances pour le gouvernement… Mais, d’autre part, des documents que l’on sort d’une négociation en cours… danger… mais cependant… Au résumé : néant.

En revanche, j’ai eu une conversation tantôt avec un homme autrement net et précis, ce fut avec le ministre grec, Diomède. Nous avions pris rendez-vous chez Gauvain et nous avons causé près de deux heures. Nous avons passé en revue à peu près tous les problèmes que soulève cette question grecque. Du reste il part pour Londres, mais je tâcherai de te faire faire sa connaissance à son retour, il est probable qu’il viendra déjeuner un jour avec nous. Il a été témoin des incidents de décembre et nous en a fait le récit complet. C’est encore plus grotesque que nous ne le supposions.

Comme tu le sais, l’amiral était au Zappeion avec quatre cents marins lorsque les troupes ont quitté le Pirée pour marcher vers Athènes. Il se fiait à la parole du roi. Lorsque l’amiral entendit le bruit de la bataille il envoya un officier au palais pour rappeler au roi sa parole et lui demander ce que cela signifiait et son passage pour lui et ses quatre cents hommes. Le roi ne reçut pas l’officier mais répondit ou fit répondre par une argutie extraordinaire : « Si les troupes des Alliés viennent avec des intentions hostiles, c’est très simple vous êtes mon prisonnier. Si elles viennent au contraire sans intentions hostiles, c’est avec le gouvernement qu’il faut vous arranger. »

Les obus que l’on tira sur Athènes ne furent pas tirés pour soutenir nos troupes mais tout simplement pour dégager Dartige. On en tira sept ou huit, et cela suffit pour que Dartige fut remis dans une automobile, et 1/4 d’heure après il était au Pirée. Pour comble de ridicule on avait chipé l’auto de l’amiral qui ne put la retrouver.

Diomède blâme ouvertement non seulement Dartige mais ceux qui ont préparé le débarquement. Il estime que ces officiers ou cet officier mériterait toutes les punitions les plus sévères. Il nous donne aussi quelques détails sur notre attaché militaire général Bosquet [5]. Vraiment, on se demande à quel degré d’imbécillité un homme peut en arriver. Sourd et aveugle ! Il était au mieux avec les pires germanophiles et il avait eu ce jour-là même l’autorisation de se promener partout. Il ne s’était pas aperçu que l’on bloquait Dartige : dans les jardins du roi un régiment d’infanterie, l’artillerie sur les collines. La route du Pirée seule était libre…

Nous avons longuement parlé de l’Italie et de son attitude si maladroite même à son point de vue. Il nous a montré le mécanisme de la politique du ministre qu’il nous a dépeint en traits vraiment pittoresques. Un homme de la Renaissance au physique et au moral. Si Machiavel n’avait déjà écrit son Traité, lui aurait pu le faire. Du reste, nous a dit Diomède pour terminer : Le temps du coup de force est passé, il n’y faut plus songer, le roi qui est en contact direct avec l’empereur a dû apprendre qu’il était lâché, pour le moment du moins. Ce qu’il nous faut obtenir maintenant, c’est qu’on nous aide dans notre action ou du moins qu’on ne la paralyse pas. Nous nous chargeons du reste…

            Garde bien cette dernière phrase pour toi, car je crois que tel est l’objet de la mission de Diomède, et c’est cela qu’il tentera de faire réussir à Londres.

Diomède parti, Gauvain a reçu un homme [6] fort curieux et intéressant. C’est un Russe fort lettré qui habite la France depuis longtemps et a publié quelques ouvrages d’histoire qui ne sont pas sans valeur. C’est un socialiste avancé et qui a été député du parti à la Douma. Malgré cela, il est ententiste ardent et va représenter à Paris comme correspondant le nouveau journal La Volonté russe que l’on avait cru tout d’abord devoir être germanophile parce que Protopopov avait été dans les premiers fondateurs, mais qui reste tout à fait pour la guerre jusqu’à la victoire.

Alexinski (c’est son nom) est fortement blâmé par le parti pour avoir accepté ce poste de correspondant d’un journal bourgeois, mais il fait partie des socialistes d’Union sacrée.

Il a raconté que Protopopov était extrêmement versatile. Il serait atteint de « psychose circulaire » [7]. Tu sais ce que cela veut dire ? Ce sont des périodes de surexcitation succédant à des crises d’affaissement. Notre Caillaux en serait, dit-on, atteint et tu sais à quelles origines on attribue le mal.

Gorki [8], au dire d’Alexinski, serait tout à fait à la tête des Zimmerwaldiens de là-bas. Il s’est fait, comme tu as dû l’entendre dire, imprimeur éditeur et il a fondé une sorte de journal ou revue de propagande zimmerwaldienne.

Je crois bien mon vieux que cette fois le pensum est pour toi si tu me lis.

Ton affectionné

Et

[1] Léopold Mabilleau (1859-1941). Professeur de philosophie à la faculté des lettres de Toulouse, professeur au Conservatoire national des Arts-et-Métiers. Homme politique. Conseiller municipal de Toulouse (1884-1888). Président de la Fédération nationale de la mutualité française (1902). Collaborateur de revues et de journaux, il est l’auteur de nombreux ouvrages économiques et sociaux.

[2] Pierre Savorgnan de Brazza (1852-1905). Explorateur, il « découvre » le Congo. Commissaire général de la République au Congo français (1885). Il épouse Thérèse Pineton de Chambrun, fille de Charles-Antoine de Chambrun et de Marie-Henriette Tircuy de Corcelle, et descendante de La Fayette.

[3] Georges Patinot (1844-1895).

[4] En italien : « peut-être bien que oui, peut-être bien que non ».

[5] Bosquet. Attaché militaire général de France en Grèce.

[6] Grégoire Alexinski (1879-1967). Russe. Historien. Homme politique. Député socialiste de la Douma avant la Révolution de 1917. Correspondant du nouveau journal La Volonté russe.

[7] La psychose circulaire serait appelée aujourd’hui psychose maniaco-dépressive.

[8] Maxime Gorki (1868-1936). Russe. Débute comme journaliste. Écrivain. Peintre réaliste de son enfance difficile. Créateur de la littérature sociale soviétique, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Les Bas-Fonds (1902), La Mère (1906). Progressiste, il se lie avec Lénine.

23 janvier 1917

23 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Un mot de Tardieu. Un de mes collaborateurs lui disait hier : « Vous faites une campagne bien violente, sans merci, au cabinet. Croyez-vous que vous ayez en cela tout à fait raison ? » – Tardieu a répondu : « Mais nous sommes au bord de l’abîme. Voici trois nuits que je n’ai pu dormir à cette pensée. »

Il se peut que nous soyons au bord de l’abîme. Il y a bien des moments où on se le demande, mais je ne vois pas Tardieu et son entourage se transformer en sauveteurs. Les Abrami, les Bokanowski, même la grande taille de Maginot ne m’inspirent pas beaucoup plus de confiance que les gens en exercice. N’est-ce pas ton sentiment ?

Quoi qu’il en soit, on reparle beaucoup d’offensive. Il paraît qu’on discute le point de savoir si on dira : M.M. les Allemands tirez les premiers, ou si nous commencerons. On ajoute que certains secteurs ne seraient pas prêts pour une attaque. Néanmoins, il ne faut pas tirer de la confusion des nouvelles la conséquence que tout soit confus dans la direction, et cependant… Les affaires Castelnau, et c’est ce qui m’étonne un peu, ne semblent pas indiquer chez Lyautey une volonté très nette. Le vieux général aurait, paraît-il, écrit une lettre qu’ils ont mise dans leur poche et qu’ils se garderont de montrer. Il leur met, dit-on, le nez dans leurs petites ordures.

Tu te rappelles ce que tu me disais sur l’état d’esprit des généraux ne songeant qu’à se jouer de vilains tours. Cet état a, me dit L. [1], augmenté dans des proportions considérables depuis la nomination de Nivelle. Beaucoup d’entre eux auraient déclaré : Obéir à celui-là, jamais, nous ne pouvons reconnaître son autorité. Si c’est vrai, tout va bien et nous allons à la victoire directement.

Le vieux Joffre est installé aux Invalides avec deux officiers d’ordonnance. Il tâche de se tenir au courant et demande communication des rapports. On hésite généralement à les lui remettre, on prend des instructions avant et il enrage. Drôle de situation pour un maréchal de France.

On me dit que depuis l’arrivée de Lyautey, les attachés militaires reçoivent des ordres, ce qui ne s’était pas vu depuis le commencement de la guerre. On lit leurs papiers et on y répond, c’est considérable.

Quant à l’Aviation, rien n’était encore réglé ce matin. Le colonel Renard [2] est venu aux renseignements mais je n’ai pu lui dire que le peu que j’en savais c’est-à-dire que Barès était aussi puissant auprès de Nivelle qu’auprès de Joffre, mais que Lyautey voulait la direction de l’Aviation au ministère et qu’on la donnerait à un général. Le GQG doit se défendre. Renard m’a raconté qu’il avait en cas de mobilisation une lettre de service lui donnant le commandement de Chalais-Meudon [3]. Il est arrivé de Suisse dès le samedi, et comme Chalais avait été divisé en deux parties il est venu demander au ministère à laquelle il devait être préposé. On le fait attendre et on lui dit : ni à l’une ni à l’autre. C’était le fameux Bernard qui considérait tout ce qui était aviation ou aéronautique comme du fricotage. On a repris à Renard sa lettre de service mais il a exigé un reçu et on l’a placé aux fortifications de Paris où il est encore à l’heure qu’il est.

Au revoir, mon vieux, soigne bien ta grippe et regrets pour ce soir [4].

Et

[1] Non identifié. Il s’agit probablement d’un collaborateur du Journal des Débats.

[2] Paul Renard (1854-1933). Militaire. Colonel. L’un des inventeurs, avec son frère Charles (1847-1905), lieutenant-colonel du génie, des ballons dirigeables.

[3] Chalais-Meudon (Seine-et-Oise) est le siège de l’Établissement d’aérostation militaire créé et dirigé par le colonel Charles Renard en 1877. Charles Renard et Arthur Krebs construisent le dirigeable La France (1884). Aux commandes de ce dirigeable, Arthur Krebs accomplit pour la première fois au monde un parcours aérien en circuit fermé d’environ 7 km entre Chalais-Meudon et Villacoublay le 8 novembre 1884.

[4] Il s’agit du dîner de rédaction du Journal des Débats.

21 janvier 1917 [2]

21 janvier 1917           [2]

 

Samedi, à la commission des Affaires extérieures du Sénat, il s’est passé un incident à noter. Chautemps [1] a pris la parole pour blâmer les procédés dont a usé le Comité d’action nationale ainsi que les membres de la commission de l’Armée du Sénat. La majorité de la commission a applaudi Chautemps, et ce blâme visait Clemenceau, Pichon et quelques autres.

Mon homme du Sénat [2] a eu après cela une conversation avec Briand. Ce dernier lui a dit que tous ces parlementaires le mettaient dans l’impossibilité de faire quoi que ce soit, qu’il en avait par-dessus la tête, etc.

– Mais, M. le Président, qu’y a-t-il donc de vrai dans le bruit qui courait que votre intention était d’abandonner le pouvoir et que M. Ribot prendrait votre succession ?

– Il n’y a pas un mot de vrai. J’ai fait une politique et je tiens à en récolter les fruits.

Tout à l’heure nous avons eu une réunion syndicale. J’y ai trouvé des gens qui m’ont édifié sur la politique dont il attend tant de fruits. Je ne connais pas de palinodies comparables à celles qui ont eu lieu à propos du départ de Castelnau. Le récit qui m’en a été fait est quelque chose de fantastique. Remarque que cela me fut conté par des gens radicalement opposés comme opinion, éducation et société à Castelnau. Il est parti pour la Russie avec dans sa poche une nomination de major général mais purement platonique. On verra à son retour ce que l’on fera. Depuis le 5 janvier, Castelnau a occupé trois postes différents.

Il faudra vraiment que Nivelle ait du génie, parce que si ce n’est pas le cas et qu’il y ait un insuccès, tout le bibelot pourrait bien être emporté, président de la République, du Conseil et autres gouvernants. Il paraît du reste que l’Élysée a été dans toutes ses affaires assez piteux.

En revanche, Alter ego est venu de nouveau ce matin nous porter la défense du patron. De nouveau la discussion fut assez vive.

Voilà. Nous nous rendons tous bien compte de l’insuffisance, et aucun de nous, néanmoins, ne voudrait prendre la responsabilité du renversement quand on voit quels seraient les profiteurs.

Pardon, mon vieux, d’être si peu intéressant.

À demain.

Et

[1] Émile Chautemps (1850-1918). Homme politique. Ancien ministre. Ancien député radical socialiste (1889-1905). Sénateur radical socialiste de la Haute-Savoie (1905-1918).

[2] Il s’agit de René Boureau.

21 janvier 1917 [1]

21 janvier 1917           [1]

 

Mon cher Pierre,

 

Terrible discussion ce matin à la rédaction où Alter ego est venu, rempli de formules que je me suis appliqué à démolir. Toutes ces formules étaient prononcées pour empêcher de faire grief au cabinet actuel des événements tant intérieurs qu’extérieurs.

J’ai retenu de ce qu’il nous a proclamé différentes choses, notamment qu’il causait presque chaque jour avec Tardieu : « Comme je l’ai dit à Tardieu que je vois beaucoup depuis quelques mois, vous ne pouvez pas continuer à affaiblir le ministère comme vous le faites pour faire passer la direction de la coalition dans les mains de Lloyd George. Il faut que vous le renversiez ou, ne le renversant pas, que vous ne l’attaquiez pas. » (Ici il a un peu raison, mais où il a tort c’est de causer avec un homme qui veut le pouvoir, par conséquent, c’est absolument inutile, il ne le persuadera pas).

2° – Quand on lui montre les faiblesses de Briand et du ministère, il en convient mais ajoute : « Que voulez-vous, on paye les quarante ans d’inorganisation, etc. » Toujours cette belle théorie de la non préparation d’avant-guerre. Pourquoi alors ces gens-là prétendent-ils conserver la direction des affaires de la France ? La guerre a tout à fait changé, et les Allemands ont été obligés eux-mêmes de modifier leurs plans complètement.

Alter ego nous dit que le gouvernement n’a aucun pouvoir. Je dis que le pays était prêt à suivre une autorité jusqu’au bout. Il aurait fait tous les sacrifices. N’est-ce pas ton avis ? Et c’est bien de la faute de Briand qui n’a pas su diriger les événements et utiliser cette admirable bonne volonté du pays et la modération relative des Chambres auxquelles l’indécision et le manque de caractère a donné toutes les audaces.

3° – Pour l’affaire de Grèce : « Mais il (Briand) n’aura qu’à montrer les documents depuis le 3 décembre et il aura une majorité complète. On verra qu’il a voulu déposer Constantin et que ce sont les Alliés qui n’ont pas voulu. »

Mais, ai-je répliqué, il pouvait tout le 3 juillet et il n’a rien fait, il n’a même pas envoyé un bateau pour appuyer l’ultimatum (bouche bée). Je continue comment il négocie pour demander aux Alliés de déposer Constantin, mais avant d’avoir fait l’ombre d’une démarche en ce sens il eût fallu, avec un bombardement immédiat, avoir au moins l’air de châtier l’assassinat, dût cent fois le ministre d’Italie se retirer. Cela ne regardait pas ce dernier, notre honneur était en jeu. – (Bouche bée)

Mais le quatrième point, et celui sur lequel j’attire ton attention, bien qu’une conversation de ce genre soit bien mince il faut y voir néanmoins ou plutôt voir en dessous des directives, c’est la façon dont, pour la seconde fois, il nous parle de Caillaux. Hier, il trouvait la réponse au Times un chef-d’œuvre, aujourd’hui il nous dit que ce qui est bien certain, c’est que le gouvernement quel qu’il soit ne peut se passer du parti de Caillaux !

Le grand homme a mouillé son doigt et, l’élevant, il a senti une petite brise de ce côté-là.

Ton vieil

Et