Archives mensuelles : décembre 2016

31 décembre 1916

31 décembre 1916

 

            Bonne année, mon cher vieux Pierre.

 

Rien de bien intéressant à te raconter aujourd’hui. Cependant, hier au soir à 8 h, j’ai reçu un bleu du général Pellé (tu sais) me demandant un rendez-vous pour ce matin ou demain matin à l’hôtel Continental où il se trouve jusqu’au 2 janvier, jour de son départ.

Je m’y suis rendu à 9 h et nous avons eu une conversation de trois quarts d’heure. Je ne l’ai pas trouvé trop aigri, mais très attaché à un certain nombre de choses comme le décret de décembre 1915. Théoriquement il n’a pas tort, mais pratiquement je me demande si le décret de 1915 peut jouer de façon utile. Il est très justement inquiet sur le vague dans lequel on laisse la coordination des opérations. Lyautey, dit-il, fait une chose excellente en s’efforçant à réaliser l’unité, mais cependant, les chefs alliés s’adressent à Nivelle qui ne peut pas leur répondre. On répond ici que le Comité de guerre se réunira chaque jour et prendra les déterminations. Cependant, un comité de guerre ne peut remplacer l’autorité d’un chef et si c’est Nivelle qui est à la tête des opérations, il faut qu’il en ait l’initiative et la responsabilité. De plus, il est absolument nécessaire que les choses soient séparées car le commandement ne peut être subordonné aux fluctuations parlementaires et un ministère est toujours soumis aux caprices des Chambres. Lyautey est très habile mais il est peureux et impressionnable et il n’est pas probable que l’adjonction de Besnard [1] le préserve du contact avec les hommes politiques. Malgré lui, le nouveau ministre sera obligé de tenir compte de tout ce qui l’environne et ne pourra pas échapper complètement à l’ambiance. Il y aurait donc intérêt à faire comprendre qu’il y a deux choses tout à fait différentes.

Alter ego qui doit venir demain matin vient de me téléphoner. Je lui dis ce que je voudrais faire. Il me dit que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les plans appliqués sont des plans longuement mûris, faits antérieurement aux événements et que, très au courant, il me renseignera ! ! J’en suis sûr.

Si demain j’ai à revenir sur l’entretien, tu te souviendras de qui je veux parler. Aujourd’hui je n’ai plus la tête à moi.

Ton vieil

Et

[1] René Besnard (1879-1952). Homme politique. Député radical d’Indre-et-Loire (1906-1919). Sous-secrétaire d’État et ministre à de nombreuses reprises, il est alors sous-secrétaire d’État à la Guerre (14 septembre 1915-8 février 1916 ; 28 décembre 1916-7 septembre 1917).

30 décembre 1916 [2]

30 décembre 1916

 

Voilà le pauvre Joffre remisé. Je doute que cette suprême dignité l’inonde de joie surtout dans les conditions auxquelles elle est accordée. Voici quinze jours qu’on annonce urbi et orbi qu’il est nommé conseiller technique, et les décrets ne parlent plus de conseil technique mais lui flanquent du maréchalat. C’est toujours la même chose, le même manque de décision. On fait venir Lyautey sans s’être entendu avec lui et pendant qu’il revient on organise le commandement d’accord avec le père Joffre qui se dispose à établir tout un organisme à Neuilly avec cinquante ou soixante officiers d’état-major. Lyautey arrive, sent très bien le danger de laisser s’établir un troisième organisme et jette toute cette belle combinaison par terre.

Je fais part de cette impression à Alter ego qui est venu ce matin. Il me dit : Que voulez-vous, l’état d’esprit à Chantilly était tel que le parti se croyait encore complètement le maître et qu’il interprétait tous ces changements comme une victoire sur lui. Il a suffi qu’un homme montrât une volonté nette pour faire rater le jeu habituel qui consistait à dire : Je m’en vais. Cette fois, on l’a pris au mot.

J’ai observé que, avant de laisser les choses en arriver à ce point-là, il y avait un gouvernement et que c’eût été à lui de prendre des décisions il y a longtemps déjà. – Mais, me fut-il répondu, Briand a cherché à faire comprendre l’état de la Chambre et de l’opinion au généralissime sans pouvoir y réussir, notamment dans un déjeuner…

Alter ego, ce matin, a défendu avec énergie la politique du patron. Il déplore l’état actuel de la question grecque. Il y a longtemps qu’il aurait dû s’en aviser.

Croirais-tu que Guillemin a remis le 2 juillet un ultimatum sur la promesse que des bateaux allaient arriver et qu’un refus provoquerait le débarquement. Le roi, m’a dit Fougères [1], était tellement affolé qu’il aurait même lâché sa Sophie. Mais Guillemin a brandi son unique papier et pas un bateau n’a paru. Le roi a compris à quels pantins il avait à faire. Autre histoire que m’a raconté Fougères sur l’incroyable bêtise de Dartige du Fournet. Au moment de la démobilisation, nous avions envoyé un contrôleur à Larissa. On lui montra des régiments dans lesquels il y avait juste cinq ou six officiers et une vingtaine d’hommes. Voilà, lui a-t-on dit, où en sont nos régiments. Dartige a coupé dans la supercherie. Puis le roi a rassemblé une cinquantaine de mille hommes, toute la fripouillerie du Péloponnèse et des environs de Tatoï. Ces hommes ont été affublés de quelques pièces d’habillement militaire et, à l’interrogation de Dartige, le roi répondit : Ce sont des éléments de désordre très hostiles aux Alliés. Il est nécessaire de les tenir ; j’ai trouvé pour cela ce moyen, c’est de les mobiliser. Dartige, là encore, a avalé cette grosse fumisterie.

On m’a dit tout à l’heure, mais sans que je puisse connaître exactement l’origine de l’information, que les Russes avaient reçu un millier de pièces japonaises avec leurs servants. On me donne la chose comme certaine mais je n’en suis pas plus sûr que cela.

On me signale également ce matin une des conséquences du renvoi de Joffre, conséquence qui pourrait bien être fâcheuse. Les armées anglaises ne seraient plus sous notre commandement car elles n’accepteront pas la suprématie de Nivelle. Elles seraient donc livrées à elles-mêmes. Le décret de commandement ne prévoit et ne peut rien prévoir à ce sujet-là.

Mon neveu de Brinon que tu connais est en ce moment à l’hôpital de Chantilly avec une bronchite. Alter ego l’a vu hier et tu sais combien peu Brinon est gobeur. Il a confié à son visiteur qu’il préférerait de beaucoup être attaché à une armée comme il l’a été déjà car, ajoutait-il, je suis bien fatigué de constamment voir jouer les Hernani et les Ruy Blas [2]. – Son mot en dit assez long sur les intrigues de la place.

Bourdeau nous a raconté ce matin une assez jolie anecdote que la princesse Mathilde lui a rapportée elle-même, ce qui en fait du reste tout le piquant. Elle avait fait la connaissance de Flaubert [3] et l’avait invité un été à Saint-Gratien [4]. Un jour que la chaleur était excessive et que, désireuse de rester dans ses appartements, elle ne voulait pas cependant être privée de la conversation du grand homme, elle l’envoya quérir par sa femme de chambre. Flaubert vint et trouva la princesse dans un déshabillé tout ce qu’il y a de plus léger. Il fut subitement pris d’une terreur folle, il crut que son hôtesse lui voulait trop de bien. Il objecta qu’il était pris d’un choléra subit, s’excusa et s’enfuit.

La princesse racontait cela, paraît-il, avec beaucoup de bonne humeur.

Au revoir, old chap.

Et

[1] Gustave Fougères (1863-1927). Archéologue. Directeur de l’École française d’Athènes. Pendant la guerre, il développe la Ligue franco-hellénique destinée à favoriser l’influence française en Grèce et son ralliement à l’Entente.

[2] Il s’agit d’une allusion à deux célèbres pièces du théâtre romantique de Victor Hugo (1829-1830 et 1838). Hernani est un noble banni, héros romantique maudit. Ruy Blas est l’emblème du peuple.

[3] Gustave Flaubert (1821-1880). Écrivain célèbre notamment pour Madame Bovary (1857), Salammbô (1862), l’Éducation sentimentale (1869) et Bouvard et Pécuchet (1881).

[4] La princesse Mathilde Bonaparte (1820-1904) possède depuis 1853 le château de Saint-Gratien (Seine-et-Oise), où elle accueille de nombreux écrivains et artistes du Second Empire : Prosper Mérimée, les frères Goncourt, Gustave Flaubert ou Alexandre Dumas.

30 décembre 1916 [1]

30 décembre 1916                                               Confidentiel

 

Lanzac de Laborie [1], venu me voir ce matin, m’a expliqué qu’il a comme locataire le fameux Leblois [2] de l’affaire Dreyfus dont le frère est le général de division Leblois [3] actuellement à Salonique. Hier, son locataire l’a attendu dans l’escalier et lui a dit : Vous avez des relations aux Débats. Je vous serais très obligé de bien vouloir porter à M. de Nalèche ce document que vous lui ferez lire mais sans le laisser. Et en effet il lui remit un papier que Lanzac m’a fait lire.

C’est une sorte d’exposé de la situation de notre armée à Salonique. Il y est établi que l’armée d’Orient a immobilisé neuf ou dix divisions bulgares à trente mille hommes auxquelles elle a fait face ainsi qu’à dix-sept ou dix-huit bataillons allemands qui sont devant elle à l’heure actuelle. Mais l’équilibre obtenu jusqu’à ce jour ne peut se maintenir que si les Bulgares ne sont pas renforcés. En cas contraire, la situation deviendrait très critique.

Le GQG aurait laissé manquer notre armée d’Orient des choses essentielles ou ne lui aurait envoyé que du mauvais matériel. Par exemple on vient de recevoir quarante canons automobiles rebâtis en France. Il en est de même pour les avions et les mitrailleuses.

Les renforts ont toujours été envoyés avec parcimonie et ne sont pas arrivés à équivaloir les évacuations par maladies qui représentent cinq à six mille hommes par mois. Il manque plus du quart dans le total des effectifs et plus du tiers dans celui de l’infanterie.

Ce document insiste sur la supériorité des Bulgares en artillerie. Monastir est bombardée avec des obus de 210 alors que nous n’avons que des 155. Les canons longs bulgares de 130 portent à treize kilomètres tandis que la portée maxima de nos 120 et de nos 155 est de dix kilomètres.

J’ai rendu le papier après avoir noté ce que je viens de te dire. Je crains qu’il n’y ait beaucoup de vrai dans ces affirmations et que la situation ne soit très sérieuse. Il me revient que les Anglais s’obstinent à ne rien vouloir faire de leur côté.

J’ai eu également la visite d’un militaire qui a assisté à tout le débarquage de Chantilly. Il ne me paraît pas avoir gardé de Joffre une très bonne impression quant à la manière dont le grand chef a abandonné ses fonctions. Tu as toujours jugé ces hommes-là comme de bien petits caractères, je crois que tu es encore plus dans le vrai que tu ne le crois.

Ce que l’on condamne le plus, c’est la façon dont le généralissime exhale sa mauvaise humeur en démolissant les uns et les autres. Il a dit aux membres du gouvernement : Je ne comprends pas que vous m’ayez renvoyé car je suis le seul général républicain. Vous venez d’introduire César dans la place, vous en verrez les conséquences. Il a emporté dans ses poches toutes les correspondances des uns et des autres et les montre de façon à jeter la zizanie. Si certaines appréciations confiées à lui, chef, sont plus ou moins désobligeantes.

Vu un jeune diplomate retour d’Athènes où tous s’étaient attendu à ce qu’on pulvérise le palais tout au moins et Guillemin avait fait ses paquets et renvoyé son personnel lorsqu’à leur grande stupéfaction il a fallu négocier. Dartige du Fournet n’était pas chez Marfa (car elle s’appelle Marfa) mais au Zappeion. Il y eut quatre-vingts tués et six officiers.

Dartige se croyait l’homme le plus populaire de la Grèce parce qu’au Pirée il était porté en triomphe. Comme on avait marqué au crayon rouge les postes venizelistes, l’amiral avait fait imprimer dans les journaux locaux qu’il n’y avait rien à craindre, qu’il avait [fait] ce qu’il fallait pour maintenir l’ordre. C’est le lendemain qu’il fut pincé. Voilà la réponse…

Obligé de m’arrêter. À demain.

Et

[1] Léon Lanzac de Laborie (1862-1935). Avocat. Historien. Spécialiste de Napoléon. Collaborateur du Correspondant et du Journal des Débats.

[2] Louis Leblois (1854-1928). Frère du général Paul Leblois. Avocat. Dépositaire des confidences du colonel Picquart, il se lance dans la bataille pour la révision du procès d’Alfred Dreyfus.

[3] Paul Leblois (1857-1930). Militaire. Général de division et inspecteur colonial (1914), il fait toute sa carrière dans les troupes coloniales. Il sert dans l’armée d’Orient à Salonique (1915-1917).

29 décembre 1916

29 décembre 1916

Merci pour l’envoi.

Mon cher Pierre,

 

J’ai vu quelqu’un du ministère de la Marine qui me dit que c’est Le Charlemagne frère du Gaulois qui a été torpillé dans l’Égée.

Déjeuner ce matin chez Francis de Croisset place des États-Unis. Vraiment curieux de voir ce garçon au milieu de ces splendeurs artistiques. J’étais invité avec plusieurs personnalités de la Presse et deux des hommes de Lyautey. Je devais rencontrer là le commandant Bénédoit, malheureusement il est souffrant, et le chef du cabinet de Sorbier [1] est venu seul avec l’officier d’ordonnance.

Ces messieurs ne sont arrivés qu’à 2 h, le conseil de ce matin n’a fini qu’à 1 h 20. J’ai su, mais pas par ces militaires, qu’il y avait eu une forte attrapade entre Lyautey et Thomas à cause des officiers d’artillerie que le ministre des Munitions ne veut pas lâcher et que le ministre de la Guerre veut avoir sous sa coupe.

Somme toute, il n’y eut rien de très intéressant au cours du repas. Je me suis borné à admirer Croisset dans ses évolutions. Parti plus ou moins simple soldat au début de la campagne, le voilà sous-lieutenant qui invite la maison du ministre qu’il fait rencontrer avec la Presse. C’est bien curieux. Il veut jouer un rôle, lequel ? Avec Jean Dupuy et Berthoulat, il y avait Léon Bailby [2] qui semble être tout à fait le familier de la maison. On dit beaucoup que Bailby… a une certaine communauté de goûts. Je n’en sais rien, il y a tant de mauvaises langues !

Dans ma conversation avec M. de Sorbier, je lui ai parlé de Salonique. Le général en est extrêmement préoccupé et cela se comprend car notre position est des plus dangereuse et critique. Je lui dis que le matin même j’ai eu une courte conversation avec Triantaphyllidès. Ce dernier m’a fait part de ses inquiétudes. La possibilité pour les Allemands d’arriver à Athènes, alors c’est la paralysie complète et de notre flotte et de celle des Anglais, c’est le barrage de l’Égypte et la Méditerranée impossible à tout commerce. Voilà ce qu’il faudrait démontrer aux Anglais, d’autant qu’on prétend le tunnel du Taurus achevé. Tu en vois les conséquences.

Comme je racontais ces choses-là à Sorbier et que nous parlions de la façon dont nous étions muselés depuis des mois, il m’a dit : J’ai été profondément étonné de voir combien peu on était renseigné à Paris et combien nous étions mieux au courant de ce qui se passait au Maroc qu’en France. – Je crois bien, ils avaient le canal espagnol tandis que nous, nous avions le défilé de la censure où s’étranglaient lettres et télégrammes.

Lyautey, sur les insistances du président de la République, devait se présenter ce soir à la Chambre, mais je n’ai pas eu de détails encore sur cette première prise de contact.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Pierre de Sorbier de Pougnadoresse (1879-1932). Général. Secrétaire général du Protectorat français au Maroc auprès d’Hubert Lyautey. Chef du cabinet civil d’Hubert Lyautey, ministre de la Guerre.

[2] Léon Bailby (1867-1954). Avocat. Journaliste, proche des milieux de l’Action française. Directeur de l’Intransigeant (1906).

28 décembre 1916

28 décembre 1916

 

Depuis quelques jours déjà le bruit courait que Le Gaulois avait été torpillé. La Marine avait formellement démenti mais aujourd’hui c’est un fait accompli, le bateau est par le fond [1]. Nous n’avons aucun détail et on ne dit rien de l’équipage, c’est mauvais signe. La censure nous défend d’annoncer le désastre.

À propos du maréchalat, il paraît que personne ne voulait annoncer l’agréable nouvelle au titulaire [2]. Briand s’était mis au lit, Ribot et Thomas accompagnés de Berthelot étaient à Londres, c’est Lyautey qui fut chargé de la mission, paraît-il. Il y employa, toujours d’après les on-dit, au moins une demi-journée. À propos de Lyautey, ne remarques-tu pas que depuis le Premier Empire personne n’a eu autant de pouvoir dans les mains ? Il tient tout et l’on s’est effacé devant lui. Briand et le gouvernement ont canné devant ses volontés. Il vient d’imposer son autorité sur les généraux en chef et, d’autre part, sur un coup de téléphone, il peut mettre toutes les régions en action. S’il veut employer cette puissance à bien faire, il peut avoir une action décisive sur le pays. Il serait impardonnable s’il n’en usait pas dans le sens de l’action la plus énergique.

Il est certain, et c’est ce que je me dis avec appréhension, que si je fais ce raisonnement, beaucoup d’autres doivent déjà l’avoir fait et que déjà peut-être on travaille à saper cette situation extraordinaire. À lui à ne pas se laisser faire et à ne pas se laisser empoisonner par l’atmosphère de Paris.

Hallays [3] qui arrive d’Alsace et qui est venu me voir ce matin, m’a dit que l’ordre du jour Mangin avait suscité un enthousiasme extraordinaire car, ajoutait-il, personne ici n’aurait été capable d’écrire ces cinq lignes.

Tu sais qu’Hallays est à deux pas de la frontière suisse. Il ne comprend pas l’émotion causée par les craintes d’invasion par la violation de la Suisse. C’est un article du Journal de Genève repris, assez mal à propos du reste, par Le Temps qui a ainsi alarmé tout le monde. Je dis à Hallays mon opinion qui est le désir des Allemands, en nous obligeant à prendre certaines précautions, de paralyser des mouvements ailleurs. Pour ma part, je ne crois pas beaucoup à ce nouvel attentat contre une neutralité, de même que je ne comprends pas très bien quel avantage aurait l’ennemi à étendre encore son front.

Hallays me dit que le 20 janvier on sera fixé. C’est à cette date-là que doit avoir lieu la relève des troupes de frontière et les journaux suisses ont annoncé que cette relève serait faite par des troupes romandes. Donc, si l’opération se fait dans les conditions normales, il n’y aura plus rien à craindre. D’autre part, le généralissime, quoiqu’ayant épousé une Bismarck et ayant des tendances germanophiles, a tout de même le souci de son pays. Les personnages dangereux seraient trois ou quatre officiers de son état-major. Quant au gouvernement fédéral, me dit Hallays, cela ne compte pas, ce sont des bureaucrates tout à fait incapables d’y comprendre et d’y voir quelque chose.

On m’a affirmé hier que Targe allait venir au ministère de la Guerre définitivement. Ce sera le témoin indispensable, pour ne pas se servir d’un autre nom. Il est certainement très intelligent mais ses scrupules ne pèsent pas très lourd. J’ai recueilli sur lui l’opinion d’un grand chef qui prétend très haut que c’est un malhonnête homme au sens commun du mot. On me dit d’autre part que sa venue n’est pas encore décidée.

On parle ce soir d’une interpellation Accambray sur le maréchalat.

Au revoir, dear old man.

Et

 

[1] Le cuirassé français Le Gaulois est torpillé le 27 décembre 1916 par un sous-marin en mer Égée.

[2] Joseph Joffre est nommé par décret maréchal de France le 26 décembre 1916.

[3] André Hallays (1859-1930). Avocat, homme de lettres, critique littéraire et critique d’art. Collaborateur du Journal des Débats depuis 1884. Il s’engage volontairement en 1914 et travaille au service des renseignements à Belfort.

26 décembre 1916

26 décembre 1916 [1]

 

J’ai demandé ce matin à un de nos collaborateurs suisses qui arrivait de son pays si l’on se préoccupait là-bas d’une violation de la neutralité par l’Allemagne. Il me répond que ce sont des hypothèses que l’on avait soulevées il y a quelques mois, mais qu’en ce moment l’état d’esprit ne correspond pas en Suisse à celui de Paris et que l’on ne s’émeut pas beaucoup d’une éventualité de cette nature. Ici, cependant, on y songe car j’ai appris que le général Corps [2], je crois, aurait été envoyé dans la région de la Saône, le général serait du côté de Toul et que l’on préparerait là une armée de manœuvres. Les hommes qui sont dans la vallée de la Saône croyaient être en route pour Salonique, mais ils trouvent eux-mêmes qu’ils restent bien longtemps si tel avait été le but de leur déplacement. À propos d’histoires d’espionnage, ne t’avais-je pas dit autrefois que le grand marchand de nouveautés de Berlin avait été vu avec sa femme à Paris. C’était très exact et après avoir séjourné au Ritz, cet homme, Wertheim, avait loué un appartement 57, rue Bassano. On le signala en son temps à Ladoux [3] qui déclara : Il n’y a rien à faire, Wertheim est américain.

L’affaire en était restée là et je crois que ledit Wertheim s’était plus ou moins éclipsé. On vient de le retrouver sous un nom hollandais. Tu ne devinerais jamais ce qu’il est. Secrétaire général de l’œuvre de l’envoi au front de tous les instruments, médicaments, etc. De sorte que voici un pur Allemand qui est au courant de tout notre service de Santé, de toutes les formations par corps d’armée. Tu vois quels services un gaillard comme cela peut rendre à son pays d’origine.

Garde cela rigoureusement pour toi car on est à la veille de lui régler son affaire et si la chose s’ébruitait, il serait parfaitement capable de glisser entre les doigts de l’autorité. L’œuvre dont il est l’âme [4] est celle qui est présidée par la marquise de Noailles et qui siège hôtel Astoria.

As-tu entendu dire qu’une nouvelle action dans la Somme serait engagée ? On me l’affirme et ce serait du côté de Chaulnes. Je ne tiens pas du tout le renseignement par le côté militaire.

J’ai longuement causé aujourd’hui avec un Tchèque. Il me raconte des choses fort préoccupantes sur la façon dont les Allemands travaillent en Bohême. Il serait bon, si nous avions un ministre des Affaires étrangères, d’aller lui raconter tout cela, mais comme ministre tu sais ce que nous avons et je doute que cela puisse lui faire grande impression. C’est un peu loin et sait-il très bien seulement ce que sont les Tchèques. Ce ne sont guère des questions de nature à être discutées au Parlement et provoquer des interpellations. Alors, quel intérêt peuvent-elles avoir ?

L’article si fort caviardé aujourd’hui a trait au rôle actuel de l’Italie. J’ai triché la censure par-ci par-là pour mettre le lecteur sur la voie.

Au revoir,

Et

[1] Nalèche n’évoque pas ce dîner : « Dîner assez intéressant chez Lapérouse où les Débats honoraient Arthur Raffalovitch qui vient d’être l’objet de je ne sais quelle distinction. J’avais pour voisin le directeur de l’École d’Athènes, M. Fougère, qui arrive de Grèce et a assisté aux événements du 1er décembre. » François de Wendel, Journal, 26 décembre 1916.

[2] Charles Florent Corps (1855-1938). Général. Chef du génie à Chalon-sur-Saône (1914).

[3] Georges Ladoux. Militaire. Capitaine puis commandant. Chef du contre-espionnage, section de centralisation du renseignement créée en 1915, dépendant du 5e bureau de l’état-major jusqu’au 9 février 1917. Il passe ensuite au 2e bureau. Il recrute Mata-Hari. Il est arrêté comme agent double.

[4] Il s’agit probablement de la Société de secours aux blessés militaires des armées de terre et de mer (SSBM), créée en 1864 et affiliée à la Croix-Rouge, et dont la marquise de Noailles est une des dirigeantes.

25 décembre 1916

25 décembre 1916

 

Jour de Noël, forcément un peu vide. Les gens sont dans leur famille et la salle de rédaction a été plus calme. Il est venu du monde cependant, mais la conversation avait pris le tour tranquille de l’appréciation et non le ton véhément des discussions.

On parle beaucoup de Lyautey. Bourdeau nous rappelle cette anecdote remontant au dernier voyage d’Édouard VII à Paris. Le roi apprend que Lyautey vient d’arriver, et lui-même téléphone au ministère de la Guerre pour que l’on prévienne le général qu’il désirait s’entretenir avec lui. Ahurissement de l’huissier qui, apprenant qu’il a le monarque au bout du fil, perd la tête, lâche le récepteur et court dans le ministère à la recherche des autorités. Lyautey (et c’est ce que j’ai retenu) ne perd pas la boule et téléphone à Clemenceau alors au pouvoir pour lui demander l’autorisation de voir le roi, auquel on répond que c’est entendu et que le général se rendra chez Madame X ou Z où devait avoir lieu l’entrevue.

Lyautey se rend dans la demeure indiquée et trouve Sa Majesté l’empereur des Indes. Celui-ci avait été avisé de la surdité de son interlocuteur, aussi il crie comme un sourd lui-même. Lyautey s’en est aperçu et est sorti furieux.

Tu connaissais peut-être l’histoire.

Ton vieil

Et

 

24 décembre 1916

24 décembre 1916

 

L’incident grave du Comité secret n’a pas été une attaque de Clemenceau contre Briand mais une vigoureuse accusation contre Malvy. Clemenceau parla pendant plus de deux heures et ne chargea Briand qu’assez peu. Mais il porta au ministre de l’Intérieur un coup inattendu. On a constaté, dit-il en substance, des menées pacifistes fomentées dans le pays, notamment dans le Centre. M. Malvy provoqua une enquête dans les départements contaminés. Les préfets y ont procédé et M. le préfet du Rhône [1] écrivit au ministre de l’Intérieur qu’il connaissait les foyers de cette campagne qui étaient les bourses du travail. Il demandait en conséquence, afin d’y mettre un terme, de procéder à des perquisitions. M. Malvy a interdit toute perquisition.

Aussitôt, un violent tumulte se déchaîna dans le Sénat. Démission ! Démission ! criait-on de toute part, et l’effervescence dura au moins un quart d’heure. Malvy défaillant monta à la tribune, essaya quelques explications dans lesquelles il déclara s’être honoré en ne faisant pas de perquisitions auxquelles jamais il ne se livrerait. Très mal accueilli par le Sénat, il fut remplacé à la tribune par Briand qui rétablit la situation, mais ne fut pas non plus très brillant.

Malvy est fort diminué, son rôle reste très louche, mais que veux-tu, il est l’homme du

[manque la suite]

[1] Le préfet du Rhône est alors Victor Rault (1858-19), (22 mars 1911-3 septembre 1918).

23 décembre 1916

23 décembre 1916

 

Au moment où je t’écrivais hier et où je te disais que Clemenceau ne parlerait peut-être pas au Comité secret, il s’est passé un incident au Sénat qui fut très dramatique dans sa brièveté. Jeanneney avait embêté tout le monde avec une foule de broutilles, Monis s’était occupé de Salonique avec le rapport Abrami qui avait déjà servi à la Chambre, bref, à 6h1/2 on demandait la clôture et Briand appuya cette proposition en disant que le gouvernement, quel qu’il fût à ce moment-là, serait obligé de se rendre à Londres pour régler les importantes questions actuelles et qu’il y avait intérêt à en finir au plus tôt. Clemenceau alors se réveilla et dit : Mais moi je veux parler et je ne suis pas disposé à me taire. Briand, regardant droit dans les yeux de Clemenceau, lui répondit : Eh bien, oui M. Clemenceau, demain vous parlerez, je vous répondrai et nous verrons qui de nous deux aura raison.

L’énergie avec laquelle le président du Conseil prononça sa phrase laissa toute l’assemblée abasourdie. Clemenceau lui-même parut désarçonné pour un instant.

L’affaire a dû avoir son épilogue tantôt, je n’ai pas encore le résultat.

Je ne te dis rien de la note américaine. Je l’ai lue avec beaucoup de soin hier au soir. Elle est très macaronique. Je ne crois pas qu’elle change beaucoup la situation. Le père Piou que j’ai vu un instant, m’a manifesté les inquiétudes de la commission des Affaires extérieures, redoutant l’abattage par les Allemands de leurs conditions. C’est moins à craindre peut-être qu’on ne le suppose. Peuvent-ils évacuer ou promettre d’évacuer les pays envahis, j’en doute fort. Alors… J’entendais tout à l’heure émettre cette opinion par un homme de grand sang-froid, diplomate de son état. D’après lui, après étude de cette note, il se demande si le piège n’est pas pour les Allemands car cette note, me dit-il, est à la fois puérile et subtile. Wilson sait très bien que ce sont les Allemands qui ont déchaîné la guerre, s’il n’en parle pas, c’est pour bien maintenir sa neutralité à l’égard des Allemands, mais il parle aussi des petites nations qui ont le droit de vivre et de se développer librement. En obligeant les Allemands à définir leurs buts, il les met en très mauvaise posture. Le raisonnement est assez spécieux.

J’ai reçu des nouvelles de Rome. On me dit que Caillaux s’y trouve à l’hôtel de Russie avec le passeport Raynouard. On dit qu’il n’est pas allé à l’ambassade et qu’il se vante « d’avoir la peau de Barrère ». On prétend dans la ville qu’il travaille avec des neutralistes, dont un récent hôte parisien, et qu’il se rencontre avec un Suisse, agent plus ou moins attitré des puissances centrales. On assure également qu’il est allé deux fois au Vatican sans pouvoir préciser s’il a vu le pape lui-même. Enfin on dit qu’un ministre, préoccupé de ses agissements, a émis l’opinion qu’il faudrait le faire partir mais que sa qualité a paru rendre difficile l’exécution de ce projet.

Coïncidence curieuse : Dans le moment où je recevais ce mot de Rome, le diplomate cité plus haut se trouvait avec moi et me racontait qu’à son hôtel il était assez amusé quotidiennement par un client de cet hôtel, sorte de publiciste dont il ne connaissait pas le nom mais qui téléphonait toute la journée, eng… les demoiselles quand les communications n’arrivaient pas assez vite, criant très fort ses confidences, les répétant au maître d’hôtel, au concierge. Tu vois le type. Justement, ce matin, il disait de sa voix la plus aiguë au maître d’hôtel : « Il en arrive une bien bonne. On vient de me dire que Caillaux est à Rome et qu’il est en train de négocier la paix avec le pape. » Et là-dessus, il pouffait en se moquant des menées de notre ex-ministre.

En lisant attentivement la lettre d’Italie qui paraît ce soir, tu verras que les choses ne sont pas impossibles. Mgr de Cabrières est paraît-il furieux de ce qu’il voit, et un prélat français aurait dit au lendemain du discours de Benoît XV : « Il reste plus papiste que jamais. »

Un informateur me dit dans le tuyau de l’oreille que Lyautey n’a pas voulu encore mettre les pieds au ministère [1], que ses officiers d’état-major ne cherchent pas d’appartement. Le général ferait ses conditions. Il demanderait à être absolument maître de son affaire et voudrait n’avoir pas d’ordres à recevoir, au contraire imposer les siens à Joffre et à Nivelle. Il n’admettrait pas que les nominations d’officiers pussent être faites par d’autres que par lui et ne voudrait pas que les sous-secrétariats s’en mêlassent.

À toi.

Et

[1] Le ministère de la Guerre.

22 décembre 1916

22 décembre 1916

 

Je t’ai mis au courant ce matin, mon cher Pierre, de la visite que j’avais faite à notre sémillant ami. Comme je lui disais que la grosse difficulté était de retrouver des remplaçants, il a levé les bras au ciel et m’a dit que, quant à lui, il était probable qu’on chercherait à l’appeler, mais qu’il était décidé à rester au poste qu’il occupe en ce moment, poste qui, à l’heure actuelle, devient périlleux, mais qu’il y est fait tandis qu’il est loin d’être familier avec les choses de gouvernement, n’ayant jamais passé au pouvoir. Je ne puis pas ici lui donner tort, la situation n’est pas commode dans son antre, et par qui serait-il remplacé ! Nous connaissons ses défauts, mais malgré tout, il est obligé de ménager bien des choses, et que serait-ce si l’on avait quelqu’un qui serait complètement affranchi de toutes les préoccupations sociales qui doivent jouer un assez grand rôle dans la vie de notre ami. Il m’a du reste raconté une petite anecdote assez savoureuse. Au moment des transformations ministérielles, Viviani aurait dit : Il faut que ce soit lui qui soit appelé à former le cabinet. On constatera l’impuissance de la politique modérée et alors je deviendrai tout à fait maître.

Il est fermement résolu à ne pas se laisser entraîner dans ce traquenard.

Il m’a donné certaines prévisions curieuses : Quant à un mouvement militaire, nous l’aurons sûrement à un moment donné. Voici quelles sont les circonstances dans lesquelles ce mouvement peut se produire.

1° – Ou la guerre est victorieuse, alors c’est la gloire et l’élément militaire reprenant l’autorité.

2° – Ou la guerre se termine mal, alors c’est le retour au pays d’une armée découragée, mécontente et s’en prenant au régime.

3° – Ou il y a des troubles, alors on fait intervenir l’armée qui devient l’arbitre.

On me dit qu’au Sénat la minorité clémenciste perd du terrain et qu’à la Chambre l’animosité contre le ministère se détend. Au Comité secret d’avant-hier, il y eut un incident violent qui faillit dégénérer au pugilat. Le sénateur Mougeot reprocha violemment à [1] Jeanneney de lui avoir fait promettre son vote contre Briand. Humbert devait apporter des chiffres précis et accablants, clamait-il, au lieu de cela il ne nous a sorti que des rapports de police, des chiffres baroques pris on ne sait où. Nous avons été trompés ! Jeanneney répondit vivement et nos hommes ont failli se prendre aux cheveux.

Tantôt on disait que peut-être Clemenceau ne prendrait pas la parole et que le Comité secret finirait aujourd’hui.

Un informateur me dit que Poincaré aurait reçu des grenades à son dernier voyage. ?

On m’envoie ce passage d’une lettre de M. Larieu [2], chef de cabinet du gouverneur général de l’Afrique orientale française : « Le sous-marin qui, dernièrement, a coulé un navire portugais n’existe pas, n’a jamais existé. On a découvert que l’équipage de ce bateau a coulé lui-même le navire (un vieux raffiot) pour toucher l’assurance. Tous ceux qui le montaient sont en prison aux îles Canaries. Quant aux sous-marins venus au Cap Blanc, ce doit être dans l’imagination de quelques pêcheurs qu’il a paru car, en fait, rien ne les a signalés depuis. De sorte que les craintes vives que nous avons eues font place à la plus grande confiance. »

J’ai dû te mentionner ce détail en te parlant d’un déjeuner récent, que Pichon m’avait dit les grandes inquiétudes de Lyautey pour Casablanca. Avant-hier, je rencontrais André Lichtenberger [3] qui revient du Maroc. Je lui avais demandé si Lyautey était réellement préoccupé. Il m’avait répondu que non, mais que tout de même depuis que les sous-marins étaient aux Canaries il fallait se méfier.

Je ne te parle pas de la note Wilson.

Amitiés.

Et

 

Le comte Olivier Costa de Beauregard m’apporte l’insigne des blessés : c’est bleu blanc jaune avec une étoile rouge. Ce doit être le dernier cri du goût à Caracas.

[1] Jules Jeanneney (1864-1957). Avocat. Homme politique. Député radical socialiste de la Haute-Saône. Président du conseil général de la Haute-Saône. Ami de Clemenceau.

[2] Non identifié.

[3] André Lichtenberger (1870-1940). Docteur ès lettres, agrégé d’histoire. Homme de lettres, rédacteur en chef de L’Opinion. Il écrit de nombreux ouvrages et reste connu pour Mon Petit Trott et La petite sœur de Trott.