Archives mensuelles : novembre 2016

2 novembre 1916

2 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On peut faire contre les embusqués toutes les lois que l’on voudra, jamais on ne débusquera personne. Je vais te raconter l’histoire vraie, mais qui paraît invraisemblable, que me dit un de mes amis propriétaire d’un bel immeuble dans le XVIe. Je te mettrai tous les noms quand tu voudras sur les personnages.

Un des locataires de mon ami, récemment marié lorsque éclata la guerre, un gros et fort gaillard de vingt-huit ans, fut mobilisé dans les ravitaillements. Avec stupéfaction, tout le monde s’aperçut qu’il revenait coucher chaque jour chez lui dans les plus beaux costumes et conduit par des somptueuses automobiles. Obligé par son service à fréquenter les halles, la voiture était toujours chargée des victuailles les plus fines, des poulardes les plus grasses, etc. Cela dura un an et demi environ. Un beau jour, un gendarme se présenta chez la concierge et se fit donner des indications sur le personnage. Prise des repas à la maison, couchage régulier à domicile, etc. Après avoir dûment interrogé, Pandore dit : Je regrette de ne pas avoir les pouvoirs nécessaires car je devrais arrêter votre locataire. Veuillez signer vos déclarations.

Mais, dit la concierge, signer des déclarations contre un locataire, c’est bien ennuyeux pour moi et de nature à me créer des ennuis et peut-être la perte de ma place. Vous m’avez interrogée, j’ai répondu, mais je ne veux pas faire de dénonciation. – Ce n’est pas une dénonciation, c’est une enquête. – Êtes-vous au moins sûr du secret de pareilles choses ? – Naturellement, c’est tout à fait secret.

Quatre ou cinq jours après, le locataire fait appeler la concierge et lui dit : Vous vous êtes permis de faire une dénonciation contre moi, votre compte est bon. – Comment, une dénonciation, j’ai répondu aux questions d’un gendarme enquêteur. – Du reste, reprend le locataire, vous n’avez pas dit grand-chose, mais il y a certaines gens comme untel marchand de quelque chose, le concierge d’à côté et untel établi à tel endroit, ceux-ci, je saurai me venger d’eux. Voici leurs déclarations – Ils ne peuvent pas nier.

Et il sort de sa poche l’original lui-même de l’enquête du gendarme ! – N’est-ce pas formidable ? Ce garçon était mobilisé dans la cavalerie, il a trouvé le moyen de rester à Paris. Plus tard, il a été mobilisé dans son usine. Aux dernières nouvelles il aurait été réformé.

Que dis-tu de cette véridique histoire ? Elle nous entrouvre de sinistres horizons.

Ton vieil

Et

1er novembre 1916

1er novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Peu de choses à te raconter en cette journée de Toussaint. On se demande si on ne redoute pas la visite des Zeppelins pour ces jours-ci. Le Bureau de la presse a fait publier l’avis de la conduite à tenir sous le bombardement des dirigeables, et c’est après coup seulement qu’on nous a fait ajouter à la note des visites du président dans les cimetières un paragraphe concernant celle qu’il a faite au Père-Lachaise aux victimes des aéronefs de janvier [1]. Cela veut-il dire quelque chose ou veut-on tout simplement prévenir le relâchement ?

Je te parlais hier de Tittoni, nous ne savions pas encore qu’il allait se retirer. J’ai reçu la visite ce matin de l’officier italien que je t’ai sûrement nommé déjà [2], le comm. Pagliano (ce qui veut dire commandeur et non commandant). Dans le civil, cet homme est secrétaire de Montecitorio, il est actuellement détaché à l’ambassade. Il était venu pour me tuyauter sur la vie de Tittoni en vue d’un article. Il a paru très content que l’article sur son patron [3] fût de Gauvain, espérant que cela ferait bon effet dans son pays où nous sommes accusés communément d’italianophobie. Je réponds du reste au président de la Dalmatia qui m’avait écrit une longue lettre et envoyé des documents sur l’Adriatique. Je t’enverrai copie de ma réponse si cela peut t’intéresser.

Le Pagliano est d’un chauvinisme beaucoup moins accentué que la Société Dante Alighieri [4], et il déplore cet état d’esprit si fâcheux pour l’Entente.

Le petit père Tittoni a été réellement malade, et le séjour de Paris lui est défendu pendant trois ou quatre mois de l’année. C’est le séjour de Rome qui lui est le plus favorable. Je le crois sans peine plus favorable pour sa santé sans doute, mais aussi pour donner libre cours à son génie d’intrigues qui ne s’exerce pas en notre faveur, tu peux en être assuré.

Connais-tu la Correspondance politique ? C’est une feuille qui s’imprime à quatre langues et qu’on distribue à profusion dans les pays neutres. Elle est assez bien faite et nous combat avec nos propres journaux. J’en ai reçu tout à l’heure le plus récent exemplaire. Anciennement, cette Correspondance politique avait une certaine importance d’informations diplomatiques. Elle coûtait très cher comme abonnement. Elle utilise en ce moment son ancienne clientèle.

J’ai vu le sieur Lapauze [5], un honnête homme comme chacun sait, époux de Daniel Lesueur. Il m’a parlé de l’exposition qu’il prépare avec Ginisty [6] et qui sera « étourdissante » des objets d’art des pays envahis. Il aurait reconstitué le chœur de Verdun avec toutes ses boiseries. La cloche de Clerency sera là, des statues admirables de Reims ou de nos églises détruites. Je crains bien que jamais ces œuvres d’art ne revoient leur pays d’origine. Ne trouves-tu pas qu’il y a quelque chose d’un peu scandaleux à penser que nos trésors sont encore à Toulouse parce que l’on ne croit pas Paris assez sûr pour les y faire rentrer et on expose, sous prétexte d’œuvres de charité, tous les objets de nos provinces. Tout de même ces derniers sont intéressants !

Au revoir, mon vieux, ton affectionné

Et

 

[1] Le bombardement de Zeppelins dans la nuit du 29 au 30 janvier 1916 a fait 75 morts. Cf. lettre du 22 février 1916.

[2] Cf. lettres des 13 novembre 1915 et 16-17 novembre 1915.

[3] Nicola Brancaccio.

[4] Nalèche fait allusion à Attilio Tamaro. Cf. lettres des 22 septembre 1916 [2] et 17 décembre 1916.

[5] Henry Lapauze (1867-1925). Conservateur du Petit Palais, directeur de La Renaissance. Il épouse Mme Daniel Lesueur, romancière. Il est l’auteur de nombreux écrits, notamment sur Ingres.

[6] Paul Ginisty (1855-1932). Critique de théâtre, il écrit dans une dizaine de journaux, outre le Journal des Débats, et dirige le théâtre de l’Odéon de 1896 à 1906.