Archives mensuelles : novembre 2016

30 novembre 1916

30 novembre 1916

 

 

Je ne te parle pas du Comité secret d’hier, tu es mieux au courant que moi sans doute de toutes les questions qui y furent soulevées. Tu as vu que le quartier général y fut mis en cause avec passion sur les affaires de Salonique, malheureusement avec quelque apparence de raison. Tu as su que c’était Abrami qui avait porté la parole, et son discours appuyé par une documentation salonicienne avait fait grand effet, mais quelques erreurs exploitées aussitôt retirèrent de l’autorité à l’orateur. Tu as su de même que la discussion s’était égarée dans des sentiers biscornus, casques coloniaux, etc. Tu savais, n’est-ce pas, que le général Joffre était venu mardi chez le président de la République et que là il y eut une conversation extrêmement vive entre le généralissime, Briand et Poincaré. Le vieil homme se regimba et refusa net toute combinaison de présidence de comité des Alliés. Il ne se refuse pas à faire toutes les suppressions dans son quartier général, toutes les réformes désirables, mais il reste intransigeant sur sa transplantation. Il avait cependant été d’avance soigneusement endoctriné par les Renouard [1] et consorts ses hommes de confiance, mais rien n’y a fait. Les uns disent que le père Joffre est sorti de l’entrevue la tête assez basse, les autres prétendent au contraire que l’entrevue fut violente et que le vieux avait su se défendre.

De toute façon, il semble qu’il y ait une sorte de pacte tacite entre les gouvernements et le généralissime, pacte destiné à ne pas réveiller les responsabilités d’août-septembre 1914. Joffre est défendu somme toute par toute la maçonnerie à laquelle seul il donne confiance, et c’est Malvy qui l’a

[manque la suite]

[1] Georges Renouard (1879-1918) dirige le 3e bureau au Grand Quartier général de Joffre. Il meurt de la grippe espagnole en avril 1918 à Dormans.

29 novembre 1916

29 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

D’abord l’affaire de Jean [1]. J’ai pensé qu’en ces matières il valait mieux ne pas tarder et perdre du temps. J’ai fait remettre aujourd’hui une note à Pellé. Tu sais que le général est un ancien camarade de Stan. et que je suis en très bons termes avec lui. Je souhaite que son intervention serve à tranquilliser Paul et ta belle-sœur [2].

Je ne parle pas du Comité secret, tu as dû en apprendre aussi bien que moi toutes les circonstances. Si tu avais pu venir au dîner d’hier, tu aurais eu le récit de cette première journée dans laquelle Augagneur a montré quelle abominable fripouille il était. Inconscience ou cynisme je ne sais, mais il a fait grief au gouvernement de ses propres méfaits. De plus, tu te rappelles le tollé qu’avait soulevé Barthou en sortant une pièce qu’il avait eue étant ministre. Augagneur, hier, n’a fait que cela. Somme toute, il a alimenté sa verve avec tout ce qu’il avait emporté du ministère en le quittant.

Avant-hier, Briand ne savait pas encore ce qu’il allait dire devant le Comité secret. Il ne le savait pas encore deux heures avant. Voici ce qui s’est passé, et en le lisant tu te convaincras que cet animal a un rude talent. Dans les groupes on se disait que les quarante-neuf interpellations allaient faire durer le comité un temps immodérément long et on s’est réuni pour examiner ce qu’on pourrait faire pour en abréger la durée. On a pensé que si le président du Conseil faisait un exposé très large de la situation, beaucoup d’interpellations tomberaient d’elles-mêmes et qu’il n’y aurait plus qu’à répondre à certaines questions. Les présidents de groupes sont donc allés exposer cela à Briand qui les reçut hier vers une heure. Briand trouva la chose rationnelle et accepta. Une heure et demie après, il fit son immense exposé avec des précisions de dates, etc. Son discours eut des fortunes diverses. Une partie fut applaudie par quatre cents voix, une autre n’eut que des approbations moins chaudes, et la fin fut très brillante.

Quelqu’un que je connais était chez le président de la République pendant que la séance se déroulait. On apporta un papier sur lequel il y avait que le discours du président du Conseil réunissait quatre cents suffrages. Poincaré ne put retenir un mouvement de satisfaction et dit à son visiteur : Tout va bien. – Mon homme en fut un peu indigné et dit au président : Comment, vous trouvez que tout va bien parce que Briand réussit devant le Parlement, mais ce n’est pas cela qui sauvera la Roumanie, améliorera les transports, etc., etc. Ce ne sont pas les succès oratoires qu’il nous faut mais des actes.

Poincaré prit cette sortie irrévérencieuse assez bien, et convint de la vérité de l’affirmation.

Quoi qu’il en soit, un de nos amis, François de Wendel, nous disait qu’à son avis Briand avait fait une imprudence en chargeant l’état-major. François ne se trompait pas car ce matin je rencontrais un grotesque parlementaire sur le pont de Solférino, le député Lachaud [3], de la Corrèze, et, de son accent intraduisible, il me disait : Vous ne pouvez pas savoir tout ce que Joffre a fait. Nous connaissons les documents et il faut jeter tous ces généraux dehors. Il n’en faut plus, il n’en faut plus.

Dans la matinée également, Konvin Milewski est venu me porter quelques renseignements sur Trepov [4] qu’il connaît beaucoup. C’est à 55 ans seulement que Trepov s’est décidé à apprendre quelque chose. Très fin et spirituel, il est au fond dans les mêmes idées que Stürmer, mais il y a entre eux la différence de Pandore au commissaire. Pandore c’est Stürmer.

Les origines de Trepov sont amusantes. On en fait ici, à cause des deux f qui terminent son nom, une sorte de boyard, de vieil aristocrate. C’est une erreur, son père fut un enfant trouvé, et trouvé sous un escalier, Trepe en russe je crois [5], d’où Trepov. Cet enfant trouvé entra dans la police, y fit son chemin à cause de sa fermeté et de son énergie, et lorsqu’on eut besoin à Varsovie d’un homme à poigne, on choisit Trepov. Comme il avait fait fouetter certains révolutionnaires, il fut tué d’un coup de revolver.

Le czar vint à son lit de mort et, avant d’expirer, Trepov lui recommanda ses enfants. Le tzar jura d’en prendre soin. Il croyait que les enfants d’un fonctionnaire de police ne pouvaient avoir que de bien modestes ressources. Quel ne fut pas l’étonnement de l’empereur lorsqu’il fit venir le testament afin de se rendre compte de l’état de fortune de ses nouveaux protégés ! Il découvrit que son fidèle serviteur avait économisé sur ses appointements la jolie somme de trois millions et demi de roubles, ce qui à l’époque représentait quatorze millions de francs environ. Il admira l’économie de son fidèle serviteur, mais cependant ne retira pas sa protection aux enfants qui bénéficièrent de la bienveillance impériale. Comme Stürmer, Trepov, malgré ses tendances boches, sera (?) les ordres de son maître.

Konvin Milewski nous a dépeint avec son esprit caustique tout le désordre qui règne en Russie. Il nous racontait qu’en pleine paix, dans une des gares de Pétrograd, il y eut à un moment donné un encombrement de quatre mille wagons. On ne savait comment faire partir tous ces wagons. Un ministre proposa tout simplement d’y mettre le feu. Heureusement qu’il se trouva un conseiller d’État intelligent qui, ayant constaté que l’on avait un grand stock de rails, conseilla de poser ces rails dans les grandes plaines qui avoisinent la gare et de remiser les wagons sur ces voies provisoires. Ainsi fut fait, et les wagons furent sauvés.

Vous savez ce qu’est un cancre ?, me disait notre ami. Le cancre, au collège, ne fait rien mais il n’est pas bête, souvent même il roule le fort en thème. Dans la vie, très souvent, il se débrouille mieux qu’un autre, joue à la bourse, court les aventures, mais il est incapable de faire un travail sérieux. Eh bien, le Russe est un cancre. Au début de la mobilisation, tout a bien marché parce que tout était préparé, certaines petites gares qui n’avaient qu’un train par jour en ont vu passer jusqu’à trois ou quatre cents pour transporter troupes, matériel et ravitaillement. Mais il a fallu que ces trains reviennent, puis est arrivée la retraite. Il aurait alors fallu s’asseoir à une table, faire des graphiques. Jamais le Russe n’en a été capable. D’où la crise actuelle.

En revenant d’Égypte, j’avais eu l’idée d’envoyer respectueusement un mémoire à mon souverain car je demandais à un prince égyptien ce qu’il pensait de l’occupation anglaise. Il m’avait répondu : « C’est une situation un peu humiliante mais parfaitement confortable ». Je voulais donc proposer à Sa Majesté de louer la Russie pendant vingt-cinq ans à l’Angleterre. Elle vous aurait donné de bonnes habitudes.

À demain, mon vieux, c’est un peu long mon premier papier, et cependant j’ai vu encore bien du monde, entre autre mon camarade Conty [6], notre ministre en Chine venu pour causer un peu. Si j’en ai le loisir, je t’en parlerai demain.

Ton vieil

Et

[1] Jean Lebaudy (1894-1969). Fils de Paul Lebaudy et donc neveu de Pierre Lebaudy. Engagé sur le front de Lorraine dès août 1914, il est cité le 2 septembre 1914 pour avoir porté secours à un brigadier grièvement blessé. En 1915, il sert comme mitrailleur et est blessé à la bataille de l’Yser. En 1916, il passe dans l’aviation aux très périlleuses missions spéciales. C’est là que le maréchal des logis pilote aviateur Jean Lebaudy du deuxième groupe d’aviation, se distingue et mérite la citation suivante : Excellent sous-officier, dévoué et plein d’allant, ayant un haut sentiment du devoir, volontaire pour les missions dangereuses, a été grièvement blessé. Une blessure antérieure, trois citations. La Croix de guerre avec palme et la médaille militaire lui sont attribuées. Il prend part à des combats aériens et abat plusieurs avions ennemis.

[2] Mme Paul Lebaudy, née Clotilde Murat (1863-1949), est la seconde épouse de Paul Lebaudy.

[3] Édouard Lachaud (1857-1923). Médecin. Homme politique. Député radical de Corrèze (1898-1919). Membre de la commission de l’Armée. Il est alors médecin chef de l’hôpital temporaire des Arts et Métiers.

[4] Alexander Trepov (1862-1928). Russe. Ministre des Transports puis Premier ministre (23 novembre 1916-9 janvier 1917).

[5] Die Treppe signifie escalier, mais en allemand et non en russe. La communauté allemande était alors importante en Russie et présente dans tous les métiers.

[6] Alexandre Conty (1864-1947). Diplomate. Ministre plénipotentiaire. Il est ambassadeur de France à Pékin depuis 1912.

X novembre 1916

[sans date]

 

Mon cher Pierre,

 

Je suis allé hier voir Marguerite [1] un instant. Je l’ai trouvée bien portante et attendant ta venue prochaine. Nous avons parlé de tout et de tous.

Je t’avais laissé hier sur une demande que j’avais adressée à Millerand pour répondre à mon correspondant de Bruxelles. Dès ce matin, j’avais, de l’ancien ministre, un petit mot me disant qu’il voyait ce nom pour la première fois et qu’il ne connaissait ce Schroer [2] ni d’Ève ni d’Adam. J’aime mieux cela pour lui, mais des intrigants payés par les Allemands sont vraiment prodigieux.

On nous a coupé ce soir cinq lignes de notre correspondant de Gênes. Je te les rétablis car elles ont leur intérêt, hélas. C’est dans la dernière heure du numéro portant la date 13.

 

Le capitaine du Stjerneborg est persuadé que le premier sous-marin, qui était certainement allemand, signala télégraphiquement au deuxième la présence du vapeur pour l’aviser de lui donner la chasse.

Il ajoute que le capitaine du deuxième sous-marin, en montant à bord du navire, dit avec une morgue inexprimable : Dépêchez-vous de vous sauver. Vingt sous-marins peuvent se dire désormais les maîtres de la Méditerranée. »

 

En nous le faisant enlever, la censure nous dit : Il est inutile que nous leur prêtions notre publicité pour annoncer cela urbi et orbi.

J’ai dîné hier au soir chez Voisin [3] avec des Polonais. Avant de prendre place à table, j’ai été happé par Braquessac [4]. Ce phénomène s’élevait avec vigueur contre tous les députés qui n’avaient rien su prévoir tandis que lui, Braquessac, savait tout à point nommé. Il avait dit à Mucins les choses les plus étonnantes. Enfin, tu connais le bonhomme, tu dois te douter de ce que fut cette conversation à laquelle je ne pouvais arriver à m’arracher.

La conversation avec mes nobles Polonais fut intéressante mais il y fut question plutôt de choses générales. L’un d’eux avait présidé à la réception à Pétrograd des parlementaires français au milieu desquels se trouvait notre p -. ont (?) de la Concorde. Le brave d’Estournelles [5] avait fait au banquet un discours complètement pacifique auquel mon amphitryon avait répondu officiellement au nom du conseil de l’Empire en jetant de fortes pierres dans le jardin du sénateur de la Sarthe. Ayant manifesté le désir de faire imprimer son discours, le brave Polonais s’entendit demander par d’Estournelles que toutes les brochures lui soient adressées et qu’il se chargerait de les distribuer à tous les sénateurs et députés. En conséquence, cinq cents exemplaires lui furent adressés. Quelque temps après, en venant à Paris, le vieux conseiller n’eut pas de peine à se rendre compte que toutes les brochures avaient été envoyées au grenier et que pas un des destinataires n’en avait reçu d’exemplaire.

Nous avons parlé de Kouropatkine [6]. L’un d’eux nous a raconté qu’il l’avait vu au procès de Stoessel [7] où il a fait une déposition qui a duré quatre heures. Le narrateur, à qui ses fonctions élevées permettaient de prendre place derrière la cour, par conséquent avec en face de lui toute l’assistance, accusés, témoins et public, vit arriver Kouropatkine chargé de décorations, magnifique, ayant une voix admirable. Il ne reconnaît d’autre organe comparable que celui de l’empereur. Une voix qui s’étendait en vibrations sonores emplissant la salle. En l’écoutant, il se demandait : Où ai-je déjà vu un homme pareil qui est un superbe soldat et qui cependant n’est pas un soldat, et une lueur se fit dans sa mémoire : Trochu [8] ! Trochu qu’il avait vu au procès à Versailles. J’ai pensé que ce trait t’intéresserait.

Quant à Stoessel, quelqu’un demanda s’il avait été véritablement le voleur que l’accusation avait révélé. Mon Dieu, nous fut-il répondu, Mme Stœssel faisait tuer les chevaux de la troupe et prenait le foin et les fourrages pour nourrir quatorze vaches laitières dont le lait était vendu à raison d’un rouble la bouteille.

Stœssel se présenta au conseil dans une vieille redingote avec l’aspect d’un vieillard. Quand il se levait pour répondre, il semblait qu’il y eût toutes les peines du monde et n’y arriver qu’en se cramponnant à la barre. Rencontré dans la rue, il apparaissait comme un homme d’aspect tout à fait jeune et fringant et, n’étaient les cheveux gris qui passaient sous sa coiffure, on l’eût pris pour un jeune homme. Cette comédie en dit long.

Au revoir, mon vieux.

Ton Et

[1] Mme Pierre Lebaudy.

[2] Non identifié.

[3] Le Café Voisin, restaurant installé 261, rue Saint-Honoré, considéré comme un des meilleurs de Paris, accueillait déjà au début de la IIIe République le dîner Renan qui devient en 1896 le dîner Berthelot.

[4] G. Braquessac. Bordelais ayant repris la direction du Café Voisin.

[5] Paul d’Estournelles de Constant (1852-1924). Diplomate. Journaliste. Homme politique. Sénateur union républicaine de la Sarthe (1904-1924). Prix Nobel de la paix (1907).

[6] Alexis Nikolaevich Kouropatkine (1848-1925). Russe. Général. Homme politique. Ministre de la Guerre (1898-1904).

[7] Non identifié.

[8] Louis-Jules Trochu (1815-1896). Militaire. Homme politique. Député centre droit du Morbihan (1871-1872). Général de division en 1859. Commandant en chef des forces chargées de la défense de la capitale en 1870. Chef du gouvernement de la Défense nationale de septembre 1870 à janvier 1871.

X novembre 1916

[sans date]

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai reçu ta lettre aujourd’hui à midi. Elle me tranquillise sur le sort de mes missives, j’étais un peu inquiet de leur acheminement, je te dirai pourquoi dans quelques jours.

As-tu lu ce matin le manifeste des socialistes et syndicalistes dans l’affaire des loyers ? Je crains que cette affaire ne devienne assez grosse si elle s’envenime. J’ai eu l’occasion avant-hier matin de causer assez longuement avec Rouanet [1] qui est, comme tu le sais, très intelligent et beaucoup plus compréhensif que la plupart de ses coreligionnaires. Je lui faisais quelques observations sur les articles de L’Humanité au sujet des articles de L’Humanité qui sentaient la guerre civile. Contrairement à mon attente, au lieu de trouver un peu de scepticisme, j’ai eu affaire à un homme violemment monté : Quoi, m’a-t-il dit, à un moment où pas une liquidation de pension de veuve n’a été faite encore, quelle est la première mesure que le gouvernement va prendre, c’est une mesure en faveur des propriétaires. Vous me dites que l’on doit le loyer au même titre que le vivre et le vêtement. Le vivre et le vêtement sont des choses périssables qui font l’objet de nombreuses transformations. La maison est un placement dont le capital n’est pas touché alors que les valeurs mobilières sont soumises à des fluctuations. Il y a force majeure. Le propriétaire doit suivre la loi générale car la propriété immobilière parisienne est une spéculation comme une autre. Le rejet de l’art. 23, a-t-il ajouté, est une prime aux mauvais locataires et aux mauvais propriétaires. Cette loi est une loi de guerre civile. – Il a dit le mot.

T’ai-je dit dans mes précédentes lettres que j’étais allé chez Vesnitch à une petite réunion qui a eu lieu pour le départ du prince [2]. J’ai longuement causé avec les Balkaniques que j’ai rencontrés là, et tout le monde était préoccupé de la question roumaine, même le prince car c’est la première chose dont il m’a parlé, me demandant si j’avais des renseignements. Je dois dire que les Serbes ne paraissaient pas craindre l’entrée en scène des Roumains contre nous. On croit plutôt qu’ils nous cherchent des griefs pour n’avoir pas à prendre parti et justifier leur abstention coutumière.

Le gouvernement, ici, semble se donner du mal pour persuader que l’accord économique n’a aucune signification, mais on sent très bien l’embarras. Je te signale même un bruit assez curieux recueilli dans les milieux parlementaires : « La Roumanie, dit-on, mais cela a bien peu d’importance en raison du mouvement qui se dessine en Hongrie. Les Hongrois seraient prêts à abandonner leur alliée et à chercher à traiter. C’est autrement important, ajoutent-ils, que la bonne ou la mauvaise volonté de la Roumanie ». Enfin…

À cette réception, il y avait Ganderax [3], le ministre au Monténégro. Il m’a raconté les histoires les plus cocasses sur la cour de Cettigné [4] et les carottes monumentales du vieux forban [5]. L’histoire de son yacht, cadeau du sultan et qu’il se fait racheter par le czar en vue de munir la nation monténégrine d’un navire, est quelque chose d’impayable. C’est un homme capable d’accomplir quelque grande chose et qui cependant se livrerait à certains moments aux actions les plus basses.

Il paraîtrait du reste que le vieux forban est très nettement prisonnier en France.

Savais-tu que ses carottes avaient été la cause de la disgrâce momentanée de Sazonov ? Le ministre avait permis au roi du Monténégro de lui avancer certaines sommes alors que le czar avait refusé de continuer à se laisser taper.

Au revoir, old man, ton vieil

Et

 

[1] Henry Rouanet (1855-1927). Homme politique. Député socialiste de la Seine (1893-1914). Journaliste, il collabore à l’Humanité, au Cri du peuple et à la Revue socialiste.

[2] Pierre Ier, prince de Serbie.

[3] Étienne Ganderax (1857-1944). Diplomate. Ministre plénipotentiaire au Monténégro (1911-1912) et au Luxembourg (1912-1913).

[4] Cettigné est la capitale du Monténégro.

[5] Vieux forban est le surnom donné par Nalèche au roi du Monténégro. Nicolas Ier (1860-1918), de la famille des princes du Monténégro, vainc les Turcs, accroît son territoire, resserre les liens avec la Russie et l’Italie, et se proclame roi en 1910. Il agrandit encore son État et se range aux côtés de la Serbie, sa voisine, en 1914, contre l’Autriche qui l’envahit en 1916.

12 novembre 1916

12 novembre 1916

 

 

Il se passe en ce moment une chose très grave à propos des charbons. Je te parlais hier de cette crise terrible mais elle menace de devenir un désastre. On m’informe que, cette nuit, l’Ouest Lumière a cessé son travail à 2 h du matin et que ce chômage pourrait durer huit jours pour toutes les usines de guerre. Si tu n’as pas le renseignement, garde-le strictement pour toi. Une pareille disette est absolument la faute de la mauvaise organisation des pouvoirs publics. La taxation du fret en a été un des principaux facteurs. Naturellement, la préfecture ne nous donne aucun détail.

Je n’ai rien de bon à t’annoncer aujourd’hui car je tiens d’un homme généralement très informé que l’arrêt de l’offensive russe a été dû au manque de munitions et de matériel. Ce ne serait pas la fabrication qui aurait manqué, pas plus que les envois, mais la guerre sous-marine en serait la cause.

La mer serait infestée de sous-marins qui auraient fait sauter les 4/5e des bateaux porteurs de munitions et de matériel. À l’heure actuelle, il y aurait pour plus de trois cent millions de marchandises envoyées à nos Alliés qui seraient par le fond. Et comme ces transports devaient dans le voyage de retour ramener des hommes, les convois de troupes n’auraient pas eu lieu par là même. On ne parle pas non plus de ces pertes pour ne pas affoler l’opinion.

Tu recevras sans doute cette lettre en même temps que celle que je t’écrivais hier et que je n’ai pu achever qu’après le départ de 6 h. Ceci pour le cas où tu craindrais qu’on ne l’ait retenue.

Ton affectionné

Et

11 novembre 1916

11 novembre 1916

 

Le tuyau du jour, mon cher Pierre, c’est bien celui que je te donnais hier, Sarrail remplacé comme généralissime par le duc d’Aoste et le général Porro [1] adjoint au prince. Moyennant quoi, six ou sept divisions italiennes iraient remplacer le corps expéditionnaire.

Au dîner d’hier au soir où nous étions peu nombreux, neuf seulement, on parlait de cela, et la présence d’Accambray nous apportait tous les potins de couloirs. D’après ceux-ci, le torchon aurait plus que brûlé entre les deux présidents et, comme je te le disais, les combinaisons marchent. Il y aurait quatre ou cinq membres du cabinet dissidents. On aurait essayé d’offrir à Viviani, l’éternel permutant, la place de son chef de file, mais il se serait dérobé. On a songé à Painlevé, mais, au dire de d’Accambray, ce savant lui aussi se réserverait car il devrait son entrée dans le cabinet à Franklin-Bouillon, et Franklin-Bouillon reste dévoué à Briand. Pris entre ses devoirs de reconnaissance et ses ambitions, Painlevé resterait modestement dans son coin.

Accambray, qui parle beaucoup sans trop regarder qui peut l’entendre, nous en a raconté de toutes les couleurs, j’y reviendrai tout à l’heure. Je continue la question ministérielle car ce matin j’ai vu le secrétaire d’une de nos nombreuses grandes œuvres à laquelle Barthou avait promis de faire quelques conférences. Or, ils ont reçu de notre ex-Premier une lettre un peu mystérieuse dans laquelle il déclare ne pas vouloir se dérober à ses promesses, mais que les événements lui imposaient une certaine réserve et qu’il s’était engagé à faire une conférence à Lyon, mais qu’il le regrettait un peu pour ce motif. Évidemment, notre Barthou se tient prêt à endosser toutes les responsabilités.

Mais ce soir, j’avais Comité et j’ai interrogé plusieurs de mes collègues sur la situation ministérielle. Le plus sérieux d’entre eux m’a dit qu’il ne croyait guère à un changement et qu’il lui paraissait impossible pour le moment de jeter bas le cabinet. Celui qui parlait ainsi est bien placé pour être informé, c’est le plus important de notre comité… Néanmoins, il y a deux questions qui peuvent contenir des pièges, le charbon et Salonique. Sembat [2] sort de la discussion sur les transports complètement amoindri, c’est du reste bien à lui qu’on doit la crise actuelle des charbons. Tu as su que déjà une vingtaine d’usines se sont arrêtées, et je voyais hier le représentant d’une des plus grosses maisons d’importation de charbon qui me disait que si l’on taxait les charbons après la taxation du fret ils seraient obligés de cesser leurs affaires.

D’après tout ce que j’entends dire, et la conversation de d’Accambray en particulier, il me semble bien qu’il règne en ce moment une hostilité violente contre le chef d’exploitation. Painlevé raconte, paraît-il, une conversation qu’il a eue au retour de Boulogne avec Lloyd George au cours de laquelle ce dernier disait qu’il fallait savoir prendre une décision et imiter ce qu’eux-mêmes avaient fait il y a déjà longtemps… Tu me comprends je pense.

Là, il se pose une question de personne que l’on n’a pas résolue malgré les votes de la commission. D’Accambray nous a raconté quels étaient les procédés du chef d’exploitation et de son entourage, procédés tout à fait mensongers, et, à l’appui de ses dires, il nous a raconté un certain nombre de faits qu’il a été à même de contrôler personnellement. Il me serait difficile d’entrer dans les détails, mais cela suffit pour te montrer que l’on parle moins peut-être mais que l’on doit agir en dessous.

D’Accambray nous a raconté une conversation qu’il a eue avec le pape. D’après lui, il ne lui a pas mâché la vérité à tel point que le souverain pontife a plusieurs fois marqué un peu d’impatience, mais d’Accambray (?) continuait sans paraître s’en apercevoir et cela a duré près de 3/4 d’heure. Je crains que d’Accambray n’exagère beaucoup son importance.

Blanche [3] ne t’a pas raconté pourquoi son beau-père s’était remarié ? Il aurait consulté une cartomancienne qui lui aurait prédit qu’il vivrait jusqu’à 105 ans. Comme il n’a encore que 77 printemps, cette longue fin d’existence sans femme l’a effrayé et il a de suite cherché un ange du foyer.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Carlo Porro di Santa Maria (1854-1939). Italien. Général.

[2] Marcel Sembat (1898-1922). Avocat. Homme politique. Député socialiste de la Seine,c’est une des figures les plus illustres de la SFIO. Ministre des Travaux Publics en 1914 dans le gouvernement d’union nationale. Franc-maçon, il est vice-président du Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France.

[3] Jacques-Émile Blanche (1861-1942). Peintre, il fait le portrait de Marcel Proust à 21 ans, encouragé par Fantin-Latour et Manet.

8 novembre 1916

8 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

C’est l’élection américaine qui fait les frais de la foire aux nouvelles. Ce matin Hughes [1] était élu, ce soir on n’est plus certain, et la censure nous a fait enlever un passage de notre article dans ce doute. Les Américains de Paris et le New York Herald semblent tout à fait sûrs de l’élection. Voilà où cela en est. Je ne te tire aucune morale de cette élection qui vaudrait mieux dans le présent mais qui, dans l’avenir, amènera sûrement des difficultés. Il est probable que demain nous serons fixés.

Un monsieur assez important président de grosses affaires venu me voir ce matin, me demandait si je savais quelque chose de Salonique. Je n’ai pu que lui dire ce que je t’écrivais à toi-même hier, c’est-à-dire qu’on parlait du remplacement de Sarrail par Franchet d’Espérey ou Micheler. Ce dernier est très occupé en ce moment, on ne voudra peut-être pas le déplacer. L’autre au contraire ne l’est que plus vaguement. Mais alors, ce monsieur m’a dit que le président de la République comptait (du moins il se faisait l’écho de ce bruit), par le voyage de Roques, amener un changement de cabinet et que dans l’idée du chef de l’État ce serait Painlevé qui succéderait à Briand. Le président serait ennuyé de la situation prise par Briand qui ne le consulterait pas, agirait de lui-même et aurait éveillé ses susceptibilités. Ceci ne serait pas invraisemblable, mais je ne puis guère croire au choix du remplaçant. Tu en devines tous les inconvénients et toutes les conséquences. Le changement de ministère excite beaucoup de monde, les événements récents de Roumanie, les questions diplomatiques en général semblent avoir un peu terni la gloire d’il y a quelques semaines.

J’ai interrompu ma lettre parce que je viens de recevoir un de mes amis qui a longuement causé à Londres avec les membres du gouvernement. Il n’est guère satisfait de la tournure des conversations. Les Anglais se plaignent en effet vivement de Sarrail. Ils lui reprochent de diviser les troupes anglaises par petits paquets de façon à leur retirer toute espèce de gloire dans les opérations. En un mot cela ne va pas, et mon ami en est assez désagréablement impressionné.

Je ne sais pas si je t’ai raconté qu’à notre dernier déjeuner, Viviani s’était montré extrêmement italophile et deux ou trois mots qu’il nous avait dits nous avaient prouvé qu’il ne connaissait guère les hommes. Il nous avait cité, comme un bon choix pour succéder à Tittoni [2], Imperiali qui est à Londres et qui est bien un des hommes les plus gallophobes que je connaisse. À Constantinople, il n’avait cessé de déblatérer contre la pourriture française et de chercher à avancer les affaires italiennes. Quant à Tittoni, il est certain qu’il va rentrer à Rome pour intriguer contre Sonnino et, malgré les imbécillités d’ Hanotaux, Tittoni est tout à fait germanophile. Il était du complot qui a renversé Salandra [3] et il avait bien compté être à la Consulta. Il y a dans la situation actuelle un danger, c’est que l’on ne sait pas très bien quel rôle joue Bissolati [4]. On l’a trouvé dans tous les petits complots parlementaires, notamment dans celui qui était dirigé contre Cadorna [5]. Quelle position va-t-il prendre maintenant, c’est un peu inquiétant. Au demeurant, dans le cabinet actuel, il n’y a absolument de favorable aux Alliés que Sonnino. Songe qu’à la Consulta, ce dernier a un secrétaire général

[manque la suite]

[1] Non identifié.

[2] Comme ambassadeur d’Italie à Paris.

[3] Antonio Salandra (1853-1931). Italien. Député libéral. Membre du gouvernement de mai 1914 à mai 1916.

[4] Leonida Bissolati (1857-1920). Italien. Journaliste, il crée l’Écho du peuple, l’organe du Parti socialiste italien. Homme politique, il participe à la création du Parti socialiste réformiste italien. Il devient ministre de l’Assistance en 1916 dans le gouvernement de Vittorio Orlando. Il participe aux négociations du Traité de Versailles.

[5] Luigi Cadorna (1850-1928). Italien. Général. Chef d’état-major de 1914 à 1917. Maréchal en 1924.

7 novembre 1916

7 novembre 1916

 

À la Rue François-Ier ce matin, le bruit courait que Sarrail allait être remplacé, et déjà l’on donnait des noms pour son successeur. Le favori semblait Franchet d’Espérey [1], mais on citait aussi Micheler [2]. Je te donne cela pour ce que ça vaut sans qu’il y ait lieu d’ajouter foi outre mesure à ces bruits. On prétend que l’on cherche à persuader Sarrail qu’il est malade et qu’il doit se retirer pour ménager son existence. Le malade par persuasion se laissera-t-il convaincre ? D’autre part, le bruit court qu’Hervé est constamment appelé, qu’on lui donne tout ce qu’il demande, mais qu’en échange on veut qu’il se taise sur son ami Sarrail.

Je suis étonné néanmoins de tous ces bruits car il me semble que Roques n’ait pas eu encore grand temps pour approfondir son enquête et pris ordre des décisions. Il faut toujours se dire que c’est de la Rue François-Ier que sont parties les notes des journaux et les premières rumeurs. En ce qui concerne Hervé, ce n’est pas de la Rue François-Ier que le renseignement m’est venu, mais côté Intérieur et Sûreté. Du reste, il se pourrait très bien qu’on cherche à gagner cet homme important dans la République pour l’avoir quelle que soit l’issue du voyage Roques.

Ribot a communiqué aujourd’hui les résultats de l’emprunt au Sénat, mais défense nous fut faite d’en parler. C’est assez bête du reste, et l’on voit trop que c’est pour se tailler un succès à la Chambre qu’on ne veut pas répandre ces chiffres. Ceux-ci sont assez sensiblement ce que je t’écrivais. Un peu plus de onze milliards et six milliards d’argent. Ce qui est un beau résultat.

Tu ne douterais pas, ou plutôt si, tu te doutes trop quel génie d’organisation préside aux destinées de tout ce qui se fabrique chez nous. Un industriel me racontait aujourd’hui que sa maison remet les douilles en état. On ramasse avec soin toutes les douilles sur le champ de bataille puis on les renvoie à l’arrière pour qu’elles soient employées ou du moins utilisées. Il faut dans le tas faire un triage préalable. Sais-tu où se fait ce triage ? À Tarbes ! L’usine de mon homme est dans les environs de Paris ! Il y avait la semaine dernière quatre-vingt-dix wagons occupés à amener à Tarbes et à ramener de Tarbes les douilles récupérées. Et tout le monde se plaint de la crise des transports. On comprendrait si dans les Hautes-Pyrénées il y avait une usine, mais il n’y a rien que des galonnés quelconques qui procèdent à un examen. Et c’est pour cela qu’on fait voyager des wagons de Picardie dans les Pyrénées.

J’ai vu aujourd’hui Nicolas Potocki [3] (avenue Friedland). Il trouve aussi que c’est un désastre tant pour les Alliés que pour la Pologne. Comment va-t-on faire ? Je doute fort que le czar consente à parler ou à lancer un manifeste au lendemain de la proclamation allemande. Il ne voudra jamais avoir l’air de s’humilier.

À ce propos, il me revient une anecdote qui m’a été servie hier, une conversation entre Lubomisky [4] et le général Pau. Ce dernier demandait au prince : Voyons, quelle domination préfèrent les Polonais, domination russe ou allemande ? Lubomisky a répondu : Que répondriez-vous, général, si je vous demandais ce que vous préférez du choléra ou de la peste bubonique ?

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Louis Franchet d’Espérey (1856-1942). Militaire. Général. Chef de la 5e armée à la bataille de la Marne, puis chef des armées de l’Est en 1916 et des armées du Nord en 1917. Il succède au général Guillaumat en 1918 au commandement général des armées alliées d’Orient. Maréchal de France en 1921.

[2] Joseph Alfred Micheler (1861-1931). Militaire. Général de division d’infanterie. Commandant de la 10e armée française qui participe à la bataille de la Somme (1916). En janvier 1917, il devient commandant du Groupe d’armées de réserve.

[3] Nicolas Potocki (1845-1921). Polonais. Naturalisé français en 1905. Comte. Héritier d’une immense fortune et passionné de chevaux. Il habite le palais du 27, avenue de Friedland, Paris, VIIIe qu’il transforme et agrandit en 1892. C’est l’actuel siège de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris.

[4] Prince Lubomisky. Polonais.

5 novembre 1916

5 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’étais bien ennuyé de te faire cette réponse hier au sujet de ce qui nous intéresse, et je regrette joliment de n’avoir pas eu assez d’influence pour faire chambarder ces listes. D’après cela, et comme je te le disais hier, il me semble qu’à ton corps d’armée on t’a salement trompé. Néanmoins, tout n’est peut-être pas encore fini, et si nous pouvions décrocher une liste supplémentaire cela ferait bien notre affaire. Lorsque P. [1] m’a dit qu’il allait prendre cela en main et que si la prochaine promotion ne portait pas ton nom ce serait la suivante, je n’ai naturellement pas soufflé mot de tes projets actuels [2]. Je ne marcherai du reste que suivant tes indications [3].

La grosse question d’aujourd’hui est la proclamation polonaise. Il y a bien des mois que Konvin Milewski ne cessait de crier casse-cou et qu’il voyait la levée des Polonais au profit des Allemands. Dans quelle mesure se battront-ils, on ne sait pas, mais toujours, suivant Konvin Milewski, il ne faut pas faire trop de fonds sur les rébellions. Le Polonais ne s’inquiète guère de ce que l’on pense à Berlin, à Pétrograd, à Varsovie, il sait qu’il paie ses impôts en langue polonaise, son pope est polonais, sait-il pourquoi il se bat ? L’appel aux armes sera fait en langue polonaise, il ne verra sans doute pas beaucoup plus loin. Voilà ce qu’ont gagné les Russes avec leurs finasseries perpétuelles. Sazonov l’avait pressenti, aussi a-t-il sauté !

J’ai reçu la visite hier de Robert Pinot [4], le vice-président des Forges. C’est celui qui a été si attaqué par L’Œuvre à propos de son rapport sur les annexions futures. Il avait voulu démontrer que la métallurgie serait dans une situation moins favorable lorsque nous aurions reconquis l’Alsace-Lorraine et qu’il fallait prendre ses mesures. Nous n’avons pas parlé de la question, mais il m’a raconté certains détails de l’affaire des carbures. C’est bien le plus effroyable chantage que l’on ait vu. Du reste, il va y avoir un non-lieu sur tous les points. Tu te rappelles que le juge d’instruction Coutan [5] avait laissé filer un tas de choses qui se disaient et se répétaient. Ce Coutan, m’a dit Pinot, est un type très curieux. Deux fois petit-fils de conventionnel, il devrait à l’heure actuelle être duc, catholique, ultra conservateur, pas du tout, il a gardé l’âme de vieux conventionnel haineux, jaloux et soupçonneux, il en veut à tous ceux qui sont riches et qui jouissent des privilèges de leur fortune.

J’ai eu un déjeuner assez intéressant, militaires et finances. J’ai appris là qu’au demeurant on était très content de l’emprunt. La somme totale dépasse onze milliards, d’après le secrétaire général du Lyonnais, mais n’atteint pas douze, tandis qu’un autre de mes amis qui est administrateur de plusieurs grosses maisons prétend que cela arrive à douze et peut-être un peu plus. En tout cas, autant qu’on peut l’estimer, dès maintenant il y aurait 5 1/2 d’argent frais ce qui constituerait un vrai succès pour l’emprunt. On estime que l’opération pourra se renouveler dans des conditions excellentes… Oui mais… Le militaire qui appartient aux sources d’informations nous a affirmé que la situation roumaine s’était de beaucoup améliorée, que le général Berthelot avait été reçu admirablement, qu’il avait pris toute la confiance du roi et que ce dernier le laissait absolument maître de disposer de tout le Grand État-Major. Le soldat roumain, contrairement à ce qui avait été dit, serait très bon, c’est l’état-major qui était faible.

Au revoir, mon cher Pierre, bien affectueusement à toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Il s’agit du fait que Pierre Lebaudy soit mis en congé, à la demande de son frère Paul Lebaudy qui a besoin de son associé pour diriger la raffinerie. La demande est accordée le 10 novembre 1916.

[3] Il s’agit de la promotion de Pierre Lebaudy dans l’ordre de la Légion d’honneur. Cf. lettre du 31 octobre 1916.

[4] Robert Pinot (1862-1926). Vice-président du Comité des Forges (1904).

[5] Nalèche se trompe d’orthographe. Étienne-Joseph-Paul Coutant (1865-1935). Magistrat. Juge d’instruction au tribunal de la Seine depuis 1912.

3 novembre 1916

3 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je vois que la poste ne s’est pas hâtée de remettre les lettres. Enfin, si maintenant la régularité est établie, tout va bien.

Je viens de regarder la liste des conseillers généraux du Var, je n’y vois pas le nom du M. Chergé ; maintenant cette liste est de 1914, il n’y a pas eu d’élection depuis, il y a donc de bien grandes probabilités pour que ce monsieur ne soit pas dans cette assemblée. Un canton, cependant, n’avait pas de titulaire, le canton de Besse. Je vais tout de même tâcher de me faire confirmer le renseignement par l’Intérieur et je te le dirai demain.

D’après ce que je vois, ton beau-frère [1] serait en train de se faire entuber. Il ne faut pas qu’il croie qu’avec un million il fondra un journal viable. Il faudra en compter plusieurs pour arriver à quelque chose. Il y a certainement de gros profits tant matériels que moraux pour ceux qui le poussent dans cette voie. J’ai vu qu’il avait parlé à l’Union, ne serait-ce pas les promoteurs de cette affaire-là qui lui auraient mis la main dessus ? Je les connais, entre autres un qui s’appelle Paul Gauthier [2] et qui est un serin mais terriblement intrigant.

La nouvelle de l’évacuation de Vaux est arrivée hier au soir à Paris par radio allemand, mais le haut commandement a interdit d’en parler. Il n’était pas sûr, paraît-il, que ce ne fût pas une rouerie et qu’il n’y eût pas quelque piège. Nos troupes en conséquence ne l’ont occupé que dans la nuit.

As-tu eu des nouvelles de la gare de Longueau ? Elle a été, me dit un témoin oculaire, tout à fait abîmée et des incendies se sont déclarés mettant le feu à un dépôt de benzine. En plus, des dépôts de benzine auraient été incendiés. En sais-tu quelque chose ? Du reste, il y a un tel désordre et une si triste incurie que des accidents sont toujours à craindre. On aurait laissé un lot de deux cent mille obus tranquillement entassés sur une hauteur. Un avion aurait lâché sa bombe et ces obus auraient éclaté.

Le Cri de Paris raconte une savoureuse anecdote sur les paperasseries militaires et comment il fallut plus de deux mois pour régler les dépenses de quatre bonshommes qui partaient pour Salonique et que le chef du détachement a nourri pendant trois jours. Partant pour Salonique, ce sous-officier réclame son argent. Il fallut des semaines et des semaines pour qu’il pût toucher son argent. Le Cri produit toutes les lettres administratives, c’est vraiment impayable.

Daniel Zolla [3], qui revient d’une tournée en France pour l’emprunt, nous dit que l’affichage pour l’emprunt a été fait de la façon la plus maladroite. À Rochefort il constate qu’il n’y a aucune réclame faite sur certains murs. Interrogés, les habitants et le préfet [4] lui disent que l’administration des Douanes n’a jamais rien voulu laisser sur ses murs. Avant la guerre il était interdit d’afficher, la consigne est restée et l’on a fait procès-verbaux sur procès-verbaux aux agents du ministère des Finances. Mêmes scènes à propos des murs du génie civil. Et ceci s’est répété dans un grand nombre de villes.

Tu te rappelles notre affaire des sucres. Paisant [5], le député, m’avait téléphoné qu’il avait rendez-vous avec le ministre du Commerce [6], c’était samedi matin, et qu’il viendrait me rendre compte de sa conversation. Il n’est pas venu. Par contre, Max-Vincent [7] est venu mardi me demander de faire un article. Je crois t’avoir parlé déjà de cette visite. Je lui ai demandé des documents qu’il devait m’apporter aujourd’hui vendredi entre 11 h et midi. Il n’est venu personne. Ma demande les embarrasse sans doute.

Au revoir, mon cher Pierre.

Ton vieil

Et

Toujours assez mauvais tuyaux sur l’état d’esprit dans certaines provinces. Une lettre de Clermont-Ferrand qui m’est arrivée ce matin dénote de la lassitude dans la population. Le centre est très mauvais.

 

[1] Il s’agit de Roger Luzarche d’Azay, frère de Marguerite Luzarche d’Azay, épouse de Pierre Lebaudy.

[2] Non identifié.

[3] Daniel Zolla (1859-1927). Professeur à l’école de Grignon et chroniqueur agricole du Journal des Débats. Auteur d’ouvrages sur l’agriculture.

[4] Le sous-préfet de Rochefort est alors Joseph-Adolphe-Célestin Signoret (1866-19) depuis le 16 janvier 1915.

[5] André Paisant (1868-1926). Ancien élève du collège Stanislas. Homme politique. Député radical socialiste de l’Oise (1914-1926).

[6] Le ministre du Commerce est alors Étienne Clémentel depuis le 29 octobre 1915.

[7] Non identifié.