Archives mensuelles : octobre 2016

31 octobre 1916

31 octobre 1916

 

Pardonne-moi, mon vieux, si mes mots ne se suivent pas, je suis complètement abruti par une journée de Fregoli [1]. Pris entre un enterrement forcé et le mariage Rodocanachi [2] [3] à 3 h, obligé entre les deux de relire toute la première partie du journal, ce que j’ai fait en cravate blanche, je suis gâteux.

D’abord la réponse que je reçois de mon ami P. [4] « J »écris un mot au colonel Madelin [5] pour le capitaine Lebaudy pour que sa proposition soit transmise en bonne place. Une fois qu’elle sera ici, je l’appuierai de mon mieux et j’espère bien que nous réussirons pour la promotion du jour de l’an. »[6]

Je t’avais parlé, je crois, de l’article que Hanotaux avait écrit pour La Revue des Deux Mondes. Il a paru avec quelques changements demandés par la censure. C’est un fouillis extraordinaire et stupide dans le fond. Sa grande idée, c’est que l’Empire allemand n’a pas une existence légale. Il paraît que cette opinion est partagée par nombre de nos diplomates honoraires. On voudrait une sorte de tribunal des nations. Je crois que le hanneton d’Hanotaux lui travaille la cervelle avec énergie en ce moment.

Il paraîtrait qu’un radio allemand a dit que le Berliner Tageblatt aurait publié une lettre de Sarrail à un ami. Ce dernier aurait montré la lettre à un neutre, lequel neutre se serait empressé d’envoyer ce papier au journal. Entre autres choses, d’après ce radio, Sarrail dirait à cet ami que sa mission était bien difficile, qu’il avait à commander une armée composée de bric et de broc, généralement avec l’écume des pays alliés. Il tombe à bras raccourcis sur les Russes et les Anglais, seuls les Serbes trouvent grâce devant lui. (Tu te rappelles qu’au début, Sarrail ne voulait pas entendre parler des Serbes. Il avait même donné l’ordre à ses états-majors de les traiter le moins bien possible. Il croyait que tous les Serbes étaient comme les malheureux arrivés à Salonique après la retraite, découragés et mourant de faim et de misère. Plus tard, en voyant ceux qui avaient été rééquipés à Corfou, il avait changé d’avis mais n’avait pas rapporté ses ordres. D’où une période de tension et de difficultés).

Ce radio peut parfaitement être une invention ennemie, et je crois bien qu’il ne faut en faire état que dans la mesure où l’on parviendra à s’assurer de l’authenticité de la lettre. J’ajoute que la chose m’a été dite par quelqu’un qui touche de très près Briand. Cela rentre très bien dans ses vues et on pourrait très bien en grossir la valeur.

Il paraît, toujours d’après la même source, que Sarrail serait mal avec tout le monde là-bas et que Roques va tâcher d’éclaircir tout cet embrouillamini.

Un protestant me racontait ce matin que la troupe l’a insulté un jour qu’il faisait un pique-nique avec son extraordinaire entourage dont Marcelle Tinayre [7] et peut-être la Narischkine, mais sûrement la première. Il aurait encaissé sans dire ouf.

Les gens des sucres sont revenus me voir ce matin et m’ont demandé de marcher. … Avant d’entrer plus à fond dans le sujet, j’ai dit à leur représentant : Mais il me paraît bien difficile d’entamer une campagne comme cela. Monsieur Br. de Saint-C.. [8] m’a raconté des choses qui m’ont intéressé au plus haut point, mais ça n’est qu’une conversation. Avant de prendre une décision, je voudrais bien avoir une documentation complète. Les Débats, dans une affaire comme celle-là, ne doivent pas à un moment donné être inexacts, quel que soit l’avantage qu’ils puissent retirer d’une campagne.

– Vous voudriez sans doute un schéma, je vous le porterai d’ici à deux jours.

– Parfaitement, un schéma avec tous les documents s’y référant.

Il doit m’apporter tout cela vendredi. Je doute qu’ils puissent me montrer des choses bien péremptoires.

J’allais oublier de te dire un renseignement qui m’a été donné tantôt au mariage par un colonel qui était témoin avec moi. Son neveu serait au Chiffre. C’est un ingénieur. Il attribue pour partie l’échec roumain à notre ignorance du Chiffre austro-hongrois. On vient de le découvrir, et déjà l’on est au courant de toutes les instructions données à l’armée autrichienne.

Et voilà, mon vieux. Amitiés.

Et

N’as-tu pas trouvé la reprise trop dure ?

[1] Leopoldo Fregoli (1867-1936). Italien. Acteur et artiste virtuose des changements de rôle qui est allé jusqu’à interpréter cent rôles costumés en un spectacle. Nalèche veut dire qu’il a dû lui-même changer de rôle et de costume plusieurs fois au cours de sa journée.

[2] Emmanuel Rodocanachi (1859-1934). Homme de lettres spécialiste de l’histoire de Rome. Collaborateur du Journal des Débats.

[3] Cf. lettre du 30 octobre 1916.

[4] Il s’agit probablement du général Pénelon.

[5] Louis Madelin (1871-1956). Homme de lettre et historien. Agrégé d’histoire. Membre de l’École française de Rome. Il écrit de nombreux ouvrages dont Danton (1914). Il est alors détaché à l’état-major de la place de Paris depuis le 22 août 1915.

[6] Pierre Lebaudy recevra en effet la Légion d’honneur fin décembre 1916.

[7] Marcelle Tinayre (1872-1948). Femme de lettres. Féministe. Journaliste, elle collabore au Temps, à la Revue de Paris et à l’Illustration.

[8] Non identifié.

30 octobre 1916

30 octobre 1916

 

Je reprends mon petit service, mon cher Pierre, puisse-t-il te distraire pendant quelques instants de ta dangereuse mais parfois peut-être un peu monotone existence [1].

Pris aujourd’hui entre un enterrement à Versailles et la cérémonie [2] Rodocanachi et néanmoins obligé de faire ma pauvre gazette, je n’ai pas grand-chose à te dire pour ce début.

J’ai emmené ma sœur la religieuse [3] à Versailles en auto. Tu sais qu’elle a une œuvre énorme à la Madeleine. Elle soigne là en ce moment plusieurs officiers serbes dont un colonel. Elle m’a raconté sur ces braves gens quelques détails touchants. Ce colonel, blessé à Salonique, a la main droite emportée et environ cinquante centimètres d’os de l’avant-bras gauche, ce qui rend sa main inutilisable. Il se demande en véritable patriote comment il pourra faire pour servir son pays car c’est à cela seulement qu’il pense. Croirais-tu qu’il s’exerce à écrire avec son moignon. Il y parvient, mais avec désespoir il constate qu’il se fatigue en très peu de temps. Il avait cinq frères, trois sont comme lui mutilés ou aveugles, dont deux prisonniers et un seul reste sur le front. Possesseurs d’une grosse fortune industrielle, ils ont tout perdu, leurs habitations ont été pillées et ravagées. Ma sœur me citait ce joli mot de lui : « Voyez-vous, ma sœur, en ce moment nous sommes comme des coureurs, ce n’est qu’au but que nous nous apercevrons de la réalité des choses ».

Tous ces Serbes ne parlent qu’avec admiration et émotion des Débats dont tous connaissent le rôle, et leur respect pour ma sœur en est accru.

Tu as dû savoir que la nouvelle que je vous annonçais vendredi du départ de Roques était exacte. Il a quitté Paris avant-hier. Un député de notre nuance avec qui je causais de ce départ m’a dit : Il va sur place s’informer si cette documentation, dont on nous a toujours parlé sans nous la montrer (plaintes étrangères), repose sur quelque chose de réel ou si elle est du domaine imaginatif de Berthelot. Il avait bien été question de Castelnau mais c’eût été une bêtise car en supposant que ce général ait en effet constaté qu’il y avait des fautes de Sarrail, on n’eût jamais tenu compte des affirmations d’un clérical comme lui. D’avance son rapport était taxé de parti pris. Roques, m’a ajouté mon parlementaire, n’est pas très fin. Arrivera-t-il à démêler les choses au milieu des intrigues saloniciennes ? Mais, en tout cas, c’est un honnête homme, et s’il trouve quelque chose à condamner il n’hésitera pas, et ses affirmations ne seront suspectées par personne.

Un de mes collaborateurs du temps de paix revient d’Italie où il avait été envoyé en mission. Il a constaté un assez fâcheux état d’esprit. Les Italiens sont aigris et peu bienveillants pour nous. Notre sympathique Tittoni travaille avec énergie dans un sens politique qui ne nous est guère favorable. Tu te rappelles l’éloge à tout casser qu’en avait fait Hanotaux et qui avait estomaqué les Italiens eux-mêmes ?

Du côté Vatican, ce serait également piteux. Gasparri ne voit presque jamais le pape. Ce dernier fait toute sa politique lui-même, aidé d’un jeune monsignor de trente-cinq ans qui ne sait rien des choses sur lesquelles il travaille.

De plus, l’échec roumain a eu une répercussion lamentable sur l’esprit public de la péninsule. Tout cela n’est pas fameux.

Notre correspondant m’envoie une lettre que nous publierons mais elle ne correspond pas tout à fait à l’exactitude de la situation, elle est d’un optimisme voulu et un peu de commande.

Ton affectionné

Et

[1] Pierre Lebaudy a fini sa permission.

[2] Il s’agit du mariage de Lucienne Rodocanachi (1895-1979), fille d’Emmanuel Rodocanachi (1859-1934), avec le comte Charles de Guibert (1890-19) le 30 octobre 1916 à Paris. Nalèche est témoin. Cf. lettre du 31 octobre 1916.

[3] Antoinette de Nalèche (1862-1946). Sœur d’Étienne de Nalèche. Religieuse de Saint-Vincent-de-Paul.

15 octobre 1916

15 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On nous dit que l’affaire d’hier au nord de la Somme et que le communiqué appelle la perte de quelques éléments de tranchée aurait été une tape assez sérieuse. Il est probable que tu sais à quoi t’en tenir là-dessus. On prétend même que nous serions arrêtés dans notre plan ?

On m’a remis hier un petit factum qui nous vient d’un poilu. C’est un appel à la révolte pour les soldats. Ce papier est imprimé à Paris à la Fédération des métaux. Il engage les soldats à déposer les armes, dénonçant les fauteurs et les profiteurs de la guerre et faisant l’apologie de Kienthal et des Kienthaliens. On le distribuerait chaque fois que cela se peut dans les tranchées. Cette feuille serait une émanation d’un comité qui s’intitule : « Comité pour la reprise des relations internationales » et qui siège 33, rue de la Grange-aux-Belles. Après avoir énuméré les hommes qui sont à la tête de ce mouvement dans chaque pays, il fait appel aux « Peuples qu’on ruine et qu’on tue ». Puis il termine par la liste des organisations qui ont adhéré à l’action de Zimmerwald. En avez-vous vu circuler des exemplaires dans votre secteur ?

L’aumônier du Val-de-Grâce qui donne des soins spirituels aux officiers allemands qui y sont en traitement a dit hier à Chantavoine [1] que tous ou à peu près étaient très sombres sur l’avenir de l’Allemagne et qu’ils considéraient la partie comme plus que compromise.

On dit beaucoup en ce moment qu’il y a une campagne allemande qui se fait contre l’emprunt. Le propos indiquant l’état d’esprit de nos paysans et que je te citais : Il ne faut pas souscrire parce que c’est pour la continuation de la guerre, serait dû aux manigances allemandes. Malgré tout, nos campagnards n’aiment pas beaucoup sortir leur argent et quand ils trouvent un bon prétexte ils n’hésitent pas à s’en servir pour conserver ce qu’il y a dans le bas de laine. Néanmoins, il y a certainement beaucoup trop de gens douteux chez nous et on les laisse circuler trop librement. Les caisses noires doivent fonctionner avec énergie.

J’ai reçu hier une lettre d’un militaire de haut grade en Indochine me parlant de l’envoi d’Annamites. Il me dit : « Nous devrions également vous envoyer des Chinois du Yunnan. Le consul allemand de Yunnan, Fou s’est mis en travers et a réussi à persuader aux autorités chinoises que ce recrutement constituait une violation de la neutralité. Le projet n’a pas eu de suite. C’est étonnant ce que les Allemands, qui sont encore nombreux en Chine, ont conservé de l’influence. On en donne comme explication qu’ils ont beaucoup d’argent à leur disposition, argent qui proviendrait des indemnités dues par la Chine pour l’affaire des légations et que le gouvernement chinois continue à verser à leur ambassadeur qui le distribue à ses compatriotes. Ils en profitent pour chercher à nous créer des difficultés, et on les retrouve derrière tous les soulèvements et brigandages de frontière.

Les Japonais travaillent beaucoup. Ils sont en train de s’emparer de tout le commerce maritime d’Extrême-Orient. Il y aura peut-être là une source de difficultés après la guerre entre eux et les Anglais. Chose curieuse, des Américains viennent se rendre compte du commerce indochinois. Ces Américains paraissent servir de façade à des maisons allemandes. Je crois qu’il y aura beaucoup de problèmes à résoudre en Extrême-Orient après les hostilités… »

Le général a parfaitement raison, et des sources de conflits se préparent sûrement là-bas. Les Japonais marchent de toutes leurs forces.

Au revoir, old man.

Et

 

[1] Henri Chantavoine (1850-1918). Homme de lettres. Journaliste, il collabore à La Tribune de l’Aube et au Journal des Débats.

14 octobre 1916

14 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Nous avons eu notre dîner [1] hier au soir qui fut assez nombreux, quatorze personnes. Je t’ai regretté car Bompard m’a raconté des choses assez amusantes. Il est vrai que j’étais à côté de lui et qu’il avait justement pris cette place pour me parler de la Turquie dont il avait des nouvelles récentes.

Tout le monde à Constantinople, Vieux-Turcs et Jeunes-Turcs, est absolument subjugué par l’Allemagne. Pour les partisans du comité, l’Allemagne continue à être la puissance militaire la plus forte qui emportera la victoire tôt ou tard.

Pour ceux qui étaient plutôt francophiles et pour ceux qui réfléchissent, il faut maintenant rester avec l’Allemagne car on ne peut songer à l’Angleterre et à la France qui ont cédé la Turquie à la Russie et que cette dernière ne lâchera pas le morceau. On se rend bien compte que l’Allemagne a perdu la partie telle qu’elle l’avait engagée, mais on croit qu’elle ne sera jamais assez battue pour qu’on puisse l’écraser et qu’elle s’en tirera. On est convaincu que si l’Entente ne peut plus être battue, l’Allemagne ne le sera pas non plus. Et en Turquie pénètre cette opinion que je t’ai signalée déjà dans d’autres pays, c’est que la bataille de la Somme est exactement la même chose que Verdun de l’autre et la preuve que les forces ennemies se contrebalancent. Il n’y a donc qu’à suivre sa voie et partager la fortune de l’Allemagne.

Talaat serait aujourd’hui le véritable sultan de Turquie, bien supérieur à Enver démonétisé, et Talaat dirait : Si c’était à refaire, nous ne le referions pas, mais puisque ça y est il faut aller jusqu’au bout. Il croit du reste à la reconnaissance de l’Allemagne s’attribuant, et il n’a pas tort, le salut de cette nation qui, sans eux, aurait été écrasée par les puissances de l’Entente.

Du reste, a ajouté Bompard, on ne se rend pas compte des trésors d’habileté que dépense le Kaiser pour s’attacher les Turcs. Quand ces derniers vont en Allemagne, ils sont l’objet des attentions les plus flatteuses, déjeunent, dînent à la table impériale au titre de l’intimité la plus cordiale. Ils ont les automobiles de Sa Majesté à leur disposition, et vous pensez si les Turcs se rengorgent !

L’empereur entretient une correspondance directe avec Enver et, suprême habileté, il lui demande parfois conseil comme à un des plus grands génies militaires. Enver, qui se croit très au-dessus de Napoléon, prend cela argent comptant.

Du reste, c’est une habitude de Guillaume de demander ainsi conseil à ceux qu’il veut s’attacher et qui jouissent de grandes réputations dans leurs pays respectifs, et l’ambassadeur me dit que l’empereur avait fait le même coup à Witte. Il lui avait dit : Vous allez me promettre une chose, c’est que chaque fois que vous penserez que je commets une erreur, dites-moi très franchement votre opinion et écrivez-moi. Witte, qui n’est pas non plus un modeste, sentit un frisson de gloire lui traverser l’échine. Il voulut mettre à profit l’impériale autorisation lorsque l’Allemagne prit Kiao-Tchéou. Il s’en vint trouver l’ambassadeur et, après lui avoir exposé le vœu de l’empereur concernant ses avis, il le pria de transmettre ses observations à Sa Majesté et ses raisons pour qu’il ne soit pas donné suite aux projets allemands. Naturellement, il ne reçut aucune réponse et en fut très mortifié.

Witte partit pour l’Amérique et eut à son retour une entrevue avec le Kaiser un an ou un an et demi environ après l’histoire ci-dessus. Le comique, c’est que l’empereur lui fit le même coup. Mais Sire, dit Witte, j’ai eu l’honneur déjà d’en soumettre certaines observations à Votre Majesté qui n’y a pas répondu. – Comment avez-vous donc fait ? – Mais je suis allé trouver votre ambassadeur, etc. Alors, le Kaiser : – Mais il ne faut jamais prendre la voie officielle, c’est à moi qu’il faut vous adresser. La prochaine fois vous irez trouver Mendelsohn [2] !

Le plus curieux, c’est que la chose se vérifia au moment d’Algésiras [3]. Tu te rappelles qu’à Algésiras on discuta trois mois pour ne pas laisser internationaliser les questions de frontière entre l’Algérie et le Maroc. Rosen [4], d’accord avec son gouvernement, résistait comme un diable. Witte en parla à Mendelsohn et l’empereur, séance tenante, rédigea une dépêche de sa main donnant ordre de céder sur ce point.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Le dîner de rédaction des Débats.

[2] Non identifié.

[3] La convention d’Algésiras est signée le 7 avril 1906 entre la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie. Elle prévoit de placer le Maroc sous la protection des grandes puissances européennes sous couvert de réforme, de modernité et d’internationalisation de l’économie marocaine. Théodore Roosevelt en est le médiateur. Cf. lettre du 21 mars 1916 où Nalèche cite Emilio Visconti-Venosta qui y représente l’Italie.

[4] Roman de Rosen (1847-1921). Russe. Baron. Diplomate. Ambassadeur de Russie au Japon et aux États-Unis pendant la guerre russo-japonaise. Il négocie notamment le traité de Porthsmouth (1905).

13 octobre 1916

13 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Tu me gâtes en ce moment et tes bonnes lettres sont les très bienvenues. Tu reconnaîtras quelques mots que tu m’as dits et dont j’ai fait tirer une petite fantaisie à Demaison. Je pense que ces emprunts ne t’ennuient pas étant donné surtout qu’ils n’ont aucun caractère professionnel. J’ai tout de même tenu à ce que le petit article n’ait pas uniquement le caractère de plaisanterie et que tout de même la note sérieuse fût au fond.

Eh oui, nous passons ici par des phases d’optimisme et de pessimisme. Je ne sais pas trop ce que pense et ce que dit le grand monde, je n’y fréquente pas beaucoup, d’autant que ce high life parisien est dans le fond très briandiste. Beaucoup de ces dames [1] s’imaginent qu’elles jouent un rôle important dans les destinées de la patrie. Sous couleur d’œuvres charitables ou de propagande, elles sont ravies de participer à la vie politique et elles ont naturellement un grand faible pour le gouvernement qui veut bien les entendre et parfois même leur confier quelques secrets. Mais dans la population, nous sentons très bien les courants qui se dessinent. Un vent de gloire avait soufflé, très entretenu par les hommes en place, et aujourd’hui ce vent est tombé à plat, même d’une façon inquiétante. Une chose me paraît mécontenter beaucoup le public, c’est le bruit qui circule que l’on va suspendre les sursis d’appel. Une grande quantité de gens ont rouvert leurs boutiques ou leurs ateliers, ont repris le cours de leurs affaires et se demandent avec angoisse ce qu’il adviendra de leurs entreprises. D’autres avaient repris l’habitude du foyer ; les en arracher une fois, bien, mais une seconde, l’enthousiasme n’y est plus. Ce rappel des sursis a encore un autre inconvénient, celui de faire réfléchir et de faire se demander : mais où en sommes-nous, à quel point manquons-nous donc d’hommes ? Il en résulte de l’inquiétude et je crains bien que cette dernière ne se traduise et ne se fasse ressentir sur l’emprunt que je n’ai pas lieu de croire très emballant.

À propos du manque d’hommes, on dit beaucoup ici que les Anglais s’étendraient jusqu’à l’Aisne. On prête à Briand une idée dont je ne sais si elle est réalisable. En tout cas, on dit que son intention serait de faire tenir toutes les premières lignes pendant l’hiver à nos Alliés. Les Français ayant soutenu le contact pendant deux hivers, ce serait le tour des Anglais. Je doute fort que l’on puisse faire accepter cela par le commandement britannique qui s’oppose toujours énergiquement à l’amalgame.

Je t’avais parlé du départ de Castelnau pour la Roumanie ou du moins de ce que nous en avait dit Camus [2]. Ce n’est naturellement pas exact, on dit que c’est le général Berthelot [3] qui va là-bas. Je trouve la situation des Roumains bien inquiétante malgré ce que nous en a dit hier La Guiche. Dans quelques semaines évidemment, s’ils peuvent tenir, le danger sera conjuré, il n’en est pas moins vrai que nous allons avoir quelques semaines bien angoissantes. Ce ne serait pas seulement au point de vue militaire que l’insuccès roumain serait dangereux pour nous, mais les Allemands trouveraient là bien des approvisionnements de toute nature. Espérons quand même. Les Italiens ont bien été, eux aussi, à un cheveu de l’invasion. Que le cheveu roumain reste encore entre eux et les Allemands. Le conseil général de Roumanie ne partage pas l’optimisme du général, il nous a tenu des discours dans lesquels se manifestait bien de l’inquiétude. Croirais-tu qu’en plus de leurs folles illusions sur la Bulgarie et son attitude, les Roumains ont reçu des Russes le conseil de marcher en Transylvanie et que ces avis ont eu la plus grande influence sur les décisions de l’État-Major roumain. Ce dernier en garde le plus grand ressentiment.

Nous sommes violemment pris à parti en Italie par le journal l’Idea nazionale à cause de nos articles sur la Yougoslavie. Cette feuille nous accuse, Gauvain, Quirielle et moi, d’être des gens de mauvaise foi car ils savent bien que nous ne sommes pas des imbéciles. L’Idea nazionale en appelle à M. Philippe Berthelot. Avant de vouloir nous faire taire, ils feraient mieux de faire taire leurs journaux car nous n’avons jamais donné que des citations de leurs propres feuilles. Tu sais du reste combien en Italie il y a de germanisants. Je lisais avant-hier un rapport confidentiel sur la situation en Italie, et le rapport donnait des extraits d’une certaine presse dans laquelle les Italiens étaient la cause de la victoire de la Marne, que c’était à eux que la France devait son salut parce qu’… ils n’avaient pas bougé ! Et pour eux, la question de l’Adriatique c’est leur Alsace-Lorraine.

On fait courir le bruit ici que le czar aurait enfermé son épouse dans un château parce qu’elle livrait tous les secrets et tous les plans. C’est toujours cette histoire de trahison. Il se peut qu’elle se soit un peu retirée de la cour, mais ce doit être pour se soigner si elle est malade. On disait cela aujourd’hui à la Préfecture dans les bureaux, je me hâte de le dire.

Au revoir, old man.

Ton Et

[1] Nalèche fait allusion à Mme de Béarn, Mme de Ganay, Mme d’Haussonville, etc. Cf. lettres des 10 octobre 1915, 21 mai 1916, 8 octobre 1916, 19 février 1917, 28 juin 1917, 25 août 1917.

[2] Cf. lettre du 9 octobre 1916.

[3] Henri-Mathias Berthelot (1861-1931). Militaire. Général. Il arrive en Roumanie, à Iasi, le 15 octobre 1916 à la tête d’une mission militaire et reconstruit l’armée roumaine durant l’hiver 1916-1917.

12 octobre 1916

12 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai reçu aujourd’hui un certain nombre de visites intéressantes. Pendant que je causais avec le prince Sixte de Parme, on me passe la carte du général de La Guiche que j’ai fait entrer en même temps. Il s’en est suivi une conversation générale qui n’a pas été par trop ennuyeuse. Sixte était allé à Verdun accompagné par notre ami Pernot et ils ont même eu la satisfaction d’avoir leur auto démolie et incendiée par un obus avec tout leur fourniment. Sixte est à l’armée belge dans l’artillerie. On bombarde tranquillement de part et d’autre, démolissant des ouvrages que l’on reconstruit aussitôt, et, comme il est entendu qu’il ne doit pas y avoir d’attaque d’infanterie, cela ne sert à rien sauf, dit-on, à accrocher les Allemands à ce point, sur quoi Sixte reste très sceptique. On sent chez ce garçon la souffrance de ne pouvoir jouer son petit rôle dans l’armée française.

La Guiche est arrivé. Présentations. Tu connais le général, tu sais combien il est aimable et gracieux. D’une façon générale on regrette qu’il ait été ainsi rappelé. On croit que c’est un coup de fil de Paléologue un peu jaloux de la situation personnelle du général. Naturellement pas un mot de cela. Au contraire, La Guiche nous a dit sa satisfaction de pouvoir ici reprendre contact et enfin combattre dans son arme. Avec la plus grande modestie, il nous a dit : Il faut que maintenant je m’instruise car, en réalité, je n’ai pas vu la guerre. Celle que j’ai été à même d’étudier sur le front russe est tout à fait différente de la nôtre et dès que je me serai mis au courant, j’espère partir pour le front.

Je lui ai fait part des craintes que Laurier m’exprimait. L’état d’esprit que je te signalais est absolument vrai, surtout depuis trois mois. On est là-bas anglophobe, francophobe, etc., et il y a beaucoup de bulgarophiles. On est en réalité xénophobe. À mon avis, malgré tout, aucune crainte de rapprochement. L’empereur et le peuple sont d’accord pour aller jusqu’au bout, et ils iront. « Ne vous préoccupez pas de la situation russe, même si vous voyez de nouvelles retraites qui impressionneraient terriblement en France, six cents kilomètres ne sont rien pour les Russes. Au contraire, quelques échecs sont pour eux une bonne chose, dans le succès ils s’endorment ».

Le prince questionna sur le commandement. Il est bon, répondit le général, il y a quatre excellents généraux. Je fis observer que l’on m’avait dit le haut commandement excellent mais l’officier de troupes détestable. C’est bien l’avis du général qui ne dit pas détestable, mais évidemment très différent de notre admirable corps d’officiers.

Le prince lui a demandé ce qui allait advenir du Nord et de l’offensive prévue. Ici, le général a laissé entendre que c’était difficile, qu’à cause de nous on avait attaqué et que deux corps d’armée y avaient été pris et que dans cette région on vivait un peu dans l’idée de l’invincibilité des Allemands et que l’on ne semblait pas oser…

Du reste, le général reviendra me voir à son retour de la campagne où il va demain voir sa mère qu’il n’a pas vue depuis quatre ans.

Un de mes petits-neveux, maréchal des logis de dragons qui, malgré ses notes excellentes, n’a pu passer sous-lieutenant bien qu’ayant fait toute la campagne, est venu dîner avec moi hier. Le moral, d’après lui, n’est plus le même, on ne trouve plus aussi facilement les bonnes volontés, on trouve que c’est long.

J’avais causé ce matin avec une compétence au sujet de l’affaire roumaine, cette compétence était inquiète. Sur deux points, les Austro-Boches sont sur le versant roumain des Carpathes. Le général de La Guiche a néanmoins confiance, il est persuadé que les Roumains réagiront, mais ils comptaient sur deux cent cinquante mille Russes et n’avoir pas à défendre la Dobroudja. Ils auraient voulu éviter à tout prix la guerre avec la Bulgarie. Mais les Russes sont très roumanophobes…

Au revoir, mon vieux.

Et

11 octobre 1916

11 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je n’ai pas eu une minute de la journée pour t’écrire. Excuse-moi si tu n’as pas ta pitance quotidienne. Je n’aurais du reste rien de bien intéressant à te conter. Un représentant de compagnie d’assurances nous a dit que le Syndicat des compagnies avait reçu l’avis du torpillage de soixante bateaux depuis huit jours. Il a même prétendu que deux contre-torpilleurs auraient été coulés dans les eaux américaines. Je ne crois guère à ce dernier racontar. Qu’auraient été faire là-bas nos contre-torpilleurs ? Ainsi je t’avais dit que l’escadre de Brest, dont fait partie François de Chevigné, avait reçu l’ordre de partir pour les Antilles [1]. Tout le monde la croyait là-bas et nous venons de recevoir des nouvelles. Elle est en Méditerranée. Elle avait un pli à ouvrir en pleine mer qui changeait sa destination.

Un de mes jeunes gens qui devait être rendu à Alger dimanche et avait quitté Paris mercredi sur l’avis de la compagnie était encore à Marseille lundi.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 9 septembre 1916.

10 octobre 1916

10 octobre 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

Nous voici en plein dans la série à la noire. Succédant à cette période d’optimisme à outrance, ce mauvais tournant assombrit le moral et je ne sais pas jusqu’à quel point l’emprunt ne s’en ressentira pas. Un de mes vieux camarades dont je t’ai parlé qui est à la Caisse d’épargne postale [1] me dit que les retraits sont très gros en ce moment, mais il se demande si tous sont bien destinés à la souscription. D’autre part, un de mes quasi-compatriotes qui rentre d’une tournée en Corrèze et qui a pu causer un peu avec tout le monde, me dit que dans cette partie de la province il ne se manifeste aucun emballement, bien au contraire. Chacun dit : Il ne faut pas donner son argent, cela ferait durer la guerre. Les paysans ne sortent pas de cet axiome qui n’est pas de nature à aider à remplir les caisses. Le raisonnement est imbécile mais il est ancré. D’autre part, les mesures fiscales prises aussitôt le dernier emprunt n’ont pas accru la confiance, le nouvel appel reste donc avec un gros point d’interrogation. Il paraîtrait même que des poilus écriraient à leurs familles de ne pas souscrire.

On me signale de Genève une effervescence très grande parmi les neutralistes. Le Bonnet rouge attaque avec assez de violence un de nos collaborateurs suisses qui avait fait allusion dans un article à cette Entente ou convention militaire dont je te parlais. Le Bonnet accuse Muret d’être un tracassier jetant la zizanie partout. Ce journal prend texte d’un article de Wagnière [2] dans Le Journal de Genève qui reproche à Muret d’avoir fait des allusions de ce genre. Mais si l’on va au fond des choses, on s’aperçoit que Wagnière est un ancien chancelier du gouvernement fédéral et que de plus il lutte contre l’extension de La Gazette de Lausanne à qui il a enlevé Bonnard et ne se soucie pas de voir la réputation d’un rédacteur grandir chez la concurrence. Son ancien titre de chancelier fait qu’il cherche toujours à voiler la face du gouvernement. C’est la revanche des caillautistes.

À Genève, nous faisons toujours des gaffes comme propagande. Au moment même où l’on organisait pour cet hiver une série de conférences faites par nos plus illustres hommes de lettres, le Touring-Club annonce une grande manifestation à laquelle il convie la ville et la campagne et quel programme mettent-ils sur leurs affiches : « Leur Kultur ». Tu vois l’effet. Immédiatement, les protestations s’organisent, les pétitions circulent et notre programme est compromis. La Rue François-Ier a envoyé Jouvenel à Berne pour s’occuper un peu de nous. On lui a adjoint un autre monsieur qui, lui, est plus au courant des choses suisses. C’est à peine s’ils ont ensemble quelque rapport. Chacun travaille de son côté. Toujours la même organisation. Je crois que nous pourrions rester en guerre dix ans nous ne gagnerions pas un iota.

Malvy vient de nous dire que les mesures contre la Grèce étaient imminentes. Jusqu’à ce qu’elles l’aient été il faut se réserver. C’est aujourd’hui qu’expirait le délai, et le ministère vient d’être formé…

Il m’arrive à l’instant un homme d’ici qui est à Tahure. Il me dit que dans son entourage l’esprit n’est pas fameux, que le Conseil de guerre siège deux fois par semaine à Somme Suippes et qu’il y a toujours trois ou quatre condamnations à mort. Il me dit comme Laurier que les effectifs sont réduits au plus haut point.

Amitiés, mon vieux.

Et

[1] Cf. lettre du 24 septembre 1916.

[2] Georges Wagnière (1896-1902). Suisse. Diplomate. Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de la Confédération suisse près le roi d’Italie.

9 octobre 1916

9 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ta lettre du 7 est le bon sens même et je suis tout à fait d’accord avec toi. Néanmoins, je vais laisser venir Cochin et l’écouterai [1]. Il ne faut pas les rejeter de premier abord, et ce doit bien être ton avis. Je pense du reste que ces belles propositions auront le sort des précédentes et s’arrêteront d’elles-mêmes quand on saura d’une façon bien nette que, quelque apport que l’on puisse faire, il ne sera toléré aucune intervention dans la direction politique du Journal. Nous causerons de tout cela dans quelques jours puisque ta lettre nous laisse espérer une très prochaine arrivée.

Je t’ai parlé hier d’une entrevue que j’ai eue avec un de nos amis. J’ai trouvé un homme qui certainement travaille beaucoup et a fait quelques bonnes choses pour améliorer ses services. Mais j’ai senti dans sa conversation que l’aréopage dont il fait partie est très divisé ou du moins séparé en deux tranches. Nous sommes, m’a-t-il dit, un aréopage quasi inviolable pour le moment, mais vraiment il y en a un qui fait de la sale besogne. Propagande enragée en faveur de son parti. On ne voit que cela. Tu devines de qui il voulait parler. Parlant des difficultés qu’il rencontre, il m’a dit : Je suis obligé de préparer tout pour un autre hiver car, si je ne le faisais pas, dans deux mois il serait trop tard. Vous voyez comme c’est commode car pour rien au monde il faudrait que l’on sache que je m’occupe de passer des marchés pour l’année prochaine, et cependant c’est une nécessité car il ne faudrait pas être pris au dépourvu.

Les Roumains (et il me disait cela samedi) ne sont que de fort médiocres soldats et se battent très mal. Il m’a confirmé un renseignement que j’avais eu d’autre part, c’est que nous avions demandé aux Russes d’envoyer en Dobroudja les quatre brigades qui nous étaient destinées, ce qui a dû être fait.

Il m’a fait une sortie assez vive contre les militaires professionnels – C’est à devenir antimilitariste, m’a-t-il dit, et je crois bien que je le deviens. Croiriez-vous que lorsque ce grand fait du déclenchement de la Roumanie s’est produit, impossible de causer ici avec les chefs. Ils ne voulaient pas venir s’expliquer. L’un était à droite, l’autre était à gauche, trop occupés pour se déranger. Il a fallu un ordre véritable pour les faire venir, encore sont-ils arrivés dans une disposition d’esprit grognonne. (Je te passe les détails, il y en a de piquants). Ces gens sont toujours à trois mois de la victoire, et cela depuis le commencement.

On m’a affirmé que la Suisse avait conclu une convention militaire avec l’Allemagne, cela se pourrait bien. En as-tu entendu parler ? Il y a assez longtemps qu’on le soupçonnait mais sans que l’on ait de précisions.

As-tu su que Castelnau serait parti pour la Roumanie ? Nous tenons la nouvelle d’un des officiers d’ordonnance du général, le commandant Camus [2], et Hutin [3], qui l’avait laissé entendre ce matin dans L’Écho de Paris, nous a valu un avis de la censure nous demandant de ne pas reproduire un passage de L’Écho disant « que le chemin de Bucarest demeure fermé aux Austro-Boches et que la Roumanie aura bientôt les conseils d’un général français porteur d’un nom illustre ». Défense également de donner une note Havas disant à peu près la même chose et échappée à la censure de nuit.

Ce matin, j’ai reçu la visite débordante de reconnaissance de mes Grecs qui ont été impressionnés par la façon dont j’avais publié leur mémoire. Ils ont pris mille numéros qu’ils doivent donner dans l’armée grecque. À propos de la Grèce, je reçois une lettre d’un camarade qui est à Corfou. Voici ce qu’il me dit : « À Corfou en particulier, le pays est profondément emboché ; c’était la ville natale des Théotokis. Ils sont révérés à l’égal des grands hommes et, comme ils avaient accumulé les faveurs sur leur île, toute la population leur avait emboîté le pas. Nous sommes ici en plein milieu hostile et il faudrait beaucoup de fermeté pour mater tous ces gens-là. Malheureusement on en manque : On ne prend que des demi-mesures qui, en montrant notre indulgence trop grande, sont plus nuisibles qu’utiles. Notre situation militaire est excellente, mais il faut préserver le pays entier de cette idée que nos opérations sur la Somme sont un échec relatif, de la même manière que l’offensive sur Verdun en est un pour les Allemands. Il ne faut pas dire : Au taux de un kilomètre d’avance par semaine… mais il s’agit de tuer le plus de Boches possibles. »

De cette lettre, ce que je retiens c’est que ce sont toujours les demi-mesures qui sont à l’ordre du jour comme partout et l’effet au loin produit par la bataille de la Somme. Il est vrai que la théorie est savamment exploitée.

Je viens de causer à l’instant avec un grand industriel qui m’a dit qu’en ce moment l’Amérique nous joue les plus sales tours avec nos marchés.

Ces marchés ont été passés ; on doit livrer ; on voit un bonhomme arriver qui dit à l’État français : Désolés, nous nous sommes trompés dans nos calculs, nous vous demandions cent trente dollars, nous ne pourrons livrer que pour cent cinquante. On discute mais on se trouve en face d’un monsieur qui vous dit : À votre aise, ce sera cent cinquante dollars ou rien.

De plus, on voudrait maintenant ne laisser sortir d’argent au moment de l’emprunt que le strict nécessaire et, pour prendre livraison de marchandises, on ne peut y arriver que bribes par bribes en justifiant de la nécessité absolue pour l’armée.

Au revoir, old man.

Et

 

[1] Cf. lettre du 5 octobre 1916.

[2] Pierre-André Camus. Commandant.

[3] Marcel Hutin (1869-1950). Journaliste. Pionnier du grand reportage. Collaborateur de l’Écho de Paris. Pseudonyme de Marcel Hirsch.

8 octobre 1916

8 octobre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Une petite affaire m’a amené hier chez notre ami Thierry avec lequel j’ai causé une bonne demi-heure à la Guerre. Je te parlerai une autre fois de cette entrevue.

Tu as dû suivre sur les gazettes l’incident de la commission des Affaires extérieures. Tu te souviens que je t’avais parlé du coup de téléphone d’un de ses membres qui s’était vivement plaint de l’injustice du journal à l’égard des travaux de la commission et que notre article allait amener un incident. Nous nous en sommes réjouis car, à ce point de vue-là, tout ce qui pouvait remuer les apathies est une bonne chose.

Une délégation de la commission s’est rendue chez le président du Conseil et a tenu le langage le plus ferme. Après la réunion, la commission avait rédigé un ordre du jour assez vif. Prompte comme la poudre, la censure avait reçu l’ordre de caviarder cette note. D’où fureur des membres de la commission et injonction d’avoir à publier la note dont, cependant, on adoucit les termes. L’inaction de Briand sur ce point est quelque chose d’extraordinaire. J’ajoute même qu’elle est coupable.

Tu auras lu qu’un complot a été découvert à Bucarest. Je sais par l’Intérieur que cette conspiration d’espionnage a sévi aussi. On vient de mettre la main sur un nid d’espions. Naturellement, et on a bien raison, on n’en parle pas. Mais tous ces services d’espionnage étaient composés d’un certain nombre d’Américains du sud, de Mexicains et malheureusement aussi de quelques Français. On sait même les sommes que ces gens ont reçues. Quelques-uns ont touché cent ou cent cinquante mille, parfois trois cent mille. Le but était d’abord de renseigner et aussi de faire sauter certains édifices, notamment celui des Invalides où l’on fait certaines expériences.

Nous avons eu hier une réunion à l’Institut dans le joli appartement habité par Widor et qui est situé au coin du palais sur le quai [1]. Je ne crois pas que ce soit très confortable à habiter mais c’est tout à fait charmant. L’aréopage se tenait dans un salon en rotonde décoré de boiseries simples mais jolies. L’appartement sentait bon, ce qui est rare dans un établissement de l’État, et fait honneur aux soins et à la propreté de notre musicien. Mme Max [2], du reste, doit y être pour quelque chose. Il y avait là Bergson, Saint-Saëns [3], Bonnat [4], d’Eichthal [5], de La Tour, Geoffray, etc. On s’occupait de la réception des académiciens espagnols auxquels on va donner l’hospitalité pendant huit jours et on leur en flanquera des plaisirs, je ne te dis que ça. Déjeuners, dîners, discours, une visite au front et deux excursions à Versailles et à Fontainebleau. Naturellement, Mme de Ganay, qui est de tout et qui veut jouer un rôle extraordinaire dans notre République, a mis Courances [6] à la disposition des organisateurs pour le cas où, trouvant des automobiles, on voudrait aller luncher en traversant la forêt. Fin octobre, la saison n’est pas bien fameuse, mais on demandera des automobiles à la Guerre pour que Mme de Ganay puisse faire son chichi de femme de haute intellectualité et acquière sa réputation de type accompli de la femme française.

À Versailles on fera jouer les petites eaux, mais, comme parfois nos braves gens retour d’Espagne demandaient s’il ne fallait pas faire intervenir le gouvernement avec quelque représentation de gala, etc., l’un des membres présents a dit avec sagesse : N’oublions pas que ce sont des neutres et ne faisons pas jouer les grandes eaux. Il vaut mieux les réserver pour des envoyés amis et alliés. Petites et grandes eaux sont simplement un symbole. Puis, Geoffray a un peu contristé nos académiciens en leur montrant que tout cela était très bien mais que la mission académique qu’on nous envoyait était assez loin de représenter le coefficient de valeur que notre mission en Espagne avait représentée. À part deux ou trois noms comme celui de Pérez Galdos [7], tous les dix ou douze autres étaient loin d’avoir une réputation égale à celle de nos plus ou moins immortels qui étaient allés là-bas. Cette idée que peut-être on pouvait envoyer du menu fretin a un peu assombri les fronts enthousiastes de nos apôtres. Dans le fond, Geoffray disait la pure vérité. Rien n’est dangereux, vois-tu, pour nous Français, comme les réceptions officielles à l’étranger où il y a un roi, une cour. Nous sommes tellement heureux de nous entretenir avec un monarque que nous nous figurons n’être jamais assez dignes de pareilles faveurs. Cet état d’esprit est la grande faiblesse de notre diplomatie.

Ton vieil

Et

[1] Le Palais Mazarin abrite l’Institut de France, 25, quai de Conti, Paris, VIe.

[2] Mme Max.

[3] Camille Saint-Saëns (1835-1921). Compositeur, pianiste et organiste. Membre de l’Académie des beaux-arts.

[4] Léon Bonnat (1833-1922). Peintre, portraitiste. Second prix de Rome (1857). Membre de l’Institut.

[5] Eugène d’Eichthal (1844-1936). Directeur de l’École libre des sciences politiques (1912-19). Il écrit de nombreux ouvrages sur le socialisme.

[6] Le château de Courances à Milly-la-Forêt appartient à Jean (1861-1948), comte de Ganay, et à son épouse née Berthe de Béarn qui font remanier le parc. Il est situé à 50 km au sud de Paris.

[7] Benito Pérez Galdós (1843-1920). Espagnol. Écrivain, romancier, dramaturge et journaliste. Grand romancier réaliste.