Archives mensuelles : septembre 2016

19 septembre 1916

19 septembre 1916

 

René Bazin est venu me voir ce matin. Il me donne des renseignements sur la situation des Allemands dans les pays envahis qui concordent tout à fait avec ceux que j’ai reçus il y a trois ou quatre jours du jeune Bigo-Danel [1]. Les habitants de Lille sont beaucoup moins malheureux que les Allemands. Nourris par les services de ravitaillement américains, ils sont l’objet des sollicitations des soldats qui viennent mendier leurs restes, se cachent pour les emporter et les envoyer à leurs familles. Ces faits sont tellement identiques que je crois qu’ils ont la même origine, un industriel de Lille rapatrié il y a une quinzaine de jours [2].

Au déjeuner d’hier, c’était Pichon à côté de qui je me trouvais qui m’avait raconté l’anecdote que j’avais notée hier. Pichon qui suit Clemenceau, ne voulait plus du Comité secret, et comme un de ses collègues lui faisait observer que si Humbert voulait développer son article, du reste bien dangereux, d’hier matin, il faudrait dans les cinq minutes ordonner le Comité secret. « Vous croyez donc, a dit Pichon, que l’Allemagne n’est pas informée, mais mes propres renseignements me permettent de dire que dans les plus petits détails elle connaît tout. – Cela se peut, mais est-il bien nécessaire de donner à tous les espionnages que la Germanie recueille une estampille officielle ? » Mais voilà, il faut plaire à Clemenceau quand on juge qu’il va peut-être distribuer les maroquins.

J’ai reçu aujourd’hui la visite de notre correcteur [3] qui est en Champagne à la formation russe. Il a l’occasion de voir tous les poilus du front, et il les voit en leur véritable qualité de poilus puisqu’il les douche. Il recueille alors chez ces gens-là l’expression de la vérité toute nue, c’est le cas de le dire. Or voici ce qu’il nous raconte sur la répercussion des propositions allemandes. Les Boches, dont les tranchées sont à vingt-cinq mètres des nôtres, sont sortis en disant : Pas kaput, intéressant, quelque chose à dire. On les a laissé faire et ils ont jeté des ballots de papiers contenant la proclamation en français ! Les soldats les ont immédiatement eng… en leur disant : menteurs ! fumistes, etc. Four complet.

D’autre part, Simond [4], de L’Écho de Paris, nous disait hier et nous affirmait même que des divisions, à la suite de la propagande faite dans nos tranchées, avaient absolument refusé de marcher. Simond est toujours un peu apocalyptique. Je crois qu’il faut estimer que pour l’instant la manœuvre allemande n’a pas eu grand succès, mais on ne sait pas quel courant déterminera ici ou là ce magnifique mot « la Paix ».

On s’accorde bien à dire que le nouveau généralissime a de la valeur bien qu’il soit inférieur à Pétain. Un petit fait le diminue considérablement à mes yeux. Une fillette que je connais particulièrement et qui n’a qu’une quinzaine d’années, désireuse d’enrichir sa collection d’autographes, a écrit au général sans être connue de lui autrement que par quelque vague relation commune. Le général a répondu quatre ou six grandes pages d’une phraséologie pompeuse, jeunes filles françaises, grâce, charme, vertu, patriotisme, etc. Il ne s’est pas borné à cette réponse. Il a écrit de nouveau hier. Vraiment, il me semble que le commandant en chef de nos armées devrait avoir autre chose à faire qu’à écrire des lettres ampoulées à des gosses amateurs d’autographes. Mon Dieu, en y réfléchissant, les soldats du Premier Empire avaient, eux aussi, cette manie littéraire.

L’incident d’Athènes a été plus ridicule encore que nous le supposions. L’amiral Dartige du Fournet traîne avec lui une femme qu’il avait remisée à Malte, mais les Anglais ont exigé son déplacement et son fol amant l’avait, paraît-il, installée à Athènes. C’est chez elle, le croirait-on, que le pauvre amiral fut bloqué. Deux escadrons ou régiments de cavalerie grecque ont cerné la maison pendant qu’on assassinait nos officiers et soldats et, une fois l’opération terminée, ont ramené le grand chef au Pirée. Je tiens cela de gens dignes de foi et la chose est parfaitement vraisemblable.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Omer Bigo (1871-1942). Fils d’Émile Bigo (1836-1919), imprimeur. Président du Comité des houillères du Nord, conseiller municipal de Lille et de Loos.

[2] Non identifié.

[3] Il s’agit d’Édouard Lacroix. Cf. lettres des 2 juin 1918 et 18 octobre 1918.

[4] Henry Simond (1863-1937). Directeur de l’Écho de Paris (1900-1937).

18 septembre 1916 [2]

18 septembre 1916 [2]

 

Mon cher Pierre,

 

Je te parlais hier des automobiles blindées [1]. Tous les journaux ce matin sont pleins des prouesses accomplies par ces monstres. Quelques-uns ont plus de dix mètres. Ce doit être extrêmement curieux à voir marcher. Le secrétaire général de la Présidence, Saincère [2], nous disait ce matin que l’invention en était française et donnée aux Anglais pour l’exécution. Peut-être avions-nous trouvé cela chimérique et les Anglais l’ont-ils réalisé. Si tu te rappelles un roman de Wells [3] qui se déroule dans une guerre balkanique, il est question d’une invention de ce genre sous forme d’éléphant qui montait et descendait les pentes et n’était pas arrêté par les tranchées.

Si tu as lu Le Temps d’hier, il dénonçait le vandalisme qu’on allait commettre à Toulouse en transformant l’hôtel de Dubarry [4], le Roué, en des services de santé. L’hôtel était un bijou mais je ne savais pas qu’il y restât tant de belles choses car, au moment de la loi des congrégations, les Visitandines qui l’habitaient avaient vendu énormément de choses pour quelques francs. Des portes notamment avaient été enlevées pour une somme infime, et quelques jours après, Doucet [5] les rachetait trente mille francs au brocanteur qui les avait acquises.

Il y a dans les environs de Toulouse, à six ou sept kilomètres, une délicieuse maison, construction genre Légion d’honneur, qui fut construite par Jean Dubarry, Dubarry l’honnête, et qui appartient aujourd’hui à une épicière retraitée qui laisse les poules venir sur les jolis parquets et qui laisse tout dégringoler, et c’est dommage car c’est un petit joyau.

Signe des temps ! Je viens de recevoir une longue visite d’Hanotaux homme comme lui se soit dérangé dans l’unique but d’échanger quelques grands pensers avec ton serviteur. Quand on m’a remis sa carte j’ai frémi, je redoutais que ses sentiments italianissimes ne l’aient poussé à quelque démarche auprès de moi pour me rallier à l’empire adriatique. Je me voyais une longue discussion en perspective qui pourrait bien rouler aussi sur la dislocation de l’Autriche-Hongrie. Je suis très ferme dans mes convictions mais je suis un piètre défenseur de ces dernières, et les gens qui ont des idées fausses ont toujours des arguments tellement extraordinaires que parfois ils vous désarçonnent. Il faut le bon sens calme et clair doublé d’une science profonde d’un homme comme Gauvain pour rouler ces gens-là dans la farine. J’ai envie de leur dire : Mais vous êtes idiot, mon garçon, et ce genre de réponses ne va pas avec les autorités reconnues et notoires. Grâces à Dieu il n’en était rien, et Hanotaux m’a au contraire dit une foule de choses agréables, que notamment nous avions un grand rôle à jouer, que le concurrent se déconsidérait chaque jour, que nous devrions bien examiner s’il n’y aurait pas quelque chose à faire pour que nous soyons un peu là à la fin de la guerre. Grand éloge des Gauvain et des Bidou de compétence universelle et reconnue comme telle. De tous les côtés on me dit cela, mais quoi faire ? Quoi faire ? Dans cette incertitude, je continue mon bonhomme de chemin, je tâche de faire de mon mieux, peut-être qu’à un moment donné il se présentera un tournant exceptionnel qui fera de nous quelque chose de considérable.

Au revoir, old man.

Et

 

Ci-joint une c…ie qui circule dans les rédactions.

 

[1] Cf. lettre du 17 septembre 1916.

[2] Olivier Sainsère (1852-1923). Avocat. Conseiller d’État honoraire. Ancien préfet. Secrétaire général civil de la présidence de la République (octobre 1915-1918).

[3] Herbert-George Wells (1866-1946). Anglais. Écrivain, auteur de romans satiriques et de science-fiction, La Machine à explorer le temps (1895), La Guerre des mondes (1898).

[4] L’hôtel Dubarry, place Saint-Sernin à Toulouse, est construit par Jean-Baptiste Dubarry, dit Le Roué, en 1777. Il est arrêté comme suspect en 1793 et guillotiné en 1794.

[5] Jacques Doucet (1853-1929). Couturier au 21, rue de la Paix, Paris, IIe. Collectionneur et mécène.

18 septembre 1916 [1]

18 septembre 1916      [1]

 

Mon cher Pierre,

 

Ta lettre qui m’est parvenue ce matin m’a fait grand plaisir car il y avait assez longtemps que j’étais sans nouvelles et ton dernier mot m’annonçait ton changement avec beaucoup de besogne. Tout est bien puisque te voilà rentré. Je suis bien heureux que mon informe bavardage te donne un peu de distraction. À moi, il me donne le plaisir d’être quelques instants chaque jour avec toi.

J’ai eu ce matin une longue conversation avec Triantaphyllidès que je t’ai nommé déjà plusieurs fois et dont je t’ai défini la situation de président du congrès des colonies helléniques. Il était très ému et très inquiet. Le roi, m’a-t-il dit, serait tout à fait dans l’état d’esprit d’un homme à faire un coup. Et ce coup, il pourrait le tenter très prochainement si les Alliés n’y avisent pas et dans le plus bref délai. Le ministère est complètement boche, y compris le ministre des Affaires étrangères complètement dans la main du roi et entièrement contre Venizélos.

Les ligues que Zaïmis s’était engagé à dissoudre existent toujours, elles ont même resserré leurs liens en faisant une association secrète politique dont le but est d’appliquer les projets royaux. La garnison d’Athènes est chaque jour renforcée de troupes choisies et prises dans les centres gounaristes. Ici, à Paris, on subirait les influences les plus hostiles à Venizélos et on a répondu aux avertissements de Triantaphyllidès qu’on était informé et que l’augmentation de la garnison était presque nulle, par conséquent sans danger. À cela, Triantaphyllidès répond qu’il y a ici cinq ou six agents royaux qu’on écoute, que l’on ne veut pas entendre l’autre son de cloche. Devant Athènes, nous avons des transports remplis de troupes qui attendent depuis longtemps un débarquement auquel s’opposent l’Angleterre et la Russie. Le prince André [1], frère du roi, est à Londres l’hôte de sa tante et démontre au roi George que son frère serait bien volontiers avec l’Entente personnellement, mais que c’est la nation, l’armée, l’état-major qui ne veulent pas en entendre parler et il fait une démonstration qui paraît éclatante par la formation de ces ligues de réservistes, etc.

Lorsque le coup sera fait par Constantin, coup de folie c’est entendu, mais qui aura comme conséquence le bombardement d’Athènes et le recollage de tous les partis dans la même hostilité à l’Entente.

Ici comme à Londres, on ne veut pas reconnaître la puissance du mouvement de défense nationale de Salonique. On s’obstine à le considérer comme inexistant alors, dit Triantaphyllidès, qu’il a déjà avec lui plus de trente mille hommes dont six mille combattent avec les nôtres sur la frontière. Triantaphyllidès préconise l’emploi de ses forces pour marcher dans la Macédoine orientale. Sarrail demande des hommes, dit-il, qu’il prenne ces Grecs qui ne demandent qu’à combattre.

Je t’ai exposé à peu près ce que m’a dit cet homme. Au cours de la journée, j’ai eu l’occasion de traiter la question avec l’entourage de Briand, notamment avec Alter ego. À ses réponses, j’ai compris qu’il y avait beaucoup de vrai dans ce qui m’avait été dit, mais on ne croit pas que les choses aillent aussi vite que le pense Triantaphyllidès. En Russie on serait moins hostile à des mesures, mais en Angleterre on reste opposé. L’ennui, vois-tu, c’est toujours cette sacrée intimité qui règne ici et qui tend à faire temporiser, et, à force de temporiser, on en arrive à l’obligation de faire des choses énormes qui coûtent existences et argent alors qu’une simple démonstration faite à propos aurait suffi. Toujours le même système.

Ceci me rappelle un mot d’Ignatiev à côté de qui je déjeunais. C’est un fou, mais les fous ont parfois du génie. Je parlais de je ne sais quelle mesure concertée par l’Entente : Ah ! ça doit être une gaffe ! – Sûrement.

À toi.

Et

 

 

[1] André, prince de Grèce, est le dernier fils de Georges Ier, roi de Grèce, le frère de Constantin Ier, roi de Grèce, et le neveu d’Alexandra, reine-mère de Grande-Bretagne, elle-même veuve du roi Édouard VII et sœur du roi Georges Ier. Le roi de Grande-Bretagne, George V, est donc le cousin d’André, prince de Grèce.

16 septembre 1916

16 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai eu la visite aujourd’hui d’un de mes amis qui est arrivé de la  cette nuit. Il m’a dit les choses les plus intéressantes car il a vu toutes les armées depuis l’armée anglaise jusqu’à Chaulnes. Il a suivi toutes les opérations, et, à son avis, on n’a jamais été aussi près de la Grande Victoire. Malheureusement, si j’ai bien compris, il y a des retards au nord et peu de succès chez Midi … dont, je crois, l’objectif est abandonné. Il est malgré tout très optimiste, et cela m’a un peu réconforté car c’est un esprit critique très fin, très avisé et très indépendant. Il n’a pas toujours été dans cet état d’esprit et, bien placé pour voir, je l’ai entendu parfois être entièrement opposé aux opinions officielles.

Que fait notre ami Laurier ? J’ai entendu dire qu’il avait déménagé, mais je n’ai pas su pourquoi ni quelle est la nouvelle situation qu’il a trouvée. Je me demande si son emploi le met aux prises avec de grosses difficultés commerciales et s’il est dans les négociations d’achat et de vente. Sans doute, un jour ou l’autre il me mettra au courant. Son nouveau logement doit être en tout cas plus près de la Bourse.

J’ai reçu l’écho aujourd’hui de certaines craintes qui me paraissent très justifiées. Nous nous obstinons d’user de longanimité à Athènes. Nous continuons à hésiter devant un débarquement sérieux car il semble bien que cette mise à terre de divisions prédite par Briand n’était que dans l’ordre des choses possibles et non pas dans celui des choses décidées. Nous allons nous trouver un beau matin dans l’obligation de bombarder Athènes, et notre situation deviendra ridicule et, je dis plus, ignominieuse. Nous aurons alors contre nous non seulement le parti royal mais aussi le parti venizéliste qui ne voudra pas se solidariser avec nous pour des mesures que nous aurions si facilement pu éviter en soutenant énergiquement les ententistes. Enfin, espérons que ces craintes seront chimériques, mais ce que l’on a fait jusqu’ici dans les Balkans leur donne cependant de terribles fondements.

On peut dire que dans ce pays-ci nous avons vraiment le génie de l’utilisation des compétences. Un procureur de la république [1] d’Hanoï est mobilisé comme les petits camarades. Il demande à être employé conformément à ses aptitudes et à son métier. On lui répond : Désolé, mais la loi ne parle pas des magistrats coloniaux. Mon homme est alors employé comme GVC ou tel autre. Cependant, on s’avise qu’on lui doit d’être tout de même quelque chose dans le système judiciaire. Qu’a-t-on trouvé de mieux pour ce procureur ? Il monte la garde au Cherche-Midi [2]. C’est le frère de Vollard [3], l’éditeur d’art.

Veux-tu que je te raconte une histoire à laquelle tu ajouteras l’accent de Marseille car c’est un Provençal qui fait le récit d’une aventure qui lui est arrivée.

Venu pour voir son ami Dupont, la bonne lui dit que Dupont est dans sa chambre. Il y pénètre et, à sa grande confusion, ne trouve que Mme Dupont dans le plus simple appareil en train de changer de chemise. Elle tient dans ses dents la chemise qu’elle quitte et se trouve sur le point d’enfiler l’autre. De saisissement en voyant entrer un homme, elle laisse tomber la chemise qui est dans ses dents. Le visiteur qui désire lui prouver qu’il est un homme du monde sachant vivre et pour la mettre à l’aise lui dit : Pardon, c’est bien à Monsieur Dupont que j’ai l’honneur de parler ?

Ton vieil

Et

[1] Lucien Vollard (1874-1952). Frère d’Ambroise Vollard. Procureur de la république d’Hanoï.

[2] La prison du Cherche-Midi, à l’angle du boulevard Raspail et de la rue du Cherche-Midi, Paris, VIe.

[3] Ambroise Vollard (1866-1939). Éditeur d’art. Marchand de tableaux et éditeur d’estampes.

15 septembre 1916

15 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je déjeunais aujourd’hui justement avec Vesnitch et Boppe lorsque notre secrétaire [1] nous a téléphoné le communiqué si excellent pour les armes serbes. On y parle du rôle de la cavalerie, mais, au dire de mes deux convives, elle est extrêmement réduite. Il n’y aurait pas beaucoup plus de deux régiments, bien montés c’est vrai, mais cela fait peu de monde. À ce propos, Boppe disait qu’il fallait surtout pleurer les bœufs serbes. Ces admirables bêtes avaient fait trois campagnes, et ce sont elles qui ont fait la retraite. Petit à petit elles se sont épuisées, et à Scutari il en est mort un grand nombre de fatigue et le déchet a été plus grand encore à Valbona. Puis, enfin, il a fallu les abandonner pour s’embarquer. Boppe disait même que ce serait pour la Serbie délivrée un problème que la reconstitution du cheptel et qu’un des premiers soucis sera d’amener là des bœufs et d’acheter des semences, le pays étant ruiné à fond.

Le père Charmetant [2], paraît-il, au moment des massacres d’Arménie de 96 et 97 [3], consacrait une partie des fonds de secours à acheter des bœufs en Serbie qu’il envoyait ensuite à Van [4] et dans les villes arméniennes.

Vesnitch proteste contre l’idée que certaines gens plus ou moins retour de Salonique répandent que l’on ne peut rien y faire, tout au plus pourrait-on accrocher solidement les Bulgares, mais aucune poussée en avant ne serait possible. Il me semble que Vesnitch a raison. Les Allemands et [les] Bulgares sont bien venus jusque là, pourquoi ne saurait-on faire le chemin inverse ? N’as-tu pas remarqué que durant cette guerre toute place perdue était sans importance, mais, une fois occupée par les Allemands, elle devenait tout à coup imprenable. En causant avec Boppe de l’entrée en scène de la Roumanie, notre ministre me disait combien il avait été inquiet de voir la marche ennemie sur la Dobroudja. Mieux aurait valu pour nous la neutralité que l’attaque sur la Transylvanie. Ses inquiétudes ne m’ont pas paru complètement calmées. Le déclenchement de la Roumanie, disait-il avec raison, ne se comprenait que pour hâter l’écrasement de Sofia.

Suis-tu les affaires d’Angleterre ? Elles sont très intéressantes au point de vue social et économique. L’évolution des trade-unions m’apparaît comme assez dangereuse. Il me semble que Gosking [5] a amené le congrès à prendre la résolution de demander dorénavant une part de direction dans les entreprises par l’organisation des ateliers, la nomination des contre-maîtres, etc. Jusqu’ici, à côté des trade-unions, le patron se débrouillait assez bien, les ouvriers ne cherchaient qu’à tirer le plus gros salaire possible. Aujourd’hui, les trade-unions semblent vouloir se donner les attributions de chefs d’entreprise, le patron ne serait plus qu’un acheteur de matières premières et un vendeur de produits fabriqués.

Dans le fond, c’est l’anarchie et la destruction de l’entreprise telle que nous la concevons. C’est un mouvement bien curieux à noter et qui rentre tout à fait dans mes prévisions du début de la guerre.

Toujours d’Angleterre, on m’écrit que le ministre de la Guerre est en train de se ridiculiser par ses coups de filet. On cerne un cinéma, un théâtre (tout comme en Turquie). Tous les hommes doivent exhiber leurs papiers. Comme peu de gens les ont sur eux, on mène tout le monde au poste, après quoi on relâche tout le bibelot. Parfois on a un ou deux insoumis, parfois personne. Pour ce beau résultat on exaspère le public. Ce dernier se dit : on n’en a rien à faire et on s’amuse à des bêtises, ou le pays a diablement besoin d’hommes, ce qui peut-être est plus mauvais encore.

La même lettre me dit que, jusqu’ici, les classes laborieuses n’avaient pas beaucoup souffert. Comme chez nous, c’étaient les petits rentiers, pensionnés, retraités, etc., les plus touchés, mais aujourd’hui la cherté de la vie commence à se faire sentir dans les milieux ouvriers. Partout on demande de l’augmentation, et le groupe du pays de Galles menace de la grève pour le 17 à minuit.

Les Anglais supportent mal les privations. Recevoir les coups et les obus n’est rien, mais être privé de roastbeef, ça c’est capital.

De plus, on parle d’élever la limite d’âge à quarante-cinq ans au lieu de quarante, et le ministre n’a pas osé prendre l’engagement que cela ne se ferait pas.

Tu le vois, mon vieux, ce ne sont pas là d’excellents sons de cloche. La conclusion serait qu’il ne faut pas perdre de temps et que si l’on pouvait précipiter les événements sans danger, il faudrait le faire.

Ton vieil affectionné

Et

[1] Il s’agit d’Eugène Ripault, secrétaire de rédaction au Journal des Débats.

[2] Mgr Félix Charmetant (1844-1921). Prêtre missionnaire. Supérieur des Pères Blancs. Directeur de l’œuvre des Écoles d’Orient. Protonotaire apostolique. Il établit en 1896 le tableau officiel des massacres d’Arménie, Le martyrologe arménien, avec mention des localités vilayet par vilayet, dont Van.

[3] En 1894, une grande partie des Arméniens qui vivent en Turquie se révoltent contre leurs droits bafoués. Entre 1894 et 1896, les premiers massacres ont lieu sous le sultan Abdül Hamid II.

[4] Van est un village d’Arménie où s’organise la résistance des Arméniens.

[5] Non identifié.

14 septembre 1916

14 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

La lettre que je reçois de mon ami Laurier [1] n’est pas très réjouissante car j’y vois l’opinion mêlée de très près aux événements actuels et dont les illusions ne sont pas brillantes. Malgré tout, espérons que les circonstances intérieures et extérieures mélangées produiront un résultat que chacune seule ne pourrait obtenir. Petite pluie abat grand vent. Cette lettre est une pluie sur le vent de gloire qui souffle en ce moment.

Briand a fait aujourd’hui sa déclaration. Tu l’auras lue sans doute. Elle est d’un assez beau style, bien différente de l’ânerie hyperbolique et prétentieuse de notre cher Paul Deschanel. Elle devait naturellement faire de l’effet à la Chambre et n’y a pas manqué. Nous verrons si le sentiment restera dans les appréciations de presse de demain. Si on va au fond des choses, malgré tous ces beaux discours, ces affirmations, il me paraît difficile de trouver notre diplomatie transcendante. Il m’apparaît dans les dépêches de ce soir que les ministres de l’Entente vont se laisser sonder par cet Atchm ! poulos. Ce n’est pas se laisser sonder qu’il faudrait, mais bien leur passer la sonde à tous ces poulos qui nous traînent depuis de si longs mois. Ce serait la seule manière de leur inspirer le respect.

Laurier me disait qu’il allait changer de place. Je pense que c’est une suite des événements qui se passent plus au nord, mais j’ignore si lui-même va se trouver engagé dans les affaires en cours.

Jusqu’ici, toutes les sourdes rancunes auxquelles il fait allusion n’ont pas transpiré, mais ce magnifique silence doit envelopper en effet quelque tempête qui éclatera un beau jour. Le vent souffle et gonfle les voiles du bateau, gare au moment où il virera subitement. Alors on en verra de belles. Pour le moment on se réconcilie et il n’y aurait rien à faire.

Il faut que je te raconte une histoire qui est en train de révolutionner la ville d’Évreux. Figure-toi qu’il est arrivé à l’hôpital une fournée de blessés sénégalais. Une des dames infirmières s’est laissé séduire par les charmes « importants » d’un de nos tirailleurs. Mais, affreux retour des choses d’ici-bas, le retour, justement, ne put pas se faire. Il fallut l’intervention du médecin, peut-être même du chirurgien. Pour rendre mon récit plus clair je prendrai une image. Tu as vu parfois dans les rues des théories de toutous aboyant à deux malheureux, dont une malheureuse, rivés l’un à l’autre pour avoir eu trop de bonheur. C’est ce qui est arrivé à notre Sénégalais et à son infirmière. Tu entends d’ici la belle clameur qui s’est élevée dans la capitale de l’Eure. On a plus ou moins fermé l’hôpital, évacué les Sénégalais, mais le scandale est resté considérable dans la région et nos pauvres dames de la Croix-Rouge ont mauvaise presse. On a tort, on devrait leur en savoir gré.

Du reste, le dévergondage est quelque chose d’extraordinaire en ce moment. Veux-tu la reproduction fidèle d’une conversation entre deux jeunes femmes très bien nées qui me fut racontée par l’une d’elles. L’autre : – « C’est bien ennuyeux, j’ai couché avec Hector de Béarn [2] (je te donne le nom de l’homme, ça ne peut pas le compromettre, je pense). Il ne s’est pas retiré assez tôt et j’ai joliment peur d’être enceinte ». C’est assez coquet comme liberté de propos et cynisme de mœurs. Voici deux histoires, mon vieux Pierre, qui sortent du thème ordinaire de mes lettres.

Ton vieil

Et

[1] Non identifié.

[2] Hector de Galard de Brassac de Béarn (1886-1983). Lieutenant de vaisseau blessé à Dixmude sur l’Yser en participant à l’offensive des fusiliers-marins de l’amiral Ronarch. Il est alors attaché naval de France en Grèce.

13 septembre 1916

13 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Il vient de se passer une scène ignoble à la Chambre sur laquelle on nous prie de faire le silence. Je ne sais si la censure en laissera le récit dans les journaux de demain matin. En tout cas, voici ce qui m’a été aussitôt téléphoné.

Le célèbre Raffin-Dugens est arrivé à la Chambre, un numéro de La Libre parole à la main, et il a fondu sur Joseph Denais [1] le menaçant, s’il n’y avait pas demain matin une rectification, d’avoir affaire à lui. Joseph Denais aurait répondu d’une façon assez piteuse, mais l’affaire s’est envenimée. Raffin-Dugens a enfoncé le chapeau de Denais, un autre lui a collé une paire de gifles, un troisième lui a donné un coup de pied quelque part et enfin, Brizon lui a craché à la figure. Voilà nos représentants ! Je n’ai pas encore la suite de l’incident. Tu sais que Denais avait été vigoureusement pris à parti déjà par les socialistes pour avoir envoyé une circulaire dans laquelle il faisait appel au concours de tous pour lutter contre le socialisme tout puissant. La voilà bien l’Union sacrée, s’étaient écriés nos bons députés socialistes, et L’Humanité reproduisait cet appel à la lutte.

Denais, ce matin, se réjouissait du refus des passeports par Briand aux Kienthaliens. C’était, du reste, la forte gaffe car il était inutile de mentionner cette attitude du président du Conseil. L’approbation de La Libre parole devait aussitôt déchaîner les autres.

Hier au soir, je ne te l’ai pas mentionné je crois, mais on m’avait assuré que trois divisions devaient débarquer à Athènes. Je n’en ai pas eu confirmation complète, néanmoins, Briand a répondu à une question qu’on était décidé à aller jusqu’au bout. – Jusqu’au bout ? – demande l’interrogateur. Eh oui, jusqu’au départ de Constantin, a ajouté Briand. Aujourd’hui, on continue bien à dire qu’on doit débarquer, mais les Affaires étrangères disent qu’elles ne peuvent ni démentir ni confirmer car elles ne savent pas.

Au moment de mettre sous presse, une dépêche nous arrive et que nous donnons dans la deuxième édition. Comme la censure la laisse passer pour notre service de province, j’imagine qu’elle est quasi officielle. L’offensive générale aurait lieu à Salonique sur trois cent cinquante kilomètres. Tous les Alliés seraient engagés et les Bulgares seraient en recul partout, notamment en Albanie d’où ils seraient chassés.

Tu as vu que Briand doit faire demain jeudi une déclaration sensationnelle dont on répand partout qu’elle sera un triomphe. Je souhaite que les communiqués glorieux ne se soient pas mis à l’unisson du sentiment qu’on veut faire naître. Notre article de ce soir qui, lui, n’exprimait pas une satisfaction sans mélange sur les beautés de notre diplomatie, tombait bien mal. Aussi nous l’a-t-on largement accommodé. J’ai encore laissé par-ci par-là quelques phrases conductrices.

En hâte, old chap. Ton vieil

Et

[1] Joseph Denais (1877-1960). Avocat. Homme politique. Député républicain socialiste de la Seine (1911-1919). Journaliste, il collabore à de nombreux journaux.

12 septembre 1916

12 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Croirais-tu qu’il y a des Bulgares à Paris ? Je crois du reste que je t’avais signalé déjà la présence d’un ancien ministre de Bulgarie à Vienne, lequel jouissait d’un libre passage entre Londres et Paris. C’est à cela qu’il faut attribuer ces atermoiements avec la cour de Ferdinand. Les événements de la Dobroudja avaient, comme je te l’ai dit, surexcité vivement les Roumains de Paris, et Briand leur a envoyé Margerie pour les calmer et leur faire prendre patience. Le bruit s’était répandu dans ces milieux que les Russes n’avaient amené qu’un nombre infime de troupes et que par conséquent le gouvernement avait été trompé et qu’il avait marché sur la foi d’une aide beaucoup plus importante. Je vois qu’ils sont revenus de ces idées-là et qu’ils ont compris que la faute retombait sur Bratiano qui n’avait jamais voulu aller chercher la Transylvanie à Sofia, comme on le suppliait de le faire. Bratiano avait cru à l’influence de l’intervention roumaine pour immédiatement réduire les Bulgares au silence. C’était enfantin, mais cet enfantillage persiste d’une façon bien inquiétante dans certains milieux. Malgré tout, les Russes n’atteignent que le chiffre 5 comme effectifs.

Aujourd’hui, on annonce enfin une action à Salonique, résultat sans doute des ordres impératifs dont je te parle depuis quelques jours. Petit détail que tu ne connais sans doute pas. L’officier qui est parti avec le pli s’est mis en route avec le sénateur Debierre [1]. Tu sais qui est Debierre ? Un des pontifes de la franc-maçonnerie. Il a été envoyé à Sarrail pour bien lui faire comprendre que son attitude inquiétait les frères francs-maçons, pouvait être de nature à nuire au parti, enfin, lui expliquer sans doute que l’avis du Grand Orient était d’exécuter les ordres transmis d’autre part. Tout cela naturellement n’est pas dit, mais la présence de cet homme, qu’aucune compétence ne désigne auprès de Sarrail, indique le but poursuivi. Ne trouves-tu pas magnifique qu’il soit nécessaire de faire contresigner les ordres du gouvernement par le représentant de la Loge ?

Lis ce soir le discours de Deschanel, je doute qu’il soit possible d’imaginer quelque chose de plus ridicule. Cette invocation à la Roumanie est bouffonne. Il a dû prendre conseil de Rostand, notre excellent président.

Tu ne t’imagines pas le désordre qui règne dans les dépôts. Quelque jour, je te raconterai des traits typiques de l’effroyable anarchie de cette administration de l’arrière assurée par de vieux officiers qui trouvent dans la paperasserie la plus stupide et dans les règlements les plus macaroniques la justification des soldes inespérées qu’ils touchent. Pour eux, la guerre c’est l’état rêvé. Ils peuvent bien, rétribués après vingt ans d’inactivité, embêter tout le monde et imposer leur importante incapacité.

Voici une petite anecdote qui ne se rapporte pas tout à fait à cela, mais qui, ayant eu lieu dans un dépôt, ne manque pas de saveur.

Le dépôt colonial de Cherbourg voit arriver un jour un magnifique sergent aux longs cheveux blonds bouclés. Il est envoyé là, il faut bien le recevoir. Le sergent serre les mains de chacun avec un : How do you do ? [2] – On lui dit : Parlez français. Il laisse entendre qu’il ne comprend pas, mais, toujours réjoui, continue la conversation en anglais. Voici l’histoire de ce gradé. Fils de Français émigré en Australie et marié à une Australienne, il s’est engagé dans les Anzac, puis envoyé aux Dardanelles. Grièvement blessé par un obus qui lui a enlevé sa ou ses qualités d’homme, il est réformé de l’armée anglaise. Well ! se dit-il, je vais faire un tour en France et visiter mes parents. Il est obligé de remettre ses papiers. Ah ! mon gaillard, dit l’administration française, vous êtes Français, nous vous récupérons. Mais comme vous étiez sergent, nous vous faisons sergent et nous vous envoyons à Cherbourg. – Well ! dit le Tommy qui part pour le dépôt. Depuis, il fait la joie de la caserne, ignore la discipline, va serrer la main des lieutenants, des capitaines auxquels il parle avec la familiarité la plus désopilante. On lui a fait prendre la garde. Ne connaissant pas le français, il en est résulté des scènes de vaudeville. Le capitaine veut lui faire couper ses boucles de cheveux. Il répond toujours d’un air malin, No, sir ! et se refuse obstinément à cette nouvelle mutilation. On lui a assez coupé ! Enfin, il paraît qu’aucune comédie ne vaut la présence de cet Anzac dans nos armées.

À toi.

Et

 

[1] Charles Debierre (1853-1932). Médecin. Sénateur radical socialiste du Nord (1911-1932). Franc-maçon militant.

[2] En anglais : « Comment allez-vous ? ».