Archives mensuelles : juillet 2016

21 juillet 1916

21 juillet 1916

 

Mon bien cher Pierre,

 

J’ai entendu pas mal de choses aujourd’hui, la journée a été chargée, ma lettre n’en sera peut-être pas beaucoup plus intéressante, je n’ai pas le temps voulu pour coordonner pensées et souvenirs. Tu en prendras ce que tu voudras.

La Chambre continue sa discussion sur le contrôle et les commissaires. Tu auras vu par les journaux que Tardieu avait parlé. J’ai récolté quelques impressions sur ce retentissant débat. On s’accorde à trouver qu’il a été très brillant et a obtenu un grand succès, tandis que Briand, interrompu constamment, n’a pas été aussi bien que d’habitude. Visiblement, il était fatigué par les longues séances où il a dû donner la plus grande énergie. Néanmoins, on lui a su gré de la fermeté qu’il a montrée. Il y eut à la fin du discours de Tardieu un incident qui a amusé. Dans notre article sur le contrôle, nous avions émis un dilemme que L’Humanité, en n’en prenant qu’une partie, avait cité comme argument. Tardieu, très heureux de pousser une pointe aux Débats en les montrant comme considérant la Chambre liée par le vote du 22 juin et leur faire supporter une certaine responsabilité devant l’opposition, a cité notre article en demandant à la Chambre si elle irait contre ce qu’un journal cependant hostile…etc. La Chambre s’est mise à crier : Et Le Temps ! Et Le Temps !

En ce moment, le célèbre Accambray est à la tribune. Nous ne savons encore si on aura le vote ce soir.

Notre ami Thierry m’a téléphoné ce matin pour me demander un petit renseignement. Il m’a paru satisfait de la tournure des événements d’une façon générale. Cependant, m’a-t-il dit, il ne faut pas trop s’illusionner car, vous le savez, j’ai des amis au commandement que je vois de temps en temps et je viens de déjeuner ces jours-ci avec le général Pétain, et celui-ci m’a dit que la supériorité en artillerie lourde est tellement grande qu’il faudra compter bien du temps avant que nous puissions réellement prendre des avantages sérieux. Puis nous avons causé de la situation financière. Il m’a paru très monté contre Ribot qui n’a pu se décider à faire des emprunts et n’a rien fait pour le change. Il a, m’a-t-il ajouté, mis la France dans une situation de faillite, et l’on se demande ce qui arrivera si la guerre dure encore longtemps. C’est la situation financière qui semble le plus préoccuper notre ami pour le moment. Au point de vue de son jugement sur les actes de Ribot, il est du reste assez d’accord avec notre ami Liesse [1] qui prétend que l’entêtement de notre ministre des Finances le conduira aux crocodiles empaillés. Thierry a terminé la conversation en me disant  : « Je vous réponds que si j’étais ministre des Finances, la France pourrait faire la guerre un an, dix-huit mois encore en toute sérénité. » Évidemment.

Nous tenons de Réville [2], le député, l’anecdote suivante qui lui fut rapportée par son fils et qui nous laisse espérer des jours heureux lorsque les commissaires futurs se promèneront dans la zone des armées. La scène se passe à Toul où le fils Réville est aviateur.

Dans la journée, un fokker [3] est venu lâcher une bombe. Immédiatement, un des nôtres s’élance dans les airs et, après un échange de coups de mitrailleuse, le fokker est mis en fuite. Le soir, les camarades des combattants leur offrent un petit dîner dans leur chambre d’hôtel. Le dîner est gai, bien arrosé, les convives sont bruyants. Un député habite l’appartement à côté. Il envoie le garçon prier ces messieurs de terminer leur agape. Ceux-ci font dire par le garçon que lorsqu’on a pris l’atmosphère l’appétit est aiguisé et qu’ils n’ont que faire des conseils de ce gêneur.

Le lendemain, le député trouve nos aviateurs et leur fait un sermon : Comment, messieurs, dans des temps pareils de misère et de tristesse, pouvez-vous penser à chanter et vous amuser. Réville répond à ce monsieur par un discours abracadabrant débité sur un ton de pince-sans-rire qui finit par exaspérer le parlementaire. – Mais, monsieur, je crois que vous vous f. de moi. – Cela se pourrait, répond l’aviateur. – Mais, monsieur, je vais me plaindre à vos chefs et veuillez me dire votre nom, je suis député. – Je ne me souviens pas de mon côté, monsieur, que vous vous soyez présenté à moi, et si vous êtes député, je suis, moi, fils de député et je me f. de vous. Le représentant a filé, ne sachant plus quoi dire. Malheureusement, la conversation, brusquement terminée, n’a pas permis de savoir qui était ce membre de la commission. On en soupçonne trois comme ayant pu se trouver à Toul à ce moment-là. En tout cas, celui à qui c’est arrivé ne s’en vante pas.

Pour toi

Je viens de recevoir la visite d’un garçon revenu cette nuit de la Somme. Après avoir pris connaissance du communiqué, il me dit que cela n’est pas exact. On a bien fait les trois mille prisonniers mais on n’a pas pu exécuter le plan. Deux hommes ont été dans l’affaire extrêmement inférieurs, Buat et Gamelin [4]. On attendait avec une certaine impatience les débuts de Buat qui n’est pas très aimé à cause de son avancement rapide et de son abstention, jusqu’à présent, de tout commandement. Hier, il a complètement raté son affaire et a été obligé de rentrer dans ses lignes sans avoir pu atteindre l’objectif. Cela a coûté du monde. J’ai cru comprendre, d’après la conversation de mon ami, qu’il y avait eu de notre côté dix jours d’hésitation mis à profit par l’ennemi qui avait fait des trous de cinq et six mètres avec une rapidité merveilleuse, travaillant sous l’arrosage sans se déconcerter. Quoi qu’il en soit, on est content dans l’ensemble. Une chose également que l’on n’annonce pas, c’est qu’une bombe d’avion allemand a fait sauter un dépôt de 500 000 obus anglais. On ne comprend du reste pas que les Anglais commettent l’imprudence d’accumuler ainsi de pareilles provisions.

On me téléphone de la Chambre que Thierry aurait confirmé la signature de l’accord roumain. La Roumanie se déciderait à entrer en campagne vers la fin août.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Et

[1] André Liesse (1854-1944). Professeur au Collège de France, journaliste, collaborateur épisodique de la Revue des Deux Mondes, expert dans les opérations de banque et la politique du crédit. Il est rédacteur en chef, éditorialiste et chroniqueur à L’Économiste français.

[2] Marc Réville (1863-1920). Avocat. Homme politique. Député républicain radical démocrate du Doubs (1903-1919). Président de la commission des Douanes. Directeur du Bulletin pratique de droit international privé. Éphémère ministre du Commerce (9-13 juin 1914).

[3] Fokker, du nom d’un aviateur et industriel néerlandais, Anthony Fokker (1890-1939), qui créa l’une des firmes les plus importantes de l’industrie aéronautique allemande, réalisant notamment des avions de chasse réputés.

[4] Maurice Gamelin (1872-1958). Lieutenant-colonel. Directeur du cabinet de Joffre (1914-1915).

16 juillet 1916

16 juillet 1916 [1]

 

Mon vieux Pierre,

 

Bien que tu sois là et que ma correspondance chôme, je peux tout de même t’envoyer ces deux perles. Toutes deux sont comiques, mais la seconde est en plus assez attristante si l’on songe que cette bourde a été dite par un de ceux qui sont chargés de défendre les intérêts de la France.

Toujours le même système : une question naît, vite on se fait donner un aperçu rapide, et là où l’étude la plus minutieuse, la préparation la plus sérieuse serait nécessaire, on se fie à son talent, à sa facilité, à son intelligence pour répondre aux arguments ou tout au moins les tourner.

La première anecdote vient de la commission parlementaire. Briand dit : Messieurs, je vais maintenant vous parler de Gallipoli – Cette forte tête de Mougeot l’interrompt et lui dit : Puisque vous nous parlez de Gallipoli, profitez-en donc un peu pour nous parler des Dardanelles ! (Têtes à la ronde).

La seconde que voici est due à Briand lui-même. Recevant une délégation importante de gens s’occupant des pays d’Orient et à la tête desquels se trouvait le marquis de Vogüé [2], il avait à répondre à des précisions qu’on lui demandait au sujet de notre politique syrienne.

« La Syrie, nous la voulons etc., etc. Voici ce que nous avons convenu, ou ce que nous sommes en train de convenir avec Londres… Adana [3]Sivas , etc … »

Mais, interrompt le marquis de Vogüé, monsieur le président, Sivas ne vous semble-t-elle pas un peu lointaine ?

Parfaitement. Nous avons estimé qu’il valait mieux élargir les frontières le plus possible…

Tu vois d’ici tous ces braves gens.

Amitiés.

Et

 

[1] Pierre Lebaudy est alors en permission.

[2] Melchior de Vogüé (1829-1916). Homme politique, diplomate et érudit. Ambassadeur de France à Constantinople (1871-1875) puis à Vienne (1875-1879). Membre de l’Académie française depuis 1902. Il est l’un des fondateurs de l’Œuvre des Écoles d’Orient et il prend part au développement d’institutions comme l’Œuvre de la propagation de la foi. Il est l’auteur de nombreux écrits.

[3] Adana est une ville de Turquie où eurent lieu les massacres arméniens entre le 14 et le 27 avril 1909.