Archives mensuelles : juillet 2016

31 juillet 1916

31 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ayant eu l’occasion de causer avec Alter ego aujourd’hui, je lui ai parlé de cette affaire des pays envahis et du jésuitisme avec lequel on avait agi. Il en a du reste convenu et m’a affirmé que des plaintes étaient arrivées chez eux sur la façon dont l’affaire avait été lancée, mais que tout cela était parti de Cambon et parce que l’on va sortir un livre jaune. Il m’a demandé si je voulais qu’il en dise un mot à Cambon. Je lui ai répondu : Mais je vous en prie, et dites-lui bien ma façon de voir. Il n’en fera sans doute rien mais il n’est pas mauvais, malgré tout, que l’on se rende compte que l’on n’est pas complètement dupe. C’est vraiment trop fort d’escamoter ainsi des négociations qui ont abouti pour se prévaloir du mérite du succès. Nous avons assez de griefs à faire valoir contre Rome pour ne pas lui tenir compte de ses bonnes actions. Mais tu comprends, la chose avait été menée par des députés catholiques !

La campagne d’Imbart de La Tour dont je t’ai parlé et dans laquelle il avait agité le nom de Cambon, est une affaire menée aussi par Rome pour le salut de l’empire d’Autriche. J’ai eu encore aujourd’hui des renseignements sur les tentatives du Vatican. Mais, en plus de cette menée cléricale, il y a des menées anti-russes là-dessous. C’est une campagne dont il va falloir beaucoup nous défier. Elle peut à un moment prendre d’assez grandes proportions, et il sera nécessaire de mettre un peu de plomb dans la tête de tous les brouillons de ce comité. Je crois même que je vais écrire à Imbart de La Tour que je préfère ne pas faire partie de ce comité d’études. Malgré toutes les réserves que j’avais faites dans mon acceptation, je crois qu’il est bon de préciser. On me conseillait d’autre part de rester dans le comité pour les voir venir. Leur grande théorie, qui peut paraître séduisante à nombre de gens, est la suivante. Il ne faut pas détruire l’Autriche-Hongrie parce que nous donnons de la force à l’Allemagne. Les Allemands qui pourraient rester auront une tendance fatale à s’unir à l’Allemagne et à en devenir les satellites. Il y a longtemps que c’est fait il me semble, et la guerre d’aujourd’hui n’en est-elle pas la preuve ? Le danger de l’Autriche perpétuée est bien plus grand puisqu’elle jette, en plus des Allemands, les peuples qu’elle domine dans la bagarre. Tant que l’Autriche pourra prendre ainsi des nations en opposant les Slaves aux Italiens, les Allemands aux Russes, les Tchèques à d’autres frontières, le danger sera le même pour nous.

Au revoir, dear old fellow.

Et

 

30 juillet 1916

30 juillet 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

Un petit journal assez mauvais a publié ce matin un filet venimeux sur un membre de l’Académie française, hautement aristocratique, qui se serait livré à de curieux débordements. Ayant loué un rez-de-chaussée rue de Hambourg, il y faisait venir de jeunes dactylographes engagées au préalable, et il leur dictait des compositions de son cru très pornographiques. Il profitait du trouble dans lequel ses élucubrations plongeaient leurs sens pour assouvir sur elles ses plus basses passions. Préoccupée du grand nombre de dactylos qui se succédaient dans ce rez-de-chaussée, l’autorité finit par découvrir le pot aux roses, et le rez-de-chaussée, paraît-il, sera fermé pour longtemps. Il s’agit du marquis de Ségur [1], et l’entrefilet a paru dans le Carnet de la semaine. Que dis-tu de ce savoureux dilettantisme ? Maintenant qu’y a-t-il de vrai dans cette affaire ? Peut-être en connais-tu déjà les détails.

Tu as vu toute l’émotion que l’on vient de soulever, à juste titre, au sujet des enlèvements de Lille. Fidèles à leurs traditions, nos bons services, François-Ier [2] et autres, ont permis au seul Temps de publier cette lettre d’une Lilloise que l’on possède déjà depuis plus de deux mois. Nous avions en leur temps publié les premiers ces rafles organisées par les Allemands. Ce n’est pas cela qui est le plus curieux. Dès que l’on avait appris cette abominable violation du droit des gens, des démarches avaient été faites par des gens comme Grousseau [3] et d’autres. On a négocié et on a fait intervenir Rome. Les Allemands préparaient le renvoi de deux nouveaux convois et les ordres avaient été rapportés. Dans tous les journaux tu trouves la protestation du gouvernement français, mais dans aucun tu ne trouveras mentionnées ces négociations. Il doit y avoir là une escobarderie gouvernementale que je ne m’explique que par le désir de s’attribuer tout le mérite de l’interruption des mesures teutonnes.

Tu sais combien est grave et dangereuse en ce moment la question irlandaise. On m’a communiqué aujourd’hui un rapport confidentiel sur l’état des esprits dans l’île. C’est loin d’être bon. Les Sinn-Feiner [4] sont presque partout et persuadés qu’ils n’obtiendront de l’Angleterre leur indépendance que lorsque celle-ci aura le couteau sur la gorge. Le clergé est naturellement contre nous. L’ignorance, du reste, quasi complète du peuple, fait qu’il ne se rend que très médiocre compte des conséquences de son attitude.

De Caix nous racontait qu’il a vu ce clergé irlandais à Terre-Neuve, et Morris [5], qui est devenu un grand personnage depuis, était à cette époque-là fonctionnaire, quelque chose comme gouverneur, et lui disait : À Terre-Neuve, le curé irlandais a toujours la plus belle maison et la plus belle fille comme servante. Les mœurs de ces prêtres étaient extraordinaires, leur vénalité effarante.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Pierre de Ségur (1853-1916). Homme de lettres. Historien. Il est élu à l’Académie française en 1908. Membre de l’Union.

[2] Il s’agit de la Maison de la Presse.

[3] Constant Grousseau (1851-1936). Avocat. Homme politique. Député républicain du Nord (1902-1936). Il est cofondateur de la faculté de droit de l’université catholique de Lille où il est professeur de droit administratif jusqu’en 1902. Proche de Rome, il s’oppose, à la Chambre, à la politique de Waldeck-Rousseau et de Combe.

[4] Le Sinn Fein est un mouvement nationaliste irlandais fondé vers 1902. A partir de 1916, il rassemble autour de Eamon de Valera les partisans de l’indépendance et de la république.

[5] Edward Morris (1859-1935). Homme politique. Ministre de la Justice de Terre-Neuve, puis Premier ministre. Procureur général. Catholique. Très populaire, sa popularité diminue pendant la guerre. Il forme le premier gouvernement national en 1917 et se retire en Grande-Bretagne en 1918 où il devient pair.

29 juillet 1916

29 juillet 1916

 

Situation inchangée, comme disent les communiqués, mon cher Pierre, et aujourd’hui je n’ai pas vu grand monde d’intéressant, bien qu’il soit défilé pas mal de gens comme d’habitude. Aucun ne m’a apporté de nouvelles particulièrement intéressantes.

On disait à la Chambre, cependant, que le roi d’Espagne avait reçu de l’empereur plusieurs fois des demandes, non pas d’intervention, mais de transmission de propositions, et qu’Alphonse XIII n’avait même pas voulu écouter les premières. Cependant, il aurait pris la dernière en considération et l’aurait fait savoir à Paris. Ces propositions sont toujours sur la base du statu quo ante. Je t’en ai peut-être parlé hier après tout. Si je l’ai fait, pardonne-moi, mon gâtisme est alors plus avancé que je ne le croyais moi-même. J’ai néanmoins une excuse à cette redite, c’est que mon chambrier est venu ce matin me répéter et me confirmer les propos d’hier au soir, de même qu’il m’a assuré la vérité des jérémiades de Ferdinand. Ce dernier a une peur terrible d’être zigouillé. Il le sera certainement si les Alliés gagnent la partie en Orient.

Je te parlais d’une conversation hier avec une personnalité militaire. Celle-ci semble préoccupée de l’état de la discipline qui se serait relâchée dans une assez large mesure. Elle est très inquiète sur l’avenir d’après-guerre, voit grandir la scission entre les ouvriers d’une part et les intellectuels et paysans de l’autre. Le même homme croit que l’épreuve des mois qui suivront la fin des hostilités seront plus dures (sic) encore que la guerre elle-même. Est-ce ton avis à toi ? Je crois aussi qu’il y aura de fameuses convulsions.

T’ai-je parlé hier également de Victor Cambon ?[1] J’avais vu dans la matinée Isaac de Lyon [2] qui le connaît beaucoup et m’a donné beaucoup de détails sur l’homme et sur ses travaux. Ingénieur des Arts et Manufactures, Cambon a d’abord été à la tête d’une affaire qui n’a pas réussi, puis il a écrit son livre sur l’organisation allemande et, la guerre ayant éclaté, il a tout de suite profité de cela pour dire : Vous voyez si je vous avais bien prédit tout ce qui se passe. Et il s’est vu devenir célèbre et tout à fait à la mode. Le fils d’Isaac allant en Amérique, a fait le voyage avec Cambon, et comme celui-ci ne savait pas un mot d’anglais, c’est ce jeune homme qui lui a servi de truchement et lui a fait visiter les grandes villes des États-Unis.

Comme tu le sais, il est allé faire des conférences en province. À Nantes notamment, on avait invité tout le monde et même le préfet [3]. Avec la plus grande légèreté, le brave Cambon, qui n’écrit que son exorde et sa péroraison se fiant à sa faconde pour tout le reste, est tombé à bras raccourcis sur le régime. Le préfet dodelinait de la tête sans rien dire, mais il n’a pas manqué de signaler Cambon à Paris. Et lorsque notre homme a dû faire sa conférence ici, il a reçu la visite d’un commissaire de police qui lui a intimé l’ordre de ne pas prendre la parole. À Lyon, il a fait une conférence où il paraissait directement faire l’apologie du pouvoir absolu. Questionné à l’issue de la réunion par quelques gens voulant approfondir ses vues politiques et lui faisant remarquer les conséquences de ce qu’il avait dit : Mais pas du tout, a-t-il répondu, je ne veux pas du pouvoir absolu, j’ai simplement voulu montrer le mal et y remédier. Oui, mais le remède.

Somme toute, je crois que le bon Cambon est un critique brillant, qu’il fait très bien le procès de ce qui existe, mais n’a aucune espèce d’idée sur ce qu’il faudrait mettre à la place. On le croit tout à fait incapable de mener à bien une entreprise quelle qu’elle soit.

Je te donne tous ces détails car la physionomie de Cambon avait paru t’intéresser et qu’il peut à un moment donné jouer un rôle quelconque, surtout après ce que tu m’avais raconté de projets possibles.

Au revoir, old man.

Et

 

[1] Victor Cambon (1852-1927). Professeur à l’École centrale des Arts et Manufactures. Il est l’auteur de nombreux écrits.

[2] « Hier, j’ai assisté pour la première fois au conseil d’administration des Débats. La séance s’est bornée à une conversation à bâtons rompus, entre de Nalèche et Xavier Charmes, sur l’histoire du journal et son autorité actuelle. On prête à Clemenceau ce mot récent : « Il n’y a pas de presse honnête, sauf Les Débats. » Auguste Isaac, Journal d’un notable lyonnais, 1906-1933, ed. BGA Permezel, p. 275-276, 29 juillet 1916.

[3] Le préfet de Nantes est alors Paul-Léon Hyérard (1863-1918) depuis le 20 mars 1915.

28 juillet 1916

28 juillet 1916

 

Mon bien cher Pierre,

 

J’ai dîné hier aux Ambassadeurs. Je ne parle pas du restaurant, tu as dû aller t’y alimenter pendant ta permission. Je m’abstiens donc de te parler de cet endroit archi-bondé où se trouve réuni tout le fumier parisien à côté du plus pur gratin. J’y étais avec ce dernier : Montaigu [1], Wendel, Pourtalès [2], les Broglie [3] [4], Wagram [5] et un homme remarquablement intelligent qui est un Tchèque, Stefanik [6], qui porte l’uniforme français avec légion et palmes et qui a dû quitter la France ce matin pour Pétrograd avec une mission. Le dîner a été charmant, et j’ai longuement causé avec Stefanik de l’avenir de la Bohême. Leur gouvernement est prêt. Ils sont mûrs pour l’autonomie. Je lui ai demandé s’il s’inquiétait d’une campagne ayant pour but, disait-on, de créer un grand empire libéral catholique pour sauver l’Autriche et contrebalancer l’Allemagne. Non, m’a-t-il répondu, ils n’ont pas grande chance car le sentiment de la nationalité est tellement puissant qu’en un clin d’œil tout le clergé deviendrait moderniste et se séparerait de Rome.  – Il est déjà moderniste, ai-je répliqué. – Vous avez raison, il a des tendances modernistes, mais il est encore soumis. Si on cherchait à maintenir la suzeraineté de l’Autriche, ce serait la fin.

Ce Stefanik est un véritable savant, un mathématicien et un chimiste de premier ordre. Il m’a dit : – Vous ne sauriez croire quelle reconnaissance nous avons aux Débats. Aujourd’hui, tout le monde parle de l’indépendance des Tchèques, mais c’est vous seul qui, bien avant la guerre, avez pris notre défense et soutenu notre cause devant le monde. Nous ne pouvons rien pour vous en ce moment, mais, dans l’avenir, vous verrez que nous saurons vous prouver nos sentiments de gratitude.

Hélas, mon pauvre vieux, l’avenir est à Dieu et les hommes sont bien ingrats. Néanmoins, ce témoignage m’a fait plaisir venant d’un des apôtres de la Tchéquie et d’un des hommes les plus qualifiés parmi tous ces patriotes exilés. Il m’a même ajouté quelque chose d’assez amusant. « Un individu, m’a-t-il dit, un journaliste, est venu me trouver et mettre son journal à ma disposition en me disant : Je vois que les Débats soutiennent votre cause. Je suis tout disposé à faire de même à la condition que vous nous donniez une somme égale à celle que vous donnez aux Débats. » Stefanik a répondu quelque chose comme cela, que notre journal leur coûtait bien trop cher pour qu’ils puissent en soudoyer deux comme cela ! Évidemment, l’estime seule étant en jeu, c’est un prix un peu élevé pour la presse.

Je ne te parle pas des charmantes femmes avec qui nous dînions. Tu sais ce que valent ces conversations.

À la table voisine, à un moment, mon attention est attirée par un uniforme kaki qui vient de s’y rendre et qui salue toute la compagnie très nombreuse. Je reconnais Mortier [7], directeur du Gil Blas, évidemment retour de Salonique où il honore Sarrail de ses lumières et de sa compétence. Mais, qui saluait-il ? Devine. Chédanne [8], le fameux architecte voleur des tapisseries du Quai d’Orsay et complice du chef de la comptabilité. Chédanne, gracieux et empressé avec les dames, le poids de ses crimes ne lui pesant nullement.

Ce matin, j’étais invité à déjeuner par le chef de cabinet [9] de Deschanel, mais je me suis dégagé ayant moi-même à traiter le colonel X [10] et une assez haute personnalité militaire.

J’ai appris là qu’en effet les affaires roumaines étaient très avancées et que certainement, ainsi que je te le disais, Bratiano demande toujours à rajouter des virgules mais que l’on n’attendra pas que ces virgules soient posées. On croirait que les choses seraient assez prochaines, mais, si j’ai compris, deuxième partie d’août.

J’ai démêlé aussi dans la conversation que le Bulgare pleure à attendrir les pierres et laisse entendre à tout venant qu’il serait disposé à signer tout ce qu’on voudrait. Malheureusement, ce crocodile ne cherche qu’à nous jouer de nouveau et je redoute beaucoup les bulgarophiles qui empoisonnent aussi bien le Foreign Office que notre Quai d’Orsay. Berlin fait aussi des avances tant qu’il peut sur la base du statu quo ante, du coup fourré.

Au milieu de tout cela, je commence à craindre vivement les tractations qui peuvent émasculer les Alliés. On prétend que Caillaux se remue en dessous et qu’il cherche à faire campagne contre le Faubourg Saint-Honoré. Cela se sent très bien par la presse qui, jusqu’ici, a passé pour être à sa solde.

Tout ceci nous promet de beaux jours, mon vieux Pierre, nous ne sommes pas au bout de nos peines.

À toi de cœur.

Et

[1] Pierre de Montaigu (1844-1927). Il épouse Caroline de Wendel (1851-1939). Industriel. Homme politique. Sénateur conservateur (1920-1927) de Loire-Atlantique. Administrateur de la Compagnie des chemins de fer de l’Orléans.

[2] Il s’agit de Guy de Pourtalès (1881-1941). Écrivain. Il est affecté au service de propagande de la Maison de la Presse et s’occupe de la propagande en Suisse depuis le 25 avril 1916.

[3] Princesse Jacques de Broglie (1867-1966). Née Marguerite Berthier, princesse de Wagram, elle épouse Jacques de Broglie en 1905.

[4] Jacques de Broglie (1878-1974). Homme de lettres et historien.

[5] Alexandre de Wagram (1883-1918). Prince. Frère de Marguerite, épouse de Jacques de Broglie.

[6] Milan Ratislav Stefanik (1880-1919). Tchèque, naturalisé français en 1912. Astronome, pilote de guerre, général de l’armée française, homme politique et diplomate. Chercheur et assistant du professeur Jules Janssen à l’observatoire de Meudon en 1904. Vice-président du Conseil national tchécoslovaque à Paris (1916). Ministre de la Guerre du nouveau gouvernement tchécoslovaque en 1918, il meurt dans un accident d’avion en 1919.

[7] Pierre Mortier (1882-1946). Écrivain. Journaliste, directeur du Gil Blas depuis 1911. Capitaine d’artillerie, il est chargé de mission à la fin de la guerre par le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Guerre.

[8] Paul Chédanne (1861-1940). Architecte du ministère des Affaires étrangères. Grand prix de Rome (1887) et Grand prix de l’Exposition universelle de 1900.

[9] Il s’agit de Joseph Aulneau. Cf. lettres des 3 avril 1918 et 27 avril 1918.

[10] Henry Bidou. Cf. lettre du 8 octobre 1915. Il écrit sous ce pseudonyme dans Le Journal.

27 juillet 1916

27 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai su, par la voie de l’Italien dont je t’ai parlé [1], que la division italienne de Salonique n’était pas encore arrivée. Elle y sera incessamment. Les Anglais envoient quatre-vingt-cinq mille hommes d’Égypte. L’armée commence à devenir assez forte là-bas. On m’a dit tout à l’heure que les Russes promettaient une assez forte armée pour appuyer la Roumanie contre les Bulgares. D’après toujours mon Italien, la participation roumaine serait chose décidée. Cependant, notre correspondant du Havre, belge, m’a envoyé tout à l’heure un document indiquant que la participation roumaine serait acquise lorsqu’une condition précise serait réalisée, et on estimerait que cette condition serait la prise de Lemberg. Donc, prise de Lemberg, marche en avant de la Roumanie. D’autre part, une dépêche nous dit que le gouvernement roumain prend des mesures de mobilisation générale.

Malgré tout cela, je maintiens mon opinion que Bucarest n’a pas encore donné son assentiment formel et que Bratiano hésite toujours et évite le mot définitif.

Erzindjan est une opération magnifique qui permet aux Russes de recevoir leurs approvisionnements par mer et mettra les Turcs dans une infériorité réelle. Ils n’ont en effet que des voies de terre extrêmement difficiles.

On ne peut nier que l’ensemble des choses n’ait pris une meilleure physionomie, mais il y a encore loin d’ici à la victoire et j’ai toujours peur pour l’opinion publique qui galope et dégringole au premier obstacle.

Je t’ai parlé hier de la visite d’Imbart de La Tour. D’après certaines informations, je crains bien qu’un parti ne cherche à se former pour sauver l’Autriche et empêcher la dislocation de cet empire. C’est le côté catholique qui marche, et, du reste, les quelques noms que m’a donnés le membre de l’Institut en question paraissent bien indiquer l’origine d’un mouvement dont il faudra se défier. Déjà, certains journaux anglais ont des correspondants à Budapest même, et ce ne doit pas être pour parler simplement de la dureté des temps que l’on permet la transmission des correspondances. Nous allons entendre : « la pauvre Autriche, la malheureuse Autriche, l’irresponsable Autriche. » C’est tout de même elle qui a fait le mal et déchaîné les fureurs actuelles.

On nous racontait aujourd’hui des histoires assez curieuses sur la mort de Faguet [2]. Tu te rappelles la saleté proverbiale de cet homme de si grand talent. Tu sais aussi qu’il vivait comme un étudiant pauvre avec une bonne femme qui avait l’air d’une ex-cuisinière.

En mourant, Faguet a régularisé sa situation. Il est mort en odeur de sainteté et a laissé tout ce qu’il possédait à sa moitié in extremis. Il avait une fortune de neuf cent mille francs, ce qui est coquet pour quelqu’un qui a vécu uniquement du travail de la pensée.

Mgr Hoerscher, qui lui a administré les derniers sacrements, lui dit qu’il va bientôt comparaître devant le Juge Suprême. « J’ai peur qu’il ne soit un peu déçu », – lui répond Faguet avec cette voix que je ne puis rendre par la plume. Puis, à un autre moment, Hoerscher lui parlait de la mort. « Oui, oui, c’est un tunnel, au bout il y a la lumière. »

Au revoir, old man. Ton vieil

Et

J’espère que cette lettre te parviendra exactement.

 

[1] Il s’agit probablement du colonel Nicola Brancaccio.

[2] Émile Faguet (1847-1916) meurt le 7 juin 1916. Normalien. Critique littéraire, il est professeur de littérature française à la Sorbonne depuis 1890 et réputé pour sa mise négligée. Il tient la chronique théâtrale du Journal des Débats à partir de 1896.

X juillet 1916

[Pas de date et pas de signature]

 

Mon cher Pierre,

 

Tout s’est-il bien passé pour ton retour ? [1] As-tu trouvé le confortable dans la cagna [2] dont nous avions parlé ?

Maintenant que te voici aux armées, je reprends le petit service quotidien de ma tranchée à la tienne. Cette première épître ne te dira pas grand-chose, il faut rétablir le courant.

Néanmoins, j’ai eu hier au soir la visite d’un homme dont on m’avait beaucoup parlé au moment de l’affaire Dreyfus. On lui attribuait tout espèce de méfaits. Te souviens-tu de son nom, le commandant Weil [3] ? Il était très lié avec Saussier [4]. Quoi qu’il en soit, Weil est un homme extrêmement renseigné qui a écrit des livres d’histoire militaire tout à fait remarquables auxquels notre ancien Malo [5] a consacré quelques articles. Weil est en très bons termes, quasi d’intimité, avec le colonel Brancaccio actuellement en mission à Paris et que je crois assez au courant de toutes les choses de contre-espionnage. Briand aurait dit à Weil et le lui aurait même affirmé, que les Allemands n’auraient plus en réserve pour tous les fronts que cent dix bataillons, soit, n’est-ce pas, à peu près cent dix ou cent vingt mille hommes. Si ce renseignement pouvait être exact, il serait joliment consolant pour nous. Je ne puis croire néanmoins à une semblable pénurie. D’autre part, il faut bien dire que les prisonniers que l’on fait appartiennent aux corps les plus divers, et c’est une constatation que l’on a établie également sur le front russe.

Il m’a dit aussi que, dans les attaques allemandes, la première vague d’assaut était toujours merveilleuse mais que les seconde et troisième vagues ne valaient plus rien ou du moins étaient très inférieures à la première.

 

[1] Pierre Lebaudy a achevé sa permission.

[2] Une cagna est un abri de tranchée.

[3] Maurice-Henri Weil (1845-1924). Militaire. Commandant. Écrivain et historien, traducteur, officier d’état-major. Il écrit de nombreux ouvrages sur l’histoire militaire.

[4] Félix Gustave Saussier (1828-1905). Militaire. Général. Il part pour la campagne du Mexique avec le régiment étranger. Gouverneur militaire de Paris (1884). Homme politique. Député républicain de l’Aube (1873-1878). L’historien Henri Guillemin a émis l’hypothèse que le général Saussier était partie prenante dans l’Affaire Dreyfus. En effet, Saussier s’était rendu dans le bureau du ministre des Affaires étrangères, Gabriel Hanotaux, pour lui demander d’arrêter l’enquête concernant l’affaire. Il protégeait Esterhazy sans savoir que ce dernier passait des documents à l’Allemagne.

[5] Charles Malo (1851-1912). Directeur de la Revue de cavalerie. Rédacteur militaire au Journal des Débats.

26 juillet 1916

2626 juillet 1916

 

Merci de ta seconde lettre, mon cher Pierre. Tu m’avais en effet parlé du voyage de Le H. [1]. Il est bien certain que l’action dans les Balkans pourrait prendre une immense importance. Encore faudrait-il qu’elle ait lieu. Hier, au dîner de Lapérouse [2] [3], j’ai causé beaucoup avec notre ami de Serbie de la situation. D’après ce que j’ai entendu, c’est l’attitude de la Roumanie qui accroche nos projets. On voudrait que les deux choses puissent coïncider, et Bratiano a encore mis des bâtons dans les roues. Les renseignements de Le H. sur les effectifs concentrés là-bas doivent être à peu près exacts. Il y a bien maintenant une division italienne, et les Russes qui nous sont arrivés par Brest sont expédiés à Salonique. Il doit encore y avoir pas mal de tiraillements entre Sarrail et les Alliés car le prince est toujours à Corfou. Il y aurait eu cependant une solution assez élégante pour tout cela, c’eût été de nommer le vieux roi généralissime. Cette nomination n’aurait été que platonique et honorifique car sa santé ne lui aurait pas permis d’avoir un commandement effectif. Cette nomination une fois faite, Sarrail restait le général en chef et le prince serait venu. Après, l’honneur ainsi fait à la Serbie eût été suffisant. Je ne crois pas que l’on s’en soit avisé ou, tout au moins, si quelques-uns y ont pensé, ils n’ont pu faire aboutir leur idée.

C’est bien la question polonaise qui est la cause du départ de Sazonov. Les mesures libérales que le ministre comptait prendre n’ont pas trouvé l’assentiment de plusieurs de ses collègues et la question polonaise va conserver son caractère aigu. On me racontait hier, du reste, le danger qu’il y a pour nous Français à vouloir demander l’autonomie de la Pologne, les Russes étant intraitables là-dessus, et l’on me citait le mal qu’avait fait la conférence de Charles Richet [4]. Il paraîtrait que Paléologue, assisté de quelques-uns de nos bons propagandistes, serait allé trouver Sazonov pour attirer son attention sur la Pologne. Le ministre aurait répondu à notre ambassadeur : « Souvenez-vous qu’en 1863 la Pologne a coûté l’Alsace-Lorraine à la France ». Le mot pouvait faire réfléchir, et je pense que Paléologue a dû regretter un peu une démarche intempestive. Il ne faut pas faire de maladresse sur cette affaire, et ici, malheureusement, nous avons quelques exubérants qui ont même cherché un roi éventuel pour la Pologne. Deux candidatures ont été soulevées dont l’une était celle de Sixte de Bourbon avec lequel, je crois, tu as dîné à la maison. Notre rôle est de parler de la Pologne, si nous voulons, mais de rester sur le terrain humanitaire, montrer que la Pologne existe sans froisser la Russie. Je crois t’avoir dit autrefois que les Polonais sages sentent très bien que, pris entre deux mastodontes comme la Russie et l’Allemagne, ils ne peuvent être indépendants mais doivent s’appuyer sur l’un ou sur l’autre et, à tous les points de vue, le point d’appui doit être la Russie.

J’ai interrompu ma lettre pour recevoir La Tour qui est venu me demander de faire partie d’un petit comité d’études sur l’avenir de l’Europe centrale. Quelle lumière puis-je leur donner, grands Dieux ! Je leur ai conseillé de prendre Gauvain, tout en acceptant pour moi théoriquement. Cependant, La Tour m’a dit une chose intéressante qu’on lui écrivait de Suisse ce matin. L’Autriche passe là-bas pour être complètement au bout, et les banques suisses ferment complètement leurs guichets à ce pays.

On me téléphone à l’instant de la Chambre la prise d’Erzindjan. Elle paraissait imminente, mais enfin, c’est une grosse chose pour les Turcs qui semblent bien complètement chassés du pays.

Imbart de La Tour m’a paru sceptique lui aussi sur la pénurie des réserves allemandes. On lui écrivait de Suisse que nos ennemis avaient encore beaucoup de monde réparti dans toute l’Allemagne. Il faudrait en connaître la qualité.

Je ferme mon vieux, car il est l’heure de boucler.

Ton vieil

Et

 

[1] Non identifié.

[2] 51, quai des Grands-Augustins, Paris, VIe.

[3] « Dîné ce soir chez La Pérouse avec la rédaction des Débats. » François de Wendel, Journal, 25 juillet 1916.

[4] Charles Richet (1850-1935). Littérateur. Sociologue. Président des Sociétés pacifistes. Prix Nobel (1913).

25 juillet 1916

25 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne t’ai pas parlé hier du changement dans le ministère russe et du remplacement de Sazonov aux Affaires étrangères par Stürmer. De toute façon je ne sais pas si ce changement sera très heureux. J’avais eu la visite dès hier de mon vieux membre du conseil de l’empire qui venait en causer avec moi. Il est bien certain que le départ de Sazonov est dû à une saute de température du tzar, car si Sazonov est réellement malade il l’était tout autant il y a deux ans. Sa santé n’est donc qu’un prétexte. L’empereur, qui n’aime pas beaucoup la contradiction, ne lui avait jamais pardonné une opinion qu’il avait franchement exprimée. Lorsque le czar voulut prendre le commandement de l’armée, Sazonov lui avait dit à ce moment-là : « Je ne crois pas que ce soit une bonne chose car la Russie sait bien que vous n’êtes pas un stratège et on ne vous attribuera pas les succès dont on fera les honneurs à vos généraux. En revanche, s’il y a des revers, c’est vous qui en serez cause ». D’autre part, Sazonov avait pris l’initiative de certaines mesures libérales, par exemple la promesse aux Polonais. On annonçait encore il y a quelques jours l’élaboration d’une nouvelle proclamation qui serait lancée. Il est très probable que le parti conservateur a travaillé et a eu raison du ministre des Affaires étrangères car les gens au pouvoir à l’heure actuelle sont des conservateurs ultra et ce sera sans doute la Pologne qui paiera les frais.

Les nouveaux ministres ont toujours appartenu au parti qui, avant la guerre, conseillait d’abandonner la France pour faire une politique nettement orientale. L’Europe occidentale, disaient-ils, doit être soumise aux lois de l’Allemagne, mais la Russie doit être maîtresse en Orient et en Asie. Stürmer lui-même, à ce moment-là, ne disait pas autre chose.

Bien que tous ces gens aient été autrefois les partisans d’une entente allemande, ils n’en sont pas moins, paraît-il, de bons serviteurs. Le tzar, étant tout à fait et résolument partisan de l’alliance avec la France, doit compter sur ces hommes qui suivront son inspiration. Au point de vue moral, l’équipe nouvelle serait meilleure que l’ancienne.

Je reviens encore sur l’affaire roumaine. Tu te rappelles que je t’en avais parlé un jour sur un coup de téléphone de mon homme de la Chambre. En me parlant, il avait dit les noms, avait parlé de Thierry. Ce téléphone a dû être dérivé car il y a eu deux attrapades entre Briand et Thierry à ce propos-là. Tu vois qu’il faut joliment se méfier de ce qu’on dit par fil.

Quoi qu’il en soit, on maintient que Briand et Lahovary auraient signé un protocole qui porterait une date. Ce protocole serait déjà rédigé depuis plus d’un an sans avoir jamais été signé et aucune date n’y avait été mentionnée, simplement une promesse sine die de concours. Et c’est cette date qui aurait été rajoutée avant l’échange de signatures. Malgré tout, ce papier n’aurait rien de définitif puisqu’il y manque la chose essentielle, la ratification à Bucarest. Je te donne tout cela comme on me l’a donné.

L’affaire Marschal [1], le raid sur Berlin, est enfin sorti. Il est, je crois, à peu près conforme au récit que je t’en avais fait il y a trois semaines environ.

J’ai reçu ton petit mot hier au soir et suis très heureux d’avoir eu des nouvelles du joyeux camarade Laurier [2]. Tu as bien raison de penser que tout est dans les effectifs, c’est là la grosse question.

Au revoir, mon vieux, et je suis content de l’économie faite de part et d’autre qui vous laisse un peu de répit.

Et

 

[1] Non identifié.

[2] Non identifié.

24 juillet 1916

24 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je te parlais ces jours-ci des bruits qui circulaient au sujet de la Roumanie. Je n’ai pas besoin de te confirmer, n’est-ce pas, qu’il n’y a rien de signé et que l’on a fait état tout simplement de l’obligation où la Roumanie va être de se décider pour raconter que c’était chose faite. La mauvaise opération de jeudi a jeté quelque pessimisme dans les différents milieux parisiens, et, naturellement, on fait parler les hommes au pouvoir. On prétendait que Briand aurait dit à la sortie du conseil : C’est un désastre. À la préfecture, on disait que sept divisions françaises avaient été amochées. Ce bruit venait de ce que des autos, pendant la nuit de vendredi et de samedi, avaient roulé en grande quantité pour aller chercher les blessés. Ces autos, repérées et comptées par les gardiens, leur avaient paru prendre des hommes de sept divisions. Leur calcul simpliste fut rapidement adopté par le public, et sept divisions, le lendemain, étaient détruites.

Connais-tu les Citroën [1] ? Ces gens ont, avec les fonds de l’État du reste, créé une usine à Grenelle absolument prodigieuse. Ils s’entendent à la réclame car le cinéma Gaumont montre au public, non seulement tout le travail de l’usine, mais aussi tous les visiteurs de marque, depuis Thomas jusqu’à Cadorna, en passant par Gilinski [2] et d’autres.

On me racontait ce matin une anecdote sur ce Citroën bien indicative du tempérament de ces gens-là qui pourraient aussi bien monter une maison de tolérance qu’une usine à obus. Figure-toi qu’un soir, à 7 h 1/4, Citroën arrive chez un avocat de nos amis avec deux ou trois bonshommes qui devaient être ses associés. – Pourriez-vous, monsieur, nous faire un acte d’association d’ici à 11 h ? Mon ami que voilà prend le train à Saint-Lazare à minuit pour s’embarquer pour l’Amérique et ne voudrait pas partir avant que l’acte soit signé. – Mon Dieu, si ce n’est pas trop difficile, nous allons essayer. Et, séance tenante, on se met à la besogne. À 11 h 1/4 tout était prêt sauf la participation dans les bénéfices dont le pourcentage n’était pas déterminé. Citroën dit  : « Laissons cela en blanc, je vais accompagner monsieur jusqu’à Saint-Lazare et nous arrêterons cette condition ensemble durant le trajet. » – Ainsi fut fait.

Je viens de recevoir Montferrier [3] qui est avec sa femme dans un hôpital à Dinand. Il m’a raconté l’évasion de trois prisonniers allemands officiers qui ont filé à Fougères. Croirais-tu que l’officier qui en avait la garde, ennuyé de faire l’appel du soir, en avait confié le soin à un officier allemand. Trois des prisonniers se sont fait porter malades. On a continué à les porter malades plusieurs jours au moment de l’appel. Puis ils ont disparu. Un a été repincé ; on croit que les deux autres ont pris une barque et se sont fait porter sur un yacht mouillé à Dinand qui, sous prétexte de balader des Américains, entrait et sortait comme il voulait sans être inquiété. Le yacht a disparu dans les quarante-huit heures de l’évasion. Il m’a également donné bien des détails sur de terribles lacunes dans nos hôpitaux. Il constate également que tout de même le moral des blessés n’est plus le même. Certains sont admirables et ne demandent la guérison que pour repartir, mais on sent que chez beaucoup d’autres l’enthousiasme n’y est plus comme au début.

En hâte, mon vieux, et à toi.

Et

 

[1] André Citroën (1878-1935). Ingénieur et industriel, il est le fondateur d’une importante entreprise de construction automobile. Hugues (1873-1953) est son frère aîné, il est officier de la Légion d’honneur et croix de guerre 14-18.

[2] Général Gilinski. Russe. Militaire. Chef de mission militaire russe au Grand Quartier général.

[3] Guillaume-Henri de Montferrier. Journaliste. Collaborateur du Journal des Débats, correspondant en Italie.

23 juillet 1916

23 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ce dimanche est beaucoup plus calme. Notre salle de rédaction n’a pas retenti d’éclats de voix ahurissants comme chaque jour. On sent que les gens vont à la campagne ou y restent s’ils y sont installés.

L’optimisme, sans être arrêté, ressent un peu de malaise. On comprend vaguement que les choses n’ont pas pris la tournure que l’on avait espérée. Je crois t’avoir parlé hier du discours du commandant Carence à la presse. Si j’en juge par ce que j’ai entendu, Carence a dû s’y prendre d’une façon assez maladroite. On assure aujourd’hui qu’il va publier une note expliquant la situation dans la Somme.

Quant à la Roumanie, je n’ai pas de véritable confirmation officielle, mais le ton de la presse étrangère et ennemie est curieux. Ce matin, on prétendait que la date de l’intervention serait le 3 septembre et que c’était contre la Bulgarie qu’elle se mettrait en mouvement. Si des négociations devaient être entamées par ces deux pays balkaniques, ces conversations n’auraient lieu que sur la base de l’abdication de Ferdinand. Tout cela m’a l’air de bavardages et, certainement, ce qui se passera sur les deux fronts d’ici à la fin d’août dictera seul la conduite de la Roumanie.

Marin, le député, a dit hier à l’un de mes collaborateurs que Pétain et Nivelle avaient voulu évacuer la rive droite de la Meuse donnant comme raison l’infériorité du matériel. C’est Castelnau qui s’est rendu de nouveau à Verdun et a rétabli les choses. Ceci confirme la conversation dont je t’ai fait part et que j’avais eue avec Thierry avant-hier où il me disait que Pétain se plaignait de l’insuffisance de notre matériel.

Au revoir, old chap.

Et