Archives mensuelles : juin 2016

30 juin 1916

30 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai déjeuné aujourd’hui chez Joseph Reinach. Les convives étaient tous gens marquants. Monaco [1], Rostand [2], Lord Granville [3], Lady Johnston [4], Mme de Noailles [5], Cumont [6], Cambon, Mme de Ganay [7] et Saint-Aulaire [8] avec qui j’étais très heureux de causer avant son départ pour Bucarest. J’étais à table à côté de lui et de Granville. Je t’assure que je séparais là deux courants diplomatiques bien opposés. Notre représentant me paraît être tout à fait dans les bonnes idées, et si ici on ne le paralyse pas, il peut faire de bonne besogne. À gauche au contraire, j’ai trouvé le germe de toutes les fautes commises jusqu’ici et, m’a-t-il paru, un entêtement farouche à ne pas bouger de Salonique si ce n’est par voie de mer avec le cap sur la Méditerranée.

Ce sont les idées évidemment du patron Edward Grey qui est, comme je te l’ai écrit en quelque occasion, resté bulgarophile. Il ne faut faire aucun mal à la Bulgarie. J’étais séparé de Mme de Noailles par Saint-Aulaire, de sorte que j’ai un peu causé avec elle, si tant est qu’on appelle causer le fait d’écouter ses paroles vives et légères (!) qui s’échappent d’une série de grimaces bien fatigantes. Je t’assure que c’est effroyable d’entendre ces femmes parler politique. Le plus terrible, c’est qu’elles ont tout de même un rôle. Mme de Noailles professe la plus grande admiration pour Briand, elle cite à tout bout de champ ce que Berthelot lui disait hier, ce matin, avant-hier. Berthelot est un homme remarquablement intelligent qui n’a jamais été de ceux qui auraient ménagé la Grèce. Quant à la Roumanie, maintenant il faut la laisser cuire elle-même. Il faut voir venir et attendre. Ainsi s’exprimait Berthelot. De plus, ce sont des niaiseries de croire que la princesse de Grèce avait, grâce à son intimité avec Briand, une influence lénitive quelconque. La princesse Marie est une grande Française en marge, voilà tout.

J’ai cependant noté, dans ce flux de paroles et de grimaces, un trait qu’elle a décoché à Granville en ayant l’air de reprocher à l’Angleterre d’agir ainsi parce que mal informé. Elle a raconté que l’attaché militaire anglais, un Mr Thompson [9], était à Bucarest un bon germanophile ayant je crois épousé une Allemande. Elle l’a dit très nettement à Granville qui a souri mais n’a pas bronché. C’est égal. Si c’est vrai, ce n’est pas une fameuse garantie pour le succès de notre politique.

J’ai eu des détails aussi sur la mission Mondésir qui est si longtemps restée en panne et qui, finalement, est considérablement réduite puisqu’elle n’aura que de Flers [10] et de Luynes [11] et pas du tout Mondésir, partira avec Saint-Aulaire.

J’ai reçu la visite d’un personnage très en relation avec l’Espagne. Le gouvernement espagnol est mécontent de ce que nous faisons avec la Catalogne. Lucien Poincaré [12] est allé inaugurer le fameux lycée dont je te parlais et il a porté des décorations qu’il a données à des républicains, à des révolutionnaires même, sans même avoir pris le mot de l’ambassadeur qui aurait écrit une protestation à son ministre. Mais sans doute, autant en emporte le vent. Que pèse un ambassadeur à côté de tous les ambassadeurs au petit pied envoyés par la Rue François-Ier ? Le roi aurait fait une violente sortie à mon vieil ami le colonel Tillion [13], attaché militaire. Celui-ci n’en dira rien.

Je te quitte mon vieux Pierre, il est tard.

Et

 

[1] Albert Ier, prince de Monaco (1848-1922). Fils de Charles III Grimaldi (1818-1889), prince de Monaco. Capitaine de vaisseau. Fondateur de l’Institut océanographique de Paris et de Monaco. Il est membre associé de l’Institut.

[2] Edmond Rostand (1868-1918). Homme de lettres. Membre de l’Académie française. Célèbre auteur, entre autres, de L’Aiglon et de Cyrano de Bergerac.

[3] William Spencer Leveson-Gower (1880-1953). Anglais. 4e comte Granville. Vice-amiral.

[4] Lady Johnston. Anglaise.

[5] Anna de Noailles (1876-1933). Princesse Brancovan, comtesse Matthieu de Noailles. Poétesse célèbre. Femme de lettres. Démocrate, radicale socialiste, se passionne pour Briand, puis pour Clemenceau, Painlevé et le général Mangin.

[6] Non identifié.

[7] Mme Jean de Ganay (1868-1940). Elle tient salon. Pendant la guerre, elle soulage les femmes de soldats mobilisés travaillant en usine. Elle fonde l’Association des infirmières visiteuses.

[8] Charles de Saint-Aulaire (1866-1954) est alors diplomate, ambassadeur de France en Roumanie, et il parvient à faire entrer le pays dans la guerre.

[9] Nalèche se trompe d’orthographe. Christopher Birdwood Thomson (1875-1930). Anglais. Attaché militaire en Roumanie (1915-1916).

[10] Robert de Flers (1872-1927). Homme de lettres. Il est l’auteur de nombreuses pièces de théâtre avec Gaston de Caillavet, son ami d’enfance. En août 1914, il est agent de liaison auprès de l’armée russo-roumaine.

[11] Honoré d’Albert de Luynes (1868-1924). Officier de cavalerie de réserve. Chevalier de l’ordre de Malte. Maire de Dampierre (Seine-et-Oise).

[12] Lucien Poincaré (1862-1920). Frère de Raymond Poincaré. Physicien. Haut fonctionnaire.

[13] André Tillion (1866-1963). Militaire. Colonel. Attaché militaire de France en Espagne. Ami d’enfance de Nalèche.

29 juin 1916

29 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je venais à peine de faire partir ma lettre hier au soir qu’un militaire est venu m’apporter un pli qui m’a fait beaucoup de peine pour toi car il m’annonçait l’impossibilité pour le 14 [1].

Voici le passage te concernant :

« Je suis absolument navré et obligé de vous avouer mon impuissance, pour une fois où je pouvais saisir une occasion de vous être agréable en quelque chose. Le capitaine Pierre Lebaudy n’a pas été proposé par son armée. C’est navrant, mais dans ces conditions, ici, je ne puis rien. Ce sera à reprendre plus tard en tâchant d’avoir une proposition ».

Peut-être n’avons-nous pas été très habiles, surtout si je retiens la fin de la phrase. Tu aurais dû me dire qui, à l’armée, était appelé à trancher la question. Peut-être mes amis auraient-ils pu intervenir là avec fruit.

Je suis désolé, mon vieux Pierre, de n’avoir pu faire mieux mais tu vois au ton de la lettre que si la proposition était arrivée, nous l’avions presque à coup sûr. J’en aurais été si heureux car, enfin, tu ne l’aurais pas volée.

Aujourd’hui, je n’ai pas le courage de t’écrire mes calembredaines habituelles. Je les reprendrai demain, ma lettre ne débutant pas par une mauvaise nouvelle.

Ton vieil affectionné

Et

[1] Il s’agit probablement de la promotion du 14 juillet de la Légion d’honneur.

28 juin 1916

2828 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Nous avons eu notre dîner de rédaction hier au soir. Paul y est venu et cela m’a fait grand plaisir. J’espère qu’il ne s’y sera pas trop ennuyé. Schlumberger [1] l’avait entraîné dans le coin où il a l’habitude de se placer et je les ai vus beaucoup bavarder dans leur quartier, ce qui m’a fait croire que cela l’aura intéressé. Fels, qui a pondu un bouquin, est venu aussi, toujours beau et solennel. Son petit livre qu’il a appelé du titre magnifique  : L’Impérialisme français [2], doit, suivant son idée, jouer en France un rôle décisif sur nos destinées.

Heurteau [3], qui était à côté de moi et dont le fils [4] est au QG anglais, m’a répété que les Anglais avaient une artillerie admirable et qu’ils étaient parés pour tout comme matériel. Dieu l’entende ! On dit généralement du reste que si les Allemands avaient profité de la leçon de Champagne et appliqué une force décuplée à Verdun, nous allions également maintenant nous-mêmes renchérir sur eux.

On vous glisse des tas de choses dans le tuyau de l’oreille que j’écoute sans y ajouter grand foi. Application de nouveaux obus terribles par leurs effets destructeurs, etc. Le résultat seul nous démontrera si tout cela est bien vrai.

J’ai reçu de Valence d’un de nos correspondants une note confidentielle me relatant le fait grave suivant : Il y a quelques jours passait en gare de Valence un train complet de zouaves appartenant au 2e régiment venant du camp de Valréas et allant à Lyon.

Sur tout le trajet, ces hommes se livrèrent à des actes scandaleux qui indignèrent les populations. Ils chantaient toutes sortes de chants antipatriotiques. Sur les wagons étaient inscrites à la craie les phrases significatives suivantes : À bas la guerre ! Vive la révolution ! Les chefs à l’échafaud ! Mort aux v. et au gouvernement ! etc.

Les officiers de service et les piquets des diverses gares du parcours furent impuissants à maîtriser les forcenés qui brisèrent tout sur le passage et pillèrent même les bibliothèques des gares. Informé, le ministre de la Guerre vient de prendre les sanctions suivantes :

Le général commandant le camp de Valréas est relevé de ses fonctions et remplacé par le général Pierron [5].

Le colonel reçoit un blâme du ministre.

Tous les officiers sont punis de trente jours d’arrêt.

Tous les sous-officiers sont punis de quinze jours.

La somme de cinq mille environ qui représente les dégâts causés à la compagnie PLM sera prélevée sur l’ordinaire du 2e zouaves.

Ce n’est pas très joli, mais un de mes jeunes gens qui était aux zouaves me dit que le 2e est presque tout entier composé sur place à Oran et qu’il y a là-dedans des quantités énormes de voyous sans nom, que c’est ce qu’il y a de plus malsain dans toute l’Algérie.

En plus, une réunion de délégués des différentes corporations de quatorze départements affiliées à la CGT, devait être organisée à Valence. On devait y discuter les questions suivantes : La vie chère et la main-d’œuvre féminine.

Le véritable but de la réunion était de fomenter une agitation révolutionnaire dans le pays.

Le génial gouverneur de la 14e région, après s’être entendu avec les autorités civiles, vient d’interdire cette réunion.

Avais-tu eu vent de tout cela ? Le Midi continue à nous donner de bons citoyens après nous avoir fourni de si excellents soldats.

Bonnes amitiés de ton vieil

Et

 

[1] Il s’agit probablement de Gustave Schlumberger (1844-1929), collaborateur du Journal des Débats.

[2] L’Impérialisme français, Berger-Levrault, 1916.

[3] Émile Heurteau (1848-1927). Frère d’André Heurteau. Ingénieur. Homme d’affaires. Polytechnicien. Directeur de la Compagnie de chemin de fer de Paris à Orléans (1886-1910). Vice-président du conseil supérieur du travail (1904-1923). Président de la Compagnie des forges et aciérie de la Marine et d’Homécourt (1915).

[4] Charles-Émile Heurteau (1878-1961). Fils d’ Émile Heurteau. Ingénieur. Homme d’affaires. Polytechnicien. Il alors est au Quartier général de l’armée anglaise.

[5] Non identifié.

27 juin 1916

27 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je pensais bien, d’après toutes les précisions et tous les préparatifs en cours, que tu aurais du mal à profiter de ta permission en juillet. Les Anglais ont commencé leur travail, et de toute part on dit que le côté matériel est absolument parfait. Il est même curieux de voir avec quelle rapidité les nouvelles se transmettent d’un bout à l’autre du pays. Dès 8 h ce matin, il n’était question dans toutes les bouches que de l’attaque anglaise et, l’imagination aidant, la percée sur plusieurs points était déjà chose faite. Je crois, malgré tout, qu’on n’en est aujourd’hui encore qu’à la période préparatoire et à l’artillerie. Je ne serais pas étonné qu’en effet les premières lignes allemandes soient occupées, mais n’est-ce pas toujours comme cela au début de chaque offensive, les premières lignes bouleversées étant abandonnées pour le repli. Tu sais cela mieux que moi.

Toujours est-il que la censure, toujours imbécile, nous a envoyé une note particulière pour nous rappeler qu’il ne fallait pas exagérer les succès relatés par les communiqués et nous rappeler à la stricte observance des prescriptions. N’est-ce pas aller un peu vite en besogne que de se prémunir contre l’interprétation de succès alors qu’on n’en annonce aucun.

Cette opération anglaise va-t-elle avoir son contrecoup sur Verdun ? Espérons-le. On salue cette entrée des Anglais dans le jeu comme devant être le salut pour notre place, si entamée pour l’instant.

[manque la p.2]

lutter économiquement après la guerre. Nous ne serons pas seulement mangés par les Allemands, m’a-t-il dit, mais nous allons être distancés par les Anglais qui, eux, travaillent de toutes leurs forces. Ici nous fendons des lignes anti-boches, mais nous ne comptons, pour le développement de notre commerce ou de notre industrie, que sur des droits protecteurs.

Ce garçon a cent fois raison, et à l’heure actuelle tout le monde parle, tout le monde discourt. Les conférences pleuvent, mais, pour agir, pour prendre une initiative pratique autre que la constitution d’un bureau avec président, vice-président, etc., plus personne. J’ai eu à ce point de vue-là d’effarantes conversations avec des industriels. Il en est du domaine économique comme du domaine militaire, nous sommes enlisés dans la routine.

Au revoir, old man.

Puis-je continuer à t’écrire malgré les événements ?

Ton vieil

Et

 

26 juin 1916

26 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On est ému dans Paris, il n’y a pas à dire. Ce matin, il paraît qu’il y a eu aux Halles de la surexcitation. Des gens plus ou moins bien intentionnés ont répandu le bruit que Verdun était pris, et dans tout ce public matinal on a été alarmé et excité. J’en ai eu les échos dans le public jusqu’à mon retour au bureau. Cette prise de Verdun a circulé dans les tramways et les métros.

Tout à l’heure, un de mes collaborateurs a causé avec Cruppi [1]. Celui-ci lui a dit que la préparation anglaise avait commencé dès hier et que le canon tonnait là-bas d’une façon terrible, que cette canonnade était entendue jusque sur les côtes anglaises. Il ajoutait que d’ici à deux ou trois jours on n’en parlerait pas, qu’on attendrait que ce tir de préparation fût complet.

Beaucoup de gens ont été alarmés par l’article du Temps d’hier au soir. L’as-tu lu ? Cet article, échoppé à un seul endroit, semblait dire qu’une offensive prise par les Alliés ne pourrait réussir par suite de l’insuffisance du matériel et qu’il fallait attendre plusieurs mois avant d’espérer le succès. Il était écrit à petits fragments coupés. Malgré tout, je ne serais pas étonné qu’il ait Tardieu pour auteur. Depuis deux mois, il fait une campagne contre toute offensive destinée à soulager Verdun.

L’intérêt de cet article, du reste, n’était pas dans le fait qu’il fut ou ne fut pas de Tardieu, mais bien dans celui que la censure l’avait laissé passer.

En le relisant, cela m’a tout à fait produit l’impression d’une chose concertée destinée à calmer le public au sujet d’un résultat définitif d’une offensive.

Je viens d’avoir une longue conversation avec Hector de Panafieu [2] à la tête, au Quai d’Orsay, du Bureau des Prisonniers de guerre. Tu sais, et je te l’ai raconté déjà, que les représailles demandées par notre opinion publique, sont la cause d’un retriplement de mesures de rigueur pour les nôtres. Panafieu déplore ce mouvement. On a pris des mesures ici pour démontrer au gouvernement allemand que l’on atténue autant que l’on peut ce qui pourrait donner matière aux représailles de la part des Allemands. Cette conversation est venue de ce que l’on m’avait soumis des lettres de prisonniers français se plaignant de ce que les gouvernements renchérissaient en mesures de représailles et demandant d’user de toute l’influence pour que des initiatives aient lieu en sens contraire.

Personne ici ne veut se rendre compte que nous avons deux tiers en plus des nôtres internés en Allemagne et que les mesures prises sont bien plus nocives pour nous que pour les Boches.

Good bye, old man.

Et

 

[1] Jean Cruppi (1855-1933). Magistrat. Homme politique. Député radical de la Haute-Garonne (1898-1919). Ministre à plusieurs reprises, il est envoyé en mission pendant la guerre en Angleterre, Italie, Russie.

[2] Hector de Panafieu (1865-19). Camarade de Nalèche au collège Stanislas. Diplomate. Ministre plénipotentiaire. Directeur du Bureau des Prisonniers de guerre au Quai d’Orsay. Membre de l’Union.

25 juin 1916

25 juin 1916

 

Je te remercie, mon cher Pierre, de m’avoir renvoyé la lettre. Je vois comme cela qu’elle t’est bien parvenue, mais tu n’aurais eu qu’à la déchirer. Tu as pu voir qu’on surveillera la chose avec beaucoup de cœur sinon avec succès.

Rien de bien particulier à te signaler depuis hier. Le dimanche on voit moins de monde, on a moins de conversations. Puis, pour tout le monde c’est un peu la même préoccupation ; chacun donne ses vues, ses appréciations ; on juge, on critique, mais les choses n’avancent guère pour cela.

Il me semble bien que tu avais raison en ce qui concerne Verdun. On parle toujours des projets de notre côté mais rien ne semble encore se déclencher. Et le jour où cela arrivera, quelle répercussion cela aura-t-il ailleurs ? Autant de problèmes dont les solutions sont douteuses et qui nous laissent dans le marasme.

J’ai su ce matin que les délégués suisses étaient plutôt moroses. Ils prétendent que l’accueil qui leur a été fait au Quai d’Orsay fut assez désagréable. C’est Gout [1] qui a été chargé des négociations, et il aurait accueilli les envoyés avec une charge à fond de train contre l’attitude helvétique. Je connais Gout, cela se peut très bien. Il faut dire aussi que la question de nos relations avec la Suisse est bien difficile. Il paraît cependant que les Allemands ont fait des distinctions dans les marchandises. C’est ainsi qu’ils ne priveraient pas la Suisse de charbon, contrairement à ce qu’on avait dit tout d’abord. À ce point de vue-là, nos ennemis sont moins maladroits que nous et ceci prouve leur habileté.

Briand serait parti, paraît-il, aujourd’hui pour le front anglais.

Un de mes petits cousins, Gaston de Barry [2], est venu me voir aujourd’hui. Il s’est engagé à dix-sept ans dans les dragons mais il passe dans les crapouillots [3]. Il revient de Roye où, me dit-il, il y a des préparatifs énormes. Il n’était qu’à cinq ou six kilomètres des Anglais. Ceux-ci tirent, paraît-il, sans discontinuer. Les Allemands répondent très peu. Leurs lignes (françaises) étaient également assez peu arrosées. Parfois des tirs de riposte, mais économie certaine.

On m’a donné aujourd’hui un renseignement dont je n’ai pu constater la vérité. On aurait évacué tous les habitants des régions du Nord. On semble dire que c’est autant par mesure de prudence, si la bataille s’engage, que par précaution à cause de l’insécurité des indigènes dont beaucoup ont déjà été empoisonnés par le microbe.

Au revoir, mon cher Pierre, j’enregistre avec plaisir que nous te verrons aux environs du 4 juillet. Préviens-moi par un mot pour que je cesse de t’adresser mes inepties.

Ton affectionné

Et

 

[1] Jean Gout (1867-19). Diplomate. Ministre plénipotentiaire. Vice-consul de France à Beyrouth (1894). Consul suppléant à Constantinople (1894). Consul à Bosna-Sérai. Sous-directeur d’Asie et d’Océanie (1914). Membre de la commission interminisérielle d’études pour la Société des Nations (1917-1919).

[2] Gaston de Barry (1898-1953). Petit cousin de Nalèche.

[3] Soldat servant un petit mortier de tranchée.

24 juin 1916

24 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Peu réjouissant les nouvelles de ce matin. Les choses militaires, tu les connais mieux que moi, je n’insiste donc pas, mais ce cheminement lent et régulier impressionne tout le monde.

J’ai vu ce matin quelqu’un qui est à la source et je lui ai exposé mon indécision. Il y a pour nous une sorte de cas de conscience. Devons-nous préparer le public à la prise de Verdun ? Ne faut-il pas habituer l’opinion à cette idée que la chose est possible, pour qu’au jour où l’événement viendrait à se produire il ne se produise pas un fléchissement dans l’esprit public à la lecture d’un communiqué qui aurait quelque analogie avec le communiqué fameux de « la Somme aux Vosges » ?

On ne m’a nullement répondu : Mais Verdun ne sera pas pris. On m’a simplement dit qu’on verrait des dangers à cette préparation que le public interpréterait aussitôt dans le sens le plus mauvais, c’est-à-dire que la prise de Verdun étant une chose assurée, on voulait d’avance le laisser comprendre. J’avoue que je n’aime pas beaucoup ce raisonnement. Il y aurait mille moyens de transformer cela en une étude. La prise de Verdun, après ces quatre mois d’offensive terrible et de défense acharnée, n’est plus du tout celle de février ou mars. Les conséquences n’en seraient plus les mêmes et les choses que l’on a pu dire à cette époque se trouveraient vraies aujourd’hui. Malgré tout, il y aurait en Europe un gros effet moral et c’est cet effet qu’il faut redouter.

Tu n’as peut-être pas su qu’à la suite de l’étouffement par Deschanel de la proposition Pugliesi-Conti (éloignement du Comité secret des pèlerins de Kienthal), ce député avait envoyé des témoins au président de la Chambre. Les témoins étaient les deux marquis de Juigné [1] et de Kernier [2]. Une entrevue a eu lieu tellement violente, et je crois tellement indignée de la part de notre cher Paul, que Kernier s’est offensé à son tour et lui a dit : Mais je vais moi-même vous envoyer mes témoins. Devant cette menace nouvelle, Deschanel aurait apporté un peu plus de modération. Comme tu le comprends sûrement, l’affaire n’a pas eu de suite.

Conan Doyle [3], le père de Sherlock Holmes, le célèbre romancier anglais, a visité notre front et s’est rencontré avec Clemenceau. Voici ce qu’il écrit sur notre Tigre national dans le Daily Chronicle du 20 :

J’ai rencontré Clemenceau. C’est un démolisseur incapable de rebâtir ce qu’il démolit. Sa physionomie m’a rappelé celle de Jim Mace [4], le boxeur. Nous avons des hommes dangereux, mais aucun ne l’est plus que M. Clemenceau. De tels hommes sont un danger public.

Je t’envoie ce passage qui t’amusera si tu ne lis pas le Daily Chronicle.

Les Italiens ont une attitude bien curieuse en ce moment, et ils continuent de plus en plus à comparer l’affaire de Verdun à celle de l’Astico. Quand ils se sont trouvés face-à-face avec les Autrichiens pendant quatre jours d’offensive, ils n’ont cessé de télégraphier partout pour qu’on leur vienne en aide, et, aujourd’hui que les Russes leur ont sauvé la mise dans les conditions que tu sais, ils passent leur temps à dire que tout a été retiré du front français pour être envoyé contre les Russes. Ils en profitent pour ne rien faire. Croirais-tu que sur l’Isonzo ils ont plus de soixante bataillons de supériorité sur les Autrichiens et ils ne bougent pas. Tittoni, dans son discours de jeudi, a consacré en quelque sorte officiellement cette assimilation entre Verdun et le Tyrol. Ce sont de drôles d’alliés ! Il faut les prendre comme ils sont et ne pas en être dupes.

On me réclame ma lettre pour la poste, mon vieux Pierre, je la donne.

Ton affectionné

Et

 

[1] Jacques de Juigné (1874-1951). Homme politique. Conseiller général de Loire-Inférieure. Député non inscrit (1906-1936) puis sénateur de Loire-Inférieure (1936-1941).

[2] Jacques de Kernier (1862-1932). Député royaliste d’Ille-et-Vilaine (1912-1919) dans le groupe des droites. Il participe en comité secret à la discussion des ordres du jour motivés concernant les affaires de Grèce et l’attitude des délégués à la conférence de Stockholm.

[3] Arthur Conan Doyle (1859-1930). Anglais. Romancier. Célèbre pour son héros Sherlock Holmes.

[4] Jim Mace (1831-1910). Anglais. Boxeur et homme de cirque. Champion d’Angleterre des poids lourds.

23 juin 1916

23 juin 1916

 

Ouf ! mon pauvre vieux, quelle journée ! Enfin, elle ressemble terriblement à celles qui précèdent, mais je me suis demandé si je pourrais arriver à t’écrire ma petite lettre quotidienne. Encore ne suis-je pas bien sûr que celle-ci puisse partir à l’heure.

Voici le ministère Briand consolidé avec un ordre du jour que je ne trouve pas très reluisant malgré le mot de confiance qui y est placé et sur lequel je te disais hier qu’une opposition s’était élevée. Briand, s’il avait voulu paraît-il, aurait très bien pu exiger une autre rédaction plus courte et plus nette. Lorsque les présidents de groupes l’ont fait appeler pour se mettre d’accord, on lui avait présenté un ordre du jour impossible. Immédiatement, et sans discuter, Briand leur a dit : Je regrette, mais avec un ordre du jour comme celui-là je m’en vais. Et il s’en allait effectivement. Ils lui ont fait un rempart de leur corps et Briand a consenti à discuter. C’est là qu’il n’aurait pas dû accepter l’ergotage sur chaque phrase. S’il avait imposé une rédaction courte et simple, ils auraient sûrement accepté.

Il semble que notre homme sorte de là avec une situation personnelle immense. Un député m’a fait aujourd’hui la psychologie de la Chambre vis-à-vis du président du Conseil. Les parlementaires se rendent peut-être compte que ce n’est pas un homme d’État extraordinaire, mais ils reconnaissent qu’il a une telle virtuosité, qu’il leur est tellement supérieur qu’ils désirent le garder. Cette lutte de six jours avec tout un Parlement hostile a été quelque chose de phénoménal. Du reste, comme tous ces gens-là n’ont guère d’idées générales, chacun voulait placer sa petite affaire, et au lieu de laisser discuter un ou deux messieurs bien choisis qui auraient serré de près une ou deux questions, ils se sont obstinés à souffler chacun dans leur petite trompette. Briand n’a eu qu’à foncer et il a tout démoli. Les deux plus aplatis dans l’affaire sont Maginot et Delcassé. Ce dernier, dans le feu de son discours, a été jusqu’à dire qu’il regrettait que les Allemands ne fussent pas à Salonique.

On me citait un mot assez curieux qui fut dit et répété par de grands Anglais à l’Union. Quelques-uns des membres français, dont Louis de Ségur [1], ont cru, lors de la mort de Kitchener, devoir prendre une figure de circonstance et leur exprimer des condoléances : Enfin, auraient-ils répondu, on va pouvoir enfin se battre !

Je ne sais pas trop bien comment va se terminer l’affaire suisse. Cela ressemble terriblement à un chantage opéré sur notre voisine à la suite de notre intervention en Grèce. Il est certain que la Suisse a besoin de charbon et nous ne pouvons pas lui en donner.

Je viens d’avoir une longue conversation avec un de nos fonctionnaires, ou plutôt anciens fonctionnaires en Orient. Il était venu me parler de la prise de La Mecque. Il demandait depuis longtemps aux Anglais de s’efforcer de soulever les Arabes. Il estime que cela a une très grosse importance tant au point de vue politique qu’au point de vue militaire. Le grand chérif se proclamant, se faisant proclamer khalife, c’est un coup terrible contre les Jeunes-Turcs qui vont cacher cela longtemps à Constantinople. D’autre part, ils seront acculés à une expédition militaire. On croit que les Arabes ont fait sauter le chemin de fer du Hedjaz en certains points et ont dû combler les puits artésiens. Ce seront donc de terribles difficultés pour les Turcs qui ont 5/6e de leur armée faisant face aux Russes.

Je crois savoir qu’il y a en Suisse un homme de tout premier ordre, un Russe, qui est chargé, non pas de causer avec les Turcs, mais de les écouter.

Au revoir, mon vieux, bien affectueusement à toi.

Et

 

[1] Louis de Ségur-Lamoignon (1860-1930). Officier de cavalerie. Vice-président de la Compagnie internationale des wagons-lits. Membre de l’Union interalliée.

22 juin 1916

22 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

La séance d’hier n’a été marquée que par de nouvelles paires de gifles. Un député instituteur socialiste, Fabre [1], ayant déclaré à Josse [2], député de l’Eure je crois, qu’il avait l’air d’un garçon coiffeur, Josse lui a demandé de répéter le mot. L’autre a répété. Vlan, Vlan, ça y était. Voilà la dignité de nos assemblées nationales.

Aujourd’hui, la séance secrète s’est terminée à 3 h et l’on devait reprendre à 4 h en séance publique. On nous téléphone en nous disant qu’une divergence de vues s’était élevée entre le président du Conseil et les présidents de groupes mais que la difficulté était aplanie. Il n’en était rien car, à 4 h, au lieu d’ouvrir la séance publique, la Chambre s’est reformée en Comité secret. Nous en sommes là.

Paul m’a téléphoné pour savoir. Je n’ai pu lui dire que ce que je te raconte là.

S’il nous vient quelque chose avant que je colle mon enveloppe, je t’en ferai part.

Tu trouveras ci-joint une lettre dont j’ai coupé la signature pour le cas où elle n’arriverait pas à destination. Je pense qu’elle te fera plaisir.

À toi, mon vieux.

Et

 

[1] Nalèche se trompe. Il confond avec Henri Fabre, directeur du Journal du peuple. Il s’agit d’Antoine Fabre  (1851-1923). Homme politique. Député radical socialiste du Puy-de-Dôme (1908-1919). Cf. lettre du 22 juin 1916.

[2] Prosper Josse (1874-1953). Député républicain de l’Eure (1914-1924).

21 juin 1916

21 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Sur ton camarade futur je ne reçois que des renseignements assez vagues mais généralement favorables, je dois dire. Comme opinion avouée, c’est évidemment très à gauche (gauche républicaine), mais cependant il passe pour un homme assez gentil et bien élevé. Avocat et président du conseil général, il a passé dans son pays à la quasi-unanimité, près de dix mille voix contre moins de deux mille. C’est donc te dire qu’il n’a guère d’ennemis. Physiquement il est bien. Mais quand tu vois des majorités comme cela, s’appliquant à des hommes qui n’ont pas eu une carrière marquée, tu peux hardiment te dire que s’ils sont assez faciles à vivre, il n’y a pas à faire grand fond sur leur caractère. Dans le cas qui t’intéresse, je crois que c’est la première de ces conditions qui est surtout importante à cause de la vie en commun.

J’espère qu’hier ce fut la dernière séance ou plutôt la dernière journée complète du Comité secret et qu’aujourd’hui on reprendra le cours des séances publiques. La journée d’hier fut marquée par le grand succès de Briand et l’effondrement de Delcassé. Croirais-tu que ce pauvre diable a eu l’idiotie de prendre la parole. Vraiment, il faut que ce que nous appelons des hommes d’État soient de vrais imbéciles. Delcassé croyait justifier sa politique devant cette Chambre que les affaires de Grèce actuelles doivent remettre dans le souvenir des affaires bulgares passées dont elles ne sont que la conséquence. C’est effarant d’ineptie. Quoi qu’il en soit, le petit homme est remonté à la tribune. Il a déclaré que l’expédition de Salonique était une bêtise et que si les ennemis violaient leurs engagements, les Alliés n’avaient qu’à faire de même. Sais-tu en quoi consiste, pour Delcassé, la violation des engagements des Alliés ? C’est d’abandonner Salonique. Il faut nous rembarquer.

Je n’ai pas besoin de te dire comment l’ancien ministre a été accueilli !

Le clou de la séance, ce fut la déclaration d’énergie de Briand quant à la Grèce justement. Le président du Conseil a déclaré que les Alliés allaient remettre une note à la Grèce et que si la réponse à cette note semblait tarder elle se transformerait en un ultimatum. D’après cette note, le gouvernement actuel serait remercié et l’on procéderait à de nouvelles élections. Du reste, les puissances signataires de la garantie de la constitution étaient certaines d’avoir avec elles la majeure partie de la population hellénique, etc.

Je t’avoue que, tout d’abord, cette note, qui doit être suivie d’un ultimatum si elle ne reçoit pas de réponse, m’a semblé encore des atermoiements. Ne crois-tu pas que la note elle-même aurait pu être un ultimatum ? On m’a affirmé que, probablement vendredi, les mesures seraient prises. Attendons donc.

Ce qu’il y eut de plus amusant, c’est que Briand, avec son habileté coutumière, fit allusion aux bruits qui circulaient sur son intimité avec la maison royale de Grèce. Il a dit à la Chambre : Je sais bien que pour expliquer la longanimité du gouvernement français vis-à-vis de la Grèce, on a cherché des raisons qui touchaient de près le président du Conseil… etc. On a ri et il a triomphé. Donc, hier encore, majorité pour le gouvernement. Deux personnes paient jusqu’alors le Comité secret. Ce sont le pauvre Maginot, que l’on avait baptisé les « Hauts de Meuse » et que l’on nomme aujourd’hui « le sot en hauteur », et Delcassé, que la déclaration de guerre bulgare n’avait pas encore assez aplati.

Aujourd’hui, tous les raseurs veulent encore parler. Varenne [1] désire se montrer stratège, Millevoye [2] se sent en gestation de quelques mots historiques, enfin, un certain nombre d’autres désirent figurer en posture d’hommes d’État devant la postérité et tiennent à caser quelques phrases définitives ou prophétiques que l’Histoire enregistrerait. Et pour cela, voilà des ministres qui devraient s’occuper des affaires du pays qui sont gardés depuis cinq jours en vase clos.

Amitiés.

Et

 

[1] Alexandre Varenne (1870-1947). Avocat. Journaliste, fondateur de La Montagne. Homme politique. Député socialiste du Puy-de-Dôme (1906-1910 ; 1914-1936).

[2] Lucien Millevoye (1850-1918). Magistrat. Journaliste, rédacteur à La Patrie. Homme politique. Député bonapartiste de la Somme (1889-1893) puis député nationaliste de la Seine (1898-1918).