Archives mensuelles : mai 2016

21 mai 1916

21 mai 1916

 

Dear old man,

 

J’ai reçu ta lettre hier au soir et je te donnais presque au même moment la même impression. Ce que tu me dis du moral ne me surprend pas, j’avais constaté ces symptômes depuis quelque temps déjà. Il est certain que la nourriture doit y être pour beaucoup, de même que cette question alimentation surabondante avait été, dans les crises terribles que nous avons traversées, un des plus importants facteurs de bonne humeur.

Politiquement, les choses tendent à se mettre au calme, la crise paraît conjurée, pour le moment du moins. D’autre part, les Russes vont occuper le tréteau pendant toute une semaine et cela fera une trêve aux surexcitations de notre Douma. Du reste, cette délégation n’est pas fameusement reluisante. Il y a bien quelques membres du Conseil de l’empire, mais les membres de la Douma m’apparaissent un peu comme nos Franklin-Bouillon, Renaudel ou Jaurès. Milioukov [1], notamment, est bien une sorte de sous-Jaurès.

On s’est décidé à sortir, ce matin seulement, le discours prononcé par Viviani en Russie. Je ne sais pourquoi on l’a gardé trois ou quatre jours alors qu’on a publié tous les autres. Il paraîtrait qu’il était arrivé à Paris en style abrégé et qu’il a fallu le remettre sur pied. C’est assez étonnant car ces discours sont généralement écrits d’avance et les termes en sont soigneusement pesés. J’espère que Viviani ne s’est pas laissé aller à quelque extinction d’étoiles [2] ou autres fantaisies oratoires que l’on aurait été obligé de corriger.

On prétend de certains côtés que le voyage de nos ministres avait, au nombre de ses différents buts, celui d’obtenir une manifestation en faveur de la Pologne. Si c’est vrai, j’en serais bien content et surtout s’ils ont réussi car, je crois te l’avoir expliqué déjà, je redoutais beaucoup quelque mauvaise affaire de ce côté-là. Il est déjà bien tard, mais enfin cela vaudrait mieux que rien et il faut tout faire pour paralyser la propagande allemande.

Tu as vu dans le journal une belle réclame de première page que nous fîmes à une veuve, excellente du reste, la reconstitution des foyers en Alsace [3]. Tu as pu lire que Mme Langweil [4] avait prêté son hôtel aux collections que l’on exposait et y avait exposé ses propres bibelots qui sont des merveilles. Je n’y suis pas allé mais nous savons que l’exposition est très belle. Quelqu’un de ma famille s’y est rendu hier et en est revenu exaspéré. L’hôtel de Mme Langweil est très beau. C’est l’ancienne demeure des Vicence d’Espeuilles au coin de la rue de Varenne et de la rue Vaneau. Il a dû être vendu à la suite des frasques du jeune d’Espeuilles [5]. L’exposition est donc installée dans ces magnifiques salons auxquels conduit un admirable escalier. Mais tout est fait pour la gloire de Mme Langweil. Celle-ci trône du matin au soir en pleine exposition, et les visiteurs sont obligés de la saluer. Elle est entourée d’une cour de dames des plus huppées, tu les vois d’ici, Béarn, Ganay, etc. Elle crie, gesticule, se fait entendre dans tout l’édifice qu’on visite de fond en comble, et l’on entend cette phrase revenir constamment : « Et dire que c’est Madame Langweil qui a fait tout cela  ! » Dans chaque pièce, la surveillance est organisée au moyen d’Israélites aux nez crochus qui vous promènent jusqu’aux cuisines et vous disent avec un accent tudesque caractérisé : Ça, c’est les guisines de Matame Langweil.

Tout ce battage a été admirablement exploité par cette simili Boche, sinon Boche tout à fait, pour s’introniser française nationaliste. Voilà les effets de la charité !

Ton affectionné

Et

 

Tu me dis d’espacer mes lettres, mon vieux Pierre. Si je les espaçais, je ne t’écrirais plus. Tant que tu y prendras deux sous d’intérêt, je les continuerai. Si elles t’embêtaient, ce que je comprendrais parfaitement car elles ne sont ni réfléchies ni composées ni même relues, tu me le dirais tout simplement.

Ton affectionné

Et

 

[1] Pavel Nikolaïevitch Milioukov (1859-1943). Russe. Historien et homme politique. Il est l’un des fondateurs du Parti des constitutionnels-démocrates dont il assure la direction de 1907 à 1917. Député à la Douma. Il accuse la tsarine de germanophilie et tente cependant de sauver la monarchie en février 1917. Après l’abdication de Nicolas II, il est nommé ministre des Affaires étrangères par le gouvernement provisoire du prince Lvov en mars 1917.

[2] Allusion au fameux discours de Jean Jaurès à la Chambre des députés sur la peine de mort le 18 novembre 1918.

[3] La Renaissance des foyers en Alsace, œuvre qui s’efforce de substituer aux aumônes l’assistance par le travail en donnant à faire de la couture et du tricot aux femmes évacuées d’Alsace.

[4] Mme Charles Langweil (1861-1958). Née Florine Ebstein. Antiquaire, spécialiste de l’art chinois.

[5] Adrien Vicence d’Espeuilles (1874-1929). Diplomate. Attaché d’ambassade.

20 mai 1916

20 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai eu hier au soir une assez longue conversation avec un homme qui voit fréquemment le président du Conseil et est assez au courant de ses impressions et de ses intentions. Briand serait décidé à défendre Joffre coûte que coûte et il l’aurait fait très énergiquement à la commission. Le plan qui consisterait à lui imposer une modification dans le Haut Commandement, et qui est le plan suivi par les parlementaires, aurait les plus graves dangers. Les partisans de ce plan sont de deux sortes, les uns, assez naïfs, qui, impressionnés par tout ce que l’on a dit ou vu, voudraient mettre un homme actif, énergique et n’ont en vue que l’homme qui s’est imposé comme notre plus grand général ; et d’autres, beaucoup moins simples, qui voient de plus loin et voudraient qu’une bonne fois le principe du généralissime intangible soit violé pour appliquer un peu plus tard les plus basses intrigues. On s’inclinerait devant l’autorité de Castelnau, puis on démolirait sa réputation afin d’amener au poste un homme de son choix. Pour cela, il faut s’appliquer à tellement discréditer celui qui est en place que son changement soit demandé par ceux-là mêmes qui seraient les plus convaincus de l’intangibilité. Tu dois penser qu’une grande quantité de militaires se jettent tête baissée dans le piège.

De plus, Joffre est le seul homme, paraît-il, dont nos Alliés consentent à recevoir des ordres. C’est déjà quelque chose.

D’après mon interlocuteur, on tâche d’augmenter les pouvoirs de Castelnau et l’on s’en tiendra là. Inutile de te dire, n’est-ce pas, que le généralissime rêvé par nos bons radicaux-socialistes est Sarrail. Cela va de soi. Je te rappelle la conversation que j’eus avec Monis [1], bien caractéristique à cet égard.

Des bruits avaient couru tantôt dans les couloirs de la Chambre que la cote avait été prise, mais le communiqué annonce au contraire qu’il n’y a pas eu d’action d’infanterie.

Tu as dû être au courant du grand Conseil de guerre qui s’est tenu à Châlons. Je crois que l’offensive y a été discutée. Je ne saurais te dire au juste ce qui y a été décidé. Je sais cependant que les avis ont été très partagés et que même les anciens voulaient attendre à l’année prochaine. L’un de ces derniers a dit à quelqu’un qui me l’a répété, et il est une haute personnalité militaire, qu’il voyait encore un an et demi de guerre. Si nous nous plaçons au point de vue strictement militaire, je crois bien qu’il a raison. Mais néanmoins, je crois, ou du moins mon impression est que la plus forte partie est faite. Pour un certain nombre de personnalités, il faudrait qu’au mois d’août les choses aient été menées au point où l’on puisse déterminer d’une façon à peu près nette quelle sera la durée probable. Pour cela, il faudrait qu’au mois d’août un grand effort ait été tenté un peu sur tous les fronts.

L’un de ceux-là n’est pas en très bon point, nos amis transalpins m’ont l’air d’avoir reçu une frottée sérieuse [2]. Dans tout, il y a un côté comique. Si tu lis leurs journaux, tu verras comme notre affaire de Verdun est venue en bon point pour leur permettre les comparaisons. Tout à l’heure, dans une réunion, nous parlions des trois socialistes de Kienthal et un de mes confrères nous racontait que Brizon [3] est séparé de sa femme. Celle-ci raconte à qui veut l’entendre, et elle l’a écrit à ce directeur lui-même, que l’honorable député avait reçu pour les frais de son élection trente mille francs payés par… la rue de Lille [4]. Il n’y a qu’à noter la chose sans y ajouter une foi complète. Propos de femme outragée, mais enfin…

D’autre part, à la suite de Zimmerwald, il y eut une réunion de ces socialistes désireux de prolonger l’action internationaliste active, et un procès-verbal fut signé de plusieurs d’entre eux dont Merrheim [5][6], etc., et à la fin de ce document se trouve la mention suivante : et nous sommes sûrs d’avoir toute l’aide pécuniaire nécessaire.

Ce document a même été publié dans Le Populaire limousin, ce fameux organe internationaliste qui s’était même vanté de donner des articles de socialistes allemands.

Bonnes amitiés de ton vieil

Et

 

[1] Cf. lettre du 24 février 1916.

[2] Il s’agit probablement de la bataille de l’Isonzo.

[3] Pierre Brizon (1878-1924). Journaliste. Homme politique. Député socialiste de l’Allier (1910-1919). Directeur des journaux révolutionnaires La Vague, hebdomadaire de combat pacifique qu’il fonde en 1918, et Le Bloc des rouges.

[4] Le siège de la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO) est 86, rue de Lille, Paris, VIIe.

[5] Alphonse Merrheim (1871-1923). Originaire de Roubaix, il est chef syndicaliste à la CGT, secrétaire général des Métaux. En 1914, il est membre du noyau internationaliste de la Vie ouvrière de Monatte et Rosmer et participe à la conférence de Zimmerwald.

[6] Albert Bourderon (1859-1930). Ouvrier. Secrétaire du syndicat du tonneau de la CGT et membre du parti socialiste avant 1914. Pacifiste internationaliste modéré, il participe à la conférence de Zimmerwald en septembre 1915. En 1917, il revient au réformisme de la CGT.

19 mai 1916

19 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

La séance d’hier a été un peu ce que nous la prévoyions. Elle n’a pas donné grand-chose. On sent l’hostilité générale mais la crainte de renverser un gouvernement que l’on ne pourrait remplacer. Briand a vaguement fait prévoir des changements. Il y en a un au Grand Quartier général qui est acquis, c’est Buat qui quitte son poste actuel. On m’a rapporté tout à l’heure que pour le général Pellé c’était fait aussi. Je n’ai à cet égard encore aucune certitude. Si on remercie celui-là, on fera une grosse bêtise. Mais il est visé depuis longtemps par la Rue François-Ier, et cette dernière voudrait mettre la main sur le service complet. Si les choses en arrivent là, dis-toi bien une chose, c’est que tout, désormais, serait dans les mains de trois rédacteurs du Matin et de deux ou trois autres seigneurs. Mais Le Matin deviendra la puissance du jour. C’est lui qui disposera de tous les radios que l’on sèmera à travers le monde, c’est lui qui répandra l’idée française dans les pays neutres, et tu sais qu’il s’y entend. Un homme seul disposera de cette force, tu vois qui [1]. Il y a là un danger énorme.

Caillaux, paraît-il, est de plus en plus gouvernemental. Il a fait samedi, au groupe radical-socialiste, un discours extrêmement Union dans lequel il a indiqué qu’il fallait pour le moment soutenir le gouvernement, que de grandes choses allaient avoir lieu du 15 au 30 juin. C’est même d’une adresse remarquable que d’avoir été porter cela à la connaissance de quarante de nos parlementaires qui ne résistent jamais à la tentation de se montrer informés et qui vont colporter ces renseignements, les uns dans les salons, les autres dans leur café, et les derniers dans les buvettes.

T’ai-je dit que la mission Mondésir [2] n’arrivait pas à partir pour la Roumanie ? Chaque jour on invente un prétexte pour la retenir. De toute façon on rappelle Blondel [3] de Bucarest et l’on y envoie Saint-Aulaire qui avait été à Tanger naguère. Saint-Aulaire est un garçon très intelligent, mais que fera-t-il là-bas ?

Bidou, qui nous a téléphoné tantôt, est mal impressionné par les affaires italiennes. Tu as su que le radio allemand annonce plus de six mille prisonniers. À la Maison de la Presse, on croit que le chiffre est très exagéré et que les choses se rétabliront. Néanmoins, Bidou estime qu’en réalité le front italien a été crevé et que si l’on ne rétablit pas, les Autrichiens pourraient très bien les tourner.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Ton affectionné

Et

 

[1] Il s’agit peut-être de Maurice Bunau-Varilla.

[2] Jean Piarron de Mondésir (1857-1943). Militaire. Général de division. Chargé d’une mission composée d’hommes attachés à Gallieni pour partir en Roumanie. De retour en France, il commande le 38e corps d’armée (1916-1918).

[3] Jean-Camille Blondel (1854-19). Diplomate. Ministre plénipotentiaire de France en Roumanie depuis 1907, il est mis à la retraite le 13 mai 1916.

18 mai 1916

18 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On est aujourd’hui tout à la loi de finances dont tu auras le loisir de lire les dispositifs, mais depuis deux jours on a été plus calme sur tout le reste. Enfin, la Chambre est rentrée, et nous allons voir comment elle se comportera. Je sors à l’instant d’une réunion dans laquelle on a beaucoup parlé de la situation politique. Un sénateur important qui était là nous disait que c’était le gouvernement lui-même qui avait posé la question du commandement devant la Chambre le jour où il avait adjoint Castelnau à Joffre et que la question restait posée. Le Parlement presque entier serait hostile au gouvernement mais que si une interpellation avait lieu, il ne trouverait contre lui que deux cents voix en y comprenant les socialistes. Ceux-ci voteraient contre seulement au cas où ils sauraient que l’opposition ne dépasserait pas deux cents voix. S’ils sentaient que la majorité pouvait être compromise immédiatement, ils se rangeraient immédiatement de son côté. Tout en étant hostile, personne ne voudrait prendre la responsabilité de la chute du cabinet. – Imaginez-vous, ajoutait mon sénateur, quelle serait la situation du président de la République [1]. À qui ferait-il appel ? – À Barthou, dit une voix d’extrême droite. – Barthou, il est impossible, fit un autre, impopulaire dans toute la Chambre, et les socialistes sont irréductibles sur son nom. – La réconciliation est faite, reprit mon homme de droite.

Je sais qu’on a beaucoup parlé des tractations de Barthou, mais j’ignore absolument si elles ont abouti et, jusqu’à plus ample informé, je n’y crois guère, ou du moins je ne crois guère à la possibilité pour Barthou de constituer un cabinet.

Voici donc où les choses en sont. Quand je suis allé à ma réunion vers 4 h 1/2, la Chambre ne paraissait pas devoir entrer en effervescence. Les groupes que tu connais s’agitaient cependant assez fort, mais l’agitation restait entre eux.

Malgré tout, un gouvernement qui ne se tient que comme cela peut être à la merci d’un mouvement de séance ou d’une fausse manœuvre des partis. Il peut être tout à coup par terre sans savoir au juste comment et à l’ahurissement de ceux mêmes qui l’auraient démoli.

Un de nos amis nous a raconté ce matin qu’il avait parmi ses relations un des gros banquiers de Zurich. En termes assez intimes avec lui, il peut donc causer assez librement. Son langage aurait tout à fait changé depuis six mois. J’oubliais de te dire que ce banquier était tout à fait boche de tendances et de sympathie. Il y a six mois, les Allemands, pour lui, étaient sûrs de leur affaire. Cette fois, il était convaincu de la nécessité d’arrêter cette guerre abominable qui, si elle continuait, allait ruiner l’Europe entière. Au surplus, ajoutait-il, jamais les Alliés n’ont fait connaître leurs conditions. Pourquoi ne les exposaient-ils pas ? – Oh ! Oh !, a répondu notre ami, qu’auraient-ils à faire connaître ? Ce sont les Allemands qui ont dévoilé les leurs et vous savez bien que c’est absolument inacceptable. – Ils en ont beaucoup rabattu, je vous assure, et ils ne proposaient qu’un maximum. Si on en venait à parler sérieusement, ce ne serait plus du tout la même chose. – Eh bien, et l’Alsace-Lorraine ? – L’Alsace-Lorraine, ils la céderaient tout de suite.

Cet homme, comme je te l’ai dit, est un banquier très important et au courant des choses de Berlin. Malgré tout, ce sont des suggestions dont il faut diablement se méfier et qui n’ont pour le moment d’autre but que de semer la division entre nous.

Quelqu’un est venu me demander ce matin si je savais ce que faisaient Viviani et Thomas en Russie. Il avait entendu dire que nos deux ministres étaient venus à Pétrograd pour tâcher de décider la Russie à abandonner son projet sur Constantinople, projet que nous avons ratifié comme tu le sais. On espérerait que, si la Russie se contentait de la simple neutralité des détroits, on pourrait détacher la Turquie qui crève de misère. Je ne sais rien de cela, mais on m’avait dit déjà depuis quelques jours qu’il y avait des pourparlers russo-turcs. Il paraît difficile de faire quelque chose avec des gens comme Talaat [2] et Enver [3].

Voilà tous les potins européens. Ce n’est pas bien intéressant comme tu le vois. Néanmoins, ce sont des choses à noter en passant.

Ton vieil affectionné

Et

 

[1] Raymond Poincaré.

[2] Mehmed Talaat (1874-1921). Turc. Homme politique. Un des dirigeants de la révolution jeune-turque de 1908. Ministre de l’Intérieur de l’empire ottoman.

[3] Pasa Enver (1881-1922). Turc. Homme politique ottoman. Un des dirigeants de la révolution jeune-turque de 1908. Germanophile. Ministre de la Guerre, il fait entrer l’Empire ottoman dans la Première Guerre mondiale aux côtés de l’Allemagne. Il rejoint en 1921 les insurgés musulmans d’Asie centrale et meurt au combat.

17 mai 1916

17 mai 1916

 

Je n’ai pas grand-chose à te dire aujourd’hui, mon vieux Pierre. J’ai vu cependant un certain nombre de personnes mais n’ai recueilli que peu de choses susceptibles d’être résumées.

Cependant, j’ai vu hier au soir un homme [1] qui présida naguère aux destinées de Saint-Dominique et qui, à l’heure actuelle, vit assez en dehors des conflits du jour. Son avis était que tout changement dans l’ordre des choses serait actuellement folie. Les deux hommes se compensent. Mis à la place de l’un ou de l’autre, les choses ne marcheraient pas. Les qualités de l’un et de l’autre ne sont pas les mêmes, et celui qu’on s’accorde à admettre comme tout à fait supérieur ne saurait sans danger remplacer l’autre. C’était aussi l’opinion d’un autre gros bonnet avec lequel j’ai causé hier matin, et je crois bien avoir fait allusion à cette conversation dans ma lettre d’hier.

Gauvain vient de me téléphoner qu’il a déjeuné avec un certain nombre de journalistes étrangers et français parmi lesquels Dumont-Wilden [2]. Je lui ai demandé s’il y avait été question des impressions dont je te faisais part. Gauvain m’a répondu que les avis étaient partagés mais qu’il avait en effet entendu soulever la question.

L’avis de ces journalistes était qu’on ne modifierait rien à Chantilly, que la séance de la commission de samedi paraissait avoir été décisive à ce point de vue-là. Je t’avais dit, je crois, qu’on attribuait à Tardieu la paternité de l’article du Matin mais qu’il se défendait vivement de toute participation à cette campagne. Au déjeuner, un homme du Temps a maintenu le dire de Tardieu et a raconté que ce dernier, en apprenant que Briand la lui attribuait, se serait précipité chez le président du Conseil où une scène violente aurait eu lieu. Il est bien difficile d’écrire l’histoire.

Comme ma lettre n’est guère intéressante pour toi, je vais copier à ton intention des vers que l’on attribue à Richepin en réponse à l’empereur d’Allemagne qui aurait traité notre poète de voyou. Si quelqu’un déclame dans votre popote, il pourra vous en donner une audition. Le pastiche, si c’est un pastiche, n’est pas mauvais sauf le mot ornière qui a un pied de trop.

Fantôme roi, tête de mort que cale un trône,

Empereur, virole de spectre couronné,

Animal vil et bas, spectre à la face jaune

Prussien ! Je te méprise et je te crache au nez !

 

Le chancre mord ta chair, et le remords, ton âme

À peine à cinquante ans, le siècle te maudit,

Écoute cette voix qui, dans le lointain, clame :

Tu n’es plus bon à rien, meurs donc enfin, pourri !

 

Oui crève, ainsi qu’un chien au bord d’une ornière,

Crève ainsi qu’un crapaud dans le fond d’un fossé,

Que la race des loups s’en retourne en poussière,

Et qu’il ne reste rien de tout son long passé !

 

César, encore un mot qu’il ne faut pas qu’on perde

Retiens-le pour le dire à tes preux, tes amis.

Je ne suis qu’un voyou de notre grand Paris.

Mais je suis un Français, galeux, et je t’em …

 

Jean Richepin.

 

Pour copie

Et

 

[1] Un ancien ministre de la Guerre.

[2] Louis Dumont-Wilden (1875-1963). Belge. Journaliste et écrivain. Il écrit notamment dans la Revue des Deux Mondes.

15 mai 1916

15 mai 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

J’ai reçu la visite ce matin de notre ex-collaborateur R. de Th. [1]. Il est aujourd’hui, et depuis longtemps, dans un état-major de l’Est. Évidemment, les articles Petit Parisien et Matin ont fait leur effet dans son quartier comme dans le vôtre. À ce sujet je n’ai rien de nouveau, la journée du dimanche a été vide d’informations politiques. Comme nous parlions avec Th. de la disette en Allemagne au sujet de laquelle on fait tant de battage, il m’a répondu qu’il ne fallait pas y ajouter une foi absolue, mais, qu’appelé à interroger les prisonniers, il avait acquis la certitude qu’on était maintenant assez mal nourri dans l’armée. Notamment, un officier aviateur pincé dans nos lignes leur a dit qu’il avait trois cents et quelques marks de traitement et que toute la somme était absorbée par la nourriture.

Dans la matinée, également, je voyais un garçon qui est tout à fait à la source des informations et qui sait juger les choses. Comme je lui demandais si les Allemands en ce moment ne cherchaient pas à répandre le plus possible les nouvelles les plus alarmantes sur leurs misères, il m’a répondu : – Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Ils cherchent en ce moment à impressionner les États-Unis. D’autre part, nous sommes en France très mal informés sur ce qui se passe en Allemagne, et cette pénurie d’informations vient de ce que nous n’avions à ce point de vue-là aucune organisation avant la guerre. Nous en ressentons maintenant les effets. Il est bien certain, néanmoins, qu’il y a un changement mais il ne faut pas s’en exagérer l’importance pas plus que des manifestations populaires qui sont enflées à plaisir et qui ne peuvent rien avoir de déterminant, quant à présent du moins, les masses populaires ne comptant guère.

[manque la page 2]

 

Il a même eu à ce propos une discussion où Gauvain a particulièrement brillé. Croirais-tu que Viviani nous a demandé si Imperiali [2] ne serait pas, pour remplacer Tittoni [3], un excellent choix. Imperiali ! Si tu recherchais dans mes lettres [4], tu trouverais une petite anecdote te montrant Imperiali n’admettant dans la situation du moment que deux hommes, Giolitti [5] ou Tittoni. Encore, ajoutait-il, c’est Giolitti qui conviendrait le mieux. Imperiali ! qui, à Constantinople, s’opposait à l’influence française avec une énergie féroce et voulait remplacer toute parcelle de notre hégémonie par un petit morceau italien. Imperiali ! qui disait que la France, cette nation corrompue, ne méritait plus l’existence. Enfin, voilà comme nos gouvernants sont informés.

Quant à la Pologne, Milewski [6] nous a dit que lui et tous les Polonais étaient atterrés. C’est la résultante de la politique russe. Il nous a expliqué pourquoi on pouvait tirer un grand nombre d’hommes. Si les Allemands se contentent des engagements volontaires, ils auront très peu de monde. Si, au contraire, ils établissent la conscription, ce sera énorme car les Russes n’ont pris, selon leurs lois de recrutement, que très peu de Polonais, l’empire pouvant fournir des millions d’hommes sans prélever grand-chose par village ou district. En droit, souviens-toi de l’expression « donner et retenir ne vaut ». Ce fut la devise du gouvernement russe. Nous voici en tout cas avec une sale affaire sur les bras et de nature à prolonger la guerre en donnant aux Allemands de quoi garnir leurs postes d’Allemagne et remplir les cadres vides.

De plus, tous les popes ou à peu près ont filé, les prêtres catholiques seuls sont restés, ce qui créera une grosse complication pour l’avenir.

Tu liras ce soir une petite note dans notre dernière heure. Elle est conçue de façon à ne pas être trop alarmiste mais elle est certainement inférieure à la réalité des inquiétudes.

Tout cela prouve, vois-tu, combien la politique des Alliés est inférieure. Alter ego, qui est venu aujourd’hui, nous a raconté le grand courroux de son patron en chef [7] contre Gauvain, auteur de l’article d’hier. Il n’aurait caviardé que peu de chose hier (car c’est à lui-même qu’on a soumis le factum), mais il a laissé entendre que dans l’avenir il sévirait… Amen !

À toi, mon vieux.

Et

 

[1] Il s’agit très certainement de Raoul de Thomasson (1862-1939). Militaire. Commandant puis colonel. Attaché militaire. Collaborateur du Journal des Débats, il a été chargé d’établir la censure politique à Bordeaux. Directeur du service de la presse au ministère de la Guerre en 1914. C’est un expert reconnu. Il est aussi grammairien. Beau-frère de Robert de Caix dont il épouse la sœur Hélène de Caix.

[2] Guglielmo Imperiali di Francavilla (1858-1944). Italien. Marquis. Diplomate. Ambassadeur d’Italie à Londres (1910).

[3] Tommaso Tittoni (1855-1931) est alors ambassadeur d’Italie en France.

[4] Cf. lettre du 21 novembre 1915.

[5] Giovanni Giolitti (1842-1928). Italien. Inspecteur général des Finances. Homme politique. Député de la gauche constitutionnelle dans le Piémont (1882). Ministre des Finances (1889-1890). Président du Conseil (1892). Ministre de l’Intérieur (1901-1903). Président du Conseil (1903-1905 ; 1906-1909 ; 1911-1914).

[6] Konvin Milewski. Polonais.

[7] Philippe Berthelot.

14 mai 1916

14 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Reçu ta bonne lettre ce matin. J’y vois qu’on vous a saisi Le Matin. C’est une mesure qui n’a dû être prise que dans la zone des armées car ici il a tranquillement circulé. Le mal est fait maintenant, ainsi que tu le dis. Les hommes visés par l’article sont forcément atteints et ceux qui l’ont laissé passer donnent l’impression de faiblesse et de flottement.

Quoi qu’il en soit, Briand et Roques [1] ont comparu hier devant la commission de l’Armée. Le président du Conseil a parlé pendant une heure et demie au moins, noyant le poisson avec la plus grande habileté, répondant à tous les arguments, de sorte que l’on croit à l’ajournement de l’interpellation. Malgré tout, je ne serais pas étonné que l’on jetât en pâture quelques-uns des personnages de l’entourage de façon à laisser croire que des changements se sont produits. Il y a quelqu’un au Grand Quartier qui gêne [2] depuis longtemps les amis que tu connais. Je parierais dix contre un que ce général sautera ou tout au moins sera très menacé pendant quelque temps si l’on n’arrive pas à avoir sa peau.

Les journaux sont remplis de la disette en Allemagne. On croirait, à les lire et surtout Le Matin, que la famine existe. Je suis convaincu que les Allemands font tout pour renforcer ces bruits. Leurs souffrances seraient si utiles dans les négociations avec les États-Unis, si utiles aussi pour endormir nos dirigeants dans une confiance idiote. Ici, l’on n’a déjà que trop de tendances à attendre tout des événements. Déjà, en 1914, Théry [3] avait fait un mal énorme avec ses stupides statistiques qui démontraient péremptoirement l’affamement de l’Allemagne pour quatre mois après. Il y a deux ans de cela ! Théry a fait un mal énorme car il était l’économiste (l’économiste !) officiel et, sur la foi de sa science, on a trouvé inutile de préparer quoi que ce soit. Ceci dit, il est bien certain néanmoins qu’il y a de l’affaissement. C’est du reste le moment le plus critique, mai et juin, après cela l’herbe poussera et le reste aussi et l’Allemagne vivra mal mais vivra.

Dans le public, les bruits les plus fâcheux commencent à circuler sur la Russie. Viviani et Thomas y seraient allés pour lutter contre certaines influences pacifistes dans la cour, l’impératrice serait l’âme de ces tentatives, etc. Dans ces bruits, comme dans toute chose, il y a un fond de vrai et beaucoup de stupidités. Tant que l’empereur sera là, je crois que rien ne flanchera. Mais il est un point inquiétant, je t’en ai fait part déjà, c’est que, un jour ou l’autre, les Allemands recruteront des Polonais. Nous nous trouvons dans cette question en face de l’obstination bureaucratique moscovite, et la presse française a reçu ordre de ne pas parler de la question polonaise. Il est certain que c’est très délicat, mais je crois néanmoins qu’il serait assez bon que l’opinion française puisse s’exprimer. Avec des directions, on pourrait y arriver sans froisser l’amour-propre du gouvernement. On prétend que c’est R. [4], du Temps, qui est l’agent ou plutôt le promoteur de la consigne. Tu sais quelle confiance il faut avoir en cet Israélite hollandais.

Les grèves Poutilov, avec l’intronisation de Rubinstein qui tient plusieurs journaux russes en même temps que l’industrie, n’est pas non plus quelque chose de très agréable pour nous.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Ton affectionné

Et

 

[1] Pierre Roques est ministre de la Guerre dans le premier cabinet Briand où il remplace Gallieni le 16 mars 1916.

[2] Il s’agit du général Joffre.

[3] Edmond Théry (1855-1925). Colonel. Conseiller économique du gouvernement. Journaliste. Fondateur et directeur de l’Economiste européen et rédacteur au Figaro.

[4] Il s’agit de Roels, directeur des services étrangers du Temps. Cf. lettre du 25 janvier 1917.

13 mai 1916

13 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Notre dîner [1] a eu lieu hier à l’hôtel Meurice, hélas sans toi. Une douzaine de convives parmi lesquels, pour la première fois depuis la guerre, notre André Chaumeix. Ô signe des temps  ! La conversation a roulé naturellement sur le sujet qui préoccupe tout le monde à l’heure actuelle, les articles du Petit Parisien et du Matin, la note officielle qui a suivi, etc. Chaumeix nous a expliqué que l’article avait été soumis au général directeur du cabinet de Roques, que ce fonctionnaire l’avait corrigé et renvoyé directement au Matin. Il aurait même dit : – Mais c’est une chose que tout le monde connaît, on peut le laisser passer.

Quoi qu’il en soit, à l’heure présente, la commission de l’Armée est réunie et Briand et Roques sont en train de s’y expliquer. Je vais te dire quels étaient les bruits en circulation ce matin et le résultat d’une démarche personnelle faite par moi.

Les potins de couloirs étaient les suivants. On ne touchera ni à Joffre ni à Castelnau. Ce ne sont pas les chefs qui sont en contradiction, mais les camarillas de chacun. On fera un exemple et on va sabrer plusieurs des gens de Chantilly, entre autres Buat [2], Pellé [3] et le colonel Bayle [4].

Buat est un très bon militaire mais dont la présence au cabinet de Millerand n’a pas été très heureuse pour le ministre. Ce dernier, qui manque de liant, aurait eu besoin de quelqu’un pour arrondir les angles et Buat était raide et méprisant. Il a cependant une valeur incontestable.  est remarquablement intelligent, s’acquitte très bien de sa besogne et je crois que son éloignement sera malheureux. Malheureusement, il est depuis longtemps à l’index dans la confrérie Berthelot et l’on ne cherche qu’une occasion de le faire sauter. Quant au colonel Bayle, je ne le connais pas ; j’en ai entendu dire beaucoup de mal et un peu de bien.

On prétend également que les deux articles sont dus à la plume de Tardieu qui, comme tu le sais, a abandonné la guerre, étant député, et a repris sa chronique au Temps. Tardieu mène une campagne violente contre le ministère et contre le général à qui il doit tout. (Il est donc bien naturel qu’il le démolisse).

Cependant, un de mes collaborateurs m’a téléphoné qu’il venait d’avoir une longue conversation avec ce brillant journaliste et qu’il avait reçu de sa bouche le démenti le plus formel.

Je suis allé ce matin [voir] M. Jean Dupuy (sénateur) pour lui exposer le trouble dans lequel je me trouvais et, étant donné que son journal avait le premier fait paraître un article sur Verdun, lui demander quel était le fond de la campagne et lui exposer mes craintes au point de vue de l’opinion. Il m’a répondu qu’il était absent (ce qui était vrai, il se soignait en Suisse) et que, s’il avait été là, l’article n’aurait pas paru. Ce récit était fait depuis trois ou quatre semaines, la censure l’avait interdit lorsque a paru dans La Revue des Deux Mondes l’article de Bidou. Le Petit Parisien a protesté et la censure a autorisé la publication. Alors est venu l’article du Matin avec les précisions et les noms des exécutants.

Jean Dupuy ne croit pas que l’on touche à Joffre ou à Castelnau. Il pense que les choses resteront en l’état car qui tu sais tient énormément à Joffre. Dès qu’il aura pu recueillir des informations, il m’en fera part pour m’éclairer car il n’est rentré qu’hier.

Pour moi, il fait de moins en moins de doute que c’est un coup monté. On veut se débarrasser de beaucoup de choses gênantes au Grand Quartier général. Et comme personne ne se sent le poil suffisant pour prendre une décision, on louvoie et on prend de petits moyens indignes.

La Rue François-Ier continue ses exploits. Elle envoie en Espagne, pour succéder à Baudrillart [5], l’éditeur Fasquelle [6] qui a eu cette édifiante histoire d’automobile vendue au début de la guerre, et Gabrielle Réval [7], l’auteur des Sévriennes… en Espagne ! !

Quant à Chaumeix, il m’a beaucoup demandé hier qui avait documenté Bidou pour son article de la Revue. Naturellement je n’en savais rien.

Au revoir, mon vieux Pierre. Tâche de te débrouiller avec toutes ces histoires et crois-moi toujours bien à toi.

Et

 

[1] Le dîner mensuel de rédaction du Journal des Débats.

[2] Edmond Buat (1868-1923). Militaire. En 1914, appelé par Millerand, ministre de la Guerre, comme directeur de son cabinet, il prend une part considérable à la mobilisation industrielle. Au début de 1916, il est général de brigade à titre temporaire bien qu’il ait été écarté du Grand Quartier général par des intrigues politiques.

[3] Maurice Pellé (1863-1924). Militaire. Général. Deuxième aide major général (21 août 1914-22 novembre 1914) puis premier aide major général du théâtre des opérations du Nord et du Nord-Est (22 novembre 1914-22 mars 1915). Major général des armées françaises (22 mars 1915-11 décembre 1915 puis 19 avril-17 décembre 1916) puis des armées du Nord et du Nord-Est (19 avril 1916-20 octobre 1919). Major général pour le théâtre des opérations extérieures (11 décembre 1915-19 avril 1916).

[4] Colonel Bayle. Lieutenant-colonel du 138e régiment d’infanterie pendant la campagne d’Italie en 1918.

[5] Mgr Baudrillart revient à Paris le 24 mai 1916.

[6] Eugène Fasquelle (1863-1952). Éditeur. Associé de Georges Charpentier en 1891, puis propriétaire à part entière de la maison d’édition en 1896.

[7] Gabrielle Réval (1870-1938). Pseudonyme de Gabrielle Logerot, Mme Fernand Fleuret. Écrivain féministe. Auteur de plusieurs romans à succès dont Les Sévriennes. Fondatrice du prix Fémina avec Séverine et Anna de Noailles.

12 mai 1916

12 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

L’affaire du Matin [1] et la note officielle commencent à prendre d’assez grandes proportions. Ce que je te disais hier de Renaudel était bien exact car tu as dû lire dans les journaux de ce matin la lettre qu’il adresse à Pedoya [2]. D’autre part, une démarche des radicaux et radicaux-socialistes, avec Maginot en tête, a mis le président du Conseil en demeure d’avoir fait le nécessaire le jour de la rentrée des Chambres, sans cela il se verrait interpellé et la question serait poussée à fond. Tu comprends quelle est la question. Nous devons donc nous attendre à des événements. Pourvu encore que ceux qui résistent ne nous lancent pas dans quelque aventure afin de pouvoir opposer la non opportunité de changement. C’est une idée, une crainte plutôt, qui m’était venue hier au soir après t’avoir écrit.

En téléphonant avec Chaumeix ce matin, je lui disais à peu près ce que je t’ai écrit hier et j’imputais à Briand l’inspiration de l’article tirant argument de ce que la censure, qui est à sa disposition complète, n’avait pas mis son veto. « Ma première idée, m’a-t-il répondu, avait été la vôtre et j’ai bien pensé que l’article avait été inspiré. Mais après avoir vu les gens et causé avec eux j’ai changé d’opinion. Somme toute, il n’y a eu là qu’une extraordinaire faute de la censure, un ensemble de circonstances comme nous en avons vu quelquefois, mais aucune pensée machiavélique ». – « Alors, la seule réponse à faire dans ces cas-là, ai-je repris, c’était de frapper officiellement les censeurs pour faute dans le service et ne pas communiquer cette note idiote qui précise et aggrave ». – « On ne pouvait pas frapper la censure car c’est tout un ensemble, un enchaînement de choses que je vous dirai ». – Voilà. Juge.

Je ne sais pas ce qu’il y a eu tantôt, mais toute la flottille d’avions du Bourget est partie. Est-ce une alerte simple ou bien est-ce une défense, nous n’avons pu le savoir. Le temps est assez propice à une balade de Zeppelins, peut-être y en eut-il de signalés.

Bidou rentre aujourd’hui de son voyage avec Feyler. Je ne l’ai pas encore vu, mais une carte postale de lui me dit qu’il a pu se rendre compte des choses les plus intéressantes. Nous en aurons sans doute les échos sous peu.

Toujours les belles choses de la Rue François-Ier. Le service de propagande a eu l’excellente idée d’envoyer un éditeur français s’installer à Zurich pour faire pièce à toutes les œuvres boches qui travaillent dans la ville. On a fait choix d’un éditeur très honorablement connu boulevard Saint-Germain, Crès [3], mais qui n’est pas du tout un de nos meilleurs. On le subventionne grassement et Crès part pour Zurich. Arrivé là, il cherche à monter son affaire et s’aperçoit tout à coup qu’il ne peut rien, qu’il est annihilé car il ne sait pas l’allemand ! Piteusement, il replie bagage et rentre à Paris. Ces choses-là nous font le plus grand bien.

Ton vieil affectionné

Et

 

[1] Cf. lettre du 10 mai 1916.

[2] Gustave Pedoya (1838-1938). Saint-Cyrien. Militaire. Général de division. Homme politique. Député radical de l’Ariège (1909-1919). Président de la commission de l’Armée de la Chambre des députés, il visite toutes les usines travaillant pour la défense, notamment en France, en Grande-Bretagne et en Italie. Il se rend dans les tranchées.

[3] Georges Crès (1875-1935). Éditeur 116, boulevard Saint-Germain, Paris, VIe.

11 mai 1916

11 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

L’article du Matin, succédant à celui du Petit Parisien, n’a pas manqué, comme je te le faisais prévoir, d’exciter vivement les milieux politiques. Ce ne furent hier au Quai d’Orsay que coups de téléphone, visites de parlementaires. Si c’est ainsi que l’on pose les questions, disaient les uns, nous aussi nous avons des candidats. – Comment, s’écriait Renaudelvoici dix mois que nous demandons une mesure de ce genre et, alors qu’il y a des commissions parlementaires, c’est dans la presse qu’on porte la discussion ! – Israël[1], directeur de L’Événement, affirme lui aussi avoir un candidat. On rend Briand responsable de l’article et du reste. Comment en serait-il autrement quand on a une censure à sa disposition ?

Toujours est-il que ce soir une note paraît, et que tu auras lue, défendant l’homme attaqué par les articles ci-dessus [2].

Ce ne sont pas de bien fameux moyens de gouvernement. Évidemment, Briand a voulu remuer l’eau, faire un peu de foire pour prendre le poisson. Quoi qu’il en soit, la personnalité visée en demeurera atteinte et les appétits seront éveillés.

J’ai eu aujourd’hui, par un de nos amis qui habite La Rochelle où il a une situation importante, des précisions sur la catastrophe de La Palisse sur laquelle on n’a presque rien laissé passer. Garde ces détails pour toi car ils sont impressionnants. Il y a eu trois cents morts et environ mille blessés. Le sinistre a englobé six ou sept usines. Tout un quartier de La Rochelle a été endommagé et l’explosion avait eu lieu à cinq kilomètres de là !

On fabriquait dans deux de ces usines des gaz asphyxiants et les matières qu’on y employait étaient des matières à combustion lente. On attribue d’une façon à peu près certaine le désastre à une entreprise criminelle et dont tu devines l’origine. Il a fallu qu’un détonateur ou plusieurs détonateurs fussent placés en bon endroit de façon à provoquer l’explosion. Tu vois si cela a réussi. Quand voudra-t-on se préoccuper de ces naturalisés si douteux qui circulent partout ? Ils sont tabous par la grâce de tous les Malvyet consorts.

Vraiment, ces gens de la Rue François-Ier  sont extraordinaires ! J’ai eu encore un détail qui vient de m’être raconté par la victime elle-même qui donne une fameuse idée de la légèreté de cet organisme. Le malheur, c’est que le pauvre Chaumeix se fait là encore un ennemi purement gratuit car la faute ne lui incombe pas et tu vas voir comment.

Le monsieur auquel je fais allusion est un homme de très haute culture, russisant à fond et ayant une situation sociale et intellectuelle importante tant à Paris qu’à Pétrograd. Chaumeix lui téléphone pour lui demander s’il ne lui conviendrait pas d’aller à Marseille recevoir les Russes, qu’on en serait heureux et que les Russes, trouvant à leur arrivée des hommes comme lui, en seraient favorablement impressionnés. Qu’il vienne donc voir le colonel Dupuis qui désirerait en causer avec lui. On lui demandait donc un service et notre ami, pour qui un déplacement de ce genre était une corvée assez lourde, n’a pas cru par devoir s’y dérober. Il a donc accepté d’aller voir Dupuis. Arrivé Rue François-Ier, il est reçu par ce M. Laloy déjà nommé qui lui dit : – Ah ! c’est vous, Monsieur, qui voulez aller à Marseille pour recevoir les Russes. Mais je ne crois pas que ce soit possible car nous avons déjà pris des dispositions. – Hein ?, répond M. S., mais je ne demande rien et de plus je ne désire avoir affaire qu’avec le colonel Dupuis qui a demandé à me voir. Après quelques difficultés, le nommé Laloy se décide à l’introduire chez Dupuis. Cette pauvre vieille baderne s’emberlificote dans des phrases : – Nous regrettons beaucoup de ne pouvoir vous donner satisfaction, il y a une question de frais, etc.

  1. a été furieux et lui a répondu : – Mais, monsieur, vous comprenez que je n’ai aucune intention de me rendre à Marseille ; on est venu me trouver de votre part pour me le demander comme service. Je suis au contraire enchanté que vous n’ayez pas besoin de moi mais beaucoup moins que vous m’ayez dérangé.

Lis donc l’article du Figaro de ce matin où Latzarus [3] (un pensionnaire de la maison) découvre qu’il fait froid en Russie et s’émerveille que les soldats fassent l’exercice dans la neige. Il en tire des prévisions sûres pour le succès des Russes sur les philosophes du Kaiser. Tout de même, les troupiers boches sont mieux que des philosophes. Tu te rends compte de la qualité des envoyés. C’est vraiment un peu effarant. Quant à la Maison de la Presse, ils ont dit : – C’est un garçon de bien du talent – Cela suffit. Généralement, le comble du génie c’est d’être un talent bien parisien.

Et aussitôt on envoie ce talent épater les Scandinaves, les Moscovites ou les Sarmates. Le tout est de savoir s’ils comprennent à leur tour le talent bien parisien.

Ton affectionné

Et

 

[1] Alexandre Israël (1868-1937). Homme politique. Député radical de l’Aube (1919-1924). Journaliste, directeur de L’Evénément. Rédacteur en chef du Petit Troyen.

[2] Il s’agit du général Joffre.

[3] Louis Lazarus (1878-1942). Journaliste au Figaro. Écrivain.