Archives mensuelles : mai 2016

31 mai 1916

31 mai 1916

 

J’avais à peine fini de t’écrire hier, mon cher Pierre, qu’un coup de téléphone me demandait si M. Paul Deschanel, qui préside aux destinées de la cage [1] du pont de la Concorde, pouvait venir me voir ou de lui indiquer l’endroit où il pourrait me rencontrer. Je me suis tout de suite dit qu’il avait un service à me rendre et j’ai attendu sa visite. Quand il m’a eu exposé sa petite affaire, question qui n’a d’intérêt que pour lui, nous avons causé. – J’ai fait tout ce que j’ai pu dans cette affaire de Comité secret. Je suis en règle au point de vue de la procédure. On ne pourra donc rien me reprocher. Vous comprenez combien la situation pour la Chambre est angoissante. Je ne connais rien aux choses militaires, mais enfin il y a là un couloir, un passage qui nous coûte un monde énorme. On a supplié de faire quelque chose sur un autre point du front, et à cela on répond que ce n’est pas possible. Et si quelque chose arrivait, on rendrait la Chambre responsable. Cette situation est terrible pour les parlementaires…

Tout ce discours était naturellement accompagné de toutes les physionomies qui devaient en souligner chaque passage, la physionomie appropriée. Il était nécessaire de faire pénétrer l’interlocuteur que chaque lâchage est une chose voulue et de nécessité patriotique. J’en suis resté très convaincu.

J’ai eu la visite du maire de ma commune [2]. Son état d’esprit ne m’a pas paru excellent et s’il faut y voir le reflet de l’opinion générale du pays, ce n’est pas très fameux. Maintenant, il faut se dire que c’est le Centre et que le recrutement y est fait pour le 12e corps qui a été terriblement éprouvé. Ce brave homme s’inquiète de l’après-guerre et n’a pas tort. J’avais vu hier un notaire de canton qui était tout à fait dans le même état d’esprit. Il est vrai aussi que son étude, des cinq ou six mille francs annuels, n’avait donné que mille et quelques francs. Comme il pronostique l’abandon des campagnes, il ne voit pas les transactions notariées abondantes dans l’avenir et cela ne lui donne pas de gaieté et encore moins d’optimisme tant il est vrai qu’on a beau faire, les intérêts généraux vous apparaissent toujours au travers des intérêts particuliers.

Une de mes connaissances m’a porté ce matin une lettre qui a son intérêt. Elle vient d’un officier anglais qui a suivi l’armée russe, Pares [3]. La Revue de Paris a publié des extraits de son ouvrage Avec l’Armée russe. Or Pares écrit à mon monsieur qu’il est assez curieux de constater maintenant que c’est du côté allemand que l’on fait des économies de munitions et il ajoute que, si l’on veut bien songer à tout ce qu’a fait l’armée russe dans sa dernière campagne, il est facile de s’imaginer avec quel enthousiasme et quel espoir cette armée s’apprête à marcher en avant.

Le hazard a fait que je déjeunais quelques instants après avec deux personnages qui, justement, s’occupent de munitions et de métallurgie. La première phrase les a étonnés car ils croient que l’Allemagne pourrait aussi bien fabriquer sept cent mille par jour que les Alliés trois cents. Ils croient peut-être à une économie due à ce qu’il n’y a pas grand-chose à faire momentanément sur ce front, mais pas du tout à la raréfaction de la matière.

Quant à la seconde partie, ils croient que les Russes ont chacun un fusil sur le front, et non pas comme autrefois un fusil pour trois ou quatre combattants. Ils n’en ont guère par exemple dans les dépôts, mais il leur paraît très probable qu’avec l’élan qu’ont ces troupes, elles puissent obtenir des résultats importants étant armées.

Mon vieux Pierre, il faut que je te lâche, il est 6 h, et ma lettre resterait en panne. J’ai cependant encore bien des choses à te dire.

Et

 

[1] Il s’agit du « perchoir » de la Chambre des députés que Paul Deschanel préside.

[2] Il s’agit probablement du maire du Monteil-au-Vicomte (Creuse).

[3] Sir Bernard Pares (1867-1949). Anglais. Officier qui a écrit Au jour le jour avec l’Armée russe, 1914-1915, trad. B. Mayra, Imhaus et Chapelot, 1916.

30 mai 1916

30 mai 1916

 

Voilà les bêtises qui recommencent, mon cher Pierre. Tu verras notre article de ce soir sur la Grèce et la Bulgarie presque complètement caviardé. Rappelle-toi que, depuis octobre 1914, Delcassé nous avait enlevé tous nos articles prêchant la fourberie bulgare et la méthode d’énergie en Orient. Il est probable que ce n’est pas l’avis de la princesse Marie et qu’il faut avoir foi dans la parole de Constantin, comme lui-même a foi dans l’honneur de son beau-frère.

Quoi qu’il en soit, la Chambre est à la noire. On a levé la séance en signe de deuil pour Gallieni, mais l’ajournement à huit jours est mal pris. On y voit un truc de Briand pour gagner du temps après entente, et l’excitation est assez grande.

Dans les couloirs, il y eut un incident que je vais te raconter car il est bien probable que tu n’en trouveras trace nulle part. Brizon, un des héros de Kienthal, s’est approché de Briand et lui a dit : – Monsieur le Président, pourriez-vous m’expliquer comment il a pu se faire que la paix ait été conclue entre la Russie d’une part et l’Allemagne et l’Autriche d’autre part. Sur la frontière russe on ne tire pas un coup de fusil et les Allemands ont pu distraire toutes leurs troupes pour venir égorger nos armées à Verdun. Briand aurait levé les bras au ciel et répondu : – Eh bien, mon cher collègue, vous êtes mieux informé que moi car je ne connais rien de cette paix. Ce n’est pas la première fois, Monsieur le Président, que nous sommes mieux informés que vous. Nous l’avons toujours été et ce n’est que bien après tout le monde que vous avez su les choses. Briand haussa les épaules et ce fut fini.

Brizon prétendait tenir ses renseignements d’un officier qui avait combattu en Galicie.

La Chambre était pessimiste aussi à propos de Verdun. Il est à noter que le premier communiqué, lu à midi Rue François-Ier, portait ces mots : Enfin, à notre droite, les Allemands ont pu, malgré des efforts répétés, nous déloger, et le communiqué officiel à 2 h 1/2 disait : les Allemands n’ont pu nous déloger. Il y a une nuance.

J’ai déjeuné au Ritz avec les députés russes invités par Raffalovitch [1]. La table était présidée par ce dernier et Isvolski. Beaucoup de représentants financiers. J’étais à côté de ce fou d’Ignatiev qui me dit tout d’abord : – Quelle gaffe ont commis les Alliés aujourd’hui ? Chaque jour, il y en a une. Ce doit être la Grèce ? Il ne se trompait guère le fou. Ignatiev ne voit pas les Italiens aussi en péril qu’on le dit ; comme il habite le Grand Quartier, il doit refléter l’opinion de ce milieu.

J’ai eu une assez agréable conversation avec le comte Gourko [2] qui n’est pas Apollon, loin de là, mais assez au courant des choses françaises. Ces messieurs prétendent que l’on enverra maintenant beaucoup de Russes, de cinquante à soixante mille hommes. Ignatiev me disait que Gouraud avait été tout de suite très populaire au milieu des soldats russes qui l’appellent notre général et qui disent : – Faut-il que le bombardement ait été meurtrier pour que notre général ait été ainsi abîmé ? Pour eux, un général qui est touché représente des centaines de mille de cadavres, ce qui prouverait que les généraux russes n’aiment pas beaucoup à s’exposer.

Naturellement, comme les nouvelles troupes russes semblaient enchantées d’être affectées à l’armée Gouraud, on a tout de suite songé à les changer d’armée. Ignatiev a résisté de toutes ses forces et a obtenu qu’elles resteraient où elles sont.

Tu as dû voir que les crimes, cambriolages et autres méfaits se multiplient. Il y a eu sept grands cambriolages dans les quartiers élégants. Aujourd’hui, on a pillé une grande cordonnerie boulevard Sébastopol. La préfecture ne donne aucun renseignement et pour elle il n’y a rien. Le bon Laurent est terrorisé par Malvy, et ce dernier à déclaré au préfet : – Il n’y a pas de cambriolage, et la maison de la Cité [3] répète : – il n’y a pas de cambriolage.

Tout cela est bien, très bien, et nous présage d’heureux jours.

À toi d’affection.

Et

 

[1] Nicolas Raffalovitch. Russe. Directeur de la Banque russo-asiatique.

[2] Vassili Iossipovitch Gourko (1864-1937). Russe. Général. Chef de l’état-major général (1916).

[3] La préfecture de police.

29 mai 1916

29 mai 1916

 

Dear Peter, en te parlant hier de notre ami Denys, j’ai oublié de te mentionner un petit détail qu’il m’a donné sur Verdun. En un seul jour, il ne m’a pas précisé la date, on avait tiré deux cent quarante mille coups de canon ce qui, au prix où Thomas les compte, représenterait environ cinquante millions. De même, il m’ajouta que l’on avait représenté Joffre et Pétain comme en désaccord, mais qu’après les renseignements qu’ils avaient demandés et obtenus de Pétain lui-même, ce dernier était très content et que Joffre lui avait donné tout ce qu’il demandait.

À la suite d’une publication que nous avons faite d’une lettre d’un prisonnier français envoyé d’Heidelberg à Niesse par représailles, un de nos amis m’avait écrit et m’avait demandé de ne rien laisser passer sur ces représailles, se réservant de m’en parler. Or cet ami est venu me voir ce matin et m’a raconté ce qui suit.

Nos prisonniers d’Heidelberg étaient assez bien traités sous les ordres d’un commandant humain et intelligent. Ils jouissaient d’une liberté relative et, suivant l’impulsion du commandant, pouvaient travailler, ayant à leur disposition une sorte de bibliothèque composée de livres allemands, anglais, français, italiens, etc.

À Belle-Isle-en-Mer se trouvaient des prisonniers allemands sous la surveillance d’un commandant qui était une vraie brute. Naturellement, beaucoup d’Allemands auraient bien voulu s’échapper. Toute tentative fut réprimée avec la dernière énergie. Il se répandit tout à coup dans la population que la flotte allemande allait faire une descente à Belle-Isle et enlever les prisonniers. Le commandant se laissa aller à dire une parole que je ne veux pas écrire mais qui fut soigneusement recueillie à Berlin.

La situation devint telle qu’on emmena deux cent quarante de ces prisonniers dans le Cantal à . Or cette localité passe pour être un château. Ce fut bien un château autrefois et il y reste une tour, mais, à l’heure actuelle, c’est complètement inutilisable. On avait voulu au début de la guerre en faire un hôpital mais on dut y renoncer. Nos deux cent quarante prisonniers furent donc transportés dans cette localité où ils ne trouvèrent rien, et le commandant imbécile qui les a amenés là a pourvu à leur établissement, ou plutôt à leur entassement car il n’y avait place que pour une centaine au maximum. Pas de lits, des paillasses, onze mètres cube d’air par personne, pas de mobilier, une seule chaise par homme, aucun endroit pour placer leurs affaires (ni case, ni rayons), un seul cabinet pour deux cent quarante. Tu vois ce qu’a pu être cette installation pour des officiers. Par malheur, il y avait dans la bande quelques bonshommes haut titrés qui se sont plaints. Instantanément on a pris, on a choisi plutôt, dans différents camps (notamment à Heidelberg quarante environ) deux cent quarante Français que l’on a envoyés à Niesse où on leur a donné exactement le même régime que les Allemands à Saintangeau, avec cette différence cependant en faveur des nôtres, qu’on a mis des rayons à leur disposition pour placer leurs affaires.

Parmi les officiers envoyés à Niesse se trouvent le gendre[1] de Delatour [2] du Crédit foncier, le fils de Picavet [3] du Collège de France, etc. Tout ce monde-là s’est ému, on a fait des démarches auprès de Cambon, et, enfin, on vient d’obtenir que cent quarante officiers seraient envoyés en Corse et qu’on améliorerait la situation de ceux qui restent dans le Cantal.

J’ajoute qu’on retenait sur la solde des officiers allemands une somme de vingt mille et quelques francs pour loyer du château. La seule chose à peu près bonne pour ces gens-là, et qu’ils signalaient dans leurs lettres, c’est que, pour deux francs ils étaient supérieurement nourris.

Après cela, tu vois comme on est bien venu à crier représailles alors que tu sais la disproportion énorme qui existe entre les chiffres de nos prisonniers et des leurs.

Reçu ce matin la visite d’Alazard, un de nos correspondants d’Italie, qui a quitté Milan avant-hier. Il nous a dit que les Italiens avaient eu une peur formidable mais qu’ils semblaient rassurés maintenant. Bidou n’est pas très optimiste pour eux si les Autrichiens débouchent dans la plaine. Ils sont à cinquante kilomètres de Venise et peuvent couper toute l’armée italienne, le roi avec. Comme je disais à Bidou que j’avais su que le front de l’Isonzo avait été dégarni de troupes italiennes, notre ami en a paru un peu rassuré, espérant qu’ils auraient ramené leurs troupes sur le Pô, que ce pouvait être une manœuvre excellente. Les Autrichiens ne paraissent pas vouloir mener la campagne par l’Isonzo. La marche serait trop longue et trop difficile.

Certaines divisions italiennes n’ont pas paru disposées à affronter le bombardement autrichien. Amenées en renfort, elles ne sont allées qu’à moitié chemin.

Quels que soient les événements, il y a une tendance en ce moment dans les milieux militaires et politiques à voir l’Italie en noir. Peut-être ce mouvement est-il un peu exagéré et devons-nous avoir un peu de méfiance. En réalité, ce que font les Autrichiens en ce moment est ce que les Italiens avaient craint au début de la campagne. Ils s’y étaient préparés. Un an s’est écoulé. Depuis, leurs préparatifs ont pu se compléter.

Au revoir old man.

Your’s

Et

[Une lettre dactylographiée de Raffin-Dugens à Bordy, capitaine de génie]

[1] Paul Coulon (1877-1930) a épousé Andrée Delatour, fille d’Albert Delatour. Polytechnicien. Militaire puis banquier à la Caisse des dépôts et consignations.

[2] Nalèche se trompe de banque. Albert Delatour (1858-1938). Directeur de la Caisse des dépôts et consignations (1900).

[3] François Picavet (1851-1921). Homme de lettres. Philosophe, spécialiste de Kant. Secrétaire du Collège de France (1904). Directeur à l’École pratique des hautes études. Professeur d’histoire des philosophies médiévales à la Sorbonne (1906).

28 mai 1916

28 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Reçu la visite hier d’un garçon qui n’est pas une lumière, loin de là, mais qui, tout de même, représente une certaine surface. Il est venu me demander si nous serions disposés à augmenter notre capital.

Le brave Corpechot a débuté en me disant que notre journal gagnait de jour en jour, tandis que la concurrence avait fini par dégoûter même ceux pour qui elle avait été pendant quarante ans la loi et les prophètes. Il voulait en conséquence m’entretenir des projets d’un financier qui avait toute la confiance de son entourage et de gens de premier ordre, bien que, personnellement, lui, Corpechot, ne connaissant rien aux affaires, ne pouvait dire si celles de son ami étaient bonnes ou mauvaises, tandis qu’il pouvait répondre des idées politiques qui étaient libérales comme les nôtres. Avant la guerre, ce financier voulait réunir deux agences en une seule en les achetant, l’Information et la Fournier. Son but serait donc d’avoir un grand journal existant déjà et de mettre à côté, en tant que la place ne soit pas prise par la fondation de la « Radio », une agence d’information.

Les idées donc seraient les nôtres mais, sans doute, l’intervention dans le marché financier serait le but désiré.

J’ai déclaré à Corpechot, sans vouloir décourager la tentative, qu’avant toute espèce de démarche de son homme il lui déclare qu’en aucun cas le nouveau capital ne saurait primer l’ancien et que l’aide apportée ne pouvait être acceptée que si aucune modification n’était apportée, tant dans la ligne du journal que dans la façon dont il est mené.

Mon interlocuteur m’a dit également que Briand, au courant, verrait la chose d’un œil très favorable. Nous avons beaucoup de sympathie pour Briand, ai-je répondu, mais en aucun cas le journal ne pourrait devenir l’organe d’un homme politique.

Et voilà où cela en est. Es-tu d’avis de voir venir ou faudra-t-il couper de suite ? ?

C’est assez comique. Depuis l’acceptation par le gouvernement du Comité secret, les plus ardents promoteurs sont tout à fait refroidis. Il y avait eu une combinaison qui avait cherché à s’élaborer sous roche et qui devait comprendre Clemenceau, Barthou, Maginot, Monzie. Cette combinaison avorte parce que les deux premiers voudraient la préséance et n’ont pu s’entendre.

J’ai vu Denys Cochin un instant. Très surpris de l’affaire grecque et des obus. Mais, lui ai-je dit, il me semble que les obus sont dans l’ordre de la représentation. Il convient d’attendre pour savoir comment le peuple grec va prendre cela. Nos agences parlent d’impression inimaginable mais le radio ne dit presque rien. Quoi qu’il en soit, l’événement peut nous amener un rebondissement.

Good bye, old man. Ton affectionné

Et

 

27 mai 1916

27 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Reçu à midi ta lettre d’hier. Je te parlerai plus tard de l’Alter ego. Petit à petit la lumière se fait, et je crois maintenant avoir trouvé les raisons de cette volte-face opérée presque sans transition.

J’ai eu l’occasion ce matin de téléphoner à Paul [1] pour un renseignement d’ordre industriel demandé par un de nos abonnés. Je lui ai raconté une assez curieuse histoire qui venait de m’être dite. Les trois anabaptistes qui sont allés au congrès de Kienthal et dont l’un, Raffin-Dugens, a tant fait parler de lui hier et aujourd’hui, ont tenu à Kienthal devant les internationalistes les discours les plus nationalistes. Cette attitude inattendue avait été motivée par les Allemands qui les avaient tellement mal reçus, traités avec tant de mépris et violence, que nos pacifistes exaspérés avaient pris le contre-pied. Une fois rentrés en France, ils reprirent leurs petits papotages d’autrefois, et, dans leur désir de faire de la surenchère, ils ont oublié les scènes de Kienthal. Ne trouves-tu pas la chose assez comique ? Nous y avons fait une allusion dans notre article.

Je laisse de côté aujourd’hui toutes les grosses questions Comité secret, guerre, etc., pour te raconter quelques anecdotes.

Un de mes amis qui a une propriété entre Trappes et Saint-Cyr voisine de l’étang [2] qui appartient à l’État, me dit que cet étang était loué à un quidam qui, ne pouvant arriver à payer, avait passé cette location à Bunau-Varilla [3]. Or, dimanche dernier, trois personnages dont une dame sont venus y passer la journée. Ils ont fait préparer un bon petit repas par le garde et ils ont fait là une petite fête champêtre. Ces trois personnages simplets étaient S.A.R le prince Georges, S.A.R la princesse Marie et Briand. Il paraîtrait que Bunau-Varilla avait donné au garde les ordres pour que, chaque fois qu’il plairait au proconsul de venir, il soit traité à l’égal de lui-même Bunau. Voilà comment on se repose des grandes affaires de l’État.

Cette anecdote m’en a remis une autre en mémoire. Lorsque les parlementaires italiens sont arrivés à Paris, Luzzatti [4], dont la mégalomanie ne connaît plus de bornes, avait convoqué à son hôtel Briand, Hanotaux [5], Pichon et je ne sais plus quels autres pour 10 h du soir. Pas de réponse de Briand. Luzzatti s’inquiète de savoir s’il a bien reçu sa lettre. On cherche Briand, pas de Briand. Quelqu’un du ministère répondit. Je ne pouvais cependant lui dire que Briand était à Saint-Cloud chez… tu sais qui mieux que personne.

Le lendemain, un mot de Briand l’excusait de n’avoir pu se rendre à la convocation. À tout prendre, il est très heureux qu’il n’y soit pas allé car un président du Conseil français n’avait pas à ce rendre aux ordres de ce vieux madré et glorieux de Luzzatti.

Encore des histoires bien édifiantes. Tu as su que ce pauvre Pierre Baudin [6] était menacé de paralysie générale, plus que menacé même, car sa pauvre tête a déjà un peu déménagé. J’avais vu à Évian le ménage Pierre Baudin. Lui est un excellent garçon, pas très intelligent, mais consciencieux et travailleur, elle était assez jolie personne. Le ménage semblait uni. C’était du reste sa seconde femme[7], la première[8] avait levé le pied après des scènes inénarrables avec un jésuite.

Or voici ce que j’apprends. La femme actuelle est la fille de ce docteur Ochs [9] qui fut un des acteurs de cette crapuleuse affaire des chemins de fer d’Abyssinie. La famille Ochs avait mis la main sur notre pauvre ministre espérant bien que ce lui serait une force dans l’avenir. Deux ou trois fois, Baudin avait voulu se dégager mais on le retint par les basques de son habit et, finalement, il épousa. On avait annoncé trois ou quatre cent mille francs de dot. Au jour de la signature il n’y avait plus rien – Émoi – Un ami prêta cent mille francs qui disparurent le lendemain.

Au début de l’union, tout alla bien. Baudin gagnait soixante ou quatre vingt mille francs par an. Mais maintenant que le pauvre diable est fichu, cyniquement la femme déclara qu’elle ne pouvait plus vivre. Elle prit ouvertement un amant et chercha à faire interner son mari pour se faire délivrer le droit de disposer de tout, Baudin ayant à droite et à gauche quelques centaines de mille francs.

Mais ce malheureux avait une fille du premier lit qu’il aimait beaucoup et celle-ci se démena si bien qu’elle arriva à éviter la séquestration et à mobiliser le vieux docteur Baudin [10] le père, qui réclama son fils et le fit venir dans l’Ain.

Voilà où en est l’affaire.

Je t’ai parlé il y a quelque temps des formidables parties de Charles Humbert à Monte-Carlo. Mais il y a mieux. Tous les mercredis chez Malvy il y a jeu. Poker terrible où tous ces soutiens de notre République se donnent rendez-vous. Le ton qui doit régner dans ces salons, je te le laisse à penser. Sur ces édifiantes histoires je te quitte, mon vieux Pierre.

Et

 

[1] Paul Lebaudy.

[2] L’Étang-la-Ville (Seine-et-Oise).

[3] Maurice Bunau-Varilla (1856-1944). Propriétaire et directeur du Matin depuis 1900.

[4] Luigi Luzzatti (1841-1927). Italien. Juriste et économiste. Président du Conseil (1910-1911).

[5] Gabriel Hanotaux (1853-1944). Homme politique. Historien, élu à l’Académie française en 1897 au fauteuil de Paul Bourget. Membre fondateur de la Société d’histoire de la IIIe République et du Comité France-Amérique.

[6] Pierre Baudin (1863-1917). Journaliste. Homme politique. Député radical socialiste de la Seine (1898-1902), puis de l’Ain (1902-1909). Ancien ministre.

[7] Mme Pierre Baudin, née Georgette Ochs (1884-19). Elle épouse Pierre Baudin en 1907.

[8] La première Mme Pierre Baudin, née Alice Lafargue (1869-19), s’était mariée en 1893 et avait divorcé en 1902.

[9] Louis Ochs. Médecin.

[10] Camille Baudin (1827-1917). Père de Pierre Baudin. Médecin à l’hôpital de Nantua. Homme politique. Sous-préfet de l’Ain (1876-1877). Maire de Nantua (1881-1885).

26 mai 1916

26 mai 1916

 

Ce sont les mêmes sujets qui continuent à préoccuper tout le monde, mon cher Pierre, peut-être en est-il de même dans ton entourage. J’ai vu ce matin un ou deux parlementaires, et il me semble que la question Comité secret en est restée à peu près au point que je t’expliquais hier. Beaucoup de députés ont signé, qui ne voteraient pas si le débat sur le comité venait à se poser en engageant la responsabilité du gouvernement. Remarque que des gens comme Lazare Weiller, gouvernementaux par principe, ont voté. On continue à croire que Briand ne posera pas la question de confiance là-dessus, et comme me le disait un député aujourd’hui, rien ne prouve, du moment que le débat ne sera pas public, que l’on aboutisse à une crise. Dans les commissions, le ton est sensiblement moins élevé qu’en séance et il se peut très bien qu’avec les déclarations de Briand un certain accord s’établisse. En tout cas, c’est bien précaire, et le président sera viré. Chacun conserve dans son cœur son généralissime. Meunier-Surcouf [1] fait campagne en faveur de celui dont il est officier d’ordonnance, Foch, et tous les autres ont comme cela un candidat de leur choix.

L’affaire des nouveaux impôts [2] est également un sujet d’inquiétude. On s’attache à trouver dans l’opposition à ce projet une campagne contre le cabinet. Tu vois que Briand a fort à faire pour naviguer au milieu des écueils semés à plaisir sur sa route.

[manque la suite]

[1] Charles Meunier-Surcouf (1869-1956). Industriel. Officier d’artillerie, officier d’ordonnance de Foch. Il est député gauche démocratique des Côtes-du-Nord (1913-1919).

[2] La loi du 15 juillet 1914 institue l’impôt général sur le revenu et la loi du 31 juillet 1917 crée les impôts cédulaires : l’impôt foncier des propriétés bâties et des propriétés non bâties et l’impôt sur le revenu des valeurs mobilières, issus de contributions anciennes réformées, adaptées et incorporées au système nouveau par la loi du 29 mars 1914. Les autres seront créés par la loi du 31 juillet 1917. Il s’agit des impôts sur les traitements et salaires, les bénéfices de l’exploitation agricole, les bénéfices industriels et commerciaux et les bénéfices des professions non commerciales.

25 mai 1916

25 mai 1916

 

On continue, mon cher Pierre, à se préoccuper vivement du Comité secret en faveur duquel, comme je te le signalais hier, il y a augmentation de partisans, et l’on se demande si Briand, qui cependant serait sûr d’une majorité, voudrait risquer de l’emporter en posant la question et en sortant affaibli de la lutte avec deux cents voix contre lui. On dit qu’il accepterait, quitte à ne donner dans cette séance que les mêmes renseignements qu’il aurait pu donner en réunion publique. Ce qui revient à dire que, ne pouvant empêcher, il chercherait à canaliser les choses ainsi qu’il en a une si grande habitude et à reprendre le dessus avec du doigté et de l’habileté.

Quoi qu’il en soit, tout cela n’est pas indicatif d’un très bon état d’esprit, et les communiqués moins favorables sur tous les fronts n’inclinent pas les esprits à l’optimisme.

Ce que cherchent tous ces parlementaires, c’est le commandement et je m’en tiens toujours au raisonnement que je te faisais l’autre jour. On veut, en se servant des éléments honnêtes mais naïfs, briser l’arche sainte pour arriver plus tard à la remplacer par une urne à la merci des fluctuations politiques.

Je ne sais si tu l’auras remarqué, mais Tardieu avait fait avant-hier un article au Petit Parisien dans lequel l’éminent journaliste interdit toute offensive. Un de mes amis, si plus tard le nom et la fonction t’intéressent je te dirai les deux, revient de Verdun. Somme toute, nous avons reperdu tout ce que nous avions gagné, mais presque rien en plus. La supériorité de notre infanterie serait très grande mais nous sommes dominés par l’artillerie ennemie et, à cause de cela, ces petites offensives du genre de celles que nous avons prises n’ont pu conserver leurs résultats.

Mon personnage a passé partout et a tout vu et il serait contraire à une offensive qui ne serait pas le résultat d’une préparation complète et définitive. En tout cas, si on veut la faire, il faudrait que ce soit avec les Anglais. Tu en vois les raisons.

Il estime que c’est à l’infériorité de leur infanterie que nos ennemis doivent de n’avoir pas réussi à aller plus avant… car plusieurs fois la route s’est ouverte devant eux.

Mon ami est arrivé ce matin, tu vois que ses impressions sont fraîches.

Dans tous les milieux militaires on serait d’avis qu’il y a quelque chose à changer. Que l’on garde Joffre si on veut, dit-on, mais que le major général ait la direction de l’État-Major.

Tu as lu sans doute l’article de Tardieu dans Le Petit Parisien, entièrement conçu contre Joffre. J’ai su que Tardieu a été l’année dernière un de ceux qui ont le plus contribué à tromper l’opinion. Il est l’auteur d’une série de notes et d’articles envoyés à la presse lorsqu’il était le chef du service [1] dans lesquels nous regorgions de munitions, de gros canons et prêchant la victoire certaine, etc. Aujourd’hui, il se retourne contre son patron qui, de sergent, l’a amené en un an au grade de capitaine. Il n’y a pas de grand homme pour son valet de chambre, dit le proverbe… alors…

En tout cas, les articles restent et, dans l’avenir, quand on débrouillera l’historique de cette guerre, les prospectus de Tardieu ne seront pas un mince sujet d’étonnement.

Notre petit conseil a demandé à M. Isaac, président honoraire de la Chambre de commerce de Lyon, conseil supérieur du Travail, Canal de Suez, Compagnie d’Orléans [2], et tout à fait charmant et intelligent, de nous donner sa collaboration. M. Isaac a accepté. J’espère que tu n’y vois aucun inconvénient.

Étant donné le rôle du père Aynard dans notre maison, et somme toute l’aide qu’il nous avait toujours donnée, je suis chargé de te consulter pour te demander si tu ne verrais pas d’inconvénient à nous adjoindre son fils Francisque Aynard [3] qui est lui aussi un garçon très intelligent. Il est déjà du conseil du PLM.

Tu me diras ce que tu penses et je ferai aussitôt la démarche.

Ton vieil

Et

 

[1] André Tardieu est à la tête de la section d’information de l’armée du Grand Quartier général.

[2] Nalèche se trompe. Auguste Isaac est membre du conseil d’administration de la Compagnie des chemins de fer du PLM et non de la Compagnie des chemins de fer de l’Orléans.

[3] Francisque Aynard (1869-1954). D’une famille de bourgeois lyonnais, troisième fils d’Édouard Aynard, il fait partie du conseil d’administration de la Compagnie des chemins de fer du PLM et est associé à la banque familiale Aynard et fils à partir de 1910.

24 mai 1916

24 mai 1916

 

Le temps est gris et orageux, mon cher Pierre, la même température règne dans tous les milieux bourgeois ou politiques, civils ou militaires. Le communiqué n’est pas fameux, et les esprits s’agitent de nouveau au Parlement à propos du Comité secret. Un député me disait ce matin qu’il est un peu inquiet de voir combien cette idée gagne du terrain, et la raison de cet accroissement, il la voit en ce qu’une centaine de députés auraient reçu la promesse de faire partie du nouveau cabinet, et une centaine encore pensent qu’ils pourront bénéficier d’un poste. Parmi les agités, se distingue un petit monsieur de Bretagne élu par les conservateurs et qui joue un rôle de bas intrigant. C’est le sieur de Chappedelaine [1] qui, maintenant, est au mieux avec ce produit du même département qui répond au nom de Kerguézec.

Je crois que Briand va essayer de noyer l’affaire dans une discussion sur la procédure à suivre en cas de Comité secret. Si on s’embarque dans la réglementation, on en aurait pour quelque temps.

Notre dîner d’hier au soir fut très réussi. Paul [2] qui s’était annoncé n’y est pas venu. Pas mal de membres de l’Institut, mon vieux membre du conseil de l’empire qui avait vu Chaumeix hier et qui m’a demandé si mon Alter ego venait au dîner. Il y est en effet venu, mais j’ai compris que le raccrochage était très complet. J’ai eu une assez longue conversation avec mon Alter ego sur les différentes questions à l’ordre du jour. Comme je crois te l’avoir dit, il m’a demandé de le faire déjeuner avec un assez important personnage. Je suis un peu perplexe. Le déjeuner a lieu demain, mais je crains toujours que la conversation sous cette couleur un peu intime ne soit demandée par les chefs. N’est-ce pas ton avis ?

Un de nos collaborateurs, retour d’Italie, a entendu dire plusieurs fois, et par des gens qui ne sont pas les premiers venus, que Verdun et la résistance magnifique des Français est due aux secours que les Italiens ont envoyés. Deux cent mille hommes, disent ces glorieux fils de Rome. Mais il n’y a pas d’uniformes italiens – Je crois bien ; ils sont équipés par la France.

Et on a imprimé cette bourde !

Ton affectionné

Et

 

[1] Louis de Chappedelaine (1876-1939). Avocat. Homme politique. Député libéral puis radical indépendant des Côtes-du-Nord (1910-1939).

[2] Paul Lebaudy.

23 mai 1916

23 mai 1916

 

Nous avons ce soir, mon cher Pierre, le dîner des Débats pour lequel j’ai abandonné le dîner russe présidé par Deschanel. Nous avons un convive de marque, Palacio Valdès [1], l’écrivain espagnol, qui est un type assez curieux et que l’on étonne bien quand on lui dit qu’en France il y a des littérateurs qui tirent d’énormes profits de leurs œuvres. Lui n’y pense guère. Ses romans ont eu des tirages de huit ou neuf cent mille exemplaires et il vit modestement sans songer aux bénéfices. Cet écrivain avait débuté dans les sciences, mais sa verve et son esprit lui ont fait adopter le roman et il est devenu un des premiers auteurs d’Espagne. Je vais être obligé de bafouiller quelques mots de bienvenue. C’est une opération que je n’aime guère. Nous aurons, je crois, pas mal de convives, bien que le dîner russe nous en ait retiré quelques-uns importants. Paul [2] est inscrit, cela me fera plaisir de le voir un peu.

Si tu as lu ce matin l’article de Clemenceau, tu as dû penser comme moi qu’il y aurait eu une belle réponse à lui faire quand il prétend, qu’arrivé à l’âge avancé où il est, il n’a jamais vu de ministres faire quelque chose de bien. Il a été lui-même président du Conseil, il le sait donc mieux que personne. Mieux vaut sans doute le laisser baver sans grandir encore son importance en polémiquant avec lui.

À propos de Clemenceau, il y eut une scène assez amusante samedi à la commission de l’Armée du Sénat. Tu sais que le Tigre vient de faire une enquête sur le front au cours de laquelle il a cru pouvoir interroger généraux, caporaux et soldats. Cela allait très bien pour les armées françaises, mais il a voulu faire subir son petit interrogatoire à l’armée anglaise. Briand, désireux de faire tomber le sénateur dans un piège, lui dit devant tous ses collègues qu’il aurait peut-être mieux valu s’abstenir par crainte de froisser le sentiment anglais. Clemenceau, batailleur, mordit aussitôt à l’hameçon et dit que personne ne pouvait trouver mal qu’il accomplît son office d’enquêteur et que les Anglais comprenaient l’utilité de son rôle, etc. Briand sortit alors flegmatiquement de ses papiers une lettre dont il donna lecture. C’était une plainte en règle d’Edward Grey qui n’admettait pas l’intervention de M. Clemenceau dans les affaires du commandement anglais. Or, voici ce qui s’était passé. Notre sénateur avait pressé Douglas [3] de questions pour savoir si Joffre donnait des ordres aux armées anglaises, si c’était bien sous la coupe de notre généralissime qu’étaient les armées alliées, enfin une foule de choses indiscrètes et toutes ayant quelque but à exploiter au retour. Douglas avait répondu qu’il ne connaissait qu’un roi et qu’un Parlement et que c’étaient ceux de son pays. Puis il avait tourné le dos et adressé un rapport au ministre de la Guerre. Clemenceau reçut ce coup de massue sur le nez et resta coi. Briand l’avait roulé encore une fois.

Paul Flat [4], dont tu connais sans doute le nom, qui a fait de nombreux ouvrages et dirigé La Revue bleue, sort d’ici. Venu pour me remercier de quelques petits services, il a causé avec moi. Il est, je crois, en tout cas se dit grand ami de Barthou. Il déplore comme beaucoup d’autres que l’ancien ministre [5] ne puisse rester tranquille. L’inaction lui pèse et il voudrait en sortir, ce qui le conduit à faire pas mal de gaffes au lieu de se cantonner dans l’assez grande situation où il était resté et d’attendre les événements. Barthou, donc, disait qu’il était dans le fond prisonnier de Caillaux et que ce dernier lui barrait la route. Caillaux serait toujours très influent auprès de l’Élysée où, dans la coulisse, il dicterait ses volontés. En tout cas, le pauvre Barthou a bien tort de tripatouiller dans les affaires de Comité secret, de même que son voyage avec Pichon ne lui a pas donné grand lustre.

Ce soir tu verras un blanc dans le premier article et un blanc dans la dernière heure. Ces deux échoppages concernent une dépêche de notre correspondant de Turin qui nous mandait que le Neue Munchener Nachrichten publie ce matin un article dans lequel elles parlent des efforts faits par différents neutres (efforts concertés), entre autres Wilson, le pape et Alphonse XIII, en vue d’obtenir un armistice nécessaire préalablement aux négociations de paix.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Ton toujours affectionné

Et

 

Dans l’article, on nous enlève une phrase à ce sujet. Cette suppression semblerait vouloir dire que notre gouvernement ne veut pas qu’on traite ces projets de fariboles.

 

[1] Armando Palacio-Valdès (1853-1938). Espagnol. Journaliste. Écrivain réaliste, il écrit des romans bourgeois. Directeur de la Revista europea. Membre de l’Académie espagnole.

[2] Paul Lebaudy.

[3] Il s’agit de Douglas Haig (1861-1928). Général de corps d’armée en 1914, il reçoit le commandement du 1er corps d’armée des forces britanniques (BEF) en France et en Belgique et s’illustre dans les combats de Mons et d’Ypres. Il prend la tête de l’ensemble des troupes britanniques engagées sur le front français en décembre 1915.

[4] Paul Flat (1865-1918). Essayiste, romancier et critique littéraire et artistique à La Revue bleue dont il devient directeur en 1908. Il publie des ouvrages sur Balzac et Gustave Moreau, entre autres, ainsi que des romans.

[5] Louis Barthou a été ministre des Travaux publics (1894-1896 ; 1906-1909), de l’Intérieur (1896-1898) et garde des Sceaux (1909-1913). En 1917, il retrouve une place de premier plan comme ministre des Affaires étrangères.

22 mai 1916

22 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Rien de bien intéressant depuis hier, je n’ai vu aujourd’hui que très peu de monde. La chaleur doit apporter un peu de langueur et de flegme partout.

Néanmoins, j’ai su par quelqu’un de la présidence que le cabinet Bratiano avait été extrêmement menacé ces jours-ci et qu’il a été bien près de sauter. Ce serait la neutralité de toute façon, mais si le ministère avait succombé, je crois bien que cette neutralité n’aurait plus rien eu de bienveillant. C’est la continuation des histoires que je te racontais et dans lesquelles nous avions la preuve que notre diplomatie voyait tout à travers les lunettes russes, ce qui colore tout de la façon la plus fâcheuse et la moins exacte. Les affaires polonaises ne doivent pas non plus marcher dans la perfection car Chaumeix m’a téléphoné pour me demander s’il pouvait se recommander de moi pour aller trouver ce vieux Polonais si intelligent dont je t’ai déjà parlé. Évidemment, le patron voudrait entendre un autre son de cloche. C’est toujours la même chose, ils ne vous croient pas quand on leur dit ce qui se passe, ils continuent dans leurs errements en ayant l’air de se moquer de votre ignorance, et lorsque les gaffes sont faites, ils s’avisent que vous auriez bien pu avoir raison.

J’ai mis rapidement Chaumeix au courant de ce qu’était mon homme, de sa tournure d’esprit et des travaux qu’il avait faits, dont l’un notamment que la censure a supprimé et qui est un chef-d’œuvre sur la politique suivie par les Russes et les énormes fautes commises par eux en Pologne.

Cette histoire me met en mémoire la démarche que j’ai faite à une époque auprès du président de la République pour lui expliquer ce qu’était le nouveau ministre Stürmer [1]. Personne, ni Briand, ni Berthelot, ni Poincaré n’en avaient la moindre donnée. Pour eux, c’était la même politique qui allait continuer. Ils m’ont affirmé, et ils ont donné aux journaux la même note, que l’arrivée de Stürmer était plutôt favorable à nos intérêts. – Néanmoins, ajoutait-on aimablement, nous prenons bonne note de ce que vous venez de nous dire et nous allons attirer l’attention de notre ambassadeur sur ce point. Paléologue, dans sa dépêche que l’on m’a lue, disait qu’il ne connaissait pas Stürmer mais qu’il le croyait très bien disposé, etc. Aujourd’hui on a déchanté, on s’est aperçu à ses dépens que Stürmer était bien à tendances allemandes et que presque toutes les malversations que l’on reproche au ministre de la Guerre sont bien dues à Stürmer. Ne t’ai-je pas du reste parlé de cela autrefois ?

Mon collaborateur, attaché à la maison qui est dans la Cité [2], me dit que dans ce foyer à fausses nouvelles on est au sombre à cause de l’effroyable tuerie de Verdun qui impressionne les hommes, du reste, tant d’un côté que de l’autre.

Pétain est réellement fiancé, mais pas avec Melle de Baye [3], avec Mme Tesson [4] dont le mari a été tué au Maroc. Pétain, d’après Mme Tesson, dit qu’à la fin de ce mois l’affaire de Verdun sera abandonnée par les Allemands et qu’il n’en sera plus question. Dieu l’entende.

À demain, my old Peter.

Ton affectionné

Et

 

Parmi les potins dont je te parlais plus haut, il paraîtrait que des gendarmes auraient été pendus par des indisciplinés.

 

 

[1] Boris Stürmer (1848-1917). Russe. Homme politique. Nouveau ministre des Affaires étrangères jusqu’en novembre 1916. Germanophile.

[2] La préfecture de police.

[3] Yolande de Baye.

[4] Andrée Tesson.