Archives mensuelles : avril 2016

30 avril 1916

30 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je reprends donc mes correspondances quotidiennes. Voudrais-tu voir si tu les reçois bien régulièrement et si elles ne subissent pas de retard anormal parfois. Je n’ai qu’une confiance modérée dans ceux qui doivent connaître maintenant ce bavardage de chaque jour, et leur discrétion m’est apparue suspecte dans cet ordre d’idées. Non pas que les intérêts généraux aient le moindre avantage à connaître mes pauvres confidences, mais les intérêts particuliers aimeraient peut-être tout de même à flâner dans nos plates-bandes.

Je t’ai bien peu vu ces jours-ci, mon pauvre vieux, et surtout je reste avec un remords terrible. Lorsque, au cours de ma visite, tu m’as parlé du dîner chez Lapérouse ou chez Meurice, je crains de t’avoir mal compris. Peut-être aurais-tu désiré qu’il y eût un dîner. C’eût été bien facile. J’ai voulu te téléphoner le lendemain pour te demander si tu désirais que je t’avise par un bleu, mais au 11.82 on m’a dit que tu venais de sortir. Enfin, si cela était, pardonne-moi, je ne suis qu’une tourte.

Déjeuner assez intéressant hier avec un homme très remarquable, l’ancien ministre de Russie au Monténégro, Islavine [1], et un ancien officier d’ordonnance du général Ivanov [2] aujourd’hui en France. Son nom, ma plume se refuse à te l’écrire, de même que je ne saurais le prononcer.

Islavine était arrivé le matin de Mérignac où le vieux Nikita [3] l’avait demandé et où il avait passé trois jours. Il paraît que le roi commence à se rendre compte que c’est fini pour lui de jouer avec les puissances comme avec ses sujets. Il est un peu inquiet de sa situation future. N’ayant rien à faire en ce moment, il est en train de changer de ministère et va remercier son président du Conseil actuel. Il commence également à trouver que ses fils sont terriblement compromettants.

Islavine lui a bien répété qu’il pouvait faire une foule de choses sur sa montagne qu’il serait dangereux de recommencer ici.

Nikita est désolé d’être à Bordeaux. Islavine lui a expliqué qu’il avait fait lui-même avec Isvolski [4] une démarche auprès de Cambon pour qu’on le logeât dans les environs de Paris. On avait offert Fontainebleau ou Saint-Germain. Fontainebleau ayant paru un peu humide pour les rhumatismes du vieillard, on s’était arrêté à Saint-Germain. C’est alors qu’est intervenu le président du Conseil monténégrin qui a déclaré que le roi voulait aller à Bordeaux. Et il n’y avait pas un mot de vrai. Le vieux était furieux.

Le militaire nous a raconté qu’Ivanov était un homme d’une haute intelligence mais qu’il avait son plan à lui. Ayant étudié la Galicie pendant plus de dix ans, c’est grâce à ses plans que les Russes avaient si rapidement battu les Autrichiens, pris Lemberg, etc., que si la retraite s’était produite, c’était dû uniquement au manque de munitions et en dehors de lui, qu’en tout cas il avait pu abandonner ses conquêtes sans rien perdre.

À l’heure actuelle, il se faisait fort de recommencer et de complètement battre l’Autriche. Néanmoins, les conférences des Alliés ayant amené l’élaboration d’un plan général, celui d’Ivanov n’aurait pu être appliqué sans peut-être faire du tort aux campagnes voisines ordonnées. Aussi, le czar l’a-t-il appelé auprès de lui. Si ses conseils sont écoutés, il se peut que l’on fasse de la besogne sérieuse.

Conversation sur tous les changements en Russie dus à l’unique influence de Raspoutine, influence que l’on a longuement méconnue ici, mais dont on prétend que l’on commence à tenir compte. Il est grand temps. Ce moujik est un homme à conquérir ou il faut prier Dieu qu’il… le rappelle à lui.

J’ai causé avec Islavine de la question polonaise qui est si grave à l’heure actuelle. Je n’étais pas fâché de cet entretien car ce diplomate est le seul homme qui ait un peu d’influence sur l’habitant de la rue de Grenelle [5]. J’ai trouvé les mêmes réponses que dans tout ce monde officiel… On fera pour la Pologne, on fera, c’est certain… Mais, pour le moment, on ne

[Manque la suite]

[1] Islavine. Russe. Diplomate. Ancien ministre de Russie au Monténégro.

[2] Nikolaï Ludovitch Ivanov (1851-1919). Russe. Général de l’Armée blanche, tué lors de la guerre civile.

[3] Il s’agit de Nicolas Ier (1841-1921), roi de Monténégro. Nalèche l’appelle généralement « le vieux forban ».

[4] Alexandre Isvolski (1856-1919) est alors ambassadeur de Russie en France depuis 1910.

[5] Il s’agit d’Alexandre Isvolski. L’ambassade de Russie est 79, rue de Grenelle, Paris, VIIe.

17 avril 1916

17 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne t’écrirai plus maintenant avant ton arrivée à Paris où j’espère avoir le grand plaisir de te voir un peu.

Et même ce mot n’est écrit que pour ne pas interrompre les bonnes habitudes car je crains qu’il ne te parvienne pas avant ton départ.

Grand revirement d’André Chaumeix. Il s’est tout à coup rapproché de nous, téléphone, se tient au courant, fait des articles, en offre d’autres, enfin manifeste une activité pour nous servir qui, venant après vingt mois de quasi-silence, est curieux. Il y a des raisons profondes évidemment. Moi je continue à ne m’apercevoir de rien et à prendre les choses comme tout à fait naturelles. Est-ce cocasse !

Je viens d’avoir la conversation la plus intéressante avec un homme qui revient de Suisse où il était allé étudier la question orientale. Il m’a démenti formellement tous les bruits de négociations qui avaient couru, et le tableau qu’il m’a tracé de la situation qui a suivi Erzeroum me paraît assez exact.

Après Erzeroum, impossibilité pour les Turcs de faire face à leurs engagements avec les Bulgares. Tous les projets sur l’Égypte sont ruinés. Prélèvement de presque toutes les troupes turques en Thrace envoyées dans trois directions pour faire face aux trois avancées russes. Une armée reste intacte en Syrie.

À Constantinople, très peu de Turcs. Vingt mille Allemands tiennent les Dardanelles. Le Bosphore est gardé également presque uniquement par les Allemands, officiers, sous-officiers et artilleurs. Les Allemands sont répartis dans Constantinople par petits paquets sur les points choisis par eux et armés de mitrailleuses.

Donc, les Allemands tiennent les deux serrures et le chemin de fer de Bulgarie à Constantinople. Je reçois d’autre part une lettre d’un officier supérieur de l’Est qui ne voit pas de victoire possible autre que celle de la famine.

Tu as vu l’attaque russe dans le Nord ; malgré tout, si sur tous les points on attaque avec vigueur, les Allemands auront du mal à lutter.

Je viens de croiser celui de mes collaborateurs qui fait la préfecture de police. Quelle est la dernière fausse nouvelle préfectorale ? lui ai-je demandé. Tu sais que cet endroit est un magnifique foyer à potins, tout comme la Chambre. Il me répondit : la dernière fausse nouvelle, c’est le déclenchement de la Roumanie dans la deuxième quinzaine d’août après les chaleurs. C’est aussi le passage clandestin et autorisé des Russes sur un morceau de territoire roumain pour aller en Hongrie.

Et voilà, mon vieux Pierre.

Ton affectionné

Et

 

À l’enterrement Rohan [1] ce matin, une foule immense. Jamais ce pauvre Rohan ne s’est connu autant d’amis. Mon reporter qui prenait les noms était assailli par les gens qui voulaient absolument que leur nom figurât dans le compte rendu. Nous n’avons pu faire droit à ces demandes à cause de la place dont nous disposons, mais Le Figaro reprendra cela demain, et nous verrons une belle colonne. Paris est toujours le même.

[1] Il s’agit peut-être de Josselin (1879-1916), duc de Rohan, capitaine de chasseurs à pied, tué à l’ennemi à Hardecourt-les-Bois, blessé mortellement le 13 juillet 1916 et qui meurt le 14. Il y a donc un problème de dates.

14 avril 1916

14 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’aurais joliment des choses à te dire, malheureusement, le fait que l’on recueille des nouvelles et des récits fait aussi que la journée se trouve trop courte. Hier, par exemple, j’ai vu tant de monde que le temps m’a complètement manqué [1]. Je t’avais laissé sur le déjeuner avec l’ami Chaumeix. Ce serait bien amusant si sa venue avait eu quelque corrélation avec ma visite à Marguerite. Son but spécial était de me demander mon avis sur les services de la Rue François-Ier et que le colonel [2] (me disait-il) attachait la plus grande importance à le connaître. Il m’a paru surprenant que ce brave ait eu comme cela besoin d’un avis dont il se passe parfaitement. Mon avis est bien simple mais je me suis gardé de le donner autrement que par des formules vagues de scepticisme. Somme toute, il n’y a dans cette maison, à part trois ou quatre dont Chaumeix, qu’une collection de métèques, presque tous juifs ou semi juifs, composant le monde des lettres, des arts décadents. C’est un salon que l’on compose, je crois, pour quelqu’un. Chez presque aucun des gens qui sont là, tu ne trouves véritablement ce que nous pourrions appeler l’esprit français. Le grand chef lui-même [3], tu sais de qui je veux parler, trouves-tu qu’il ait l’esprit français ? Le malheur de tout cela, c’est que cette maison est appelée à répandre la propagande dans le monde et que le rôle peut devenir important à un moment donné et aussi préjudiciable qu’il sera important.

Note en plus que tout ce qui pourrait avoir des tendances religieuses est exclu et je crois bien même que sont suspects tous les écrivains ou voyageurs qui auraient fait, dans leurs articles ou dans leurs récits, reposer notre influence en Orient par exemple, sur les établissements religieux, même si les écrivains sont de simples libres-penseurs. Tire les conséquences de tout cela en pensant que cette force est entre les mains d’un seul personnage qui n’admet pas que l’Église dont il est le pontife.

J’ai jeté déjà depuis plusieurs jours le coup de sonde pour savoir ce qui se passait dans notre usine. J’ai d’abord vu quelqu’un qui travaille avec l’ingénieur en chef et il m’a affirmé que nous n’avions pas à craindre d’arrêt par le fait des matières premières. Malgré la hausse des frets, on a continué à recevoir très normalement les cargaisons, et le stock reste assez important pour qu’on ne subisse pas d’arrêt toujours fâcheux en face d’une concurrence terriblement active. De plus, j’ai causé avec l’intermédiaire qui procure les matières premières qui se trouve par conséquent complètement au courant des demandes de l’exploitation, et des réponses qui lui sont faites par les fournisseurs. L’exploitation avait eu en effet des inquiétudes, mais on les a complètement calmées. Il ne pouvait être question des petites machines qui, elles, peuvent travailler jour et nuit sans aucune crainte. Quant aux grandes machines, elles sont largement approvisionnées et même, d’ici à six semaines, elles seront en mesure de travailler dans les proportions inconnues jusqu’ici.

J’espère donc que dans ces conditions nous pourrons arriver à la fin de l’exercice avec des dividendes, du moins si nous nous en rapportons à ces deux sources de renseignements.

Je te faisais part hier de mes inquiétudes grecques et roumaines. Elles ne sont pas dissipées. Je les ai longuement expliquées à Chaumeix qui m’a promis de voir aujourd’hui les deux B [4]. Je lui ai téléphoné tantôt, et il m’a de nouveau affirmé qu’il les voyait cet après-midi. Dans quelle mesure peut-il leur parler carrément, voilà ce que je ne sais pas. Mais en tout cas, il lui sera facile de se retrancher derrière moi.

Au revoir, mon cher Pierre.

Ton affectionné

Et

[1] Nalèche n’évoque pas dans cette lettre le dîner rapporté par François de Wendel : « Nalèche, avec qui je dînais hier (dîner Galliffet), confirme les difficultés des Russes aux usines Poutilov. » François de Wendel, Journal, 14 avril 1916.

[2] Il s’agit du colonel Victor Dupuis.

[3] Il s’agit probablement de Philippe Berthelot.

[4] Aristide Briand et Philippe Berthelot.

13 avril 1916

13 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je suis, je te l’avoue, très inquiet et préoccupé des affaires roumaines. Tu sais que j’étais allé voir Briand il y a quelque temps et que je l’avais mis au courant de ce que je croyais savoir [1]. A-t-il pris au sérieux ce que je lui disais ? Je crains que non. La Roumanie se trouve en ce moment au point psychologique où elle croit de son intérêt de prendre parti. Les Allemands lui offrent tout. La France et la Russie refusent les conditions qu’elle demande. La laissera-t-on s’en aller vers l’Allemagne ? Voilà ce que j’avais dit à Briand en lui racontant également des projets de Sazonov [2], appuyés, me disait-on, par Pétain qui devait nous conduire à être bernés, comme cela s’est passé avec les Bulgares.

Toutes les nouvelles que je reçois sont mauvaises. Une indiscrétion, dans les circonstances que je te raconterai, m’a révélé l’état d’esprit de la légation. Berthelot, auprès de qui une démarche aurait été faite dans le même sens que la mienne, a, de son air un peu ironique, dit qu’il était très au courant et que rien n’était sérieux. Cependant, Delcassé [3] n’est plus là. Espérons que les yeux seront ouverts et qu’il n’est pas encore trop tard. Mais, je le répète, je suis profondément inquiet.

Je t’envoie ce que la censure m’a enlevé ce soir. Ce sont des informations originales venant de nos correspondants. Je ne me rends pas très bien compte, du reste, du danger qu’elles présentaient. Enfin.

Ton vieil

Et

 

À l’instant, un garçon qui est de nos services d’ici, mobilisé avec les Russes, vient me dire que dans son entourage on craint le revirement roumain et me demander des renseignements. Tu vois que cela gagne.

Chaumeix est venu déjeuner avec moi. Il m’a demandé différentes choses de la part de son chef, mais, je ne sais si je me trompe, je ne serais pas étonné que sa visite fût une conséquence de ma propre visite à Marguerite à qui je n’avais rien dit mais, cependant, j’avais parlé un peu de la Rue François-Ier. À demain.

[1] Cf. lettre du 3 avril 1916.

[2] Serghei Dmitrievitch Sazonov (1860-1927). Russe. Diplomate. Il est alors ministre des Affaires étrangères de Russie (1910-1916).

[3] Théophile Delcassé était ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Viviani jusqu’au 13 octobre 1915.

10 avril 1916

10 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Le filet ci-joint du Paris-Midi fait allusion à une chose vraie. Hier, le colonel Dupuis, Rue François-Ier, a déclaré aux journalistes qui viennent chaque jour aux renseignements, que l’affaire de Verdun rentrait désormais dans la guerre de tranchées ordinaire et qu’il fallait considérer la bataille comme terminée. Pan ! Attaque terrible, offensive énorme. Voilà la Rue François-Ier. Malheureusement, Bérenger [1] confond ce service avec la censure. C’est tout à fait injuste. Les censeurs qui sont pour nous les plus embêtants sont aussi les plus honnêtes. Beaucoup parmi eux sont des croix de guerre, d’autres sont des gens de bonne volonté qui travaillent avec des consignes et l’assurance que s’il y a une gaffe cela leur retombera sur le dos. Les autres, au contraire, qui n’habitent pas le même local, sont… des fumistes.

Ta lettre m’inquiète pour le fonctionnement de l’usine. Je vais jeter un coup de sonde pour savoir si on pourra parer à la disette de matières premières. Il est bien certain que l’exploitation intensive depuis un mois et demi a dû ébrécher sérieusement les stocks.

Je ne suis pas étonné de ce qui arrive à Lacaze. J’avais été dans mes commentaires très au-dessous de ma pensée. Mais je ne voulais pas te prévenir contre lui. Mais partout où je l’ai vu passer, j’ai constaté qu’il était, avec autorité, un magnifique agent de perturbation, parfois même un pur imbécile. Au moment du Maroc, il nous aurait amené de très mauvaises histoires, et j’ai dû réagir car il avait pour lui un certain nombre de journalistes sur lesquels il faisait impression.

Alapetite [2], le résident général, est empoisonné par une note que j’avais placée à la suite de la saisie de notre canard à la frontière tunisienne. Un de ses amis est venu me trouver pour me mettre au courant d’une situation dont on le rend responsable mais qui est tout entière due à l’autorité militaire d’Alger. On a retiré tous les pouvoirs au résident pour les placer entre les mains du général commandant, et Dieu sait si l’on a commis des erreurs. Le général Véran nous a embarqués dans le sud dans la plus vilaine histoire, n’ayant absolument pas voulu écouter les conseils de la résidence qui, cependant, est la mieux informée sur l’état de nos territoires protégés. À ce propos-là, nous passions en revue tous les conflits de pouvoirs qui peuvent s’élever, et nous prenions Châlons par exemple. Il y a là un général en chef (Gouraud) [3] qui a le commandement suprême, mais il y a aussi un général de région (Dalstein) [4]. Celui-là n’a rien à faire et, je le crois, ne fait pas grand-chose, ce qui est heureux. Il monte à cheval le matin. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi un général commandant la place de Châlons. Alors, celui-là veut faire quelque chose. Mais quoi ? Il applique les circulaires du GQG ! Son rôle principal est d’empêcher les femmes légitimes de venir voir leurs maris, et il s’y emploie ! Il fait quelques petites exceptions en faveur des illégitimes et leur assigne le terme auquel elles doivent avoir terminé le soulagement de leurs amis.

Tu croirais peut-être qu’avec ces trois commandants, Châlons-sur-Marne, tout de même, serait assez bien gouvernée, tu te trompes, car l’autorité civile est représentée toujours par le préfet.

Je ne m’expliquais pas pourquoi tant de bons vieux militaires avaient repris du service et, sur tous les points du territoire, occupaient les emplois les plus variés depuis les chemins de fer jusqu’aux chemins vicinaux, avec une égale incompétence du reste. Mais j’ai su qu’il y avait à cette remise en activité des avantages non seulement présents mais à venir.

Vauréal va bien. L’opération a très bien marché. Le tout est de savoir si l’on a réellement supprimé la cause de ces crises si effrayantes.

Au revoir, old chap.

Et

[1] Henry Bérenger (1867-1952). Homme de lettres. Journaliste. Homme politique. Sénateur radical de la Guadeloupe (1912-1945). Il est directeur de l’Action et collaborateur politique des Annales coloniales et de la Revue parlementaire des colonies.

[2] Gabriel Alapetite (1854-1932). Diplomate. Ministre plénipotentiaire, il est résident général de France en Tunisie de 1906 à 1918.

[3] Le général Gouraud est alors commandant de la 4e armée en Champagne.

[4] Le général Jean-Baptiste Dalstein (1845-1923) est aussi commandant de l’armée de Champagne. Gouverneur militaire de Paris (1906-1909). De 1914 à 1916, il commande la 6e région militaire (zone des armées).

9 avril 1916

9 avril 1916

 

Dear Peter,

 

Je pense que tu as bien reçu ma lettre d’hier. Si tu redoutes des choses de ce genre, dis-le moi très franchement et je laisserai de côté ce qui pourrait être scabreux.

J’ai eu quelques autres détails sur la capture du sous-marin [1]. Celui-ci se sentant dans l’impossibilité de se dégager, monta à la surface et son premier mouvement aurait été de canonner les chalutiers ; mais ceux-ci ayant riposté avantageusement, le commandant se rendit. État-major et équipage furent faits prisonniers et le sous-marin fut pris à la remorque pour être conduit au Havre. Un incident imprévu se produisit en cours de route. Tout à coup, on vit le sous-marin s’enfoncer, la remorque se raidissant dut être coupée. Le sous-marin coula par des fonds de douze mètres.

On dit qu’avant de débarquer, l’équipage aurait ouvert les prises d’eau ou aurait mis le feu à une glène de cordon Bickford [2] pour faire exploser une mine qui serait restée au fond.

Une autre version est donnée aussi par les marins, c’est que le submersible aurait été endommagé dans la riposte. Quoi qu’il en soit, nous saurons bientôt ce qu’il en est car les opérations de relevage sont en cours.

On me dit également que la Manche est bien gardée. On a doublé, triplé le nombre des filets. Cherbourg même, qui hospitalise beaucoup de bateaux attendant leur entrée au Havre, est muni de nouveaux barrages destinés à éviter toute surprise.

L’audition de Briand à la commission des Affaires extérieures a eu d’assez curieuses conséquences. Le président du Conseil mettait nos parlementaires au courant de la situation et leur donnait de très réconfortantes nouvelles. Il leur montrait en plus l’état actuel de l’Allemagne où il se remue beaucoup de vase et où les esprits ont déjà changé dans de notables proportions. Le populaire commence à bouillonner en faveur de la paix. Eh bien ! fit observer Caillaux, mais si vous dites que c’est vrai, pourquoi ne verrions-nous pas à suivre ce mouvement ? Seriez-vous prêts au cas où des offres se produiraient ? Mais nous avons des alliés avec lesquels nous sommes et devons rester tout à fait d’accord. – Oui, mais enfin, la solidarité est une belle chose, mais nous ne devons pas tirer les marrons du feu comme d’habitude. Certains de nos alliés nous laissent toute la charge de la guerre et c’est eux qui en profiteront.

Briand répondit de la façon la plus sage, mais déjà l’esprit de trois ou quatre de ces députés travailla et ils s’agitèrent dans le sens que je viens de t’indiquer. Je ne crois tout de même pas que ce mouvement puisse aller bien loin, tout au moins je l’espère.

Il en est de même pour la paix séparée avec la Turquie. Une dépêche prétendait que les Naby bey et autres envoyés turcs étaient entrés en conversation à Berne avec des gens de l’Entente. C’est absolument faux. Jusqu’ici on n’a rien écouté, mais il est certain que les Allemands paieraient cher pour que l’on commette de ce côté-là quelque imprudence.

Il s’est fondé à Paris une agence télégraphique qui coûte assez cher à quelques-uns, l’agence Radio, qui a obtenu les faveurs et qui fut créée par le célèbre Zaharof [3], le grand mécène de la Rue François-Ier. À la tête se trouve Turot [4], l’ancien député socialiste, et une espèce de phénomène qui répond au nom de Salanson et qui déjà fit faillite plusieurs fois avec ses agences. Salanson est à Athènes où il a voulu acheter dix mille francs un journal grec. Celui-ci fut outré du prix et cria partout qu’on voulait acheter la conscience d’un Grec pour le prix d’une nuit d’orgie d’un directeur parisien. L’agence Radio vient d’envoyer à Bucarest un autre type de correspondant singulier, Latzarus [5]. Tu penses combien tout ce monde va faire de la bonne propagande française.

En fait d’agence, il en est une qui fonctionne en Suisse et en France et qui est dirigée par le chef des informations du Temps et dont le nom est très français aussi, Matthias Morhardt [6]. Quel rôle joue cette agence ? Personne ne peut exactement le définir.

Tu te rends compte de la fertilité de la champignonnière établie sur nos affaires. C’est un spectacle très consolant, n’est il pas vrai ?

Peut-être que toutes ces histoires t’embêtent, mon pauvre vieux, mais, malgré tout, elles ont leur petit intérêt pour, un jour ou l’autre, arriver à comprendre comment tel ou tel mouvement est né, où tel ou tel fait prend racine.

Ton vieil affectionné

Et

[1] Cf. lettre du 6 avril 1916.

[2] Le cordon Bickford est une mèche lente reliée à un explosif, inventée par William Bickford (1774-1834).

[3] Basil Zaharof (1850-1936). Journaliste à l’agence Radio.

[4] Henri Turot (1865-1922). Homme de lettres et journaliste. Rédacteur au Petit Parisien, à la Petite République, au Figaro. Il fonde l’agence Radio avec Marius Gabion.

[5] Louis Latzarus (1878-1942). Homme de lettres. Journaliste au Figaro et à l’agence Radio. Collaborateur de la Maison de la Presse.

[6] Matthias Morhardt (1863-1939). D’origine suisse, il est naturalisé français en 1915. Chef des informations du Temps. A rapprocher de « Matthias Mochard », Cf. lettre du 8 mars 1916.

8 avril 1916

8 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Si les nouvelles de la Rue François-Ier t’intéressent toujours, en voici une bien indicatrice des mœurs de tout ce monde pendant la guerre. Le brave colonel Dupuis, chef de la bande, leur chef parce qu’il les suit, a été l’objet, comme tu le sais, d’une nouvelle promotion dans l’ordre national [1]. Ses collaborateurs ont désiré fêter cette distinction d’autant plus méritoire qu’elle n’avait pas été gagnée au front pour des actes de férocité barbare mais bien pour les sains et calmes travaux de la paix. Ils ont organisé un dîner. Le repas a eu lieu dans l’endroit le plus sérieux de Paris, au Fouquet’s bar, 1er étage, avant-hier. Mais les organisateurs n’ont pas voulu que cette fête fût une fête donnée entre hommes. Les dames de la maison ont tenu à accompagner leurs maris. Or donc, avant-hier, au Fouquet’s bar, on a pu voir dans le public spécial qui compose la clientèle de ce restaurant, tous les employés de la Rue François-Ier et leurs dames groupés autour du colonel dans le même élan de patriotisme enthousiaste. Te citerais-je quelques noms de ce magnifique panachage : M. et Mme Colrat [2], M. Henry de Jouvenel et Mme Colette Willy [3], M. et Mme Chaumeix, Mme Laloy [4] ????, M. Bloch-Laroque [5] et sa compagne pensionnaire de l’Opéra, un courriériste dramatique et sa bonne amie, et., etc. Au dessert, Mme Colette Willy a porté un toast au colonel Dupuis, a donné une armée au Major général. La fête, enfin, a été en tous points réussie.

Que penses-tu de cela ?

Du reste, les scandales ne se bornent pas à des scènes de ce genre où les personnages, dans le fond, ne sont que des comparses, un peu la moisissure de la société parisienne, mais il y en a d’autres où les personnages sont de premier plan. Par exemple, le remplacement du général Maunoury par le général Dubail à Paris. Cette mutation représente en réalité l’aboutissement d’une lutte qui dure depuis des mois entre la police militaire et la police civile. Le général Maunoury n’avait-il pas commis il y a quelques semaines l’indigne maladresse de ramasser et d’envoyer dans un camp de concentration la folle maîtresse austro allemande de notre cher M.. De ce jour, le général était condamné et il fallait avoir sa peau. Il en est de même pour l’affaire Lombard-Garfunkel. Lombard [6] était très bien avec ledit M. qui a tout fait pour le sauver mais n’y a pas réussi devant l’entêtement décidément malfaisant du général. En tout cas, on avait pu faire évader Garfunkel [7]. Mais voilà-t-il pas que le gouverneur, en vertu de ses pouvoirs de police, a envoyé en Suisse des agents qui ont mis la main sur cet homme vertueux. Non, c’est vraiment criminel. Aussi, le brave Dubail, qui ne verra rien à ces micmacs mais exécutera ponctuellement les ordres que l’autorité de la place Beauvau [8] lui donnera, va-t-il enfin remettre tout en bonne voie.

Malgré tout, Dubail s’embête depuis quelques jours. Il a aux Invalides le plus beau cabinet qui se puisse imaginer, la table sur laquelle il écrit est une table historique. Néanmoins, S. E. s’ennuie. Son état-major est au 31, boulevard des Invalides. Alors on ne vient plus, on n’entre plus chez lui. C’est l’isolement de la puissance et cela le désole.

Je te raconte des histoires de gros numéros, mais s’il y en avait un à placer ce serait le ministère du Commerce. Là s’élaborent les marchés les plus extraordinaires. Là s’exercent avec le plus d’efficacité les influences féminines les plus inférieures, car tu penses que les égéries de ces messieurs ne sont pas prises généralement dans le gratin.

C’est le Rodolphe Salis [9] des États-Unis qui est actuellement le grand dispensateur des marchés commerciaux français.

Dis-moi par un mot, mon vieux Pierre, si tu as bien reçu cette lettre. Je ne voudrais cependant pas te compromettre, et si cela te gênait d’en recevoir comme cela, tu me l’indiquerais par un signe.

Ton vieil

Et

[1] Il s’agit probablement d’une promotion dans l’ordre de la Légion d’honneur remise au colonel Victor Dupuis, directeur de la Maison de la Presse.

[2] On vient de confier à Maurice Colrat la direction du Bulletin des armées.

[3] Sidonie Gabrielle Colette (1873-1954). Épouse en secondes noces d’Henry de Jouvenel, rédacteur au Matin.

[4] Mme Louis Laloy (1879-1952). Née Suzanik Babaïan. Pianiste de concerts.

[5] Raoul Bloch-Laroque (1868-1958). Substitut du procureur général près la Cour d’appel, puis avocat général à la Cour de cassation.

[6] Achille Lombard (1869-19). Médecin. Homme politique. Conseiller municipal de Sceaux. Homme de réseau, très actif dans des associations. Au début de la guerre, il conserve son cabinet médical 11, rue de Cluny, Paris Ve, et crée une société de la Croix de Lorraine pour secourir les soldats blessés. Il devient médecin adjoint à l’hôpital Villemin 27, rue du Temple, Paris, IVe. Il fonde en janvier 1915, un hôpital complémentaire 2, rue Maillot à Neuilly.

[7] Istkia Garfunkel est l’un des protagonistes de l’affaire des réformes frauduleuses.

[8] Le ministère de l’Intérieur est situé place Beauvau, Paris, VIIIe.

[9] Nalèche fait allusion, par comparaison, à Rodolphe Salis (1851-1897), fondateur du cabaret du Chat noir.

7 avril 1916

7 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je crois que notre ami de Madrid [1] est sauvé, pour le moment du moins. Cela ressort d’une conversation qui eut lieu entre Berthelot et un de mes amis parlementaire. Ce dernier part pour l’Espagne et, ex abrupto, il a demandé à Berthelot : – Je ferai bien, n’est-ce pas, d’aller voir notre représentant. Du reste, l’y trouverai-je encore et ne sera-t-il pas déjà remplacé, les compétitions étant nombreuses et ardentes. Pams, je sais qui il est, mais n’était-il pas question de mettre à sa place quelqu’un de la commission des Affaires étrangères, moitié rapin, moitié calicot, je veux dire L. [2] – Sans vouloir me servir de qualificatifs semblables à l’égard d’un de vos collègues, fut-il répondu, je pense qu’il n’y aura pas de changement. Le roi a insisté très vivement pour garder notre représentant et nous voulons donner satisfaction à cette intervention personnelle. Nous voilà donc préservés de L. quant à présent, mais, d’après cela, tu vois que mon intervention de l’autre jour était bonne et que le danger d’avoir là-bas ce comique était réel.

J’ai reçu tout à l’heure de Milan un télégramme que je ne donne pas, mais qui m’envoyait, d’après un article paru ce matin dans le Corriere della Sera, les prétendues raisons de la retraite du ministre de l’Intérieur de Russie. Kivorstoff, raconte le journal italien, avait entrepris une campagne contre Raspoutine [3] et l’influence germanique. (L’association n’est pas tout à fait juste. Raspoutine n’a pas, jusqu’à présent je crois, fait œuvre germaine. Cela viendra peut-être car l’homme est corrompu et corruptible).

Dans le but de fortifier cette campagne, il avait envoyé à Christiania un journaliste, Rjensky, avec mission de s’entendre avec Eliadou, le moine qui gouverna la Russie avant Raspoutine et que ce dernier a vaincu en l’obligeant à fuir le pays.

À son retour, Rjensky fut arrêté à la suite d’un attentat contre Raspoutine. On perquisitionna et l’on trouva chez lui un chèque de soixante mille roubles et cinq revolvers. Le journaliste fut condamné et le ministre fut obligé de se retirer.

Un Polonais venu me voir ce matin se demande avec anxiété si les Allemands ne mettront pas à exécution le plan qu’ils forment depuis longtemps d’enrôler les hommes valides dans la Pologne envahie. Ce ne serait pas quatre cent mille hommes que les Allemands trouveraient ainsi mais un million. La retraite fut si rapide que les Polonais se cachaient comme ils pouvaient et revenaient derrière les troupes se réinstaller dans leurs villages. Comment se battraient-ils, c’est une autre question, mais, comme le disait notre homme, il faut toujours songer que des paysans n’ont guère d’autre horizon que ce qui se passe autour d’eux. Du moment qu’ils peuvent faire leurs affaires dans leur langue, qu’ils conservent leur église et leur religion, ils ne s’inquiètent guère de ce qui se passe à Varsovie ou à Pétrograd. Les Russes feraient bien de faire attention à cette situation et de ne pas retirer d’une main ce qu’ils donnent de l’autre.

Good bye, old man.

Et

[1] Il s’agit de Léon Geoffray. Diplomate. Ambassadeur de France en Espagne.

[2] Il s’agit de Georges Leygues. Cf. lettre du 2 avril 1916.

[3] Grigori Raspoutine (1869-1916). Aventurier russe ayant acquis une réputation de starets et guéri le tsarévitch Alexis. Il est protégé par l’impératrice Alexandra Féodorovna. Il est assassiné par le prince Ioussoupov en 1916.

6 avril 1916

6 avril 1916

 

Je ne t’ai rien dit, mon cher Pierre, de la nomination du général Lerond [1]. C’est un gentil garçon mais un terrible brouillon, au moins en ce qui concerne les affaires algériennes et marocaines. Il est très connu de beaucoup d’entre nous. Malgré de grandes lacunes il n’est pas moins intelligent mais diablement agité et à fausses conceptions. Malgré tout c’est un gentleman et je ne crois pas du tout désagréable de rapports. Il est en effet quasi parent de Bockairy [2], mais connaît presque toute la maison dont tu pourras lui parler, Caix, Franklin [3], Terrier [4], autrefois Bluysen [5], etc.

Je causais ce matin avec quelqu’un d’au courant de la question belge et des plans d’annexion. Ce quidam m’a tout à fait approuvé de n’avoir pas inséré cette correspondance que je t’ai signalée, le moment n’étant pas venu, mais il m’a ajouté un mot intéressant : Si vous croyez, m’a-t-il dit, que le gouvernement Brocqueville est d’accord là-dessus, c’est sans doute qu’il s’est entendu avec la Hollande et lui a fait entrevoir une large part des dépouilles. En ce cas, nous aurions ainsi l’explication de la mobilisation hollandaise et la nouvelle attitude prise par ce pays. En y réfléchissant, cette observation ne m’a pas l’air impossible. Si tu pouvais arriver à faire causer ton ami B., tu pourrais savoir de quoi il retourne. Cette mobilisation hollandaise reste assez mystérieuse mais pourrait cependant se comprendre par les simples faits qui se sont déroulés ces temps derniers sur son dos et se déroulent encore à ses frais.

Briand a dit ce matin à quelqu’un que je connais et qui me l’a répété tout chaud : « J’ai les nouvelles d’Allemagne les plus consolantes pour nous, et le discours du chancelier a pour unique but de redonner confiance et d’empêcher les défaillances. Je ne puis naturellement vous dire ce qui en est, mais cela doit nous remplir d’espoir. » Puis Briand a ajouté : « Clemenceau m’a déclaré que les Allemands pouvaient, à Verdun, se remuer tant qu’ils voudraient dans les bas-fonds, mais nous tenons les positions et cette affaire est irrémédiablement perdue pour eux. »

Tu as vu qu’un sous-marin a été pris et que l’on a interdit de donner des détails sur cette capture. Le Matin a fait quelques lignes pour démontrer à son public qu’il savait tout mais qu’il fallait s’abstenir. Il aurait mieux valu, me semble-t-il, s’en tenir à la simple nouvelle. En tout cas, voici ce que m’a envoyé mon correspondant et que la censure, avec beaucoup de raison, m’a prié de taire :

Les chalutiers qui ont capturé le sous-marin allemand ont opéré à l’aide d’un filet métallique confectionné tout dernièrement à l’arsenal de Cherbourg. Le filet ne mesure pas moins de trois cents mètres de longueur et il n’y a pas plus de huit jours qu’il est en service.

En ce qui concerne le sous-marin, un officier de la préfecture maritime dit qu’il serait coulé par des fonds de treize à quatorze mètres à marée basse aux abords immédiats de la rade du Havre (c’est cela que l’on désire surtout cacher, l’endroit de la prise). Une fois capturé dans les filets du chalutier, le sous-marin serait venu à la surface où le commandant et l’équipage se sont rendus. Mais avant leur départ du bord, ils avaient eu soin d’ouvrir les prises d’eau, en sorte que le sous-marin n’aurait pas tardé à couler.

L’arsenal de Cherbourg, le préfet maritime a donné des ordres pour que l’appareil de relevage des sous-marins soit dirigé d’urgence sur Le Havre avec tout le matériel de sauvetage nécessaire.

J’ai eu hier une longue conversation avec le bon Isaac [6], le président de la Chambre de commerce de Lyon. C’est un homme très remarquable et j’aimerais assez le voir se lier plus intimement avec nous. Depuis vingt-cinq ans du reste, il est l’ami de la maison et je ne pense pas que tu voies d’inconvénient à ce qu’il vienne dans notre conseil représenter les intérêts qui s’attachaient à Aynard [7]. Il est plutôt plus catholique que nous, mais très libéral néanmoins.

Nous avons causé surtout de la situation difficile qui va nous être créée avec l’Angleterre dont tu connais les tendances nouvelles à cause surtout de ses colonies et de son désir de battre l’Allemagne sur le terrain économique dans l’avenir. Les protectionnistes applaudissent à ce mouvement, et surtout ceux qui ne voient qu’une élévation de droits sur les produits allemands. Il faut cependant réfléchir à une chose, c’est que nous aurons besoin plus tard d’une foule de produits dont un, primordial, que nous ne trouverons qu’en Allemagne, et il est absolument fou de dire que l’on supprimera tout commerce avec la nation ennemie.

En tout cas, le problème est complexe, il faut l’étudier avec soin. Si tu avais des vues, tu me les exposerais.

Ton vieil

Et

[1] Nalèche se trompe d’orthographe. Le général Henry Le Rond (1864-1949) a en effet servi en Afrique du Nord et sera membre de plusieurs commissions territoriales en 1919.

[2] Non identifié.

[3] J.-H. Franklin. Journaliste. Collaborateur du Journal des Débats. Directeur de l’agence Havas.

[4] Auguste Terrier (1873-1932). Secrétaire général du Comité de l’Afrique française, directeur de l’office chérifien du Maroc, censeur du Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie.

[5] Paul Bluysen (1861-1928). Journaliste. Rédacteur, chroniqueur dans différents journaux, il est, à partir de 1893, secrétaire général de la rédaction du Journal des Débats. Il est ensuite directeur-propriétaire de la Correspondance républicaine libérale (1901) et de l’Annuaire de la Presse (1906).

[6] Auguste Isaac (1849-1938). Industriel lyonnais, fabricant de tulle de soie. Il épouse Amélie Dognin (1853-1939) dont il a dix enfants. Il est président de la Chambre de commerce de Lyon (1899-1911) et succède à Édouard Aynard.

[7] Édouard Aynard (1837-1913). D’une famille de bourgeois lyonnais, beau-père de Charles Jonnard. Banquier, député républicain modéré du Rhône (1889-1913). Président de la chambre de commerce de Lyon (1889-1899).

4 avril 1916

4 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je te parlais hier au soir de l’opération de Vauréal. Je suis retourné le voir aujourd’hui. Tout va bien, jusqu’ici pas de fièvre et l’on espère qu’il sera complètement débarrassé. L’opération a été beaucoup moins grave que nous ne l’avions craint. Elle s’est bornée à l’ablation d’un appendice extrêmement malade, très enfoncé dans le petit bassin, avec des adhérences. Ce fut une opération plus sévère que dans les appendicites ordinaires car elle a duré environ une demi-heure, mais enfin cela s’est borné à une opération très classique.

Je te parlais hier de la Belgique, c’est curieux comme, une fois certaines questions soulevées, tout semble s’y rapporter. Un de mes collaborateurs nous a porté ce matin une correspondance expliquant l’opinion belge et, en me remettant le papier, m’a dit que Carton de Wiart [1] aurait eu le plus grand désir de la voir publiée dans les Débats. L’article n’avait pas de signature mais il était écrit par Pierre Nothomb [2]. En substance, il affirmait que la Belgique ne pouvait revivre et être assurée de la paix qu’à la condition d’aller jusqu’à la Moselle.

Je crains d’avoir cruellement mortifié mon rédacteur car je lui ai rendu son papier en lui disant que le moment ne semblait pas venu de partager des territoires, que c’était en ce moment pure folie de soulever ces polémiques dans les journaux. Si le gouvernement belge veut lancer ces projets-là, il a son journal, Le XXe Siècle. Je ne sais pas ce que pense Beyens. Il est certain que, représentant le gouvernement de Brocqueville, il ne saurait avoir d’autre idée que celle de son chef, mais je crois savoir qu’il ne parle de ces questions-là qu’avec beaucoup de modération. Il en est de même pour la neutralité. Je crois t’avoir dit hier déjà que, du reste, tout le gouvernement belge n’est pas d’accord. C’est sans doute à cause de cela que l’on aurait désiré une publication dans les Débats. Le fait même de l’avoir accueilli, quoique donné comme représentant l’opinion belge, était une sorte d’engagement.

On s’était étonné de voir Asquith aller à Rome après la Conférence de Paris et l’on se demandait ce que voulait dire un semblable voyage, les résolutions ayant été définitivement signées et paraphées. On n’avait pas réfléchi que l’orgueil italien ne s’accommoderait jamais et ne ratifierait pas une convention pour laquelle il aurait fallu venir en France, donnant au gouvernement une prépondérance quasi mondiale. Les susceptibilités de l’opinion se seraient éveillées, et c’est pour prévenir ce résultat que la combinazione du voyage Asquith a été imaginée. Le Premier ministre anglais allant ainsi rendre hommage à l’Italie, c’était une satisfaction d’amour-propre que l’on donnait au peuple et qui effaçait, ou du moins atténuait, toutes les méfiances traditionnelles de l’Italie à l’égard de la Grande-Bretagne.

J’ai reçu aujourd’hui la visite de Xavier de La Rochefoucauld. Il a entendu parler, dit-il, du désir du gouvernement de trouver des gens à envoyer en mission, et lui aussi éprouverait le désir d’en obtenir une. Sa grande idée serait toujours Rome qu’il croit connaître et sur laquelle, hélas pour lui, il se blouse entièrement. L’envoi de Polignac va faire naître des tas de convoitises.

Au revoir, mon vieux.

Ton affectionné

Et

[1] Henry Carton de Wiart (1869-1951). Belge. Comte. Écrivain. Homme politique et diplomate. Député catholique de Bruxelles depuis 1896. Ministre de la Justice (1911-1918).

[2] Pierre Nothomb (1887-1966). Belge. Baron. Avocat. Homme politique. Écrivain, poète, essayiste et journaliste. Durant la guerre, il est attaché au gouvernement belge du Havre, à Sainte-Adresse, et rédige des textes de propagande. Il fonde la Grande Belgique qui prône l’annexion d’une partie de l’Allemagne et du Limbourg hollandais, ce qui conduira les Pays-Bas à préparer une attaque militaire contre la Belgique. Membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises.