Archives mensuelles : mars 2016

31 mars 1916

31 mars 1916

 

Mon bien cher Pierre,

 

Je ne sais pas pourquoi le communiqué de ce matin ne parlait pas de l’attaque de Malancourt dont je te parlais hier. Mes renseignements étaient exacts puisque aujourd’hui on se décide à annoncer la prise du village. Ces messieurs François-Ier ont jugé qu’il était meilleur de dire qu’aucune attaque n’avait eu lieu sur un point dont quelques heures après ils annoncent l’évacuation.

Je viens d’écrire au président du Conseil [1] pour le mettre au courant de nouvelles que j’ai reçues de Pétrograd par Athènes et qui indiquent des manœuvres graves destinées à faire se retourner contre nous les puissances balkaniques encore dans l’indécision. Je lui présente cela comme des bruits qui courent, j’ai malheureusement des précisions. Nous avons là-bas un déplorable représentant dont on ne sait s’il est diplomate ou homme de lettres. En tout cas, les deux qualités se nuisent l’une à l’autre car il est mauvais diplomate et faux homme de lettres. Je t’ai parlé dans une de mes précédentes lettres de son attitude pour faire mettre Saint-Sauveur [2] à la tête des usines Poutilov au lieu d’officiers techniques et sérieux, il a la même dans la grosse question qui me préoccupe aujourd’hui. Flatterie et légèreté, voilà le critérium. Ajoute à cela un tempérament d’une nervosité excessive, tantôt triomphant, tantôt dans le quatrième dessous.

Notre président dilettante tiendra-t-il compte de ma lettre, c’est fort peu probable. Il la passera à Berthelot en disant : Arrangez donc cela, Nalèche n’est pas content. Et Berthelot arrangera cela en tentant de l’arranger. Néanmoins, il sera bien obligé d’en tenir compte plus tard, car d’ici à quinze jours il recevra une communication.

[1] Il s’agit d’Aristide Briand.

[2] Non identifié.

30 mars 1916

30 mars 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

Je t’ai quitté hier pour courir chez Pachitch. J’ai d’abord été reçu par Jovanovitch [1] avec lequel j’ai causé un bon bout de temps. Pendant notre conversation, le prince [2] est venu lui-même et, avec beaucoup de franchise et de rondeur cordiale, nous a serré la main en nous remerciant de tout ce que la France avait fait pour la Serbie et m’a déclaré combien il était heureux de son voyage et de sa visite au front d’où il revenait absolument enthousiasmé de ce qu’il avait vu. Puis nous avons parlé de la fin de la guerre. Les conditions de paix, a-t-il dit, doivent donner satisfaction aux peuples, aux nationalités pour que cette paix soit durable. En France on connaît peu la question yougoslave et c’est là la question importante. Nous avons rappelé quelques souvenirs de Belgrade, et le prince m’a quitté.

Jovanovitch me dit alors que les quelques mots dits par son prince au sujet de son impression de nos armées ne traduisaient qu’imparfaitement sa pensée. Chaque jour, il leur parle à table de Verdun et juge tout cela au point de vue militaire. Quand ils avaient traversé l’Italie c’était le début des affaires de Verdun, et ils sont arrivés en France inquiets et impressionnés de tout ce qu’ils avaient entendu dire, mais cette inquiétude s’est transformée en pleine confiance et en admiration.

J’ai été après cela introduit chez Pachitch. La nuit commençait à tomber et le salon où nous causions a fini par devenir tout à fait obscur et le bon vieux ministre ne songeait pas à allumer. Nous devinions nos physionomies plutôt que nous ne nous voyions et le vieillard continuait à m’exposer ses vues.

Je ne te fais pas la description physique de Pachitch. Tu as vu ses photographies, tu connais sa grande barbe blanche, somme toute une assez belle tête. Il s’exprime un peu difficilement en français et les mots qui ne viennent pas sont précédés d’un bégaiement assez accusé. Cependant, malgré cette difficulté d’élocution, la pensée sort très ferme et très nette.

Il m’a exposé ses idées politiques, ses plans d’avenir, le désir de la Serbie d’arriver à la mer, mais uniquement pour avoir un débouché commercial et non pas de port de guerre. La Serbie aura bien trop besoin de faire des routes, des chemins de fer, élever des écoles, etc., pour employer ses ressources à autre chose qu’à des œuvres de paix. Il est entré lui aussi dans un développement de la question des Serbes de Dalmatie, de Croatie, ou d’ailleurs.

À Corfou, ils auront à peu près cent vingt mille combattants, plus trente mille hommes environ pour tous les services d’arrière. Il faudrait, m’a-t-il dit, que cette armée de cent vingt mille hommes soit employée contre les Bulgares. Ils rendront là plus de service que contre les Autrichiens et les Allemands. Si tout marche bien, si notre programme, a-t-il ajouté, s’exécute, la guerre devrait finir à l’été. Le jour où on aura coupé le cordon qui unit l’Orient à l’Allemagne, les choses seront bien avancées. La guerre sur ce terrain-là coûtera moins cher que sur le front français et les résultats seront plus faciles à atteindre.

Après avoir ainsi très longtemps causé, nous nous sommes séparés et il a gardé longtemps mes mains dans les siennes en me disant combien il était touché et combien les Serbes étaient reconnaissants de ce que les Débats avaient fait pour eux. Ils vont partir pour Londres et comptent repasser par Paris.

En sortant, j’ai eu un nouvel entretien avec Jovanovitch qui m’a félicité sur les Débats d’une façon générale et je crois que ses compliments étaient sincères et non pas pure politesse. Il est vrai que l’on a tendance à trouver les personnes qui vous soutiennent les plus intelligentes du monde !

Avant d’entrer dans les appartements réservés aux Serbes, j’avais croisé l’excellent Vesnitch. – Êtes-vous content de la Conférence, lui ai-je dit ? – Très content, vraiment, tout s’est fort bien passé. – Ne trouvez-vous pas cependant que l’on a fait assez peu de chose ? (Je lui répétais les propos des esprits chagrins dont je te parlais hier). – « Évidemment, quand on fait quelque chose on regrette toujours de ne pas faire plus, mais, tel que c’est, c’est beaucoup et on a accompli une bonne besogne qui fera grande impression. »

Pendant que j’attendais à l’hôtel Continental et que l’on passait ma carte, j’ai feuilleté le livre d’inscriptions. J’ai vu là un tas de noms de gens qui doivent se faire inscrire régulièrement chaque fois qu’un personnage important est de passage. Il y avait en grosses lettres le nom de la mère Adhéaume [3], immédiatement suivi de celui de Francis de Croisset [4] et une foule d’autres constituant ce que nous avons de mieux comme vertu et « honnêteté » au sens ancien du mot, dans notre Tout-Paris. Si, après avoir reçu les hommages de tous ces gens-là les princes en déplacement n’emportent pas une idée exacte de notre pays et s’ils ne sont pas contents, c’est qu’ils seront difficiles !

Merci de ton intéressante lettre. Je vois avec plaisir que l’on s’y met enfin, et tant mieux si les résultats sont efficaces. Ce que tu dis est exact pour Briand, je crois t’y avoir déjà fait une allusion. J’ai insinué auprès des gens qui voient les défauts de chaque côté et qui sont dans la place, de profiter de cette entente pour que certaines réformes soient faites d’accord afin d’éviter qu’elles le soient contre.

On me téléphone que l’on se bat furieusement à Malancourt. Les Allemands auraient engagé des forces très importantes et seraient même arrivés à prendre la presque totalité des maisons de ce village, mais la bataille continuerait. Bidou nous disait depuis quelques jours que l’on aurait du mal à garder Malancourt. Nous verrons. En tout cas, je crois que l’importance est très inférieure à celle de notre occupation d’Avocourt.

À toi d’affection.

Et

[1] Jovan Jovanovitch (1869-1939). Serbe. Diplomate. Ministre plénipotentiaire de Serbie à Vienne.

[2] Pierre Ier, prince de Serbie.

[3] Laure de Sade (1859-1936). Arrière-petite-fille du marquis de Sade. En 1879, elle épouse le comte Adhéaume de Chevigné. Mère de François de Chevigné et de Marie-Thérèse, épouse de Francis de Croisset.

[4] Francis de Croisset (1876-1937). Belge. Homme de lettres. En 1910, il épouse Marie-Thérèse de Chevigné, fille d’Adhéaume de Chevigné et de Laure de Sade. C’est le beau-frère de François de Chevigné.

29 mars 1916

29 mars 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

Je crois que ma lettre sera un peu écourtée car je sors de chez Salandra-Sonnino et je vais à un rendez-vous que Pachitch [1] m’a donné de lui-même. Je t’écris entre mes deux visites. La première était faite en même temps que mon comité et s’est bornée à un échange de quelques paroles. Salandra [2] est un petit homme un peu gros, brun, d’aspect assez vulgaire mais à l’œil intelligent, et Sonnino [3] est grand, tout blanc, avec une figure souriante et aimable. Ils ne se distinguent pas énormément de nos hommes politiques et ont avec eux des analogies de manières, de tenue et de conversation. Ils sont supérieurs aux Trouillot [4], Mougeot [5], etc., mais pas beaucoup aux Briand, Bourgeois, Pichon [6], etc. Tout cela, c’est à peu près la même chose. Il y a une très grande différence entre ce personnel et le personnel anglais. En faveur de ces derniers l’apparence est très différente, ce qui ne veut pas du tout dire que l’intelligence corresponde parfois, loin de là.

La Conférence est terminée ; je souhaite qu’elle fasse de l’effet à l’extérieur et chez les neutres, mais n’es-tu pas frappé comme moi de l’irrésolution des résolutions ? Tout est renvoyé, les affaires militaires aux généraux, les affaires économiques à la prochaine conférence, rien n’a été décidé que des principes que l’on proclame. Ces principes semblent excellents, mais tant qu’aucune chose précise n’a été envisagée peut-on être sûr de maintenir les principes ?

Quelques esprits chagrins au courant de ces palabres, prétendent que la réunion n’a donné que des raisons d’embêtements. Ils ont convenu de l’impossibilité d’offensive sur tous les fronts avant longtemps. Par conséquent, durée de la guerre sans que l’on puisse entrevoir de limites, examen des situations financières peu réjouissantes, rien que des constatations désagréables.

Les optimistes, eux, trouvent que cette réunion n’avait rien à déterminer mais que son rôle était de cimenter l’union et que ce rôle elle l’a joué magnifiquement de façon à impressionner l’univers.

J’ai quitté Salandra avec Pichon et je disais à ce dernier que, malgré tout, il me semblait que cela s’avançait. Il m’a raconté qu’il avait déjeuné avec un secrétaire de légation neutre à Berlin [7]. Ce monsieur venait de quitter l’Allemagne. – Voulez-vous des huîtres ? – Ah oui, et j’en serais bien heureux, je n’en ai pas mangé depuis la guerre. – Après les huîtres, que mangeriez-vous ? Je vois un navarin ? – Un navarin, quelle joie, avec des pommes de terre. Je vais m’en régaler – Voici des mois que je n’en ai vu. Voyez-vous, à Berlin, nous n’avons de la viande qu’une fois ou deux par semaine. Encore nous, à l’ambassade, nous sommes privilégiés, mais quand nous en voulons il faut la commander deux jours d’avance. Quand je voyage en Allemagne, j’arrive dans un hôtel. On me répond : – Monsieur, nous n’avons pas de viande, ce n’est pas le jour. Dans une seconde ville, comme les jours sont alternatifs, on me fait la même réponse et je reste parfois huit jours sans viande. En Allemagne, voyez-vous, ils en ont par-dessus les épaules, il y a des émeutes à tout bout de champ et tous veulent la paix.

Voilà à peu près exactement ce que ce diplomate a dit à Pichon.

Au revoir, old chap, je me sauve.

Ton vieil affectionné

Et

[1] Nicolas Pachitch (1845-1926). Serbe. Homme politique. Dirigeant du parti radical. Premier ministre de Serbie (1904-1917). Représentant de la Serbie à la Conférence de la Paix (1919).

[2] Antonio Salandra (1853-1931). Italien. Homme politique. Député libéral. Membre du gouvernement. Premier ministre (29 mars 1914). Président du Conseil (1914-1916).

[3] Giorgio Sidney Sonnino (1847-1923). Italien. Homme politique. Premier ministre. Il est alors ministre des Affaires étrangères (1914-1919).

[4] Georges Trouillot (1851-1916). Avocat. Bâtonnier. Homme politique radical. Ancien ministre des Colonies (1898 ; 1909-1910) et de l’Industrie (1902-1905 ; 1905-1906).

[5] Léon Mougeot (1857-1928). Avocat. Homme politique. Député (1893-1908) puis sénateur (1908-1920) gauche progressiste de la Haute-Marne.

[6] Stephen Pichon (1857-1933). Journaliste. Homme politique. Député radical de la Seine (1885-1893). Sénateur radical du Jura (1906-1924). Ministre des Affaires étrangères (1906-1911 ; 1913 ; 1917-1920). Franc-maçon.

[7] Non identifié.

27 mars 1916

27 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Alors, c’est en pleine vie de château que ma lettre va te retrouver. Cela doit tout de même un peu manquer de châtelaines, et les duos sous les charmilles au clair de lune ne seraient sans doute pas très sains si les gouttes de rosée sont représentées par de joyeux 150. Quoi qu’il en soit, ta lettre semble dire tout de même que votre cantonnement n’est pas trop désagréable et que vous y avez un certain confortable.

Voilà la Conférence ouverte et tous les Alliés réunis autour d’un tapis. Que va-t-il en sortir, grands Dieux ! Je redoute beaucoup ces palabres où chacun apporte ses réserves et ses réticences et où peuvent naître des germes de division. N’y a-t-il pas un proverbe qui dit que les meilleures alliances, les plus étroites, sont celles pour lesquelles il n’y a pas d’explications. Il y a là un bonhomme qui fut néfaste depuis le commencement. Son monocle fascinait étrangement Delcassé. Il serait excellent qu’on puisse mettre le grappin sur la duchesse qui est son Égérie, comme une princesse est celle de Briand. Car tu sais que la duchesse de La Trémoïlle [1] reçoit les hommages moscovites, lesquels sont tout à fait asservis, paraît-il.

On a fait aux Italiens, hier, une réception grandiose. Briand avait tenu évidemment à rendre la politesse qu’il avait reçue à Rome, et une foule enthousiaste a acclamé sur tout le parcours. Cela faisait paraître la réception de la veille un peu pâle. Mon rédacteur, qui se trouvait tout près du président lors de l’arrivée du prince, m’a dit que le président avait reçu le jeune homme comme un ministre de Guatemala. Un très petit salut, aucune effusion. Du reste, cet « en dehors » n’est pas le fait du chef de l’État : « Il ne réchauffe pas son pot de chambre en p…t », comme disait le Poilu.

Un jugement sur notre ami est sévère, j’ai peur qu’il soit trop juste. Je connaissais l’ambition, ou du moins je la soupçonnais, mais je ne l’aurais pas cru capable de se servir de moyens reptiliens. Enfin, nous verrons comment tout cela tournera. C’eût été si facile pour lui de rester dans les voies droites.

Il y a un autre personnage dont je vais t’entretenir car il jouera un certain rôle dans l’avenir, c’est Wilmotte, le professeur de Liège, sur lequel Bidou t’avait donné des renseignements médiocres. Wilmotte est très intelligent, il a un physique maigre et extraordinairement jeune, je lui crois aussi une ambition démesurée et le désir de se mettre partout en avant. Il a été accueilli très bien en France. On lui a donné une chaire en Sorbonne, mais il prend parti peut-être avec trop de violence dans des questions qui ne devraient pas le toucher ou du moins sur lesquelles il devrait rester dans la réserve. Il a appartenu en Belgique à des partis avancés et par là même serait un peu suspect à la légation très catholique. Il vient de fonder ce Comité franco-belge dont Deschanel a accepté la présidence et dont je fais partie moi-même. Petit à petit, ce comité est arrivé sinon à absorber du moins à prendre dans une certaine mesure tous les autres.

Wilmotte par exemple, et c’est là où son rôle devient dangereux, nourrit une haine féroce contre l’Angleterre et s’en va partout chantant que la seule bénéficiaire de la guerre sera Albion. D’autre part, j’ai eu une grosse discussion avec lui il y a deux jours à cause de la politique orientale. Il mène campagne avec Deschanel pour la paix séparée avec la Turquie. Tu sais notre avis là-dessus, aucune paix séparée si ce n’est pas d’accord avec tous nos Alliés. C’est un piège que l’Allemagne nous tend pour démontrer notre duplicité à la Russie. J’ai dit à Wilmotte que notre ami Paul Deschanel avait l’incompréhension absolue de toute politique extérieure.

D’autre part, on accuse Wilmotte qui a fait à Lausanne une conférence qui a eu un immense succès, immense sans conteste, d’avoir reçu mission dans ses conversations de défendre le Parlement même contre le commandement. Ceci est un

[Manque une page]

[1] Princesse de Tarente. Cf. lettre du 13 octobre 1915.

26 mars 1916

26 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’espérais pouvoir te raconter beaucoup de choses et cela serait difficile car elles ne s’écriraient guère. Néanmoins, j’ai compris qu’il y avait certains tiraillements pour la ville de Paris à la tête de laquelle il faut placer quelqu’un. Trois seraient sur les rangs. Celui qui paraît avoir des chances en ce moment serait Dubail… Comme tu le sais, la réussite n’a pas été très fameuse où il est et on aimerait bien lui substituer quelqu’un, mais on ne pourrait le faire que si on lui donnait une compensation. J’ai même entendu une appréciation très curieuse de l’homme et pas du tout celle à laquelle j’étais accoutumé. Autour de nous on est plutôt sévère et, cependant, quelqu’un qui n’est pas du tout dans les idées politiques du jour, me disait que le niveau moral de cet homme-là était tout à fait élevé, que sans entrer dans ses opinions qui, évidemment, étaient avancées, c’était un homme droit et loyal serviteur, excellent, scrupuleux des ordres donnés mais pas du tout un chef.

Le choix serait évidemment très mauvais car Paris a moins besoin d’un soldat que d’un homme habile et diplomate pouvant empêcher les conflits. Et Dieu sait si à l’heure actuelle il peut naître de ces conflits et encore plus après la guerre où la situation deviendra très difficile. Le vieux Brugère [1], resté très jeune et très alerte et à qui le Président avait pensé tout d’abord, aurait fait admirablement la besogne.

L’opinion reste que les Allemands vont continuer leur besogne à Verdun, qu’il semblerait bien peu probable qu’ils abandonnassent leurs tentatives et une sorte d’avance pour courir de nouvelles aventures. Ceci n’empêcherait pas de tenter des diversions d’autre part, mais que le gros de leur effort continuerait à se porter sur Verdun.

L’essentiel sera de tenir. L’opinion du général Pétain, toujours par ouï-dire, serait que les attaques sur Verdun iraient jusqu’après la mi-avril et que, s’ils ne réussissent pas d’ici à cette époque-là à nous faire passer la Meuse, ils seront à bout de souffle sur notre front et par suite en mauvaise posture sur le front oriental et sur notre front du Nord… Qui vivra verra.

Garde pour toi la première partie de ma lettre.

Ton vieil

Et

[1] Joseph Brugère (1841-1918). Général d’artillerie. Déjà à la retraite en 1914, il demande à être réintégré au service actif. Il commande les divisions territoriales au front (1917).

24 mars 1916

24 mars 1916

 

Reçu ta lettre ce matin, mon cher Pierre. Tes pronostics me sont confirmés ici et l’on me dit s’attendre à quelque chose de considérable de votre côté. Dans ces conditions, et d’après ce que tu me mandes toi-même, je pense qu’on recevra comme il faut ces tentatives. Je vais donc suivre les événements avec une émotion grandie encore du fait que tu y participeras.

Tu as su qu’à Avocourt encore le 15… Que s’est-il passé ? … sans doute surprise ou très vite, Camarade. On s’en occupait à la Chambre ces jours-ci et cela avait produit un peu d’émotion car la défense semblait très solidement organisée avec tout le confort moderne.

Les canards s’envolent de plus en plus des couloirs de l’antre législatif. Il y en avait un qui se promenait tantôt et qui fut apporté au chef de cabinet de Thierry par Deshays [1], un député qui était accompagné d’un sous-lieutenant. Ce dernier disait avoir entendu un coup de téléphone annonçant la mort de Gallieni. J’ai fait téléphoner aux Réservoirs [2], lesquels m’ont renvoyé au téléphone spécial du général. À celui-ci, on m’a affirmé que le malade allait mieux. Ce qui ne voudrait pas dire qu’il soit bien portant.

L’histoire de ma conversation avec Chaumeix sous la pluie se corse. On vient de me donner sur ses attitudes des détails précis que je ne puis écrire mais qui sont vraiment attristants. Les projets en l’air sont bien en cours d’exécution et les procédés pour les réaliser sont effarants. Celui qui me racontait cela est un garçon qui avait toujours professé pour lui admiration et amitié. Il est révolté et me dit que, malheureusement, cela commence à devenir clair pour tout le monde. Quand tu viendras le mois prochain je te raconterai tout cela par le menu. J’avoue qu’à moi cela me donne un terrible coup de bât, je l’avais tellement poussé !

Je viens de recevoir des détails sur nos colonies indochinoises. On y entasse gaffes sur gaffes et l’on prépare une

[manque la suite]

[1] Louis Deshays (1867-1922). Député radical socialiste de l’Oise (1914-1919).

[2] A Versailles.

23 mars 1916

23 mars 1916

 

Dear old man,

 

L’humanité est parfois bien bizarre. Je viens d’avoir un exemple de petitesse chez un homme que je considérais comme tout à fait au-dessus des sentiments vulgaires. Cet homme a été admirable, il a pour tout une largeur de vue très grande et il est digne en tout point d’estime et d’admiration, c’est notre ami Vesnitch le ministre de Serbie. Je l’ai vu à l’œuvre dans les moments où son pays traversait l’affreuse crise que tu connais lorsque, lâchée par nous, lâchée par tout le monde, la pauvre Serbie était écrasée par les Bulgares et les Austro-Boches. Il n’a cessé de montrer quelle eût été la véritable politique à suivre. Voilà que le prince arrive et Vesnitch nous semble un peu bizarre, nous donnant peu de renseignements, quelques-uns inexacts, semblant ne pas attacher une très grande importance à ce voyage. J’ai eu l’explication de cette attitude. Il avait été très opposé à cette visite qui s’est faite tout de même mais il n’y mettait aucune bonne volonté. Et pourquoi, me diras-tu. Tout simplement parce que avec le prince arrivent le président du Conseil et le quasi-ministre des Affaires étrangères, et le brave Vesnitch va se trouver au second plan dans les négociations et dans la Conférence des Alliés. Garde strictement mes appréciations pour toi car elles me sont personnelles et je ne voudrais pas que rien venant de moi puisse nuire à un homme pour lequel j’ai la plus grande admiration, je te le répète, et une vive sympathie. Malgré tout, il y a une petite ombre au tableau comme on s’explique les jalousies entre généraux ! Jalousies qui coûtent parfois si cher au pays.

On me racontait ce matin qu’un député, Raffin-Dugens [1], avait déclaré à la fin du mois dernier, un peu avant la grande bataille, que la guerre serait finie le 18 mars et que nous demanderions la paix. Je n’ai pas vérifié le propos qui n’a peut-être jamais été tenu, mais dans un certain milieu, on

[le reste manque]

 

 

 

En-tête du Journal des Débats

 

Mon cher Pierre,

 

Vite un mot seulement car je pars à 3 h pour causer ce soir une demi-heure avec Vauréal [2] à Nantes. Je serai de retour à 6 h demain matin.

J’avais oublié de te dire qu’au nombre des informations Lazare Weiller [3], il y en avait une que je t’ai omise. C’est que les Allemands formeraient une armée d’hommes sans fusils avec des moyens de montre tout à fait inédits. La lettre de Lazare Weiller au Temps laissait prévoir cette éventualité.

Ton affectionné

Et

[1] Jean-Pierre Raffin-Dugens (1861-1946). Homme politique. Député socialiste de l’Isère (1910-1919).

[2] Pierre de Vauréal (1871-1961). Beau-frère d’Étienne de Nalèche. Il est administrateur général de la Compagnie des Phares de l’Empire ottoman, principal actionnaire de la Compagnie des chemins de fer Jaffa-Jérusalem et administrateur du Journal des Débats.

[3] Lazare Weiller (1858-1928). Ingénieur. Homme politique. Député Alliance démocratique de Charente (1914-1919). Collaborateur du Journal des Débats et de la Revue des Deux Mondes.

22 mars 1916

22 mars 1916

 

Ta lettre est très intéressante, mon cher Pierre, et je donne à Bidou, à toutes fins utiles, le renseignement qu’elle contient. Ils ne semblent pas cependant devoir abandonner Verdun, les bombardements violents qu’ils exécutent chaque jour, et aujourd’hui notamment, paraissent bien préparer encore quelque chose et je crois savoir qu’ils ont amené du monde. Ils pourraient bien en même temps faire quelque gros coup chez vous afin d’éparpiller nos réserves. Si l’affaire Verdun avait marché à souhait pour eux, ils devaient appuyer l’action par des attaques sur votre front et plus à l’ouest. Attendons. En tout cas, tiens ta poudre bien sèche et ne te fais pas amocher.

Ce matin, tout près de chez moi, sous la pluie, j’ai trouvé André Chaumeix. J’ai cru qu’il était passé à la maison ; mais non, il sortait de chez Bourget. Il a couru après moi, et pendant que l’eau du ciel nous trempait consciencieusement il m’a dit sur le ton le plus grave que Briand était, à l’heure actuelle avec Berthelot, le seul homme en France qui défendît une autre administration contre laquelle se levaient l’opinion, le Parlement et le gouvernement. – Oh ! Oh ! l’opinion, ai-je répondu, vous vous avancez beaucoup, et je crois qu’un changement d’homme aurait plus de répercussion que vous ne croyez. – Mais il ne s’agit pas de changement d’homme, mais de la transformation des services qui sont devenus un véritable ministère. Chaumeix s’est même servi du mot de congrégation pour désigner l’ensemble des personnes auxquelles je fais allusion.

Dans ce qu’il dit il y a du vrai. Malheureusement, je crains beaucoup que ceux qui sont visés par la Rue François-Ier ne soient pas ceux qui font tout le mal, mais bien des services qui travaillent du matin au soir et la nuit et gênent tous ces messieurs.

Je lui ai dit en riant : – Berthelot est roi de France. – Oh ! roi… – Allons, vice-roi, ai-je répondu – Il n’a pas démenti et a ajouté : – C’est un homme remarquablement intelligent et, à l’heure actuelle, c’est le seul qui puisse faire accepter certaines choses.

Tu vois que Chaumeix ne perd pas de temps et que cette propagande, par mots jetés par petites phrases insinuées, est faite avec une ténacité extraordinaire. Quels sont les projets de Berthelot je ne sais, car il y a une anarchie, dans la camaraderie, extraordinaire. Les missions sont distribuées à tous les amis. On s’assure tout ce qui est un peu sensible à ce genre de corruption dans tous les partis, et l’agence de la Rue François-Ier travaille avec un génie d’intrigues prodigieux. Tu verras que tout ce monde apparaîtra dans l’avenir pourvu et gavé à moins que les chefs ne se cassent les reins d’ici là, ce qui est encore possible. Quoi qu’il en soit, je suis bien ennuyé de voir Chaumeix embarqué dans cette voie-là. Cela lui donne des allures un peu louches de quelqu’un qui est obligé de ménager toutes les chèvres et tous les choux pour dévorer les uns et les autres.

Ne t’inquiète pas de mon petit « pensum » quotidien. C’est une partie de plaisir pour moi s’il te donne quelque distraction. Je regrette seulement de te dire des choses qui ne sont ni conçues ni composées, partant un peu informes. J’aimerais avoir assez de temps pour réfléchir à ce que j’écris, mais, tu t’en rends compte toi-même, ce n’est guère possible et tu préfères peut-être avoir cette conversation à bâtons rompus, mais qui te vient régulièrement, à de vraies lettres qui te parviendraient plus rarement et peut-être… pas.

Ton vieil

Et

21 mars 1916

21 mars 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

J’ai reçu hier au soir ta petite lettre et suis heureux que le changement ne contrarie pas trop ton existence. Du reste, comme je te le disais hier, il passe pour assez gentlemanlike.

Je ne te parle pas du communiqué de tantôt ; comme il note une légère progression, les esprits à la Chambre en ont été un peu surexcités. Il me semble cependant bien me rappeler qu’il y a une quinzaine de jours, Pétain avait déclaré qu’ils arriveraient presque forcément à occuper Avocourt (bois et village) qui se trouve dans un fond, mais que nous avions certaines cotes qui les empêcheraient de déboucher. J’en causais ce matin avec le colonel Rousset avec qui je déjeunais, et il me disait que c’est précisément cette raison-là qui les a empêchés d’attaquer de ce côté la première fois. Hier, je te parlais d’Hedeman [1] et j’ai oublié de te raconter comment, à Algésiras, il fit la connaissance de Visconti-Venosta [2]. N’ayant aucun moyen d’être présenté aux grands plénipotentiaires qui habitaient l’hôtel côte à côte avec les journalistes mais ne frayaient pas avec eux, il avait inventé le stratagème suivant. Dès le matin, il descendait aux cabinets un peu primitifs et là se livrait à de violentes attaques contre les portes. Naturellement, des voix agacées partaient de l’intérieur : – Il y a quelqu’un. Attendez un moment, etc. Hedeman reconnaissait les voix et s’écriait : Ah ! c’est vous, monsieur le ministre, pardonnez-moi, prenez votre temps. Quand le diplomate avait fini, il trouvait Hedeman souriant à la porte et la glace était rompue. Voici le propre récit de Visconti-Venosta.

Je t’ai dit tout à l’heure que j’avais déjeuné avec le lieutenant-colonel Rousset. Le connais-tu ? C’est un grand gros homme qui a une figure vulgaire mais des yeux assez vifs un peu trop rapprochés du nez, ce qui n’est pas un signe d’intelligence élevée. Il y avait comme autres convives Guist’hau, l’ancien ministre, Maginot et ses béquilles, et Berthoulat [3]. Le ton m’a paru beaucoup moins monté qu’à la réunion précédente. Tout le monde déplore que Maginot se soit mis dans un groupe, ou plutôt ait créé un groupe composé de très mauvais esprits, Viollette, Pascal [4], etc. On l’y flatte et on lui amènera quelque mauvaise histoire. On l’y retient parce qu’il y est flatté et savamment monté. Il ne s’est rien dit à ce déjeuner de particulièrement intéressant.

Nous avons causé avec Guist’hau de l’état dans lequel Augagneur a mis nos grandes compagnies de navigation et a rendu un décret par lequel une indemnité ne serait due aux compagnies réquisitionnées que pour la partie non amortie des bateaux. De plus, on n’a même pas payé ces sommes-là. Les compagnies se sont trouvé obligées non seulement de fournir leurs bâtiments. Sans argent, sans personnel, ces armateurs ne peuvent rien mettre en chantier de sorte que, la fin de la guerre arrivant, c’est l’Angleterre qui prendra tout le trafic. L’Angleterre, au contraire, a pris toutes ses précautions, elle a exigé la construction de bateaux en même temps qu’elle versait aux armateurs plus de trois cents millions de francs comme prix de réquisition.

L’amiral Lacaze fait tout ce qu’il peut pour sortir de cette situation, mais il est toujours lié par le décret de son prédécesseur et gêné par là même malgré toute sa bonne volonté. Il m’a fait un mal cet Augagneur !

Voici le prince de Serbie [5] arrivé. Il y a eu sur le parcours beaucoup de monde et l’arrivée a été chaude. On me disait tout à l’heure que le président n’avait pas trouvé le public assez chaud, et on fait retomber cela sur le pauvre Laurent [6] auquel on reproche de n’avoir pas su organiser son affaire. C’était moins bien fait qu’hier pour Cardina [7], paraît-il. Néanmoins, ce qui est meilleur, c’était un public très convaincu.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Emilio Visconti-Venosta (1829-1914). Italien. Homme politique. Il représente l’Italie à la conférence du Maroc à Algésiras en février 1906. Ministre des Affaires étrangères à plusieurs reprises entre 1863 et 1901.

[3] Georges Berthoulat (1859-1930). Journaliste. Membre du Syndicat de la presse parisienne. Rédacteur politique et secrétaire général du Progrès de Lyon. Directeur et rédacteur en chef de La Liberté (1888-1920). Homme politique. Député républicain indépendant de Seine-et-Oise (1902-1906).

[4] Non identifié.

[5] Pierre Ier, prince de Serbie (1844-1921). Prince régent. Il épouse en 1883 Zorka (1864-1890), fille de Nicolas Ier, roi de Monténégro.

[6] Il s’agit probablement d’Émile Laurent (1852-1930), préfet de police.

[7] Non identifié.

18 mars 1916

18 mars 1916

 

Mon cher Pierre,

 

As-tu lu ce matin sous la signature de Polybe des lettres très belles de Verdun ? Ces lettres étaient adressées à sa femme par un… Elles nous avaient été confiées et nous attendions pour les publier le moment où nous serions sûrs de ne pas nuire aux personnalités en cause. Je t’en avais parlé dans une de mes lettres [1]. Adrien de Montebello, qui vient à peu près chaque matin s’installer dans nos fauteuils et pérorer pendant deux heures en semant la salle de rédaction de milliers d’allumettes et de bouts de cigarettes mal éteintes, a assisté à la lecture que j’avais faite de ces récits dramatiques dans leur simplicité. Il a demandé la permission de les emporter pour les montrer au général Delanne [2] et à Castelnau. On les lui a confiées, il avait promis de les rapporter le lendemain. Cinq jours se passent et nous apprenons qu’il les a promenées et lues dans tout Paris. Joseph Reinach (c’est lui-même qui me l’a dit tout à l’heure au téléphone) apprend qu’Adrien possède des lettres de premier ordre et dit aux amis qui le renseignent : « C’est bien cela, Adrien vient me raser tous les jours, et quand il a quelque chose d’intéressant il ne m’en parle pas. » De suite il lui écrit. Adrien accourt et lui laisse copie des lettres, d’où publication dans Le Figaro. Voilà les amis…

Je viens d’envoyer deux mots à Adrien dont il comprendra la parfaite urbanité.

Il ne vient chez nous que pour se documenter et porter ses bavardages et tout ce qu’il a appris dans tous les lieux où il trouve un cercle pour l’écouter. Je dois dire du reste que cet homme, qui se répand en imprécations violentes contre la Chambre, est un de nos plus magnifiques agents de pessimisme. Son pessimisme est généralement basé sur les lettres quotidiennes de « mon neveu » Bertrand [3] qui distille toutes les rancœurs de l’état-major de Montebello.

L’occasion me fait te parler d’Adrien, mais retiens cela car dans les choses et gens d’arrière, c’est un type ancien vice-président de la commission de l’Armée. Cet incorrigible bavard voit tous les personnages de premier plan auprès desquels il est servi par son nom, son passé et, ma foi, sa verve et son esprit extraordinaires. C’est avec cela qu’il paie l’écot des déjeuners ou dîners. Alors, tu penses si nos lettres le nourriront pendant quelque temps. C’est égal, je suis terriblement vexé de l’imbécillité de mon collaborateur.

Que pense-t-on de la nomination du nouveau ministre [4]? Les avis sont partagés autour de moi. C’est un homme qui a bien réussi dans certaines phases de sa carrière, moins bien dans d’autres. Certaines personnes étaient alarmées par ses opinions que l’on disait avancées ; néanmoins il n’a, à ma connaissance, jamais fait preuve de sectarisme. C’est un soldat très brave. Est-il bon administrateur, je ne sais. Il parle assez facilement pour un militaire. Je l’ai entendu une ou deux fois dans des comités dont il faisait partie en même temps que moi et il exprimait ses opinions de la façon la plus claire et la plus nette. Je crois savoir qu’à Chantilly on est content du choix, et que pour le présent les choses doivent s’accorder.

J’ai eu ce matin un récit assez amusant de la prise du fort grec. La cote qu’il dominait pouvait très bien servir d’abri à des sous-marins et l’on décida de s’en emparer. Une mine et un navire jouèrent les premiers rôles. Ordre est donné de s’emparer du fort dans la nuit. Une brigade est lancée. On se trouve en face d’un lieutenant qui est très ennuyé, non pas de la prise du fort mais de l’absence de son chef qui est à Salonique dans une maison où il goûte les voluptés les plus suaves : – Qu’à cela ne tienne, dit le général français, donnez-moi l’adresse et je vais envoyer un exprès. L’exprès part et trouve le commandant du fort qui entre en fureur. On lui explique qu’il n’y a pas de quoi car on l’attend pour la reddition de la place. Il n’aura donc rien à craindre pour son avenir. Il s’apaise et part aussitôt pour faire acte de présence. Depuis, pour cet homme-là, il n’y a plus qu’une chose au monde, la galanterie française.

Sarrail est heureux comme un roi. Il ne doit demander qu’une chose, c’est que cela continue, mais on a envisagé l’offensive à l’avant-dernier conseil. Cela doit le tracasser car il faudra rétablir les ponts ! !

Ton vieil

Et

[1] Lettre non identifiée.

[2] Alfred Delanne (1844-1927). Polytechnicien. Officier, il fait toute sa carrière dans l’armée. En 1897, il est général de brigade, membre de la commission supérieure des chemins de fer puis sous-chef d’état-major général de l’armée. Il est relevé de ses fonctions à la suite de l’Affaire Dreyfus en 1900. De nouveau commandant du groupe fortifié de Reims, puis membre du comité technique d’état-major.

[3] Bertrand de Mun (1870-1963). Officier de cavalerie. Neveu d’Adrien de Montebello (1851-1935) par sa femme Marcelle Werlé, fille de Mathilde-Henriette-Louise de Montebello, sœur d’Adrien. Président de la Société de champagne Veuve Cliquot-Ponsardin (1898-1951).

[4] Il s’agit de Pierre Roques, ministre de la Guerre.