Archives mensuelles : février 2016

28 février 1916

28 février 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ta lettre du 26 m’arrive à l’instant. Je vois que vous venez de changer subitement. Je dois avoir une ou deux lettres qui sont à ta poursuite et je ne t’écrirai donc un peu longuement qu’aussitôt que je saurai les communications rétablies. Néanmoins, je ne laisserai pas interrompre la bonne habitude prise de t’écrire chaque jour. Mes missives t’arriveront à la fortune du pot et sans beaucoup de détails.

Verdun continue à être la question passionnante. Les journaux en sont pleins, naturellement, et comme cela se comprend. À la Chambre, on est dans le même état d’esprit bête et mauvais. Tous ces gens qui ont déjeuné confortablement discutent. On reproche tout au Commandement. On n’a pas fait assez de chemins de fer stratégiques, les transports de munitions n’ont pas été suffisamment prévus, enfin toutes les petites vilenies si ce ne sont pas de grosses infamies. Les ambitions avaient vu poindre leur aurore avec un désastre ou tout au moins un insuccès.

On me met au courant d’un coup de téléphone donné par C. à minuit. Il y disait la violente attaque allemande, la résistance excellente de nos troupes et une contre-offensive de notre part pour ce matin. Depuis, je n’ai pas de nouvelles.

Si tu lis l’article de Clemenceau [1] ce matin, tu seras édifié sur les sentiments de cet affreux pitre. Tout ce que je viens de te dire s’y reflète. Néanmoins, dans son vitupérage quotidien, il y a une partie de bon sens lorsqu’il parle de la lenteur des Allemands dans leurs opérations et de leur organisation en arrière après une action. Peut-être y a-t-il quelque chose à surveiller.

Hier dimanche, la commission de l’Armée s’est réunie au Sénat. Elle avait été convoquée d’urgence par Chéron [2] affolé par les nouvelles et n’ayant pas même attendu d’avoir des renseignements véritables. Sur le bruit fait par la radio allemande, il avait éprouvé le besoin de convoquer d’urgence samedi pour le lendemain.

Dans la suite, des nouvelles plus sérieuses sont arrivées et la réunion n’avait plus d’objet. Les sénateurs y sont venus néanmoins et l’on s’y est copieusement disputé. Les projets n’ont pas été discutés mais chacun y a apporté ses opinions stratégiques en les défendant avec violence.

Ceci te prouve le danger que représentent ces parlementaires brouillons, désireux de faire parler d’eux et qui n’attendent que l’occasion de se mettre en avant, incapables de discerner le mal qu’ils font au pays.

Ton vieil

Étienne

[1] Le Tigre crée un journal durant la guerre intitulé l’Homme libre. Censuré, ce journal devient l’Homme enchaîné. Clemenceau reste mal vu en 1916 et garde son image de « Tombeur de ministère ».

[2] Henry Chéron (1867-1936). Avocat. Homme politique. Ancien ministre, il est sénateur du Calvados depuis 1913.

24 février 1916

24 février 1916 [1]

 

Tu dois t’imaginer, mon cher Pierre, combien les langues marchent et comment les bruits les plus divers circulent.

À 9 h du soir, hier, Vauvineux me téléphone pour me demander si j’ai des nouvelles. Il a entendu dire que nos troupes étaient dans une situation critique. Je lui donne les renseignements que je crois t’avoir écrits et que je tenais de la Chambre. Je lui demande de quelle source il tient ces alarmants pronostics. – Du Sénat, me répond-il. Vous étiez au Sénat ? – Non, c’est au Jockey et d’abord à l’Union. – Bien.

À midi, aujourd’hui, des femmes de théâtre me téléphonent, affolées : Il paraît que Verdun est pris. Est-ce vrai ? – Je leur lis un embryon du communiqué que j’avais eu à midi par faveur.

Mon barbier me dit qu’à la boulangerie un homme à accent étranger disait devant sa femme et les ménagères qui se trouvaient dans la boutique : Verdun, mais les Allemands vont le prendre en cinq sec. Les forts [2] ne peuvent pas tenir, c’est une affaire courue.

Ce soir, on me dit de la Chambre qu’un téléphone de Joffre est bon et que le sous-préfet de Verdun [3] annonce la reprise par la contre-attaque du Bois des Caures [4]. On est content parce qu’on a réussi à fixer l’attaque. On s’est replié à cause d’une batterie placée à Mortaque et pour ne pas sacrifier du monde inutilement. Ce fut, paraît-il, une boucherie d’Allemands. Voilà où j’en suis en ce moment et il est 8 h. J’aime mieux rester sur ces dernières nouvelles. Pour peu que je reçoive encore deux ou trois coups de téléphone, je passerai une nuit blanche.

Je m’aperçois, mon vieux Pierre, que je te parle de la guerre, tu dois en savoir plus que moi. Je réfléchis que Roger [5] doit être en plein dans la bagarre et te racontera tout cela par le menu. J’allais oublier de te raconter un petit fait curieux. J’ai rencontré ce matin Monis [6] : Eh bien, M. le Président, nous voici en plein dans l’offensive. – Oui. Oui. – Somme toute, malgré quelques faiblesses, nous tenons. – Oui. Oui. – Que pensez-vous ? – Je regrette que les gens qui sont à Salonique ne soient pas là. – Comment, M. le Président, mais si nous avions quitté Salonique…, etc. – Vous avez tout à fait raison, mais je regrette que les gens qui sont à Salonique ne soient pas là. Sarrail connaissait Verdun admirablement. Vous ne vous doutez pas de l’admirable façon dont il l’avait défendue une première fois, il devrait être là. Les gens, c’était Sarrail et sans doute son bureau politique.

Un de mes collaborateurs qui m’a représenté ce matin au déjeuner anglais a causé avec Briand. Ce dernier lui a dit qu’évidemment l’affaire était sérieuse – Mais enfin, M. le Président, nous tenons ? Parbleu si nous tenons, mais cela coûte cher.

Amitiés.

Et

[1] Le 24 février 1916 est une journée cruciale. La deuxième ligne française est prise.

[2] Les forts étaient en partie du type Seré de Rivière et avaient en effet mauvaise réputation.

[3] Le sous-préfet de Verdun est alors Jean-Charles Grillon (1875-1924) depuis le 31 janvier 1914.

[4] Le Bois des Caures se situe près de Douaumont (Meuse).

[5] Roger Luzarche d’Azay (1872-1962) est le frère de Marguerite Luzarche d’Azay, épouse de Pierre Lebaudy. Il est donc le beau-frère de Pierre Lebaudy. Militaire de carrière. Officier.

[6] Ernest Monis (1846-1928). Avocat à la cour d’appel de Bordeaux. Homme politique. Député radical (1885-1889), puis sénateur de la Gironde (1891-1920). Ministre de la Justice (1899-1902). Ancien vice-président du Sénat.

23 février 1916

23 février 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On me téléphone de la Chambre que les attaques sur Verdun sont extrêmement violentes. Quarante-deux divisions allemandes seraient aux prises avec nos troupes. On est très confiant. Les troupes sont pleines d’entrain et d’enthousiasme. La prise du village de Hautmont ne se serait pas passée sous la pression ennemie mais on aurait évacué de parti pris pour attirer l’ennemi qui y serait venu en rangs serrés et on aurait fait des hécatombes. Les Allemands auraient construit pas moins de trois lignes de repli jusqu’en Luxembourg. Je te donne ces renseignements comme je les reçois ; peut-être en sais-tu plus long que moi sur l’affaire en cours.

Nous avons eu hier notre dîner [1] de rédaction [2] qui a eu lieu pour l’élection à l’Institut de Vesnitch [3] et la nomination de Doumic [4]. Paul devait venir, mais au dernier moment le fâcheux froid l’a saisi. Il y a perdu un bain d’éloquence, la mienne et celle de Vesnitch et de Doumic. Ce fut un joli dîner, non pas comme nourriture – très mauvaise – mais comme assistance. Cinquante-cinq personnes. Chaumeix y est venu, c’est la première fois depuis la guerre. Chacun a noté que c’était un jour où il y avait deux personnages qu’on fêtait, dont l’un dirige un organe dans lequel il serait assez agréable d’avoir une chronique [5]. Il n’a pas une bonne presse en ce moment, notre pauvre Chaumeix. Je te raconterai quelque jour pourquoi. Il est certain que c’est très troublant. Rien n’est désagréable comme de perdre ses illusions.

J’ai eu le récit par un jeune infirmier de sa captivité dans un camp de Mecklembourg. Il y est resté dix mois. Comme dentiste il se faisait quatre ou cinq cents francs par mois et on appliquait ces bénéfices à améliorer le traitement des malheureux Russes traités de la façon la plus abominable. Un gardien s’achetait cent vingt-cinq francs. Grâce à cela, on avait la lumière tant qu’on voulait et la tranquillité. Comme il parle admirablement allemand et russe, il causait fréquemment avec les officiers. L’un d’eux l’a emmené dans une soirée à l’extérieur. Il y est arrivé vêtu d’une chemise russe rose par-dessus laquelle il avait sa capote de lignard, des culottes grises et de grandes bottes russes. – J’étais tout à fait carnaval, me dit-il. Il a trouvé, réunies dans le salon, des dames décolletées, et, pour lui faire une gracieuseté, elles ont joué la Marseillaise au point qu’il ne savait quelle contenance garder. Quand il a été évacué, la maîtresse de maison lui a envoyé un vase en ivoire garni de myosotis liés par un ruban vert avec ces mots : « Soyez heureux ». Il attribue cet excès d’amabilité au désir qu’il répète ces égards en France.

La censure m’a enlevé aujourd’hui un petit incident qui s’est passé au Grand-Palais. Des blessés ont voulu sortir avant l’heure réglementaire. On a été obligé de faire intervenir les gardes. Les soldats ont invectivé ces derniers les accusant de n’être jamais allés au front tandis que eux, qui s’étaient battus, avaient été blessés, se trouvaient en butte à leurs brimades. Finalement, les soldats ont eu la permission de sortir. – Pas fameux.

Ton vieil

Et

[1] Le dîner de rédaction du Journal des Débats a lieu ce soir-là au Café Riche, 16, boulevard des Italiens, Paris, IXe, restaurant le plus illustre de Paris qui possède une renommée mondiale.

[2] « Dîner des Débats au Café Riche en l’honneur de Vesnitch nommé membre de l’Institut, et de Doumic nommé directeur de la Revue des Deux Mondes. C’était très brillant ; une cinquantaine de personnes : René Bazin, Henri de Régnier, Boppe ministre de France à Belgrade, toute la rédaction des Débats, l’ordinaire et l’extraordinaire. Le ministre de Serbie a fait un très bon discours en réponse au toast de Nalèche et rendu un hommage très mérité à André Gauvain qui est la seule personne ayant vu clair depuis six à sept ans dans les affaires des Balkans. (Il a dit beaucoup de bêtises depuis). » François de Wendel, Journal, 22 février 1916.

[3] Milenko Vesnitch (1863-1921). Serbe. Diplomate. Ambassadeur de Serbie en France. Il est élu à l’Académie des sciences morales et politiques le 29 janvier 1916.

[4] René Doumic (1860-1937). Il remplace Francis Charmes, mort le 4 janvier 1916, à la tête de La Revue des Deux Mondes.

[5] La Revue des Deux Mondes. André Chaumeix en deviendra d’ailleurs chroniqueur politique de novembre 1919 à mars 1920 en remplacement de Charles Benoist pris par son mandat parlementaire et de Raymond Poincaré encore président de la République. À la mort de René Doumic en décembre 1937, il lui succède à la direction de la Revue des Deux Mondes.

22 février 1916

22 février 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Erzeroum, les Zeppelins [1], voilà des faits qui agitent tout le monde en ce moment. La chute du ballon fait grande impression sur le public et tu peux lire certains articles de journaux ce matin qui triomphent. À lire Henry Bérenger [2], on croirait que c’est lui et la commission qui ont accompli ce fait d’armes et qui ont abattu avions et Zeppelins. Son article se termine comme un chœur d’opéra.

On sent que des actions importantes sont engagées en Artois, à Soissons, à Verdun. Les communiqués annoncent quelques prises de tranchées. Il faudrait savoir quels ont été les effectifs engagés pour comprendre la valeur de cette avance qui, selon un cas ou selon l’autre, peut être un succès ou un insuccès.

Je t’ai parlé souvent de cette campagne sourde qui se mène contre le haut commandement. Elle continue toujours dans ce bureau qui devrait être l’intermédiaire entre le commandement et le public. Les gens qui composent ce bureau sont, comme tu le sais, des journalistes qui ne s’embarrassent pas de trop de scrupules. Ils ont à leur tête le plus brave homme de lieutenant-colonel[3] mais qui ne connaît rien de la vie et ne pèse pas une once à côté de ces gaillards dont je t’ai déjà écrit les noms. Ils font de l’esprit au dépens de ce c. de J., de ce sal. de K., de ce m. de L. Tu vois cela d’ici.

Hier, le chef du bureau lui-même a raconté devant un de mes jeunes gens et devant tout son personnel que des députés socialistes étaient allés visiter le quartier général de Gouraud Ils ne tarissent pas d’éloges sur ce dernier qui les a reçus dans la perfection. L’un d’eux lui a demandé s’il n’allait pas se faire mettre un bras mécanique [4]. – Je n’en ai aucun besoin, aurait répondu le général. – Il nous semble que si cependant.  – Et pour quoi faire ? – Mais pour tenir le bâton de maréchal. Gouraud aurait ri et on aurait déjeuné. Ce n’est pas comme au GQG, a ajouté le chef de bureau. Tous se plaignent d’avoir été mal reçus par l’état-major de Chantilly. On les a traités comme des gêneurs et ils sont furieux.

Henry de Jouvenel [5] est à son bureau d’informations dans les costumes les plus magnifiques. Il porte constamment les courroies de cuir fauve de l’armée anglaise, bottines jaunes et leggins jaunes et toujours des éperons. Tout cela pour donner des papiers à la presse et sans doute pour épater Colette [6]. Aujourd’hui, ces stratèges discutaient avec violence les opérations engagées dans la Somme. Je suis très ennuyé pour quelqu’un que tu connais de ce voisinage. Je te raconterai à ce sujet-là des choses qui m’ont chagriné et qui m’alarment encore plus. Il paraît que, tous ces jours-ci, Gérard de Ganay [7] ne quittait pas la Rue François-Ier. Tous ces petits à-côté ne t’intéressent peut-être pas beaucoup, néanmoins ils ont leur importance à cause du rôle que joue dans les affaires de France un organisme de cette nature, inconnu du public, mais qui centralise les informations que l’on doit répandre.

Ton vieil

Et

[1] Dans la nuit du 29 au 30 janvier 1916, un Zeppelin lance 17 bombes sur Belleville. Le métro est défoncé : 75 morts et 33 blessés sont dénombrés.

[2] Henry Bérenger (1867-1952). Homme de lettres. Homme politique. Sénateur radical de la Guadeloupe (1912-1945). Directeur de l’Action.

[3] Non identifié.

[4] Le général Gouraud (1867-1946) a perdu un bras en 1915 aux Dardanelles. Il commande depuis fin 1915 la 4e armée en Champagne.

[5] Henry de Jouvenel (1876-1935). Journaliste et homme politique. Rédacteur en chef du Matin (1905-1924). Directeur des enquêtes de presse de la section diplomatique de la Maison de la Presse depuis le 1er octobre 1915. Il épouse Colette en 1912.

[6] Gabrielle Colette (1873-1954). Femme de lettres. Elle épouse Henry Gauthier-Villars dit Willy (1859-1931) en 1893, puis Henry de Jouvenel (1876-1935) en 1912, dont elle a une fille Colette, dite Bel Gazou. Après son deuxième mariage, elle se consacre à la littérature.

[7] Gérard de Ganay (1869-1925). Fils cadet d’Étienne (1833-1903), marquis de Ganay, et d’Émilie Ridway (1838-1921). Frère de Jean (1861-1948), marquis de Ganay.

21 février 1916

21 février 1916

 

Je suis débordé, mon vieux Pierre, et je ne sais si cette lettre excédera les dimensions d’un billet.

J’ai causé ce matin quelques minutes avec Cambon. Ses impressions sur l’état général me semblent meilleures. Tu sais qu’il n’est pas dans les optimistes. Je l’avais trouvé à l’enterrement de Mme Gérard [1], mère de l’ancien ambassadeur [2]. Il y avait dans l’assistance beaucoup de diplomates. Dois-je ranger parmi ces derniers Paul Bourget [3] qui m’a tiré un peu à part pour me dire combien le journal était parfait, sauf cependant quand Reinach y écrit. – Il a beaucoup de bon sens et en ce moment, mon Dieu, il rend des services. – C’est un misérable – ceci dit d’un ton définitif. Pauvre Joseph.

Quelqu’un qui connaît bien sa publicité, c’est le général Sarrail [4] . As-tu vu comment il est entouré ? Le voilà qui fait venir Bernstein [5] . Il a autour de lui une nuée d’hommes de lettres, auteurs, journalistes, etc. J. José Frappa [6] par exemple. Avec des gens comme cela, il peut faire du bruit dans notre Landerneau. Il n’a rien oublié pour son passage à la postérité – peut-être cherche-t-il des satisfactions plus proches. Dans certains milieux, on prétend qu’il intrigue pour succéder à Joffre. Mais nos radicaux qui l’aiment bien l’aiment peut-être encore plus un peu loin.

Ton vieil

Et

 

La campagne en faveur de Sarrail à la Chambre est menée par le député d’Asnières, Bokanowski [7], qui était à Salonique [8] avec le général.

[1] Mme Gérard (18-1916).

[2] Auguste Gérard (1852-1922). Diplomate. Ambassadeur de France au Japon (1909-1913).

[3] Paul Bourget (1852-1935). Homme de lettres. Membre de l’Action française. Il a publié un roman, André Cornélis, dans le Journal des Débats. Il est élu à l’Académie française le 13 juin 1895.

[4] Maurice Sarrail (1856-1929). Général commandant des forces françaises d’Orient à Salonique de 1915 à 1917 où il organise véritablement le corps militaire allié.

[5] Henry Bernstein (1876-1953). Homme de lettres, il défraye la chronique par sa production théâtrale, ses prises de position politique, ses amours et ses nombreux duels.

[6] Jean-José Frappa (1882-1939). Journaliste. Rédacteur en chef à La presse puis administrateur du Monde illustré. Membre du comité directeur de la Chambre syndicale de la publicité et du Syndicat de la presse périodique.

[7] Moïse dit Maurice Bokanowski (1899-1928). Homme politique. Député radical de la Seine (1914-1928). En 1916, il est affecté à l’état-major du général Sarrail à l’armée d’Orient.

[8] A la suite de la défaite de l’opération des Dardanelles en 1915, un corps militaire allié se maintient à Salonique sous le commandement successif des généraux Sarrail, Guillaumat et Franchet d’Espérey.

16 février 1916

16 février 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On vient de nous enlever un immense passage d’un article de Gauvain, passage cependant qui n’est que la sagesse et qui engageait nos gouvernants à se méfier de certaines tendances anglaises qui semblent ne pas être satisfaites du merveilleux résultat obtenu par la Bulgarie et éprouvent le besoin de recommencer, même avec ce dernier royaume. J’ai parlé au capitaine de service de la Censure en lui demandant si les ordres du Quai d’Orsay étaient formels. Sur sa réponse affirmative, j’ai ajouté : Faites-lui mes compliments.

Déjeuner assez amusant chez un ancien ministre sénateur. Parmi les convives, Paul Deschanel, un Italien Campolonghi [1], celui qui écrit dans Le Petit Parisien, et un ou deux confrères dont Arthur Meyer Ce dernier a un peu asticoté le président qui nous a exposé les difficultés du président de la Chambre, complètement désarmé par le règlement lorsqu’il s’agit d’attaques faites à des personnes étrangères au Parlement : Par exemple, a-t-il dit, si on attaquait Joffre, je pourrais appliquer la censure mais je pourrais aussi être désavoué par la Chambre. Celui-là se retranche derrière le règlement et un autre derrière la Constitution. Quels hommes magnifiques !

Je l’ai fortement engagé à pousser la Chambre dans la voie des séances à intervalles. Pas tout de suite, m’a-t-il dit, car vous tromperiez le public, il faut attendre la fin des loyers, alors j’espère leur faire prendre quelques jours de congé, puis on arrivera aux vacances de Pâques. Il vaudrait mieux même en informer le pays pour qu’il ne se berce pas d’illusions. Je me demande si la vivacité avec laquelle il a défendu cette thèse ne cache pas quelque espoir de voir aboutir des projets pendant ce temps-là. – Qu’en dis-tu ? Malgré tout, Paul Deschanel a été amusant et charmant comme toujours mais, sapristi, quel manque de consistance.

Arthur Meyer a raconté l’entrevue de Vienne dont je t’avais parlé chez toi la semaine dernière, mais naturellement déjà un peu déformée. J’ai remis les choses au point en insistant sur les dangers de répéter ces choses-là qui étaient des pièges tendus à notre naïveté. Paul Deschanel avait entendu la même version et a confirmé mes dires.

Quant au Campolonghi, il nous a fait un exposé de la politique italienne. Pour lui, tout se résume en ceci : c’est que l’on avait cru, au-delà des Alpes [2], entrer dans une guerre de courte durée. Il ne fait pas de doute, ajoute-t-il, que l’Italie déclarera la guerre à l’Allemagne, mais on voudrait que Salandra [3] fasse une crise extraparlementaire et non une crise parlementaire, la Chambre étant en majorité giolittiste. Si Salandra faisait la crise dès maintenant, il pourrait faire appel aux partisans de la Grande Guerre, ce sont à peu près tous les interventionnistes, et l’affaire serait bouclée.

Que dis-tu de ce nouveau Gallieni concernant les officiers d’état-major ? Si je l’ai bien lu, la fin détruit le commencement, les chefs ayant le droit de maintenir les collaborateurs dont les services sont reconnus absolument nécessaires, et tu dois être de ceux-là.

Au revoir, old man. Ton vieil

Et

[1] Luigi Campolonghi (1876-1944). Italien. Journaliste. Socialiste.

[2] Il s’agit toujours de l’Italie.

[3] Antonio Salandra (1853-1931). Italien. Président du Conseil (1911-1914).