Archives mensuelles : janvier 2016

26 janvier 1916

26 janvier 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Tu vois que je ne me trompais guère le mois dernier quand je te disais qu’il fallait pousser à un blocus sévère mais qu’au fond le blocus équivalait à la ligue contre les neutres. J’espère que l’Angleterre, avant de prendre ses décisions, aura soigneusement négocié. Il faut, il est même nécessaire de resserrer le blocus autant que l’on peut, mais il faut le faire à bon escient. Notre article qui a fait un peu de bruit n’avait pas d’autre but.

Le dîner des Débats a eu lieu hier extrêmement nombreux. Nous étions trente-deux et Paul n’y est pas venu, à mon grand regret. Demaison nous a raconté avec le plus grand sang-froid La Cité de Dieu de saint Augustin, ajoutant que, pour un franc soixante-quinze, on avait dans cet ouvrage la lecture la plus attrayante. La question est la suivante.

L’homme doit-il renaître avec ses organes sexuels ? Oui, dit saint Augustin mais simplement comme ornement. Suit la distinction sur la fornication avec ou sans volonté, avec concupiscence ou simplement par devoir. C’était à se tordre. As-tu lu la Cité de Dieu ?

En revanche, j’y ai appris que Sarraut [1] allait faire une chose absolument criminelle. Il va faire à Toulouse une exposition des œuvres du Louvre hospitalisées là depuis le mois de septembre. Déjà on recherche les cadres de nos chefs-d’œuvre pour les expédier. Ce qui pis est, c’est que toutes les toiles sont ensemble, il va falloir les déballer, les choisir, les ré-encadrer pour les désencadrer un peu plus tard et les ramener à Paris. Ajoute à cela les risques du feu, de la maladresse des ouvriers, etc., et tu auras une idée du danger qu’on fait courir à nos chefs-d’œuvre. Je mets une note ce soir dans le journal. Cette note empêchera-t-elle les méfaits de ces démagogues ignares, espérons-le. En tout cas, elle signalera la chose au public artistique, et peut-être les gens qualifiés pourront-ils s’opposer à cette folie qui serait irréparable.

Un des conservateurs du Louvre, ayant reçu de Dalimier l’ordre de retrouver les cadres, fit quelques observations : – Je ne vous ai pas demandé d’avis, a répondu le sous-secrétaire d’État, je vous ai donné un ordre.

Il paraît que les États-Unis fabriquent pour les Alliés un million de projectiles par jour. N’est-ce pas effarant, et comment tout cela se paiera-t-il dans l’avenir ?

René Bazin [2], à qui je demandais hier des nouvelles de la santé de son département [3], m’a dit que l’esprit y était bon mais que, cependant, les gens ne digèrent pas les rappels de tous les ouvriers. Il n’y a que ces derniers qui ont tous les avantages. Ce sont les paysans et les nobles qui se battent. Ils se font tuer pour cinq sous alors que tous les ouvriers sont rappelés dans les usines et touchent de grosses payes sans risques et sans souffrances. C’est la même note dans l’Allier, le paysan ne digère pas les salaires à des soldats mobilisés comme eux et qui se gobergent tandis qu’eux crèvent.

Au revoir, my old chap.

Et

[1] Albert Sarraut (1872-1962). Journaliste. Homme politique. Député radical socialiste de l’Aude (1902-1924). Gouverneur général de l’Indochine (1911-1914 et 1916-1919). Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (1914-1915).

[2] René Bazin (1853-1932). Homme de lettres angevin. Docteur en droit et professeur de droit à la faculté catholique d’Angers, il collabore à L’Étoile, organe des légitimistes angevins. Il entre en 1884 au Journal des Débats et à la Revue des Deux Mondes. A partir de 1915, il préside la Corporation des publicistes chrétiens. En 1903, il est élu à l’Académie française au fauteuil de Legouvé.

[3] Le Maine-et-Loire.

25 janvier 1916

25 janvier 1916

 

Dear old Peter,

 

J’avais reçu il y a quelque temps une longue lettre de ce brave Bégouen [1], tu sais, le comte Bégouen qui a beaucoup voyagé en Perse, en Afrique, et qui a découvert avec ses fils des grottes extraordinaires dans l’Ariège avec des vestiges préhistoriques. Bégouen, revenu à Toulouse après un séjour à Paris, me donnait des impressions navrantes sur la ville et l’état de la province. Noce perpétuelle, soldats débraillés, etc., etc. Il est revenu ce matin et m’a dit que ses impressions avaient beaucoup changé. Il a compris que cette animation de Toulouse était due bien plus aux modifications économiques de la vie dans cette ville qu’aux sentiments de la population. Toulouse a trente mille âmes de plus qu’avant la guerre. On y travaille à force. La poudrerie située dans les îles de la Garonne s’est agrandie d’une façon considérable et on fabrique tant qu’on peut. Dans toute la ville, la plus petite usine à bicyclettes possédant un tour fabrique des obus. L’ouvrier le plus médiocre gagne cinq francs par jour, les autres ont des salaires bien plus élevés. Les femmes touchent leurs allocations, alors tout cet argent-là se dépense. Les cinémas sont pleins, et à 5 h on ne peut circuler dans la rue Alsace-Lorraine. En revanche, l’animation qui existait autrefois dans les cafés, et uniquement là, semble avoir disparu. La suppression de l’absinthe aurait fait déserter le café. Au milieu de tout cela, l’état d’esprit ne serait pas mauvais.

Gallieni fait beaucoup parler de lui en ce moment. Circulaires, décrets, réformes, cela n’arrête pas. On me disait aujourd’hui que Clemenceau et consorts cherchent à le pousser vers les Champs-Élyséens. Cela ne doit rien avoir pour t’étonner. À chaque instant, on se heurte dans les couloirs des deux Chambres à des avis, des petites affiches portant toujours : MM. les membres du Parlement seront admis sur la simple présentation de leur carte ; MM. les membres du Parlement pourront faire ceci ou cela ; MM. les sénateurs et députés trouveront place, etc., etc. Ce sont là des flatteries à l’adresse des représentants qui ont certainement un but. Et si l’on se rappelle l’attitude au moment du voyage à Bordeaux, l’entourage bizarre de l’homme, on comprend le travail mystérieux qui se fait en ce moment. Tu as vu que l’affaire des colonels suisses a pris en Helvétie la tournure d’une affaire Dreyfus, et Abel Bonnard [2], le directeur du Journal de Genève, disait à un de nos amis il y a quelques jours que sa situation était très pénible car il était le Scheurer-Kestner [3] de l’affaire. Ce sont en effet les deux journaux, Gazette de Lausanne et Journal de Genève qui sont allés à Berne mettre le gouvernement ou plutôt le nez du gouvernement fédéral dans ces ordures. Ce qu’il y a d’assez curieux dans l’affaire, c’est que c’est le général Wille [4] qui est pour les sanctions, quoique germanophile, et le major général, qui passe pour francophile mais que l’on veut pousser à la présidence, qui serait contre. Tu vois d’ici le terrible imbroglio. Il est certain qu’à Berne on comprendra le danger et que l’on fera justice car la Suisse romande ne parle rien moins que de révolution et de guerre civile.

À l’heure actuelle, tout le monde veut s’occuper du relèvement et de l’avenir de la Belgique. Il ne s’est pas fondé moins de quatre comités France-Belgique. Je fais partie de l’un d’eux présidé par Deschanel [5]. Tout le monde se dispute en ce moment pour savoir quel est le premier en date. Nous avons (notre groupe) une réunion demain chez le président de la Chambre. Je compte sagement dire à mes collègues qu’il vaudrait mieux fondre ensemble tous les comités pour une œuvre qui n’est pas près de s’exercer. Mais les présidents ! Si, après cela, avec tous ses défenseurs, la Belgique n’a pas un sort admirable c’est qu’elle y mettra de la mauvaise volonté !

Les nouvelles russes paraissent excellentes.

Ton vieil

Et

[1] Henri Bégouen (1863-1956). Explorateur. Cf. lettre du 24 août 1915. Il fait de nombreuses expéditions souterraines en Ardèche et dans les Pyrénées avec ses trois fils. Le 20 juillet 1912, ils découvrent la caverne du Tuc-d’Audoubert qui renferme deux bisons modelés dans l’argile depuis plus de dix mille ans, preuve que les Magdaléniens maîtrisaient l’art statuaire. Le 20 juillet 1914, ils découvrent la grotte des Trois-Frères qui conserve de nombreux dessins magnifiques, dont le « Sorcier cornu ».

[2] Abel Bonnard (1883-1969). Poète. Chroniqueur au Figaro, directeur du Journal de Genève. Il est membre de l’École française de Rome. Il parcourt la planète à plusieurs reprises et rapporte d’un long voyage en Orient deux volumes de Notes de voyage en Chine couronnés par l’Académie française en 1924.

[3] Auguste Scheurer-Kestner (1833-1899). Industriel. Journaliste. Homme politique. Député républicain du Haut-Rhin le 2 juillet 1871, il devient sénateur inamovible de la Seine en 1875. Vice-président du Sénat (1894).

[4] Ulrich Wille (1848-1925). Suisse. Général.

[5] Paul Deschanel (1856-1922). Homme politique. Député socialiste d’Eure-et-Loir (1885-1920). Président de la Chambre des députés (1898-1902, 1912-1920).

24 janvier 1916

24 janvier 1916

 

Dear old man,

 

Entrevue ce matin avec le président du Conseil au sujet de l’éternelle question de la censure. Je te fais grâce de la discussion sur l’affaire elle-même. Elle a présenté de la part de notre bureau les mêmes symptômes de désordre que nous rencontrons partout. Le brave Jules Roche [1] a été le même comme toujours, embrouillant tout, confondant tout, et animé d’un parti pris extraordinaire. Tu le connais du reste.

Briand nous a raconté des choses assez curieuses sur La Gazette des Ardennes [2], ce journal admirablement fait, écrit en français et qui reproduit chaque jour les articles de Clemenceau et d’Humbert, [3] qui a repris les thèmes de la presse française sur La Vie chère pour démontrer que nous sommes à bout de ressources. Ce journal fait grand mal dans tous les pays envahis. Il paraît qu’à certains endroits où les tranchées adverses sont rapprochées, les soldats allemands tendent le journal au bout de leurs baïonnettes. Il me paraît cependant dangereux de faire une campagne avec cela. Quelqu’un que tu supposes vient de me faire dire qu’il désirerait causer avec moi. Je m’imagine que le sujet de la conversation sera celui-ci.

Le bruit circule à la préfecture de police que les Allemands prépareraient un raid de gros avions sur Paris. L’escadrille serait en formation derrière Compiègne. Leur service d’espionnage les aurait renseignés là-dessus. Cela se peut, car il me semblerait bien étonnant que les Allemands ne cherchent pas à tenter encore un coup sur la capitale. Néanmoins, la préfecture de police est un admirable foyer de fausses nouvelles et il ne faut pas trop se fier à ses renseignements.

Plusieurs fois déjà je t’ai parlé des services de propagande. Cela n’a pas grand intérêt, mais, malgré tout, ces traits sont souvent indicatifs de la façon avec laquelle toutes les affaires sont menées. Voici entre autres l’histoire de Victor Margueritte [4].

Ce dernier était officier de l’active, par conséquent il aurait dû reprendre du service dès la déclaration de guerre. Il reprit en effet du service mais… dans la censure. Sa cravate de commandeur, gagnée bien ailleurs que sur les champs de bataille, se promenait dans des autos militaires avec deux soldats et la conduisait dans les restaurants de la Madeleine. Il y eut quelques venimeux articles de journaux sur ce petit scandale, Victor Margueritte se fit alors mettre à la tête d’un service de propagande. Il créa un petit bulletin destiné à être répandu chez les neutres et se fit octroyer pour cette création dix mille francs par mois. Il a en plus deux mille, ce qui lui fait une somme assez rondelette mensuelle. Son bulletin doit coûter, s’il est très mal administré, dans les deux ou trois mille francs. Et voilà comment la guerre ne nuit pas à certaines individualités.

Au revoir, mon vieux Pierre. J’ai très bien reçu ta lettre ce matin et je souhaite que les obus boches [5] continuent à ne pas être plus malfaisants.

Ton vieil

Et

[1] Jules Roche (1841-1923). Avocat. Journaliste. Homme politique. Directeur de La République française et chroniqueur au Figaro. Il est membre du Comité général des associations de la presse française et du Comité du Syndicat de la presse parisienne. Député Union républicaine de l’Ardèche (1898-1914).

[2] La Gazette des Ardennes est le journal des pays occupés paraissant quatre fois par semaine.

[3] Charles Humbert (1866-1927). Journaliste, directeur politique du Journal. Il est spécialiste des questions militaires à la Chambre.

[4] Victor Margueritte (1866-1942). Officier de cavalerie, il démissionne en 1896 pour se consacrer aux lettres. Écrivain. Journaliste. Il est collaborateur du Journal et chroniqueur au Figaro. Ses écrits sont fortement marqués par les préoccupations sociales : émancipation de la femme – il est l’auteur de La Garçonne, rapprochement de peuples, etc.

[5] L’origine du mot boche est le terme d’argot « allemoche » pour allemand. Allemoche s’est transformé en Alboche, dont la première syllabe est ensuite tombée. Boche est apparu pour la première fois en 1889, mais c’est pendant la Première Guerre mondiale que son utilisation s’est répandue.