Archives mensuelles : août 1915

24 août 1915

24 août 1915

 

Groussier1 dit ce matin que la Chambre ne votera pas le Comité secret.

De tous côtés, on dit que Millerand2 ne pourra tenir. Tout cela est la faute de Viviani3 dont la faiblesse est de plus en plus grande. N’avait-il pas autorisé deux capitaines parlementaires à inspecter leur secteur. Joffre4 s’est révolté.

François me dit qu’hier au soir un conseil de guerre s’est tenu à Chantilly avec le président, le maréchal French5, Millerand. On croit que c’est en vue d’une grande affaire ou plutôt de la grande affaire annoncée6.

Wilmotte7, le professeur de Liège qui nous a donné déjà quelques articles, est venu me demander de publier une série sur La Belgique de demain. Je crains qu’il ne soit pas d’accord avec son gouvernement. Il y a toujours danger à soulever trop tôt certaines questions, et je ne comprends pas très bien les projets de Wilmotte.

Inabilie8, le correspondant du Act Vaderland, m’entretient des difficultés hollandaises. Il désirerait que je publie sous sa signature, qui est celle d’un neutre, un éloge dithyrambique de Joffre qui a invité les journaux neutres à une revue passée par lui et à visiter le front.

Le comte Bégouen9, retour du Nord, nous fait part de l’état d’esprit qui règne dans la région. On est très monté contre le Parlement et on ne parle de rien moins que de déléguer quelques poilus pour aller le mettre à la raison. Si Millerand est changé, il y aurait un gros découragement, moins grand peut-être s’il était remplacé par Briand10.

J’ai reçu ce matin un grand nombre de lettres ; toutes font allusion à l’effet désastreux que produirait le départ du ministre de la Guerre11.

Nous avions démenti hier, d’après le gouvernement, le bruit qui avait couru du retour en Angleterre du paquebot posté à la vue des périscopes : manque complet de couvrir, retards des trains, etc. Le fait serait exact en partie. Un chaland a été coulé à l’entrée de la passe de Boulogne et non de Calais, et le bateau de Folkestone ne pouvant entrer, fit demi-tour. Le train de Boulogne n’est pas parti ce jour-là. On ignore si ce chaland ne s’est pas coulé lui-même, en tout cas il a mal calculé son coup car la prochaine marée mit l’épave à nu et on put dégager la passe.

Amusante anecdote : Nos poilus trouvèrent à l’ombre d’un sycomore dans un enclos, une tombe fraîche sur laquelle se trouvait planté un bâton avec la mention « Tin Rubbish »12 . Ils crurent à quelque héros tombé là et se mirent à honorer cette tombe. Déjà une légende se formait sur cette mort qui avait dû être le résultat d’un combat épique, jusqu’au jour où un interprète anglais voyant l’inscription demanda une pelle et mit au jour un dépôt de vieilles boîtes de conserves.

Je crois que L’Illustration a donné la photographie de cette tombe légendaire, croyant de bonne foi aux récits des poilus.

 

  1. Arthur Groussier (1863-1957). Homme politique. Député socialiste de la Seine (1893-1902 ; 1906-1924). Il est alors président du groupe des députés de la Seine (1915). []
  2. Alexandre Millerand (1859-1943). Avocat. Homme politique. Conseiller municipal de Paris, député radical socialiste de la Seine (1885-1920), directeur politique de la Petite République puis de la Lanterne. Ministre du Commerce (1899-1920). Ministre de la Guerre (1912-1913 ; 26 août 1914-29 octobre 1915). Le 20 août 1915, il prononce un discours à la Chambre en réponse aux attaques dont il est l’objet. []
  3. René Viviani (1862-1925). Homme de loi. Journaliste. Homme politique. Député républicain socialiste de la Seine (1893-1902 ; 1906). Président du Conseil (3 août 1914-28 octobre 1915). []
  4. Joseph Joffre (1852-1931). Franc-maçon. Chef d’état-major général de l’armée française (2 août 1914-26 décembre 1916). Nommé conseiller technique du gouvernement, il préfère donner sa démission et est remplacé par Nivelle. []
  5. John French (1852-1925). Anglais. Maréchal. Commandant en chef du corps expéditionnaire de Grande-Bretagne. []
  6. Il s’agit de la subordination du commandement britannique au commandement français. []
  7. Maurice Wilmotte (1861-1942). Belge. Professeur de littérature à Liège, il est collaborateur du Journal des Débats. Président de l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique. Il est francophile et anglophobe. Au début de la guerre, il se réfugie en France et devient professeur à Bordeaux puis donne des cours à la Sorbonne. []
  8. Non identifié. []
  9. Henri Bégouen (1863-1956). Journaliste. Collaborateur du Journal des Débats. Explorateur. Avec ses trois fils, il fait de nombreuses expéditions souterraines dans les grottes de l’Ariège dont les découvertes vont bouleverser le monde scientifique. []
  10. Aristide Briand (1862-1932). Homme politique. Député républicain socialiste de la Loire. Ministre de la Justice (16 août 1914-13 octobre 1915). []
  11. Le ministre de la Guerre est alors Alexandre Millerand. []
  12. En anglais : « ordures de boîtes de conserves ». []