Archives mensuelles : juillet 1915

2 juillet 1915

2 juillet 1915

 

Reçu ta lettre, mon vieux Pierre, je vois que tu prends l’échec avec philosophie1, mais c’est égal, je crois que, pour la prochaine fois, il faudra que tu me dises quels seront les différents échelons pour les consolider si possible. Le même homme qui m’a écrit peut faire du bon travail un peu partout et il est possible que nous ayons des amis parmi ceux qui sont chargés de la répartition.

Les nouvelles les plus exagérées continuent à circuler. On me téléphonait hier à 10h ½ pour me demander confirmation de la percée par les Anglais sur trente kilomètres. On me téléphonait de l’Union2, et comme je disais que si l’on m’avait parlé de succès, à aucun moment le mot de percée n’avait été prononcé. Ce matin, un des informateurs avait recueilli dans les abords du ministère de la Guerre que nous étions à Saint-Quentin. J’ai trouvé le bond vraiment par trop rapide. Quand on songe que ces bruits sont colportés dans les milieux relativement élevés, on se demande ce qu’ils deviennent lorsqu’ils arrivent au populaire. Tu te rappelles l’histoire de l’agent 200 qui a eu trois cents enfants.

Tout ce que l’on a fait est cependant très beau et nous encourage à l’espoir, mais il faut que cela dure. Joseph Reinach3 sort ce matin les obus asphyxiants4. Je t’avais parlé en son temps de cette découverte née chez nous mais qui donna des déboires et qui fut passée aux Anglais pour l’application. Il paraît que c’est très redoutable car autour de cet engin tout est condamné à mort. Le fait qu’on ait permis à Polybe5 d’en parler semble dire que les résultats ont été appréciables. Un de mes collaborateurs, qui était allé hier pour visiter avant la lettre l’exposition du Val-de-Grâce a vu le fameux gaz dont un des médecins chimistes lui a montré une bouteille remplie. Il m’a dit un nom que je n’écris pas6.

J’ai reçu une correspondance d’un attaché à une de nos préfectures7 dans laquelle il me fait part de recommandations qui auraient été faites dans plusieurs de nos grandes villes par le gouvernement. Ce dernier aurait eu vent d’un grand projet allemand consistant en l’envoi d’une puissante escadre de Zeppelins8 et d’avions qui opérerait une immense randonnée sur Le Creusot, Lyon, Saint-Étienne, Orléans, toutes les villes somme toute dans lesquelles ou près desquelles il y aurait des centres d’approvisionnements de munitions ou de fabriques de canons.

Vois-tu la possibilité d’une pareille expédition, je ne me l’imagine pas très bien. Il me semble que cette armada aérienne aurait bien du mal à ne pas se disloquer. Toujours est-il qu’on a prescrit des précautions.

On enlève ce soir la fin de l’article de Gauvain9, il était cependant très sage mais très énergique. Ces messieurs estiment que la Grèce ayant accordé quelque chose, ce n’est pas le moment de réclamer. C’est enfantin, car elle cherche, en ayant l’air de céder, à nous créer une situation impossible, et si nous nous laissons prendre au piège il sera trop tard. Il ne faut pas oublier qu’on a appliqué un ou deux mois plus tard les mesures que nous réclamions et que l’on cherchait à nous empêcher de formuler.

J’ai lu la plus grande partie du Fels10. Le titre est stupide en ce moment où nous nous efforçons à prouver que nous luttons contre l’impérialisme. Il est vrai qu’il cherche à expliquer ce mot au point de vue français. Il y a là-dedans une masse de lieux communs qu’il appelle des démonstrations, et la partie personnelle est plutôt médiocre. Nous en dirons tout de même du bien, cela ne changera rien aux événements. Un des censeurs qui a eu à s’occuper de ce chef-d’œuvre m’a dit aujourd’hui : Vous ne pouvez pas vous douter de sa joie lorsqu’il a vu la censure lui enlever les quelques lignes qu’elle a supprimées. Il y a vu la reconnaissance éclatante de la profondeur de sa pensée.

À toi

Et

 

  1. Il s’agit probablement d’une demande de Légion d’honneur qui n’a pas abouti. Pierre Lebaudy deviendra chevalier le 29 décembre 1916. []
  2. Nalèche est membre, depuis le 14 avril 1917, du Cercle de l’Union fondé en 1828 à l’instigation du prince de Talleyrand pour regrouper à Paris une élite française et étrangère. Son siège est 11, boulevard de la Madeleine depuis 1856 et Nalèche s’y rend souvent en fin d’après-midi. Cf. lettres des 15 octobre 1915, 12 juin 1916, 7 mai 1917, 12 mai 1917, 24 mai 1917, 31 mai 1917, 16-17 juin 1917, 20 juin 1917, 10 juillet 1917, 16 novembre 1917, 23 novembre 1917, 16 décembre 1917, 2 janvier 1918, 12 janvier 1918, 18 janvier 1918, 30 janvier 1918, 10 février 1918, 1er mars 1918, 6-7 mars 1918, 13-14 mars 1918, 21 mars 1918, 25 mars 1918, 26 mai 1918, 9 juillet 1918, 13 juillet 1918, 28 juillet 1918, 30 juillet 1918, 27 décembre 1918, 7 février 1919, 12-13-14 février 1919, 28 février 1919, 17 mars 1919, 18 avril 1919, 9-10 mai 1919. []
  3. Joseph Reinach (1856-1921). Dit Polybe. Journaliste. Ancien chef de cabinet de Gambetta. Rédacteur en chef de la République française, où il succède à Léon Gambetta. Chroniqueur au Figaro. []
  4. Il s’agit probablement de l’ypérite. La première attaque au gaz toxique asphyxiant au chlore a lieu le 22 avril 1915 près d’Ypres. Elle a été conçue par Fritz Haber, spécialiste allemand de chimie organique. []
  5. Polybe est le pseudonyme de Joseph Reinach. []
  6. Il s’agit peut-être de Fritz Haber. []
  7. Il s’agit d’Édouard Lacroix. []
  8. Le zeppelin est un ballon dirigeable rigide inventé vers 1905 par le comte von Zeppelin, ingénieur allemand. Le premier bombardement de zeppelins a lieu à Anvers le 28 août 1914, détruisant des maisons et tuant plusieurs personnes. À Paris, la première attaque se produit durant la nuit du 20 au 21 mars 1915. Mais les Parisiens ne les prennent pas encore au sérieux. []
  9. Auguste Gauvain (1861-1931). Journaliste. Directeur de la politique étrangère au Journal des Débats (1908-1926). Nalèche tient compte de son avis. Ses chroniques de la guerre sont rassemblées en un volume. []
  10. Edmond Frisch de Fels (1858-1951). Il épouse Jeanne Lebaudy, fille de Jules Lebaudy, en 1888. Il est l’auteur de L’Impérialisme français, Berger-Levrault, 85 p. []