Archives mensuelles : septembre 1914

27 septembre 1914

27 septembre 1914

Bordeaux. 23, quai des Chartrons

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai été bien longtemps sans t’écrire et pour plusieurs motifs dont le premier était que je ne savais où t’adresser mes lettres, et d’autre part les événements se sont précipités pour moi puisqu’il a fallu partir pour Bordeaux1 dans la crainte de voir notre publication2 interrompue et, d’autre part, le gouvernement quittant la capitale, il était nécessaire de faire quelque chose au siège nouveau.

Je t’avoue que, m’en allant, je ne pouvais me résoudre à laisser Marguerite3 seule dans sa maison, d’autant que sa sœur4 s’en allait et qu’elle serait restée là, sans appui d’aucune sorte. J’ai fait ce que j’ai pu pour la décider, et les instances de Chaumeix5 ont fini par la faire céder. Que veux-tu ? Jusqu’ici cela n’a pas mal tourné, mais le 2 septembre l’entrée de l’ennemi semblait imminente.

Nous nous sommes retrouvés en auto sur la route de Tours et je t’avoue que cela a été un bien grand soulagement pour moi.

Ta lettre me confirme l’horreur de ces champs de bataille6, et le carnage continue avec la plus grande violence. J’étais bien anxieux de toi, et des lettres de Bayonne accusaient une inquiétude que le retard de toute correspondance justifiait. J’ai répondu que moi-même n’avais absolument rien et, sur ces entrefaites, dépêches et lettres sont arrivées, ce que gentiment on m’a tout de suite annoncé, et j’ai éprouvé bien de la joie lorsque enfin j’ai eu ton souvenir.

Où en es-tu maintenant ? Nous ne le saurons que quand tu en seras parti. Je souhaite que tu ne soies pas trop exposé, l’affection le souhaite mais on n’ose pas trop le dire en ce moment de lutte suprême. On nous dit les nouvelles un peu meilleures, bien que du côté de Saint-Mihiel les Allemands aient pu franchir la Meuse7. On résiste énergiquement et il faut espérer que nous en viendrons à bout. Mais quelle terrible épreuve et dans quel état en sortira notre pauvre pays.

Je te raconterai plus tard notre séjour à Bordeaux. Les lettres qui partent sont soumises à la censure et je ne te donnerai aucun détail sauf qu’on se sent très loin de la guerre. On intrigue, on papote, et chacun cherche à tirer la couverture de son côté et à exploiter les victoires, s’il y en a, à son profit. J’ai vu bien des choses répugnantes depuis un mois je t’avoue, mais tout cela se dira un jour.

Tes vues sont bien justes. Il y a quelque chose de changé et les hommes qui sont à la tête le savent bien. Il y aura deux millions d’hommes qui redeviendront des électeurs, peut-être auront-ils profité de la dure leçon des événements. C’est contre cela que l’on travaille en ce moment.

Allons, au revoir, mon vieux Pierre. En pensant à toi je suis presque honteux que mon devoir soit si peu glorieux, mais je tâche de le faire de mon mieux. J’aimerais cent fois mieux être auprès de toi, j’y suis souvent par la pensée, et bien fraternellement je t’embrasse.

Étienne

 

 

 

27 septembre 1914

 

Maurice Toutain8 me donne ton adresse que tu avais oublié d’indiquer.

  1. Bordeaux est le siège du nouveau gouvernement. []
  2. Le Journal des Débats. []
  3. Mme Pierre Lebaudy (1871-1962). Née Marguerite Luzarche d’Azay. []
  4. Marthe Luzarche d’Azay (1876-1951). Sœur de Mme Pierre Lebaudy. Elle épouse Georges Hersent. []
  5. André Chaumeix (1874-1955). Agrégé de l’université. En 1901, à la demande d’Étienne de Nalèche, il devient éditorialiste au Journal des Débats auprès de Jules Dietz et de Francis Charmes. Il y est chargé de la politique intérieure puis de la politique générale et de la politique extérieure jusqu’en 1940. En 1905, il est rédacteur en chef du Journal des Débats. Nalèche le surnomme généralement dans sa correspondance « Alter ego ». []
  6. Pierre Lebaudy (1865-1929) s’est engagé et se trouve dans un état-major depuis le 1er septembre 1914. []
  7. Les Allemands prennent Vauquois et Saint-Mihiel le 24 septembre 1914 et ils prennent pied à Chauvoncourt sur la rive droite de la Meuse. []
  8. Maurice Toutain (1872-1953). []