Archives de catégorie : Billets

14 janvier 1918

14 janvier 1918

 

Je ne me doutais pas, mon vieux Pierre, pendant que je t’écrivais hier, que les événements que nous prévoyions avec encore un peu de scepticisme allaient se dérouler aussi vite [1]. Apprendrons-nous demain que Mme Caillaux sera allée méditer de nouveau dans son ancienne pistole sur les dangers que porte la conquête de la célébrité ? Quand elle était l’obscure petite Mme Claretie encombrant tous les antichambres pour pousser son mari [2], elle se desséchait de sa vie bourgeoise et a tout fait pour parvenir. Elle y est arrivée. La presse du monde entier s’occupe d’elle. Laissons les époux Caillaux à leurs démêlés avec la justice de leur pays et passons à un autre exercice.

Je me demande si les partisans ne vont pas se remuer et tenter quelque chose. Jusqu’à quel point ne sent-on pas la main de tout ce monde dans les affaires de farine qui ont été assez graves bien qu’on ait fait le silence.

J’ai reçu ce matin la visite d’un garçon fort intelligent [3], très sérieux et consciencieux, qui appartient à la Sûreté générale et qui revient de Suisse. Je le connais depuis longtemps, aussi il cause volontiers avec moi. Sa conversation m’a laissé rêveur. Il ne m’a du reste pas du tout parlé de l’affaire Caillaux qui n’a été son rayon que par son côté suisse. Il avait prévenu depuis longtemps M. [4] qui de droit de ce qu’il avait vu. Il est néanmoins inquiet de certaines menées allemandes et redoute que les ennemis essaient de nouveau ce qu’ils ont été sur le point de réussir au printemps et plus récemment à Saint-Étienne. Ils croient qu’autour du renchérissement de toutes choses il y a de terribles intrigues et qu’un beau matin nous pourrions assister à quelque explosion de colères. Il me dit que si, dès le début, on avait compris ce qu’était la Suisse et qu’on y eût organisé des postes d’observation sérieux, on eût épargné beaucoup d’argent et de vies humaines. Tout, m’a-t-il dit, tout se fabrique en Suisse. Malheureusement cela n’a pas été compris, et lorsqu’on a voulu faire quelque chose, l’Intérieur, les Affaires étrangères et la Guerre se tiraient dans les jambes, et toute mesure qui demandait rapidité et discrétion devait, avant d’être exécutable, passer par une série de bureaux qui, par leur lenteur, en annihilaient tous les effets. On envoyait pour le contre-espionnage des officiers dont quelques-uns étaient de très grande valeur ; mais, pour un métier comme celui-là, il y a tout un apprentissage à faire, il leur manquait les premiers éléments et leur rôle s’en trouvait parfois inutilisé. Ajoutez à cela qu’il n’y avait aucun accord entre eux et l’Intérieur et que, brochant sur le tout, les diplomates voulaient tirer la couverture à eux. Il en est résulté qu’on n’a rien vu et, qu’à l’heure actuelle, on continue à ne pas voir grand-chose. Nous essayons en ce moment de faire comprendre cela à M. Clemenceau. Ce serait cependant bien important d’avoir une organisation, sinon aussi bonne que celle des Allemands, du moins capable de lutter avec efficacité.

Mon homme me parle de l’offensive sur laquelle il n’a rien de certain, mais il a entendu beaucoup de gens dire qu’elle n’aurait peut-être pas lieu. Mais, ce qu’il croit savoir de façon à peu près certaine, c’est que la situation économique est horriblement mauvaise et que la situation politique est loin d’être excellente. Cela m’a intéressé dans sa bouche, car ses renseignements, jusqu’ici, lui avaient donné beaucoup de scepticisme et il n’avait jamais cru à une Allemagne entrant en effervescence. Il affirme aujourd’hui que les idées de rébellion et d’indiscipline ont commencé à pénétrer. Évidemment il faudrait baucoup de temps pour que l’Allemagne se soulève, mais la constatation de ces nouveaux ferments et la crainte de les voir se développer sont de nature à modifier l’état d’esprit des dirigeants.

C’est moi qui ai appris aujourd’hui à Guist’hau, l’ancien ministre, l’arrestation de Caillaux. Il en a paru très satisfait. Eh bien, maintenant, m’a-t-il dit, on va pouvoir causer. Tu sais que Guist’hau est le grand ami de Briand. J’apprends également la nouvelle à l’ancien chef de cabinet d’Augagneur. Il est resté tout à fait abasourdi et semble se demander comment pareille chose a pu se faire. En dehors de cela, dans le public, chacun paraît enchanté et paraît s’écrier : Enfin !

Les milieux politiques, eux, sont moins contents. Ne te paraît-il pas qu’ils se sentent tous un peu menacés et qu’ils ont perdu leur belle confiance en leur inviolabilité parlementaire ? Contrairement à ce que t’a dit ton ami Deschamps, si Caillaux eût été un simple citoyen, il est plus que probable que ses lettres et la preuve de ses compromissions avec Bolo et Almereyda lui auraient assuré depuis longtemps un logement à la Santé, tandis que son rang de député ancien ministre l’aurait fait complètement innocenter si la preuve n’était pas fournie de la trahison véritable.

À toi.

Et

[1] Joseph Caillaux, ancien président du Conseil, est arrêté dans le cadre de l’affaire du journal Le Bonnet rouge.

[2] Léo Claretie.

[3] Non identifié.

[4] Non identifié.

5 août 1916

5 août 1916

 

Je t’avais parlé naguère, mon cher Pierre, du succès obtenu en Espagne par la mission Baudrillart, Lamy, La Tour, etc., la tournée académique. Le succès avait été réel et capable de laisser une trace durable. Le malheur est que ces braves gens sont en train de ruiner eux-mêmes toute leur œuvre. Ils sont revenus tellement grisés par leur voyage, qu’en bons Français naïfs ils ont découvert l’Espagne et veulent rester ceux qui l’ont découverte. En quelques jours ils sont arrivés à connaître les mœurs, les tendances et les idées de ce pays. Personne autre qu’eux n’a vu l’Espagne et ne se doute de ce qu’il y a à faire pour gagner ses sympathies. Ils font si bien qu’ils sont en train de se mettre à dos tout le monde. Le bon, l’excellent Lamy fait des articles qui sont remplis de gaffes. Baudrillart, La Tour s’agitent et se démènent tant et si bien qu’on commence ici à être très embêté, l’Espagne n’étant cependant pas le centre du monde. Le roi est leur cousin, ils connaissent ses moindres pensées et ses plus petites intentions et chacun d’eux est un ambassadeur plein de projets, de négociations et de sujets diplomatiques. Je ne sais pas si ce n’est pas à l’un d’eux que le roi aurait servi cette phrase qui court les salons en ce moment et qui m’est répétée de tous les côtés par une foule de gens qui tous le tiennent quasi directement de Sa Majesté : « Si la France connaissait l’état intérieur de l’Allemagne, elle illuminerait. »

J’ai eu ce matin une conversation avec Bidou, retour du front britannique. Il est satisfait de ce qu’il a vu mais semble pénétré de la gaucherie de nos Alliés. Ce sont des gens qui savent peu et, surtout, n’ont pas la souplesse voulue pour se retourner lorsque quelque chose survient qui n’a pas été prévu. Une impression que je te donne et qui est curieuse, c’est qu’il les a trouvés assez démoralisés par l’énorme besogne qu’ils ont à accomplir. Je viens de me servir d’un mot qui n’est pas tout à fait ce que je veux dire, mais tu me comprendras tout de même. Leur échec les a impressionnés. Ils y ont vu bien plus la formidable résistance de l’ennemi que les fautes commises par eux-mêmes dans la préparation. Ils ont besoin d’être encouragés et qu’on leur persuade que si c’est difficile d’avancer ce n’est pas impossible. Quant au matériel, Bidou me dit que c’est absolument extraordinaire. Il aurait beaucoup voulu visiter les camps d’instruction mais la chose ne s’est pas arrangée et se fera dans un prochain voyage. L’ignorance des officiers est très grande. Celui qui les conduisait ignorait tout, aussi bien des positions que des formations.

Ils ont perdu beaucoup de monde, mais Bidou a vu les divisions qui avaient trinqué à l’offensive et il a trouvé ce qui en restait en bon état et pas trop diminué.

Il s’est passé chez moi, à Bourganeuf, des scènes très regrettables. Il y a vraiment des régions et des commandants de région au-dessous de tout. On avait mis dans cette sous-préfecture un ancien adjudant devenu capitaine et qui devenait commandant de place. Plat comme punaise devant l’autorité, il devenait absolument intolérable dans l’exercice de ses fonctions. Plusieurs fois, le sous-préfet lui avait dit de se méfier, qu’il lui arriverait quelque chose. – Mais savez-vous, M. le sous-préfet, que je suis le maître ici. – Évidemment, évidemment, mais méfiez-vous tout de même.

Il ne s’est pas méfié, et un jour qu’un permissionnaire reprenait le train accompagné de toute sa famille, mon capitaine se met à l’engueul… pour ne l’avoir pas salué. Il veut lui faire faire demi-tour et le conduire en prison. Le soldat se défend et dit : Puisque de toute façon je vais à la mort, autant y aller tout de suite. Et il résiste. Les femmes pleurent, supplient le capitaine qui n’écoute rien et fait emmener l’homme.

Le capitaine ne savait pas ce que c’était que les Creusoises. De la supplication elles ont passé à la violence, l’ont empoigné, lui ont tenu les bras et lui ont flanqué une bonne rossée.

Le sous-préfet a fini par arranger la chose et prévient le général Cromby [1] commandant la région qu’il y a eu un incident mais qu’il n’y a pas à lui donner suite, que tout est calme mais qu’il vaudrait mieux changer le capitaine.

Cromby téléphone à la Guerre, qui téléphone à l’Intérieur, qui téléphone au préfet, qui téléphone au sous-préfet. Ce dernier dit : Mais il n’y a plus rien, c’est une affaire enterrée, surtout qu’on ne bouge plus. Ah ben, oui ! Le préfet téléphone, etc., etc., etc. Cromby vient lui-même faire une enquête. Celle-ci tourne mal et, devant le général lui-même qui reste impassible, les femmes re-flanquent une tournée au capitaine.

On l’a changé mais on l’a fait partir, non par le train, mais par une automobile qui l’a conduit dans une autre ville. Ce capitaine, auquel on livrait ainsi une population, était, je crois, un peu pochard et incapable.

Au revoir, old chap.

Et

 

[1] Non identifié.

3 août 1916

3 août 1916

 

Mon cher Pierre,

 

En ouvrant Le Figaro ce matin, j’ai eu le plaisir d’y lire la nomination de Roger comme officier de la Légion d’honneur. Un homme comme lui ne pouvait évidemment pas, comme le vulgum pecus, commencer par une simple chevalerie. La coquille est drôle mais je suis très content pour lui de cette distinction. Je n’ai pas son adresse pour le féliciter. Il me semble néanmoins que… enfin, tant mieux.

J’ai eu ce matin une longue conversation avec deux Grecs. L’un était Triantaphyllidès, l’autre un ancien député qui va le redevenir et qui est un des lieutenants de Venizélos. Ce dernier l’avait chargé de venir me voir et de me remercier, et Triantaphyllidès l’a accompagné. Tout va bien en Grèce pour l’Entente. La démobilisation est complète et tous les électeurs sont soustraits maintenant à la pression de l’État-Major. Pour ces messieurs, le succès de l’Entente aux élections est assuré. Zaïmis [1] se retirera de suite sans attendre la réunion de la Chambre estimant que son rôle sera terminé avec des élections faites dans la liberté la plus complète. Venizélos prendra le pouvoir et, de suite, l’armée entrera en ligne pour garder la frontière macédonienne.

Ces messieurs déploraient que la fermeté employée seulement ces derniers temps ne l’ait pas été six mois plus tôt, mais, disent-ils, à la décharge de la diplomatie française, c’est en Angleterre que l’on a trouvé le plus de résistance à contraindre le roi. À Londres, il y a encore des bulgarophiles, des gens qui croient encore que la Bulgarie serait très facilement avec nous. Cette illusion a déjà coûté cher et peut encore être très onéreuse si on la nourrit. Croirais-tu qu’en ce moment il y a un Bulgare qui a obtenu ses permis de séjour à Londres et à Paris et qui fait constamment la navette entre les deux capitales. Il s’appelle Yankof [2]. Il fut, je crois, ministre de Bulgarie à Vienne. Il va partout, répétant qu’il est inutile de contraindre le peuple bulgare qui est avec l’Entente et qu’un jour très prochain, Ferdinand [3] devant être zigouillé, le peuple se jettera dans nos bras. En attendant, on ne zigouille pas Ferdinand qui gagne du temps. Je vais signaler à Gauvain la présence de cet intrigant, il ne doit pas la connaître.

J’ai demandé à ces messieurs ce qu’ils pensaient d’une campagne faite maintenant par les Alliés et si l’on ne devrait pas se décider à se mettre en mouvement. Ils m’ont répondu qu’il leur paraissait difficile de faire quelque chose avant septembre. La chaleur est étouffante et tout à fait exceptionnelle cette année. Il y aurait pas mal de malades dans l’armée. Le renseignement est exact et nous a été confirmé par Melle de Lareinty Tholozan [4] qui était infirmière à Salonique après le Maroc. Je me méfie toujours des bruits sur la chaleur et l’état sanitaire car, si tu te rappelles ce que je t’écrivais déjà au mois d’août, Sarrail faisait valoir ces raisons d’inaction.

D’autre part, la division italienne n’est pas arrivée. Du reste, mes Hellènes disent ne pas trop se soucier de la voir venir. Ils craignent que sa présence n’apporte un peu de trouble. Ils la jugeraient beaucoup plus importante à Valona.

Les Anglais ont amené du monde mais leur équipement, paraît-il, n’est pas complet. Ils n’ont pas assez d’artillerie de montagne et un tiers seulement de l’armée aurait ce qu’il lui faudrait.

L’armée grecque, elle, aurait pour trois mois d’approvisionnement. Il faudrait donc leur créer des réserves.

Voilà à peu près ce que j’ai tiré de MM. Triantaphyllidès et Anastaki [5].

La censure vient de nous interdire de parler des courses de Saint-Sébastien. On n’a pas tort. La raison en est que l’on vient de procéder, dans le quartier de la place d’Anvers, à deux cent dix-sept arrestations d’individus pratiquant un jeu clandestin et ne payant aucun loyer mais bénéficiant de l’allocation.

Peu réjouissant ce que tu me dis sur les stocks de marchandises existant dans les docks. Je suis, malgré tout, un peu étonné du renvoi de la vieille fourniture par les concurrents. J’ai su qu’ils en avaient expédié pour la consommation familiale, mais pas dans cette proportion.

Au revoir, mon cher Pierre.

Et

[1] Alexandre Zaïmis (1855-1936). Grec. Homme politique. Premier ministre en 1915 pendant quelque temps et en 1916 pendant quelques mois.

[2] Non identifié.

[3] Ferdinand (1861-1948), prince de Saxe-Cobourg-Gotha. Prince (1887-1908) puis roi de Bulgarie (1908-1918). A l’issue de la première guerre balkanique en 1912, il attaque les Serbes et les Grecs en 1913 et est défait. Il s’allie aux empires centraux en 1915 et abdique en 1918.

[4] Aliette de Lareinty de Tholozan (1892-1954). Avocate. Croix de guerre, chevalier de la Légion d’honneur.

[5] Non identifié.

5 juin 1916

5 juin 1916

 

Un mot de ta lettre m’inquiète, mon cher Pierre, surtout si ce mot te fut inspiré par les renseignements nouveaux dont tu me parles, c’est résignation. Est-ce résignation pour envisager les résultats amenés par l’enchaînement, ou résignation pour les difficultés momentanées ?

On est ici certainement moins optimiste qu’au jour où tu y es venu, mais les sentiments vont et viennent. Le populaire a accepté assez bien la bataille navale. On avait tant dit que les Allemands ne risqueraient leur flotte qu’à la dernière extrémité, qu’ils voient celle-ci arrivée par le fait de cet engagement. Beaucoup d’esprits pondérés ne voient pas sans inquiétude le terrible acharnement ennemi contre Verdun. D’une lettre reçue ce matin du front d’Alsace, je vois que cette préoccupation est à l’ordre du jour. Naturellement, il nous arrive les renseignements les plus contradictoires, on fait tomber de la bouche de Pétain les pronostics les plus contraires. On me dit d’un certain côté que quelques jours de patience et d’énergique résistance encore et l’on verra des choses intéressantes. Mais ? ?

D’autre part, on me dit que Sarrail avait demandé d’être relevé de son commandement. Est-ce à la suite de cette menace qu’il aurait reçu pleins pouvoirs, ainsi que je te le disais, mais je crois bien que si rien ne manquait à Leboeuf, à celui-là il manquera toujours un bouton de guêtre.

À propos de la Grèce, je me demande si mon eng… avec la censure n’aura pas porté car, hier, notre article, qui répétait à peu de chose près l’article de la veille, a passé sans la moindre coupure.

Je reçois d’un abonné une lettre indignée dont je te copie quelques lignes :

  1. – N’est-il pas scandaleux que jeudi, le jour des obsèques du général Gallieni, un de ces messieurs très en vue aux Affaires étrangères(service de presse), M. Philippe Berthelot, ait une réception chez lui où on semblait se soucier fort peu des obsèques nationales et des difficultés diplomatiques en Grèce, et de la France en général. Par hazard, j’ai vu de loin cette manifestation du je-m’en-fichisme de ceux qui se servent du pays comme d’un tremplin. Je ne connais point ce monsieur, il ne m’intéresse point, mais il appartient à l’opinion publique. À la place où il est, il a le devoir de la respecter. Je sais que les Débats ne font heureusement point de campagne personnelle, mais par l’influence qu’a votre journal et sa réputation de probité et de tenue littéraire, n’est-il pas possible qu’il mette un terme à l’odieux arrivisme et au mépris de la chose publique de quelques-uns ?

Et la lettre est signée. Elle est donc sérieuse. Or Philippe Berthelot, qui n’est ainsi désigné que par ses initiales, habite boulevard Montparnasse où il jouit d’un jardin qu’il a, je crois, garni de statues [1]. Notre abonné a dû sans doute assister à la réunion par quelque fenêtre. Si l’on pense au genre de relations de monsieur et de madame, dont quelques échantillons sont dans les bureaux que tu sais, le ton qui devait régner dans la réunion faisait sans doute preuve d’un certain laisser-aller.

On me disait ce matin que Arkhangel n’est pas encore débloqué et que c’est une des causes de l’inaction actuelle. À propos des Russes, as-tu su qu’il y avait eu des scènes plutôt pénibles à Mailly ? Nos bons Alliés ont reçu là leur solde de trois mois. On s’imagine alors la belle beuverie que cela a été pour les hommes de tous grades. Les officiers surexcités auraient voulu traiter les hommes selon les méthodes nationales, mais le caractère avait changé avec le climat et les soldats se sont regimbé contre les coups. On prétend que l’expérience ne serait pas poussée plus avant. D’ici à quelques jours du reste, les Russes de Mailly vont être envoyés sur le front. Dans le milieu de l’ambassade, on affirme que les transports de troupes vont continuer jusqu’à un chiffre relativement assez élevé.

Je te la brise, mon vieux.

Et

 

[1] Philippe Berthelot habite en effet 126, boulevard du Montparnasse, Paris, VIe.

8 mai 1916

8 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Nous avons eu aujourd’hui des nouvelles d’Allemagne très fraîches : elles datent de six jours. Un parent de Rodocanachi qui habite Bucarest a traversé tout le pays. Il a d’abord voulu gagner la Suisse par la frontière d’Autriche. Mais arrivé là, on lui fit rebrousser chemin, la frontière austro suisse était complètement fermée. Il revint à Vienne, et là on lui donna le conseil de passer par Berlin et Francfort. Ce qu’il fit et il ne trouva aucune difficulté à passer.

La première constatation qu’il ait faite, c’est une gêne évidente pour la nourriture. Dans les plus grands hôtels le pain est rationné, et pour le petit déjeuner chaque voyageur ne reçoit que deux toasts.

Les conversations que notre homme a eues avec les Allemands, financiers, hommes d’affaires, etc., indiquent une très grande dépression et de grosses craintes d’avenir. Le mot catastrophe a été prononcé. Seuls les militaires restent très arrogants et affectent d’être certains du triomphe de l’Allemagne.

Dans Berlin on ne voit pas de blessés, évidemment on les cache. Mais ce qui a le plus étonné le parent de Rodocanachi c’est, dans toutes les villes allemandes, le manque d’hommes presque absolu. Il constate avec surprise la différence qui existe à ce point de vue-là entre la France et l’Allemagne.

D’autre part, mon collaborateur financier me racontait qu’un Suédois, désireux de se rendre compte de ce qui se passait dans le pays de Guillaume IIs’était mis en route muni de tous les passeports les plus authentiques. Arrivé dans la gare d’une certaine ville, on lui demanda ses papiers et s’il avait une raison pour venir. Il répondit, mais oui, je viens pour mes affaires et, sortant son carnet, il montra les noms des personnes à qui il avait affaire.

Fort bien, lui fut-il dit, nous allons aller chercher ces personnes et vous pourrez causer avec elles dans la gare.

Il reprit le train sans avoir pu pénétrer dans la ville.

En rapprochant tout cela du fait que les Allemands ne se sont décidés à parler dans leurs journaux des événements survenus que trois jours après, il semble bien que tout ne marche pas là-bas supérieurement. Sans se laisser emballer par ces menus symptômes d’affaissement, il faut cependant les observer.

François de Wendel est allé faire un tour intéressant sur le front avec Marin[1]. Ses impressions ne sont pas trop mauvaises sans être excellentes. Il a constaté que certains secteurs ne semblaient pas avoir été merveilleusement préparés. Je n’ai pu causer avec lui que quelques minutes mais je dîne sans doute, si je puis me libérer, avec lui après-demain et il me fera sûrement le récit de ses observations.

Notre directeur de Jaffa sort de mon bureau. L’annonce que je t’avais donnée lui venait de Rey[2], le directeur de la Régie des chemins de fer. Pavie me disait, à propos de ce débarquement, qu’il ne comprenait pas l’inertie de nos Alliés qui ont laissé pousser le chemin de fer jusqu’à soixante-dix kilomètres du canal sans inquiéter les travailleurs. Depuis Jaffa, le chemin de fer court le long du rivage à dix-sept ou dix-huit kilomètres. Ce n’eût été rien que de le gêner et de le couper.

Au revoir, old man. Ton vieil

Et

 

[1] Louis Marin (1871-1960). Avocat. Professeur d’ethnographie au Collège des sciences sociales. Philosophe. Homme politique. Président de la Fédération républicaine (1925-1940). Député républicain de la Meurthe-et-Moselle (1905-1940 ; 1945-1951). Membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

[2] Rey (18-1919). Directeur de la Régie des chemins de fer. Il meurt le 16 janvier 1919 dans le naufrage du paquebot la Chaouïa qui touche une mine dans le détroit de Messine.

2 octobre 1915

2 octobre 1915

 

Mon cher Pierre,

Depuis quelques jours je ne t’ai pas écrit, et pour la raison que tu comprendras facilement. Je n’avais pas eu une seule ligne de toi et je ne savais si je devais attribuer ce silence absolu à tes lettres retardées ou aux miennes qui n’arrivaient pas. J’ai donc stoppé la correspondance, et je reçois ce matin tes lettres du 24 et du 26 me disant que je puis écrire ce que je veux sans danger d’aucune sorte. Je vais donc reprendre mes petites communications et je n’interromprai plus quoiqu’il arrive, sauf avis de ta part, que cela t’intéresse ou t’embête. Je sais bien qu’en ce moment, et comme tu le dis si bien, on ne peut avoir d’autre objectif que la colline en face gardée par la tranchée blanche.

Je t’envie d’être là au milieu du règlement des opérations. Malgré tout, je ne puis m’empêcher de penser à la rafale qui siffle au-dessus de vos têtes… Enfin, laissons-là mes sentiments, ma bien vieille affection pour toi de plus en plus profonde depuis que tu vis dans le danger, et ne pensons qu’à ces sensations que tu n’expliques pas mais si naturelles et au but que nous approchons de plus en plus, du moins je l’espère. Nous avons eu un gros succès sans précédent depuis la Marne : cent quarante-huit canons et cent dix mille hommes, c’est quelque chose. Cela permet tous les espoirs malgré les pessimistes.

J’aurais un certain nombre de petites choses à te raconter, mais elles sont déjà over. Cependant, hier, j’ai appris un certain nombre de choses curieuses. Nous avions pris l’habitude de compter sur la reine Marie de Roumanie [1], anglaise et russe par deux côtés. Il paraît qu’il faut déchanter, car cette charmante femme que j’ai connue il y a quelques années à Bucarest n’est plus depuis longtemps un modèle de vertu. Il semblerait que sa dernière passion serait le prince Stirbey [2], lequel est complètement dans les mains des germanophiles. C’est très malheureux pour nous car tu sais quelle influence elle a sur le roi [3] qui est un bon idiot, et le prince n’a pas besoin d’être encouragé à se diriger vers l’Allemagne. Nous devons ainsi perdre ce que les Alliés avaient de meilleur en Roumanie.

Un vieux monsieur qui est français mais habite Florence depuis quarante ans, Armand Brun [4] que tu as peut-être vu (qui n’est pas du tout le Brun de Mme Brun), connaît admirablement son Italie. Il disait ces jours-ci : Nous avons eu une chance énorme que l’Italie n’ait pas été prête au début de la guerre, car certainement elle aurait mobilisé contre les Alliés.

Le mouvement actuel est un mouvement populacier qui fut créé par les Garibaldi [5], Annunzio [6], etc., et auquel il a bien fallu céder après. Mais l’aristocratie, la société et, chose curieuse, les socialistes italiens sont anti-alliés.

Tu as dû lire, du reste, notre correspondance d’hier signée Quirielle [7] dans laquelle, sur Cernobio , on sentait et comprenait toutes les réticences, car en Italie il y a, à l’heure actuelle, un mouvement neutraliste plus fort peut-être qu’avant-guerre. Les giolittistes manœuvrent avec énergie.

J’ai causé de même hier au soir avec Finot [8], le directeur de La Revue. Ce nom bien français cache un Polonais juif remarquablement intelligent. Il m’a donné toute espèce de détails sur Edward Grey [9]. Ce dernier, qui de tory est devenu whig, était considéré par son ancien parti comme assez inférieur, mais il fut accueilli par ses nouveaux amis comme le messie. En Angleterre ainsi qu’en France, les partis avancés ne connaissent pas les affaires extérieures, et les whigs ont été heureux de s’en remettre à Grey. Mais celui-ci

[manque la suite]

[1] Marie de Roumanie (1875-1938). Reine de Roumanie. Fille d’Alfred de Saxe-Cobourg-Gotha et de Marie Romanova, fille d’Alexandre II, tsar de Russie, elle est anglaise par son père et russe par sa mère. Elle épouse Ferdinand Ier, roi de Roumanie.

[2] Barbu Stirbey (1872-1946). Prince. Homme politique. Futur éphémère Premier ministre de Roumanie du 4 au 20 juin 1927. Il épouse en 1895 Nadeja Bibesco (1876-1955).

[3] Ferdinand Ier (1865-1927). Roi de Roumanie de 1914 à 1927.

[4] Non identifié.

[5] Ricciotti Garibaldi (1847-1924). Italien. Général. Fils de Giuseppe Garibaldi (1807-1882). Il forme en 1914, au service de la France, une légion italienne où combattent ses fils.

[6] Gabriele d’Annunzio (1863-1938). Romancier, poète. Nationaliste.

[7] Pierre de Quirielle (1863-1944). Camarade de Nalèche au collège Stanislas. Collaborateur du Journal des Débats.

[8] Jean Finot (1858-1922). Philosophe et publiciste, écrivain et sociologue. Juif polonais naturalisé Français en 1897, son vrai nom est Finkenhausen. En 1890, il est directeur de la Revue. Il a été collaborateur du Figaro.

[9] Edward Grey (1862-1933). Anglais. Ministre des Affaires étrangères de 1906 à 1916.