Archives de catégorie : Lettre

16 août 1917

16 août 1917                          Strictement pour toi.

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai eu avec J.D. [1] une entrevue qui me laisse sous l’impression la plus pénible tant au point de vue de nos affaires orientales que du manque absolu de gouvernement. Tu sais que J.D., qui n’est pas militaire mais qui connaît les contingences malgré une certaine légèreté naturelle, peut très bien juger les gens et les choses. De plus, sa situation d’état tampon n’a rien d’enviable. Il s’en tire à peu près.

Mes prévisions, celles dont je te faisais part, n’étaient qu’en partie les choses qu’il avait à me demander, néanmoins il en était question.

Depuis longtemps, J.D. demandait au ministre de faire venir Sarrail à Paris, estimant que cet homme avait besoin d’une détente. Ne fut-ce que pour quelques jours, une visite ici pendant laquelle il aurait pu se détendre un peu n’aurait pu avoir que les effets les plus salutaires sur son imagination surexcitée et par une longue absence et par un entourage des plus douteux.

On avait eu l’idée de le faire rentrer pour lui remettre la médaille militaire au moment de l’anniversaire de la bataille de la Marne. Lui conférer spécialement cette distinction eût été braver les Anglais, mais la lui donner dans une cérémonie de ce genre n’avait plus le même caractère. Il ne s’agissait pas de la campagne de Thessalie mais de toute sa carrière depuis le commencement de la guerre.

Mais au retour de Londres, Painlevé fait venir J. D. et lui dit dans un état d’émotion violente : Les choses deviennent très difficiles, il y a l’affaire Almereyda, et si nous disons que Sarrail revient, on va croire que c’est pour l’instruction judiciaire. – ? – Eh oui, il y a deux lettres, je ne sais quoi, Viviani a profité de mon absence pour cambrioler mes tiroirs et il a pris certains papiers. … ? – C’est un coup de Briand et de Viviani.

– Ne vous tourmentez pas comme cela, M. le ministre, ce n’est sûrement pas un coup de Briand et de Viviani…

Quelques jours après, Painlevé fit revenir notre homme et lui dit : Il y a deux lettres, une adressée à Noulens et l’autre à Paix-Séailles [2] par le capitaine Mathieu (ce Mathieu est le dernier des derniers du reste). C’était au temps où Sarrail était attaqué à fond de train et où il avait à se défendre, mais il n’y a aucune relation avec Almereyda.

Ici, nous retrouvons la naïveté des militaires, nous nous les rappelons dans l’affaire Dreyfus. Il a suffi qu’on vienne dire à Sarrail, il y a là des journalistes de l’opposition qui sont capables de mener un combat de premier ordre, pour qu’instantanément ils sautent à pieds joints dans le fossé. Il paraît qu’à quelque côté de la barricade qu’appartiennent les militaires, leur puérilité est toujours semblable à celle des vieux curés.

J’ai donné au pauvre J.D. les conseils que j’ai cru devoir lui donner. Si tout marche bien, j’espère qu’il n’y aura pas de dommage, et même, je te l’avoue, je crois avoir trouvé une solution qui donnerait satisfaction aux Anglais désireux de s’affranchir de Sarrail. La solution proposée devant agir automatiquement dans ses conséquences.

Tout ce que je te dis là n’est pas grand-chose à côté des événements grecs, c’est la cacafouillarde complète, et les tergiversations de notre Quai d’Orsay sont en train de compromettre les bons résultats de la dernière campagne. La meilleure solution serait que Jonnart retournât, mais pour un boulet de canon on ne le ferait pas repartir. Il tient à rester sur un succès !

On veut que la Grèce remonte son armée, on lui a promis un emprunt. Cet emprunt n’est pas encore réglé, le nommé Luquet [3] fait les plus grosses difficultés. Venizélos, poussé par ses amis, commence à s’énerver de ces retards perpétuels et nous faisons maladresses sur maladresses.

Godart va partir car il y a une affaire de service de Santé qui a mécontenté gravement les Grecs. Enfin, c’est toujours la même chose. Inertie. Bureaucratie, et c’est avec cela que nous allons conquérir la rive gauche du Rhin.

Ton vieil

Et

[1] Il s’agit de Jean Decrais.

[2] Le sergent Paix-Séailles est accusé d’avoir indiqué à Almereyda les effectifs français à Salonique pour les transmettre à l’Allemagne.

[3] André Luquet (1874-1955). Sous-gouverneur de la Banque de France.

15 août 1917

15 août 1917

 

Mon cher Pierre. Tu me demandais hier si je savais quelque chose du Vatican. Je n’avais pas encore de renseignements sur les propositions de ce pape qui, décidément, est bien médiocre. Ce matin, nous avons pu connaître toutes les dépêches venues au Quai sur la question. Il n’y a là-dedans rien de précis. Évidemment, le pape a marché sous l’impulsion autrichienne et sa démarche, dont on attendait de grands effets, apparaîtra comme une gaffe nouvelle. Il passe sous silence toutes les questions primordiales pour le règlement desquelles aucune solution n’est proposée. Si l’insuccès de cette tentative amène le Saint-Siège à formuler des choses précises après entente avec ceux qui le poussent, les choses pourraient alors devenir intéressantes. Du reste, tu liras notre article qui est, je crois, dans la vraie note [1].

Ce matin, on m’a parlé encore des rapports de Sarrail avec Almereyda. Ce dernier aurait reçu deux lettres du général, mais les renseignements dont je te parlais hier lui auraient été envoyés par un capitaine de l’état-major d’Orient. La seule chose qui me frappe, c’est le fait que je te signalais hier, le désir subit de me voir de Jean Dupuy (?), désir qui fut moins pressant hier matin. Cela pouvait avoir trait à tout autre chose du reste, car on ne peut accueillir toutes ces histoires colportées dans les milieux d’énergumènes qu’avec beaucoup de circonspection. Du reste, Delanney, préfet de la Seine, dînait il y a quinze jours encore avec le seigneur Almereyda. Rien d’étonnant à ce que le turbulent Sarrail se soit abouché avec cet organe d’opposition. On ne parle plus maintenant que de perquisitions, d’arrestations sensationnelles. Voilà qu’on dit qu’il n’y aurait rien d’étonnant à ce que, d’ici à 48 h., Dubarry soit sous les verrous. J’en serais tout de même étonné. Un de mes collaborateurs a pris copie d’une dépêche d’un entrepositaire de Nancy demandant pour son dépôt des exemplaires de chaque journal pour la vente quotidienne. Il demandait cent cinquante Pays. C’est encore un certain chiffre pour un journal qui vient de commencer.

As-tu vu que notre article d’hier avait fait doctrine ce matin. Même Beaunier n’a pas cru devoir emboucher sa trompette habituelle et il a pris chez nous un peu plus d’aménité. Maurras, à L’Action française également. Le Temps, lui, au contraire, a mis en tête de son article la fin de Stockholm. Il se trompe gravement, car si la conférence de Stockholm n’a pas lieu ce sera tant mieux, mais l’état d’esprit de Stockholm ne sera pas tué parce que la conférence ne s’y réunirait pas.

Une lettre de notre attaché commercial à Londres [2] nous informe ou plutôt informe le Département que de nombreuses plaintes se sont élevées de la part des Américains en France qui protestent contre l’exploitation dont ils sont victimes de la part de nos commerçants. La Lloyd Bank de Paris a émis une circulaire en anglais adressée aux officiers et soldats américains pour les mettre en garde contre cette exploitation malhonnête des commerçants parisiens. Tu en verras sans doute les échos dans la presse.

À toi.

Et

 

Dans les ministères, tout le monde se balade.

[1] « Robert de Caix, dans les Débats, fait bonne justice des exhortations pontificales. » François de Wendel, Journal, 17 août 1917.

[2] L’attaché commercial de France à Londres est Jean-Baptiste Périer (1871-19) depuis 1909. Il est consul général depuis 1912.

14 août 1917

14 août 1917

 

Je t’ai téléphoné la nouvelle de la mort d’Almereyda. Je la tenais de Ribot lui-même auquel j’étais allé conduire le Comité du Syndicat pour nous plaindre des abus de la censure pour la mille et unième fois. Le pauvre Ribot m’a eu l’air très fatigué et profondément las, (sans doute était-ce de nous) d’autant qu’il fut assez malmené. C’est la seconde fois que je le vois ainsi lamentable avec je ne sais quoi de piteux.

Plusieurs d’entre nous avaient de véritables dossiers qu’ils ont exhibés à ce malheureux et, brochant sur le tout, Jules Roche, embrouillant tout, a fait une terrible sortie sur la liberté, tapant sur la table du président du Conseil, rappelant les souvenirs des grandes luttes libérales sous la Restauration et l’Empire. Sa tirade n’avait du reste aucune raison d’être et chacun se regardait en se disant : le voilà parti sur son dada, nous en avons pour une demi-heure de cris et de violences mêlés de textes de lois et de numéros d’articles.

Où le pauvre Roche devient du dernier comique, c’est lorsqu’en nous accusant de manquer de courage il nous reproche d’obéir à la censure, alors que lui refuse de pratiquer des coupures dans les articles politiques et paraît tout de même. Je voudrais qu’à ce moment-là tu voies les figures des assistants. Naturellement, aucune saisie n’est à craindre. Il ne viendrait jamais à l’idée d’un censeur de relire la République française après en avoir lu les épreuves.

Comme la censure a fait le silence sur l’affaire Almereyda, on a demandé à Ribot pourquoi. C’est alors qu’il nous a annoncé la mort de cette bonne fripouille. – Comment, mort ? Il était donc aussi malade ? – Oui, répond Ribot, il était morphinomane… Cette mort est tout de même un événement assez important. Comment sera-t-elle prise du public ? Celui-ci y verra-t-il un suicide spontané, un suicide par persuasion ou un assassinat ? Il était, paraît-il, en très mauvaise posture. Je t’ai raconté naguère ce qu’on disait sur l’affaire. Cela continue à être vrai. Seulement, on prétend que Malvy et lui étaient cul et chemise et que la seule pièce qu’Almereyda aurait laissée dans son coffre en attendant la perquisition qu’on a soigneusement retardée de huit ou quinze jours, ce serait une lettre des plus compromettantes pour Malvy. On disait aussi dans les milieux Action française, Écho, etc., que Almereyda avait été, il y a un an, au moment des difficultés de Sarrail avec le gouvernement, le confident de notre général d’Orient et que ce dernier lui aurait envoyé, pour s’en servir contre le gouvernement, toutes les dispositions, les emplacements de nos troupes à Salonique, que tout cela, Almereyda l’avait fait filer en Suisse. Je te donne cette histoire pour ce qu’elle vaut. Je crois Sarrail beaucoup trop malin pour avoir fait, même ab irato, une folie de ce genre. L’affaire doit être beaucoup plus simple, et les imaginations rocambolesques de ceux que je t’ai cités s’en donnent à cœur joie.

Je ne puis voir Jean Dupuy Malheureusement, demain, il n’y sera pas. Cela m’amusera de le faire parler un peu. Il se peut très bien qu’il y ait eu des rapports, puisque Almereyda était le grand défenseur de Caillaux, et que tout mécontent va immédiatement à celui-là.

Good night.

Et

13 août 1917

13 août 1917

 

J’avais omis hier, dans les trois mots que je t’avais envoyés pour maintenir la date dans mes feuillets, que Poincaré était parti samedi pour l’Italie en grand mystère. Il était accompagné de Léon Bourgeois et de William Martin Je ne le savais pas encore lorsque nous avions P. [1] sous la main, et c’est dommage, nous aurions eu sans doute quelques éclaircissements. J’ai essayé de téléphoner à droite ou à gauche pour connaître le véritable but du voyage mais je n’ai rien obtenu de très clair. Je saurai cela plus au juste demain. En tout cas, la censure continue à sévir car voici la dépêche dont on m’a interdit la publication ce soir. Elle me vient du correspondant de Modane :

« On était informé depuis deux jours que le président de la République s’apprêtait à rendre visite au roi d’Italie [2]. Aujourd’hui, à 18 heures, le train présidentiel arriva dans la gare de Modane. M. Poincaré voyageant incognito, et très peu de monde étant au courant de ce voyage, le passage du train présidentiel passa presque inaperçu.

« M. Poincaré est accompagné de M. Léon Bourgeois, de l’ambassadeur M. Barrère, des généraux Hache [3] et de Gondrecourt [4], chef de la mission militaire française en Italie, et de deux officiers supérieurs de sa maison militaire.

« Une mission militaire italienne composée du contre-amiral Notarbartolo [5] et d’un colonel avait été envoyée à Modane à la rencontre du président, etc., etc.

« M. Poincaré sera l’hôte du roi dans la villa que ce dernier habite dans les environs immédiats d’Udine. M. Poincaré, en compagnie du roi et des généraux Cadorna et Porro, visitera le front et le groupement de grosse artillerie française qui se trouve à Cormous (?).

« On parle avec insistance de la possibilité de la rencontre au Grand Quartier général italien du roi d’Italie et de M. Poincaré avec le roi d’Angleterre qui devrait arriver incessamment.

« Le train présidentiel…, etc., etc.

Que veut dire ce meeting de rois ? D’après ce que j’ai pu saisir, le sujet des conversations serait moins gros qu’on ne pourrait le supposer. Je sais d’autre part que M. Pachitch s’est rendu lui aussi en Italie. Évidemment, on doit y parler des accords serbes-yougoslaves-italiens ébauchés à Londres. Il doit néanmoins y avoir autre chose.

Je reçois un mot de Gauvain à qui j’avais fait part de mes inquiétudes roumaines. Notre ami me répond : « L’affaire roumaine est grave, en effet. Si les Allemands prennent la Bessarabie, ils pourront l’offrir aux Roumains pour la faire rentrer dans leur système. Ils pourraient ainsi satisfaire les Bulgares avec la Dobroudja, tout en réservant pour la Mittel-Europa les bouches du Danube réorganisées suivant un système austro-boche. La tentation serait grande pour beaucoup de Roumains. Notre horizon ne s’éclaircira que lorsque nous aurons nettoyé le ciel de la Manche au lac de Constance. C’est sur ce travail qu’il faut se concentrer. Je l’avais dit à Ribot il y a longtemps. Beaucoup d’autres ont eu cette idée, et les Américains se préparent énergiquement à la réaliser… La guerre céleste sera bien plus terrible pour l’Austro-bochie que la guerre sous-marine pour nous. Seulement, il faudrait moins en parler et travailler davantage.

Gauvain a tout à fait raison mais il ne se rend pas compte que, dans cette voie comme dans beaucoup d’autres, nous marchons à reculons.

Je crois que le gouvernement va se trouver dans une bien mauvaise passe avec Stockholm. Il me revient de l’entourage de Thomas que ce dernier se prononcera pour la remise des passeports et que le cabinet est empoisonné par cette affaire.

De la préfecture de police, on me dit que les Russes sont en pleine mutinerie au camp de La Courtine [6] qui est cerné par nos troupes. Que va-t-on faire encore de ces gaillards ?

Je viens de recevoir la visite d’André Beaunier qui m’est envoyé par Mme de Ségur [7]. Il m’apporte une petite note de trois lignes me demandant, de la part de la veuve de l’académicien, que cette note brève passe à l’exclusion de toute autre car, me dit-il, il y a eu à sa mort des incidents assez pénibles. Il était brouillé avec son fils [8] et, dans les notes qu’on remettra aux journaux, il se pourrait qu’il y ait des perfidies, dissimulées pour l’ensemble du public, mais tout à fait visibles pour ceux qui savent.

Malheureusement, Beaunier est arrivé trop tard pour le numéro d’aujourd’hui, et les journaux paraîtront demain matin, peut-être avec lesdites perfidies.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Non identifié.

[2] Victor-Emmanuel III (1869-1947). Roi d’Italie de 1900 à 1946.

[3] Émile Victor Hache (1850-1931). Général. Nommé commandant du 3e corps d’armée le 25 août 1914, il contribue au succès de la bataille de la Marne. Il est engagé ensuite dans la 1ère bataille de l’Aisne (13-17 septembre 1914), puis en Artois (mai 1915). Placé dans la section de réserve le 5 septembre 1915 mais garde son commandement. Il est nommé à la tête de la 21e région militaire.

[4] Henri de Gondrecourt (1867-1956). Militaire. Général. Attaché militaire à l’ambassade de France à Rome (1911-1915). Chef de la mission militaire française auprès du GQG italien.

[5] Giuseppe Notarbartolo (1869-1946). Italien. Contre-amiral.

[6] Base arrière de l’armée, le camp de La Courtine (Creuse) est en centre important d’instruction et de préparation pour le front. En 1917, deux brigades russes séjournent à La Courtine et se révoltent contre leurs officiers.

[7] La marquise de Ségur, née Thérèse Hély d’Oissel (18-1935), est veuve de l’académicien décédé le 12 août 1916. Cf. lettres des 30 juillet et 14 août 1916.

[8] Gaston de Ségur (1878-1918). Fils de Pierre (1853-1916), marquis de Ségur.

11 août 1917

11 août 1917

 

Ne t’est-il pas venu à l’idée ce matin, en lisant les journaux, que nous avions bien raison, il y a quelques semaines, en estimant qu’il ne fallait pas donner d’importance au voyage à Stockholm [1]. – Vous voulez y aller, allez-y donc. Que voulez-vous que cela nous fasse, vous n’êtes rien. Ribot, si tu t’en souviens, partait pour Londres et il semblait bien de son avis, mais, à son retour, il a trouvé une situation impossible. Les journaux s’étaient emparé de l’affaire, les radicaux, en cette occasion, par peur des socialistes, avaient lié parti avec les différents Barrès et Capus. Si on va à Stockholm tout est perdu, pas un poilu ne voudra se battre désormais en se disant qu’on négocie la paix, etc., etc. Les gens plus froids disaient : vous verrez la suite, vous donnez à ces socialistes une importance énorme, soyez tranquille, ils la garderont. Et Ribot se décida, à la quasi-unanimité de la Chambre, à refuser les passeports. Voilà le résultat. On n’est pas allé à Stockholm, mais l’affaire s’est enflée d’une façon extraordinaire et les différents partis socialistes semblent devenir de plus en plus les arbitres de la paix européenne. L’univers attend les décisions de leurs meetings ou de leurs congrès et, avec anxiété, on se demande ce qu’ils vont dire des conditions de paix. On est suspendu aux moindres manifestations de ces messieurs.

Après tout, ce que je te dis là n’est qu’une appréciation personnelle, mais je ne serais pas éloigné de croire que tu la partages.

Ce matin, à la rédaction où se trouvait Wilmotte, je parlais de ces nombreux cas de trahison dont je t’ai déjà entretenu, trahisons conscientes ou inconscientes. Wilmotte, alors, s’est animé et nous a dit que ces faits n’avaient rien d’étonnant, que les Allemands en Belgique en étaient arrivés à leurs fins. – Quelles fins ? – C’est convaincre les Belges de la paix allemande. Et le gouverneur du Havre n’a rien fait pour lutter contre ces influences pernicieuses. Le Havre est environné de Flamingants, et ce sont ceux-ci qui paralysent toute action. Exemple : Vous savez que les Allemands ont créé une université flamande. Les chaires sont occupées par des professeurs belges qui sont allés prendre le mot d’ordre à Berlin et qui sont payés par les fonds de la Belgique. Le gouverneur du Havre aurait pu les révoquer. Il n’en a rien fait. Le roi, de par son autorité personnelle, leur a retiré les ordres, mais ce fut une chose tout à fait particulière aux sentiments du roi tandis que le gouvernement, cédant aux Flamingants, est resté coi. Ne vient-on pas de voir l’ancienne fête nationale de Belgique supprimée et la fête des Éperons d’or (ce qui est significatif) transformée en fête nationale. Pas une protestation du Havre. Il faut noter que les Flamingants ont depuis longtemps des sympathies en Allemagne, qu’ils n’ont jamais aimé les Français, et on comprend le pas immense accompli par les envahisseurs devant l’inertie du gouvernement dans le sens d’une paix qui amènerait la fédération de la Belgique avec l’Allemagne. Quelqu’un qui était là, et qui est très lié avec le gouverneur du Havre, a protesté avec la dernière énergie. Il a demandé de suite des renseignements précis et peut-être les recevrons-nous d’ici peu. Wilmotte me disait qu’il aurait voulu écrire chez nous un article pour expliquer tout cela. Gardez-vous en bien, lui ai-je dit, car si vous lancez dans le public l’idée qu’il y a des Belges qui se rallient aux projets allemands, vous pourrez être assuré que le public ne cherchera pas à savoir s’il y a des Wallons et des Flamingants, il ne verra qu’une chose : ce Belge bochophile et pactisant avec ses envahisseurs.

On m’a porté ce matin un numéro de je ne sais quel journal de Bordeaux qui contient une grande réclame genre prospectus financier de 4e page. C’est la constitution d’une société qui m’a l’air de tout exploiter, terrains, maisons, marchandises, peut-être aussi les corps et les âmes. Suit la liste des membres du conseil d’administration. En tête, comme président, M. Eugène Lautier [2], officier de la Légion d’honneur (rédacteur au Temps et candidat éventuel dans les Landes) immédiatement après M. Leymarie. Celui-ci est le frère du directeur de la Sûreté. Que dis-tu de cette association ?

Ton vieil

Et

[1] Le Labour Party en Angleterre et le parti socialiste en France décident d’envoyer une délégation à Stockholm tandis que les États-Unis refusent les passeports à la délégation socialiste américaine. La conférence de Stockholm est un échec de réconciliation des partis socialistes des pays belligérants.

[2] Eugène Lautier (1867-1935). Journaliste. Chargé de la politique intérieure au Temps (1885-1907). Directeur de la politique extérieure au Figaro (1905). Homme politique républicain laïc.

8 août 1917

8 août 1917

 

Je n’ai pas pu te parler hier d’une réunion du Syndicat. J’y ai entendu tant d’histoires, tant d’accusations contre les uns et contre les autres, contre les menées pacifistes dreyfusardes toutes de trahison, que la « tête m’éclatait » un peu. La Liberté, L’Écho de Paris ne tarissaient pas sur toutes les infamies. C’est à se demander si dans notre pauvre pays il reste encore quelqu’un d’honnête. Jules Roche, avec ses sentiments pratiques ordinaires, nous proposait avec violence de refaire un 4-Septembre, de déférer aux tribunaux pour crimes tous les propagandistes de la presse et de les faire fusiller. J’ai essayé de calmer un peu tout ce monde-là violemment excité par l’attitude nouvelle de la censure redevenue soudainement perfide et agressive. On a saisi des journaux à tort et à travers, mais, tu peux être tranquille, ce n’est pas Le Pays. Il y a dans le cabinet de Ribot un nommé Lefaure qui fait toutes les affaires du président du Conseil et se réserve le droit d’embêter tous les gens qui ne lui plaisent pas. Il a du reste trente-quatre ou trente-cinq ans, c’est une sorte de géant très solide qui s’est occupé de la publicité des emprunts en France et qui préfère de beaucoup être là qu’aux tranchées. Quoi qu’il en soit, si j’en crois Berthoulat et Simond, la proportion des gens vendus est effroyable. Berthoulat tient de source sûre que les Allemands dépensent en France soixante millions par mois de propagande. Les usines sont assiégées d’individus distribuant des tracts pacifistes. La guerre ne continue que par la volonté des riches, des usiniers, etc. qui veulent continuer leurs fortunes et rétablir je ne sais quel régime politique.

L’Éclair serait en effet racheté non par Marquet [1] mais par un nommé Colin [2], lequel Colin, personnage assez louche, aurait opéré avec Baumann [3] sur les blés. Une somme énorme aurait été gagnée en rendant tous les blés français américains. Naturellement, il aurait gagné un fort bénéfice par hecto sans autre forme de procès. Un journal lui deviendrait nécessaire pour défendre l’avenir.

Néanmoins, si tant de fortunes se font par des moyens aussi scandaleux, le régime actuel ne réussit pas trop mal à notre ami Berthoulat car il est en train de négocier l’achat d’une propriété en Normandie près de Dieppe. Hélas, je ne vois pas s’ouvrir de pareilles perspectives dans l’horizon du directeur de notre vieille boîte.

Le matin, j’avais déjeuné avec l’excellent Isaac et sa femme [4] qui est une femme très supérieure, très au courant de tout et fervente lectrice de notre gazette. Lui, tu le connais. Il m’interroge sur la situation. Je m’imagine que je puis parler tout en tenant compte, cependant, que le ménage est très conservateur, très religieux, qu’il est par conséquent dans un état d’esprit dont il faut ménager l’optimisme. Néanmoins, comme notre ami m’avait interrogé en me disant : Hélas, comme vous aviez raison, il y a bien des mois déjà, en me confiant vos doutes sur la Russie. Les événements sont bien ce que vous les aviez prévus. J’ai cru que je pouvais lui laisser entendre que la passe actuelle était une des plus mauvaises que nous ayons connues. J’ai pris une fameuse leçon de la bonne dame, je t’en réponds. Tout n’est pas mauvais, m’a-t-elle affirmé, il y a aussi du bon, mais nous ne voulons jamais parler de ce qu’il y a de bien chez nous, etc., etc.

J’ai compris tes sentiments quand tu te trouves en face de ces optimistes mondains incurables qui ne veulent pas voir la réalité des situations et qui vous accusent d’être des mauvais Français si vous formulez la moindre critique qui démolit la moindre des illusions. On marche le nez dans les nuages et on tombe dans le puits. Si vous avez le malheur de dire : prenez garde, il y a un trou, vous n’êtes qu’un criminel.

J’ai eu beau dire à cette excellente dame qu’à mon sens, il valait mieux voir les défauts pour les corriger, je n’ai pas pu la faire sortir de sa tarte à la crème. Du reste, la discussion était difficile car elle a six fils au front, un tué et un gendre prisonnier [5]. On comprend que les pauvres gens ne veuillent pas croire à l’inutilité de ces douloureux sacrifices.

Un que j’ai vu aujourd’hui et qui ne s’illusionne guère, c’est Raymond Koechlin. Cet Alsacien forcené, qui désire passionnément le retour de l’Alsace à la France, n’a jamais caressé de chimères. Même au jour de la déclaration de guerre il nous disait : Vous ne connaissez pas les Allemands comme moi je les connais, et je ne les vois pas battus. Donc, j’ai vu Koechlin, nous parlons du Maroc où il retourne dans quelques jours sur l’invitation de Lyautey à la foire de Fez. Appartenant aux Arts décoratifs, il compte étudier si certaines industries marocaines ne pourraient pas remplacer chez nous des produits d’Orient. Nous examinons quelles seront les correspondances qu’il pourra nous envoyer. Il me décrit la prospérité, les progrès du Maroc et m’avertit qu’allant jusqu’aux avant-postes il nous adressera des choses intéressantes. Pourvu, ajoute-t-il, que les Boches ne nous enlèvent pas tout cela.

– Hein ?

– Ils prendront à peu près certainement, ajoute-t-il, telle ou telle région… Et il me démontre ce que les Allemands réclameront. Il trouve que la Russie rend la situation à peu près désespérée mais qu’il faut tenir tout de même envers et contre tout, car il est certain que nous nous enfonçons de plus en plus. Mais, en nous enfonçant, nous affaiblissons l’Allemagne, nous donnons le temps à l’Amérique de s’organiser, non pas parce que l’Amérique nous apportera la victoire, mais parce qu’elle sera pour plus tard un facteur économique de résistance avec lequel l’Allemagne devra compter. Esclaves pour esclaves, il vaut mieux que nous le soyons des Américains que des Boches.

Le moral de nos troupes, ajoute Koechlin, s’est beaucoup amélioré. J’ai d’innombrables filleuls au front et dans les secteurs les plus divers, des professions les plus variées, et je constate, depuis la revue du 14 juillet, des sentiments que je n’étais plus depuis longtemps habitué à entendre exprimer. Donc, il faut que résolument nous tenions, et cela sans nous leurrer d’espoirs brillants mais pour que la solution ne soit pas le désastre qu’elle serait si la paix arrivait maintenant.

J’avoue que ce discours tenu, je te le répète, par un des Alsaciens les plus patriotes, m’a impressionné. De plus, Koechlin a dirigé avant Gauvain notre politique extérieure.

Comme nous voilà loin de Barrès et de la rive gauche du Rhin !

À propos de la rive gauche du Rhin, que je te répète une anecdote citée ce matin par Degouy car il faut toujours que dans les moments les plus tragiques il se mêle un peu de comique.

Degouy, à la déclaration de guerre, ne venait d’être mis à la retraite que depuis deux mois. Il est venu offrir ses services à la Marine qui les a refusés, sans beaucoup de politesse du reste. (Augagneur aurait dit à son entourage : encore un qui veut toucher la solde de guerre). Mais en même temps que lui était venu se mettre à la disposition du pays un capitaine de frégate dont la bravoure est restée légendaire et qui avait accompli en Chine quelque haut fait d’armes, c’était le capitaine Hautefeuille [6] qui avait passé au service de Monaco. Celui-là, de la Marine on l’envoie à la Guerre. Rue Saint-Dominique il est reçu avec beaucoup d’urbanité mais on décline son offre. Il paraît qu’Hautefeuille, qui porte monocle, est un pince-sans-rire extraordinaire. Il dit à l’homme qui lui signifie la décision ministérielle : Enfin, c’est très bien, vous n’avez pas besoin de moi pour le moment, je m’incline. Mais vous allez faire des conquêtes et si vous avez besoin de quelqu’un comme gouverneur de forteresse, pensez à moi, par exemple pour Mayence. Je serai très heureux d’être gouverneur de Mayence.

Je vous arrête là, dit l’autre, car j’ai le regret de vous dire que la place est promise. On la donne à un homme qui appartient à la carrière diplomatique, et j’ajouterai même qu’il a commandé son uniforme ! !

Il y a donc quelque part un homme qui possède son costume de gouverneur de Mayence.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 26 juillet 1917.

[2] Non identifié.

[3] Non identifié.

[4] Mme Auguste Isaac, née Amélie Dognin (1853-1939).

[5] Auguste Isaac et sa femme ont eu onze enfants, dont un fils, Émile, mort en bas âge (1880-1881), un fils Philippe (1887-1915), polytechnicien, mort au front des suites de ses blessures le 26 septembre 1915, « six fils au front », Louis, Humbert, Joseph, Jean, Paul et Daniel, et trois filles, Pauline, Marguerite et Marie-Émilie. Les deux premières étaient déjà mariées. Le gendre prisonnier est donc Henri Grandgeorge.

[6] Marc Hautefeuille (1852-1923). Capitaine de vaisseau (1903). Envoyé en Extrême-Orient, sous les ordres de l’amiral Courbet, il s’y distingue. Attaché naval à Saint-Pétersbourg (1895). Commandant de la marine en Algérie et de la défense mobile du Pacifique sur le Catinat. Après sa retraite le 15 juillet 1909, il exerce les fonctions de gouverneur de Monaco.

7 août 1917

7 août 1917

 

Almereyda aurait été arrêté hier matin. Cette nouvelle, dont je te parlais comme ayant été démentie dans la soirée par la préfecture de police, aurait été exacte. On se demande beaucoup si Malvy pourra rester après cette exécution faite dès son départ et à laquelle il semble n’avoir pas voulu prêter son concours effectif. On aurait téléphoné cette arrestation à Clemenceau qui aurait répondu : Votre coup de téléphone était inutile, j’en ai été sûr dès que j’ai vu Malvy partir en vacances. À la préfecture on ne veut rien dire, pas plus qu’au Palais où l’on prétend que c’est Drioux [1] qui mène l’affaire au profit des autorités militaires.

Voici quelques renseignements que je reçois sur le nommé Rozès [2], secrétaire général du Pays. Je te les donne comme je les reçois, sans les avoir contrôlés :

En 1916, le service militaire d’espionnage s’est occupé de la famille Rosenweyg (commerce de papier à cigarettes) rue Marius-Jauffret et rue Paradis à Marseille. La police mobile aurait établi que la fille et la femme étaient autrichiennes et entretenaient des relations avec le capitaine d’Huart [3], officier d’ordonnance du général Coquet [4]. Des sanctions furent prises : le capitaine d’Huart fut déplacé et le général Coquet relevé de son commandement du 15e. Des perquisitions opérées chez Rosenweyg [5] ne donnèrent aucun résultat, mais il fut établi que l’engagement dans l’armée française du plus jeune fils avait été frauduleux. Cet engagé spécial, qui s’appelle Lucien Rosenweyg, a été réformé. C’est lui qui est en ce moment secrétaire général de la rédaction du Pays et secrétaire particulier du directeur Dubarry sous le nom de Rozès. Son frère est dentiste militaire à Privas.

Tout cela est très bon teint comme tu peux en juger.

J’ai reçu de Suisse aujourd’hui le compte rendu d’un ouvrage allemand d’un certain baron de Mackay [6] qui commence à prendre une certaine autorité dans les milieux littéraires allemands. L’auteur passe en revue les hommes politiques français, Jaurès, Poincaré, Viviani, etc. Celui qu’il place au-dessus de tous est Joseph Caillaux qu’il dépeint comme le plus grand homme d’État de France. Il parle de son rôle dans les affaires marocaines et regrette d’une façon assez amusante son absence du pouvoir au moment de l’assassinat de l’archiduc (évidemment il s’y connaissait). Le plus comique de tout, c’est qu’en donnant les portraits qui accompagnent et illustrent l’œuvre, le baron de Mackay publie le portrait de… Calmette. Il s’est trompé de casier.

J’hésite à publier ce petit article qui ne manque pas de piquant.

Je ne te parle pas de la politique, c’est lamentable.

Ton vieil

Et

[1] Non identifié.

[2] Rozès. Pseudonyme de Lucien Rosenweyg. Journaliste. Secrétaire général du Pays.

[3] Non identifié.

[4] Hyacinthe Coquet (1850-1934). Général. Commandant de la 15e région. Officier de la Légion d’honneur.

[5] Lucien Rosenweyg. Autrichien. Journaliste sous le nom de Rozès. Secrétaire général du Pays.

[6] Eric Mackay (1870-1921). Hollandais. Baron.

6 août 1917

6 août 1917

 

Tout va bien mal en ce moment, mon pauvre vieux, la roue ne tourne pas dans notre sens. Kerenski a repris sa démission. Cela vaut mieux, mais que peut-il faire ? Sa présence arrêtera-t-elle les Allemands ? C’est peu probable. Tout l’édifice russe est entièrement pourri.

Ce qu’il y a d’épouvantable, c’est la situation de la Roumanie. Les Alliés offrent au roi Ferdinand comme compensation de se réfugier en Russie. L’occasion est magnifique, le monarque va s’empresser de la saisir. Il a tant à se louer des Russes ! On croit qu’il ira de gaieté de cœur demander asile aux révolutionnaires qui sont venus chez lui essayer de soulever le peuple, car tu sais que des délégués russes ont parcouru la Roumanie pour combattre l’idée monarchique.

Le pauvre roi n’a que deux issues, ou passer en Russie avec toute son armée, ou traiter avec les Allemands, ou faire une paix séparée. Tu verras qu’en ce dernier cas nous crierons à la trahison.

Je pense que ce sont les Alliés qui ont obligé les Russes à cette offensive. Elle a été réussie. Nos gouvernants peuvent se vanter d’avoir été adroits une fois de plus.

Il nous reste cependant de ce côté-là une petite chance, c’est que Guillaume n’est pas du tout d’accord avec l’empereur d’Autriche au sujet de la Pologne et qu’il est obligé de surveiller ce qui se passe. Si cette situation pouvait être encore habilement exploitée… n’y comptons pas. Les précédents sont là pour nous retirer toute illusion.

À l’heure actuelle, on en est à se demander même comment on pourrait faire la paix si on désirait adopter cette solution.

Je n’ai pas eu de nouvelle ce soir de la situation ministérielle. Néanmoins, Doumerc a dit à Boureau qu’on l’avait pressenti mais qu’il avait posé comme condition le départ de Malvy. Le Figaro a fait une grande tartine sur Chaumet qui dessèche depuis longtemps de l’envie du pouvoir. Le député de la Gironde est atteint d’un terrible diabète et, ce qu’il y a de plus désagréable, c’est que c’est un diabète nauséabond. L’hôtel de la rue Royale [1] sera empoisonné. Il faut plaindre les collaborateurs.

On a perquisitionné de nouveau au Bonnet rouge. Je pense que c’est à cause de cela que Malvy s’est tout à coup senti malade. On nous avait annoncé comme certaine l’arrestation d’Almereyda, mais je ne crois pas que ce soit encore exact.

À toi.

Et

[1] Le ministère de la Marine.

5 août 1917

5 août 1917

 

Old chap,

 

Au milieu des tristesses et des inquiétudes de l’heure présente, il y a parfois des scènes comiques. En voici une qui s’est passée à la Chambre avant-hier. Dans la salle des pas perdus se trouvait une sorte d’Arabe assis sur une banquette, enveloppé, grave et tranquille, dans son caftan. Il était entré par l’entremise de je ne sais qui et attendait je ne sais quoi, observant avec le flegme oriental les allées et venues. Soudain, roulement de tambour, le président Deschanel passe au milieu des soldats accompagné par l’officier de service. Notre Arabe s’émeut aussitôt et, anxieux, s’adresse à ceux qui l’environnent : Où l’emmène-t-on ? demande-t-il. On finit par lui faire comprendre qu’on rendait les honneurs militaires.

Tu as certainement vu la carte ce matin et la distance qui sépare Czernovitz [1] de Jassy. Pauvres Roumains ou pauvres nous !

Depuis hier au soir, on avait la dépêche de la démission de Kerenski [2] mais on ne voulait pas la rendre publique. On espérait annoncer le retrait en même temps que la démission. Ce qui est arrivé, mais tout cela est bien précaire.

Le seul journal qui ait enfreint la consigne, ou du moins qui ait jésuitiquement essayé de la tourner, est L’Écho de Paris. M. Marcel Hutin, dont on ne saurait assez divulguer le nom véritable qui est Hirsch, avait mis dans son article : M. Kerenski, qui présidait hier encore le Conseil des ministres, etc. La censure a coupé le hier encore, mais comme ce journal bien pensant est patriote ! Je t’ai raconté naguère la façon dont ledit Hirsch a compromis l’offensive anglaise. Cela n’empêche pas une foule de gens de se gargariser avec les stupidités qui paraissent chaque jour en tête de cette feuille.

Si un numéro de La Renaissance te tombe entre les mains, lis-le, tu verras également jusqu’à quel point une feuille française peut être ignoble. Tu penses bien que la revue de Lapauze ne fait pas cette campagne italienne pour rien. Je te découpe un morceau de l’amiral Thaon di Revel [3] et la censure, qui coupe froidement les plus petites critiques politiques, laisse passer des choses pareilles qui sont fausses d’un bout à l’autre, fausses comme les fameuses îles Curzolanes (?) qui n’existent pas et qui sont une erreur de la Consulta. Peut-être demain, du reste, lancerons-nous le brûlot.

Ce matin, quelqu’un me téléphonait pour me demander ce qu’il pouvait y avoir de vrai dans deux dépêches italiennes disant que Beau allait être rappelé de Berne et qu’il serait remplacé par Jules Cambon. Rien de vrai, hélas, car le départ de Jules Cambon pour la Suisse aurait eu une signification importante, du moins à mon avis. Xavier Charmes, qui est comme tu le sais l’ami intime des Cambon, est venu quelques instants après. Je lui ai posé la question, il n’y croit pas du tout, mais il a vu Mme Ribot hier au soir et cette dame lui a dit que le ministère devait être complètement remanié. Ribot, du reste, n’est pas encore parti pour Londres où il ne se rendra que demain, contrairement à ce qui a été annoncé au public.

Je lui parle des histoires Douglas Haig, Lloyd George, Nivelle. Bien qu’il défende assez énergiquement Nivelle, je tire tout de même de ses réponses que Nivelle s’était laissé aller à écrire à Douglas Haig comme à un subordonné et même à un subordonné très inférieur. Depuis, il y aurait eu une explication, et les deux officiers généraux seraient restés en excellents termes, mais c’était vrai tout de même, la gaffe Nivelle.

Xavier Charmes me dit que Jonnart ne repartira pas. Je lui dis qu’au lieu de repartir il songe un petit peu à quelque place dans le ministère. C’est sans doute pour cela, me répond Charmes, que Ribot désirait tant le voir s’en aller car Ribot va certainement prendre les gens les plus à gauche qu’il pourra.

Ton vieil

Et

[1] Le 3 août 1917, Czernovitz est prise par les Austro-Allemands qui continuent leur poursuite.

[2] Le 4 août 1917, la conférence des comités centraux des partis politiques demande à Kerenski de rester au pouvoir avec un nouveau ministère.

[3] Paolo Thaon di Revel (1859-1948). Italien. Officier de marine. Chef d’état-major de la marine italienne (1913-octobre 1915 et février 1917-novembre 1919).