Archives de catégorie : Lettre

30 avril 1917 (?)

[30 avril 1917 (?)]

 

[manque p.1 r°/V°]

 

Cambon ne croit pas non plus à la reprise possible, surtout depuis que notre ami Ribot est là. Pour le président du Conseil, le pape aurait pu, aurait dû parler à certains moments de la tragédie, mais il n’a rien fait, il n’a pas compris ou pas voulu comprendre. On le laissera donc dans la situation actuelle sans faire un pas.

Du reste, tu connais assez Ribot pour ne pas songer une minute qu’il oserait braver les foudres de l’extrême gauche.

André Hallays m’avait écrit hier une longue lettre pour me blâmer d’avoir publié les deux articles de Weiller. Le Vatican, dit Hallays, y viendra de lui-même, nous n’avons donc pas à lui faire comprendre que nos rapports avec lui auraient de l’intérêt pour nous. C’est lui qui doit comprendre que c’est son propre intérêt.

Je crains qu’Hallays ne se rende pas compte de l’état actuel de la question. À Rome et à Paris on ne demanderait pas mieux, mais le pape voudrait quelque chose, le minimum d’officiel, et l’Élysée et le gouvernement redoutent justement ce quelque chose ou du moins ses conséquences. Des conversations que j’ai eues naguère à ce propos avec Poincaré, Briand, voire même Bourgeois, m’ont pleinement édifié. Il n’y a qu’un homme du parti de gauche ne pouvant être suspect de cléricalisme qui soit à même de dire et de faire entendre la vérité. Lazare Weiller, c’est bien. Sixte-Quenin eût mieux valu, ne te semble-t-il pas ?

Conversation avec Jonnart avant ta venue. Il voulait se documenter sur l’affaire grecque, devant présenter un rapport à la commission des Affaires extérieures.

Tout à l’heure, on me téléphone de la Chambre qu’on y est assez animé. La solution de la crise du commandement ne rallie pas tous les suffrages. On prétend que c’est une cote mal taillée, l’acheminement vers le généralissimat de Pétain, Nivelle et lui ne s’entendront pas, on en viendra à une nouvelle crise plus grave encore que la première. C’est la victoire de Painlevé sur Maginot, etc., etc. Comme épilogue on parle d’interpellations, de demande de Comité secret. Enfin, tu vois cela d’ici. Peut-être cela se calmera-t-il, surtout si les événements militaires continuent.

Jonnart a vu samedi Douglas Haig qui était venu à Paris justement pas très content de l’arrêt des opérations et redoutant un transport de troupes allemandes contre lui. Il venait donc insister pour la continuation. Je te l’avais dit déjà, mais en voici la preuve.

Ton vieil

29 avril 1917

29 avril 1917

 

Causé hier, mon cher Pierre, avec Auguste Terrier [1], directeur de l’Office marocain. Terrier me dit que Lyautey s’apprête à retourner au Maroc, mais que les conditions ne sont plus les mêmes et qu’il est diminué. Diminué, mais pas au Maroc ? – Non, me répond Terrier, mais ici. Pensez qu’autrefois il était habitué à mener tout (ici, un geste énergique), mais aujourd’hui on sait ce que c’est que la démission de Lyautey. On ne se laissera plus impressionner. De plus, Gouraud s’est mis maintenant dans la peau d’un résident général. Après les quelques frictions du début, il est là tout à fait à son aise et ce n’est pas bon pour le général.

Évidemment on aurait un remplaçant.

Stanislas de Castellane [2] m’a, par téléphone, invité à déjeuner demain avec Balfourier. J’ai décliné malgré l’intérêt de l’entrevue. Comme je pense que ce ne sont pas mes charmes personnels qui sont la cause de l’invitation, je souhaite que mon absence n’ait pas d’inconvénients car il me paraît difficile d’apprécier les mérites de Balfourier, et ce sont évidemment ces mérites qui seraient le fond de la conversation.

Discussion ce matin en quasi-conseil sur les affaires du commandement. Jusqu’ici, aucune décision. Hallays m’écrit pour me morigéner longuement sur l’accueil que j’ai fait aux articles de Lazare Weiller [3]. Il regrette que nous ayions donné l’hospitalité à un intrigant de cette nature (il a raison). Il déplore que nous ayions l’air de dire que nous avions intérêt à la reprise des relations parce que le Saint-Siège viendrait de lui-même.

Hallays a mille fois raison mais il ne se rend pas compte que le pape ne désire que cela, que nos gouvernants, président de la République, etc. sont prêts à y donner la main et que l’obstacle est dans les Chambres. L’article Lazare Weiller y répond et je crois qu’il fera école malgré tout. La lettre de Jenouvinès [4] est typique.

Pardonne-moi, ce mot est illisible, je l’écris presque debout.

Amitiés.

Et

[1] Auguste Terrier (1873-1932). Secrétaire général du Comité de l’Afrique française. Directeur de l’Office chérifien du Maroc.

[2] Stanislas de Castellane (1875-1959). Frère cadet de Boniface de Castellane. Député du Cantal (1902-1906 ; 1919-1924) sur la liste d’Union nationale républicaine.

[3] Wendel ne partage pas l’avis d’Hallays : « Dîner chez Larue avec Daniel Vincent invité par Lazare Weiller tout fier de ses deux articles sur la reprise nécessaire des rapports avec Rome parus dans les Débats d’hier et avant-hier. Ils sont d’ailleurs très bien. » François de Wendel, Journal, 28 avril 1917.

[4] Non identifié.

28 avril 1917

28 avril 1917

 

Il paraît, mon cher Pierre, que l’offensive continue. Les Anglais auraient insisté pour que l’on ne restât pas inactif. C’est sur votre demande, disent-ils, que nous avons entamé les opérations, nous ne pouvons les continuer si vous restez maintenant au port d’armes.

La grosse question reste toujours celle du commandement. À la suite de la scène très violente du conseil du matin et de l’attrapade Painlevé-Maginot, le ministre de la Guerre avait déclaré vouloir se retirer. On avait réussi à le faire revenir sur sa décision dans l’après-midi. La commission de l’Armée de la Chambre aurait une majorité en faveur du statu quo dans le commandement. On prétend que cette offensive est tout de même un succès, que cent soixante-quinze canons lourds, vingt mille prisonniers et les points importants enlevés constituent tout de même un résultat. C’est la thèse que j’ai entendu soutenir avec violence par le général de Roffignac [1], lequel passait du reste bien facilement par profits et pertes et les noirs et le mécontentement des coloniaux et les blessés. Par exemple, ce bouillant général ne paraît pas aimer Mangin contre lequel, je crois, aucune sanction n’a été prise en dépit des racontars du public à son endroit.

J’ai eu aujourd’hui le récit complet de la fameuse réunion où fut décidée l’offensive. Elle eut lieu dans le train présidentiel et fut marquée surtout par la sortie de Nivelle contre Micheler et l’offre de sa démission. Il serait trop long de te raconter ce qui avait amené cette violente scène. En deux mots, je te dirai que Micheler était venu dire à Painlevé ses griefs contre le commandement et ses motifs de redouter l’offensive sans faire part de sa démarche au généralissime et en se faisant accompagner auprès du ministre par ce grotesque Henri Fabre qui s’est immortalisé dans une séance de la Chambre [2]. Nivelle n’admettant pas ses manques à la discipline et Micheler reprochant à Nivelle de passer par-dessus sa tête pour donner ses ordres à Mangin, la discussion s’envenima au point que le généralissime offrit sa démission. Ce sont de bien bonnes conditions pour commencer des opérations de l’ampleur de celles qui se déroulent.

Quant à l’offensive proprement dite, Micheler s’y montra naturellement violemment hostile. Pétain fut très modéré dans son opposition, Castelnau déclara qu’il n’était pas assez au courant, revenant de l’étranger et n’ayant été depuis son retour que dans l’Est, pour se prononcer, mais qu’en tout état de cause si l’on n’avait pas 90 % de chances de succès à son avis il valait mieux s’abstenir. Poincaré ne donna aucun avis personnel mais déclara qu’il se rangerait à la décision du général Nivelle.

Mon ami d’Yanville[3], dont le gendre est à Morainvilliers, a reçu de lui une lettre hier datant de cinq jours. Il ne se doute pas qu’on est arrêté à Craonne et il est dans l’enthousiasme de ce qu’il voit et de ce qu’ont fait nos troupes. Je te parlais également de mon jeune lieutenant à Ostel [4]. Le moral est donc encore très haut sur les autres champs de batailles.

Pour en revenir à Painlevé, j’étais invité à dîner par lui au ministère ce soir. François de Wendel me dit que lui aussi doit dîner avec lui aujourd’hui chez une tierce personne et que l’invitation a été faite et acceptée en sa présence. Évidemment il y a confusion. C’est du reste assez la coutume de Painlevé [5].

En arrivant pour déjeuner, on me dit qu’un monsieur est venu me demander de la part du ministre de la Guerre. C’est ça, me dis-je, il s’est aperçu de son erreur et envoie quelqu’un l’excuser.

Le monsieur revient et, de la part du ministre, me prie de remettre son invitation à mercredi. – Il y a eu double emploi, dis-je à l’attaché de cabinet. – Non, non, me répond ce dernier, M. Painlevé ne dînera pas dehors. Pour vous, confidentiellement, ajoute-t-il, il a rendez-vous ce soir inopinément avec les généraux que vous savez (?) à 6 h 1/2 et il est probable que la conversation se prolongera fort tard. Je suis chargé de prévenir et de faire excuser…

Adolphe Aderer [6] vient de passer. Il a vu Ribot très préoccupé par toutes ses histoires et par les inepties de Viollette. Je redoute que nous n’arrivions pas à passer la soudure. Alors ?

Quant à Viollette, il est de plus en plus extraordinaire. Les gens qui ont l’honneur d’être reçus par lui vous disent que son attitude est du plus haut comique. Il ne parle qu’inspiré et semble dans un rêve. La tête dans ses mains, ses yeux ne se portent pas sur son interlocuteur mais sont perdus dans l’espace et il parle, parle, comme s’il obéissait à des voix. Avec cela, étonne-toi si le sucre manque, si tout s’arrête faute de charbon et si la famine nous menace. Notre ministre du Ravitaillement est dans la lune.

J’ai vu également un garçon distingué et intéressant. C’est Boyer [7], directeur des Études orientales. Il me fait de grands compliments sur les Débats, leur indépendance, et nous félicite hautement d’un mot qui m’avait désolé. Nous avions imprimé : À la suite de l’attentat heureux… Ce mot pour parler de l’assassinat d’un ministre russe m’avait effondré. J’en suis félicité ! Tout va bien. Je hoche la tête et semble pénétré de mon indépendance.

Boyer qui connaît admirablement les Russes n’augure pas trop mal de l’avenir pour nous. Il pense que tout s’arrangera. Relisez, me dit-il, Le Voyage en Russie du marquis de [8], vous y trouverez les choses les plus curieuses sur le caractère russe.

Il me demande si je sais quelque chose d’Isvolski. Je lui réponds que tout ce que j’en connais c’est qu’il est assez bien avec Milioukov et que jusqu’ici on l’a laissé tranquille et que cette amitié le sauvera sans doute. Isvolski a dit à Boyer que la révolution était pour lui un effondrement dans sa situation et dans sa fortune, car possesseur d’un peu de terre il est exposé à en être dépossédé. Je ne doute pas qu’Isvolski ne fasse tout le nécessaire pour se maintenir avec le gouvernement provisoire.

J’ai encore eu une preuve tantôt des finasseries du Saint-Siège qui laisse croire aux uns et aux autres qu’il proteste contre les barbaries allemandes, autorise les dépêches dans les journaux et finalement n’envoie aucune protestation. Je te raconterai cela un autre jour, avec la visite de M. Deslandres [9] de Dijon, lequel revient de Rome.

Ton affectionné

Et

[1] Gédéon de Roffignac (1852-1934). Militaire. Général.

[2] Cf. lettre du 22 juin 1916.

[3] Henry Coustant d’Yanville.

[4] Cf. lettre du 27 avril 1917.

[5] Le dîner a finalement lieu le 2 mai 1917. Cf. lettre du 3 mai 1917.

[6] Adolphe Aderer (1855-1923). Homme de lettres. Rédacteur au Temps.

[7] Paul Boyer (1864-1938). Professeur agrégé, il se consacre pendant plus de vingt ans à l’Institut des études slaves. Collaborateur du Temps.

[8] Astophe, marquis de Custine (1790-1857). Il écrit Voyage en Russie après son séjour de 1839. Les premières éditions, publiées chez Amyot en quatre volumes, sont intitulées La Russie en 1839.

[9] Maurice Deslandres (1862-1932). Professeur à la faculté de droit de Dijon.

27 avril 1917

27 avril 1917

 

Je vais te donner aujourd’hui encore le coup de téléphone de la sortie du Conseil de ce matin :

– La question du haut commandement reste à l’étude.

– Le Conseil, à la quasi-unanimité, s’est opposé aux mesures proposées par Painlevé qui, de son côté, s’obstine à les faire accepter par le Conseil. Il a dû y avoir une scène assez vive car Maginot, qui marche dans l’affaire contre Painlevé, est sorti très animé, la figure décomposée.

Comme je te le disais hier, ces informations sont ce que l’on veut qu’elles soient. Il n’y a rien d’étonnant à ce que Maginot se soit excité car, chose incompréhensible, il fut parmi les partisans de l’offensive au Conseil qui s’est réuni et auquel j’ai fait allusion dans une lettre précédente. Il y avait du même côté Poincaré, Malvy et Maginot. Mon informateur prend surtout ses tuyaux à l’Intérieur.

D’autre part, il me fut rapporté que la commission de l’Armée s’était réunie au Sénat hier et que Painlevé était venu s’expliquer devant elle. Il lui aurait promis de lui apporter avant jeudi le changement de généralissime.

En attendant, les courants de l’opinion semblent se déclencher peu à peu. Les histoires les plus fantastiques circulent, voici maintenant que dans le populaire un général a trahi et livré dix mille hommes. On a tellement dit que la trahison était monnaie habituelle en Russie qu’on se dit qu’il en est de même ici. D’autre part, tout ce qui tient aux ministères déclare qu’il y a une manœuvre boche et qu’on devrait appréhender ceux qui parlent et faire remonter les responsabilités après interrogatoire. Je crois qu’on remonterait très haut.

J’ai reçu une invitation à dîner de Painlevé pour demain soir. Je verrai ce qu’il dira. Rue François-Ier on prétend que Painlevé est tout à fait tombé dans le troisième dessous, qu’il se prend la tête à deux mains, s’arrache les cheveux (cela doit être curieux, il porte perruque !) et se demande comment sortir de cet imbroglio.

En revanche, une lettre très consolante nous est parvenue ce matin d’un de mes jeunes gens qui est officier et a pris Ostel « la cigarette au bec ». Préparation d’artillerie très bien faite, arrêt cependant de quatre heures à cause de mitrailleuses dissimulées, écrasement de ces mitrailleuses et fuite ou prise des Allemands. Lettre très chaude et vibrante d’un garçon qui a été blessé déjà une fois et qui a beaucoup de bon sens. Comme depuis quelques jours ce n’est pas ce langage-là qu’on entend, j’ai voulu t’en faire part. Il paraît bien maintenant que tout ce que nous avons recueilli de si fâcheux devait se rapporter à Craonne. Ailleurs cela aurait été un peu meilleur. Le général Gramat [1], causant avec un de mes amis, lui a confirmé à peu près tout ce que nous savons.

Un des neveux d’André Michel, officier, est revenu hier de Nancy et prétend que l’on s’attend à quelque chose par là, mais Michel ne sait pas si c’est une offensive de notre part ou une attaque des Allemands.

Confidentiel

Je crois bien avoir omis de te parler d’un propos tenu lundi. Un ami à moi m’avait dit que la décision était prise de marcher dans les Balkans. Cette mise en train aurait sans doute lieu demain si elle n’a pas été commencée aujourd’hui. Espérons que les choses tourneront bien, car je crois t’avoir dit déjà quelle était la situation là-bas. Cinq cent mille rationnaires et pas beaucoup plus de trois mille cinq cents à quatre mille hommes par division, ce qui ne fait pas des effectifs bien compacts.

Ce que je trouve de plus inquiétant aujourd’hui, ce sont les déclarations de l’amirauté anglaise. Si elles sont vraies, les Allemands sont dans une certaine mesure maîtres de la Manche. Maintenant il faut nous dire que les Anglais ne dorent jamais beaucoup les pilules.

Ton vieil affectionné

Et

 

Je rouvre ma lettre. On vient de me téléphoner que la pierre d’achoppement dans l’affaire du généralissime, c’est l’impression que produirait cette mesure sur les Allemands qui y verraient l’aveu de l’insuccès puisqu’elle se produirait en plein pendant l’opération.

À la Chambre, beaucoup d’agitation contre le ministère. Compère-Morel [2] dépose une demande d’interpellation sur la politique du ravitaillement.

Un petit garçon vient d’arriver de Craonne. Il raconte que Craonne et le plateau étaient pris mais qu’ils ont été obligés de se sauver, ils étaient décimés par nos propres 75.

[1] Antoine Gramat (1866-1924). Général de brigade (1915). Il commande la 12e division d’infanterie (24 juillet 1915-23 mai 1916). Il participe à la 1ère bataille de la Woëvre et à la 2e bataille de Champagne.

[2] Adéodat Compère-Morel (1872-1941). Député socialiste du Gard (1909-1936). Il intervient souvent pendant la guerre sur le ravitaillement des populations et les questions agricoles.

26 avril 1917

26 avril 1917

 

Voici, mon cher Pierre, ce qui m’a été téléphoné à l’issue du Conseil des ministres :

Le général Nivelle a été entendu hier après-midi par le Comité de guerre. Il a fait une excellente impression.

– Il a exposé les faits et mis les choses au point.

– Nos gains sont très importants. Sur les cinquante-quatre divisions ennemies engagées, douze à peine sont en situation de faire œuvre sérieuse.

– Nos pertes sont moindres que le bruit n’en avait couru. Trente mille blessés au moins le sont très légèrement et seront de retour au feu d’ici à trois semaines.

« Je ne peux pas dire, a déclaré le général Nivelle, que j’ai pris le généralissimat contraint et forcé ; je ne peux pas dire que je le quitterais sans avoir le cœur serré. Mais s’il faut que je l’abandonne, je l’abandonnerai. »

Ces déclarations, ajoute mon informateur, ont fait une impression si favorable que l’adjonction du général Pétain à Painlevé est au moins ajournée.

Note que ces renseignements m’ont été fournis par le rédacteur habituel et que celui-ci doit répéter ce que lui a raconté sans doute le ministre de l’Intérieur [1]. C’est évidemment ce que le gouvernement veut qu’on dise, ce n’est peut-être pas exactement la vérité !

Mon confrère Baschet [2], directeur de L’Illustration, que j’ai vu tout à l’heure à une assemblée que je présidais aux Victimes du devoir [3], m’a dit avoir déjeuné ce matin chez Painlevé. Le ministre de la Guerre avait invité quelques journalistes dont Berthoulat et Sapène [4] (Matin). Ces deux derniers ont commencé des théories glorieuses et nivellistes, le ministre les a considérablement refroidis en leur citant des faits. Il y aurait quatre-vingt-deux mille hommes par terre dont une grande partie, c’est vrai, blessés légèrement. Trente-deux tanks fichus, perdus, on ne les a plus revus. Le GQG avait su par ses renseignements que les Allemands avaient chopé les ordres sur un commandant depuis huit jours et n’a rien voulu changer à ses combinaisons. Tout cela a été dit au ministère de la Guerre, ce doit donc être exact. Mais Painlevé aurait déclaré qu’on mettrait le pays au courant de la vérité et qu’il désirait n’agir qu’en pleine lumière. Il n’a pas fait l’effet à ses convives d’un homme qui compte rester longtemps en place, il a eu plutôt l’air de quelqu’un dont les jours sont comptés. On sent du reste grandir le mécontentement parmi les parlementaires qui fréquentent encore le Palais-Bourbon. L’incohérence stupéfiante de Viollette nuit au ministère [5], et si là-dessus vient se greffer de l’agitation à la suite des opérations militaires de cette quinzaine, ce mécontentement pourrait bien se transformer en fureur et rechercher les responsabilités où elles sont réellement, ce qui serait fort grave. N’est-ce pas ton avis ?

Pendant que je présidais ma réunion, j’ai manqué malheureusement une réunion fort importante de notre Syndicat. En dehors de la question à l’ordre du jour qui est menaçante, celle du papier, il a dû se dire beaucoup de choses sur les événements, et mon pensum se serait allongé. Je ne suis arrivé que pour la sortie et n’ai pu échanger que quelques mots. J’aurais surtout voulu entendre ce que disaient les partisans de Nivelle, les arguments eussent été bons à entendre.

Briand a bien fait de ne plus être là, car ayant nommé le généralissime il esquive le poids des conséquences de son acte. Puisque je parle de Briand en cette occasion, rappelle-toi ce que disait Alter ego à quelqu’un de ma famille : Briand est un homme de génie auquel on rendra justice, car c’est lui qui a su faire partir Joffre et il a économisé la vie de centaines de milliers d’hommes. Je crois bien, il a supprimé Joffre I pour mettre un Joffre inférieur.

            Good bye.

Et

[1] Louis Malvy.

[2] René Baschet (1860-1949). Journaliste. Directeur de L’Illustration.

[3] Le siège de la Caisse des Victimes du devoir est 61, rue Lafayette, Paris, IXe.

[4] Jean Sapène (1867-19). Journaliste. Directeur général du Matin, il préside le consortium des grands quotidiens de Paris. Il achète et commande un ciné-roman dès 1919.

[5] Le ministère du Ravitaillement.

24 avril 1917

24 avril 1917

 

Mon cher Pierre. J’ai continué mon mouvement d’hier, et ce matin je suis allé à 8 h 3/4 à la Guerre espérant y trouver Painlevé avant son départ pour le Conseil qui a lieu généralement à 10 h. Mais Painlevé était déjà parti pour le Quai d’Orsay où il devait conférer avec Ribot avant la séance. Je me dirige donc sur le Quai d’Orsay où Ribot était en effet aux prises avec Painlevé et Lacaze. Grâce à Arnauné, le président du Conseil a bien voulu sortir cinq minutes. Je lui ai dit simplement ceci : Je ne connais nullement nos chefs militaires, je n’ai aucunement la prétention de juger des opérations pour lesquelles je n’ai aucune compétence, néanmoins je crois de mon devoir de vous faire part de ce que j’ai entendu non pas par de simples récits du public, mais par des hommes mêlés aux événements. Si ces appréciations trouvent créance dans le public, nous pouvons nous trouver dans une situation difficile. Je lui ai alors exposé ce que tu sais comme moi.

Je sais, a répondu Ribot, qu’il y a une campagne qui se fait en ce moment et à laquelle Painlevé n’est pas étranger. Il est certain que l’offensive n’a pas donné les résultats qu’on avait escomptés, mais ce que l’on vous a raconté n’est pas non plus exact. Quelques phrases à la suite de cela et Ribot est rentré confabuler.

Je lui avais dit auparavant : Ou les faits sont ce qu’on me les a représentés ou ils sont inexacts. Dans les deux cas il faut une sanction. Modifier le commandement dans le premier, couper les ailes à ces canards dans le second.

En sortant, je causais avec Arnauné. Ce dernier a ajouté ceci aux paroles de son respectable chef : Il y a une manœuvre certaine là-dessous, manœuvre dont vous comprenez le but. On avait commencé par enfler énormément les résultats prévus de l’offensive de façon à faire retomber l’opinion d’autant plus bas qu’elle aurait été montée plus haut.

Après cette entrevue, je n’ai pas cru devoir aller jusqu’à la rue Saint-Honoré où j’aurais trouvé à peu près les mêmes opinions. D’autre part, les deux ministres de la Guerre et de la Marine se trouvant dans le cabinet de Ribot, il a dû leur parler de ma visite.

L’informateur qui m’avait parlé de la séance du comité d’hier matin m’a dit aujourd’hui que la discussion sur la situation de Nivelle n’était pas exacte.

Voilà où en sont les choses. Il n’y a qu’à attendre.

Un censeur me dit qu’on est assez ennuyé en haut lieu de toutes les fournées de jeunes officiers d’artillerie fabriqués en trois mois par Fontainebleau, la plupart n’ayant jamais vu le front. Les tirs s’en ressentiraient de cruelle façon. Le fait est que j’ai ici un jeune homme de dix-neuf ans, très intelligent c’est vrai, mais, entré au 81e en janvier, le voici aspirant, il sera officier dans trois mois.

J’ai reçu ce matin la visite de Charles-Roux, ses soixante-quinze ou soixante-seize ans ne lui pèsent guère, il est toujours superbe. En m’apportant un très beau livre fabriqué par lui et sa collaboratrice Mme de Flandreysy [1], il me demande si je ne m’intéresserais pas à un projet de congrès d’agriculture coloniale au sujet duquel il m’enverrait deux lettres. L’idée est intéressante.

Il me raconte quelques jolies histoires sur la Provence, quelques récriminations à propos de la marine marchande, et me dit sans ambages que son sous-secrétaire d’État, le nommé Louis Nail [2], est le dernier des pierrots ne connaissant rien à rien et ignorant tout naturellement des questions maritimes. À propos de sous-secrétaire d’État ou de ministre, le sieur Viollette, désireux de s’entourer de toutes les lumières spéciales du Ravitaillement [3], fit mander le prince des Bouillons, j’ai nommé Alexandre Duval [4]. Ce dernier serait arrivé chez le ministre, transporté d’être ainsi consulté. Mais Viollette, occupé, le pria de passer chez son chef ou sous-chef de cabinet, lequel recueillerait les avis précieux du prince. Ce dernier reconnut dans le fonctionnaire qui le recevait je ne sais quel employé congédié pour stupidité d’une affaire quelconque parfaitement connue de Duval.

– Comment, c’est toi qui es ici.

– Eh oui, Monsieur Duval. À votre disposition pour vous écouter.

– Eh bien, mon garçon, tu peux dire à ton patron que je m’en vais, je n’ai rien à dire à un employé comme toi, tu n’y comprendrais rien.

Et Duval, coiffé de son chapeau célèbre, se retira majestueusement.

Oh, Administration ! Voici une jolie histoire. L’État voulut commander des locomotives à la Suisse, et Dieu sait si le besoin en est impérieux. Notre voisine accepta de construire les quarante-huit locomotives dont on avait besoin mais fit observer que l’Allemagne ne manquerait pas d’en demander le même nombre, qu’avant de livrer elle était obligée d’avoir l’autorisation d’en vendre à l’Allemagne. Le gouvernement accepta. L’Allemagne prit livraison de ses quarante-huit locomotives dans les cinq jours. Les nôtres sont prêtes à la frontière depuis quarante-cinq jours. Elles ne peuvent entrer parce que le préfet du département frontière ne veut pas donner de sauf-conduits au personnel disant que c’est trop grave et s’en remettant aux Affaires étrangères, lesquelles répondent par Jules Cambon que les sauf-conduits sont délivrés par l’Intérieur et le préfet. L’affaire en est là et les locomotives sifflent en vain à l’ouverture du disque.

Ton vieil

Et

[1] Nalèche se trompe d’orthographe. Jeanne de Flandrezy (1874-1959). Pseudonyme de Jeanne Mellier. Femme de lettres. Proche de Frédéric Mistral, elle écrit notamment sur la Camargue. Collaboratrice de Jules Charles-Roux.

[2] Louis Nail (1864-1920). Homme politique. Bâtonnier de Lorient. Député radical socialiste du Morbihan (1910-1920). Sous-secrétaire d’État à la Marine marchande (14 décembre 1916-4 juillet 1917). Garde des Sceaux, ministre de la Justice (16 novembre 1917-20 janvier 1920).

[3] Maurice Viollette est alors ministre du Ravitaillement et des Transports maritimes (20 mars-4 juillet 1917).

[4] Non identifié.

23 avril 1917

23 avril 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Bien que ta visite m’ait exempté de pensum, je crois qu’il vaut mieux noter les événements d’aujourd’hui pour en préciser la date.

Donc, visite du capitaine H.B. [1]. Il dit qu’il vient me mettre au courant de ce qui se passe afin que je puisse agir dans la mesure du possible pour amener un changement dans la tête. Si ce changement n’est pas opéré dans le plus bref délai, nous nous exposons à ne plus avoir d’armée. L’offensive, malgré ses brillants communiqués, a été désastreuse. Soixante-quinze mille hommes hors de combat et aucun des buts atteint. Le minimum de terrain gagné. Le moral des troupes tout à fait tombé. Un gendarme qu’il a trouvé sur sa route conduisant un soldat lui a dit qu’il en était à son sept centième déserteur. H.B.. a vu les états-majors d’à peu près chaque armée engagée, partout il a constaté les mêmes symptômes et le même découragement. En faisant tuer ainsi notre monde, nous nous exposons dans quelques années à devenir une proie facile pour les Allemands. Au GQG, rien n’a été changé depuis Joffre toujours aussi fermé, toujours aussi dans les nuages. Les réformes que l’on devait introduire n’ont abouti qu’à remercier Pellé qui pouvait, lui, avoir ses défauts mais avait au moins quelques vues sur l’extérieur. Quant à Nivelle… Il a donné sa mesure. Il est urgent de lui donner un successeur. Le seul qui soit capable de prendre en main la situation c’est Pétain. H.B. me demande à faire usage de tout ce que je puis avoir d’autorité pour y arriver.

Je te téléphone et tu viens me voir.

Entre-temps, on me téléphone que le Comité de guerre s’est occupé ce matin de Nivelle et que l’on nommera Pétain au Conseil des ministres.

Nous téléphonons néanmoins à Thierry, lequel me dit qu’en effet il est sorti du Comité avec une impression très pénible et qu’il est attristé que je sois au courant, car ceci prouve que les choses commencent à filtrer dans le public. Je lui réponds que j’ai appris ces choses-là directement. Thierry me conseille de voir le président du Conseil et le président de la République. Ce dernier conserve encore des illusions et espère qu’on s’en tirera par des explications. Il est convenu que j’irai demain voir ces hautes personnalités.

À toi, old chap.

Et

 

[1] Capitaine H.B. non identifié. Cf. lettre du 19 avril 1917.

21 et 22 avril 1917

21 et 22 avril 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je crois que tu as eu toute la moelle du pensum d’hier et de celui d’aujourd’hui [1].

Interview de Gauvain et de Ribot dont notre collaborateur est sorti satisfait. Le président du Conseil [ne] lui aurait pas seulement donné des paroles mais montré des actes. La conférence de Saint-Jean-de-Maurienne eût donc été décisive à ce point de vue-là.

Visite au ministère de la Guerre. Conversation avec le ministre mais pas sur la question brûlante. En revanche, vu plusieurs des fonctionnaires. L’impression de l’entourage paraît être bonne. Si l’on n’a pas atteint les buts mirifiques que l’on s’était proposés, on n’en aurait pas moins fait de bonne besogne. On serait en train de regrouper les forces pour attaquer de nouveau.

Croisé André Lefèvre [2], député, qui sortait de chez le ministre. Il me donne la même note, cependant avec un air un peu mystérieux comme s’il aurait eu envie de me dire quelque chose sans oser parler à cause des personnes présentes.

Je vais voir mon vieux copain que tu connais. Il doit écrire à son patron pour l’engager à rester tranquille et à laisser opérer les indigènes eux-mêmes, me semble vaguement inquiet de ce que pensera le patron. Il croit que le cabinet actuel est décidé à faire les plus grandes concessions à l’Italie.

Trouvé également dans l’antichambre le Tchèque Stefanik retour de Russie. Je n’ai pu que lui serrer la main, mais il a causé avec François de Wendel. Il lui a dit notamment que les choses s’amélioraient beaucoup en Russie et qu’il revenait avec le plus ferme espoir d’avenir. Tu sais que Stefanik était allé en Russie pour tâcher d’organiser une armée tchèque. Il part pour les États-Unis ces jours-ci avec le même objet. Là il y a à faire.

Parmi les sujets professionnels traités avec le ministre, il y avait une petite question concernant la publication des noms des généraux commandant les armées. On avait demandé aux journaux la suppression de ces noms. Quelques quotidiens avaient passé outre. C’est le secret de polichinelle, disaient mes confrères. C’est absurde, incompréhensible une mesure pareille ! Les plus excités étaient les conservateurs car chacun tient à faire mousser son général.

Painlevé a répondu qu’avant de venir au ministère, il ne comprenait pas non plus la raison de ce silence mais il a interrogé Nivelle. Ce dernier a répondu que c’était une des choses auxquelles il tenait le plus, que l’on ne donne pas des renseignements de cette nature. Lui-même cherche à se les procurer sur les ennemis car, suivant que l’on sait que telle troupe est commandée par tel homme, c’est neuf fois sur dix la connaissance de la stratégie employée. J’avoue que j’avais glissé timidement avant d’entrer cet argument, mais mes confrères irrités m’avaient toisé avec mépris. Il me semble cependant que Painlevé et Nivelle, en la circonstance, ont raison.

Je t’ai dit le mot de Nivelle qui m’a été rapporté hier au soir par le général d’Amboix de Larbont [3]. En huit jours j’ai tué cent mille Allemands, pris cent canons, et la guerre sera finie dans quatre mois. Amen !

Et

[1] C’est probablement pour cette raison que Nalèche n’évoque pas ce dîner chez François de Wendel : « Dîner intéressant ce soir à la maison en l’honneur de Guérin qui s’est révélé agréable causeur (Nalèche, Marin, Humbert, Richard de Courson, Jean Mercier, Mmes de Caix et de Neverlée, etc.). » François de Wendel, Journal, 21 avril 1917.

[2] André Lefèvre (1869-1929). Ingénieur des Mines. Journaliste. Homme politique. Député républicain socialiste (1910-1924) des Bouches-du-Rhône. Sous-secrétaire d’État aux Finances adjoint de Klotz (3 novembre 1910-3 février 1911).

[3] Alfred d’Amboix de Larbont (1841-1926). Général de division.

20 avril 1917

20 avril 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Jusqu’ici tout paraît satisfaisant, et si les buts que l’on se proposait n’ont pas été atteints, les choses tournent assez bien. C’était l’avis ce matin du colonel. Il y a cependant une chose que je ne crois pas t’avoir dite hier et que le colonel ne savait pas, c’est qu’un corps était massé à l’arrière pour accentuer la poursuite escomptée dans le plan. Or ce corps serait maintenant engagé. Je me demande si ce n’est pas celui de Duchêne [1].

Le neveu, arrivé à midi, confirme la bonne journée d’hier. J’ai cru comprendre que les Anglais étaient sur le point de recommencer la vigoureuse attaque. Ce serait pour demain. Le neveu nous a apporté un document qui ne manque [pas] d’intérêt. C’est le règlement allemand des demeures hospitalières de Noyon. Tout y est, règlement, tarif, conseils hygiéniques, etc. Rien n’y est oublié. On doit ne venir là qu’individuellement et n’y rester qu’une heure. Aucune boisson ne doit y être servie, la seule consommation du sacrifice est permise. Les officiers sont taxés à trois mark plus un mark pour le couvert et un pourboire pour la victime. Les soldats payent un mark cinquante plus un pourboire, et un mark également pour le couvert.

Il est spécialement recommandé à tout homme dont la santé laisserait à désirer, de s’abstenir car il doit se dire qu’il pourrait propager la maladie et ainsi nuire à la solidité de l’armée allemande. S’il est prouvé qu’il a, étant malade, passé outre à ces ordres, il sera recherché et puni.

Les femmes ne pouvant être visitées que deux fois par semaine, et en conséquence leur salubrité ne pouvant être garantie, les consommateurs sont instamment priés de se servir le plus possible de préservatifs et de « virocrème » (sic). Que diable est ce produit qu’ils écrivent en français ?

Malvy m’a téléphoné lui-même pour me demander de la part du président du Conseil d’être ce soir très prudent sur les affaires de Grèce. Son entrevue avec Lloyd George avait été consacrée à ces questions et toutes les solutions auraient été envisagées. Ribot attacherait beaucoup de prix surtout à ce que l’on ne laisse pas croire que le changement ministériel pouvait être dû à la pression des Alliés. Le président du Conseil se tenait du reste à ma disposition pour m’expliquer toute cette politique. J’ai pensé que Gauvain causerait d’une façon plus utile avec lui que moi, et j’ai prié mon collaborateur de demander de suite une audience à Ribot.

J’ai du reste trouvé Herbette très imprudent ce matin dans L’Écho de sortir le mot de république. Il y a tant de manières de parler de cela sans prononcer ce nom qui alarme les monarques de l’Alliance. L’évolution démocratique est un terme qui se prête à tout et qu’une monarchie constitutionnelle pourrait adopter.

L’idée d’établir la république en Grèce ne sourit même pas à beaucoup de gens ici. En causant avec Haussonville [2] hier, j’ai bien vu que ce mot n’était pas sympathique aux genres d’objections qu’il me faisait.

On me dit ce matin que la Thessalie était sur le point de passer aux venizelistes. Si la chose se fait, ce sera le glas de la royauté de Constantin. Il faut bien se dire que celui-ci peut résister. Il s’est entouré de janissaires armés de mitrailleuses, et un conflit peut être sanglant.

Au revoir, old man.

Ton Et

[1] Denis-Auguste Duchêne (1862-1950). Colonel du 69e régiment d’infanterie (1912). Chef d’état-major du 20e corps d’armée (1914). Commande le 32e corps d’armée (1915). Nommé général de divison (28 septembre 1915). Commande la bataille de la Somme (1916). Commandant de la 6e armée au Chemin des Dames. Nommé officier de la Légion d’honneur après la bataille du Grand-Couronné.

[2] Othenin d’Haussonville (1843-1924). Avocat. Membre de l’Institut et, en 1916, vice-président de l’Académie des sciences morales et politiques. Il collabore à de nombreux journaux dont la Revue des Deux Mondes.