Archives de l’auteur : Odile Gaultier Voituriez

29 septembre 1917

29 septembre 1917

 

Toute la journée, le bruit a couru, au Palais, de l’arrestation de Leymarie, à la préfecture on démentait formellement. En tout cas, on a mis Bolo en état d’arrestation. Voici comment les choses se sont passées.

Tu sais qu’on avait envoyé des commissions rogatoires en Amérique pour découvrir les origines de la fortune de Bolo. Jusqu’ici, les résultats avaient été très médiocres. On ne répondait pas ou mal. On a reçu un câble, Bouchardon dit ce matin à 10 h 1/2 mais nous croyons depuis deux ou trois jours, conseillant l’arrestation du pacha en raison de la source des dix millions d’origine germanique. Bouchardon envoya aussitôt deux agents conduits par Viollet, commissaire spécial au Grand Hôtel. Viollet trouva Bolo dans son lit, lui exposa sa mission, puis lui dit : M. Bolo, je sais que vous avez un revolver sous votre oreiller, vous allez me le remettre immédiatement. Bolo remit son arme. On examine en ce moment s’il est transportable pour être emmené à la Santé. De plus, l’affaire Bolo est venue au Conseil des ministres et on dit beaucoup que Poincaré lui-même serait atteint par quelque éclaboussure. Si tu te le rappelles, je t’ai raconté dans une de mes notes [1] comment Poincaré expliquait ses relations avec Bolo. Présentation par Henri Cain. Demande par Bolo d’envoyer Charles Humbert en mission auprès du roi d’Espagne, etc. Espérons que cela se borne là.

Quant à Charles Humbert, on dit aussi qu’il est menacé. Il faut dire que, dans des moments comme celui-là, les potins feraient certainement arrêter la moitié de Paris.

Lindeboom est venu me voir un instant et nous parlons de la question du tonnage. Je lui ai demandé de me rédiger quelque chose, je suis bien sûr que ce sera très intéressant comme réponse à la dépêche du Matin d’hier. La note du Matin a dû être inspirée non par ici mais par le gouvernement américain. Wilson [2] est décidé à donner satisfaction à ceux qui s’en remettront à lui du règlement.

Lindeboom m’a expliqué les raisons qu’avaient les Américains à entrer en guerre, crise financière d’abord et nécessité pour eux d’arriver à se créer une armée. La chose eût été tout à fait impossible s’il n’y avait pas eu le facteur actuel. Les Américains ne voudront pas cesser la guerre avant d’avoir réalisé leur but. Du reste, il est inutile que je t’embête avec cela. Comme nous le verrons mardi, il pourra nous exposer ses vues et la façon dont, vis-à-vis de l’Amérique, on pourrait se servir de ses désirs et de ses obligations pour obtenir des avantages d’avenir.

Le vieux sacripant de roi de Monténégro est fort désappointé. Il avait espéré que son gendre [3], venant en France, aurait manifesté le désir de venir lui faire une petite visite. À cet effet, il avait fait nettoyer sa maison de Neuilly de fond en comble et s’était livré à des préparatifs somptueux, et, crac, le roi part ce soir pour l’Italie. Du moins, c’est ce que l’on annonce. Viendra-t-il tout de même incognito à Paris. Ce n’est cependant pas très probable.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre des 23-24 septembre 1917.

[2] Wilson déclare que les États-Unis ne sont pas alliés avec les autres gouvernements en guerre avec l’Allemagne mais qu’ils poursuivent, avec eux, le but commun d’abattre le militarisme prussien et de rendre le monde safe for democracy.

[3] Victor-Emmanuel III, roi d’Italie.

28 septembre 1917

28 septembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Journée sans intérêt autre que le travail quotidien, et tu sais que le temps est plutôt rempli. Notre ami Bidou a vu Thierry ce matin. Il a trouvé un homme ulcéré qui ne tarit pas sur les inconséquences de Painlevé. On lui a offert Berne, il a accepté et, depuis, on ne parle de rien. Voilà cinq jours, dit-il, qu’il n’a vu personne. On a tâché de l’aiguiller sur l’Espagne, mais il ne s’en soucie guère. C’est à Berne qu’il veut aller. Il parle avec une certaine liberté sur les affaires en cours, s’exprime avec franchise sur Malvy. Après tout, ajoute-t-il, on n’est pas du tout sûr qu’Almereyda n’ait pas été supprimé. Ce doute dans la bouche d’un ancien membre du cabinet est assez curieux à recueillir.

L’amiral Degouy sort d’ici. Son attention a été éveillée par la dépêche ou soi-disant dépêche de ce matin concernant la prétention de l’Amérique de garder le tonnage réquisitionné chez elle, bien qu’une grosse partie soit des commandes des Alliés ou des neutres. Il se demande si cette dépêche n’a pas été donnée par le gouvernement lui-même. Je le crois assez volontiers, c’est du moins l’effet que cela m’a produit ce matin, d’autant que le fait et les difficultés qui en résultent nous avaient été expliquées par Lindeboom mercredi soir, si tu t’en souviens.

Passant à un autre sujet, Degouy me raconte qu’il est allé ce matin à L’Éclair que Judet a vendu à un spéculateur en blés nommé Colin. Cet homme se trouvait là lorsque Degouy est arrivé. Il paraît que, s’il ne jouit pas d’une excellente réputation comme scrupules, on ne peut pas lui contester une grande connaissance de la situation mondiale des grains. À ce point de vue-là, ce qu’il dit a peut-être un intérêt. Or il a déclaré qu’après avoir bien étudié toutes les ressources dans tous les états, la famine ou la pseudo-famine était forcée à partir de mai, et famine générale. Le mot est peut-être très gros, crois-tu réellement à la famine, mais ce qui me semble certain c’est que ce sera, pour tout le monde, l’ère des privations sérieuses.

Je lui parle aussi de la question financière si menaçante pour notre avenir. Il me répond qu’à son dernier voyage, Bonar Law a demandé au gouvernement de lui préciser nos ressources, de faire une balance exacte de ce que nous possédons et pouvons encore escompter, quel temps nous pourrions faire face aux événements car, ajoutait-il, l’Angleterre peut tenir un an encore, mais un an juste. Après ce sera fini.

Si nous ajoutons à cela des difficultés avec les États-Unis, difficultés militaires et difficultés économiques, la belle carte, sur laquelle récemment encore nous entendions notre entourage mettre tant de confiance, serait bien compromise.

Ton vieil

Et

 

Le Temps de ce soir fait une belle palinodie pour excuser sa gaffe d’hier [1] relevée vigoureusement par L’Humanité. Il ne nous manquerait plus que des coups de fusil dans les usines, et c’est à cela qu’il nous conduisait.

Et ta réquisition ?

[1] Cf. lettre du 26-27 septembre 1917 au sujet des usines Renault.

26-27 septembre 1917

26-27 septembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Pas de pensum hier. Tu as entendu dans les deux séances de la journée tout le fond de mes pauvres tuyaux [1]. Si tu avais été encore aux armées, j’aurais tout de même pu alimenter quatre bonnes pages. J’arrive peut-être maintenant un peu tard et je crains que mes renseignements ne soient légèrement défraîchis en te parvenant.

Les bruits circulent en ce moment, dans les milieux politiques et judiciaires, très sombres. On chuchote que nous sommes à la veille d’événements intérieurs très graves, qu’une sorte de nuage plane sur Paris. Le garde des Sceaux [2] poursuivrait impitoyablement toutes les compromissions quels qu’en aient été les auteurs. Figure-toi qu’on ne parlait de rien moins que de l’arrestation éventuelle de Malvy. Les perquisitions auraient donné des résultats stupéfiants. Il est bien entendu, n’est-ce pas, que ce que je te dis là, ce sont des propos recueillis de droite et de gauche. Monzie, Caillaux, déjà nommés, se seraient retrouvés à leur avantage dans les dossiers saisis. Mais ce qui semble être vraisemblable, c’est que Jacques Landau était dans d’excellents termes avec Briand. Ce dernier est trop fin pour s’être compromis autrement que par ses rapports avec la fripouille ci-dessus, mais Jacques Landau était trop bien en cour dans le gouvernement pour qu’il n’y ait pas eu quelque chose comme cela.

Ce qu’il y a de certain, c’est que le garde des Sceaux avait, aujourd’hui, pris la décision de déférer Monier à la Cour de cassation. C’est déjà un fait d’une gravité exceptionnelle. On lui avait demandé sa démission. Il a refusé, prétendant n’avoir rien à se reprocher, on l’a alors menacé de la Cour de cassation. Monier a continué à résister acceptant cette décision, alors, Raoul Péret[3] a marché. Nous avons reçu une note dans ce sens mais, à 2 h, on nous a ordonné par la censure de ne rien faire paraître à ce sujet. L’annoncera-t-on demain ou différera-t-on cette mesure disciplinaire. Toujours est-il qu’un avocat m’a dit aujourd’hui qu’on commettait à l’égard du procureur général un acte inqualifiable et que sous ces mesures de haute moralité judiciaire se cachaient en réalité des vengeances personnelles d’avocats comme Monzie auxquels il n’avait pas permis certaines plaidoiries dans les affaires de séquestres… Je sais que le pauvre Monier est très léger et qu’il ne sait guère retenir ses propos. Souviens-toi de l’affaire Caillaux. D’autre part, dans les affaires de séquestres il a pris des mesures complètement folles, mais de là, tout de même, à être un malhonnête homme il y a loin.

Quant aux grèves, comme tu le sais, il y a environ cinquante-deux mille personnes qui ont cessé le travail, les Renault [4] comptant pour trente-sept mille. On a décidé de réquisitionner et de placer des officiers dans les usines, tout ouvrier ne rentrant pas au jour dit perdant son sursis. Le gouvernement nous a demandé de ne pas dire un mot dans les journaux. Défendu même de faire une allusion. Quelle n’est pas ma stupéfaction de lire dans Le Temps un long article où tout était sous le titre : « Crime contre la patrie », depuis la cessation du travail jusqu’à la réquisition. Je saute sur mon téléphone, je fais venir le directeur de la Censure et je lui dis en termes choisis ce que je pense de lui et de ses consignes. Il est ahuri, il n’a manifestement pas lu l’article. Il fait venir la première page du Temps et tombe de son haut car il avait eu soin de faire échopper les informations. Ou c’est une canaillerie, ou ce sont des idiots.

Ce soir, un de mes vieux amis, Razac, est venu dîner. Tous deux sommes d’anciens camarades du colonel Tillion avec qui nous avons passé notre enfance. Tillion était notre attaché militaire en Espagne. Je crois bien t’avoir raconté qu’il avait un peu la marotte de l’espionnage. Il a même eu une aventure assez désagréable qui lui a coûté son poste [5]. Tillion maintient ses dires dur comme fer. Il a vu Razac ces jours-ci et lui a raconté que l’ambiance de l’ambassade de France à Madrid était boche au suprême degré. Geoffray, personnellement très brave homme, mais tout à fait circonvenu. Les San Felice, je crois, expulsés de Biarritz, ne quittaient pas l’ambassade et Mme de Vienne [6] était liée avec tout ce qu’il y avait de plus Boche dans la capitale, notamment le chef de la propagande allemande en Espagne. Ce serait sur les instances réitérées de Geoffray également qu’un autre personnage, dont on voulait mettre la villa de Biarritz sous séquestre, en aurait obtenu la libération. Je dois ajouter que je n’ai aucune confiance en Tillion je note simplement.

            Good night.

Et

 

J’ai bien regretté de ne pouvoir aller à Saint-Pierre ce matin. Au dernier moment je n’ai pu partir, mais je me suis fait ????.

 

[1] Nalèche n’évoque pas le dîner des Débats relaté par Wendel. Pierre Lebaudy y était probablement : « Dîner ce soir aux Débats. Deux voisins intéressants : Lindenbaum et Milewsky, le premier, officier de marine, a accompagné Joffre aux US. […] » François de Wendel, Journal, 25 septembre 1917.

[2] Le garde des Sceaux est alors Raoul Péret depuis le 12 septembre 1917.

[3] Raoul Péret (1870-1942). Avocat. Homme politique. Député gauche radicale de la Vienne (1902-1927). Sénateur gauche républicaine de la Vienne (1927-1935). Sous-secrétaire d’État à l’Intérieur (1913). Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes (1914). Ministre de la Justice (12 septembre-15 novembre 1917). Président de la Chambre des députés (1920-1924).

[4] Louis Renault (1877-1944). Industriel. Fonde avec ses frères Marcel et Fernand (1868-1909) une usine de munitions pour l’aviation. Ils mettent au point un tank (1918). Ils développent les usines de fabrication de voitures.

[5] Cf. lettre du 30 juin 1916.

[6] Mme de Vienne, née Gabrielle Villeroy de Galhau (1885-1970), est l’épouse de Louis Mathieu de Vienne, secrétaire d’ambassade à l’ambassade de France à Madrid.

25 septembre 1917

25 septembre 1917

 

Tu as vu le scandale qui a éclaté à Genève. Voici pourquoi Mme et Melle Pascal d’Aix se sont suicidées. Je viens de recevoir une note confidentielle m’en informant.

La mère était présidente et la fille trésorière de la Croix-Rouge française. Elles ont commis des faux en écriture.

Les bons de vingt francs étaient chiffrés cent vingt, ceux de dix francs étaient chiffrés cent francs. Jusqu’à ces jours-ci, on a trouvé un déficit de quatorze mille. Les deux malheureuses ont écrit leurs aveux et se sont jetées à l’eau. Mmes Mieg et Dollfus, pour éviter un plus grand scandale, ont restitué à la caisse les quatorze mille et sont prêtes à combler un déficit éventuel.

Ah ! nous savons y faire, comme on dit, avec nos représentants à l’étranger, Espagne, Suisse, etc. Les Pascal d’Aix étaient tout de même des gens assez bizarres, très liés avec le milieu Scheurer-Kestner [1], Ferry [2] et Floquet [3]. Lorsque la déclaration de guerre est arrivée, des petits jeunes gens qui étaient en Allemagne pour passer leurs vacances en apprenant l’allemand et appartenant à de bonnes familles, ont pu filer le 28 ou le 29 août par la Suisse. Comme c’était fin de mois, ils n’ont pu toucher leurs mensualités avant le départ et arrivèrent en Suisse sans un franc. Ils ont trouvé les frontières fermées, postes, télégraphes, rien ne fonctionnant plus. Ils se sont présentés au consul qui était Pascal d’Aix [4], ont donné leurs noms et qualités et lui ont demandé ce qu’ils devaient faire. Le consul a répondu qu’il était désolé mais qu’il ne pouvait rien. Il n’a même pas cherché à leur assurer un logement, un peu de nourriture, quoi que ce soit. Ces jeunes gens ont été recueillis par l’Armée du salut qui les a hébergés pendant les sept ou huit jours où ils sont restés sans communication avec leurs familles.

On a arrêté Landau dans la journée et Goldsky après. On parle d’une troisième arrestation qui aurait été opérée, mais à 8 h ce soir on ne savait pas encore le nom de celui qui avait été appréhendé. À la Chambre, on disait quasi ouvertement que les perquisitions avaient fait découvrir des documents compromettants pour Caillaux et de Monzie. Ce dernier est à la tête d’un sous-secrétariat d’État. Osera-t-on pousser ? Tu as vu que le célèbre Dubarry a été obligé de quitter la direction du Pays. Cela n’a pas été sans difficulté et il a fallu désintéresser le gaillard auquel on a dû verser la jolie somme de trois cent mille francs. Il paraît que les gros commanditaires de la feuille, les parfumeurs Wertheimer, ont pris peur, leur situation militaire ne demandant pas à être trop éclaircie et, dame, un bruit pareil autour de leur canard est de nature à amener un examen plus attentif qui amènerait des désastres pour leur précieuse tranquillité. En tout cas, Dubarry, bien que copieusement arrosé, ne se montre pas reconnaissant et il a versé quelques brocarts dans le Carnet de la semaine.

Depuis un certain temps, le Grand Hôtel était devenu le rendez-vous de tous les argousins. C’est en effet rue Scribe qu’habitaient Bolo et même Landau, je crois. Chacun d’eux avait quatre policiers à son service et, avec les relèves et ceux qui surveillent encore d’autres voyageurs, on ne voyait plus dans les couloirs et les halls que ces figures spéciales de détectives.

Le Temps, pas très adroitement, à mon sens du moins, fait un article sur les grèves en perspective. Elles sont assez menaçantes. On a fait partir hier pour Courbevoie des troupes au repos près de Versailles. On craint que le mouvement n’éclate pour la paie de fin de mois.

T’ai-je raconté que Welschinger était venu il y a deux jours à la rédaction et qu’il avait fait un raffut terrible à propos du mot « désannexion ». Il s’offrait pour dire au gouvernement qu’il ne s’agissait pas de désannexion mais de restitution de la frontière de 1814 et non celle de 1815 [5]. Il fallait Sarrebruck, Sarrelouis et toute la Sarre, etc., etc. Qu’il était nécessaire de montrer aux Allemands de l’énergie et de la fermeté et qu’ils ne s’en tireraient pas à si bon compte, que nous avions affaire à des pleutres, etc. Tu entends d’ici la voix de Welschinger claironner ses triomphes. Je lui ai dit que son idée me paraissait tout à fait trouvée, qu’il défendrait lui-même les arguments que les Allemands ne manqueraient pas d’invoquer en montrant que des Français eux-mêmes ont interprété le mot comme ils le feront sûrement eux-mêmes si nous sommes même tout à fait victorieux. Quand on songe à tout l’argent qu’ont dépensé les Allemands pour justement favoriser les sociétés, fonder des journaux et exciter le pays dans cette voie de revendications, on se demande comment nos compatriotes ont la tête faite ! Et, tu sais, ils sont légion comme cela, et quand on leur représente que les Allemands sont à Saint-Quentin et qu’il serait, tout d’abord et avant toute discussion, nécessaire de les en chasser, on passe pour un mauvais Français ou un « défaitiste ». Ah ! la peau de l’ours.

J’ai reçu la visite, hier au soir, un instant avant la tribune, de James Hyde venu avec Firmin Roz [6]. Notre Américain est maintenant, lui aussi, habillé en soldat américain. Il est devenu en quelque sorte le chef d’état-major du major Murphy[7], grand manitou de la Red Cross américaine, et Firmin Roz, littérateur qui ne manque pas de mérite, l’agent de liaison avec la presse ou autres corps constitués. T’avait-on dit déjà que Hyde avait renvoyé sa femme (Lichmann-Gontaud [8]), je ne sais pas au juste ce qui s’est passé et si la répudiation est bien réelle. Tu dois savoir tout cela mieux que moi.

Ton

Et

[1] Auguste Scheurer-Kestner défend l’innocence du capitaine Dreyfus auprès de Félix Faure, président de la République, et du général Billot, président du Conseil. Il est l’oncle par alliance de l’épouse de Jules Ferry.

[2] Jules Ferry (1832-1893). Avocat. Homme politique. Député républicain à la fin de l’Empire (1869), membre du gouvernement de la Défense nationale et maire de Paris en 1870. Ministre de l’Instruction publique (1879-1883), président du Conseil (1880-1881 ; 1883-1885), il attache son nom à une législation scolaire : obligation, gratuité et laïcité de l’enseignement primaire. Sa politique coloniale (conquête du Tonkin) provoque sa chute.

[3] Charles Floquet (1828-1896). Apparenté à Jules Ferry. Avocat. Homme politique radical. Président du Conseil (1888). Ministre de l’Intérieur (1888-1889).

[4] Georges Pascal d’Aix (1862-19). Diplomate. Il est consul général à Genève depuis 1913.

[5] Cf. lettre du 11 septembre 1917. Nalèche n’y parle pas de Welschinger mais de Bégouen où il est question de l’Autriche, de la Bulgarie, de la Roumanie à propos des frontières de 1814.

[6] Firmin Roz (1866-1957). Traducteur. Membre de l’Institut, auteur d’ouvrages sur les États-Unis et le Canada.

[7] Grayson Mallet-Prévost Murphy (1878-1937). Américain. Banquier. Homme d’affaires. Directeur de la Croix-Rouge américaine en Europe pendant la guerre.

[8] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Martha Leishman (1882-1944) qui a épousé en premières noces le comte Louis de Gontaut-Biron (1878-1907).

23-24 septembre 1917

23-24 septembre 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne t’ai pas fait de pensum hier car, ce que je t’aurais dit, je vais te l’exposer par téléphone. Cependant, j’ai entendu par quelqu’un de qualifié des plaintes sur les affaires russes extrêmement inquiétantes. Les Allemands font ce qu’ils veulent en Russie. Ils ont su prendre les Moscovites non par les grands principes mais par des moyens plus sûrs. Malgré tout ce qu’on dit, on devrait aviser. Le socialiste Rouanet est venu ce matin nous parler du Congrès socialiste qui s’est tenu hier. Il semble moins inquiet qu’il y a quelques mois sur la progression du parti minoritaire. Il dit que Ribot a fait une faute énorme en refusant les passeports pour Stockholm à la veille du jour où les Allemands allaient eux-mêmes les refuser ne voulant pas permettre la discussion des responsabilités de la guerre. Rouanet s’élève avec violence contre les gouvernements français qui n’ont ni pu ni voulu s’éclairer sur l’empire de Russie et ont effacé de la carte européenne, en tant que conductrice, la France qui fut placée dans le sillon des tzars. Il ne comprend pas que les gens patentés n’aient pas réussi à découvrir que la Russie n’était pas un peuple mais une « horde de peuplades ».

Après avoir écouté Rouanet, je suis allé déjeuner chez Jean Dupuy où Arthur Meyer nous a rendu compte de nos œuvres des Éprouvés.

Pendant le repas, on a parlé mais sans grande animation. Il n’y avait pas là de forte tête. Berthoulat a fait un éloge immodéré de Briand, il doit avoir ses raisons. Lui seul est un homme de gouvernement, lui seul est capable de diriger les affaires de l’État. S’il n’a pas réussi, c’est à son entourage qu’il le doit. N’est-ce pas le propre d’un homme de gouvernement que de savoir s’entourer. Il ne peut pas faire les affaires d’un pays tout seul. Il a ramassé Viollette parce qu’il s’est présenté au dernier moment et que la combinaison n’était pas entamée par ce procédé in extremis. Le trou était bouché, c’est tout ce qu’on demandait. Mais savoir si l’homme avait des compétences, s’il était capable de donner une solution à tous ces problèmes si difficiles, cela n’avait aucune importance. Voici ce qu’on nous sort comme homme de gouvernement ! Étonnez-vous, après, si nous assistons aux conséquences désolantes de deux ans de cette politique de lâchage.

À part cela, on a peu parlé du ministère actuel et beaucoup des affaires en cours. Arthur Meyer a beaucoup dit que Bouchardon [1] ne trouvait rien sur Bolo. Les gens renseignés ont tout de suite trouvé beaucoup de choses. Notamment, on se demande pourquoi Daudet ménage aussi manifestement Bolo Pacha que, tous les trois jours, il demande à ne pas confondre avec Almereyda. Une hypothèse, pour expliquer cette abstention, est émise. Bolo Pacha versa une somme importante à la Société de la rive gauche du Rhin, et tu sais que l’Action française a marché avec énergie pour la conquête. Elle est un peu attrapée maintenant de voir que l’excitation à l’annexion des pays de la rive gauche faisait partie du plan de propagande pangermaniste.

On a essayé de dire que Bolo Pacha connaissait le président de la République et que Mme Bolo [2] faisait partie des relations de Mme Poincaré. Voici ce qu’a répondu Poincaré : « Mes relations avec Bolo, je vais vous les expliquer. Quant à Mme Poincaré, il se peut que Mme Bolo soit venue à l’Élysée où l’on est très accueillant, mais nous n’en avons aucun souvenir. En tout cas, comme relations personnelles, elles sont nulles. Quant à moi, je fus sollicité par Henri Cain [3] de recevoir Bolo Pacha. Cain ne tarissait pas d’éloges sur lui, affirmant que c’était un homme de tout premier ordre capable de rendre les plus grands services, etc. Je reçus donc Bolo avec Cain. Il s’exprima sur l’ancien Khédive, sur Hearst, sur Humbert du Journal en termes dithyrambiques. Il dit notamment qu’il attachait une importance extrême à l’envoi en mission auprès du roi d’Espagne du directeur du Journal. J’ai répondu que M. Humbert, directeur d’un grand quotidien, sénateur, n’avait besoin d’aucune mission pour être reçu. Au surplus, il pouvait négocier cela avec le ministère des Affaires étrangères. »

Le président demanda s’il ne ferait pas bien d’intervenir à l’instruction pour dire ses rapports avec Bolo. On l’en a dissuadé comme procédé dangereux. Déjà, une fois, il est intervenu au procès Caillaux. Ce ne fut pas très heureux.

Le Radical, dont le directeur est Dumesnil [4], aujourd’hui chef du service des Interprètes au ministère, a touché quatre cent mille francs de Bolo pour la rive gauche du Rhin. Tu vois quel arrosage et quel prix on attachait à un mouvement d’opinion en France sur la question. Quand nous suppliions les gens de ne pas parler de cela, on nous traitait de mauvais Français et d’anti-patriotes !

Good bye.

Et

 

La censure vient de me faire enlever l’arrestation de Sébastien Faure [5], pas pour anarchie mais pour avoir commis quelque « indécent assaut » sur des petites filles.

[1] Pierre Bouchardon (1870-1950). Juriste. Conseiller à la Cour d’appel de Paris, il est mobilisé du 7 août 1914 au 13 juillet 1919 comme capitaine rapporteur près du 3e conseil de guerre permanent du Gouvernement militaire de Paris. Juge d’instruction militaire. Il instruit les grandes affaires d’espionnage et de trahison en 1917 (affaires Bolo, Duval, Lombard, Garfunkel, Mata Hari, Caillaux, etc.)

[2] Pauline Moiriart. Chanteuse de music-hall. Son mariage avec Paul Bolo le 13 février 1918 est annulé la veille de sa condamnation à mort.

[3] Henri Cain (1859-1937). Auteur dramatique. Librettiste d’opéras. Artiste peintre.

[4] Edmond Dumesnil (1866-1928). Sous-préfet. Journaliste. Créateur du Comité d’action pour les réformes républicaines qui devient le Parti radical. Membre du comité directeur du Parti radical et de celui de l’Alliance démocratique. Directeur du Rappel (1908) et du Radical.

[5] Sébastien Faure (1858-1942). Anarchiste. Fondateur du Libertaire avec Louise Michel en 1895. Il crée en avril 1916 un journal contestataire et antimilitariste, Ce qu’il faut dire diffusé dans l’armée, que Clemenceau supprimera en 1918.

22 septembre 1917

22 septembre 1917

 

Je t’avais dit hier, mon vieux Pierre, que je te citerais quelques passages d’une lettre reçue d’Espagne et qui confirmait absolument ce que me disait M. de Lévis-Mirepoix. Voici cet extrait :

« Néanmoins, je crois que notre diplomatie s’est lourdement trompée ici. Elle a soutenu le roi en sympathisant avec les républicains qu’elle n’a ni satisfaits ni découragés. Cette attitude équivoque est tout à fait dans la tradition du Quai d’Orsay en ce qui concerne les choses d’Espagne. On a toujours cherché à rester en termes amicaux avec le gouvernement en se gardant de lui ôter toute préoccupation du côté de ses ennemis. C’était excellent en temps de paix. En temps de guerre, il y a un tiers intéressé à brouiller les cartes. Les Allemands épient nos moindres mouvements. Ils exploitent merveilleusement contre nous toutes les avances clandestines que nous adressons aux éléments anti-dynastiques. Leur plan a réussi au-delà de toutes leurs espérances au cours des événements du mois dernier. Une personnalité de notre ambassade, qui vient d’être reçue par le roi, me disait ce matin : « Nous avons perdu en Espagne une bataille morale. »

« Je crois qu’on le sent en effet à Paris et qu’on va tâcher de réparer. La question espagnole est avant tout économique. On va donc se cantonner sur ce terrain et réitérer au roi les assurances de notre loyauté. Mieux vaut tard que jamais.

« Il y aurait beaucoup à dire encore, notamment sur l’incident Bréal. Évidemment, ce dernier a été imprudent. M. Dato s’est vanté devant moi d’avoir en mains de quoi le faire fusiller. Sans prendre cette assertion au sérieux, il n’est pas douteux que les correspondances de Bréal au Temps, pour nous en tenir à ce que tout le monde connaît, n’étaient pas celles d’un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay.

Aujourd’hui, nous avons enfin les réponses des Centraux. Telles qu’elles sont, elles me paraissent être un gros échec pour le Vatican. J’ai beaucoup entendu dire depuis ce matin qu’elles étaient complètement vides. Je ne partage pas tout à fait cette opinion. Elles sont en effet complètement vides au point de vue des buts de guerre, mais la lenteur que l’on a mise à les adresser et la différence de ton des deux papiers me semblent significatives. Je n’ai encore recueilli que très peu d’impressions sur elles. L’heure de leur arrivée, midi et demi, a empêché qu’elles puissent être discutées dans la matinée.

Alter ego vient beaucoup, presque tous les jours, avant son départ fixé à lundi et mardi [1].

Il nous affirme maintenant que c’est un ordre qui lui a été donné et que sa nomination doit servir de point de départ et de tampon à une foule d’autres, le ministère ayant besoin de trouver une vingtaine de gens. Le nom du Journal des Débats devait faciliter ce projet et en corser le reste. Nous voici passés à l’état de vaseline ! Cambon, paraît-il, ignorait complètement cette nomination et aurait cru à une formidable pression de ma part. Alter ego l’a détrompé.

J’ai compris que notre Chaumeix voulait bien donner l’impression qu’il était aux Débats. Il se rend compte que c’est encore là qu’est son unique force. J’ai vu cela à de petits détails presque comiques.

À toi.

Et

[1] André Chaumeix part pour Berne où il a été nommé conseiller d’ambassade. Cf. lettre du 15 septembre 1917.

20 septembre 1917

20 septembre 1917

 

As-tu lu Le Figaro de ce matin, mon cher Pierre, si oui, as-tu remarqué l’article de Polybe. Il n’y a pas l’ombre d’un doute que c’est le résultat de la conversation d’avant-hier, non pas celui que Paléologue aurait souhaité, mais les théories ou plutôt les réponses de Gauvain que Reinach a utilisées toutes fraîches. Relis l’article à ce point de vue-là et tu verras que je ne me trompe guère.

J’ai eu un déjeuner assez amusant ce matin. Je devais déjeuner simplement avec Decrais et Pernot et, par suite d’un enchaînement de circonstances, la réunion s’est brusquement étendue par l’arrivée de Lévis-Mirepoix, de Dupuy-Mazuel et du neveu.

Dupuy-Mazuel, qui est chez Painlevé, est très mal impressionné par le vote de la Chambre. Il estime que ce ne sera pas très long. Il nous a dit, en se tordant, qu’une fois encore le père Ribot a joué un bon tour au cabinet. En revanche, il se félicite du retour au affaires de Barthou estimant qu’il fera maintenant son chemin et qu’à un moment donné il deviendra président du Conseil sans les socialistes… Ou avec eux, conclut philosophiquement Decrais.

Lévis-Mirepoix dit que le roi d’Espagne est extrêmement monté contre nous. Il ne peut pas admettre que notre gouvernement ait pu envoyer des agents entretenant des relations d’intimité avec les révolutionnaires, lorsqu’il fait avec l’ambassadeur une politique tout à fait différente. Je venais justement de recevoir une lettre de notre correspondant de Madrid qui me disait exactement la même chose. J’avais voulu l’apporter pour t’en donner quelques extraits, je m’aperçois que je l’ai laissée sur mon bureau. Si ma journée de demain est maigre je reprendrai le sujet.

  1. Pernot , lui, nous dit que Pershingest extrêmement mécontent et ne veut plus avoir de rapports avec le commandement. On lui a donné des gens stupides qu’il ne désire plus connaître. Painlevé vient de nommer auprès de lui un homme très remarquable, dit-on, le colonel Georges [1]. On espère qu’il remettra un peu d’huile dans les rouages.

            Strictement confidentiel.

Je devais déjeuner ce matin avec Jean Dupuy pour lui faire raconter une chose très plaisante qui est l’histoire des négociations qu’il a été chargé de faire auprès de Caillaux. L’assistance ne m’a pas permis d’aborder la question, mais, étant parti avec lui, je lui ai fait raconter en quelques mots.

Besnard, sachant qu’il avait été assez lié autrefois avec Caillaux, le pria d’aller voir l’ancien ministre pour savoir un peu quelle serait son attitude devant le cabinet. Jean Dupuy, très embêté, prend son téléphone et appelle Caillaux pour lui demander rendez-vous. Il s’en va rue Alphonse-de-Neuville.

– Que viens-tu faire ?

– Je viens te voir et causer un peu avec toi.

– Veux-tu venir à la chasse avec moi tel jour ?

– Je ne chasse pas et, du reste, je n’en aurai guère le temps.

– Qui est-ce qui t’envoie auprès de moi ?

– … Mais personne ne m’envoie, je viens tout simplement savoir un peu ce que tu penses du ministère. Dans ma situation, j’ai besoin de connaître un peu la situation, etc.

– Ce que je pense, c’est très simple ; le gouvernement n’a qu’à m’offrir un grand poste que, d’accord avec            je refuserai.

– Moi, mon vieux, je ne peux pas me charger de ces commissions-là.

Le lendemain, Caillaux était chez Besnard.

Je t’envoie une lettre de Mérindol [2] qui, en retournant en Russie, a vu le roi de Norvège [3]. Tu me la rendras dès que tu n’en auras plus besoin.

Ton affectionné

Et

[1] Alphonse Joseph Georges (1875-1951). Colonel. Il est affecté à l’état-major du général Foch dont il dirige le 3e bureau sous les ordres du général Weygand.

[2] Non identifié.

[3] Le roi de Norvège est alors Haakon VII (1872-1957). Il règne de 1905 à 1957.

19 septembre 1917

19 septembre 1917

 

Notre pauvre André [1] a mauvaise presse, mon cher Pierre, et sa nomination soulève des quantités de récriminations. Il y eut au Quai d’Orsay une réunion de tous les gens de carrière qui déléguèrent quelques-uns d’entre eux pour aller auprès du ministre protester contre le décret. Du reste, il n’était pas spécialement visé par la démarche mais toute la promotion. Gauvain est assez bienveillant chez nous tandis que de Caix, avec son ironie tranquille, déclare que c’est une ineptie de lui donner un poste de cette nature car il n’a jamais compris la politique extérieure. D’autres déclarent qu’il est assez comique de l’avoir nommé conseiller, ce titre étant le dernier à lui convenir, que, cependant, il y aura là une bonne chose, il aura la valise pour porter les lettres qu’on lui confie et qui n’arrivent jamais ou celles qu’il n’a jamais écrites. J’ai été assez étonné de voir qu’il était si peu aimé dans la maison. Je savais bien que quelques-uns le dénigraient volontiers, mais je ne savais pas que ces quelques-uns étaient très nombreux.

Savoure l’ironie des choses. En téléphonant ce matin à Gauvain pour nous entendre comme d’habitude, il me dit : « Je viens de recevoir un papier très considérable de Salvemini, trente-deux feuillets dont le titre est Delenda Austria [2]. Si, un jour, vous aviez de la place, on pourrait le publier. » Glissant sur l’inopportunité du factum, je me récrie en lui disant : Trente-deux pages, vous n’y songez pas ! Nous n’aurons jamais la place pour caser une machine pareille. Alors Gauvain me dit que je pourrais très bien remplacer le roman par cette conférence de l’auteur italien (celui-ci, tu le sais, est tout à fait avec nous et dans nos idées) que nous publierions en plusieurs fois. Pour lui, le feuilleton est complètement inutile et serait avantageusement remplacé par des documents de ce goût-là. Je n’admets pas son point de vue, et je crois bien que Delenda Austria devra attendre des événements pour voir le jour.

Je l’interroge sur la fin de la conversation d’hier. Elle a duré très longtemps. Paléologue a répété ce que je t’ai assez longuement écrit. L’avis de Gauvain est que la théorie de Paléologue est très fumeuse et que aucune solution ne pourrait en sortir. Pour le moment, il nous faut continuer la même politique de fermeté, si nous en sortions ce serait catastrophique. La moindre avance nous ruinerait irrémédiablement. À ce point de vue-là, il a raison, et les Allemands sont des négociateurs de la plus mauvaise foi. Nous les avons vus à Algésiras. Tout en continuant dans la presse à tenir ferme sur nos positions, cela n’empêche pas de voir venir. Un gouvernement doit au contraire se servir de la presse pour montrer à ses adversaires qu’il y a des courants d’opinion qu’il ne saurait braver. Fermeté, cependant, ne veut pas dire agressivité.

À côté de cela, je relève les contradictions les plus bizarres chez ceux mêmes qui disent qu’il faut tenir envers et contre tout jusqu’à ce qu’on ait raison des Allemands. Ce matin même, un membre de l’Institut à qui je répondais que les deux ans de guerre à trois milliards par mois nous feraient encore soixante-douze milliards et que l’on se demande où ils pourront être trouvés, il me répond : financièrement, nous ne pourrons guère aller au-delà de mai. Alors ?

Une nouvelle lettre de Londres reçue ce matin me dit : « Je remarque que dans le compte rendu du déjeuner offert au Congressum américain Mac Cormick le 12 septembre par le groupe parlementaire impérialiste (Débats, 14 septembre, col. 5), la seule phrase intéressante prononcée à cette agape internationale anglo-américaine ne figure pas. Probablement parce qu’elle est importante. La voici : c’est Bonar Law [3] qui l’a dite :

« Nous comptons sur eux (les États-Unis), et pour une bonne raison, car moi, en qualité de chancelier de l’Échiquier, je suis à dire aujourd’hui – ce que j’aurais été très fâché d’avouer il y a six mois – que, sans l’aide des États-Unis, la situation financière des Alliés aurait été dans une position très désastreuse aujourd’hui. »

Voici la phrase mot pour mot avec ses répétitions bizarres.

Remarque que Bonar Law a dit les Alliés et non pas situation britannique, et l’on ne peut donner à sa phrase d’autre interprétation que la suivante : Les États-Unis, étant donné la situation révélée par le chancelier, sont maîtres de nous imposer tout ce qu’ils voudront. Il faut donc bien voir ce que disent Wilson et Lansing. Les Américains s’entendront plus facilement avec nous qu’avec les Anglais, nous devons donc cultiver l’Amérique et ouvrir l’œil.

J’ai appris aujourd’hui que nous étions à la veille d’une grève de monteurs mécaniciens d’avions. Ils demandent une augmentation de salaire et gagnent déjà cinq francs l’heure. Tu vois leurs journées. Cela ne leur suffit pas car ils savent que les Américains n’ont pas d’ajusteurs et que l’on ne peut se passer d’eux.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 15 septembre 1917. André Chaumeix est nommé conseiller d’ambassade à Berne.

[2] En latin : « Il faut détruire l’Autriche ».

[3] Andrew Bonar Law (1858-1923). Anglais. Homme politique né au Canada. Chef du parti conservateur dès 1911.

18 septembre 1917

18 septembre 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Au risque de t’embêter, il faut bien que je te parle du déjeuner de ce matin qui eut lieu dans le petit appartement, ma foi très gai et très ensoleillé, de Paléologue. Nous n’étions que cinq, Reinach, Paléologue, Chaumeix, Gauvain et moi. Obligé de partir de très bonne heure, j’ai été obligé de laisser la conversation au moment où elle devenait le plus intéressant. Cependant, mon but était atteint car j’avais été le promoteur de ce déjeuner [1] afin que Paléologue répétât à notre Gauvain tout ce qu’il m’avait dit chez toi. J’aurais voulu pouvoir lui faire préciser les dates qui m’avaient fait dresser l’oreille jeudi dernier, malheureusement j’ai quitté avant que cela m’ait été possible et je n’ai pu diriger le mouvement. Je saurai par Gauvain la suite. Au cours du repas, on a parlé un peu de tout et de tous. Reinach a fait grand éloge de Lacaze, déclaré que Painlevé était le plus mauvais ministre de la Guerre que nous ayons eu et qu’il porterait une lourde responsabilité devant l’histoire. (Deschanel, hier, le portait aux nues). Digression sur les généraux. Anecdotes sur Castelnau, sur Foch. Joseph nous dit combien Castelnau sait rouler les gens dans la farine. Il fait un parallèle entre Foch et Castelnau. Cela me paraît à l’avantage du premier, le second ayant toujours su s’entourer de gens capables de vanter ses mérites dans la presse ou ailleurs. Les deux généraux sont de sentiments très religieux, peut-être même Foch l’est-il plus de fond que l’autre. Comme ils ont été un tantinet brouillés et que Castelnau a cherché à éliminer Foch, un jour que Reinach, venant de voir Castelnau, arrive chez Foch, ce dernier lui demande : Et que dit ce jésuite de Castelnau.

Autre anecdote à propos de Briand et du prince Georges. On venait de publier les fameuses lettres du prince à son frère. Reinach crut de son devoir de publier un petit article. Il se dit : si je suis remercié par la princesse, c’est qu’il n’y a rien entre l’ex-Premier et elle ; si au contraire c’est Briand qui me remercie, c’est que ça y est. – C’est Briand qui a remercié…

Après le déjeuner, la conversation devient sérieuse. Paléologue demande si réellement le commandement compte sur des victoires pour sortir de la situation présente. Reinach ne dit rien, Gauvain se tait, Chaumeix entame l’éloge du commandant Carence qui a tout vu, tout prévu et qui a déclaré vers 1915 que la victoire ne serait acquise qu’au moyen d’une puissante artillerie et que celle-ci ne pourrait être réalisée que dans deux ans. Ce serait donc pendant deux ans l’attente sans rien risquer jusqu’au moment où tout serait prêt. – Permettez, a repris Reinach, ce programme de puissante artillerie, nous venons de le voir appliquer dans toute sa rigueur. La bataille de Verdun a été une bataille d’artillerie dans laquelle ont été engagés soixante dix artilleurs contre quarante mille fantassins. Les positions ont été enlevées presque sans pertes. Eh bien, je reviens de Verdun où j’ai passé quatre jours à tout visiter, Verdun est marmité comme par le passé. Vous voyez donc que ce programme n’est pas aussi efficace qu’on pouvait l’espérer. Chaumeix est resté un peu court et comme on questionnait toujours, il répondit : Je crois que le commandement compte sur le repli allemand…

– Alors, a repris Paléologue, si c’est cela, cependant, il faudra bien en sortir. Je ne vois qu’un moyen. (Ici, je te renvoie à ma lettre de l’autre jour [2].)

La conversation a continué sur ce thème et sur les bruits de paix que font circuler les Allemands. J’ai été obligé de prendre congé.

            Good night.

Et

[1] Cf. lettre du 16 septembre 1917.

[2] Cf. lettre du 13 septembre 1917.