4 octobre 1915

4 octobre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

Temps aigre et froid. Il vole des nuages qui semblent chargés de neige. Aujourd’hui, on est à l’optimisme, on chuchote des choses excellentes, ce devait être celles qui se passaient alors que le pessimisme était à l’ordre. Laissons parler les bavards et travailler ceux qui, comme toi, sont à l’ouvrage.

Une lettre d’Henraux [1] qui est au GQG italien, dit que la visite du général Joffre a fait un effet énorme en Italie. Elle a mis en déroute les neutralistes. (Je crois bien t’avoir dit un mot déjà de cette campagne giolittiste actuelle). La princesse Seristori [2], qui était une neutraliste à tous crins, déclare partout qu’elle a été mal ou pas reçue à Paris et s’en plaint amèrement. Elle ne comprend pas et se désole en se disant que Paris, dans l’avenir, sera fermé aux gens comme elle. Elle semble regretter d’avoir ainsi pris parti, d’autant que l’Idea nazionale lui a fourré un article bien assaisonné.

Malgré tout, cette retraite de neutralistes n’est pour moi que momentanée. Un jour ou l’autre, nous les verrons reprendre becs et ongles. Notre attaché militaire [3] a dit à un de mes amis que ces gens-là ne désarmaient pas. Les troupes qui se battent sont bonnes et bien exercées, mais on ne s’occupe nullement dans toute l’Italie des classes à venir. Il semblerait qu’on ne doive jamais mettre en ligne plus que ce qui est aujourd’hui… D’autre part, si tu avais lu les journaux italiens, tu aurais vu que depuis quelque temps les hommes politiques, ou plutôt les écrivains inspirés, découvraient que notre front était suffisamment garni par nous et les Anglais et qu’il fallait absolument envoyer des troupes anglaises et françaises en Serbie, mais il n’était pas question d’expédition italienne. Comme tout cela est italianissime !

T’ai-je raconté une petite anecdote assez amusante étant donné le personnage ? Je parlais à un député de quelques prévisions que m’avait données le chef de l’État : Il se trompe parfois de dates, me fut-il répondu. Ainsi, le 5 août 1914, la commission du Budget, Métin [4] en tête, est venue le trouver, et comme on parlait de ce qu’il faudrait faire dans l’avenir. – Ne vous en préoccupez pas, répondit notre grand chef, le 7 septembre les Russes seront à Berlin !

En effet.

À toi, mon vieux.

Et

 

 

[1] Il s’agit probablement de Lucien Henraux, conservateur au Louvre.

[2] Nalèche se trompe d’orthographe. Princesse Serristori. Italienne. D’une ancienne famille de Toscane.

[3] Henri de Gondrecourt (1867-1956). Attaché militaire à l’ambassade de France à Rome.

[4] Albert Métin (1871-15 août 1918). Homme politique. Professeur agrégé d’histoire et de géographie. Directeur au ministère du Travail. Député radical socialiste du Doubs (1909-1918). Membre de la commission du Budget. En 1906, il devient chef de cabinet de Viviani, ministre du Travail, puis, en 1913 et 1914, 1915 et 1916, ministre du Travail. De 1916 à 1917, il est sous-secrétaire d’État aux Finances puis à la présidence du Conseil et aux Affaires étrangères chargé du Blocus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *