2 octobre 1915

2 octobre 1915

 

Mon cher Pierre,

Depuis quelques jours je ne t’ai pas écrit, et pour la raison que tu comprendras facilement. Je n’avais pas eu une seule ligne de toi et je ne savais si je devais attribuer ce silence absolu à tes lettres retardées ou aux miennes qui n’arrivaient pas. J’ai donc stoppé la correspondance, et je reçois ce matin tes lettres du 24 et du 26 me disant que je puis écrire ce que je veux sans danger d’aucune sorte. Je vais donc reprendre mes petites communications et je n’interromprai plus quoiqu’il arrive, sauf avis de ta part, que cela t’intéresse ou t’embête. Je sais bien qu’en ce moment, et comme tu le dis si bien, on ne peut avoir d’autre objectif que la colline en face gardée par la tranchée blanche.

Je t’envie d’être là au milieu du règlement des opérations. Malgré tout, je ne puis m’empêcher de penser à la rafale qui siffle au-dessus de vos têtes… Enfin, laissons-là mes sentiments, ma bien vieille affection pour toi de plus en plus profonde depuis que tu vis dans le danger, et ne pensons qu’à ces sensations que tu n’expliques pas mais si naturelles et au but que nous approchons de plus en plus, du moins je l’espère. Nous avons eu un gros succès sans précédent depuis la Marne : cent quarante-huit canons et cent dix mille hommes, c’est quelque chose. Cela permet tous les espoirs malgré les pessimistes.

J’aurais un certain nombre de petites choses à te raconter, mais elles sont déjà over. Cependant, hier, j’ai appris un certain nombre de choses curieuses. Nous avions pris l’habitude de compter sur la reine Marie de Roumanie [1], anglaise et russe par deux côtés. Il paraît qu’il faut déchanter, car cette charmante femme que j’ai connue il y a quelques années à Bucarest n’est plus depuis longtemps un modèle de vertu. Il semblerait que sa dernière passion serait le prince Stirbey [2], lequel est complètement dans les mains des germanophiles. C’est très malheureux pour nous car tu sais quelle influence elle a sur le roi [3] qui est un bon idiot, et le prince n’a pas besoin d’être encouragé à se diriger vers l’Allemagne. Nous devons ainsi perdre ce que les Alliés avaient de meilleur en Roumanie.

Un vieux monsieur qui est français mais habite Florence depuis quarante ans, Armand Brun [4] que tu as peut-être vu (qui n’est pas du tout le Brun de Mme Brun), connaît admirablement son Italie. Il disait ces jours-ci : Nous avons eu une chance énorme que l’Italie n’ait pas été prête au début de la guerre, car certainement elle aurait mobilisé contre les Alliés.

Le mouvement actuel est un mouvement populacier qui fut créé par les Garibaldi [5], Annunzio [6], etc., et auquel il a bien fallu céder après. Mais l’aristocratie, la société et, chose curieuse, les socialistes italiens sont anti-alliés.

Tu as dû lire, du reste, notre correspondance d’hier signée Quirielle [7] dans laquelle, sur Cernobio , on sentait et comprenait toutes les réticences, car en Italie il y a, à l’heure actuelle, un mouvement neutraliste plus fort peut-être qu’avant-guerre. Les giolittistes manœuvrent avec énergie.

J’ai causé de même hier au soir avec Finot [8], le directeur de La Revue. Ce nom bien français cache un Polonais juif remarquablement intelligent. Il m’a donné toute espèce de détails sur Edward Grey [9]. Ce dernier, qui de tory est devenu whig, était considéré par son ancien parti comme assez inférieur, mais il fut accueilli par ses nouveaux amis comme le messie. En Angleterre ainsi qu’en France, les partis avancés ne connaissent pas les affaires extérieures, et les whigs ont été heureux de s’en remettre à Grey. Mais celui-ci

[manque la suite]

[1] Marie de Roumanie (1875-1938). Reine de Roumanie. Fille d’Alfred de Saxe-Cobourg-Gotha et de Marie Romanova, fille d’Alexandre II, tsar de Russie, elle est anglaise par son père et russe par sa mère. Elle épouse Ferdinand Ier, roi de Roumanie.

[2] Barbu Stirbey (1872-1946). Prince. Homme politique. Futur éphémère Premier ministre de Roumanie du 4 au 20 juin 1927. Il épouse en 1895 Nadeja Bibesco (1876-1955).

[3] Ferdinand Ier (1865-1927). Roi de Roumanie de 1914 à 1927.

[4] Non identifié.

[5] Ricciotti Garibaldi (1847-1924). Italien. Général. Fils de Giuseppe Garibaldi (1807-1882). Il forme en 1914, au service de la France, une légion italienne où combattent ses fils.

[6] Gabriele d’Annunzio (1863-1938). Romancier, poète. Nationaliste.

[7] Pierre de Quirielle (1863-1944). Camarade de Nalèche au collège Stanislas. Collaborateur du Journal des Débats.

[8] Jean Finot (1858-1922). Philosophe et publiciste, écrivain et sociologue. Juif polonais naturalisé Français en 1897, son vrai nom est Finkenhausen. En 1890, il est directeur de la Revue. Il a été collaborateur du Figaro.

[9] Edward Grey (1862-1933). Anglais. Ministre des Affaires étrangères de 1906 à 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *