3 septembre 1915

3 septembre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

Voici la décision dont nous parlions, définitivement prise. Elle n’aura de sens qu’en tant que ce sera un acheminement vers la coordination complète des forces alliées. Un généralissime des armées de l’Est va devenir nécessaire ; on me téléphone que le Conseil des ministres a réglé la question dans son conseil de ce matin et que c’était Castelnau1 qui était nommé. Dans le fond, on est ravi en haut lieu de passer les responsabilités orientales dans un moment critique.

Edmond Chennevière2, que tu connais peut-être de nom comme un des principaux banquiers de Genève, a de grosses affaires en Autriche où il va fréquemment. Dans ses conseils d’administration, il a acquis la conviction que les Autrichiens sont complètement trompés par la propagande allemande. Tous ses collègues lui disaient : « La France est à quia, elle cherche à faire la paix par tout moyen. » Chennevière avait beau répondre que la France était en superbe état, rien n’y faisait.

Je crois que la visite des Suédois ici avait un peu pour objectif de montrer à ces neutres quelle force nous représentions encore. Ces Suédois étaient divisés en deux groupes, un civil qui a palabré ici, et un militaire que l’on a promené un peu partout. Les officiers faisant partie de ce dernier, étaient pour la plupart à tendances allemandes et pacifistes. J’ai su par un témoin oculaire3 que tous les officiers français à qui on les a présentés leur ont donné l’impression la plus significative. Entre autres, un commandant qui est énergique et très actif leur a montré nos formations automobiles. Il paraît que ce fut un spectacle extraordinaire. Après leur avoir fait passer en revue ce qu’il avait sous la main, il leur a expliqué qu’il en avait autant à l’arrière et autant à venir : « Je puis rouler dix ans », a-t-il ajouté. Un des Suédois, répondant à quelqu’un qui me l’a répété, lui dit : J’emporte un sentiment d’admiration et un autre de tristesse. Admiration pour tout ce que vous avez fait, et tristesse parce que j’y vois la preuve que nous sommes loin de la paix.

J’ai déjeuné ce matin avec quelqu’un qui s’est invité4, ainsi qu’il le fait quand il a à me parler. Ce quelqu’un touche d’assez près un personnage considérable. C’est celui qui s’est occupé des braves sœurs de Marguerite. Évidemment, s’il est venu, c’est qu’il y avait une raison et, pour moi, il était désireux de connaître notre état d’esprit sur une certaine question dont je trouve que l’on se préoccupe beaucoup trop. Il a convenu qu’on ne pouvait, quant à présent, rien augurer, mais que pour l’avenir il faudrait peut-être se faire un plan. Je lui ai tenu le langage le plus ferme.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Ton

Et

 

J’oubliais une chose assez caractéristique qu’il m’a dite : Si le ministère actuel, si Briand ne pouvait pas tenir, il n’y a rien après lui. Un ministère Clemenceau5? Ce serait la fin de tout ; un ministère Caillaux6? Il n’y aurait que ces deux hommes-là qui pourraient venir au pouvoir. Barthou7 et Caillaux devraient bien s’entendre, car ainsi on ne serait pas obligé de les éliminer l’un et l’autre de la politique présente.

 

  1. Édouard de Curières de Castelnau (1851-1944). Général. Homme politique. En 1914, il est nommé premier sous-chef d’état-major de l’armée. Chargé de mission en Russie et en Amérique, il commande le groupe d’armées de l’Est à partir de 1909. Il perd trois fils à la guerre. Catholique. Homme politique. Député Union républicaine de l’Aveyron (1919-1924). Fondateur de la Fédération nationale catholique. []
  2. Edmond Chennevière (1862-1932). Banquier. Maire de Cologny en Suisse. []
  3. Non identifié. []
  4. Non identifié. []
  5. Georges Clemenceau (1841-1929) dit Le Tigre. Médecin. Il s’occupe notamment des pauvres à Belleville. Journaliste. Directeur de nombreux journaux dont La Justice (1880). Il fonde L’Homme libre (1913) qui devient L’Homme enchaîné après avoir subi la censure (1914). Homme politique. Dreyfusard. Maire de Montmartre sous la Commune (1870-1871). Profondément républicain, anticlérical, il est favorable à la séparation de l’Église et de l’État et adversaire de la colonisation. Député (1871-1883) puis sénateur (1902-1906) radical socialiste de la Seine. Ministre de l’Intérieur et président du Conseil (1906-1909), il est confronté à d’importantes grèves qu’il combat et le font surnommer « briseur de grèves ». On le surnomme également le « tombeur de ministères ». []
  6. Joseph Caillaux (1863-1944). Homme politique. Ministre des Finances (1899). Député radical socialiste de la Sarthe (1899-1919). Président du Conseil (1911-1912). En 191l, il épouse en secondes noces Mme Léo Claretie, née Henriette Raynouard. Celle-ci, en 1914, assassine Gaston Calmette, directeur du Figaro, qui menait contre lui une campagne de presse. Il se retire du ministère des Finances. []
  7. Louis Barthou (1862-1934). Avocat à Pau. Homme politique. Député Républicains modérés des Basses-Pyrénées (1889-1922). Ministre de l’Intérieur (1896-1898). Ministre des Travaux publics, des Postes et Télégraphes (1894-1896 ; 1906-1909). Président du Conseil (mars-décembre 1913). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *