30 avril 1917 (?)

[30 avril 1917 (?)]

 

[manque p.1 r°/V°]

 

Cambon ne croit pas non plus à la reprise possible, surtout depuis que notre ami Ribot est là. Pour le président du Conseil, le pape aurait pu, aurait dû parler à certains moments de la tragédie, mais il n’a rien fait, il n’a pas compris ou pas voulu comprendre. On le laissera donc dans la situation actuelle sans faire un pas.

Du reste, tu connais assez Ribot pour ne pas songer une minute qu’il oserait braver les foudres de l’extrême gauche.

André Hallays m’avait écrit hier une longue lettre pour me blâmer d’avoir publié les deux articles de Weiller. Le Vatican, dit Hallays, y viendra de lui-même, nous n’avons donc pas à lui faire comprendre que nos rapports avec lui auraient de l’intérêt pour nous. C’est lui qui doit comprendre que c’est son propre intérêt.

Je crains qu’Hallays ne se rende pas compte de l’état actuel de la question. À Rome et à Paris on ne demanderait pas mieux, mais le pape voudrait quelque chose, le minimum d’officiel, et l’Élysée et le gouvernement redoutent justement ce quelque chose ou du moins ses conséquences. Des conversations que j’ai eues naguère à ce propos avec Poincaré, Briand, voire même Bourgeois, m’ont pleinement édifié. Il n’y a qu’un homme du parti de gauche ne pouvant être suspect de cléricalisme qui soit à même de dire et de faire entendre la vérité. Lazare Weiller, c’est bien. Sixte-Quenin eût mieux valu, ne te semble-t-il pas ?

Conversation avec Jonnart avant ta venue. Il voulait se documenter sur l’affaire grecque, devant présenter un rapport à la commission des Affaires extérieures.

Tout à l’heure, on me téléphone de la Chambre qu’on y est assez animé. La solution de la crise du commandement ne rallie pas tous les suffrages. On prétend que c’est une cote mal taillée, l’acheminement vers le généralissimat de Pétain, Nivelle et lui ne s’entendront pas, on en viendra à une nouvelle crise plus grave encore que la première. C’est la victoire de Painlevé sur Maginot, etc., etc. Comme épilogue on parle d’interpellations, de demande de Comité secret. Enfin, tu vois cela d’ici. Peut-être cela se calmera-t-il, surtout si les événements militaires continuent.

Jonnart a vu samedi Douglas Haig qui était venu à Paris justement pas très content de l’arrêt des opérations et redoutant un transport de troupes allemandes contre lui. Il venait donc insister pour la continuation. Je te l’avais dit déjà, mais en voici la preuve.

Ton vieil


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *