29 avril 1917

29 avril 1917

 

Causé hier, mon cher Pierre, avec Auguste Terrier [1], directeur de l’Office marocain. Terrier me dit que Lyautey s’apprête à retourner au Maroc, mais que les conditions ne sont plus les mêmes et qu’il est diminué. Diminué, mais pas au Maroc ? – Non, me répond Terrier, mais ici. Pensez qu’autrefois il était habitué à mener tout (ici, un geste énergique), mais aujourd’hui on sait ce que c’est que la démission de Lyautey. On ne se laissera plus impressionner. De plus, Gouraud s’est mis maintenant dans la peau d’un résident général. Après les quelques frictions du début, il est là tout à fait à son aise et ce n’est pas bon pour le général.

Évidemment on aurait un remplaçant.

Stanislas de Castellane [2] m’a, par téléphone, invité à déjeuner demain avec Balfourier. J’ai décliné malgré l’intérêt de l’entrevue. Comme je pense que ce ne sont pas mes charmes personnels qui sont la cause de l’invitation, je souhaite que mon absence n’ait pas d’inconvénients car il me paraît difficile d’apprécier les mérites de Balfourier, et ce sont évidemment ces mérites qui seraient le fond de la conversation.

Discussion ce matin en quasi-conseil sur les affaires du commandement. Jusqu’ici, aucune décision. Hallays m’écrit pour me morigéner longuement sur l’accueil que j’ai fait aux articles de Lazare Weiller [3]. Il regrette que nous ayions donné l’hospitalité à un intrigant de cette nature (il a raison). Il déplore que nous ayions l’air de dire que nous avions intérêt à la reprise des relations parce que le Saint-Siège viendrait de lui-même.

Hallays a mille fois raison mais il ne se rend pas compte que le pape ne désire que cela, que nos gouvernants, président de la République, etc. sont prêts à y donner la main et que l’obstacle est dans les Chambres. L’article Lazare Weiller y répond et je crois qu’il fera école malgré tout. La lettre de Jenouvinès [4] est typique.

Pardonne-moi, ce mot est illisible, je l’écris presque debout.

Amitiés.

Et

[1] Auguste Terrier (1873-1932). Secrétaire général du Comité de l’Afrique française. Directeur de l’Office chérifien du Maroc.

[2] Stanislas de Castellane (1875-1959). Frère cadet de Boniface de Castellane. Député du Cantal (1902-1906 ; 1919-1924) sur la liste d’Union nationale républicaine.

[3] Wendel ne partage pas l’avis d’Hallays : « Dîner chez Larue avec Daniel Vincent invité par Lazare Weiller tout fier de ses deux articles sur la reprise nécessaire des rapports avec Rome parus dans les Débats d’hier et avant-hier. Ils sont d’ailleurs très bien. » François de Wendel, Journal, 28 avril 1917.

[4] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *